Seuil

  • " J'ai une passion, une pulsion, un vrai démon de la connaissance ! J'ai envie d'apprendre. Je suis toujours très reconnaissant à qui m'apprend quelque chose et j'aime toujours apprendre aux autres. C'est une priorité au quotidien. Avant même de manger ! C'est comme si j'avais la mission, au sens ordinaire du terme, d'enseigner. Et plus j'avance en âge, plus cela se présente comme : "Il faut. Ça urge !" "
    Hubert Reeves
    Astrophysicien de renommée mondiale, Hubert Reeves a nourri toute sa vie une passion pour l'histoire du cosmos. Pour lui, nous faisons partie d'un système où univers, nature et humanité sont interdépendants. Afin de préserver cet équilibre de vie pour tous, il est devenu un grand défenseur de la nature.
    Hubert nous confie ici les étapes de son cheminement, qui l'ont mené progressivement vers une belle sérénité. Il évoque les influences qui l'ont formé, ses choix, ses joies mais aussi ses doutes et inquiétudes, les difficultés qu'il a pu rencontrer et la manière dont il les a surmontées.
    Voici une source d'inspiration et d'énergie qui devrait nous inciter à assumer nos propres envies.
    Entretiens menés par Sophie Lhuillier

  • " Qui suis-je ? Si je le savais, cela réglerait un certain nombre de questions que je continue à me poser ! Mais heureusement, j'ai commencé par refuser d'être celui que l'on voulait que je sois. J'ai renoncé très jeune à rentrer dans une catégorie, case, obligation, ou bienséance. Finalement, j'ai exploré deux pistes : l'émerveillement, lorsqu'on observe les insectes on est dans l'étonnement, et le faire, parce que fabriquer de ses mains m'a toujours paru très important. "
    Gilles Clément a vécu son enfance entre la Creuse et Oran, où s'est ancré son goût du voyage et de l'observation. Jardinier, paysagiste, botaniste, entomologiste, enseignant et écrivain, il n'a qu'une passion : le vivant ! Il est à l'origine de nombreux sites (privés et publics, en France et dans le monde) : le jardin de l'Arche de la Défense (Paris), le parc Matisse (Lille), le Domaine du Rayol (Var). Il en a dégagé certains concepts florissants (le Jardin en Mouvement, le Jardin Planétaire et le Tiers-Paysage) sur un principe de base : " Faire le plus possible avec, le moins possible contre " la nature, les énergies, la vie.
    Entretiens menés par Sophie Lhuillier

  • « Je suis une femme, ça compte. Une vieille dame de 86 ans maintenant. J'ai l'impression d'avoir eu cette chance inouïe de pouvoir faire exactement ce que je voulais dans la vie. J'ai eu des parents à la fois "comme il faut" et remarquables, surtout mon père. Pour moi, les droits et les capacités des femmes allaient de soi. J'ai pu mener les combats qui me semblaient importants et justes. J'ai consacré mes travaux à l'étude du fonctionnement des pouvoirs et j'ai transmis le résultat de mes recherches au plus grand nombre dans mes livres. »

    Susan George s'intéresse depuis cinquante ans aux injustices dans le monde. Américaine naturalisée française, elle nous raconte comment sa conscience politique s'est éveillée face à l'horreur de la guerre du Vietnam, et comment, depuis, elle s'est engagée contre les abus de pouvoir : d'abord en étudiant le problème de la faim dans le monde, puis ceux de la dette des États et du pouvoir des transnationales. Très tôt aussi, depuis 1989, elle soutient la cause écologique. Présidente d'honneur d'ATTAC et du Transnational Institute, cette figure de proue du mouvement altermondialiste est grand-mère de quatre petits-enfants. Elle a toujours placé ses engagements familiaux et publics au même niveau, déployant des trésors d'énergie et de pédagogie.

    Entretiens menés par Sophie Lhuillier

  • " Sait-on qui l'on est ? J'ai l'impression que c'est plutôt un regard extérieur qui peut dire qui je suis. Ma mère pensait que j'étais très gentille, très sage, mais au fond très rebelle. Elle le sentait. Elle disait : "Mon agneau est un phénomène." Je ne sais pas ce que ça voulait vraiment dire dans son esprit mais elle voyait que j'étais spéciale sans doute. J'avais de la suite dans les idées, et puis... j'essayais d'arranger les choses, tout le temps ! "
    Agnès b.
    Agnès Troublé est née en 1941 à Versailles. Elle se lance à 20 ans dans la création de vêtements, sans suivre d'études préliminaires. En 1973, elle fonde sa marque agnès b. et connaît un succès international. Passionnée par l'art, elle ouvre en 1984 une galerie où elle expose de jeunes artistes prometteurs. Enfin, elle s'engage pour un monde plus juste en soutenant de nombreuses causes, dont l'écologie.
    Agnès b. nous confie les étapes de son parcours, depuis son enfance dans le parc du château de Versailles jusqu'à sa nouvelle galerie, La Fab., en passant par l'inauguration de sa première boutique 3, rue du Jour à Paris.
    Elle évoque ses épreuves de jeunesse, ses réalisations, ses rencontres, et les sources de sa force de travail et de vie.
    Arrière-grand-mère, Agnès b. " adore la jeunesse ": s'adresser à elle lui tient particulièrement à cœur.
    Entretiens menés par Sophie Lhuillier

  • Je chemine avec Angélique Kidjo Nouv.

    « Avant d'être femme, avant d'être noire, je suis un être humain. Née dans une famille de dix enfants, au Bénin, j'ai reçu une éducation atypique. Mes parents étaient féministes : filles comme garçons, nous allions tous à l'école et participions équitablement aux tâches ménagères. Ils ne nous dictaient jamais notre conduite mais nous incitaient à nous remettre en question. Nous avons appris à associer la tête et le coeur à nos réflexions. Cela me définit bien : je suis cette personne à qui on a enseigné la tolérance. Et la musique, bien sûr, est inscrite au coeur de ma personnalité. Mon père jouait du banjo, ma mère chantait. C'est elle qui m'a appris à chanter. »

    Angélique Kidjo est l'une des plus grandes voix venue d'Afrique. Décrétée "première diva africaine" par le Time Magazine, couronnée de quatre Grammy Awards, elle associe avec brio la beauté des musiques traditionnelles de son Bénin natal à l'énergie d'autres genres : pop, jazz, reggae... Chacun de ses albums est intimement lié à l'histoire de l'Afrique et à la défense des droits humains : esclavage, apartheid, égalité des sexes. Elle considère l'éducation comme un impératif visant à garantir justice et paix dans le monde. Ambassadrice de bonne volonté à l'Unicef depuis 2002, elle a créé sa propre fondation, Batonga, en 2006. Sa musique touche, rapproche et fédère: une main toujours tendue vers l'autre.

    Entretiens menés par Sophie Lhuillier

empty