Littérature générale

  • Je n'ai jamais été un faux cul : la justice m'a condamné et je méritais d'aller en prison. Mieux, elle a sauvé ma vie, m'ouvrant les yeux sur ce qui est abusif ou pas. Mais cette période de détention n'a pas préservé mes liens familiaux, et notamment ceux avec mes enfants.
    Aussi, en 2010, j'ai pensé que mon expérience pourrait servir à réformer l'incarcération des primo-délinquants. J'ai proposé l'instauration de mesures améliorant le choc subi par ceux qui entrent en prison pour la première fois, ainsi que la création d'établissements différents... « Construire des prisons nouvelles préservant les liens avec les proches, donc luttant contre la récidive », telle était mon utopie.
    Avec le soutien du président de la République, des gardes des Sceaux, des médias, de certains surveillants, de différentes associations, de tous les partis politiques, d'icônes comme Robert Badinter, Simone Veil, mais aussi de quinze patrons des plus grandes sociétés françaises, de vedettes emblématiques de la musique ou du sport, allais-je pour autant parvenir à faire évoluer les mentalités et les conditions de détention des 65 500 détenus enfermés dans les prisons de la République ?
    C'est cette aventure humaine, mouvementée et passionnante ? douloureuse, aussi ?, que je vous livre dans ces pages.

  • « Ça va être ma fête ! », plaisante Pascal Brunner qui s'attend à une note salée mais se tient prêt à la payer. Le chirurgien confirme d'un signe de tête. Le couperet tombe le 17 mai 2011, le jour de la Saint-Pascal. Pendant une année, l'artiste va lutter contre un « joli cancer de la gorge», subir plusieurs opérations dont une greffe du palais, et, surtout, réapprendre à parler et à chanter. Un comble.
    Sa place au soleil, le petit gars de Sarcelles ne l'avait pourtant pas volée.
    Il apprend son métier d'amuseur au Club Med et, très vite, il est repéré par Guy Lux qui l'invite à rejoindre La Classe, formidable vivier de talents sur France 3.
    Il devient chroniqueur dans Rien à cirer sur France Inter au côté de Laurent Ruquier, avant de décrocher le gros lot avec Fa Si La Chanter. Mais son ascension vertigineuse conduit Pascal tout droit en enfer. Les addictions au tabac et à l'alcool le détruisent à petit feu. L'animateur-chanteur va y laisser sa peau, perdre Fa Si La Chanter, qui a fait de lui une star.

    12-X P Création Studio Flammarion Pascal Brunner, 2005 © Éric Fougère / VIP Images / Corbis

  • Nous allons découvrir la saga d'un petit garçon de quatre ans échappant par miracle aux Allemands lors des rafles de 1942. Enfant terrible de la mode, il est venu bouleverser et contester l'hégémonie des mandarins de la haute couture. Il a été le premier créateur du prêt-à-porter à s'adresser au plus grand nombre.
    À travers moult anecdotes et histoires, il retrace ses passions, ses échecs, ses colères, la vérité sur la création du PSG et sa « double billetterie », ses amitiés et trahisons. Sa vie a été inspirée par les femmes, de sa mère à sa fille, en passant par ses épouses ou compagnes et son mentor, celle qui lui a appris son métier.
    Avec pudeur, il parle de ses drames, de ses combats, du harcèlement fiscal, de son exil solitaire. De son aventure politique, il garde un souvenir passionnant mais lucide. Avec humour, il dépeint son Saint-Tropez et le monde du show-biz dont il n'a jamais été dupe, mais qui n'a pas son pareil pour faire la fête.
    Daniel Hechter, à travers le roman de sa vie, se livre sans masque ni faux semblants, et révèle tout ce que l'on ignorait de celui dont on ne connaissait jusqu'ici que la griffe et sa passion du PSG.

empty