Le Tripode

  • Après le succès de son roman hopi Née contente à Oraibi, Bérengère Cournut poursuit sa recherche d'une vision alternative du monde avec un roman inuit. Empreint à la fois d'écologie et de spiritualité, De pierre et d'os nous plonge dans le destin solaire d'une jeune femme eskimo.

    " Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l'Arctique depuis un millier d'années. Jusqu'à très récemment, ils n'avaient d'autres ressources à leur survie que les animaux qu'ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au soleil de minuit. Ils partagent leur territoire immense avec nombre d'animaux plus ou moins migrateurs, mais aussi avec les esprits et les éléments. L'eau sous toutes ses formes est leur univers constant, le vent entre dans leurs oreilles et ressort de leurs gorges en souffles rauques. Pour toutes les occasions, ils ont des chants, qu'accompagne parfois le battement des tambours chamaniques. " (note liminaire du roman)

    Dans ce monde de confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaires. Elle n'a d'autre solution pour survivre que d'avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d'une quête qui, au-delà des vastitudes de l'espace arctique, va lui révéler aussi son monde intérieur.

  • Certains livres comme Sukkwan Island de David Vann, Le Jour des corneilles de Jean-François Beauchemin, L'Été des charognes de Simon Johannin ou Blast de Manu Larcenet, marquent durablement leurs lecteurs par leur écriture et ce qu'ils nous rappellent de la condition humaine. Premier roman qui ouvre l'année du Tripode, Le Démon de la Colline aux Loups est de ceux-là, un choc.

    Un homme se retrouve en prison. Brutalisé dans sa mémoire et dans sa chair, il décide avant de mourir de nous livrer le récit de son destin.

    Écrit dans un élan vertigineux, porté par une langue aussi fulgurante que bienveillante,
    Le Démon de la Colline aux Loups raconte un être, son enfance perdue, sa vie emplie de violence, de douleur et de rage, d'amour et de passion, de moments de lumière... Il dit sa solitude, immense, la condition humaine.

    Le Démon de la Colline aux Loups est un premier roman. C'est surtout un flot ininterrompu d'images et de sensations, un texte étourdissant, une révélation littéraire.

  • Le sillon

    Valérie Manteau

    Une jeune femme part rejoindre son amant à Istanbul. En nous invitant dans le parcours de cette femme, Valérie Manteau nous entraîne dans un tourbillon immobile où se fondent une histoire d'amour et une ville qui joue avec le chaos. À un moment où tout s'effondre, quel destin choisir? Quand une ville devient le point de friction entre Orient et Occident, comment fermer les yeux ?
    " Je rêve de chats qui tombent des rambardes, d'adolescents aux yeux brillants qui surgissent au coin de la rue et tirent en pleine tête, de glissements de terrain emportant tout Cihangir dans le Bosphore, de ballerines funambules aux pieds cisaillés, je rêve que je marche sur les tuiles des toits d'Istanbul et qu'elles glissent et se décrochent. Mais toujours ta main me rattrape, juste au moment où je me réveille en plein vertige, les poings fermés, agrippée aux draps ; même si de plus en plus souvent au réveil tu n'es plus là. "

    Récit d'une femme partie rejoindre son amant à Istanbul,
    Le Sillon est, après
    Calme et tranquille (Le Tripode, 2016), le deuxième roman de Valérie Manteau.

    Prix Renaudot 2018

  • Le dit du mistral

    Olivier Mak-Bouchard

    Le roman de la rentrée littéraire : lauréat du prix Première Plume.
    "Un magnifique hymne à la nature et à la beauté du moinde."
    Pierre Assouline

    Après une nuit de violent orage, un homme voit toquer à la porte de sa maison de campagne Monsieur Sécaillat, le vieux paysan d'à-côté. Qu'est-ce qui a pu pousser ce voisin secret, bourru, généralement si avare de paroles, à venir jusqu'à lui ? L'homme lui apporte la réponse en le conduisant dans leur champ mitoyen : emporté par la pluie violente et la terre gorgée d'eau, un pan entier d'un ancien mur de pierres sèches s'est éboulé. Or, au milieu des décombres et de la glaise, surgissent par endroits de mystérieux éclats de poterie. Intrigués par leur découverte, les deux hommes vont décider de mener une fouille clandestine, sans se douter que cette décision va chambouler leur vie.

    S'il se nourrit des œuvres de Giono et de Bosco,
    Le Dit du Mistral n'est pas un livre comme les autres. C'est le début d'un voyage, un roman sur l'amitié, la transmission, sur ce que nous ont légué les générations anciennes et ce que nous voulons léguer à celles à venir. C'est un récit sur le refus d'oublier, une invitation à la vie où s'entremêlent histoires, légendes et rêves. C'est une fenêtre ouverte sans bruit sur les terres de Provence, la photographie d'un univers, un télescope aimanté par les dieux.

  • Esther Nouv.

    Esther

    Olivier Bruneau

    Esther, c'est une histoire d'amour(s) au temps des robots, menée au rythme d'un polar. Un roman-plaisir à mi-chemin de Blade runner et un film de Chabrol.
    À l'occasion de la parution en poche, l'auteur a révisé le texte pour le rendre encore plus captivant !

    Anton et Maxine forment un couple sans histoires, doucement consumé par la routine. Une nuit, en rentrant d'un dîner, ils découvrent par hasard une lovebot, poupée sexuelle animée et douée d'intelligence artificielle, abandonnée aux ordures. L'irruption dans leurs vies de ce corps, programmé pour le plaisir mais martyrisé dans sa chair synthétique, va bien vite bousculer leur intimité. Mais tandis que la créature retrouve peu à peu vie et révèle des fragments de son passé, ils ne se doutent pas encore que les épreuves qu'elle a traversées la rendent exceptionnelle, et en font la proie d'une traque insoupçonnée.

    Sélection Prix Libr'à nous catégorie "Imaginaire" 2020

  • Vigile

    Hyam Zaytoun

    "Vigile est tout autant une déclaration d'amour qu'un hymne à la vie." - Raphaëlle Leyris, Le Monde des livres

    Un bruit étrange, comme un vrombissement, réveille une jeune femme dans la nuit. Elle pense que son compagnon la taquine. La fatigue, l'inquiétude, elle a tellement besoin de dormir... Il se moque sans doute de ses ronflements. Mais le silence revenu dans la chambre l'inquiète. Lorsqu'elle allume la lampe, elle découvre que l'homme qu'elle aime est en arrêt cardiaque.

    Avec une intensité rare, Hyam Zaytoun confie son expérience d'une nuit traumatique et des quelques jours consécutifs où son compagnon, placé en coma artificiel, se retrouve dans l'antichambre de la mort.

    Comment raconter l'urgence et la peur ? La douleur ? Une vie qui bascule dans le cauchemar d'une perte brutale ? Écrit cinq ans plus tard,
    Vigile bouleverse par la violence du drame vécu, mais aussi la déclaration d'amour qui irradie tout le texte. Récit bref et précis, ce livre restera à jamais dans la mémoire de ceux qui l'ont lu.

  • Roulio fauche le poil Nouv.

    Roulio fauche le poil

    Julia

    Un roman truculent qui mélange avec bonheur romance, humour et une verve hors du commun.

    Je suis " Roulio fauche le poil ", de mon vrai nom Roinita, esthéticienne à ses heures perdues. Ma vie sentimentale est une catastrophe, ma grand-mère un danger ambulant. Il y a quatre chats possédés dans mon appartement. Tout va bien.

    Roulio travaille au Fauche le Poil Institute, elle est légère comme un boyau d'andouillette, une anguille souple, une pauvre chamelle, c'est Roulio de printemps ou Roulio de Zan, une gueuse, une hyène nauséabonde, une Catwoman d'intérieur, pour certains c'est une trompe de falope, elle côtoie une raie manta, un vieil éléphant de mer pourpre en soutane rousse, un ingrat mammifère, ta mère en toile de jute...

    Prix François Rabelais 2019

  • Le caillou Nouv.

    Le caillou

    Sigolène Vinson

    Le Caillou, c'est l'histoire d'une femme qui voulait devenir un caillou.

    " Avant de raccrocher, je lui confie que j'ai dans l'idée de partir quelques jours en Corse. Je l'entends renifler et pleurer. Pour elle, c'est le premier signe de vie que je donne depuis bien longtemps. Le dernier qu'elle a perçu, c'est le cri que j'ai poussé en venant au monde. Elle oublie qu'enfant, je riais tout le temps et embrassais le bonheur commun. Ce n'est que plus tard que j'ai eu des vues nouvelles, d'abord celle d'un désert sous ma fenêtre, et depuis peu, celle du large. "

  • Dirty sexy valley Nouv.

    Eros et Thanatos, en mode pop corn !
    Horreur, sexe et humour : réfléchissez avant d'offrir ce livre à votre belle-mère.

    Dans la moiteur d'un été torride, six étudiants inséparables décident de célébrer leur diplôme en s'adonnant à une authentique orgie dans une cabane isolée à la montagne. Mais quand ils débarquent sur place, prêts pour la fête de leur vie, ils ignorent que dans la pinède habite une famille dégénérée, pour qui la perversion est un art de vivre.

    Voici un roman qui dépasse les bornes. Horreur, sexe et humour : réfléchissez avant d'offrir ce livre à votre belle-mère. En revisitant la crème du cinéma trash (des bombes sexuelles en mini short aux massacres à la scie sauteuse dans les bois) et en nous offrant un mélange tout personnel de Quentin Tarantino et de Russ Meyer,
    Dirty Sexy Valley transforme en éclats de rire ce qui nous obsède depuis la nuit des temps. Eros et Thanatos, en mode pop corn.

  • Après le succès de son roman hopi Née contente à Oraibi, Bérengère Cournut poursuit sa recherche d'une vision alternative du monde avec un roman inuit. Empreint à la fois d'écologie et de spiritualité, De pierre et d'os nous plonge dans le destin solaire d'une jeune femme eskimo.

    " Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l'Arctique depuis un millier d'années. Jusqu'à très récemment, ils n'avaient d'autres ressources à leur survie que les animaux qu'ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au soleil de minuit. Ils partagent leur territoire immense avec nombre d'animaux plus ou moins migrateurs, mais aussi avec les esprits et les éléments. L'eau sous toutes ses formes est leur univers constant, le vent entre dans leurs oreilles et ressort de leurs gorges en souffles rauques. Pour toutes les occasions, ils ont des chants, qu'accompagne parfois le battement des tambours chamaniques. " (note liminaire du roman)

    Dans ce monde de confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaires. Elle n'a d'autre solution pour survivre que d'avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d'une quête qui, au-delà des vastitudes de l'espace arctique, va lui révéler aussi son monde intérieur.

  • Mort aux girafes Nouv.

    Mort aux girafes

    Pierre Demarty

    Un ovni littéraire, une seule phrase de 200 pages et l'art de la digression poussé dans ses ultimes retranchements pour dire le destin tragi-comique d'un homme parti se suicider à Bar-le-Duc. Le plus étonnant ne tient pas à la virtuosité littéraire du texte mais aux émotions suscitées par le roman, incroyablement drôle d'abord, absolument bouleversant au final. Un livre unique.

    Voir Bar-le-Duc et mourir : on connaît le dicton. Frédéric Berthet, lui en tout cas, le connaissait, qui n'a sans doute pas choisi par hasard le chef-lieu de la Meuse pour mettre fin à ses jours. Mais pour quelles raisons ? Se peut-il que son suicide soit lié à l'affaire Flamurd ? Comment expliquer autrement l'implication dans cette trouble histoire d'un ancien bibliothécaire devenu détective privé malgré lui, d'un inquiétant colosse serbe et d'un jeune Sri-Lankais converti au judaïsme ? À moins qu'il ne faille remonter à l'année 1862 pour trouver la clé de l'énigme. Ou encore – prenons soin de ne pas écarter cette hypothèse – que tout ceci ne soit qu'un gigantesque malentendu.

    Avançant sous le masque de la digression et du coq-à-l'âne poussés dans leurs ultimes retranchements pour mieux aborder des questions graves telles que la mort, l'amour, la cohabitation interethnique en milieu carcéral et l'épépinage des groseilles,
    Mort aux girafes est un cri d'indignation, un brûlot féministe, un thriller haletant aux résonances écologiques en prise avec l'actualité la plus actuelle – bref, on l'aura compris, un roman coup de poing dont on ne sort pas indemne.

  • Dans une fausse complainte, avec une feinte naïveté, Samuel Lévêque fait le tableau ironique d'une société qui méprise ses jeunes : « Je n'en veux à personne. Je ne foutrais probablement jamais le feu à rien du tout. Mais je trouvais ça intéressant de vous rappeler en quelques pages ce que c'était que d'avoir trente ans aujourd'hui. »

empty