Éditions Encre Rouge

  • Courage

    Soren Paul Petrek

    Madeleine Toche est la meilleure dans sa catégorie. Mais le jour où elle s'oppose à son mentor, le cours de l'Histoire est menacé...
    Courage présente Madeleine Toche, une jeune française douée pour assassiner les allemands. Recrutée par l'Intelligence Britannique et formée par un juif, ancien agent des services secrets allemands, elle reçoit la mission d'enrayer l'élite nazi. Se déplaçant à travers la France, elle devient l'une des plus talentueuses agentes des Opérations spéciales. À la veille du Jour-J, un ordre visant Rommel, l'amène à s'opposer à son mentor ; une mission qui pourrait changer le cours de l'Histoire.
    Découvrez sans plus attendre dans ce thriller haletant. Immersion en plein coeur des services secrets britaniques aux côtés d'une experte de l'assassinat.
    /> EXTRAIT
    Caché sur une poutre de soutien dans les combles d'un vieux château français, Berthold Hartmann était à l'affût. Un plafond suspendu le dissimulait. Il écoutait les allées et venues en dessous de lui pendant que le quartier général parisien de la Waffen SS vaquait à ses terribles occupations. Il attendait là depuis la nuit précédente, après que les gardes s'étaient assoupis.
    Hartmann jeta un coup d'oeil à sa montre : «?Ça ne devrait plus être long maintenant. Lorsque nous combattions ensemble durant la Grande Guerre, il n'était pas plus qu'un officier, et maintenant il est à la tête d'un service de renseignement. Quelle idiotie?! Mais ce salaud sait saisir les opportunités et il hait les juifs : qualités que le Reich appréciait quand il s'agissait de promouvoir quelqu'un au grade de général. À l'époque il me détestait et il a eu sa revanche. Maintenant, c'est moi qui vais prendre la mienne.?»
    À travers la grille du plafond, Hartmann vit qu'on allumait la lumière, et il se figea lorsqu'il entendit le général Wolfgang Mueller entrer dans son bureau et s'asseoir dans son fauteuil. Hartmann aperçut une secrétaire qui posait un service à café en argent sur le coin d'une table et une pile de dossiers placée sur le sous-main en face de lui.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Soren Paul Petrek est un avocat général passionné par l'étude de la Seconde Guerre mondiale. Il a vécu en France et en Angleterre, écoutant les récits de gens qui ont vécu le combat et les sacrifices lors des périodes les plus noires de la guerre. Sa poésie reflète les horreurs de ces années ainsi que les épreuves et les triomphes du peuple.
    Le premier roman de Soren, Courage, est inspiré de l'histoire vraie d'une jeune femme belge qui a aidé d'innombrables enfants juifs à fuir les terreurs du régime nazi.
    Soren partage sa vie avec Renee au Bungalow 71 à Lauderdale dans l'état du Minnesota. Ses fils, Max et Riley, tous deux artistes, vont de par le monde afin de le rendre meilleur.

  • Le destin de deux enfants abandonnés
    De Magnat l'Étrange à La Courtine en Creuse, Pierre est le fruit d'amours illicites entre un soldat russe et la femme d'un prisonnier de guerre.
    De Prague à Roussac en Haute-Vienne, la naissance de Gabrielle entrave la carrière prometteuse de sa mère pianiste.
    Les deux enfants abandonnés à l'Assistance publique sont ballottés d'une guerre mondiale à l'autre. Privés d'amour, leur jeunesse oscille entre souffrances et providence.
    Quelles sont leurs chances de maîtriser leurs destins de bâtards et de prendre une revanche sur leur sort ?
    Un roman bouleversant, que l'auteure a écrit en hommage à ses parents et à leur histoire.
    EXTRAIT
    Dimitri découvre Marie pour la première fois, à l'ombre du tilleul centenaire, près de la grange, devant le château de Magnat. Il s'avance vers l'arbre pour partager le déjeuner frugal. Quand il s'approche d'elle pour se présenter, leurs regards se figent l'un à l'autre et plus personne n'existe autour d'eux. Ses yeux bleus font tourner la tête de Marie dès qu'ils se fixent dans ses prunelles vertes. Il lui semble plus doux que ses deux compagnons malgré sa stature imposante. Elle lui rappelle une soeur restée là-bas, mais surtout, il ressent un élan vif, une tension de tout son corps frustré depuis si longtemps. Tout en répondant aux questions des convives curieux de connaître l'odyssée des soldats russes, il épie discrètement chaque geste, chaque sourire, chaque mot de la belle.
    -Est-elle libre, se demande Dimitri ? Accepterait-elle de passer un moment avec moi ? Elle paraît sensible à mes regards, mais une si jolie femme doit être courtisée et n'attend sûrement pas les prétendants !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Née en 1948 à Limoges, la carrière d'enseignante de Liliane Fauriac s'est déroulée dans des écoles primaires de Haute-Vienne. Elle s'est investie dans les associations locales sportives et culturelles.
    Retraitée depuis 2003, elle s'adonne à ses passions : les voyages, la marche, l'écriture, la musique et transmet par les mots les émotions qu'elles lui procurent.
    Elle a obtenu plusieurs prix de poésie et de nouvelles à des concours régionaux et nationaux et participe régulièrement à des salons du livre en Limousin, Dordogne, Lot, Charente, Indre, Aveyron...

  • La petite ville de Grave Rock est secouée par de curieux agissements : tombes profanées, lumières dans le ciel, cadavres qui disparaissent...
    Des événements inhabituels secouent la petite ville tranquille de Grave Rock depuis quelques temps : des tombes bizarrement profanées, des lumières étranges dans le ciel, des cadavres qui disparaissent...
    La police locale, quelque peu dépassée par la situation, fait appel au FBI. L'agent spécial Tony Foxter est envoyé sur place pour résoudre cette enquête.
    Pas habitué aux phénomènes hors normes, il va vite comprendre que l'affaire ne se classera pas en quelques jours...
    Arrivera-t-il à mettre fin au cycle perpétuel des horreurs qui touche les habitants de Grave Rock ?
    Plongez-vous sans plus attendre dans ce roman fantastique et découvrez les mystères qui entourent Grave Rock !
    EXTRAIT
    La conscience en demi-teinte, le réveil fut affreusement lent et progressif. Cela dura plusieurs heures. Puis, comme frappée par une électrocution, elle se souleva violemment et le peu de paupières qui lui restaient laissa place à des cavités oculaires quasi vides et écoeurantes. Les grouillements à l'intérieur du corps générèrent une violente douleur qui faisait passer les coliques de sa vie antérieure en chatouillis. Les courbatures se transformèrent en tremblements incontrôlables, exempts de toute panique, mais plutôt générés par une rage féroce inouïe. Quelques grognements ayant perdu une bonne partie de leurs humanités sortirent de sa bouche desséchée. L'espace était bien entendu insuffisant pour se lever et sa tête heurta maladroitement l'intérieur capitonné du cercueil. Son front tapa alors furieusement, de plus en plus vite. Ses bras et ses jambes firent de même.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après Allô la Police ? 100% vrai ! 100%drôle !, Matthieu Kondryszyn, policier à Paris, délaisse l'humour pour son premier roman fantastique épouvante aux frontières d'X-Files et de Stephen King.
    En manque d'insomnies ? Vous êtes au bon endroit !

  • Un vieux sculpteur se souvient de la beauté, celle des femmes et de la vie.
    «?Elle était plus belle encore, peau brunie, cheveux cascadant sur son cou, si brillants. Et la finesse soulignée de ses traits, son regard profond et chaud, ses lèvres prêtes au baiser. Et son corps dévoilé par une robe blanche, longue et légère qui lui était comme une caresse. Elle aimait ces robes de soie qui libéraient, à chaque mouvement, des formes nouvelles douces, délicates. Elle était à la fois toutes les statues de déesses, toutes les statues de femmes saisies pour l'infini par la main folle des tailleurs de rêves. Elle était femme, pleinement, elle était l'amour. Elle faisait se lever tous les regards et personne n'osait l'approcher. Elle glissait comme une apparition, insaisissable, abandonnant derrière elle un parfum de magnolia, seule trace de son passage.?»
    Pétros Mikénaï, le vieux sculpteur, est de retour à Naxos un an après un départ précipité. Ce retour est un voyage dans sa vie qui fut une quête de la beauté idéale, une quête qui confine à la folie.
    Ce roman est un hymne à la beauté, à la beauté des femmes, à celle de l'Égée éternelle, l'Égée des Cyclades, un hymne à l'amour, un roman que traversent des dizaines de personnages de la Grèce antique pour en rappeler l'éternité et la modernité.
    EXTRAIT
    Te souviens-tu, Pétros Mikénaï, te souviens-tu du temps où tu t'appelais Pierre Aubain, né un matin de juin 1919, un 13 juin, rue Bonaparte?? "Tu auras de la chance", avait chuchoté la vieille sage-femme appelée de presque toute urgence dans la nuit par Alphonse Aubin, archéologue et professeur à la Sorbonne, une sommité dans le monde fermé des savants que passionnait la Grèce antique.
    Cette nuit-là, Xandra Mikénaï, sa femme, le réveilla brusquement. "Il arrive", gémit-elle. Étonné, il ne comprit pas tout de suite où elle voulait en venir.
    - Dépêche-toi, Alphonse?! Le bébé...
    Il mit ses lunettes et regarda sa femme avec étonnement.
    - Pourquoi, ma chérie?? Nous partons??
    - Alphonse, j'ai mal?! Le bébé...
    Il se souvint alors que sa femme était enceinte et que la naissance était prévue pour bientôt. Il fut pris d'une telle panique qu'il descendit en pyjama dans la rue et remonta aussitôt s'enfermer dans son cabinet de travail où il resta près de dix minutes, ne sachant pas comment s'y prendre devant une situation si nouvelle pour lui. Ce furent les gémissements répétés de Xandra qui le tirèrent de son hébétude. Il reprit conscience, enfila un manteau et courut rue du Pont Neuf où logeait la vieille accoucheuse.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1946 à Chambéry, Serge Revel a été maître de conférences à l'Institut de la Communication Université Lumière-Lyon2. Depuis 1989, il est auteur, co-metteur en scène et responsable des Historiales (spectacle historique) de Rhône-Alpes. Son roman Les Frères Joseph, publié au Rouergue en 2013, a reçu en 2014 le prix Claude-Farrère des Écrivains Combattants.

  • Une chronique acérée des maux actuels de notre société.
    Modeste Kirambali, rescapé du génocide rwandais, habitant d'une zone sensible, élève du mieux qu'il peut ses deux enfants, dont l'un rentre au lycée et l'autre est récemment sorti de prison. Les cauchemars liés à son passé n'en finissent pas de le hanter.
    À l'autre bout de la ville, les policiers Lecouerc et Jacquier se lancent dans une enquête sur l'assassinat du bras droit d'un mafieux local. Le lieutenant Jacquier, être solitaire et désespéré, se voit dans l'obligation de suivre une psychothérapie.
    Plongez avec ces personnages émouvants dans une histoire au rythme haletant.
    EXTRAIT
    Rwanda - 1994
    Ce soir-là, le soleil se coucha en prenant une teinte particulièrement rougeoyante. Le ciel entier s'embrasa, veiné d'on ne sait quel or. Le pourpre seul dominait. Ç'aurait pu être un spectacle magnifique si un homme à demi assis ne venait pas, au fond, de se relever des morts. Il fixa l'astre comme si c'était la fin des temps, comme si l'obscur allait tout engloutir, les hommes, les animaux, la nature tout entière et toutes les civilisations. Il toucha son bras pour s'assurer qu'il appartenait encore bien au monde des vivants. Sa tête lui faisait mal. Il passa sa main sur son cuir chevelu et la ramena devant ses yeux. La vue du sang le fit gémir. Il ne réalisait pas ce qu'il venait de vivre. Autour de lui, ce n'était plus que feu, débris et gravats. Les maisons du village brûlaient. Une odeur de mort régnait partout dans les rues et en dehors, la nature tout entière s'en trouvait elle-même imprégnée.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1974, titulaire d'une maîtrise en Histoire et professeur en Lycée professionnel, Mathias Goddon en est avec Une douloureuse enquête à son troisième roman policier. Il a participé à plusieurs dédicaces, festivals de polar (1er salon Romans noir 2015, Vague de Livres, Villefranche-sur-Saône, 2016) ainsi que des lectures publiques (Bibliothèque Hauteville-sur-Fier, 2016).

  • Gemma

    D Arnac-G

    Quand huit amis font tout pour sauver le neuvième de la dépression...
    C'est l'histoire d'un coup de foudre, apparemment rien de très original, à ceci près qu'il s'agit d'un coup de foudre « cinématographique ». Un dialogue s'installe entre le narrateur et ses amis à propos de l'actrice anglaise Gemma Arterton (qui a tourné le film Gemma Bovery et plus récemment L'histoire de l'amour). Très vite, on comprend que notre héros a subi un choc amoureux d'une violence inouïe, choc qui l'a conduit tout droit à l'asthénie et la déprime. Fautif, le cinéma, la coupable, cette femme qu'il a vue sur grand écran. Depuis, il ne mange plus et se laisse dépérir sur son canapé. En somme, il a tous les symptômes du malade amoureux. C'est là que ses huit amis proches rentrent en scène, débarquent chez lui et tente de lui faire remonter la pente.
    Au cours de la même soirée, chacun va alors lui inventer un scénario imaginaire, mettant en jeu les qualités de tous, pour qu'il puisse tenter de séduire la belle Gemma.
    Un roman d'amour au scénario original !
    EXTRAIT
    J'étais resté complètement interdit par l'idée d'Olivier. Et comme suspendu à ses larges lèvres. Qu'allait-il encore inventer ? Je sentais que je n'étais pas le seul à me le demander et toute l'attention était désormais sur lui, maintenant que le temps semblait retenu. Dave fut le premier à oser briser le silence.
    - Bon, alors, quel est ton plan, Olivier ?
    Ses deux minutes de réflexion s'étaient écoulées seconde par seconde et notre curiosité l'amusait. De mon côté, je n'aurais pas pensé possible de tenter autre chose que d'avaler un ou deux bonbons magiques de Maître Cheng pour tout oublier.
    - L'aider à montrer ce qu'il est et ce dont il est capable, répondit-il, avec une simplicité confondante.
    Bien sûr, c'était gentil et bien essayé de sa part, mais j'avoue que, posé au creux de mon canapé, je n'avais pas l'impression d'être capable de faire grand-chose...
    Devant mon visage ahuri, il reprit, en s'adressant à moi :
    - Puisque tu es un artiste, prouve ton talent ! Fais une oeuvre qui retienne son attention...
    - Fais donc son portrait, coupa Annika, ça pourrait lui plaire, la flatter.
    - Sans compter que ça pourrait se vendre, ajouta Jean-Raoul, les euros dans les yeux...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Gabriel d'Arnac est né en 1975. Juriste, il engage ses compétences au service d'organisations humanitaires tout en nourrissant ses passions pour la création artistique et l'écriture.
    Touche à tout, rêveur, amoureux de l'immensité de la mer et de la beauté, Gabriel d'Arnac entend suivre ses inspirations dans toute leur extravagance, loin des cadres imposées. D'ailleurs, pourquoi ne pas imaginer maintenant que ce premier roman puisse faire un très bon film ?

  • L'auteure décline sur différentes tonalités la thématique inépuisable de l'amour.
    Une poésie en féminité, en douceur, en violence, en rondeur, en élégance.
    Laissez-vous envoûter par les voluptueuses musiques des mots qui vous offriront les images, les couleurs, les parfums !
    Des poèmes langoureux inspirés par l'univers musical.
    EXTRAIT DE SÉRÉNITÉ
    Un halo de lumière poudrée
    enveloppe l'intimité de ma sphère.
    Des notes pures et sensuelles
    subliment mes sentiments,
    les exaltent, les enchantent
    tandis que je me sens flotter
    au-dessus d'un lac de félicité.
    Murmures et confidences
    se reflètent en surface
    de mon âme blessée qui tente son envol
    vers la plénitude de l'instant.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Née en 1948, Liliane Fauriac a enseigné dans plusieurs écoles primaires de la Haute-Vienne. Une double passion, celle de l'écriture et celle de la marche où elle puise énergie et inspiration, l'a conduite à publier son premier ouvrage en 2011.
    Son goût pour les voyages et les rencontres y est imprimé comme dans les livres suivants, à travers des descriptions poétiques. Elle l'exprime avec la sensibilité et l'enthousiasme qui l'anime. Impliquée dans la vie associative, dynamique et ouverte, elle aime partager ses émotions au fil des mots écrits le plus souvent en écoutant ses musiques.

  • Recueillie, traquée, abusée, rien ne lui sera épargné.
    Une jeune femme, ou plutôt une fille, que rien ne prédestinait à ces épreuves, va vivre l'enfer. La rue, ses nuits interminables, ses dangers et cette angoisse permanente. La solitude aussi, face à cet immense vide. Alors que sa chute fut immédiate, c'est l'histoire de sa reconstruction, pas après pas, au rythme de ses rencontres. Recueillie, traquée, abusée, rien ne lui sera épargné. Mais sa route, parsemée d'opportunités, la poussera au-delà de ses limites et se révélera finalement pleine de sens.
    Découvrez le parcours de vie et la reconstruction d'une jeune fille plongée dans le monde de la rue et ses épreuves.
    EXTRAIT
    Sans réfléchir, je courus en direction de la porte. Ne pas tomber, ne pas glisser, aller aussi vite que possible, tout droit, toujours tout droit. Je parvins à ouvrir la porte avant que Jesse, lancé à ma poursuite, ne me rattrape. Une fois dehors, je pris le temps de refermer le verrou. Ce dernier n'était pas encore complètement refermé lorsqu'un impressionnant "boum" résonna. Le corps de Jesse venait de s'écraser contre la porte métallique. Il s'en était fallu de peu pour qu'il ne me rattrape. Je m'accordai trois minutes, dos à la porte, pour reprendre mon souffle. J'ignorais complètement où je me trouvais, j'étais terrorisée. Jesse s'acharnait à essayer d'ouvrir la porte. Il criait. Max, lui, devait déjà être à ma recherche. La traque venait de commencer.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jeune annecienne de 23 ans, doctorante en droit, Manon Viglino ne tient pas en place. Elle aime voyager, se lancer de nouveaux challenges, et e plonger dans les grands classiques comme dans un bon thriller. Adepte des univers sombres, et passionnée par l'exploration de la nature humaine, elle écrit depuis qu'elle sait tenir un stylo, sans autre ambition que de vous emmener dans ses délires.

  • Séparée de sa soeur à l'adolescence, Gala désespère de ne jamais la retrouver...
    A l'adolescence Gala est séparée de sa soeur Adèle. Une histoire qui tourne mal et Adèle disparaît sans laisser de trace. A un moment charnière de sa vie où elle bouscule tout, Gala décide de rechercher sa soeur aînée, elle s'y emploiera une partie de sa vie. Ce sera un chassé-croisé de personnages rencontrant les deux soeurs sans jamais se douter de leur parenté. C'est une photo sépia, accrochée sur la vitre d'un bar, qui deviendra le lien fragile menant Gala vers Adèle. Arriveront-elles à se retrouver ?
    Plongez-vous sans plus attendre dans une quête désespérée et accompagnez Gala en recherche de sa soeur disparue depuis bien longtemps.
    EXTRAIT
    Depuis qu'elle a cessé de travailler, Gala n'a plus un moment de libre. Elle a commencé par changer la décoration de son appartement. Elle le trouve trop fonctionnel, il manque de personnalité. Elle visite toutes les boutiques de décoration, de meubles et de luminaires à la recherche de coussins, de lampes et de petits meubles qui viendront égayer ces pièces trop strictes. Sa mère l'accompagne souvent. C'est un réel bonheur pour la mère et la fille de partager ces moments, elles se révèlent l'une à l'autre. Gala est surprise et attendrie de découvrir une femme pleine d'humour et de fantaisie. Elles terminent toujours leurs journées shopping dans un bar branché de la capitale devant un cocktail ou un bon verre de vin. Sa mère lui apparait différente de celle qu'elle a connue enfant. Toutes ces années, elle a refoulé son côté solaire. Elle pensait qu'élever des enfants était un acte grave et difficile, qu'il fallait s'en acquitter avec une application sage et réservée. Elle avoue même à sa fille qu'adolescente elle rêvait de devenir comédienne ou chanteuse.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après avoir créé et travaillé pour la marque de prêt à porter « Misia » Claudine Couppé a ouvert deux boutiques galerie rue du Bac Paris 7éme et Palais Royal où elle exposait et vendait ses peintures, objets et accessoires qu'elle customisait. Des collaborations avec le créateur italien « Fiorucci » pour des sacs juniors et avec la papeterie « Clairefontaine » pour la collection « l'écrit du coeur ». Un de ses tableaux illustre la marque de thés « les thés d'Osmane » pour la marque Caron.
    Elle a travaillé comme journaliste pigiste pour de nombreuses revues « V.S.D » « Up magasine » et de nombreuses revues féminines.
    Elle a participé à plusieurs expositions de peinture en tant que « Misia » son nom de peintre, mairie de Paris et dernièrement à la galerie Numart au Japon, entre autre.
    Aujourd'hui, elle consacre tout son temps à la peinture et à l'écriture.

  • Albert Lapins est tué. Par qui ? Pourquoi ? Personne ne le sait...
    Une famille dont le patronyme est « Lapins ». Une famille, un quartier sont bouleversés par un fait divers sordide et énigmatique. Qui a tué Albert Lapins ? Un portrait paradoxal se dessine au travers des récits d'individus ayant connu de près ou de loin la victime. Construit comme un recueil de témoignages, Ragot de Lapins interroge et enquête sur la vérité d'un homme que personne ne connaissait vraiment.
    Découvrez sans plus attendre cette chroniques contemporaine, à la recherche d'un père disparu que personne ne semblait connaitre vraiment...
    EXTRAIT
    Où est passé mon papa ? Voilà deux jours qu'il n'est pas reparu, c'est tellement pas normal que je suis sûr qu'il s'est en allé, pour de bon, il en a eu assez de nous. C'est vrai qu'il le répétait souvent. Mais moi, j'ai toujours essayé d'être gentil, que gentil... au moins pas capricieux, que « j'obtiens pas à la seconde tout ce que je veux ». Là quand même, j'ai envie de faire un caprice pour qu'il revienne... Est-ce qu'il m'entendra, puisque c'est mon papa, qu'il m'a toujours deviné ?
    Maman aussi a disparu, mais ça vraiment, ça me dérange moins, je veux dire qu'elle est toujours là pour nous gronder, une trempe pour un oui ou pour un non, à moi aussi qui essaie toujours de faire le moins de bruit. Je sais que mes frères et soeurs sont difficiles, je comprends pas pourquoi, ils braillent tout le temps, jamais contents alors qu'il faut le dire quand même : la vie est belle ! Moi j'ai jamais envie d'être mécontent, que si on a vraiment décidé de me fâcher.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Le roman nous plonge directement au coeur d'une enquête plus sociale que criminelle. L'auteur aborde son récit de manière abrupte et originale. Tour à tour, on recueille les témoignages et les impressions à chaud des familiers, des gens du cru... - SophiSonge
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    J.b. Veber - écris beaucoup. Sur toutes sortes de sujets. Plus particulièrement, j'écris d'une manière que les gens qualifient de "littéraire". J'ai toujours été qualifié de "littéraire". Mes amis pour s'expliquer mes discours à l'emporte-pièce, mes parents pour s'émerveiller de qualités que je ne possède pas partout, mes enseignants pour justifier mon dégoût viscéral des matières scientifiques - que je déplore aujourd'hui intellectuellement parlant. Ne refaisons pas l'histoire. Pourquoi j'écris ? Bonne question...

  • Le destin hors du commun de Clotilde que rien ne prédisposait à devenir cheffe étoilée.
    Clotilde aurait pu naître princesse à Monaco, elle est née avant terme à Bobigny.
    Dès sa naissance, Clotilde est confiée par sa mère, d'à peine seize ans, aux services sociaux.
    Elle sera pendant toute sa petite enfance ballottée de maisons d'accueil en foyers. C'est à l'âge de huit ans qu'elle découvrira la vie de famille chez les Prunier, des paysans de la Beauce. Gigi pour Ginette et JP pour Jean Paul ont une fille Clarisse du même âge que Clotilde. Celle-ci vouera une immense admiration pour Clarisse tout au long de sa vie et une grande tendresse pour les parents qu'elle considérera comme les siens. A quatorze ans, on lui demande de choisir son orientation professionnelle, elle n'a aucune idée, c'est Ginette qui proposera la cuisine et c'est ainsi que Clotilde commencera son apprentissage. Elle découvre dans la cuisine une véritable passion, surdouée, elle sera très vite repérée et très jeune deviendra une grande cheffe officiant dans un restaurant de Boston. Une tragédie l'obligera à revenir en France et c'est dans sa petite auberge des bords de Loire qu'on lui décernera sa première étoile.
    Pourtant rien ne la prédestinait à devenir un jour une grande cheffe étoilée. Dyslexique, timide, taiseuse, renfermée, trop naïve, la cuisine deviendra pour elle un véritable exutoire. Elle se métamorphosera en magicienne, transformant de simples aliments en oeuvre d'art. Elle possède un sens inné des produits, un palais et un odorat exceptionnels. Malgré son succès professionnel, sa vie ne sera pas un conte de fée.
    Clotilde est un personnage attachant, profondément humain, sans calcul, sans vice. Elle prouve qu'en partant du bas de l'échelle, sans marcher sur les autres, on peut arriver à réaliser ses rêves et s'épanouir. C'est une aventurière et une amoureuse de la vie.
    Elle témoigne que la cuisine peut être un remède contre la mélancolie !
    Plongez-vous sans plus attendre dans le récit de Clotilde et découvrez comment la cuisine peut redonner goût à la vie !
    EXTRAIT
    Je n'ai que très peu de souvenirs de mon enfance. Elle a défilé comme un film en 18mm, noir et blanc, version rapide, sans le son. Les seuls souvenirs qu'ils me restent c'est la vie que j'ai mené de huit ans jusqu'à quatorze ans chez Monsieur et Madame Prunier, des fermiers de la Beauce, entre Châteaudun et Vendôme. Le couple était gentil mais usé par le travail, ils n'avaient pas beaucoup d'attentions à m'accorder. J'étais une enfant facile, je restais où on me posait sans jamais me plaindre.
     
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Claudine Couppé - Après avoir créé et travaillé pour la marque de prêt à porter « Misia » pendant plusieurs années, J'ai eu l'opportunité d'ouvrir une boutique galerie rue du Bac à Paris où je pouvais exposer et vendre mes peintures. J'ai collaboré pendant quelques années avec la marque « Clairefontaine » pour illustrer, avec une trentaine de mes dessins et poèmes, des cahiers, carnets etc. J'ai customisé une collection de sacs pour le créateur italien « Fiorucci », et une de mes peintures illustre la marque de thé « Les thés d'Osmane » pour la maison Caron.
    J'ai travaillé comme journaliste pigiste pour de nombreuses revues « V.S.D , UP Magasine et des revues féminines.
    Invitée au Japon à Fujisawa au mois de juin 2018 par la galerie « Numart » pour une exposition de peintures.
    Je consacre, à présent, tout mon temps à la peinture et à l'écriture qui est devenue, elle aussi, une évidence.

  • Lucas Valentin décide de tout quitter pour s'installer seul, avec son mainate.
    «?L'étape vers Nasbinals fut un enchantement. Parce que le temps était superbe, parce que le plateau d'Aubrac invitait à la flânerie sur le chemin qui serpentait dans cette immensité sauvage qui invitait à la méditation comme aux rêves les plus fous. C'est un pays à parcourir sur la pointe du coeur, sur la pointe des pieds pour ne pas en troubler le silence infini. C'est un pays de transparences et de profondeurs, une terre de vagabondage vers les lointains si bleus, une terre de pacages nus ponctués de petits lacs où le soleil se fragmente en longs friselis d'eau. Lucas avançait sur ce chemin où la pensée s'absente devant tant de beauté, entre de longs cordons de murets de pierre basaltique, traversant de petits ruisseaux d'eau transparente, sous la lumière d'un ciel où se perd et s'enivre le regard.?»
    Poursuivi par ceux qui représentaient sa vie d'antan, femme, banquier, associé, assureur, directeur de supermarché, Lucas Valentin s'enfuit de Versailles après un burnout, une fuite éperdue qui sera vite une quête en compagnie de Kiki, un mainate religieux qui devient son compagnon et son psy.
    Un roman délirant, un roman d'humour mais aussi une quête d'amour et d'amitié, une longue marche jusqu'à Rocamadour, sur ce chemin de Saint-Jacques, ce chemin de retour sur soi, ce chemin de rencontres où tous les rêves sont permis.
    EXTRAIT
    Lucas Valentin n'aimait plus sa femme. Il avait vite compris qu'elle l'avait épousé pour sa situation. L'avait-il d'ailleurs aimée?? Un moment de solitude, une rencontre de hasard et le pas est vite franchi qui vous conduit aux regrets. Il s'était marié tard, à quarante et un ans, après une vie de célibataire toujours trop solitaire malgré des rencontres qui ne furent jamais qu'illusoires. Il avait cru, voulu croire qu'Angéla était différente. Elle avait dix ans de moins que lui et papillonnait comme une adolescente. Il s'était rendu compte de ce désamour lorsqu'un soir - il la revoit encore, crispée, énervée... - elle lui avait annoncé qu'elle était enceinte, que ce n'était pas possible, qu'elle ne supporterait pas un môme, qu'il allait un jour ou l'autre mettre la maison sens dessus dessous, salir, déranger... Je vais le faire passer... Si tu avortes, je me tire... J'aurais mieux fait de me tirer, se dit Lucas qui songea encore à la crise d'hystérie d'Angéla lorsqu'elle apprit qu'elle était enceinte de jumeaux. Deux, tu te rends compte, deux?!
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1946 à Chambéry, Serge Revel a été maître de conférences à l'Institut de la Communication Université Lumière-Lyon2. Depuis 1989, il est auteur, co-metteur en scène et responsable des Historiales (spectacle historique) de Rhône-Alpes. Son roman Les Frères Joseph, publié au Rouergue en 2013, a reçu en 2014 le prix Claude-Farrère des Écrivains Combattants.

  • Après une nuit passée dans les bras d'une inconnue, Gabin décide de se lancer à sa recherche. Mais qui est-elle vraiment ?
    À sa sortie de l'hôpital, Gabin, était parti se ressourcer à Tournefeuille, un village improbable de Haute-Garonne. Dans un moment de faiblesse, il avait cédé à son meilleur ami, qui chaque année allait jouer les bénévoles au festival de formes animées de Toulouse. - Viens, tu verras, rien que des artistes, ta famille ! Gabin, les marionnettes, il en était resté à Guignol et Gnafron et là, transi au milieu de novembre et du parking de « L'Étape », il se demandait ce qu'il était venu chercher. -Sa vie, il faut la rêver ou se résigner à la vivre ! Il avait cette phrase en tête tout en se dirigeant vers le bruit et les lumières de la soirée d'inauguration. Elle, il l'avait rencontrée au bar. Elle parlait, fumait et buvait avec cette voracité de femme pressée de vivre ou d'en finir. Après deux heures de, je te plais moi aussi, ils avaient échoué dans le même lit. Ce n'était qu'une rencontre de passage, un deal pour la nuit, elle refusa de lui donner son nom, son téléphone. - Ce soir, j'ai envie d'un inconnu ! avait-elle lancé, ses yeux plantés dans les siens, avant d'ajouter. - Et qui le reste !
    Après une nuit de grande folie, elle s'enfuira de ses bras, sans un mot, sans un baiser. Gabin la cherchera en vain, abandonnant toute raison pour tenter de la retrouver. Il la localisera rapidement, sauf qu'arrivé si près du but, il sera tenté d'abandonner. Pourquoi se cachait-elle ainsi, quels étaient les mystères qui entouraient sa vie, ses sentiments étaient-ils partagés, était-ce la femme qu'il avait idéalisée ?
    Un roman qui oscille entre thriller et sentiments pour une lecture qui vous tiendra en haleine jusqu'à la dernière page !
    EXTRAIT
    Pour en revenir à mon inconnue du soir, à ma fumeuse de shit, c'est elle qui sans le vouloir m'avait sorti de mon apathie, elle qui me bouscula sans me voir. En rogne, je l'avais suivie jusqu'au bar, où tout le monde se tutoyait, se claquait la bise, le troupeau était remuant, joyeux, braillant haut et fort pour obtenir leur absinthe préférée. Le barman, tablier de garçon de café et noeud papillon, avait de beaux gestes d'empoisonneur et cette célérité que les habitués des comptoirs affectionnent. C'était la foire d'empoigne pour se faire servir et quand nos épaules se heurtèrent, elle me regarda, je lui fis un sourire plus embarrassé que féroce, elle me le rendit gentiment, sans embarras. Je payai son verre de blanc et mon godet de gaillac et on se mit à discuter comme si on se connaissait. Moi qui ne demandais rien, j'avais trouvé une âme à qui parler.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Pierre Vaude est un littéraire depuis son enfance, grâce à son père et aux livres qu'il collectionnait dans la bibliothèque familiale, où il pêchait à loisir pour vivre de grandes aventures. Plus tard, le théâtre et la mise en scène lui permettront de conceptualiser ses propres univers.
    Il est l'auteur de deux romans noirs, de quatre romans intimistes, d'un abécédaire de mots singuliers et abracadabrantesques, de deux pièces de théâtre soit plus de vingt ans de création silencieuse en marge de son travail. Il se décide cette année à proposer ses oeuvres à la publication.
    Ses romans sont des histoires de rencontres humaines où l'intrigue est étroitement mêlée à la philosophie de l'existence. Son écriture a ceci de magnétique qu'elle s'ancre dans l'esprit du lecteur et suscite chez lui, de singulières résonances liées à sa propre expérience, ou à sa compréhension de la vie. Le lecteur ne se sent ainsi jamais très loin du narrateur qui s'immisce dans sa conscience, éveillant presque l'illusion de penser à sa place.
    Nomade Louisa est son premier titre publié chez Encre Rouge.

  • Boris, un jeune artiste-assassin, est en pleine quête de l'oeuvre d'art parfaite : un crime.
    Boris, un jeune artiste à la veille de son exposition « Dura lex silex » (101 pénis sculptés pour dénoncer la tentation imbécile de la reproduction et de l'eugénisme) et après l'échec de la précédente en hommage aux « Merdes de Manzoni », s'interroge sur sa mission d'artiste et sur la recherche du « magnum opus « .
    Et si le crime parfait était l'oeuvre d'art suprême et la scène de crime, l'installation ultime ?
    Boris est prêt à se damner dans cette quête artistique où le sexe et la mort sont étroitement liés. Mais on ne s'improvise pas artiste-assassin. C'est comme boulanger-pâtissier ou comme tous ces métiers associés, c'est toujours le second qui pêche.
    Entre questionnements d'un artiste sur la place du sexe dans la société et la forme de l'oeuvre d'art parfaite, découvrez le récit d'un artiste hors du commun.
    EXTRAIT
    Boris se retourne dans lit, bâille en s'étirant. Il y a pensé toute la nuit, il s'est rêvé en Succo, en Bronson justicier et en ange exterminateur. Mais le réveil douche : on ne s'improvise pas tueur et encore moins artiste-assassin. D'ailleurs dans les emplois doubles, il y a toujours l'un des deux à la peine. Le boulanger-pâtissier réalise des glaçages et des pochages approximatifs, le charcutier-traiteur fait des vol-au-vent pâteux.
    Avant d'imaginer le crime parfait, il convient donc, primo de s'assurer de sa détermination et de sa capacité à tuer et, gageure excitante, à déjouer les repérages. Secundo de choisir la victime idéale, celle qui sublime l'acte. Tertio, de déterminer le lieu, le mode opératoire et la mise en scène.
    Pour le premier point, il faudrait s'entraîner en se plaçant dans les conditions réelles du crime en sacrifiant un cobaye.
    Pour le second point, le crime doit être gratuit. Les crimes inspirés par la jalousie ou la haine sont hautement vulgaires et détestables.
    Enfin, la scène de crime doit être soignée comme un plan de Jeunet.
    Boris a dû mettre la tête sous l'oreiller pour parachever sa réflexion en présélectionnant trois candidats à la consécration ultime. Pour rire. Pour dire. Car, au-delà du fantasme qui pimente ses rêves, tout cela reste, pour l'instant, une construction intellectuelle destinée à entretenir le désir de toute-puissance de l'artiste. Et à conjurer l'échec prévisible de son expo.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Ancien professeur de lettres spécialiste de théâtre et d'art contemporain, J-Paul von Schramm entend faire mentir l'adage selon lequel les professeurs enseignent ce qu'ils ne sont pas capables de faire eux-mêmes.
    Il tient particulièrement à l'appellation « roman » : son texte est beaucoup plus une initiation à l'art contemporain qu'une oeuvre érotique et il ne voudrait pas attirer un lectorat réduit, qui ne s'y retrouverait pas.

  • Au sein d'un village de Normandie, en 1799, un enfant est retrouvé le long d'une rivière. Commencent alors les aventures du dénommé Philémon Le Verrier...
    Je m'appelle Philémon Le Verrier, je suis un enfant trouvé au bord d'une rivière en 1799 par un gaillard simple d'esprit. J'ai passé mon enfance dans le village de Saint-Pierre-du-Mont en Normandie. Je l'ignorais encore, mais j'étais fait pour parcourir le monde et faire le brave auprès des jolies femmes.
    Un temps cocher de Napoléon, je vais rencontrer Annabelle qui sans me consoler de mon premier amour perdu, m'apprendra à aimer. Pêcheur en mer d'Islande, bûcheron, maréchal-ferrant, fort des Halles à Paris, assassin de rencontre, amant ou combattant farouche des journées de la révolution de 1830... Début 1832, je vais faire en Guyane une découverte singulière qui va éclairer mon existence sous un nouveau jour et la bouleverser.
    Mon étonnement dure encore aujourd'hui.
    À travers le monde, il est tour à tour cocher de Napoléon, amant, pêcheur, bûcheron, maréchal-ferrant, fort des Halles, ou encore assassin et combattant. Le premier tome d'une saga historique tissée de romances et d'aventures trépidantes !
    EXTRAIT
    Il fallait que je parle de lui.
    Mon père spirituel fut Philémon, celui qui chercha à m'inculquer les premières bribes de sa religion et de la connaissance en m'ouvrant en grand ses livres de latin.
    Je ne vais pas m'attarder trop sur leur sort, car ils seront aussi à mes côtés et j'aurai, naturellement, l'occasion de reparler d'eux, de leurs bienfaits ou de leurs petites mesquineries.
    Quant Eugénie avait appris que j'avais engrossé sa dernière, celle qui partageait, nouveau-né, le sein prolifique avec moi, je puis dire que pendant quelques temps j'ai peu ou prou oublié qu'elle m'avait nourri, et elle aussi. Elle ne me nourrissait plus alors que d'injures, et je préférais éviter pour ma santé que sa route ne croise la mienne.
    Mon premier amour est mort en couche à quatorze ans avec notre enfant : j'aurais aimé pouvoir dire qu'elle était encore à mes côtés aujourd'hui.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Gérard Ménage - Je m'appelle Gérard Ménage, né à Cherbourg, en l'an 1955 qui commençait un samedi. J'ai tâté de l'écriture très jeune, recopiant les pages d'un dictionnaire paternel. Prenant goût aux lettres, j'ai commencé d'écrire des poèmes dès huit ans. Les Mots de Jean-Paul Sartre ! Une révélation qui m'a fait ingérer la bibliothèque familiale des Reader's Digest ou les romans de Jules Verne. J'écris, poète, écrivain, heureux d'être lu et de pouvoir revisiter l'Histoire de France, du Moyen-âge, de la Russie, au gré des aventures épiques de mes héros et héroïnes. Mon terrain de jeu favori, mon plaisir, donner vie à tous ces personnages...

  • La suite des aventures romanesques de Philémon Le Verrier à travers le monde, à la recherche de ses origines...
    Je m'appelle Philémon Le Verrier. Par la force des choses, et souvent par amour, j'ai beaucoup promené ma carcasse à travers le monde. Celui des hommes, où il semble que j'occupe une place privilégiée puisque les années me négligent depuis une certaine rencontre... Celui des dieux et des idoles païennes, des totems et des fétiches, où de toute évidence une puissance bienveillante me protège. Celui des femmes qui me fait rencontrer ces demoiselles extraordinaires que je protège à tout prix, à travers naufrages et pèlerinages, et me fait rechercher mes origines. En août 1836, je rencontre Pâquerette.
    Mon étonnement dure encore aujourd'hui.
    Au milieu des dieux et des idoles païennes, des totems et des fétiches, notre héros croise le chemin de Pâquerette, une rencontre qui ne cesse de l'étonner... Plongez-vous dans le second tome d'une saga historique faite d'aventures et de romances passionnantes !
    EXTRAIT
    Elle avait éclaté de rire, enfonçant un peu plus ses banderilles dans mon coeur, appelons ainsi cette envie que j'avais de la croquer. Je n'avais juré à Justine, ni à aucune autre d'être toujours fidèle, et j'avais toujours bien fait de ne pas énoncer une règle que je n'aurais de toute façon jamais pu tenir plus que quelque jours. La chair est faible, que ce soit à Paris ou sous les tropiques. La mienne en tous cas, et peut-être plus encore sous ces contrées où la chaleur des journées n'encourageait guère à trop se vêtir. Quand les filles étaient belles, ça sautait aux yeux, et j'étais peu enclin à résister à ce genre d'arguments.
    - Je vais souvent à Mana, ça n'est pas très loin de Saint-Jean.
    - Il faudra venir me voir gentil blanc !
    Elle avait posé sa main sur mon bras en éclatant de rire de plus belle, et j'étais mort !
    - Cette semaine si tu veux, j'y pars demain justement.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Gérard Ménage - Je m'appelle Gérard Ménage, né à Cherbourg en 1955, qui commençait un samedi. J'ai tâté de l'écriture très jeune, en recopiant les pages d'un vieux dictionnaire. Amoureux des lettres, j'ai commencé d'écrire des poèmes dès huit ans.
    J'ai aussi ingéré la bibliothèque paternelle des Reader's Digest, les romans de Jules Verne...
    Poète, écrivain, heureux d'être lu, de pouvoir revisiter l'Histoire de France, Moyen-âge, Russie, au gré des aventures épiques de mes héros et héroïnes.
    Mon terrain de jeu favori, donner vie à tous ces personnages...

  • Laurent Cassiau-Haurie revient, après La Police m'a tué, et plonge au coeur de l'actualité socio-politique française en retraçant le parcours mouvement des gilets jaunes.
    L'auteur, flic de son état, victime des travers de son administration, raconte la suite de son premier livre LA POLICE M'A TUÉ. C'est en toute logique, mais aussi par nature et tempérament qu'il a rejoint les gilets jaunes. Placé des deux côtés de la révolte, partageant les raisons et le coeur des mécontentements, il analyse et donne son sentiment sur ce mouvement mais aussi sur l'institution policière décriée, avec le recul et l'expérience acquise après 35 ans de carrière et d'épreuves. Ce livre est un cri du coeur et un appel au retour des valeurs modestes, simples et de bon sens.
    Tout ce qu'on a vu, entendu et cru s'éloigne peu à peu, devant les nouveaux paradigmes sociétaux et dogmes économiques. Certes, ils étaient déjà présents mais ne s'imposaient pas comme des évidences. À balayer le pays, la nation, le passé et son identité, on joue avec le feu. À mentir et manipuler, on dissout la parole publique déjà fortement décrédibilisée. À cantonner le débat, le réduire au silence, caricaturer les oppositions, dénaturer les propos, on fabrique de la frustration et de l'aigreur. Il est des moments où l'on ne peut plus se taire, ne rien dire, ne plus attendre. C'est l'avis d'un flic et d'un gilet jaune qui tente d'assumer ses idées en toute cohérence.
    L'ancien policier reprend l'histoire tumultueuse des Gilets Jaunes et le resitue dans l'actualité sociale et politique de la France. Un témoignage instructif qui rend compte des sentiments d'un nombre de français.
    EXTRAIT
    L'embourgeoisement des métropoles françaises, c'est-à-dire la concentration d'emplois de niveau plus élevé que partout ailleurs, qui a donné boboland, a favorisé l'émergence sur leur territoire géographique d'un modèle sociétal relativement éloigné du modèle égalitaire et républicain traditionnel. Ces aires économiques de plus en plus mondialisées se nourrissent de principes multiculturels et bien souvent communautaristes, en parfaite concordance avec la doxa philosophique européenne. Pendant ce temps, les véritables territoires perdus que sont les petites bourgades aux moyennes villes, la campagne se meurent tranquillement dans une indifférence générale. 
    CE QU'EN DIT LA CRITIQUE
    A propos du tome 1 La Police m'a tué :
    -"Nous vous invitons fortement à lire La police m'a tué de Laurent Cassiau-Haurie, car ces témoignages, à visage découvert, de policiers sont très rares." Breizh-info
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    CASSIAU-HAURIE Laurent, âgé de 55 ans, est entré dans la Police en 1984. Premier poste à EVRY puis au sein de la PJ d'AJACCIO et de VERSAILLES. Il revient en Sécurité Publique lors de son retour sur BORDEAUX où il va intégrer de nombreux services bordelais et la direction de plusieurs brigades et unités judiciaires : AUTO, VIOLENCES, CRIME, Economie Souterraine.
    Il participe activement au GIR de SARKO et à la ZSP de VALLS, sans oublier un intermède de deux ans à l'Ambassade d'ALGER. Actuellement Commandant de Police au sein de la Police bordelaise, cet Officier a subi une vague de bêtise, jalousie et amertume de la part d'une hiérarchie aveugle et incompétente au départ de son précédent Directeur, en 2014. Malgré une carrière riche, variée et exemplaire, cet Officier n'a pu échapper aux tenailles d'une administration représentée par des décideurs indignes le conduisant à une placardisation en bonne et due forme après de nombreuses tentatives de nuisances en tout genre.

  • Guidée par l'amour pour sa fille et pour la belle région de Collioure, une jeune enseignante se laisse abuser et se retrouve dans un trafic illégal...
    Une jeune veuve, enseignante à Nantes part avec sa fille de 13 ans à Collioure pour des vacances qu'elle souhaite paisibles. En fait elle va se trouver évoluer, sans s'en rendre compte, entre un trafiquant de drogues et un policier des stups qui le piste.
    Notre ingénue se sent de plus en plus attirée par le policier mais leur union ne sera pas de tout repos.
    La parfaite connaissance de la région de l'auteur, une intrigue policière et sentimentale bien ficelée ainsi qu'une belle histoire d'amour rendent ce roman très attachant.
    EXTRAIT
    Dans le couloir d'entrée mes livres sont tous classés par ordre alphabétique ainsi que ceux qui ont débordé en désordre dans l'escalier qui mène au garage. Il regarde certains classiques français : Montaigne, Pascal, Molière, Montesquieu, Anouilh, il ne connaît pas et des classiques anglais Shakespeare, Milton, Sterne, Bernard Shaw.
    Le même embarras que ce matin s'abat à nouveau sur moi. Collioure est loin ! Tandis qu'il continue à examiner certains livres, je sors les draps d'invités et prépare son lit dans la chambre de Natacha.
    ? La salle de bain est attenante à cette chambre qui est la plus calme, j'espère que vous y serez très bien.
    ? Je suis confus, j'aurais pu aller à l'hôtel, vous savez !
    ? Mais non, puisque Natacha justement n'est pas là, vous aurez sa chambre, c'est plus simple.
    Banalités, civilités, décidément je n'arrive pas à dissiper la gêne persistante qu'il y a entre nous.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Annie Plait est née au sud de la Vienne, d'un père charentais et d'une mère poitevine. Elle a gardé un goût prononcé pour la nature, le merveilleux, les contes et les légendes. Professeur de lettres, passionnée par l'histoire et le terroir elle partage son temps entre l'écriture, la lecture et les promenades. Depuis son premier roman, elle n'a cessé de réjouir ses lecteurs avec ses ouvrages.
    C'est le neuvième roman de Annie Plait.

  • Colin Massard, fils de paysan, devient un savant et scientifique. Mais religion et sciences ne font pas bon ménage, et les ennuis arrivent rapidement...
    Frère Anthelme, envoyé par Rome, traverse la Chartreuse accompagné de Vicenzo, un jeune novice, pour rejoindre le village de St André le Haut où Colin Massard vient d'achever un ouvrage «?hérétique?» qui doit bientôt être publié. Colin Massard, petit paysan qui a appris à lire et à écrire, l'art de l'imprimerie à Lyon, qui est parti étudier à Florence et Padoue, a lu Galilée et Bruno. Il a aussi appris à confectionner une lunette astronomique auprès des verriers de Murano. De retour dans son village avec la belle Aloise rencontrée en Italie, il observe le ciel, s'interroge et écrit...
    Un roman qui nous plonge au début du XVIIe siècle, dans un monde bouleversé où l'inquisition finissante combat désespérément la Science qui pose tant de questions dérangeantes.
    EXTRAIT
    - J'y suis arrivé, Aloïse?! J'y suis arrivé?! Regarde comme tout est clair, comme tout est net?!
    - Tu vas partir toutes les nuits maintenant...
    Il y a comme une triste inquiétude dans la voix d'Aloïse.
    - Seulement quand elle sera claire... Bientôt je pourrai mieux comprendre tout ce qu'ont écrit Copernic, Galilée, Kepler...
    Il comprendra et ira plus loin encore, jusqu'à se poser des questions sur la terre et les plantes, sur l'état et l'origine du monde, sur la création, sur Abraham, Dieu, Moïse, Jésus... sur la vérité des Écritures, ces questions qui le tarabustent depuis si longtemps?! Pendant tout l'été, il observe, chaque nuit ou presque, et parfois Aloïse l'accompagne. Jupiter et ses quatre satellites dont parlaient Galilée, Callisto, Europe, Ganymède et Io, cette découverte qu'il avait publiée dans le Sidereus Nuncius. Et Saturne avec son apparence étrange, comme si elle avait des oreilles, elle est là, bien visible?! Venus et ses phases, la lune, ses ombres et lumières, ses quartiers. Oui, tout s'explique grâce à l'hypothèse héliocentrique alors qu'il est impossible de le faire avec la géocentrique. C'est une nouvelle preuve de la vérité du système copernicien et Galilée avait raison. Il comprend tout maintenant et son excitation est à son comble. C'est bien la preuve qu'elle tourne, Aloïse?! Regarde, la surface change et revient tout aussi régulièrement?! Donc, elle tourne sur elle-même et tourne autour de la terre qui tourne sur elle-même et autour du soleil à la fois?! C'est une merveille, une merveille?! Il y a longtemps qu'on le sait, mais je le vois, moi, je le vois?!
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1946 à Chambéry, Serge Revel a été maître de conférences à l'Institut de la Communication Université Lumière-Lyon2. Depuis 1989, il est auteur, co-metteur en scène et responsable des Historiales (spectacle historique) de Rhône-Alpes. Son roman Les Frères Joseph, publié au Rouergue en 2013, a reçu en 2014 le prix Claude-Farrère des Écrivains Combattants

  • Gilles Vendeur retrace son parcours mouvementé, de simple renfort régisseur à lauréat pour le grand prix du festival de Cannes.
    Festival de Cannes 2009, Grand Palais, cérémonie de clôture. Gilles Vendeur mesure la distance jusqu'à la scène, il compte les marches à gravir. L'heure de la fameuse Caméra d'or approche. Son heure. Ils l'ont maquillé, habillé, dorloté. Le noeud papillon, il l'a dénoué dans l'escalier du Palais des Festivals, comme le dernier insigne de sa lointaine désinvolture. Car il est loin le jeune ingénu, loin le stagiaire maladroit qui provoqua l'un des pires accidents de tournage qu'on ait vu au cinéma. Loin l'insouciant qui escaladait les murs des soirées cannoises. Loin le jeune réalisateur transi devant une starlette de télé-réalité. Dix ans de batailles, de coups et de rage, et le jeune écorché tente encore de masquer son vrai visage. Mais dans quelques instants, c'est le nom de Gilles Vendeur qui résonnera. Tout le monde le regardera. Celui qui cherchait la lumière n'y échappera pas.
    Erwann Créac'h nous peint le monde du cinéma, des marches rouges de Canes aux coulisses d'un univers peuplé de stress, de coups bas, de trahison et parfois, d'acteurs ou réalisateurs mis à bout.
    EXTRAIT
    À 15 h 30, le RG donne ses dernières consignes, répète qu'il exige une attention extrême de chacun. Suit un lent décompte qui s'accompagne d'une stupéfiante, d'une irrésistible montée d'adrénaline. Car ce moment-là, je peux vous le dire, est un truc dément. Même là où je suis, à mon niveau dérisoire, j'ai à cet instant une sensation incroyable, l'impression de faire partie d'un autre monde, fabuleux, d'où une fusée va décoller. Et soudain je regrette d'être si loin de tout cela, tandis que le décompte se poursuit. L'ambiance se charge d'électricité, et puis subitement, il y a la bourrasque. Brutale, inattendue. Ce dont je me rappelle, juste avant la fin du décompte, c'est de mon talkie-walkie qui déconne, que j'essaie de régler, d'une Porsche Cayenne dont le chauffeur, une espèce de gorille menaçant d'essuyer ses pneus sur ma gueule, parce c'est pas une bande de gugus du cinéma qui empêchera les gens d'aller bosser. Je me rappelle des plots qui valsent, de la banderole qui vole. De ma voix étranglée qui hurle «?Stop?! Arrêtez?!?», du vacarme des moteurs de ces vingt-cinq voitures qui couvrent ma voix. Du Cayenne qui monte la bretelle en vrombissant. Puis d'un épouvantable choc, d'un autre, suivi d'un fracas de tôles froissées et d'un crissement métallique interminable. D'un silence.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    La montée des marches est le deuxième roman d'Erwann Créac'h, après Carnivores Domestiques (Éditions Seuil, Point Poche), primé par le «?Gon­court des Animaux?» décerné par Michel Houellebecq.
    Erwann Créac'h a été vétérinaire, fonctionnaire à la Commission européenne, mais aussi comédien, auteur et metteur en scène de théâtre, régisseur, réalisa­teur et producteur de cinéma.

  • Dès leurs premières rencontres, ils sentaient qu'ils étaient faits l'un pour l'autre, mais se lancer dans une histoire ne sera pas si facile...
    La crainte du rejet pousse parfois à ne pas agir du tout. C'est ce que vit Julien, 30 ans, informaticien originaire d'Avignon. Il s'épanouit dans sa carrière au milieu des machines qu'il préfère largement aux humains.
    Lorsqu'il emménage en Belgique pour son travail, il ne s'attend pas à ce que sa vie de solitaire acharné soit bouleversée par une rencontre qui provoquera un tourbillon d'émotions qu'il imaginait ne jamais ressentir.
    Une histoire d'amour rare qui nous rappelle qu'il faut saisir les opportunités et profiter de l'instant présent... D'une écriture simple mais élégante, Marie Defrandre nous offre un magnifique moment d'émotions.
    EXTRAIT
    - Tu m'en vois ravi. Bon alors, tu as son numéro?? insista Aaron.
    - Pourquoi lui aurais-je demandé?? rétorqua-t-il, étonné.
    Aaron le regarda fixement dans les yeux, puis éclata de rire et le regarda de nouveau fixement.
    - Non, attends, tu ne plaisantes pas en fait?? J'hallucine?! s'excita-t-il à la fois amusé et contrarié.
    - Je ne comprends toujours pas, dit-il en faisant la moue.
    - Hé bien mon vieux, ton apprentissage en la matière me semble vraiment à revoir. C'est le genre de chose que tu demandes quand une femme te plait et que tu veux apprendre à la connaitre?!
    - Quand une femme me plait?? questionna Julien.
    - Oh arrête?! T'as pas vu comment tu l'as regardé ? Il est clair qu'il y a eu un truc, là?! On n'apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces, mon grand?! Enfin, Bref?! On change de bar?? Je vais chercher les gars et on part au Rooster's?!
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marie Deflandre est née et vit en Belgique, dans la province du Hainaut depuis 25 ans. Institutrice de formation, elle se lance pour la première fois dans la littérature. Grande lectrice de romans d'amour, elle s'inspire de ses souvenirs et de son environnement afin de nous faire voyager dans les pays qui ont construit sa vie.

  • Des destins et des vies qui se croisent et s'éloignent, au fil du temps et des événements de la vie.
    « ... Sophie passait les repas à compter les points. Alain n'aspirait qu'à soulager la misère du monde. Gérard regardait la situation avec pragmatisme. Le pays traversait les plus grandes difficultés, il n'y avait plus de place économique pour des réfugiés, les Français devaient penser à eux-mêmes, une question de préférence de la misère nationale. »
    « - Il y a des montagnards près du refuge, tu les vois ?
    Il n'y avait que la pelouse miteuse bordant le parking du supermarché, mais Marcel Lechat a acquiescé, son père avait besoin de refuge. »
    Écrit de septembre 2018 à août 2019, ce roman déroule le fil d'existences qui se télescopent, à la recherche d'elles-mêmes. Le dénouement éclaboussera ces rêves qui les regardent de haut.
    Ce roman nous présente la vie de plusieurs familles en France, traversant les épreuves de la vie et se réjouissant face aux bonnes nouvelles. Des personnages attachants qui vous feront explorer des nouvelles facettes de la vie.
    EXTRAIT
    Lechat a quitté le bureau, bégayant une formule de politesse. Il aurait aimé décocher une réplique cinglante, mais il passait sa vie à ne pas répondre.
    Il vivait au milieu de ses semblables dans une succession de silences, une couverture pour passer inaperçu. Marcel se réfugiait au milieu de ses articulations mutiques. Il s'était marié avec Christiane afin d'éviter les questions, et dans son élan il avait fait deux enfants, un garçon et une fille, afin de mettre les apparences de son côté.
    De nouveau, il a regardé sa montre. Il a vérifié autour de lui, mais pas de Rodolphe à l'horizon. Il avait plus de chances d'assister à une tempête de neige qu'à l'arrivée du fossoyeur. Il a essuyé sa nuque en sueur avant d'empoigner une pelle. Une fine pluie s'est mise à tomber. Il a essuyé les gouttes qui dégoulinaient sur son front.
    Marcel avait creusé à une profondeur d'un mètre cinquante lorsque Rodolphe est arrivé essoufflé parmi les tombes égayées de fleurs dont les morts profitaient dans un renouvellement éternel.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Manuel Verlange a passé son enfance à Nantes, France. Après ses études, il est parti enseigner la langue française à Tokyo puis en Belgique. Il vit actuellement près de Bruxelles, où il travaille à l'écriture de ses romans.

  • Deux jeunes enfants découvrent le monde des fées, des lutins et des elfes, qui vivent en secret autour de nous...
    Deux enfants, Éthan et Léo font la connaissance d'un lutin appelé Fergal. Celui-ci les invite à une fête avec les êtres de la nature. Les enfants ébahis, découvrent un monde merveilleux.
    Léo, emporté par la joie de la fête, ne veut pas rentrer...
    Éthan et sa cousine Maélie auront fort à faire pour le faire revenir dans le monde des humains...
    Ce conte est une fiction inspirée d'expériences et de rencontres avec les êtres de la nature. Invisibles mais réels, ils oeuvrent dans la nature et souhaitent se dévoiler auprès des humains.
    Ce magnifique conte explore la magie et les potentialités de l'univers et de l'imaginaire, mêlant réalité, mythes et légendes. Une belle escapade aux pays du merveilleux et des rêves.
    EXTRAIT
    Grand-mère n'arrivait pas à le croire, d'abord Éthan puis les deux autres. Que se passait-il dans cette forêt ? Et pourquoi maintenant ? Le temps était-il venu où les êtres humains accepteraient l'idée de l'existence de ces peuples invisibles ? Cependant, à toutes les époques, certaines personnes y avaient cru, les avaient vus et en avaient donné les premières descriptions.
    L'après-midi, Grand-mère les emmena sur une petite plage, au bord d'un étang. Il faisait chaud et les enfants passèrent une bonne partie du temps dans l'eau. Léo savait nager, mais les deux autres n'étaient pas encore bien assurés et elle leur avait mis des brassards. Pas question de risquer un accident ! Grand-mère était responsable de la sécurité de ses petits-enfants !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Titulaire d'un DESS de psychologie clinique, Odile Ladoux a exercé la profession de Conseillère d'Orientation-psychologue en établissements scolaires. Après avoir longtemps vécu dans la région caennaise, elle a habité Montségur 21 ans. Retraitée dans la Sarthe, elle écrit des romans initiatiques qui traitent de sagesse et d'éveil de la conscience.

  • Une vie consacrée à l'enseignement
    Burn-out, intraduisible en français et pourtant de plus en plus fréquent dans notre cher pays. C'est bien de ce mal-être insidieux dont il est question dans le témoignage de Jean-Michel Bartnicki.
    Enseignant en classes primaires du Nord, il décrit la lente progression de ce malaise larvaire qui l'amènera un jour de janvier 2012 à quitter sa classe à la seconde où sa conscience bascule dans l'indicible.
    L'auteur décrit précisément la lente désillusion qui ronge les ambitions les plus farouches. Plutôt que de sombrer dans une funeste dépression, il préfère coucher sa catharsis sur le papier. Puisse-t-elle servir à de futurs enseignants à rester vigilants devant ce fléau des temps modernes.
    Un témoignage fort, un récit de résilience dans lequel se côtoient poèmes, réflexions sur le système éducatif, anecdotes, dialogues, citations, ...
    EXTRAIT
    Il m'a fallu plus de trois ans pour que j'ose témoigner sincèrement, sans complaisance, de mon expérience d'enseignant, plus précisément de celle de professeur des écoles, métier que j'ai exercé avec passion, enthousiasme et abnégation dès mes premières interventions dans les classes des écoles de ma région des Hauts-de-France. Trente-six mois pour retrouver mon équilibre, ma personnalité mélancolique et chaleureuse à la fois. Constat introspectif hâtif, mais qui résume parfaitement ma nature. Il y a en moi une véritable souffrance inhérente au décalage symptomatique, systématique, entre mes aspirations, mes valeurs, et la réalité souvent médiocre qui m'entoure. Sans doute pour l'embellir, j'ai une propension à placer les personnes, que je rencontre, que je côtoie, sur un piédestal en leur attribuant d'emblée des qualités surfaites, inappropriées. Manque d'objectivité ? Serais-je un idéaliste forcené ? Quoiqu'en y réfléchissant bien, je pense qu'il conviendrait mieux de parler d'idéaliste désabusé.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-Michel Bartnicki est né en 1957 dans le Nord de la France. Il est d'origine polonaise du côté paternel. Fils unique, il s'est construit seul commençant très jeune à confier ses émotions les plus intimes à la page blanche. Il a suivi un cursus littéraire et a obtenu le baccalauréat avec mention en 1976 avant de passer tout à fait par hasard le concours pour devenir instituteur.
    Il est à la retraite depuis septembre 2012. Depuis il se consacre en grande partie à sa passion pour l'écriture de chansons, de poèmes, de nouvelles, de contes, mais pas uniquement.

empty