Littérature générale

  • La conférence des oiseauxFarid-ud-Din `Attâr fut l'un des plus grands poètes mystiques de cette époque glorieuse du soufisme où la quête divine atteignit des sommets inégalés. Rûmi, Hallaj, Saadi furent ses pairs.Parmi ses nombreuses oeuvres, La Conférence des oiseaux est la plus accomplie. Elle relate le voyage de la huppe et d'une trentaine de ses compagnons en quête de Simorgh, leur roi. De multiples contes, anecdotes, paroles de saints et de fous les accompagnent. « Lis ce livre, chercheur, tu sauras où aller, dit le poète. Savoure-le longtemps et tu seras nourri. Car il a de quoi t'étonner. Tu le lis une fois et tu crois le connaître, mais non ! Lis-le cent fois, cent merveilles nouvelles ébahiront ton oeil »La Conférence des oiseaux est un de ces livres qui se savourent et se fréquentent comme des amis nourriciers.Farid-ud-Din `AttârOn sait seulement de lui qu'il est né à Nichãp~ur, en Perse, probablement en 1140, qu'il fut apothicaire, qu'il voyagea beaucoup et qu'il mourut en 1230.Adapté par Henri Gougaudd'après la traduction du persan de Manijeh Nouri

  • « Comme tous les gamins, j'adorais percevoir par bribes un sentiment d'infinitude, que je n'ai jamais retrouvé depuis. Vers trois-quatre ans, je me laissais aller à imaginer ce que les mots toujours et partout pouvaient représenter, et parfois je sentais quelque chose... Puis j'ai perdu l'habitude, et à cinq ans, je suis devenue terre à terre. »

    D'ouvrier à sorcière en passant par sexy ou bon bien, Jeanne Cherhal célèbre les mots qui traversent sa vie dans un glossaire très personnel et plein d'humour. Comme autant d'autoportraits, ses quarante mots convoquent le sel de l'enfance et révèlent l'audace, la tendresse et le féminisme profond d'une artiste en liberté.

  • « Coquelicot. C'est un cri, c'est un appel, c'est un mot de joues rouges et de course folle dans les blés, de mollets piqués par les chardons, de roulades et de cul par-dessus tête dans le fossé.C'est un mot claquant, insolent, cueille-moi si tu l'oses, je me fanerai aussitôt mais regarde : je suis légion. Je pousse et je re-pousse, et dans cette flaque rouge tu ne sais plus où poser les yeux. Coquelicots, cavalcade, concours à qui sera le plus rouge, tes joues ou moi. »Tout en subtilité et profondeur, Anne Sylvestre invoque les mots qui la touchent et l'émeuvent, dévoilant à travers eux la matière même de sa vie. Entre les souvenirs ressurgis et les petits bonheurs du quotidien, entre les coulisses de la scène et les champs de son enfance, ses textes nous plongent avec émotion dans son intimité.Artiste emblématique de la chanson française, Anne Sylvestre est auteur-compositrice-interprète. Coquelicot est son premier livre.

  • Les mots sont truculents. Les mots sont savoureux.Les mots sont mélancoliques, surprenants, drôles ou érotiques.Philippe Delerm dresse la liste de ses préférés et raconte leur histoire. Il y a ceux qu'on susurre, et ceux qu'on garde en bouche pour le plaisir. Il y a les timides à qui on fait la courte échelle parce qu'ils sont trop discrets. Et les fanfarons qui roulent des mécaniques.Tous ces mots sont notre famille, notre patrimoine. Ils racontent comme personne notre vie, nos mille instants vécus.Entre humour et poésie, Philippe Delerm évolue ici dans un registre où il excelle.

  • En tenue d'Eve ; histoire d'une partie d'échecs Nouv.

    « Une Fitzgerald du smog : avec Eve Babitz, le cool californien a trouvé sa déesse. »

    Elle

    En tenue d'Eve est le récit véridique du jour où Marcel Duchamp a inscrit la scène underground de la Côte Ouest sur le planisphère culturel en jouant aux échecs à Pasadena avec l'auteure, à l'époque une jeune femme dénudée ayant encore beaucoup à apprendre.

    Eve Babitz est née en 1943 et a grandi à Hollywood. Après avoir réalisé des couvertures d'albums pour des musiciens tels que Buffalo Springfield ou The Byrds à la fin des années 1960, elle commence à écrire en 1972. Égérie de la côte Ouest bohème, rock et littéraire, elle est l'auteure de plusieurs recueils de chroniques, d'essais, de nouvelles et de romans.

    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jakuta Alikavazovic

  • Le château

    Franz Kafka

    " Tout ce que je laisse après moi (...) doit être brûlé sans restriction et sans être lu ".
    Ainsi Kafka demandait à son exécuteur testamentaire de détruire ses manuscrits, dont celui, inachevé, intitulé Le Château. On y rencontre un homme, K, face au chaos de la bureaucratie. Les personnages, incapables d'agir, s'obstinent dans une confusion absurde. Plus que tous ses autres textes, c'est ce roman qui installe la définition du mot " kafkaïen ".

  • «16h.00 J'entre dans une boutique. J'achète une cravate. Je l'essaye. Je conclus qu'elle me va bien et j'achète quatre-vingt-quatorze cravates pareilles.17h.00 J'entre dans une charcuterie et j'achète sept cents jambons fumés.20h.00 Je décide que l'argent ne fait pas le bonheur, je désintègre tout ce que j'ai acheté, et je continue ma promenade les mains dans les poches et le cur léger.»Gurb a disparu dans Barcelone, dissimulé sous les traits de Madonna. Précision : Gurb est un extraterrestre. Parti à sa recherche sous une apparence moins voyante, son coéquipier tient scrupuleusement le journal de ses observations. Une satire délirante et désopilante des murs de notre société...

  • Habitant de nulle part, originaire de partout Nouv.

    La voix pleine de sourires et pleine de larmes
    Sincère comme ce père noir qui repart en pleurs d'un parloir
    J'ai eu la chance quelque part d'avoir été sauvé par l'art oratoire

    Ce volume se compose des textes de l'album L'Hiver peul mais aussi de nombreux poèmes inédits de Souleymane Diamanka. L'auteur jongle avec les mots, les fait « métisser ». Sa poésie prêche l'oralité, apparie avec finesse ses cultures peule et européenne, parce qu'il est fier d'être « habitant de nulle part et originaire de partout », dépositaire d'un chant intemporel, d'un appel à l'Amour, à la Tolérance et à la connaissance de l'Autre.

  • Ô vous qui empruntez le chemin de l'amour,
    Observez s'il existe un mal au mien pareil.
    Je vous prie de souffrir de m'écouter me plaindre.
    Ne suis-je pas de tous les tourments le relais ?
    Dante Alighieri (1265-1321) a moins de trente ans quand il écrit ce récit autobiographique, entrecoupé de sonnets, de chansons, de ballades et de commentaires. Il y raconte son amour pour Beatrice Portinari qui, dans La Divine Comédie, apparaît comme l'intermédiaire privilégiée entre le voyageur céleste et Dieu. Si La Vita Nuova a revêtu une telle importance dans l'histoire de la littérature, ce n'est pas seulement parce qu'il contient des poèmes d'amour rivalisant avec ceux de Pétrarque, mais parce que ce texte, de passion, puis de deuil, ne cesse de poser la question de la vérité, de la transparence, de l'allégorie. Comme dans la plupart des éditions italiennes, sont adjointes les autres poésies circonstancielles et retrouvées de Dante, du moins celles qui passent pour authentiques. La traduction inédite ici proposée est en alexandrins, hexasyllabes et le plus souvent, sur le modèle des Amours de Ronsard et des quelques vers écrits par Dante directement en français, en décasyllabes.
    Traduit de l'italien et préfacé par René de Ceccatty

  • Cette édition de La Tranquillité de l'âme insiste sur la dimension universelle de l'œuvre : Sénèque s'y adresse à Sérénus, déchiré entre son aspiration pour la sagesse et son goût pour ce qui brille, afin de l'aider à se rapprocher du bonheur. Comment atteindre la tranquillité et le bonheur ? Comment se préparer à l'adversité ? Comment faire bon usage de ce que l'on possède ? Quelle vie choisir ? Toutes ces questions sont également au cœur de La Retraite, texte majeur dont cette nouvelle édition comporte la traduction inédite. Les deux traités, qui se répondent et annoncent les Lettres à Lucilius, permettent de saisir la complexité de la réflexion de Sénèque sur les rapports entre l'action et la contemplation. Loin d'être figée ou dogmatique, la pensée de Sénèque est en mouvement et en constante construction. C'est ce qui fait tout l'intérêt de ces deux petits traités.

  • Une tempête à effrayer les âmes les mieux trempées, de mystérieux naufragés perdus dans les tréfonds du Pacifique oriental, la vie en milieu confiné d'un patrouilleur austral lancé sur les mers tumultueuses des 40èmes rugissants, tous ces textes - et quelques autres - écrits par neufs des vingt " écrivains de marine " français, nous rappellent une chose fondamentale : la mer a toujours été, est encore, et sera longtemps pour les hommes, l'un de leurs cinq " territoires d'aventure ", à l'égal de ces autres espaces naturels que sont la montagne, le désert, la jungle et le ciel.

    Avec des textes de Sylvain Tesson, François Bellec, Loïc Finaz, Patrice Franceschi, Olivier Frébourg, Patrick Poivre d'Arvor, Emmelene Landon, Dominique Lebrun et Jean Rolin.

  • Homme inclassable, Pier Paolo Pasolini a choisi la poésie comme voix première. Réunissant des poèmes inédits en français, cette anthologie se veut le reflet vibrant de son inspiration de jeunesse, toujours ample et touchée par la grâce. Sensualité des paysages frioulans et engagement politique s'entrelacent, chant de l'intime et poésie de l'engagement s'enchevêtrent. Habité par la révolte et par le sens du sacré, il lutte contre l'hypocrisie et donne à ses visions toute leur dimension mystique.Né à Bologne en 1922, Pier Paolo Pasolini s'est illustré dans tous les registres : cinéma, poésie, roman, théâtre, essais critiques et théoriques. Anticonformiste notoire, homme engagé, il meurt assassiné en 1975. Il est aujourd'hui reconnu comme l'un des plus grands artistes italiens du XXe siècle.Poèmes choisis, présentés et traduits par René de Ceccatty, Édition bilingue

  • Après le succès des Brèves de comptoir, Jean-Marie Gourio a repris son tour de France des bistrots, rouvrant quelques dizaines de bars dans sa mémoire et nous présentant ces clients qui l'ont marqué et qu'il a aimés. Quarante textes courts, quarante cafés comme autant de petits théâtres d'atmosphère différente, dont l'auteur pénètre l'humanité universelle. Une belle invitation à venir s'accouder au comptoir et à observer les personnages qui s'y croisent. Au détour des conversations, les petites phrases surgissent, attrapées au vol avant qu'elles ne s'effilochent dans l'air du bar.
    Jean-Marie Gourio est l'auteur de nombreux romans, ainsi que des fameuses Brèves de comptoir. Il a travaillé pour le magazine Hara-Kiri, puis pour Charlie Hebdo, et a participé à l'écriture de films et d'émissions de télévision, notamment Palace.

  • Ancien photographe, André Faulques vit retiré du monde. Hanté par les horreurs des champs de bataille, la peinture est son exutoire. Sa vie bascule quand surgit Ivo Markovic, combattant croate décidé à lui demander des comptes. Photographié par André pendant la guerre en Bosnie, devenu malgré lui le symbole du combattant croate, Ivo a assisté aux massacres de sa famille et de ses compagnons...
    Né en Espagne en 1951, Arturo Pérez-Reverte est un des plus grands romanciers espagnols contemporains. Il est l'auteur du Hussard, de La Reine du Sud, du Cimetière des bateaux sans nom et des Aventures du capitaine Alatriste, disponibles en Points.
    " Avec ce huis clos, Arturo Pérez-Reverte interroge l'art confronté à la vie et à sa violence. Profond et subtil. "
    Lire
    Traduit de l'espagnol par François Maspero

  • Grand poète parnassien reconnu et célébré, José-Maria de Heredia n'a publié qu'un recueil : Les Trophées. À travers ces poèmes, il retrace l'histoire mondiale de l'Antiquité à la Renaissance (la Grèce et la Sicile, Rome et les barbares, le Moyen Âge et la Renaissance, l'Orient et les Tropiques). La finesse et la précision de sa langue servent ici les divers portraits des civilisations et des grandes conquêtes qui ont marqué le monde. Le présent recueil rassemble la totalité de sa poésie. José-Maria de Heredia est né à Cuba en 1842. Venu en France, il intègre l'École des Chartes et voit ses poèmes diffusés dans des revues littéraires. Les Trophées ont paru en 1893. Il a été élu à l'Académie française en 1894.

  • Sans ressources, accro aux médocs et à l'alcool, Bruno Dante exulte quand il obtient un travail de chauffeur de maîtres. C'est le début d'une folle existence avec son lot d'amitiés et de révoltes. Sur Sunset Boulevard, il subit les caprices de la jet-set de L.A, se déchaîne dans des soirées débridées et rencontre l'espiègle madame Smart, grâce à qui il part à la recherche de sa sobriété perdue. Né à Los Angeles en 1944, Dan Fante, fils de l'écrivain John Fante, est auteur de poèmes, de nouvelles, de pièces de théâtre et de romans. Régime sec, Bons baisers de la grosse barmaid et Rien dans les poches sont disponibles en Points. « Dan Fante est un véritable hors-la-loi de la littérature. » The New York Times Traduit l'anglais (États-Unis) par Philippe Aronson

  • " Il n'y a rien de plus sauvage, de plus libre, de plus irresponsable, de plus indomptable, que les mots, disait Virginia Woolf. Elle attribuait à cette sauvagerie leur pouvoir le plus essentiel et le plus mystérieux : le pouvoir de suggestion. C'est ce dont il est question ici : ce mystère. "
    Geneviève Brisac nous offre ainsi les mots de son choix, ses " mots sauvages " : de hop à vertu, en passant par barbarie, espoir, secrétaire ou bien – " qui ressemble à un petit fauteuil " –, ils sont tour à tour pleins d'esprit et d'érudition, singuliers, malicieux et drôles, intimes et personnels, empreints de culture juive et de références littéraires, et sont l'expression de son féminisme, de ses révoltes et de ses engagements.
    Écrivain, Geneviève Brisac est notamment l'auteur de Week-end de chasse à la mère (prix Femina 1996), de Petite et de Vie de ma voisine, disponibles en Points. Elle écrit également pour le cinéma, le théâtre et la radio.

  • Toute existence peut s'achever sur un choix impossible et tragique, si terrifiant qu'on donnerait tout pour l'éviter. Dans les nouvelles réunies ici - Un fanal arrière qui s'éteint - Carrefour 54 - Le Naufrage du lieutenant Wells - Le Train de six heures quinze -, Flaherty le vieux marin, le sous-lieutenant Vernaud, Wells l'idéaliste égaré, les résistants Madeleine et Pierre-Joseph, vivent les plus radicaux de ces choix ultimes. Ils les affrontent seuls, à la première personne du singulier. Avec ce sens du tragique qui permet de surmonter toutes les épreuves.Écrivain, aviateur et marin, Patrice Franceschi partage sa vie entre écriture et aventure. Ses romans, récits, poésie ou essais, sont inséparables d'une existence engagée, libre et tumultueuse, où il tente « d'épuiser le champ du possible ».

  • Qu'y a-t-il dans la tête d'un skieur en haut d'une piste ? Dans celle d'un footballeur avant de tirer au but ? Et d'un cycliste tellement saoul qu'il ne voit plus la route ? Fascinés par l'exploit, les sportifs sont prêts à tout pour une minute de gloire. Dressés au combat, ils n'en restent pas moins fragiles : des joies et des doutes les traversent, car du triomphe à à la chute, il n'y a qu'un pas...Paul Fournel, écrivain, poète, éditeur, président de l'Oulipo, est notamment l'auteur de Foraine (prix Renaudot des lycéens) et de Poils de cairote, disponibles en Points.Bourse Goncourt de la nouvelle 1989Grand Prix de la littérature sportive 1988

  • Le Baraki, cékoidon ? Le " beauf " version belge et tout son art de vivre : boire beaucoup de bière, fumer sans arrêt, regarder les matches de foot en jogging fluo, manger des frites, passer ses vacances au camping, se passionner de tuning... Son plus grand dieu sur terre est, sans conteste, le personnage de " The Dude " dans The Big Lebowski.
    Grâce à cette encyclopédie d'un drôle de genre, vous saurez tout sur le Baraki !
    Philippe Genion est né il y a 0,21 tonne à Charleroi. Gros et fier de l'être, il est épicutout. Belge, Européen, il a été, dans le désordre : rocker industriel, artificier, critique gastronomique, acteur, animateur, organisateur, sommelier, winebarman, etc. Il est également l'auteur de Comment parler le belge et de l'Inventaire des petits plaisirs belges (disponibles en Points " Le Goût des mots ").

  • À 15 ans, Jean-Pierre Brouillaud apprend incidemment qu'il va perdre la vue. Comme pour répondre à l'angoisse de sa mère qu'il ne puisse pas avoir « une vie normale », il se révolte et part sur les routes. Sexe, drogue, rock'n'roll et chemins de Katmandou, Jean-Pierre Brouillaud n'aura de cesse de se prouver que la cécité n'est pas un obstacle aux découvertes et aux rencontres. Il revient sur ce que lui ont apporté ses voyages - notamment en Asie, en Afrique, en Amérique latine - et nous fait véritablement voir le monde à sa façon. « Un homme, quand il est enfin en paix avec lui-même, a, même s'il est aveugle, un regard d'aigle. » Jean-Pierre Brouillaud « Jean-Pierre Brouillaud est un concentré de vie à l'état pur ; une exception en ces temps où gagne l'insignifiance. » Patrice Franceschi Jean-Pierre Brouillaud vit en Ardèche. Il relate depuis plusieurs années ses voyages dans son blog, « L'illusion du handicap ».

  • Mano Solo fut à la fois chanteur, dessinateur, peintre, nouvelliste et poète. Cet ouvrage réunit, pour la première fois, les principaux écrits et dessins de l´artiste : un roman édité à compte d´auteur, Joseph sous la pluie, des nouvelles, des poèmes et des dessins inédits. Ces documents permettent de plonger dans le coeur d´un homme déchiré par la maladie et la culpabilité, mais chez qui ressort toujours la joie de vivre et de créer.

  • À Amoudé, village aux confins de la Syrie, en terre kurde, le héros perçoit à peine les bouleversements venus de la Turquie voisine. Il se laisse bercer par son quotidien, entre apprentissage scolaire et respect des traditions ancestrales, et porte un regard émerveillé sur le monde. L'enfance est pour lui un horizon de promesses et d'espoir, au coeur de la barbarie dont seuls les adultes ont le secret.



    Fawaz Hussain est né en 1953 dans le Nord-Est de la Syrie, une des terres du Kurdistan, désormais divisé. Il vit aujourd'hui à Paris et se consacre à l'écriture et à la traduction des classiques français en kurde, sa langue maternelle. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Orages pèlerins.



    « Vous nous faites découvrir dans votre style précis et savoureux l'univers de ces villes d'Orient. »

    Sébastien de Courtois, France Culture

  • Ouvrière

    Franck Magloire

    La vie de Nicole s´est décidée en une heure : le temps d´aller demander une place à l´usine. Elle y travaillera pendant trente ans, pour offrir à ses enfants une vie décente. Chaque matin, alors que tous dorment encore, Nicole se rend dans la zone industrielle de l´Espérance. À six heures précises, elle est une ouvrière. Elle est surtout une femme digne, dont le destin est lié à celui de Moulinex.

empty