Poésie

  • La Ménagerie de verre, Un tramway nommé Désir, La Chatte sur un toit brûlant... Tout le monde connaît l'oeuvre de dramaturge de Tennessee Williams, lyrique, exaltée, adaptée au grand écran avec la postérité que l'on sait. Pourtant, en privé, l'homme se définissait avant tout comme un poète, un poète inspiré de la lecture de Keats, Shakespeare, Rilke et Rimbaud. Lorsqu'il publia Dans l'hiver des villes, en 1956, sa célébrité en tant qu'auteur dramatique était déjà telle qu'elle ne pouvait qu'éclipser son oeuvre poétique.
    Aujourd'hui, trente ans après sa mort, on comprend combien sa poésie abreuve tout son travail d'écriture, destiné ou non à être mis en scène. On y reconnaît l'intensité de son expression, son sentiment de solitude, sa compassion. Mais, contrairement à son théâtre qui se voulait exempt de toute thématique ouvertement homosexuelle, son travail poétique lui offre la possibilité de tomber le masque, de faire le récit de ses expériences avec les hommes ou de dire son amour pour Frank Merlo, son compagnon de longue date.
    Publié en français en 1960 dans une édition très parcellaire, Dans l'hiver des villes reparaît enfin dans sa version intégrale, avec une nouvelle traduction, comme restauré à neuf, étincelant de beauté.
    Édition bilingue.

  • Tout au long de sa vie, au gré de ses amours parfois agitées, E. E. Cummings (1894-1962) a composé des poèmes érotiques. Il ne lui a pas été toujours facile de faire publier ses textes, comme la plupart de ceux réunis dans cette anthologie. Car, chez Cummings, la chair n'est pas triste. Érotisée, la langue suggère des étreintes, des ébats, des cris. Qu'elle évoque les prostituées fréquentées dans sa jeunesse ou qu'elle chante l'amour pour ses compagnes, la poésie de Cummings ne craint pas de heurter les conventions, aussi bien morales que formelles.

  • Oeuvre sur l'eau

    Erri De Luca


    J'attache de la valeur à toute forme de vie,
    à la neige, à la fraise, la mouche.
    J'attache de la valeur au règne animal
    et à la république des étoiles.
    J'attache de la valeur au vin tant que dure le repas,
    au sourire involontaire, à la fatigue
    de celui qui ne s'est pas épargné,
    à deux vieux qui s'aiment.
    J'attache de la valeur à ce qui demain
    ne vaudra plus rien et à ce qui aujourd'hui
    vaut encore peu de chose (...).

    Ainsi commence Valeur, l'un des poèmes rassemblés dans ce volume, le premier livre de poésie d'Erri De Luca, à qui les proses ont assuré une notoriété qui ne cesse de croître (Tu mio, Une fois, un jour, Trois chevaux, Montedidio).
    Ici, comme l'auteur le confie dans une note liminaire, "à cinquante ans un homme se sent obligé de se détacher de la terre ferme pour s'en aller au large. Pour celui qui écrit des histoires au sec de la prose, l'aventure des vers est une pleine mer".

empty