Sciences & Techniques

  • La science est une puissante manifestation de la curiosité humaine. Elle est une démarche qui vise à comprendre et à expliquer le monde, incluant les humains. La plupart des gens aiment la science et désirent en entendre parler ou lire sur le sujet. Si, chez certains, la science suscite curiosité et enthousiasme, chez d'autres elle provoque la crainte, l'incrédulité ou le simple déni. La science bouleverse, parfois profondément et viscéralement. Les savoirs scientifiques à la fois réconfortent et dérangent parce qu'ils abordent des questions existentielles : qui sommes-nous ? Où sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ? Comme nous l'enseigne éloquemment l'histoire des sciences, la science bouge. La démarche du scientifique, qui ne s'arrête jamais, est de toujours tendre vers une meilleure appréhension du monde. Qu'est-ce qui donne à la science sa qualité intellectuelle première ? La réponse est simple : la science marche, elle fonctionne.

  • Dans cet ouvrage, en se basant sur les faits disponibles, l'auteur de Psychiatrie mortelle et déni organisé montre que la manière dont nous utilisons habituellement les médicaments psychiatriques inflige beaucoup plus de tort qu'elle ne fait du bien. Le professeur et médecin Peter C. Gotzche établit que les médicaments psychiatriques tuent chaque année plus d'un demi-million de gens de 65 ans et plus aux Etats-Unis et en Europe. Ces médicaments sont la troisième cause de décès après les maladies cardiaques et le cancer. Or, la consommation actuelle de psychotropes pourrait être réduite de 98%, tout en améliorant la santé mentale et physique ainsi que la survie des patients. Cependant, il peut s'avérer difficile d'arrêter les traitements, car plusieurs patients deviennent dépendants de ces médicaments. Comme les symptômes de sevrage peuvent s'échelonner sur une longue période et même être dangereux, il sera habituellement nécessaire de recourir à un sevrage lent et progressif.

    Dans son livre, Gotzsche soutient aussi que les chefs de la psychiatrie - souvent à la solde de l'industrie pharmaceutique - ont créé et promu de nombreux mythes pendant des décennies pour mieux cacher le fait que la psychiatrie biologique a été généralement un échec. La psychiatrie biologique croit que les médicaments sont la « solution » à presque tous les problèmes, en contradiction marquée avec les opinions des patients, car plusieurs ne réagissent pas bien aux médicaments qu'ils reçoivent.

  • Pouvoir guérir nous amène sur les sentiers d'une intervention humanitaire de Médecins sans frontières (MSF) en Amazonie brésilienne. Le périple nous conduit du bureau opérationnel de la section hollandaise de MSF à Amsterdam, jusqu'aux confins des plus petits villages autochtones des rivières noires amazoniennes, en passant par les centres de coordination des projets brésiliens de MSF à Manaus et de son projet du Médio Solimoes. Tout au long du parcours, des savoirs biomédicaux humanitaires côtoient des savoirs thérapeutiques autochtones. C'est là que le pouvoir de guérir s'exerce, forme d'alliage de savoirs, coutumes, croyances, transactions capables de conduire à la guérison. Divers sites d'observation illustrent comment les vérités des savoirs se transforment selon les acteurs, les circuits et les contextes et comment certaines formes de savoir dominent alors que certaines autres résistent, que ce soit au nom de la « santé pour tous », par crainte de biopiraterie, à des fins globales ou par respect pour des valeurs locales. Un regard est posé sur tout ce qui entoure la manipulation des remèdes donnés au malade, qu'ils soient pharmaceutiques ou à base de plantes. Infirmières, médecins humanitaires, autochtones en formation biomédicale, sages-femmes, chamans, herboristes ont la charge d'administrer ces remèdes et suscitent en quelque sorte la continuité entre les savoirs.

    Ce livre offre une contribution importante à la recherche en anthropologie de la santé et un exemple original d'ethnographie multisite. Il propose aussi une entrée particulière sur le monde des médecines autochtones et humanitaires.

  • Dans ce traité, l´auteur veut insister en particulier sur le retournement de la question de Frege :
    « jusqu´où peut-on aller en arithmétique par la seule voie déductive ? ». Cette question inaugurale de la logique formelle doit être révisée dans mon sens de la question d´inspiration kroneckerienne : « jusqu´où peut-on aller en logique par la seule voie arithmétique ? ».

  • Le gouvernement Charest accepte de lancer un débat sur le droit des Québécois à mourir dans la dignité. Les Pays-Bas ont la plus longue pratique légale de l´euthanasie. Mais comment se déroule cette pratique dans la réalité quotidienne ? Que signifie-t-elle pour les Néerlandais qui choisissent de terminer leur vie de cette façon ? Comment cheminent-ils vers cette fin ? Comment les médecins qui pratiquent l´euthanasie dans ce pays assument-ils leur rôle et les responsabilités que leur confie la loi ? Postface du Dr Yves Bonnier-Viger qui donne un aperçu de la situation des soins palliatifs au Québec.

  • Cet ouvrage collectif est un plaidoyer visant à établir un cadre d´analyse particulier aux technologies de l´espoir, c´est-à-dire à l´ensemble des procédés biotechnologiques définis par leurs promoteurs comme des outils médicaux dotés d´une capacité potentielle à préserver ou à prolonger la vie.

  • D'abord le « big bang », l'exposition initiale. La vie débute et se complexifie. Les hominidés, à la recherche de nourriture, partant à la conquête de la savane. Autour d'un plat de lentilles, ils acquièrent leurs premières parcelles d'humanité... Les années passent, les millénaires se succèdent. Le feu est maîtrisé; on fabrique du pain, de la bière et du vin; on invente les premières recettes; les repas se transforment en banquets; le sucre, le chocolat ou le café envahissent l'Europe; les Britanniques découvrent le champagne; en Chine et aux États-Unis, on se fait la guerre pour une tasse de thé alors qu'ailleurs des interdits alimentaires sont édictés... et, sans que l'on s'en rende vraiment compte, la Terre est surexploitée. L'effet de serre se resserre. La possibilité d'un « Big Crunch » alimentaire est bel et bien réelle...

  • Pour les chanceux qui vivent dans le monde développé, le décès survenant avant d'avoir atteint la vieillesse avancée est une tragédie et non un fait banal de l'existence. Bien que le vieillissement et la mort ne soient pas des maladies, les Nord-Américains plus âgés font l'objet d'un gigantesque effort publicitaire au nom du « vieillissement réussi » et de la longévité, comme s'il s'agissait là de marchandises. Dans Repenser le vieillissement, Nortin M. Hadler passe en revue les choix que les services de santé proposent aux personnes âgées et conclut que, trop souvent, ces choix servent les intérêts des dispensateurs de services plutôt qu'ils ne profitent à ceux qui les reçoivent, ce qui mène à la médicalisation de malaises de la vie courante et à un surtraitement.
    Repenser le vieillissement alerte les lecteurs et leur procure les informations solidement fondées sur les connaissances disponibles qui les aideront à faire des choix éclairés en promotion de la santé.
    Depuis une décennie, le docteur Hadler s'est affirmé comme un leader parmi ceux qui abordent le menu des options qu'offrent les services de santé avec un scepticisme éclairé. Il n'y a que la démonstration rigoureuse de son efficacité qui puisse constituer une garantie convenable de l'utilité d'un traitement.
    Dans Repenser le vieillissement, Nortin Hadler aide le lecteur à évaluer les options qu'on lui propose et à prendre, d'une manière éclairée, les décisions qui conviennent le mieux aux dernières années de l'existence. Les défis que suscitent le vieillissement et la fin de la vie peuvent être relevés avec sagesse, dignité et confiance, ainsi qu'il le démontre d'une manière convaincante.

  • Les auteurs de cet ouvrage examinent des cas d'accords volontaires entre diverses industries et les ministères de l'Environnement, à Québec et à Ottawa pour permettre au Québec et au Canada d'atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre.

  • Témoin d'un profond désir d'expression, les premiers mots tracés avec timidité sur la page blanche ouvrent un espace dans le corps et dans le coeur. Ils marquent le seuil d'une quête qui n'aura pas de fin. Telle est l'aventure humaine et spirituelle de ceux qui ont été habités par les ateliers d'écriture.
    À partir des thèmes reliés aux souvenirs lumineux et terrifiants de l'enfance, aux rêves et aux révoltes de l'adolescence, aux enjeux existentiels et aux découvertes marquantes de leur vie, la thérapeute a accueilli les histoires touchantes que les écrivains ont racontées en étant connectés à leur théâtre intérieur. Parallèlement aux récits des participants, l'auteure a choisi d'inclure des textes littéraires qui témoignent également de ce besoin de renommé le ressenti et l'éprouvé pour découvrir son identité et être en lien avec son environnement. Pour accompagner cette expérience de rencontre avec soi et avec l'autre, les outils proposés par la psychothérapie corporelle intégrée (PCI) ont balisé et éclairé le cheminement de chaque participant dans l'ouverture, le respect et la compassion.
    Les ateliers d'écriture permettent à ceux qui s'y engagent de susciter un lieu de transformation en apprivoisant, avec la chair des mots, tous les personnages qui peuvent devenir des alliés précieux dans l'oeuvre de création de leur propre vie.

  • Cet ouvrage est une contribution originale au débat public sur l'euthanasie et le suicide assisté. Le Dr Michel L'heureux et le professeur Louis-André Richard livrent un plaidoyer riche et convaincant, où la médecine et la philosophie se rencontrent pour réfléchir aux aspirations légitimes à une mort digne.

  • Cet ouvrage présente, en six périodes historiques distinctes, les diverses activités de recherche entreprises dans les cégeps depuis leur fondation en 1967.

  • Cet ouvrage porte sur la maltraitance envers les personnes aînées. Il a été conçu principalement à titre d'outil de sensibilisation et d'information, et dans le but de rejoindre l'ensemble de la population.
    A l'aide de18 énoncés, les auteures exposent les diverses facettes de la maltraitance envers les personnes âgées. Les réponses sont claires et précises et elles reposent sur une revue rigoureuse de la littérature scientifique.
    Ainsi, l'ouvrage va bien au-delà des préjugés, des croyances ou d'informations partielles. Il donne accès à des informations valides qui aideront les aînés, leurs familles, les intervenants et les décideurs à percevoir et à dénoncer toute attitude de négligence ou tout comportement de violence qui pourrait en quelque manière porter atteinte à la dignité des aînés.

  • Tout - absolument tout - est cancérigène. Le malaise le plus banal provoque la panique. «Grisonner est-il une maladie? cette nouvelle «maladie» amenant encore de l'eau à la vague actuelle de médicalisation sans précédent! Hadler met en garde contre es méfaits d´une « culture de la médicalisation » incitant les consommateurs à penser que toute affliction commande une intervention clinique alors que les connaissances disponibles montrent autre chose.

  • Ce collectif vient nous rappeler brutalement que la lutte contre la maladie et la mort reste dans plusieurs pays, l´épine dorsale du développement. À ceux qui pensent que les progrès sanitaires viendront après un hypothétique développement économique, cet ouvrage prouve le contraire.

  • L'ide_e de base est de re_pondre aux interrogations que se pose tout citoyen soucieux de l'avenir de la plane_te: « A quoi ces nombreuses re_unions de ne_gociations ont-elles servi? Le paysage de la coope_ration internationale dans le domaine de l'environnement est-il sensiblement diffe_rent en 2010 qu'en 1998, et si oui en quoi? Dans quelle mesure ces diffe_rences peuvent-elles e_tre source d'optimisme? Quels sont les de_fis restants et sommes-nous mieux pre_pare_s a_ les affronter? «

  • Dans un langue claire et persuasive, Nortin Hadler explique les dilemmes du mal de dos et les multiples manières avec lesquelles on peut induire en erreur ceux qui en souffrent. Ce volume doit être lu tant par tous ceux qui en souffrent que par le reste de la société de sorte qu'on puisse en atténuer les affections avec moins de médicaments, moins de chirurgie et une plus grande sagesse.

    Par l'auteur de MALADES D'INQUIÉTUDE et LE DERNIER DES BIEN PORTANTS

  • Dans des sociétés et un monde préoccupés de productivité, de consommation, d'économie, de politique, il n'est pas toujours facile d'aborder la question culturelle, non pas tant celle de la culture artistique ou de biens culturels offerts à la consommation, mais celle de la culture des modes de vie différents, du partage de valeurs et de repères symboliques, de la qualité de vie citoyenne.

    Il peut être étonnant pour beaucoup encore d'aborder le monde des sourds en tant que porteur d'une culture sourde. Il y a une culture sourde, autodéfinie en grande partie par un mouvement interne d'affirmation identitaire, avec l'appui tout de même de différents acteurs sociaux du monde entendant, dont des linguistes, des chercheurs en sciences sociales, divers acteurs politiques. Et il y a aussi une culture entendante, marquée par la maîtrise de l'oralité et de l'écrit, fondée en plus sur une normalité clinique instituée (posséder l'audition) qui devient une dimension allant de soi de la normalité linguistique pour la grande majorité entendante. Par ailleurs, c'est en référence à une culture sourde, dans sa différence même, que se révèlent plus pleinement les caractéristiques de cette culture entendante.

    C'est cette dynamique des rapports entre cultures qui constitue la trame de cet ouvrage, la position d'enfants entendants issus de parents sourds constituant un témoignage particulièrement pertinent, leur développement comme personne provenant radicalement de cette dynamique.

  • Cette publication inscrit la gestion de l'eau dans le champ d'étude du patrimoine culturel. L'ampleur de sa perspective, tant historique que spatiale - de l'Antiquité à nos jours et de la Méditérranée à l'Amérique du Nord -, démontre comment les générations antérieures ont régi cette ressource naturelle indispensable à l'existence et au développement des sociétés. Ce volume souligne ainsi la pertinence de cet héritage culturel pour les pratiques modernes de la gestion de l'eau, dans des conditions de pénurie et de dégradation environnementale. L'approche novatrice que proposent les auteurs, reliant la gestion intégrée et les savoirs traditionnels qui s'y rattachent, permet d'appréhender une culture commune de l'eau, fondée sur la mémoire orale et écrite comme sur les traces tangibles et intangibles qui marquent encore les paysages humains. Véritable patrimoine, cette culture de l'eau s'avère précieuse pour comprendre et gérer la ressource naturelle dans le contexte contemporain. Il s'agit également d'un enseignement à léguer aux générations futures.

    Sous la direction d'Ella Hermon, ce volume réunit une sélection de textes présentés au colloque international « La gestion intégrée de l'eau dans l'histoire environnementale : savoirs traditionnels et pratiques modernes », organisé à l'Université Laval du 27 au 29 octobre 2006 par la Chaire de recherche du Canada en interactions société-environnement naturel dans l'Empire romain, sous le haut patronage du Consortium interuniversitaire Gérard-Boulvert, Naples, et avec l'appui de la Commission canadienne de l'Unesco.

  • Toute action ou réaction face à une maladie est guidée par l'idée que nous nous en faisons, par notre façon de l'interpréter, de la penser.

    Cet ouvrage montre les liens entre, d'une part, les représentations sociales et médicales d'une maladie et, d'autre part, la nature des traitements proposés et les représentations de l'expérience du malade dans un contexte institutionnel de prise en charge. L'étude se concentre sur la tuberculose parce que, tout en étant moins spectaculaire que les épidémies de typhus ou de choléra, elle a néanmoins suscité une grande inquiétude dans la première moitié du XXe siècle, et ce partout en Occident.

    Comme le sida aujourd'hui, la tuberculose fut longtemps perçue comme un mal sournois et mortel, qui prospérait sous des conditions et dans un environnement particulier. Au Québec comme ailleurs, cette perception eut un impact certain sur les tuberculeux et sur leur expérience de la maladie.

  • Sang sucré, pouvoirs codés et médecine amère est le résultat d'une recherche en anthropologie médicale critique portant sur le diabète en milieu autochtone. S'étant essentiellement déroulée dans la communauté innue de Pessamit (Betsiamites) sur la Haute-Côte-Nord du Saint Laurent au Québec, cette recherche vise à jeter un nouvel éclairage sur les conditions d'émergence de cette épidémie et sur les raisons expliquant les insuccès répétés des approches des milieux de la santé en la matière.

    Cet ouvrage s'emploie à mettre en évidence un ensemble de facteurs sociaux, politiques, économiques et culturels qui semblent être à l'origine du développement épidémique du diabète en milieu autochtone. Il fait notamment voir comment, dans un contexte d'exclusion, à travers le rapport au corps et à l'acte alimentaire, entre en jeu un système complexe de codes identitaires porteurs de sens et déterminant le devenir de cette maladie.

    Si cet ouvrage concerne d'abord les milieux autochtones, il permet aussi de faire la lumière sur les dynamiques sociales à l'origine de l'accroissement rapide des taux de prévalence du diabète dans les milieux défavorisés ainsi que dans les pays dits en émergence.

  • Le développement durable a fait couler beaucoup d'encre. Nombreux sont les acteurs sociaux, les institutions et les organisations qui s'en réclament. Cet ouvrage collectif est divisé en quatre parties : théorie et méthode, champs d'application, acteurs et institutions, aspects normatifs et éthiques. Les auteurs y examinent, d'une manière analytique et critique, les voies qu'a prises et que pourrait prendre le développement durable.

    Il reste encore beaucoup de chemin à faire. Les connaissances sur les problèmes d'environnement sont souvent incomplètes et pleines d'incertitudes ; les acteurs n'ont pas tous intégré dans leurs choix et décisions les nouvelles contraintes environnementales ; les décideurs publics et privés font face à une forte demande sociale pour un environnement de meilleure qualité ; un meilleur partage des ressources et de l'environnement est exigé. Les normes et les comportements, sans parler des idéologies et des politiques, répondent souvent à d'autres critères et doivent composer avec cette variété à laquelle s'ajoute le développement durable, qui peut remettre en cause certains de ces critères bien acceptés. Bref, tant pour la connaissance que pour l'action, le développement durable demeure un défi considérable mais, pour plusieurs, il représente aussi une promesse d'harmonie entre les êtres humains et de réconciliation avec la nature.

    Ont collaboré à ce livre : Ronald Babin, Nick Bernard, François Blais, Olivier Boiral, Marie-Josée Côté, Gérard Croteau, Francine Des Roches, Evelyne Dufault, Gérard Duhaime, Benoît Gauthier, Mario Gauthier, Corinne Gendron, Anne Godmaire, Denis Lemieux, Marie-Hélène Parizeau, Carlo Prévil, Gaétan Poulin, Benoît St-Onge, Jean-Guy Vaillancourt, Jean-Philippe Waaub

  • Contrairement à ce que les études précédentes avaient démontré, la consommation d'alcool et de drogues ferait partie de l'ensemble des activités quotidiennes des jeunes, incluant l'école et la pratique des sports, et ce, dans tous les milieux socioéconomiques.

    L'utilisation des substances psychoactives chez les jeunes est un domaine relativement peu connu et on en sait encore moins sur le développement de la dépendance pour ces derniers; c'est pourquoi les auteurs ont choisi de réunir un certain nombre d'études qui ont été menées à la fois par les chercheurs en toxicomanie et par ceux qui travaillent sur d'autres problématiques reliées à la jeunesse. Une réflexion poussée sur l'ensemble de ces travaux permet d'en dégager les grandes constantes et les retombées qui seront utiles à divers paliers d'intervention.

    Les tendances et les modes de consommation d'alcool et de drogues chez les adolescents sont déterminés par des facteurs multiples et qui évoluent rapidement; c'est pourquoi il importe que les programmes - tant en prévention qu'en intervention - soient basés le plus étroitement possible sur des données pertinentes. Les textes présentés dans cet ouvrage seront d'un grand intérêt pour tous les intervenants, parents, professeurs, professionnels de la santé ou chercheurs.

  • Comme les autres sciences sociales, l'anthropologie se heurte à la mondialisation des phénomènes sociaux qui gagne en ampleur, en intensité et en complexité maintenant. Les analyses que propose l'anthropologie ne peuvent certes faire l'impasse sur ces transformations sociales majeures.

    En proposant à des anthropologues de renom, spécialisés en anthropologie médicale, de produire une synthèse des recherches et des enseignements dans leurs pays respectifs, d'une part, ou d'aborder quelques thèmes plus généraux, d'autre part, les responsables de cet ouvrage visent en quelque sorte à globaliser l'anthropologie médicale pour qu'elle soit en phase avec les questions dont elle traite. C'est aussi leur espoir que ces articles contribuent à un élargissement des perspectives qui sera utile aussi bien aux chercheurs chevronnés qu'aux étudiants qui s'initient à ce domaine de l'anthropologie contemporaine.

empty