D`Orbestier

  • Stéphane Pajot a retrouvé non seulement les origines des noms des principales rues, avenues et places de Nantes, mais, en bon journaliste, il a su les faire parler. Il nous offre mille anecdotes, nous présente mille personnages et mille événements heureux ou tragiques qui restent attachés à ces lieux si connus des Nantais. Histoire et petite histoire, en images souvent inédites, se conjuguent pour stimuler notre mémoire et transmettre un prestigieux patrimoine.
    Dans la lignée des beaux-livres de mémoire publiés par l'auteur, cet ouvrage est conçu de façon originale pour associer un dictionnaire de l'histoire des noms de rues à un livre d'images et d'anecdotes mises en exergue ; il se feuillette sans ordre précis pour le simple plaisir de découvrir des faits et des personnages oubliés ou méconnus. Chacun possède sa ou ses rues de prédilection : celle où il est né, où il a vécu, où il a connu quelqu'un... rues qu'il retrouvera avec bonheur dans ce beau livre essentiel qui constituera un usuel incontournable de toute bonne bibliothèque pendant longtemps.
    Si vous ne le saviez pas, découvrez-le dans ce livre :
    - Stanislas Baudry, le Nantais qui inventa l'omnibus, se tira une balle dans la tête !
    - Louise Antonini, pour aller se battre, se déguisait en homme.
    - Robert Fulton, inventeur du bateau à vapeur, inspira le Nautilus à Jules Verne.
    - la Duchesse de Berry se cacha dans une cheminée, rue Mathelin-Rodier, près du château.
    - Monsieur de Crais-Billon écrivit un roman licencieux : Le Sopha.

  • Fille des eaux, ville d'estuaire, la Nantes du xxe siècle a longtemps vécu de la Loire, de son commerce portuaire, de ses chantiers navals, de ses pêcheurs d'aloses et de civelles...
    Jusque dans les années 1930, l'Erdre venait la retrouver à hauteur de l'île Feydeau avec son cortège de mariniers et ses rives tapissées du linge blanc des Nantais, tout juste sorti des bateaux-lavoirs. Avant qu'elle ne perde son statut de « Venise de l'Ouest », que ne soient comblés le fleuve et la rivière, des photographes ont immortalisé l'eau dans la ville.
    Ce livre de photographies exceptionnelles, rares et souvent inédites, raconte l'eau dans ce qu'elle avait de plus beau et de plus terrible, quand Nantes se composait d'une constellation d'îles avec ses multiples ponts ou quand les crues submergeaient les rues et les places.
    Une splendide leçon d'histoire imagée et une belle invitation au voyage fluvial et maritime.

  • Dès les débuts de la photographie, l'histoire de cet art s'est retrouvée intimement mêlée à celle de Nantes. La beauté de la ville a très vite inspiré de nombreux artistes photographes qui l'ont prise pour modèle. Daguerréotypes, plaques de verre et autres photographies inédites racontent leurs histoires qui se croisent au gré des anecdotes et de la mémoire.

  • La fête à Nantes, l'histoire et la petite histoire. Des photographies inédites exceptionnelles pour préserver la mémoire Au hasard des greniers et des brocantes, photos et cartes postales réapparaissent et racontent des instants d'hier. Dans « Bons baisers de Nantes », l'auteur a voulu mettre en valeur ces écrits qui accompagnent les images de la ville. Ces brèves correspondances retrouvent une nouvelle vie, un second souffle. Leur petit air suranné nous transporte dans un passé finalement proche et nous invite, à nouveau, à assister par l'image aux transformations de la cité des ducs. Ce fil conducteur rend hommage à tous les Nantais et autres promeneurs de passage qui ont pris le temps, un jour ou bien une nuit, de jeter quelques mots sur une carte postale illustrée et de l'envoyer quelque part en France ou dans le monde avec de bons baisers et autres cordiales poignées de main qui restent parfois les seules traces de leur passage ici-bas. Un livre souriant, où le carnaval de Nantes, la mi-carême, tient une place de choix et où apparaissent des figures incontournables de la ville sans qui les fêtes et spectacles n'auraient pas été aussi riches et les troupes théâtrales dont les productions ont fait le bonheur des Nantais grands et petits. Le quatrième ouvrage d'une série d'albums pour préserver la mémoire et mieux comprendre le passé.

  • Très richement illustré de plus de 175 photos étonnantes et de textes éclairants, ce livre témoigne d'un des hauts lieux du patrimoine indien. Un monde encore hors du temps entre le Moyen Âge et la modernité. L'auteur a réalisé ce qui n'avait encore jamais été fait, une seule photo des 5 km de berges du Gange avec ses ghâts, son animation, les milliers de pèlerins qui se baignent dans ses eaux sacrées, ses palais en ruine, ses sadhus, ses bûchers de crémation... L'architecture, la religion,le quotidien des Indiens, les castes, le pur et l'impur, la vie, la mort, et des rencontres surprenantes... l'auteur raconte et témoigne de dix années de fréquentation de cette ville foisonnante, la plus vieille au monde toujours active. Des photos exceptionnelles; instantanées de vie émouvantes, riches en couleurs, chargées de vérité. Une longue photo à la fin du livre, en dépliant géant hors-texte de 1,60 m de long ( 7 volets recto-verso) montre l'essentiel des berges de ce lieu magique. Un texte original, vécu et très documenté, entre le carnet de voyage et le documentaire. Des photos inhabituelles, témoignage vivant d'une ville encore hors du commun.

  • Un peu plus d'un siècle après sa fondation par Napoléon, la ville nouvelle de La Roche-sur-Yon est devenue une petite cité administrative et un relais de la nouvelle société républicaine, laïque, libérale et individualiste au coeur de la Vendée restée en grande partie attachée à ses traditions. La ville a certes commencé à développer des activités économiques en profitant notamment de l'arrivée du chemin de fer en 1866. Mais ces activités sont encore réduites. Elle a peu d'influence sur son environnement vendéen et reste assez isolée dans un département éclaté. 1914 ouvre une nouvelle période. Les années qui suivent sont en effet marquées par deux guerres mondiales et par une crise économique aux redoutables répercussions sociales, politiques et idéologiques. Entre 1914 et 1944, dans ce difficile contexte, comment évolue La Roche-sur-Yon ? Comment poursuit-elle son développement ? Parvient-elle à renforcer son enracinement local ? Ces questions sont au centre de ce volume qui se termine par une mise en perspective évoquant les principales transformations survenues depuis 1945. Celles-ci permettent-elles à La Roche-sur-Yon, en s'appuyant sur sa rapide croissance et sur son influence grandissante, de se présenter comme « la capitale de la Vendée » ? Ce volume qui comprend de nombreuses illustrations, fait suite à « La ville de Napoléon, La Roche-sur-Yon 1804-1870 » et à « Une ville républicaine, La Roche-sur-Yon 1870-1914 », chez le même éditeur.

  • Du ramasseur de chiens au décrotteur de rails, des allumeurs de réverbères aux pêcheurs d'aloses, la liste est longue des métiers oubliés, disparus, que le temps a fini par effacer de nos mémoires. Dans les rues de Nantes en 1900, les ouvriers et les ambulants arpentaient les artères de la ville, ces hommes et ces femmes, parfois aux vies de crève-la-faim, sont ici figés pour l'éternité sur ces clichés exceptionnels. Les cochers de la place Royale, la petite marchande de cierges près de l'église Sainte-Croix, les fleuristes ou les poissonnières, célébrités de la rue ou inconnus des chantiers navals, cet ouvrage rend hommage à ces travailleurs du siècle dernier.

  • La langue du zinc n'est pas une langue de bois. On y parle la langue du coeur. Du coeur gros qu'on soigne au vin chaud, du coeur gros comme ça qu'on soigne au pastaga. La langue des bistrots, entre le pire et le barbare, a ses aristos comme Boudard, Blondin, Rimbaud, Dimey, Bukow et puis Gainsbar, poètes blanc sec, accros de la Kro, esthètes de la fine à l'eau. La langue des bistrots pour le dire a des mots qui naissent du comptoir. Des mots pousse-cafard dans la fumée du soir, des mots d'amour, toujours, des mots copains d'un jour, nos mots de tous les jours. Il fallait bien en faire le tour. Ce glossaire contemporain, illustré de nombreuses photos, amusera le lecteur curieux ou l'amoureux des troquets, qui, en lisant ce livre dans la collection « Le Jeu des mots », cédera au plaisir de découvrir ou de retrouver des expressions pleines de saveur et porteuses d'images. Un petit dico d'aujourd'hui, plein d'humour pour étancher les grandes soifs de vocabulaire limonadier.

  • Réunissant le fruit du travail des plus grands spécialistes de Saint Augustin, cet ouvrage fait suite à un colloque organisé avec le soutien de l'Unesco et de la ville des Sables-d'Olonne. Il complète et enrichit les interventions des participants et permet une découverte d'un des pères emblématiques de l'Église en évoquant son histoire et le contexte de son oeuvre. C'est aussi une réflexion actuelle sur celui qui fut dans le monde antique un médiateur entre deux cultures, l'Afrique et l'Occident. Africain, pétri de romanité, Augustin fut sans doute le plus illustre représentant de la chrétienté dans l'antiquité. « Le grand luminaire du monde occidental - dira de lui le Cardinal Newman - sans être un docteur infaillible a formé l'intelligence de l'Europe ». L'universalité dont il est porteur ne vient pas seulement de la richesse d'une pensée qui a franchi les frontières de l'Afrique romaine ou de l'Europe médiévale, comme en témoigne notamment le nombre considérable des traductions des Confessions dans le monde et l'intérêt toujours croissant que suscitent ses oeuvres, mais aussi du fait même qu'Augustin se révèle à nous, dans sa pleine humanité, avec ses faiblesses, ses interrogations, ses déchirements. Ce livre qui reprend les contributions de différents intervenants du colloque, complétées et enrichies, apporte une réflexion en pleine actualité sur la pensée et l'oeuvre de saint Augustin, passeur inspiré entre les deux rives de la Méditerranée. C'est aussi un hommage à Goulven Madec disparu en 2008, auteur d'un texte de cet ouvrage, et qui consacra sa vie à l'évêque d'Hippone.
    LES AUTEURS :
    François Dolbeau - Directeur d'études à l'École pratique des hautes études en Langue et littérature latines du Moyen Âge, il est responsable de la publication du dictionnaire : Novum Glossarium Mediæ Latinitatis, ainsi que docteur honoris causa de l'Université de Chicago.
    Claude Lepelley - Professeur émérite d'histoire ancienne et ancien président de l'Institut des Études Augusti niennes de Paris.
    Goulven Madec - Religieux assomptionniste membre de l'Institut d'Études Augustiniennes de Paris et professeur honoraire de la faculté de théologie de l'Institut catholique de Paris. Goulven Madec est décédé en 2008.
    Rosa Maria Guerreiro - Chercheuse enseignante en Histoire des religions au Laboratoire Lenain de Tillemont et à Paris IV, elle est depuis de nombreuses années spécialiste du programme de dialogue interreligieux à l'Unesco.
    Malika Pondevie - Chercheuse sur la civilisation arabe et sur l'Histoire de l'Afrique du Nord antique, elle intervient à l'Institut du Monde arabe de Paris ainsi qu'à l'Institut Maïmonide de Montpellier. Elle est membre de l'Académie de Bretagne et des Pays de la Loire.

  • Nantes-sur-mer

    Stéphane Pajot

    Autant en emporte la mer... À travers de multiples anecdotes, souvent inconnues, ce livre rappelle l'histoire marine de Nantes, qui fut un des plus grands ports de France, depuis l'Antiquité, la course aux épices, le commerce triangulaire, les grands voiliers et la construction navale, jusqu'à nos jours. Après la Trilogie Nantaise (Personnages pittoresques de Nantes et de Loire-Atlantique, Nantes Étonnante, Mystères de Nantes et de Loire-Atlantique), Stéphane Pajot drague la Loire, sonde les profondeurs, exhume des trésors enfouis au plus secret des malles des flibustiers, corsaires et négriers. Approchez votre oreille, écoutez les grondements de l'océan et les cris des mouettes saluant les départs sans retour du quai de la Fosse, de Trentemoult, Paimboeuf ou Saint-Nazaire, vers les rêves fous des îles mystérieuses... Sortis d'une conque nacrée des spirales de la mémoire défilent écrivains, artistes et poètes ; de Jules Verne aux surréalistes nantais ; dans le sillage des naufragés, gardiens de phare, constructeurs de bateaux et autres gens de Loire, gens de mer, hauts en couleur...Le nez dans les embruns, les yeux rivés sur la grand-voile laissez-vous porter par ce livre hauturier, abondamment illustré. Embarquez sur le bateau fantôme du riche passé de Nantes-sur-Mer et de la Loire-Atlantique dans une histoire d'eau, aussi douce que salée, pleine de secrets et d'aventures...

  • Petits bars et gens de la rue, personnages exceptionnels et pourtant tellement quotidiens, monde de la nuit et traînards déjantés défilent avec truculence dans ce roman du journaliste nantais. Mais derrière ces anecdotes, d'une écriture très contemporaine, l'auteur avec humour, dérision mais aussi beaucoup d'émotion et de pudeur, nous fait partager les espoirs déçus et la mort tragique de son père.

  • De 1940 à 1945, Simenon a vécu en Vendée une période occultée par les soupçons et les ambiguïtés de la guerre. Cartes sur table, témoignages inédits et documents en main, Michel Carly, un des meilleurs spécialistes de Simenon, privilégie les faits, recrée la vie quotidienne, raconte une période d'existence essentielle pour cet écrivain majeur du XXe siècle. Le Simenon qui sortira de ces années ne sera plus le même : enfermement, nouvelle écriture, rupture de son couple, émotion de la paternité, moments noirs de l'épuration, ombre inquiétante du frère, désir de gagner une nouvelle vie en Amérique. Secrètes aussi les liaisons intimes, dès 1927, entre l'écrivain et cette Vendée que Simenon a tant aimée, tant de romans en témoignent. Le Fils Cardinaud, La Chambre bleue, Le Train, La Maison du juge, Les Vacances de Maigret, L'Inspecteur Cadavre, Maigret a peur, Vente à la bougie, Le Voyageur de la Toussaint, Lettre à mon juge, Une Confidence de Maigret empruntent leurs atmosphères aux séjours de l'écrivain à Vouvant, Fontenay-le-Comte, L'Aiguillon-sur-Mer, La Faute-sur-Mer, Saint-Mesmin-le-Vieux, Les Sables-d'Olonne. 

  • Alors que l'été et les touristes sont bien arrivés sur la presqu'île guérandaise, un général retraité renommé est kidnappé. Le mystérieux Tribunal Révolutionnaire Républicain revendique l'enlèvement et menace de tuer l'otage. La population est sous le choc. Le ministre de la Justice dépêche sur les lieux une équipe d'enquêteurs aguerris. Mais enlèvements et exécutions s'enchaînent. Pourquoi ce TRR s'attaque-t-il à un guide spirituel, à un notaire, à un industriel et à un agent immobilier, tous honorablement connus ? Que signifient ces extraits musicaux laissés à proximité des corps ? Plaisanterie macabre ? Signature ? Les forces de l'ordre sont sous tension, le ministre exige que le dossier soit classé sans délai, la population doit retrouver son calme avant les élections toutes proches ! Le journaliste Jo Morel, aidé de son amie la commissaire Laurette Hennecat et de ses collègues du journal La Vigie, va devoir être perspicace et stratège pour réussir à percer le mystère.

  • C'est l'histoire de ce grand monsieur du cinéma que fut Tati, du tournage de son plus célèbre film, de ses acteurs, de tout un pays qui accueillit l'équipe du cinéaste, que nous raconte Stéphane Pajot dans ce livre richement documenté et illustré de nombreux documents inédits. Au cours de l'été 1951, l'équipe du film mobilisa la jolie petite plage et son hôtel. Si ce ne fut pas pour elle de vraies vacances - les nuages faisaient grise mine, le sable rayait la pellicule et le réalisateur eut le visage brûlé lors d'une scène - pourtant, la bonne humeur l'emporta. Sur place on s'en souvient encore. Tati réquisitionna quelques enfants de l'école publique. Plus de cinquante ans après - devenus grands -, ils évoquent cette belle aventure. De nombreux articles de presse retrouvés font revivre ce tournage mythique. C'est aussi l'occasion de mieux connaître et de saluer la mémoire de Jacques Tati - disparu en novembre 1982 - et de sa fille Sophie Tatischeff ainsi que de rappeler les témoignages de ceux qui ont contribué par leurs écrits à nous donner envie de l'aimer et de revoir ses films.

  • Des textes précis, truffés d'anecdotes et d'informations pour stimuler la mémoire des anciens et permettre aux plus jeunes de connaître leurs racines et de mieux apprécier une ville chargée d'histoire. Qui se souvient des grands magasins Brunner ou du célèbre Jumel & Champigny, du salon de correspondance du café de la Bourse ou du billard du café du Chapeau rouge ? Combien de Nantais savent encore que le fameux magasin de farces et attrapes du passage Pommeraye était tenu par le dentiste Hidalgo ou que la première soirée de La Cloche se tint au Café de l'Univers, place Graslin, tandis que le photographe Sexer vendait des appareils de TSF à la pointe du progrès ? Un parcours en images et en 230 photos et documents, la plupart inédits et superbement restaurées, pour faire revivre le Nantes d'hier, parfois insolite, toujours vivant et humain. Ce beau livre d'images est aussi une incitation à des promenades de découverte au hasard des rues de Nantes à la recherche des traces d'un passé passionnant.

  • Que vous soyez confortablement assis dans votre fauteuil ou en train d'arpenter les rues, ouvrez ce livre et partez explorer ce que vous ne connaissiez pas encore. À Nantes, la surprise est au coin de la rue pour qui sait regarder. La ville est une aventure, un voyage. Elle vit, mue, se métamorphose. On la rencontre chaque jour et on avance avec plaisir, curiosité, émerveillement. Ce guide inédit vous invite à découvrir les trésors de la ville. Bienvenue à Nantes l'Insolite !

  • 150 ans de meurtres inexpliqués... ou, quand les bourreaux, de pères en fils, deviennent serial killers. En exhumant les archives de la police de Nantes, un journaliste, passionné par l'histoire, met la main sur des dizaines de meurtres inexpliqués avec pour dénominateur commun une série d'assassinats qui s'étale sur près de cent cinquante ans. Comment les plus hautes autorités de la Justice n'ont-elles pas fait le lien entre ces affaires sordides en dépit des rapports secrets répétés et pressants de nombreux commissaires de police ? En mettant bout à bout ces « premiers éléments de l'enquête », et en croisant une multitude de crimes non élucidés, l'incroyable puzzle se reconstitue. L'étau se resserre autour d'une famille de serial killers ? Ce polar historique original est le premier que publie l'auteur. Il associe des anecdotes du passé - sous la forme d'une succession sibylline de rapports de police - à une intrigue criminelle qu'il poursuit jusqu'à nos jours avec une résolution finale. Chaque épisode se lit comme une passionnante nouvelle.

  • Pandémonium

    Jean-Luc Russon

    Rentrant dans son pays, John Ewerett le trouve en état de siège. Les partisans de la Cause, un mouvement indépendantiste, ont reçu le renfort d'extrémistes ayant pris une partie de la population en otage. Un nommé Anderson lui offre de l'emmener dans les Hautes Terres à bord de sa Jeep. Ils échappent de justesse aux effets dévastateurs d'un tsunami qui ravage le littoral et fait des milliers de victimes. Les deux hommes trouvent refuge à Kilmain Castle, le château du comte Seamus. Débute un huis clos éprouvant qui voit se succéder mises en scène grand-guignolesque et meurtres sordides. À quelques kilomètres du château, les membres d'une secte, les Élus de l'Arche, viennent de plonger collectivement dans la folie parce que le tsunami, déluge avorté, n'a pas fait flotter l'arche qu'ils construisaient sous l'impulsion d'un mystérieux Prophète. Du côté opposé, les Indépendantistes et leurs alliés néonazis, dans d'anciennes galeries de mine, constituent une autre terrible menace...

  • À la veille de la Révolution française disparaissait un des ordres monastiques les plus prestigieux de France : l'ordre de Grandmont. La supression de cet ordre fut le fruit d'une odieuse machination dirigée par l'archevêque de Toulouse, Loménie de Brienne, et la Commission des Réguliers. Ce livre raconte en détail les péripéties du combat désespéré du dernier abbé François-Xavier Mondain de la Maison Rouge face à la cupidité d'un prélat et à l'absolutisme du pouvoir royal.

  • Dernière auberge avant l'autoroute de la rage. À Mac Trip, on peut venir avec ses provisions, ses boissons et son violon. Le patron du bistrot, le Doctor, accueille les grigous jusqu'aux petits matins brumeux. On y croise Serclo, Ritchy, Babar et Petit-Louis, quatre potes en mal de bringue. L'amitié y est toujours reine, les crapules jamais bien loin, le rock alternatif omniprésent, des Wampas à OTH, de Parabellum aux Frères Misère. Grimpez dans la bonne vieille tire à Ritchy, sa Renault 16 munie d'un autoradio à la programmation sans concession pour une dernière piste au bout de la nuit. Adapté au théâtre par Julien Héteau et la compagnie L'Art-H.

  • Une patiente recherche d'archives, de cartes postales et de photos jaunies, ainsi que des témoignages oraux, ont permis de ressusciter de nombreuses figures pittoresques, hommes et femmes de la rue, avec tout le respect que l'on doit à des artistes hors du commun, du XIXe à nos jours. Le père Zim Zim, Gobe-la-lune, les Soeurs Amadou, clochards célestes et chanteurs ambulants ; le Petit Joseph dit « cornet à pistons » ; Chapitois, ou bien l'Américain volant Willy Wolf, les artistes Aimé Delrue et Joseph Peignon, et beaucoup d'autres personnages bien connus de l'Ouest de la France, défilent dans cet ouvrage très documenté et remarquablement illustré.

  • La violence et la délinquance de notre société sont aujourd'hui entrées dans ces sanctuaires que devraient être l'école ou l'hôpital et y posent dès lors des questions de sécurité. Existe-t-il une particularité de cette problématique en psychiatrie ? S'il est important de rappeler que l'immense majorité des patients ne présente pas de dangerosité particulière, il ne faut pas banaliser la violence inhérente à la maladie mentale en oubliant que la folie (surtout lorsqu'elle ne bénéficie pas de soins adaptés) peut porter la violence, la plupart du du temps pour le patient lui-même mais parfois pour son entourage. Cette spécificité clinique vient d'ailleurs se traduire par certaines modalités d'hospitalisation sous contrainte, et si les drames restent exceptionnels, c'est encore toujours trop. Dès lors s'efforcer de sortir des fantasmes, des passions, voire des idéologies s'impose pour articuler au mieux ces trois partenaires de première ligne que sont la psychiatrie, la Justice et la sécurité intérieure, et développer ainsi une approche pragmatique intégrant qualité des soins et légitime souci de sécurité. À l'abri du tumulte médiatique et son cortège malsain de sensationnel, la conférence nationale des présidents de CME de CHS, l'association nationale des psychiatre présidents ou vice-présidents des CME des centres hospitaliers, et le centre international de sciences criminelles et pénales mènent depuis deux ans dans la vigilance éthique autour de valeurs partagées, une réflexion sur ce sujet sensible. C'est dans ce cadre qu'à leur initiative s'est tenue le 6 avril 2005 à Paris une journée qui a réuni un grand nombre de professionnels du soin, de la justice et de la sécurité intérieure, des usagers et des élus, journée dont les travaux particulièrement riches sont retranscrits dans cet ouvrage.

  • Ports pirates

    Patrick Denieul

    Dans l'enfer des corsaires Surcouf à Saint-Malo, La Buse à Calais, Jacques Cassard à Nantes, Nau L'Olonnois aux Sables-d'Olonne mais aussi Louise Antonini à Lorient, Tom Souville à Brest, Vent-en-panne à Ostende, Montauban à Bordeaux ou Pellot à Bayonne... ces corsaires, pirates ou flibustiers, et bien d'autres issus de vingt ports océaniques, se sont illustrés pendant cinq siècles par leur intrépidité, leur violence, parfois leur sauvagerie, qui n'avaient d'égales que leur bravoure et leur panache. Ils se battaient pour le roi, pour leur compte, souvent pour les deux, mais toujours pour le plaisir de la conquête. Et puis un jour leurs glorieuses aventures prirent fin, misérablement sur un ponton puant ou couverts de doublons en pleine gloire. Ils sont partis mais leur mémoire nous accompagne. 20 pirates, corsaires et flibustiers dans une trouble partie de poker... Poussez la porte grinçante de l'estaminet et la première page de ce livre. Vous allez retrouver après leur trépas ces vingt gentilshommes de fortune dans l'enfer d'un bouge mal famé d'une île improbable, condamnés à expier pour l'éternité, privés de navires, de rêves et de femmes... C'est pourtant une femme splendide qui va entrer en scène. Céleste créature révélatrice de bien des passions, elle éveillera aussi bien des espoirs. Car la Divine à le pouvoir de sauver un de ces hommes de sac et de corde. Elle va les mettre à l'épreuve dans un jeu érotique singulier, trouble partie de poker où chacun devra raconter un épisode poignant de sa vie tumultueuse pour tenter de gagner le paradis dans les bras de la belle enchanteresse...

  • Nantes retrouvée

    Stéphane Pajot

    Ce livre, en exhumant un kaléidoscope de photographies inconnues ou rares, en retrouvant des témoignages méconnus, en collectant les souvenirs du passé auprès de ceux qui les détiennent encore, fait revivre des instants précieux. Images joyeuses, insolites, douloureuses, émouvantes, toutes méritaient d'être rendues publiques pour poursuivre leur traversée du temps. Poursuivant son travail d'invétéré fouineur du temps passé, le journaliste nantais a retrouvé des images étonnantes et il sait les faire parler. Dans l'esprit des beaux-livres de la série précédente : Nantes la Jolie, Nantes fascinante, Les Nantais, Bons Baisers de Nantes, mais sous une forme renouvelée, très contemporaine, ce livre offre au lecteur des instants, des anecdotes, des témoignages de ce qu'il croyait connaître mais qu'il redécouvre avec bonheur. Les photos, pour la plupart inédites, toutes longuement et très soigneusement restaurées, ont parfois été sauvées in extremis d'un oubli éternel par l'auteur. Ainsi on découvre par exemple sur le port une étonnante machine à mâter, des images surprenantes de l'exposition de 1904 ou du cirque Amar, celle du transport du corps du colonel Hotz sur une prolonge d'artillerie ou une escale de l'aviateur Le Lasseur du Ranzay, ralliant Étampes à Nantes sur sa drôle de machine en 1911. Plus proches de nous, ce sont des images étonnantes de Barbara, après son spectacle, dans l'arrière-cour du théâtre Apollo. Sur 160 pages, grâce à des textes concis et bien documentés et à des images d'exception, la mémoire récente de Nantes défile, comme sur une trame pointilliste où chaque photo retrouvée, chaque information, permette de mieux comprendre l'histoire et d'approcher au plus près la réalité de la ville, des hommes et des événements.

empty