Société québécoise de recherche en musique

  • Ce numéro des Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique témoigne de la grande variété de formes que prend la créativité musicale. Paul Bazin signe un texte sur la « cantate radiophonique » Psaume pour abri de Pierre Mercure appuyée sur des poèmes de Fernand Ouellette et constituant une prise de position claire devant la menace nucléaire. Anthony Grégoire examine, lui, la divergence entre la résultante sonore des performances d'une chorale chrétienne sénégalaise et les partitions utilisées, témoignant ainsi d'une profonde appropriation du répertoire. L'appropriation musicale est aussi au coeur du texte d'Étienne Kippelen, portant sur les différentes fonctions et connotations de la citation en musique contemporaine chez Karlheinz Stockhausen, Alfred Schnittke et Régis Campo. Carolyn Sumner se penche, elle, sur l'implication sociale, politique et artistique du compositeur torontois John Weinzweig, alors qu'Alexis Risler s'attarde à l'art de la transcription, à partir de modèles vocaux, chez Albert de Rippe. Enfin, Patrice Nicolas offre un texte consacré au prélude en do majeur du premier livre du Clavier bien-tempéré de Jean-Sébastien Bach.

  • Dans ce numéro des Cahiers de la SQRM, Claudia Schweitzer propose une incursion dans la tragédie lyrique du 17e siècle et le rôle qu'y tiennent les scènes de songe chez Lully et Desmarets. Paul Cadrin partage ensuite son intérêt pour un concert de musique religieuse présenté lors du départ de Montréal, en 1868, du premier régiment des zouaves pontificaux. Puis, Frank Pecquet s'attarde aux notions de design sonore et d'écologie sonore urbaine en s'appuyant sur un projet d'oeuvre sonore interactive de l'artiste James Murphy dans le métro de New York. Vita Kim vous invite ensuite à découvrir un genre méconnu de la chanson polyphonique du XVIe siècle francoflamand, la fricassée, mélange de mélodies et de textes poétiques empruntés à d'autres chansons et visant à faire rire. Sarah-Ann Larouche s'interroge, elle, sur les critères ayant prévalu lorsque différents spécialistes ont divisé en périodes l'oeuvre de Joseph Haydn. Enfin, Jonathan Voyer partage sa passion pour la musique classique de l'Inde.

  • Ce numéro double des Cahiers de la SQRM, paru en 2020, a été conçu à l'occasion du 40eanniversaire de la fondation de l'Association pour l'avancement de la recherche en musique du Québec (ARMuQ), en1980, devenue la Société québécoise de recherche en musique (SQRM) en juillet1997. En forme de florilège, cette livraison permet de rendre hommage aux chercheurs et chercheuses qui se sont distingués depuis plus d'une vingtaine d'années par leurs travaux portant sur différents aspects des musiques du Québec (Louise Bail, Mireille Barrière, John Beckwith, Jean Boivin, Sylvain Caron, Claude Dauphin, Guylaine Flamand, Sophie Galaise, Élisabeth Gallat-Morin, Marie-Thérèse Lefebvre, Hélène Paul, Jean-Pierre Pinson et Lucien Poirier, sans oublier la participation précieuse d'Antoine Sirois, spécialiste de l'histoire culturelle). Les sujets traités sont variés et vont de la musique en Nouvelle-France à la création québécoise contemporaine, en passant par l'histoire de l'ARMuQ/SQRM et un bilan des avancées en éducation musicale. 

  • Cette édition des Cahiers de la SQRM présente quatre textes qui font écho à une journée d'étude « Musique et [néo]classicisme en France (1850-1950) », organisée le 13 février 2019, à la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Il y fut question de mieux comprendre les principaux traits du néoclassicisme, courant musical important, qui s'est développé dans l'entre-deux-guerres, et qui se veut une actualisation de formes et de techniques plutôt qu'un simple retour vers le passé. Christophe Corbier s'intéresse aux concepts de classicisme et d'hellénisme, à travers les écrits et travaux du compositeur et chef d'orchestre français Louis-Albert Bourgault-Ducoudray (1840-1910). Jean Boivin tourne son regard vers le Québec des années 1940 et 1950. Danick Trottier, lui, effectue un retour sur l'apport d'Adorno à l'étude du néoclassicisme, en particulier la réception de Stravinski, alors que Federico Lazzaro se penche sur 800 mètres d'André Obey. Hors dossier, lisez sur l'expérience corporelle en musique (Julie Ferland-Gagnon) et A World Requiem (Sebastián Rodríguez Mayén).

  • Ce numéro des Cahiers de la SQRM propose six articles écrits par la relève affichant des préoccupations pour les études du genre, les études culturelles, la musique de création et les discours sur la musique. D'abord, Marie-Pier Leduc discute des écrits du critique musical Émile Vuillermoz dans la France de l'entre-deux-guerres. Campés à la même époque, l'article de Kristin Franseen se penche sur le livre Music and its lovers (Vernon Lee) regroupant les pensées d'auditrices, alors que celui de Vanessa Blais-Tremblay étudie l'apport des femmes à la scène jazz montréalaise. Vicky Tremblay s'intéresse aux travaux des années 1990 de Susan McClary, Marcia J. Citron et Marie-Thérèse Lefebvre, canoniques en musicologie lorsqu'il est question d'études de genres, alors qu'Emanuelle Majeau-Bettez livre une analyse de type ethnographique sur la compositrice Éliane Radigue. Enfin, Daniel Frappier aborde divers enjeux liés aux discours produits sur la musique et le bruit depuis l'arrivée de la modernité.

  • Ce numéro fait écho au symposium international Apprentissage et enseignement de la musique au XXIe siècle : L'apport des sciences et des technologies (LTM/AEM21), tenu à Montréal en novembre 2015. Il présente six articles qui approfondissent la réflexion entamée lors de ce symposium international, dans un contexte où domine toujours, dans l'apprentissage de la musique, une transmission hiérarchique du savoir-faire du maître vers l'élève. Est-ce que la science peut nous aider à mieux comprendre et à faciliter l'apprentissage d'un instrument ? Peut-on créer des pédagogies basées sur des données probantes, sur des faits démontrés par la science ? Le recours à la technologie est-il toujours garant de succès ? L'émergence d'un outil, le fonophone pour iPad et iPhone, celui d'un nouveau dispositif d'enregistrement qui permet d'observer - et éventuellement corriger - les gestes des pianistes ou l'impact des sites web d'hébergement de vidéos comme YouTube sur les pratiques pédagogiques des enseignants et sur l'apprentissage des élèves sont quelques-uns des sujets abordés.

  • Ce numéro double des Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM) fait écho à un colloque international tenu en février 2015 à l'Université de Montréal et intitulé « Les musiques franco-européennes en Amérique du Nord (1900-1950) : Étude des transferts culturels ». Quatre textes abordent la pénétration de la musique française de la première partie du XXe siècle à partir de sa réception et de sa représentation médiatique. D'autres contributions mettent plutôt en lumière la manière dont ont été reçus en France les musiciens et la musique américaine. Le jazz, pour son rôle fondamental dans l'affirmation de la culture musicale américaine du XXe siècle, est d'ailleurs dans la mire de plusieurs auteurs. En complément de ce dossier, ce numéro vous propose trois textes s'inscrivant dans une réflexion globale sur le style et sur les échanges divers qui conduisent à son élaboration progressive. Enfin, trois comptes rendus de livres complètent cette livraison des Cahiers.

  • Les articles de ce numéro double sont issus du colloque Dialogues en mouvement/Moving Dialogues, tenu à l'Université McGill en février 2011. L'événement a permis à des experts en musique et en danse de se nourrir des méthodes et des démarches de l'autre. L'étendue chronologique était de 1920 à nos jours, alors que les formes artistiques représentées allaient du ballet classique à la gestuelle improvisée, puis de la musique baroque à la musique traditionnelle du Mali. Les contributions se recoupent ici autour d'une problématique essentielle: comment concevoir, expliciter et démontrer avec précision l'interaction entre la musique et la danse? Unité ou indépendance? Les auteurs abordent donc les tensions inhérentes aux rapports entre la danse et la musique.

  • Le Nord, l'hiver et l'Arctique suscitent l'intérêt d'artistes et inspirent nombre d'oeuvres où le son et la musique participent, au sens propre comme au figuré. Que les sons et la musique viennent ponctuer un moment dramatique, créer une ambiance, suggérer une émotion ou qu'ils soient l'objet principal, autant les oeuvres dans lesquelles ils se trouvent que leur place dans la constitution de l'imaginaire du Nord restent très peu connues. Qu'est-ce que le Nord et le froid donnent à entendre? Par quels signes sonores et musicaux (re)construire le Nord (ou l'idée du Nord)? En quoi un timbre peut-il être perçu comme étant « froid »? Quels sont les systèmes de représentations culturelles et esthétiques relatifs aux aspects sonores du Nord dans la musique classique, le roman, la poésie ou le théâtre? Existe-t-il une musique nordique? Telles ont été les questions abordées lors du colloque « Musiques et imaginaire du Nord et du froid », tenu à l'Université du Québec à Montréal en janvier 2012, à l'origine de ce numéro consacré au même thème.

  • La recherche en musique se décline en une grande variété d'approches dans des domaines tout aussi divers, et s'appuie sur un non moins large éventail de sources. Ce numéro des Cahiers de la SQRM en témoigne à nouveau. Dédié à la mémoire de la regrettée musicographe, pédagogue et communicatrice Maryvonne Kendergian (1915-2011), étroitement associée au développement de la musique au Québec et qui fut la première présidente de la SQRM, cette livraison comprend des textes de Patrice Nicolas, Louis Brouillette, Luc Bellemare, Danick Trottier, Martin Guerpin, Jason Savard et Albrecht Gaub. Des questions de théorie musicale, d'histoire de la pratique musicale au Québec ainsi que de cette discipline plus récente qu'est la socio-musicologie sont abordées dans ce numéro.

  • Ce nouveau volume des Cahiers de la Société québécoise en musique regroupe des textes qui témoignent d'une même volonté de jeter un regard neuf sur la musique d'hier ou d'aujourd'hui, qu'elle soit classique ou populaire. Parmi les sujets abordés, la musique du compositeur québécois Pierre F. Brault, auquel on doit plusieurs trames sonores et la musique de la populaire série télévisée pour enfants Passe-Partout; la distanciation entre musique et image dans la partition composée par le célèbre John Williams pour Jurassic Park; les variantes du cycle de quintes parsemant les deux recueils du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach; le traitement numérique en temps réel de la voix dans quelques oeuvres majeures du compositeur français Philippe Manoury; et le style dans le travail de quatre jeunes compositeurs canadiens, finalistes du concours bisannuel de l'Ensemble contemporain de Montréal, ECM+ Génération 2014, entre autres.

  • Les articles de ce numéro thématique sur l'apprentissage et l'enseignement de la musique sont issus des communications présentées à l'occasion du colloque international « L'apprentissage de la musique : son apport pour la vie de l'apprenant du 21e siècle » tenu au Centre des congrès de Québec en novembre 2012. Parmi les thèmes abordés, entre autres, Eddy Schepens propose une réflexion philosophique sur la formation musicale offerte dans les conservatoires et écoles de musique en France; Muriel Deltand s'est intéressée à la formation des futures enseignants généralistes belges; Pascal Therrien présente une étude sur la formation des maitres auprès des musiciens du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris; Jean-Philippe Després et Francis Dubé offrent une synthèse des connaissances actuelles pour guider le professeur d'instrument dans l'enseignement de l'improvisation musicale.

empty