FeniXX réédition numérique (Éditions Ramsay)

  • Deux tempêtes fantastiques ont ravagé la France et une partie de l'Europe entre Noël et le Jour de l'an 2000. Sous quelle forme et à quel moment ces tempêtes sont arrivées sur notre pays, par quel phénomène, ces jours-là, elles ont pris une telle ampleur, quels effets en chaîne elles ont provoqué, quel a été le scénario infernal et précis du désastre, quelles en sont les conséquences écologiques et humaines... tels sont le bilan et l'enquête circonstanciée que présentent d'abord le météorologue et le journaliste. Alors, ils peuvent poser la question : ces tempêtes étaient-elles prévisibles ? Non, il n'est pas possible d'annoncer avec exactitude de tels événements plus de quelques heures à l'avance. La vérité est que l'effet de serre augmente à cause des activités humaines et que nous ne mesurons pas toutes les conséquences du changement de climat. Il y aura, c'est certain, d'autres tempêtes tout aussi dévastatrices. Ce livre en tire les leçons. Est-il possible de nous en protéger à l'avenir ? Comment l'homme agit-il sur le climat ?

  • Depuis la fin de la guerre du Viêt-nam, l'Extrême-Orient est devenu le carrefour des hégémonies contemporaines. Coincées dans l'espace et dans l'histoire entre une Chine qui s'éveille et l'Union Soviétique qui multiplie démesurément son potentiel militaire, les nations qui constituent l'identité géopolitique de cette partie du monde hésitent, incertaines et fragiles. Théorie des dominos ou politique des blocs, détente ou non-alignement sonnent dès lors comme autant de slogans désuets, incapables de rendre compte des enjeux économiques, humains ou idéologiques. Contre les prophéties tapageuses et les diagnostics bâclés, ce livre réclame donc, pour lui, le privilège de l'analyse et du témoignage. François Missoffe, ancien ministre du Général de Gaulle, y affirme sereinement sa sensibilité de témoin et son expérience de diplomate pour interroger, à l'horizon de notre dernier quart de siècle, les chances de la guerre et celles de la paix.

  • « À dix-huit ans, je croyais la trouver, la tranquillité, en entrant au Club comme homme de ménage. La bonne plaisanterie ! J'y ai tout connu : l'aventure et les aventures, le rire et la rigolade, les drames, les paris tenus, les loupés grotesques, les émotions éclatantes, les belles histoires, des gens fantastiques, et beaucoup de bonheur, le mien et celui des autres. Mais la tranquillité, jamais ! » Ali Imane, personnage légendaire du Club Méditerranée, défraie la chronique depuis dix-neuf ans, chez les « GO » comme chez les « GM ». Autoritaire, exigeant ? Ou hypersensible et marchant au coeur ? Orgueilleux, ou n'aimant simplement pas les médiocrités ? Mû par un dévorant appétit de vivre, l'amour des femmes et le goût des nuits blanches, ou par un idéal altruiste ? Aimé, admiré, imité, jalousé, souvent incompris, Ali Imane raconte ici son exceptionnelle histoire, celle d'un petit Arabe secret et rieur, devenu, en une fulgurante carrière, le chef de village le plus célèbre du Club Méditerranée. Un personnage hors du commun, dans la très particulière ambiance du Club.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les critiques ont tellement dit des personnages, des atmosphères et de la prose de Suzanne Prou qu'ils étaient "mauriaciens" qu'on devait bien sûrement s'attendre un jour à une répartie de la romancière. La voici donc, en forme de récit amoureux. Car, d'emblée, Suzanne Prou se défend de vouloir analyser l'oeuvre de François Mauriac en spécialiste et se refuse à ajouter, à la masse d'essais et de thèses, une nouvelle glose. Parce qu'elle fait partie de la même race que Mauriac, celle des créateurs, Suzanne Prou veut simplement, presque en tapinois, avec cette discrétion percutante qui la caractérise, montrer que l'oeuvre de l'auteur de Thérèse Desqueyroux est indissociable de sa propre vie et que tous les personnages des romans de Mauriac effectuent, autour d'elle, une ronde dont elle ne se lasse pas... Au terme de ce livre doux et tendre, on se plaît à confondre les héros de Mauriac et ceux de Suzanne Prou, et d'un orage qui s'abat sur une vieille maison bordelaise ou d'un vignoble brûlé par le soleil, on ne sait plus qui, des deux, en est le peintre fidèle et ému.

  • Il y a longtemps qu'Henri Quatre chevauche dans ma mémoire. Le livre qu'on va lire ne fut pas écrit d'un seul jet. Ce n'est pas une biographie romancée, ce n'est pas une évocation historique, c'est plutôt un bouquet composé en marge de quarante ans d'écriture et dont je fais hommage au plus paysan de nos rois. Il fut poète autant que batailleur et fidèle autant que galant. Il savait faire la part de l'âme, la part des fées, la part des sources. Il légua à la France les slogans d'un Front Populaire qui sent à jamais le muguet et le lilas. Il a instauré sur la table de ferme la poule au pot tous les dimanches, et sur nos places publiques, une superbe Marianne dépoitraillée dont les généreuses mamelles s'appellent labourage et pâturage. Avec sa tête exagérément cabrée, à cause de la fraise empesée, avec sa drôle de tête, pointue par la barbiche, ronde par le front, busquée par le nez, malicieuse par le regard sous les lourdes paupières, il avance sur son cheval blanc à hauteur de l'entresol, saluant familièrement les belles Parisiennes surprises dans leur décolleté nocturne. C'est ainsi qu'Henri IV fait son entrée dans sa capitale au petit matin...

  • Anne, en ce lundi d'automne, le cinq-centième de leur amour, ne sait pas encore que le premier toron de la corde qui la lie à Pierre vient de se briser. Un homme frôlé dans le train, sans visage et sans nom, fera resurgir dix ans de vie à deux, de joies et de gentillesse... Dix ans de bonheur ?... Souvenirs, plaintes non formulées, insatisfactions vagues, enfouies, refusées, vont, comme un torrent qui rompt ses digues, l'envahir, la submerger. Déroulant le cours infiniment sinueux de la pensée et des souvenirs, le récit, prenant et poétique, peuplé d'odeurs, de bruits et de lumières, oscille au fil des pages de la sensualité à l'ironie, du cri au silence.

  • Un rire aux éclats amers et parfois désespérés. - "Qu'est-ce qui a deux cents mètres de long et se nourrit de chou ? - Des personnes faisant la queue devant une boucherie." 360 blagues drôles, grinçantes, cruelles, replacées pour la première fois dans leur contexte historique. 360 fenêtres ouvertes sur la réalité quotidienne dans les pays de l'Est. Un humour qui devient une arme de choix contre le totalitarisme, le premier pas vers la dissidence. Il nous dit l'aspiration des peuples à un socialisme authentique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'enfant terrible du PS a grandi. L'insolence s'est faite pertinence. Celui qui hier posait les questions qui dérangent apporte aujourd'hui des réponses et un programme pour la gauche de l'an 2000. Quand le parti socialiste pensait avoir pour lui la durée, Julien Dray tirait la sonnette d'alarme. Aujourd'hui, il refuse de sombrer dans la sinistrose et de se soumettre à une défaite annoncée. Un bilan sans concession ni masochisme de dix ans de pouvoir socialiste, vu de gauche et de l'intérieur par un député qui ne baisse pas les bras et qui ne confond pas erreurs ou échecs et trahison. Chômage, protection sociale, institutions, morale publique, si le parti socialiste est en panne de propositions, ce livre en a plein ses pages. A lire, pour renouer avec le goût de la politique de la gauche.

  • En ce matin de mars 1945, vous êtes à bord d'une forteresse volante avec neuf hommes d'équipage. Vous allez bombarder Walden pour anéantir la résistance allemande. Votre avion est en tête de la plus gigantesque opération montée par l'US Air Force ; et aux commandes, un homme : le général Forster. Qui est-il, ce loup solitaire, craint et admiré à la fois ? Qui est-il, ce personnage légendaire qui depuis 20 ans porte au fond de lui-même une plaie que rien ni personne ne peuvent soulager ? Quelle est cette douleur secrète qui le poursuit jour après jour, heure après heure, dans le silence, dans le combat, peut-être aussi dans la mort qui sans cesse le frôle ?... Quelle tragédie se noue ou se dénoue dans ce rendez-vous avec le destin qui l'attend au-dessus de Walden ? Drame de la guerre, de l'amour et de la solitude, un souffle puissant anime cet ouvrage où les grands espaces libres et les longs parcours dans le temps ne sont pas sans rappeler les vastes décors qui étaient ceux de Joseph Conrad et d'Herman Melville. Forteresse solitude est le premier roman de Pierre Barluet.

  • Voici l'histoire d'Andréi Parocki, qui naquit d'un couple impossible dans un pays impossible : la Pologne du début de notre siècle. Voici comment, dans un monde ébranlé par l'effondrement des Empires et le jaillissement des idées nouvelles, il se lança dans la lutte révolutionnaire et la guerre. Tour à tour agitateur, bagnard, proscrit, soldat de fortune, il chercha sans relâche à donner un sens à sa vie, à trouver son identité. Pologne... Russie... Turquie... Moyen-Orient. Notre cavalier de l'espoir galopa aux quatre coins du monde, vivant intensément l'amour et bravant ouvertement la mort, dans une fabuleuse chevauchée de l'Empire des tsars à la Terre Promise...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'Église vole en éclats. Que reste-t-il aujourd'hui de la forteresse élevée minutieusement, pierre par pierre, depuis le concile de Trente ? Un autre concile, celui de Vatican II, a baissé les ponts-levis, ouvert grandes les fenêtres. Jean XXIII prédisait une "nouvelle Pentecôte" : en se mettant à jour, l'Église devait se rajeunir, s'embellir, retrouver la pureté de ses origines. Pour Mgr Lefèbvre, au contraire, le concile, oeuvre satanique, risque d'entraîner l'Église à sa perte. Et si les deux avaient raison ? Si le concile offrait une chance inouïe à l'Église de mourir, sous une certaine forme, pour renaître autre ? Les chefs de l'Église, effarés par la décomposition du catholicisme et tourmentés par les menaces d'un schisme intégriste, hésitent devant le choix. Sauter dans le vide demande un acte de foi et de courage. En attendant, l'Église est déchirée.

  • 1939-1940 : c'est la drôle de guerre... J'ai quatorze ans. Ma poitrine bat la chamade : « Et je serai à Huez. Heureux si vous le voulez, malheureux s'il vous plaît. » Le coeur chaviré, je lis et relis ce message. En cette année-là le monde gronde et vacille... Et moi, j'étais cette jeune fille en fleur et je croyais être amoureuse ! C'est le début du récit que Danielle Mitterrand fait de sa vie : ses émois d'adolescente très vite balayés par la tourmente de la guerre, son engagement auprès de ses parents dans le maquis, sa rencontre avec un homme fascinant, François Mitterrand alias Morland pour la Résistance, leur mariage follement accéléré dans la joie de la Libération... Danielle Mitterrand raconte son itinéraire de jeune épouse, de mère, puis de première dame de France - un destin de femme marqué par son attachement à un homme politique exceptionnel, par les rêves, les idéaux, les victoires et les revers partagés - ses rencontres avec les grands témoins et acteurs de l'Histoire de ces dernières décennies. Elle se livre tout entière aussi dans son autre combat, comme présidente de la fondation France-Libertés, sur le terrain humanitaire et partout où les Droits de l'homme sont menacés, aux côtés des Kurdes, du Dalaï-Lama, de Nelson Mandela ou de Fidel Castro, fustigeant la politique de tout gouvernement si sa conscience de femme libre le lui dicte. Un destin et une mémoire hors du commun.

  • Georges Montaron a traversé l'histoire du vingtième siècle en homme de foi et de conviction. Aujourd'hui âgé de soixante-quinze ans, ce militant, issu d'un milieu populaire, s'est exprimé avec courage et parfois même véhémence sur les grandes crises qui ont marqué notre époque : la guerre d'Indochine, la guerre du Vietnam, l'Algérie, le conflit israélo-arabe... Directeur de Témoignage chrétien depuis 1949, il a incarné le mouvement et les combats des chrétiens de gauche : il a été proche de Mendès France et compté parmi ses relations des hommes comme François Mitterrand qui s'exprime ici à son sujet. Georges Montaron, qui préfère une action discrète et efficace à un usage abusif des médias, a pris position haut et fort lors de l'accession des socialistes au pouvoir en 1981, il a soutenu les prêtres ouvriers et Mgr Gaillot. Il n'a pas hésité non plus à s'opposer à la politique de Jean-Paul II lorsqu'il l'a jugé nécessaire. À travers le récit de cette vie, Cécile Hamsy trace le portrait d'une époque et d'un homme fidèle à ses engagements.

  • 1632. Milan. Des lansquenets portent dans son palais le cadavre du général de Watteville, grand seigneur franc-comtois au service de l'Espagne. Poignardé dans le dos. Son fils Juan, quatorze ans, jure de faire couler "la fontaine de sang". A dix-huit ans, Juan est nommé mestre de camp et commence sa vie de séducteur et d'aventurier. Il tue un homme en duel, s'enfuit à Paris, se fait moine, s'échappe de deux couvents, reprend du service à Milan, aime une femme soldat, tue encore, se fait prêtre, gagne l'Espagne. Après un nouveau duel, il se réfugie dans un couvent de femmes, enlève une nonne, s'embarque pour la Turquie, y devient pacha, trahit les Turcs, s'établit en Franche-Comté pour une nouvelle vie d'intrigues. Quatre-vingt-quatre ans d'une existence insolente et passionnée. Histoire ? Légende ? Peut importe. Seul, compte le plaisir de redécouvrir un personnage extravagant, oublié depuis Saint-Simon.

  • Ce livre s'adresse d'abord à tous ceux qui ont puisé dans le roman de Paulo Coelho, L'Alchimiste, des joies, des forces, un réconfort inattendu. Ensuite, à ceux qui, surpris par son exceptionnel succès, se posent la question du Secret, de la magie qui leur a échappé. Lilas Voglimacci propose ici, dans une écriture fluide et inspirée, son analyse éclairée des clefs du bonheur que procure L'Alchimiste : les ingrédients de la recette de l'or transmuté. En puisant aux sources des contes, de la Bible, du Grand OEuvre, voilà que Paulo Coelho a réveillé les images enfouies dans la mémoire et dans le coeur du lecteur, à son insu. L'Alchimiste n'était qu'un conte, le texte de Lilas Voglimacci l'est aussi... laissez-vous prendre par la main.

  • "Pour proférer d'éternels serments les hommes ont en commun une colonne d'air provenant des poumons qu'emprunte une espèce de tube résonnant de 17,5 cm de long, fermé, et par la glotte, située à la hauteur de la pomme d'Adam, et par les lèvres. La colonne d'air en question se trouve sectionnée grâce aux cordes vocales qui produisent ainsi des sons différents..." Homme de radio et de parole, Jacques Duchateau nous offre, à l'image du « Panorama » de France-Culture qu'il dirige, un vagabondage intelligent : on découvre dans son livre que les phonèmes peuvent véhiculer des secrets, ceux de l'intonation de Bergotte dans A l'ombre des Jeunes filles en Fleurs, par exemple, on y vérifie que Queneau appréciait les calembours chers à Proust - "le comble de l'inattention, c'est de prendre l'Édit de Nantes pour une Anglaise" -, et que si Tarzan élevé par des singes ne parlait que leur langage, il dut se colleter avec l'anglais du "Journal intime" mystérieusement préservé par son père... Mais on entend aussi parler Léautaud, Jacques Tati, et crisser les skis de François Bonlieu... De La Colonne d'air l'on pourrait dire ce que François Caradec et Paul Braffort disaient de l'oeuvre de Queneau en la comparant à un oignon dont chaque couche révèle une nouvelle couche : ce livre est un oignon privé de centre.

  • Anne Zamberlan "pète" la forme et les formes. A 44 ans, elle pèse 130 kg et a réussi sa vie et sa carrière. Et pourtant elle a subi trente ans de quolibets et d'injures, a voulu en mourir et a finalement choisi la vie. Aujourd'hui, elle pousse un cri de colère, mais aussi un appel au secours pour tous ses frères et soeurs de misère. Des millions de personnes se sentent rejetées depuis que le muscle a été érigé en valeur suprême, depuis qu'être gros est une tare. Les gros sont exclus du travail leur vie quotidienne est semée d'embûches, ils n'obtiennent qu'avec difficulté tout ce qui est dû à chaque citoyen. Un coup de gueule nécessaire pour nous pousser au respect et à la tolérance vis à vis de chaque être humain, quel que soit son aspect physique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty