Les Presses de l'Université d'Ottawa

  • Les PME représentent la majorité du tissu industriel de la plupart des nations et y créent la majorité des emplois. Elles sont devenues les outils qu´utilisent bien des gouvernements et des partenaires au développement pour réduire la pauvreté et stimuler et diversifier les économies. Dans une perspective comparative, cet ouvrage étudie l´entrepreneuriat dans trois pays de culture et de niveau économique différents, malgré leur appartenance commune à l´espace de la Francophonie : un pays industrialisé et membre du G8, le Canada, un pays émergent et membre de l´Union européenne, la Roumanie, et un pays en voie de développement d´Afrique et exportateur de pétrole, le Congo Brazzaville. L´étude s´inscrit dans le contexte de l´analyse institutionnelle et intègre, notamment, la culture du développement durable, visant à mettre en évidence l´impact de divers facteurs sur les spécificités du comportement entrepreneurial des PME. Les auteurs avancent que la promotion des PME dépendra fondamentalement de la capacité à générer des institutions de qualité qui jouent un rôle déterminant dans une meilleure coordination marchande.

  • Haïti aujourdhui, Haïti demain rassemble les témoignages et analyses duniversitaires, de spécialistes et dorganisations du Canada et dHaïti sur la situation haïtienne après le séisme de 2010. Lobjectif du volume est déchanger sur les moyens de transformer la crise en une occasion de renforcer un développement endogène, équitable et durable. Les textes, éclairés par un retour sur les erreurs du passé et informés par le Plan daction des pays donateurs, nous permettent de mieux comprendre les obstacles à surmonter. Ils nous permettent aussi de réfléchir aux principes devant inspirer la réalisation concertée de projets en matière de droits humains, de gouvernance, de sécurité, de justice et de développement économique, social et culturel. Les intervenants et intervenantes sentendent sur la nécessité dune refonte de la gouvernance haïtienne, centrée sur la réforme en profondeur de lensemble de lappareil administratif. Une telle refonte de lÉtat passe par la réaffirmation dune souveraineté sans équivoque, laquelle ne doit pas venir « den haut » seulement, mais de la société civile également. Par delà les actions humanitaires durgence et les engagements internationaux, la refondation dHaïti doit sappuyer sur un développement ancré dans les droits humains.

  • La stabilité de la Malaysia -- gouvernée depuis 1957 par le même parti politique -- n´est pas assurée, ni par les mécanismes de la démocratie libérale, ni par des traits culturels, mais par l´État rentier et ses institutions. Les États rentiers puisent la majeure partie de leurs revenus à l´étranger, sous forme de rentes -- ces États sont redistributeurs et non pas extracteurs de ressources. Parce que leurs revenus ne proviennent pas de la taxation de la population, ils sont réputés autonomes et peu dépendants de la société dont ils sont issus. Cette étude compare les différentes périodes de l´histoire de la Malaysia, utilisant les indicateurs conventionnels pour classifier des États rentiers : les activités d´exportation, la structure de la taxation, les investissements publics et les choix gouvernementaux en matière de développement socio-économique, ainsi que le cadre législatif autoritaire. L´ouvrage analyse la stabilité politique du régime non-démocratique de la Malaysia. Cette analyse, qui puise à l´histoire du développement politique et économique, met en lumière la dynamique spécifique d´un État rentier.

  • Ce livre nous invite à une réflexion diachronique et multidisciplinaire qui met en cause l'éthique traditionnelle du monde occidental. Servi par une culture impressionnante, André Guindon nous révèle, à travers l'histoire des sociétés, la signification profonde de comportements qui dépassent largement la langue et l'écriture. Pourquoi la différence sexuelle est-elle si marquée par le vêtement ? Comment les sociétés choisissent-elles d'habiller le pouvoir ou de dénuder ceux qu'elles veulent humilier ? Et même, comment définir la nudité ? L'Habillé et le nu est une incursion audacieuse dans un domaine encore en friche, au point de rencontre d'une éthique des comportements et d'une sociologie de la parure. Pour André Guindon, cette réflexion doit nous apprendre à discerner les pratiques susceptibles de favoriser une humanisation variée de la vie individuelle et d'améliorer les rapports intersubjectifs. L'auteur débat largement toutes les questions, sans puritanisme, dans la perspective d'une réflexion éthique contemporaine et d'une gestuelle chrétienne authentique.

  • Ottawa, lieu de vie français discusses the urban
    changes and the ways in which Ottawa francophones
    began thinking about and building their city, from the
    1960s onwards, the ideas and actions of that period still
    shaping life in French Ottawa today. 
    Stemming from the Chantier Ottawa collaborative
    and interdisciplinary project, this book brings together
    over twenty researchers specializing in the history of
    francophone institutions in the national capital,
    its leaders, and its networks. It analyzes the growth and
    the characteristics of the French-speaking population
    throughout the years, its growing diversification, and
    the transformation of its living environments. 

    It brilliantly reconstitutes the events that have marked
    the recent history of Ottawa, describes the contexts in
    which these events took place and the conditions that
    made them possible. They contributors also reflect on
    the current and future impact of this history, both for
    Ottawa and throughout Ontario.Ottawa, lieu de vie français traite des transformations
    urbaines et des façons pour les francophones d'Ottawa
    de penser et de construire leur ville, à partir des années
    1960, creuset d'idées et d'actions qui moulent encore
    aujourd'hui la vie française de la capitale. 
    Issu du Chantier Ottawa, un projet collaboratif et
    interdisciplinaire, cet ouvrage magistral réunit des
    chercheurs qui s'intéressent à l'histoire des institutions
    francophones de la capitale, au profil de leurs
    dirigeants, à leurs réseaux. Il analyse la croissance et les
    caractéristiques de la population de langue française
    au fil du temps, sa diversification grandissante, et la
    transformation de ses milieux de vie. 

    Il reconstitue de main de maître les événements qui ont
    marqué l'histoire récente d'Ottawa, décrit les contextes
    dans lesquels ils se sont produits et les conditions qui
    les ont rendus possibles, et réfléchit à leur portée, tant
    immédiate que pour la suite des choses à Ottawa et
    ailleurs en Ontario.

  • En trois décennies, du début des années 1870 au
    tournant du XXe siècle, Jules Verne écrit trois romans
    couvrant plus d'un demi-siècle d'histoire canadienne. 
    Si ce triptyque peut être saisi dans le processus global
    de la création vernienne, il forme en même temps une
    entité à part entière, un formidable révélateur de la
    place du Canada et du Québec en France. Cette place
    est relative : elle dépend beaucoup de ses interactions
    avec l'Angleterre et les États-Unis. 

    Plusieurs oeuvres de Verne, depuis Les Aventures du
    Capitaine Hatteras, publiées au milieu des années 1860,
    s'attachent à comparer les réactions de personnages
    anglais et américains. Il en ressort in fine une rivalité des
    deux pays, comme dans les romans canadiens Le Pays
    des fourrures (1872-1873) et Famille-Sans-Nom (1889).
    Le conflit anglo-américain explique les connivences
    entre Canadiens français et Américains, dont font état
    ces deux romans. 

    Or, à la fin de sa vie, Verne remanie ce système
    d'alliance. Dans Le Volcan d'or, rédigé en 1899-1900,
    les relations vont diamétralement changer : Canadiens
    français et anglais, tous honnêtes gens en quête
    de l'or du Klondike, s'unissent contre des Américains
    originaires du Texas, délinquants notoires et redoutés. 

    Comment analyser ce retournement ? Quelle clé
    offre-t-il pour comprendre, à une plus vaste échelle,
    les images du Canada et du Québec qui prévaudront
    dès lors en France ?Over the course of three decades-from the early
    1870s to the turn of the 20th century-Jules Verne
    wrote three novels covering more than half a century
    of Canadian history. 
    While this triptych is undoubtedly located within the
    Vernian corpus, it nevertheless constitutes a body of
    work in its own right, a powerful testimony to the place
    that Canada and Quebec occupied in France. This place
    was relative, however, dependent on interactions with
    England and the United States. 

    Several of Verne's works beginning with the publication
    of The Adventures of Captain Hatteras in the mid-1860s
    compare English and American characters. Ultimately,
    the rivalry that emerges between the two countries is
    further developed in the Canadian novels The Fur
    Country (1872-1873) and Family Without a Name
    (1889). The Anglo-American conflict explains the
    affinities between French Canadians and Americans
    present in both novels. 

    Toward the end of his life, however, Verne revisits this
    alliance. In The Golden Volcano, written in 1899-1900,
    those relations change diametrically: French and
    English Canadians, all honest people in search of
    Klondike gold, unite against the Texans, notorious
    and feared delinquents. 

    How is this reversal to be understood? What clues does
    it offer for understanding of the depictions of Canada
    and Quebec that prevail henceforth in France on a
    broader scale?

  • Ce tableau davancement examine le Canada français de la dernière moitié du XXe siècle et propose quelques repères utiles, souligne certains enlisements, avancées et retards, et cherche à comprendre son évolution malaisée à travers trois grandes perspectives : celle de chefs politiques qui lont orienté, celle dintellectuels influents qui lont interprété, et celle de certaines institutions qui en ont révélé la dynamique. Le fil rouge qui lie ces vignettes et sert de fil conducteur est lombre de la Révolution tranquille qui a brouillé la vue de bien des observateurs. Lauteur est daccord avec Gilles Vigneault quand il dit « Nous avons mal regardé. Nous avons mal écouté ». Il propose ici une autre manière de voir, une autre forme découte.
    />

  • Est-il possible, aujourd'hui, d'écrire l'histoire des Franco-Ontariens ? Disposons-nous de sources suffisantes pour entreprendre un tel projet ? En fait, peut-on affirmer qu'il existe une collectivité franco-ontarienne identifiable et non simplement des îlots dispersés de Franco-Ontariens ? Les auteurs de cet ouvrage répondent par l'affirmative et démontrent le développement d'une société à personnalité distincte qui s'affirme de plus en plus dans de nombreux domaines. Ils analysent ainsi l'apparition, dans un contexte historique, des traits particuliers de l'existence économique, sociale et culturelle de cette communauté. Apportant au projet sa vision et ses observations, chaque auteur traite d'un sujet spécifique, laissant au lecteur le soin d'effectuer sa propre synthèse. Les Franco-Ontariens est un ajout important à l'histoire d'une communauté linguistique qui, depuis les premières traces de la présence française dans le « pays d'en haut », s'est fort diversifiée et connaît une évolution accélérée.

  • Il peut paraître étonnant d'évoquer la notion de liberté en matière d'apprentissage. Celle-ci ne fait-elle pas partie intégrante de nos systèmes de valeurs ? Si la fin du XIXe siècle a été témoin de la lutte des femmes pour l'accès à l'éducation, le XXIe siècle s'annonce comme celui où les notions de pluralité, de diversité et d'accroissement continu occuperont la première place. Liberté d'apprendre, certes, mais de quelle manière ? La recherche sur les femmes en milieu universitaire montre que leur expérience est parfois aliénante. Dans cet ouvrage, Jeannine M. Ouellette révèle que le malaise vient de ce que l'apprentissage est détaché de la vie d'apprenante. Ainsi, le « autrement » se rapporte à l'intégration de l'expérience des femmes dans le projet d'apprentissage. La « liberté » devrait être celle de rechercher dans le milieu d'apprentissage les moyens de mettre au jour les connaissances qui proviennent de l'expérience des femmes. Les personnes en situation de formation feraient leur profit d'une démarche qui reconnaîtrait leur contribution personnelle. Pour bien des femmes, il est particulièrement utile de mettre leur expérience en rapport avec les connaissances transmises, car les réalités qu'elles vivent sont parfois occultées par un système axé sur des préoccupations essentiellement masculines. Tenant compte du développement du moi, de la parole et de la pensée des femmes, l'auteure plaide en faveur d'une méthodologie de l'enseignement qui peut rendre l'expérience universitaire plus satisfaisante pour les femmes, d'une part, et soutenir leur démarche de croissance personnelle, d'autre part.

  • Depuis la fondation du premier hôpital par les Augustines en 1637, les infirmières ont grandement contribué à la qualité de vie des Canadiens. Des sages-femmes à l'aube de l'histoire du pays aux infirmières du réseau public de santé contemporain, des postes éloignés nordiques aux champs de bataille en Europe, Sans frontières dépeint les épreuves, les défis et les réalisations des infirmières canadiennes sur une période de quatre siècles. Documentée et écrite par les infirmières et des historiennes, cette oeuvre unique rassemble en un seul volume un vaste éventail de recherches. Quatorze chapitres et 28 vignettes, superbement rehaussés de photographies et d'illustrations d'archives, composent cet impressionnant portrait du nursing canadien. Sans frontières est un ouvrage fascinant et indispensable pour les infirmières, les férus d'histoire, et toute personne dont la vie a été touchée par une infirmière.

  • Bien des projets de développement international visent actuellement les femmes. Mais la multitude de ces petits projets soi-disant générateurs de revenues les aident-elles vraiment ? Pour évaluer la pertinence et l'impact de ces politiques, Marie France Labrecque prend en exemple une région andine de la Colombie, La Cocha. À l'aide d'une méthodologie d'anthropologie socioculturelle, elle démontre que les changements sociaux les plus importants ne s'effectuent pas seulement dans les rapports entre hommes et femmes mais aussi entre les générations. L'auteure procède à une analyse minutieuse de la division du travail dans les activités principales auxquelles se livrent les hommes, les femmes, les adultes et les enfants. Elle présente aussi les trajectoires individuelles de femmes appartenant à différentes générations et décrit leur niveau d'insertion dans le travail et dans le développement. Enfin, elle se penche sur les organisations communautaires, leur implication dans la région pour tenter d'évaluer leur influence sur le changement des structures sociales, de la vie quotidienne tant pour les individus que pour la collectivité.

  • Cet ouvrage jette un nouvel éclairage sur une période particulièrement fertile de l'histoire de la traduction, qui s'étend sur les XIIe siècles en Espagne. C'est au cours de cette période que le savoir scientifique et philosophique des Grecs, revu et corrigé par les Arabes, est transmis aux Occidentaux. Clara Foz remet en question l'idée communément admise que l'École de Tolède formerait une entreprise unique. Son analyse révèle plutôt l'existence de deux mouvements de traduction, l'un commandité par l'Église, au XIIe siècle, l'autre par le roi Alphonse X, le Sage, au XIIIe siècle. L'auteur fait d'abord état de pratiques qui avaient cours à l'époque pour la traduction, puis elle fait ressortir les enjeux politiques et culturels sous-jacents. Que traduit-on ? Pourquoi traduit-on ? Quels sont les modes de collaboration entre traducteurs ? Quels sont les rapports qui unissent les traducteurs à leurs commanditaires ?

  • De quelle manière se transforment les Amériques à travers les discours publicitaires, les textes de vulgarisation économique et la littérature ? Que deviennent les cultures des Amériques dans le contexte de la nouvelle économie mondialisée ? Ces interrogations sont liées à la transformation des identités enracinées dans un territoire, en images de soi plurielles. Ces dernières rejoignent le développement des réseaux de communication multipliant les déplacements géographiques et symboliques et démocratisant des savoirs de plus en plus complexes. Dans cette dynamique analysée à partir de René Girard, de Homi Babhabha et de Néstor García Canclini, on analyse donc les stratégies pour devenir un producteur de significations plus efficace. Cette visée mène d'une part à la reconnaissance de l'autre et, d'autre part, à tenter de déterminer ce qui, en lui, n'est pas acceptable.

  • Le dictionnaire est certainement l'une des plus grandes inventions intellectuelles de l'humanité. Ce livre retrace son histoire depuis ses humbles origines au milieu du IVe millénaire av. J.-C. jusqu'en 1539, date de la publication du premier dictionnaire du français par Robert Estienne. Un itinéraire culturel et historique de 5000 ans qui entraîne le lecteur à travers de grandes civilisations : la Mésopotamie, l'Égypte, la Grèce, Rome et l'Europe. L'optique retenue favorise deux dimensions : d'abord, le récit historique chronologique à partir de l'invention de l'écriture vers 3500 av. J.-C. jusqu'à l'invention de l'imprimerie au milieu du XVe siècle ; ensuite, l'étude critique des ouvrages marquants et innovateurs sur le plan des principes et des méthodes lexicographiques, et cela pour chacune des époques et des civilisations mentionnées. Les créatures de dictionnaires ne sont pas oubliés : chaque fois qu'un lexicographe a laissé son nom, une courte notice biographique le situe dans la longue lignée des bâtisseurs de dictionnaires.

  • Le statut juridique du français a connu de grandes transformations au cours des vingt dernières années. Cette mutation s'explique par la volonté des francophones de l'Ontario de vivre et de s'épanouir pleinement en français dans leur province. Sept grands thèmes sont abordés dans ce volume : le statut des langues ; le bilinguisme législatif et parlementaire ; le bilinguisme judiciaire ; la prestation des services en français ; les services municipaux ; les droit scolaires des francophones ; et enfin, les droits linguistiques privés des Franco-Ontariens. Cet ouvrage dépasse la simple présentation de dispositions législatives. En faisant le lien entre des faits historiques, politiques et surtout juridiques, l'auteur ouvre des perspectives sur le statut du français et il éclaire d'un jour nouveau l'histoire, les luttes et les droits des francophones en Ontario. Cette étude intéressera bien sûr les experts en droit constitutionnel et linguistique, mais aussi ceux et celles qui se préoccupent de l'aménagement linguistique et juridique de l'Ontario, et de la situation particulière des Franco-Ontariens.

  • Roch Carrier a pratiqué plusieurs genres : poésie, conte, roman, théâtre, récit de voyage, littérature pour la jeunesse et biographie. Son oeuvre abondante, exubérante, protéiforme joue de tous les registres, du fantastique au burlesque, du poétique au carnavalesque. Elle a rejoint un immense public, depuis le tout premier roman, La guerre, yes sir !, dont le succès a été phénoménal. Le recours fréquent au rire et à l'ironie, à l'humour et à la dérision cache souvent une réflexion approfondie sur le sens de la vie et l'échéance ultime et fatale de la mort. En effet, cette oeuvre conjugue pulsions de vie et de mort. Quand le personnage de Roch Carrier mord dans la vie, la célèbre sans contraintes et souvent avec débordement, c'est la mort qu'il conjure. Le sens de la fête et les plongées dans le fantastique le plus absurde servent souvent à occulter une interrogation angoissée sur l'au-delà et la place de l'homme dans l'univers. L'étude de Gilles Dorion aborde chacune des facettes de cette oeuvre remarquable et en fait voir les richesses.

  • Plusieurs personnes âgées sont aux prises avec des problèmes psychologiques et troubles de santé mentale qui entraînent une perte d'autonomie et de la dégradation de la qualité de vie et qui imposent de lourdes charges à leurs proches et à la société. La psychologie offre un éclairage sur l'origine de ces problèmes et propose des solutions éprouvés. Seul ouvrage du genre en langue française, Psychologie clinique de la personne âgée présente, dans une perspective pratique, l'approche psychologique de problèmes fréquents parmi la population âgée : les dépressions, les troubles anxieux, les troubles du sommeil, les comportements excessifs et les déficits comportementaux dans la démence, l'abus de médicaments et d'alcool, les mauvais traitements et la négligence à l'égard des personnes âgées. Rédigés par des spécialistes reconnus, les chapitres abordent des questions relatives à l'épidémiologie, à l'étiologie, à l'évaluation et au traitement de chaque trouble et fournissent des illustrations cliniques. Des chapitres traitant du contexte général du vieillissement, de l'optimisation du fonctionnement cognitif, des interventions auprès des aidants naturels et des familles et de la formation des psychologues cliniciens en gérontologie complètent l'ouvrage. Psychologie clinique de la personne âgée d'adresse à l'ensemble des professionnels de la santé mentale qui oeuvrent auprès des personnes âgées, ainsi qu'aux étudiants, aux professeurs et aux chercheurs.

  • Missionnaire chez les Hurons et Français du Détroit (Windsor) de 1744 à 1781, le jésuite belge Pierre Potier (1708-1781) a laissé une documentation considérable. Robert Toupin nous livre ici ces écrits jusqu'à aujourd'hui dispersés dans plusieurs fonds d'archives. Documents indispensables pour l'étude de la formation des missionnaires jésuites et du travail d'évangélisation en Nouvelle-France, les écrits de Potier touchent la théologie, la philosophie, la morale, l'Écriture sainte, les langues (latine, française, huronne), les sciences, l'administration de la mission (livres de compte, registres de catholicité des Hurons et des Français), sans parler des notes sur les ouvrages de piété ou de dévotion, des itinéraires de voyages et de la correspondance. La partie la plus originale demeure toutefois le lexique des « façons de parler » en Nouvelle-France, un répertoire terminologique de première importance. Une description commentée de la bibliothèque personnelle de Potier complète l'étude. Excellent ouvrage de référence pour les historiens, ce livre s'adresse également aux linguistiques, aux anthropologues, aux ethnologues et aux spécialistes de la toponymie dans l'empire français d'Amérique. C'est un corpus situé à la frontière de la culture savante, bien ancré dans le territoire du savoir encyclopédique.

  • En 1994, Sue Rodriguez se suicide avec l'aide d'un médecin après une intense bataille judiciaire en Cour suprême du Canada dont l'objet était la décriminalisation du suicide assisté. À la suite de ce suicide, aucune accusation criminelle ne fut portée contre la ou les personnes ayant présumément aidé Sue Rodrigues à mettre fin à ses jours, et ce malgré le fait que le suicide assisté est un acte criminel au Canada. Cette non-intervention du droit pénal est examinée en fonction du rôle que l'affaire Rodriguez a pu jouer dans la transformation des moralités au Canada. Dans ce livre, le suicide assisté de Sue Rodriguez est envisagé comme un « crime » utile (au sens durkheimien du terme), car il met en évidence une inconsistance entre les moralités dominantes inscrites dans le droit pénal et les conditions sociales qui ont rendu ce « crime » possible. Apparenté au crime de Socrate, le « crime » de Sue Rodriguez est analysé comme un héraut annonciateur de nouvelles moralités, comme un prélude préparant directement la voie à des changements dans le poids accordé aux moralités dominantes. Dans ce contexte, le rôle du droit pénal comme mode privilégié de régulation morale est remis en question.

  • Ces études constituent l'un des legs les plus significatifs de la commission. Elles n'ont pas seulement servi à m'informer sur les enjeux clés auxquels fait face le système public de santé, mais elles demeurent pertinentes et de grande valeur en nous forçant à réfléchir sur notre système au-delà des idées et des hypothèses conventionnelles. -- Roy Romanow, président de la Commission sur l'avenir des soins de santé au Canada

  • Cet ouvrage est le fruit d'un colloque international organisé par le Centre d'études canadiennes de l'Université Libre de Bruxelles. Il en ressort que l'impact de la présence belge au Canada n'est pas négligeable : elle se remarque surtout dans les domaines religieux, économiques et socioculturels.

  • Ce recueil de portraits nous fait pénétrer dans l'intimité de dix traducteurs qui appartiennent à diverse époques : XVIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Les textes traduits vont de l'article de presse aux Saintes Écritures, en passant par la tragédie grecque, le roman, la poésie, le conte, le « polar » et les traités de droit. Réintroduisant la subjectivité dans le discours sur la traduction, ces portraits contribuent au nécessaire recentrement de l'attention sur la personne de traducteur. Lorsqu'il a entrepris telle ou telle traduction, quelle était sa visée réelle ? S'est-il plié docilement aux contraintes inhérentes à cet exercice de réénonciation interlinguistique et interculturelle ? A-t-il transgressé certaines de ces contraintes ? Où a-t-il travaillé ? À quelle époque ? Pour qui ? À quelle fin ? Dans quelles circonstances ? Quels facteurs externes ont pu infléchir sa manière de traduire, l'amener à modifier le texte original, voire à s'autocensurer ? Autant de questions dont il faut chercher les réponses en dehors des textes traduits.

  • André Vachet a donnée son dernier cours au Département de science politique de l'Université d'Ottawa en 2000. Au total, il aura donc enseigné à l'université pendant près de quarante ans : trois ans à l'Université de Sudbury et à l'Université Laurentienne (de 1959 à 1962) et trente-six ans à l'Université d'Ottawa (de 1964 à 1999). Il est difficile de faire saisir en quelques mots l'impact qu'a eu André Vachet à l'Université d'Ottawa et au Département de science politique en particulier pendant toutes ces années. André Vachet a marqué par son enseignement plusieurs générations d'étudiants. Auteur d'un ouvrage considéré comme un classique de l'analyse de idéologies et de la pensée politique, L'idéologie libérale, André Vachet a également été très actif dans des associations professionnelles telles que le Conseil canadien de recherche en sciences sociales, la Fédération canadienne des science sociales, l'Association internationale de science politique, l'Association canadienne de science politique, qui on pris leur essor au cours des années 1960 et 1970 et on accompagné la naissance et le développement des sciences sociales dans les universités canadiennes. En un mot, André Vachet a été un universitaire complet. Nous aimons à penser qu'à travers les textes ici réunis -- témoignages et études que son travail à inspirés plus ou moins directement suivant les cas --, le lecteur saisisse en André Vachet le critique social, l'ennemi des dogmatismes, le partisan de la nuance et l'homme animé, un tantinet, par un esprit de contradiction qui l'amène à questionner inlassablement son interlocuteur.

empty