Littérature générale

  • Petits bars et gens de la rue, personnages exceptionnels et pourtant tellement quotidiens, monde de la nuit et traînards déjantés défilent avec truculence dans ce roman du journaliste nantais. Mais derrière ces anecdotes, d'une écriture très contemporaine, l'auteur avec humour, dérision mais aussi beaucoup d'émotion et de pudeur, nous fait partager les espoirs déçus et la mort tragique de son père.

  • Dernière auberge avant l'autoroute de la rage. À Mac Trip, on peut venir avec ses provisions, ses boissons et son violon. Le patron du bistrot, le Doctor, accueille les grigous jusqu'aux petits matins brumeux. On y croise Serclo, Ritchy, Babar et Petit-Louis, quatre potes en mal de bringue. L'amitié y est toujours reine, les crapules jamais bien loin, le rock alternatif omniprésent, des Wampas à OTH, de Parabellum aux Frères Misère. Grimpez dans la bonne vieille tire à Ritchy, sa Renault 16 munie d'un autoradio à la programmation sans concession pour une dernière piste au bout de la nuit. Adapté au théâtre par Julien Héteau et la compagnie L'Art-H.

  • Ports pirates

    Patrick Denieul

    Dans l'enfer des corsaires Surcouf à Saint-Malo, La Buse à Calais, Jacques Cassard à Nantes, Nau L'Olonnois aux Sables-d'Olonne mais aussi Louise Antonini à Lorient, Tom Souville à Brest, Vent-en-panne à Ostende, Montauban à Bordeaux ou Pellot à Bayonne... ces corsaires, pirates ou flibustiers, et bien d'autres issus de vingt ports océaniques, se sont illustrés pendant cinq siècles par leur intrépidité, leur violence, parfois leur sauvagerie, qui n'avaient d'égales que leur bravoure et leur panache. Ils se battaient pour le roi, pour leur compte, souvent pour les deux, mais toujours pour le plaisir de la conquête. Et puis un jour leurs glorieuses aventures prirent fin, misérablement sur un ponton puant ou couverts de doublons en pleine gloire. Ils sont partis mais leur mémoire nous accompagne. 20 pirates, corsaires et flibustiers dans une trouble partie de poker... Poussez la porte grinçante de l'estaminet et la première page de ce livre. Vous allez retrouver après leur trépas ces vingt gentilshommes de fortune dans l'enfer d'un bouge mal famé d'une île improbable, condamnés à expier pour l'éternité, privés de navires, de rêves et de femmes... C'est pourtant une femme splendide qui va entrer en scène. Céleste créature révélatrice de bien des passions, elle éveillera aussi bien des espoirs. Car la Divine à le pouvoir de sauver un de ces hommes de sac et de corde. Elle va les mettre à l'épreuve dans un jeu érotique singulier, trouble partie de poker où chacun devra raconter un épisode poignant de sa vie tumultueuse pour tenter de gagner le paradis dans les bras de la belle enchanteresse...

  • À deux voix et à quatre mains, Jean-Claude Lamatabois et Yves Cosson, chacun dans son registre, évoquent les temps forts de leur existence, leurs rencontres, leur passion de la poésie qui rassemble leurs dissemblances. De concert - et de conserve - ils nous offrent aussi un florilège de leur univers poétique.

  • Cinéaste, romancier à succès, sportif de haut niveau, journaliste, conférencier, poète... pour définir Gilbert Prouteau, on gagnerait du temps à dire ce qu'il n'a pas fait, ceux qu'il n'a pas connus ! Car l'auteur du Sexe des anges, de Tout est dans la fin, du sulfureux Gilles de Rais ou récemment de Monsieur l'instituteur est aussi l'inventeur du film de mémoire, mêlant avec bonheur fiction et images d'archives dans des longs métrages comme Apollinaire, Dieu a choisi Paris (avec Belmondo et Fresnay) ou Clemenceau, et d'autres. Ce livre rassemble à la fois le bilan de 85 ans d'une vie très riche et les heurs et malheurs d'un homme qui a toujours voulu garder indépendance et liberté créatrice avec un maître mot : "Ne pas dépendre ". Dans ces entretiens pleins d'humour et de verve caustique avec Xavier Armange, il raconte par exemple comment, dirigeant une équipe de cinéma en Algérie à la suite de de Gaulle, il a été "viré" pour avoir déplu au Général ; comment André Gide a su habilement le manipuler pour qu'il obtienne le prix Nobel ; comment il est devenu ami avec Aragon, Dali, Le Corbusier, Rostand ou Picasso que l'on voit, sur une photo inédite prise par Jean Cocteau, faisant le clown avec Gilbert Prouteau. Ce dernier rappelle aussi de grands canulars littéraires qu'il monta avec Simenon, Desnos et beaucoup d'autres, et qui constituent des témoignages plein d'esprit d'une époque proche et pourtant révolue. Derrière l'ironie, Gilbert Prouteau reste avant tout un homme de coeur dont la sensibilité s'exprime à travers la poésie qui pour lui, à elle seule, justifie une vie.

  • L'or de broceliande

    Alain Bach

    En Bretagne, au cours de l'été 1793, la ville de Rochefort dans le Morbihan est prise d'assaut par les Chouans. Un jeune officier de gendarmerie, Louis-Marie Guérin, Vendéen des Sables d'Olonne, se distingue par sa bravoure et son sang-froid. Lors de la mise à sac d'une malle-poste au cours d'une sanglante attaque près de la forêt de Brocéliande, il est chargé de faire toute la lumière sur cette affaire. C'est le début d'une saga échevelée dans une guerre civile sans merci. Courage et corruption se côtoient ; Blancs et Bleus s'affrontent, au coeur d'une Révolution ambiguë où il lui est bien difficile de démêler le bien du mal et de résister aux pièges qui lui sont tendus. Ses chevauchées à travers l'Ouest, ses amours, ses amitiés, son honneur, l'entraîneront de Bretagne en Vendée et en Irlande ; de la bataille de Hondschoote jusqu'au lit d'une aristocrate et aux geôles parisiennes du sinistre Tribunal révolutionnaire, dans l'antichambre de la guillotine. Parviendra-t-il à déjouer le complot dont il est la victime ? Dans L'Or de Brocéliande, la petite histoire se mêle à la grande à travers le parcours de cet officier de gendarmerie épris de justice. Son destin unique - tiré de faits authentiques - apporte une dimension épique, mais aussi humaine et sentimentale, à une période tragique de l'histoire des terres de l'Ouest embrasées par la violence des passions de la Révolution.

  • Roman picaresque sur une adolescence tumultueuse de Gilles de Rais, le "Barbe Bleue" de la légende. Épopée d'une vie violente et tourmentée à l'époque de l'affrontement entre le roi de France et d'Angleterre, en Bretagne, Poitou et Anjou. De Fontevrault à Angers et Champtocé; de Nantes à Tiffauges, Machecoul et Chinon, une jeunesse du compagnon de Jeanne d'Arc : la genèse d'un monstre.

  • L'extraordinaire épopée d'un des derniers dundees à voile qui effectuait la pêche au thon sur la côte Atlantique, entre les deux guerres. Ce drame humain d'un bateau de l'île d'Yeu, inspiré d'un fait réel, ne laisse aucun répit au lecteur aux prises aux caprices funestes des hommes et de l'océan. Ce roman puissant constitue un témoignage extrêmement documenté du monde des travailleurs de la mer, luttant pour leur vie au large des côtes de Vendée, Bretagne et du Golfe de Gascogne.

  • Ce livre contribue à retrouver la mémoire du Pays des Olonne à travers des anecdotes parfoit drôles, souvent émouvantes, toujours sensibles écrites par 106 co-auteurs, Vendéens, touristes ou étrangers qui ont acceptés de se livrer à un exercice d'écriture, inspiré du fameux « Je me souviens... » de Georges Pérec. Ces témoignages personnels de « gens ordinaires », si chers à Georges Simenon, permettent de redécouvrir les émotions de la guerre, le parfum des amours évanouis, les aventures de la mer et de la plage, le célèbre Vendée Globe challenge... C'est un voyage vécu dans le temps et dans l'histoire que nous offre cette sélection de nouvelles inhabituelles.

  • Parlez-vous argot ?

    Hayard Napoleon

    Découvrez - ou redécouvrez - avec gourmandise l'argot du prince des camelots du début du siècle dernier, celui du monde de la rue, camelot, colporteurs, "gens de peu" d'où nous puisons, pour beaucoup, nos origines. Ces mots qui nous sont souvent familiers ressurgissent aussi de notre mémoire littéraire ; réminiscences de Mac Orlan, Queneau, Audiard... Retrouvez les expressions imagées ou grivoises de notre langue verte. Les connaître et les remettre en usage pour jouer avec elles est non seulement un devoir de mémoire mais aussi une jouissance sans égale. Ce livre illustré de photos anciennes, petit dico avec une couverture originale « à trou », est une curiosité qui s'inscrit dans la collection « Le Jeu des mots » aux Éditions D'Orbestier. Autres titres parus : Parlez-vous le patois de Paris ? Parlez-vous nantais ? Parlez-vous chaumois ? Parlez-vous québécois ? Parlez-vous belge ? Parlez-vous bistrot ?

  • 1910. P'tit Jules, un enfant du Pays de Retz, est admis à l'hôpital Saint-Jacques de Nantes pour soigner sa teigne. Loin des siens, au cours d'un traitement encore approximatif, il va découvrir un monde hospitalier difficile, parfois cruel pour un enfant malade. Le docteur Blandin, dans cette superbe fresque emblématique de la médecine hospitalière du début du XXe siècle, à la charnière de la science et de l'empirisme, nous fait partager la vie des médecins, du personnel, des religieuses et la solitude d'un enfant au seuil de l'adolescence dans un roman plein d'humanité au dénouement tragique.
    Une période charnière dans l'histoire médicale
    Le récit se déroule à l'hôpital général Saint-Jacques de Nantes, dans les années 1910, époque où la médecine se développe et progresse avec essais et erreurs. En ce temps-là, les épidémies sont courantes et de nombreux Nantais, adultes et enfants, sont soignés à l'hôpital dans des conditions souvent pénibles. Au fil des pages, l'auteur nous fait prendre conscience du fossé qui se creuse entre le savoir médical des spécialistes et les croyances des populations rurales qui rejettent la médecine moderne, se fiant avant tout à leurs coutumes et à des guérisseurs dont les remèdes sont limités. Au coeur de cette histoire, P'tit Jules, un enfant du Pays de Retz, nous fait vivre les instants douloureux des traitements, avec le courage d'un petit garçon de l'époque.

  • Passionné par l'information et exerçant dans la communication - la « com' » - Jean Amyot d'Inville a côtoyé des milliers de personnes dont des centaines de journalistes. Il a exercé ce métier nouveau avec passion, en alliant ses trois règles de vie : le risque, le rire et la rime. En un demi-siècle, beaucoup d'innovations et une certitude : sans les autres il est impossible d'exercer ce métier. Il remercie dans ce livre plus de 400 personnes qui l'ont aidé ou fasciné. Humoristes : Philippe Bouvard, Raymond Devos, Louis de Funès etc. Religieux : Guy Gilbert, un évêque et... une carmélite. Inclassables : un automobiliste, un concierge et... Bernard Tapie. Beaucoup de régionaux : il reçoit notamment trois hommes de l'Ouest, futurs Premiers ministres, présents côte à côte à Nantes en septembre 1999 : Jean-Pierre Raffarin, François Fillon, Jean-Marc Ayrault. Mais ses coups de coeur vont surtout vers les créateurs. Connus ou anonymes. Rencontrés, racontés, remerciés. Pour lui, la plus belle définition de son métier est celle du patron humaniste Gilles Bouyer : « Communiquer, c'est aimer ».

empty