Presses Internationales Polytechnique

  • Même si l'expression développement durable est de plus en plus connue, le concept lui-même suscite encore de nombreux débats quant à son application et à l'articulation qu'il implique entre l'activité économique, la préservation de l'environnement et le développement individuel et social. Rédigé dans un style accessible aux non-spécialistes, l'ouvrage Vous avez dit développement durable?, deuxième édition, brosse un tableau clair de la situation actuelle et présente les acteurs impliqués. Il propose une réflexion sur les changements que suppose le développement durable dans nos sociétés et notre manière d'appréhender l'économie, y voyant davantage une évolution nécessaire qu'une contradiction insurmontable. L'auteure explore les mécanismes de transformation propres aux sociétés occidentales où les mouvements sociaux, les entreprises et l'État participent à des dialogues souvent conflictuels, mais néanmoins constitutifs d'un nouveau modèle de développement, véritable socle de la civilisation de demain. Elle analyse aussi la position des hauts dirigeants économiques face à l'environnement et au développement durable pour démontrer que, loin de la caricature qu'on en offre encore, ces acteurs sociaux influents ont développé une sensibilité et un discours écologistes qui façonnent la manière d'envisager la problématique environnementale et, par conséquent, l'éventail des solutions privilégiées dans nos sociétés. L'ouvrage comporte, en sus, un lexique qui permet au lecteur de s'approprier la terminologie relative au développement durable.

  • Probabilités, statistique et applications présente toute la théorie essentielle des probabilités et de la statistique ; il constitue un excellent choix comme manuel de classe, peu importe la discipline du génie ou des sciences appliquées dans le cadre de laquelle la matière est enseignée. Après une révision des éléments de base du calcul différentiel et intégral, l'ouvrage traite des principaux résultats des probabilités et de la statistique mathématique ainsi que des applications de la théorie. En effet, l'ouvrage privilégie l'application plutôt que les détails mathématiques, car pour tout étudiant, peu importe son niveau et sa formation préalable, la véritable maîtrise des probabilités et de la statistique passe par la résolution d'un grand nombre d'exercices, de types et de degrés de diffi culté variés. C'est dans cette optique qu'une part très importante de l'ouvrage est réservée aux exercices ; le livre en regroupe près de 600, dont 320 sont résolus.

    S'il s'adresse d'abord aux étudiants de premier cycle en génie et en sciences appliquées, Probabilités, statistique et applications peut aussi servir de manuel de référence pour les étudiants aux études supérieures dont les projets de recherche exigent des connaissances de base en probabilités et en statistique. En outre, les deux derniers chapitres de l'ouvrage, qui traitent de fi abilité et de modèles de fi les d'attente, en font un outil particulièrement intéressant pour les étudiants en informatique et en génie industriel.

  • Un vol et un braquage, une imposture liée à un héritage, la disparition d'une souris de laboratoire de plusieurs milliers de dollars, entre autres affaires, sont au coeur d'enquêtes menées par Maurice Manori, inspecteur de police, dit l'Agrapheur. Ce surnom, il le doit à ses méthodes aussi efficaces que non conventionnelles. Il dispose, en effet, d'un outil redoutable pour "agrapher" les coupables : la théorie des graphes. En quête de la vérité, l'inspecteur Manori vous entraînera dans les méandres de cette discipline mathématique aux applications multiples. L'ouvrage est un magnifique outil de vulgarisation de cette science encore méconnue qui permet de modéliser les situations les plus diverses de la vie de tous les jours. Par son approche ludique, il s'adresse autant aux passionnés de sodokus et d'énigmes qu'aux étudiants et aux enseignants en sciences et en mathématiques.
    Que les truands se le tiennent pour dit, l'Agrapheur est aux aguets...

  • Enseigner à l'université dans une approche-programme - Guide à l'intention des nouveaux professeurs et chargés de cours aborde le sujet de manière pratique et méthodique. Après avoir mis en lumière tous les avantages qu'offre l'approche-programme, tant pour le professeur que pour les étudiants, l'ouvrage propose une démarche pour développer et évaluer les compétences disciplinaires et professionnelles. Il comporte un grand nombre d'exemples réels tirés de plusieurs disciplines, des conseils pratiques, des démarches opérationnelles et des modèles structurants. De nombreux outils sont fournis sous la forme de tableaux et de figures : tableaux synthèse, aide-mémoire, modèles d'évaluation, etc. Un site Web d'accompagnement vient enrichir le texte.
    Tous les chapitres sont également vendus séparément.

  • A characteristic of this book is to emphasize the algorithmic nature of numerical solution techniques used in reactor physics. Many numerical solution approaches described in the book are accompanied by Matlab scripts and readers are encouraged to write short Matlab scripts of their own in order to solve the End-of-Chapter exercises. A complete chapter is devoted to lattice code physics, representing an important but relatively obscure component of production calculations. Typical numerical solution approaches are proposed to the reader for building small lattice or reactor physics applications. The precise selection of the numerical techniques is based on their legacy characteristics.

  • Chapitre extrait du livre Productivité, efficience et valeur ajoutée. Dans ce chapitre, nous allons : formuler des hypothèses pour l´adaptation des systèmes proposés aux organisations produisant des biens ou des services sur commande; suggérer des hypothèses de travail pour la généralisation, à l´ensemble d´une entreprise, de la mesure des réseaux de processus; proposer une approche permettant de se rapprocher des valeurs données par un état des résultats, donc permettant le passage des quantités produites aux quantités vendues, pour la mesure périodique; montrer ce que le principe de base du SIMAP peut apporter à la comparaison des niveaux de productivité entre pays.

  • Chapitre extrait du livre Productivité, efficience et valeur ajoutée. Dans ce chapitre, nous allons élaborer une procédure pour déterminer le changement de productivité, pour l'unité de temps choisie : par intrant par opération ou centre de travail pour un ordre de fabrication; par intrant pour plusieurs opérations d'un ordre de fabrication; pour tous les intrants d'un ordre de fabrication; par intrant par centre de travail pour plusieurs ordres de fabrication; pour tous les intrants de plusieurs ordres de fabrication sur un centre de travail; par intrant pour un atelier; pour l'ensemble des intrants pour un atelier; par intrant pour l'usine; pour tous les intrants à l'échelle de l'usine; pour les quantités d'extrants produites par oppostion aux quantités d'extrants vendues.

  • Chapitre extrait du livre Développement durable et responsabilité sociale. Gisèle Belem jette un éclairage sur la diversité qui existe parmi les modalités économiques que les NMSE peuvent expérimenter dans le but de provoquer des transformations sociales. Ainsi, l'auteure soutient que la distinction entre, d'une part, la finance socialement responsable et, d'autre part, la finance solidaire et les monnaies sociales renvoie à des défis différents. L'activisme actionnarial et la technique du tamisage pratiqués par des fonds d'investissement étant situés dans la sphère financière ellemême, ils sont soit relativement impuissants devant le poids de la finance conventionnelle, soit eux-mêmes instrumentalisés à des fins de légitimation par des acteurs de celle-ci. Quant à l'axe plus « solidaire » de la finance et des monnaies sociales, il se déploie souvent à une échelle trop locale ou marginale pour provoquer des changements sociaux et économiques systémiques. Malgré tout, l'auteure conclut que le potentiel régulatoire de toutes ces initiatives existe du fait de leur capacité à amorcer des changements de mentalité dans la sphère économique.

  • Chapitre extrait du livre Développement durable et responsabilité sociale. Thibault Daudigeos met en lumière, à travers une analyse comparative des institutions officielles de normalisation anglaise (le BSI) et française (l'AFNOR), la diversité des pratiques et des résultats que l'on trouve dans le champ du développement durable. À la base même de ces deux initiatives s'expriment des schèmes de pensée différents, ainsi que des notions divergentes de la légitimité des normes, ce qui donne à penser que si les nouveaux mouvements sociaux économiques (NMSE) sont importants pour mettre le développement durable et la responsabilité sociale de l'entreprise au programme de la régulation mondiale de l'économie, il faut aussi compter avec de nombreux autres acteurs et paramètres dans le processus de normalisation.
    />

  • Chapitre extrait du livre Développement durable et responsabilité sociale. Patrick Gabriel explore les formes et la structure du « système de légitimité » du développement durable et il y découvre deux axes de tensions qui semblent déterminer la mise en oeuvre et l'acceptabilité de ce concept. Tension, d'abord, entre les échelles mondiales et locales, qui se partagent les rôles de la définition du concept et de sa mise en oeuvre. De la distance entre ces deux pôles émerge une autre source de tension entre la prétention à l'universalité et la diversité des pratiques sur lesquelles s'appuie le développement durable. Ces tensions au sein du système de légitimité du développement durable peuvent, d'une part, expliquer son succès en mettant en lumière la flexibilité qu'il offre aux acteurs qui s'en réclament et, d'autre part, permettre de rendre compte de l'incertitude et de la confusion qui règnent autour des interprétations fragmentées de cette notion.

  • Chapitre extrait du livre Productivité, efficience et valeur ajoutée. Dans ce chapitre, nous allons : développer les équations de base du SIMAE et illustrer leur application à l'aide d'un exemple; montrer comment toutes ces équations peuvent être reliées afin de créer unmodèle complet de mesure et d'analyse de l'efficience, qui sera appliqué au même exemple. On y verra comment mesurer les trois écarts liés à l'efficience; intégrer le SIMAE dans un modèle plus global d'analyse de l'évolution des dépenses entre le réel et le prévu d'une même période et l'appliquer au même exemple; faire le lien avec l'analyse des écarts d'un système de prix de revient standard; isoler les trois écarts de variation des dépenses totales : la variation due au changement de composition des extrants, la variation due au changement des coûts unitaires et la variation due à l'efficience; développer un système pour mesurer l'évolution de la profitabilité en y intégrantl'efficience, le Système intégré de mesure et d'analyse de l'efficience et de la profitabilité (SIMAEF), qui détermine la différence de profit entre le réel et le prévu d'une même période

  • Chapitre extrait du livre Productivité, efficience et valeur ajoutée. Un des objectifs de ce chapitre est de montrer comment le système intégré de mesure et d'analyse de la productivité (SIMAP)proposé par Godard et Prévost peut éliminer les biais. Nous allons montrer que le SIMAP permet non seulement le calcul d'indices de productivité non biaisés, mais aussi le calcul de l'impact de la productivité sur la profitabilité globale de l'entreprise et sur l'écart des dépenses. Dans ce chapitre, nous montrons comment appliquer le SIMAP sur une base périodique, qu'elle soit mensuelle, annuelle ou autre.

  • Chapitre extrait du livre Productivité, efficience et valeur ajoutée. Dans ce chapitre, nous allons : - présenter les assises de développement des mesures de performance proposées ainsi que leur flexibilité d'application; - montrer que les systèmes proposés s'intègrent dans une approche plus globale de mesure de la profitabilité; - montrer que les systèmes proposés peuvent s'adapter à tout type d'organisations, qu'il s'agisse d'entreprises productrices de biens ou de services et même de services publics; - préciser les définitions utilisées pour le traitement des intrants suivants : le capital, la main-d'oeuvre et les intrants hétéroclites du genre « fournitures »; - montrer la nécessité d'adapter les systèmes proposés au contexte de la mesure en continu de réseaux de processus.

  • Chapitre extrait du livre Développement durable et responsabilité sociale. Michel Capron offre une vision claire et concise de la double dynamique de dialogue et de confrontation entre les NMSE et les puissances économiques. D'un côté, les firmes transnationales et les entités économiques mondiales auraient subi un processus de délégitimation de leurs activités simultanément à l'élargissement de leur domination sur les activités productives et marchandes partout sur la planète. De l'autre côté, grâce à leur maîtrise et à leur maniement de l'information, les organisations de la société civile réussissent à la fois à alimenter cette crise de légitimité des puissances économiques et à représenter un horizon moral légitime auquel ces puissances ne peuvent qu'aspirer. C'est là qu'intervient l'essor des normes portant sur le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises, au milieu du conflit entre les puissances économiques et une société civile qui attire de plus en plus les forces revendicatrices conventionnelles comme les syndicats, et les nouvelles comme les NMSE.

  • Chapitre tiré du livre Développement durable et responsabilité sociale. Si la récupération des idéaux des mouvements sociaux semble si facile, c´est peut-être parce que leurs fondements sont compatibles avec « l´esprit » de la société libérale. La question est traitée ici par Fabrice Flipo sous l´angle du rapport entre altermondialisme et libéralisme. Le mouvement altermondialiste est-il une forme de libéralisme?
    La question est pertinente parce que c´est dans un contexte de libéralisme économique - ou encore de néolibéralisme - qu´émergent les NMSE.
    Quant au mouvement altermondialiste, il semble nettement apparenté à un libéralisme politique de conception lockéenne, mais aussi fortement opposé au néolibéralisme. La réflexion de l´auteur sur les défis que cette position implique alimente généreusement les interrogations de l´ouvrage concernant les différentes directions empruntées par les NMSE ainsi que leur cohésion. Plus largement, la pertinence des considérations sur le mouvement altermondialiste pour l´étude des NMSE est évidente dans un contexte où les mouvements sociaux semblent prendre de plus en plus d´espace à l´échelle planétaire : tous tentent de combler le déficit qu´accusent les États en matière de régulation et de contrôle des firmes transnationales.

  • Chapitre tiré du livre Développement durable et responsabilité sociale. Par l´analyse de l´émergence des mouvements alternatifs en Allemagne au cours des décennies 1970 et 1980, notamment des « nouvelles » mobilisations écologistes, Florence Rudolf aborde de front une question à la fois préalable et centrale à l´objet de l´ouvrage : jusqu´où les mobilisations peuvent-elles être efficaces à l´égard de leur mission de transformation sociale? L´auteure révèle clairement que les écueils auxquels se heurtent les NMSE pourraient ne pas être étrangers aux expériences des nouveaux mouvements sociaux qui les ont précédés : difficultés d´autoaffirmation, problèmes d´institutionnalisations, inévitabilité de la récupération par des acteurs plus puissants de l´industrie, etc. Si en Allemagne - malgré l´énorme défi qu´a représenté la réunification - les nouveaux mouvements sociaux, et particulièrement ceux d´inspiration écologiste, ont réussi à contribuer à l´inflexion de la modernité, il demeure pertinent de s´inquiéter de l´absorption et de la mutation de l´idéal militant par la société de consommation.

  • Chapitre tiré du livre Développement durable et responsabilité sociale.
    La sociologie de l´environnement a largement contribué à l´analyse des mouvements écologistes depuis leur émergence, dans les années 1960, jusqu´à aujourd´hui, et à la compréhension de leur rôle dans l´apparition du concept de développement durable. Dans le cas du Québec, Jean-Guy Vaillancourt est sans doute celui qui a le plus développé cette « écosociologie » du mouvement vert. Dans un texte faisant le point sur l´évolution du mouvement vert québécois, il montre que la diversité idéologique reste de mise au sein de la pensée écologiste actuelle, mais que cela n´empêche pas la construction d´alliances et de coalitions ponctuelles touchant à toutes les thématiques liées aux luttes pour la protection de l´environnement. C´est d´ailleurs la question du passage de la mobilisation à l´institutionnalisation qui se profile en trame de fond, d´où l´importance d´une telle analyse des mouvements écologistes dans le contexte du présent ouvrage.

  • Chapitre extrait du livre Productivité, efficience et valeur ajoutée. Dans ce chapitre, nous allons : développer toutes les équations de base du SIMAV et illustrer leur application; montrer comment toutes ces équations peuvent être reliées afin de créer le modèle complet du SIMAV; mesurer les deux écarts qui expliquent le changement net de contenu de valeur; appliquer le modèle; présenter comment le SIMAV peut s'intégrer dans un modèle plus global d'analyse de l'évolution des dépenses entre le réel et l'optimum d'une même période; isoler les deux écarts de variation des dépenses totales : la variation due au changement des coûts unitaires et la variation due au changement net de contenu de valeur; intégrer le SIMAV dans un Système intégré de mesure et d'analyse de la valeur et de la profitabilité (SIMAVF) entre le réel et l'optimum d'une même période; réviser le processus d'obtention des données optimales; appliquer le SIMAV à une étude de cas.

  • Chapitre extrait du livre Développement durable et responsabilité sociale. Marie-Andrée Caron et Marie-France Turcotte s'intéressent aux pratiques novatrices de reddition de comptes et de divulgation des activités des entreprises comme suite aux pressions exercées par les nouveaux mouvements sociaux économiques. Ces innovations, qui se traduisent souvent par des rapports de développement durable, sont toutefois marquées par autant d'inertie que de transformation par rapport au modèle traditionnel de divulgation. D'un côté les rapports de développement durable présentent des informations non systématiquement rapportées et souvent trop superficielles pour véritablement aider les parties prenantes qui désirent évaluer la performance des entreprises en cette matière. Mais d'un autre côté, on peut concevoir les efforts investis par les firmes comme le gage d'un processus d'apprentissage et d'amélioration dans le contexte du dialogue avec les parties prenantes. En somme, les auteures considèrent que l'émergence de ce « nouveau marché de l'information sur la performance de développement durable » continuera d'évoluer et de se systématiser, d'où l'importance d'étudier de près ses variations et sa diffusion.

  • Chapitre tiré du livre Développement durable et responsabilité sociale. Jean-Paul Bozonnet montre dans sa contribution que - en ce qui concerne la question environnementale - nous assistons, d'une part, à l'acceptation généralisée d'un « grand récit de l'écologisme » et, d'autre part, à une désinstitutionnalisation des formes d'action qui en découlent. Alors que l'institutionnalisation de l'écologisme avait donné lieu, à partir des années 1970, à l'élaboration de nombreuses politiques publiques, à la formation d'associations environnementalistes actives et, ultimement, à un premier « verdissage » des activités des firmes multinationales, la faveur des citoyens des pays développés serait dorénavant tournée vers des formes d'écologisme moins institutionnelles. Cette désinstitutionnalisation procède par l'association de l'écologisme à d'autres causes, par le refus croissant de l'organisation, par l'utilisation des médias, etc., et offre un contexte favorable aux nouveaux mouvements sociaux économiques faisant appel à de nouveaux acteurs du changement social, parmi lesquels le consommateur fait figure de proue.

  • Chapitre tiré du livre Développement durable et responsabilité sociale. La contribution du Collectif d'études sur les pratiques solidaires (CEPS) - avec ses dimensions méthodologiques et analytiques exemplaires - replace certains NMSE dans le cadre plus large des pratiques économiques solidaires telles qu'elles se manifestent au Québec. À la réflexion sur les NMSE, ce chapitre apporte un important approfondissement des notions de producteur et de consommateur et montre que, dans un contexte de reconfiguration des modalités de régulation, ces notions se métamorphosent selon les objectifs socioéconomiques et les pratiques privilégiées par les initiatives. À côté de la distinction radicale entre producteur et consommateur qui est proposée dans le système économique dominant, il existe donc une multitude de phases intermédiaires permettant de rapprocher, voire de conjuguer, ces deux figures. Le travail du CEPS démontre aussi la présence d'une grande variabilité dans le degré de conformisme ou d'indépendance des pratiques solidaires vis-à-vis du système économique, ce qui influe d'autant sur leur potentiel de transformation. On pourrait dès lors considérer les NMSE comme des variantes plutôt conformistes de ces pratiques économiques solidaires.

empty