Editions Alain Bargain

  • Un homme assassiné par strangulation dans un train... déclaré mort plus de quarante ans plus tôt.
    Novembre 1989 : le train grand confort Jules Verne, parti de Nantes à 6 h 17, entre en gare Montparnasse à 9 h 12. Quelle n'est pas la stupeur du contrôleur lorsqu'il découvre un homme mort étranglé, dans les toilettes verrouillées de l'intérieur de la voiture 13. Selon sa carte d'identité, la victime habite à Nantes, 3 rue de l'Abreuvoir, une adresse disparue. Pire ! L'état civil déclare l'homme mort en 1943. L'autopsie écarte le suicide et retrouve des émeraudes dans son estomac !
    De la chute du mur de Berlin aux bombardements de Nantes, du passage Pommeraye au pont du Généralde-la-Motte-Rouge, Anconi poursuit l'assassin de ce passager inconnu. Pas facile !
    Plongez dans les limbes du passé avec ce polar historique rempli de mystères !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Médecin hospitalier, Rémi Devallière a soigné les maux les plus graves ; désormais en retraite à Pornichet, il écrit, avec passion, se plaisant à choisir les mots les plus appropriés pour ses histoires. Nouer des intrigues n'est-il pas le pendant d'une démarche médicale bien conduite ? Si les instruments de l'exercice en sont différents, le plaisir de parvenir à un résultat satisfaisant est bien le même. Et obtenir les aveux du coupable ne relève-t-il pas du même défi que poser un bon diagnostic ?

  • À la mort de sa grand-mère, Freddy se retrouve confrontée à des secrets... qui refusent de se révéler.
    La mort d'une grand-mère et un caveau familial que l'on ouvre pour l'enterrer, c'est logique. En revanche, personne n'aurait pu imaginer que l'on y déterrerait un passé vieux de plus d'un siècle, et certainement pas Freddy. Notre héroïne est toujours à Paris pour ses études en histoire de l'art. C'est elle qui va se trouver confrontée à ce passé refaisant surface, car cette grand-mère paimpolaise récemment décédée, c'est la sienne...
    Des vieilles pierres qui ne veulent pas parler, la glorieuse époque des goélettes et des valeureux marins en partance pour la pêche en Islande et surtout, sa propre famille bretonne dont il va falloir mettre au jour tous les secrets : la tâche ne s'avère pas des plus faciles !
    Paimpol, Côtes-d'Armor, 29 janvier 2015 : premier jour d'enquête...
    Que va-t-elle trouver en creusant autour des ses racines ?
    EXTRAIT
    Paris - Mardi 27 janvier 2015 - En soirée
    Freddy est triste... Sa grand-mère est morte... Celle qui s'appelait Adélaïde de Kermoisan, née Le Vaillant, venait de quitter le monde des humains à 14 h 20.
    Et avec la disparition de mémé Adèle, comme Freddy aimait l'appeler, le plus ancien lien avec le passé venait de se briser définitivement, après s'être effiloché pendant plusieurs années... Des années où la mémoire, réduite comme une peau de chagrin, s'était effacée à la vitesse de l'éclair, laissant désemparés et désarmés tous ses proches, celles et ceux dont l'existence même avait fini par être gommée du jour au lendemain...
    Elle avait emprunté la machine à remonter le temps, remonter son temps, celui la ramenant jusqu'à la source, un peu comme le saumon. Cette machine qui déplace le curseur dans l'autre sens, transformant tous les gens de son entourage en parfaits inconnus... parce que, à son instant présent, elle ne les avait pas encore rencontrés ou parce qu'ils apparaissaient comme elle ne les avait encore jamais vus...
    Et mémé avait mis la barre très haut. Née le 19 février 1916, elle venait de s'éteindre à trois semaines de son quatre-vingt-dix-neuvième anniversaire, presque un nombre à trois chiffres : avis aux amateurs, le concours était lancé...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Bernard KopkaBernard Kopka est né en Lorraine en 1961. Il a passé sa jeunesse dans le village de Trieux. Après des études universitaires et une vie professionnelle dans l'industrie, il s'installe en Bretagne, à Saint-Brieuc, où il réside depuis presque cinq ans. Passionné d'art, d'histoire de France, de vieilles pierres et d'enquêtes, il signe ici son premier roman policier.

  • Une famille bien comme il faut visée par une attaque... Ses membres sont-ils aussi irréprochables qu'ils ne paraissent ?
    Au beau milieu de la nuit, des coups de feu sur une voiture inoccupée réveillent les habitants d'une rue tranquille de Quimper. Certes, il n'y a pas de victime, et c'est heureux, mais pour quelle raison un ou plusieurs inconnus ont-ils agi ainsi ? Est-ce un message à destination de la famille visée ou de l'un de ses membres ? Mais alors, lequel ? Le père mareyeur au Guilvinec et à Penmarc'h, la mère esthéticienne à Pont-l'Abbé, le fils lycéen ou la fille collégienne ? Et si la vérité était tout autre ?
    Confrontés à des non-dits et des secrets, Maxime Moreau et ses équipiers de la police judiciaire vont aller de surprise en rebondissement, avant que la vérité n'éclate, aussi imprévisible que diabolique.
    Laissez-vous surprendre par cette quinzième enquête de Maxime Moreau dans le Pays bigouden !
    EXTRAIT
    La voiture se gara le long du trottoir. Le conducteur n'en descendit pas tout de suite. Il observa les abords, à la recherche du coupé BMW blanc dont il connaissait la plaque d'immatriculation par coeur, alors qu'il ne se souvenait jamais de celles de ses propres véhicules. Il le vit, à une cinquantaine de mètres, impeccablement parqué le long du muret sur lequel, aux beaux jours, beaucoup s'asseyaient pour se repaître du panorama. Tourmentées ou calmes, les eaux de l'océan Atlantique le passionnaient lui aussi, et invariablement le ramenaient vers elles. Comme les sirènes de L'Odyssée, leurs chants l'attiraient. Que ce soit le doux murmure des vagues léchant le sable, le clapotis contre la coque d'un bateau, ou les assourdissantes déflagrations lorsqu'elles explosent contre un quai ou des rochers, il aimait la mer. Il fallait qu'elle soit là, toute proche. Il ne parvenait toujours pas à comprendre pourquoi il n'habitait pas une ville du bord de mer. Si, finalement, avec du recul, il comprenait pourquoi : un temps, l'amour avait été le plus fort. L'amour avait décidé à sa place. À l'époque, l'idylle n'était pas naissante puisque lui et son épouse se connaissaient depuis quatre ans lorsqu'ils avaient emménagé dans la grande maison héritée par sa femme, au décès de sa mère. Jour après jour, le temps avait fait son oeuvre, imposant de nouvelles habitudes auxquelles il s'était plié de bonne grâce, trouvant un équilibre en partageant son existence entre les avantages d'une ville de taille moyenne, et la mer que pour son travail il voyait quotidiennement.
    Au deuxième étage du petit immeuble résidentiel, cachée derrière le rideau d'une porte-fenêtre, la femme guettait celui qu'elle attendait. Il était pile à l'heure. Mais que faisait-il ? Pourquoi n'ouvrait-il pas la portière ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Natif de Concarneau, Stéphane Jaffrézic habite et travaille à Quimper. Une conversation avec un ami sur un nouveau phénomène de société lui a inspiré son quinzième roman policier. Il est par ailleurs organisateur de murder parties et président du collectif d'auteurs "L'assassin habite dans le 29".

  • Dans un hôtel de Pornic en 1987, une femme confie avoir reçu un courrier bien étrange...
    Mai 1987 : le commissaire Anconi et son épouse Hilda profitent de leurs vacances à Pornic. À l'hôtel, ils croisent une femme désemparée, Marie Avril, qui se confie à eux. Abandonnée dès sa naissance, elle a reçu récemment le courrier mystérieux d'un homme âgé : « Écrivez-moi en Poste restante à Pornic. » Est-ce son père, ainsi qu'elle l'imagine ? Elle répond, mais sans nouvelles, décide de venir à Pornic où elle le cherche et appelle au secours, puis le pense mort et à son tour, disparaît. Voilà nos vacanciers ballottés dans une enquête inattendue, entre escaliers de la ville haute et villa ancienne de Gourmalon, entre une vieille famille d'armateurs et les ombres d'un ancêtre finlandais, d'un peintre et d'un écrivain venus autrefois sur la côte de Jade
    Retrouvez le commissaire Anconi à Pornic, accompagné de sa femme Hilda, pour cette enquête palpitante. Les vacances ne s'annoncent pas de tout repos !
    EXTRAIT
    L'antiquaire sortit, non sans un dernier regard vers ce qui semblait remplir sa vie : les livres. Il referma doucement la porte sur lui, y coinçant un instant sa drôle de tunique verte.
    Sans cet étrange personnage, la pièce perdit son aspect de café-théâtre pour reprendre celui de librairie-musée. Le coffre-fort, resté visible derrière son panneau encore entrouvert, lui conférait un air de cambriolage.
    Il nous balade, ce càcou ! ragea Anconi.
    Il était le mieux placé pour dérober le manuscrit, et pourtant c'est son beau-frère qui s'en est chargé. Tu crois qu'ils seraient complices ces deux-là, mijn beminde ?
    Fatche ! Je ne le vois pas faire le baron ! Mais tout cela ne nous dit pas qui a décroché le tableau de Max Ernst du mur de la salle à manger ! Ni qui a abrégé les jours de belle-maman !
    Ils échangèrent leurs questions. Que contenait le coffre-fort ? Où s'en trouvaient les clefs ? Avait-il déjà été visité depuis le décès de Gustav' ? Le répertoire des livres existait-il vraiment ? Où était passé le tableau surréaliste ? Enfin, qui avait assassiné Jeanne Eklf ? Et pourquoi, si ce n'est pour s'emparer de la peinture ? Pourquoi avoir laissé les deux autres toiles ? D'où venait ce tapuscrit dont le docteur Cottard s'était précipité d'en demander l'évaluation chez Drouot ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après plusieurs décennies passées, comme médecin hospitalier, à soigner les maux les plus graves, Rémi Devallière, désormais en retraite à Pornichet, se plaît à choisir les mots les plus appropriés pour ses histoires. L'hiver, ou lorsque la mer n'est pas navigable, il écrit, avec passion. Nouer des intrigues n'est-il pas le pendant d'une démarche médicale bien conduite ? Si les instruments de l'exercice en sont bien différents, le plaisir de parvenir à un résultat satisfaisant est bien le même. Et les aveux du coupable ne relèvent-ils pas du même défi qu'un diagnostic bien posé ?

  • Après un non-lieu pour vice de procédure, Nadège parviendra-t-elle enfin à faire tomber Tarim Khoury, homme d'affaires controversé, caïd supposé du milieu nantais ?
    Pour un procès très attendu, l'avocate Nadège Pascal se retrouve face à Tarim Khoury, homme d'affaires controversé, caïd supposé du milieu nantais. Une instruction antérieure s'est soldée par un non-lieu pour vice de procédure. Cette fois, Nadège dispose d'un témoin mystérieux en possession de preuves accablantes. Une fuite a permis à Khoury d'apprendre l'existence de cet individu qui peut le faire tomber. Il doit le démasquer et le faire éliminer. Dès lors, entre le caïd et l'avocate s'enclenche un angoissant jeu du chat et de la souris.
    Lâchée par ses soutiens et la police, Nadège est seule dans ce duel face à Khoury. Elle se méfie de tout le monde, se sait sans cesse pistée, ne vit plus et ne dort plus. Parviendra-t-elle à présenter son témoin à la cour le premier jour du procès ?
    Avec ce premier tome haletant des enquêtes de Maître Nadège Pascal, laissez-vous entrainer dans l'angoissant jeu du chat et de la souris opposant le caïd et l'avocate. Nadège parviendra-t-elle à protéger son témoin-clef jusqu'au procès ?
    EXTRAIT
    - Bien sûr, Philippe n'a pas tué ces deux cafetiers, soupire Solenn, vexée de découvrir une autre facette de son ancien mari, si proche de celle de ce père que sa fille ne cesse d'appeler.
    - Non, ces deux-là, c'est mon oeuvre ! Le type a refusé de me balancer des infos, je l'ai saigné, c'est la règle. La gonzesse a dit ce qu'elle savait. Hélas pour elle, elle savait peu, beaucoup trop peu à mon goût. Je l'ai saignée aussi parce que je ne laisse
    jamais de témoin derrière moi, c'est plus prudent. Il s'agissait juste d'une vieille pute sans importance...
    En parlant de la fin atroce de Betty Boursier, il lit avec plaisir la terreur dans les yeux de Solenn. Il sait qu'elle vient de comprendre qu'il l'éliminera bientôt elle aussi, comme sa fille, puisqu'il ne laisse personne en vie derrière lui. La conductrice veut
    parler, aucun mot ne sort de sa bouche. Elle aimerait tenter quelque chose, elle s'en sent incapable. Et puis, il y a cette main dégueulasse qui masse en permanence sa cuisse, sous son short. Non seulement ce type est un tueur, mais en plus elles sont tombées
    sur un pervers de la pire engeance. En fait, ce n'est pas très étonnant, les deux vont souvent de pair, hélas.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Bernard Larhant est né à Quimper en 1955. Il exerce une profession particulière : créateur de jeux de lettres. Après un premier roman situé en Aquitaine, il se lance dans l'écriture de polars narrant les enquêtes bretonnes du capitaine Paul Capitaine et de sa fille Sarah. Dans cet ouvrage nantais, il fait intervenir de nouveaux personnages.

  • Lise Domachel est enlevée sur la plage par un homme. Elle plonge alors dans un cauchemar...
    Qu'il est agréable de prendre un bain en solitaire, tôt le matin, dans cette petite crique du Pouldu ! C'est ce que fait régulièrement Lise Domachel, qui aime aussi danser, légèrement vêtue, sur la plage. De quoi attiser des convoitises. Cette habitude vient précisément de la mettre en danger. Un homme se glisse derrière elle, l'immobilise, lui bande les yeux, la fait monter à l'arrière d'un fourgon et l'emmène vers une destination inconnue.
    Le commissaire Landowski s'empare de l'enquête avec le concours de sa compagne magistrate et de ses collègues policiers. Partant du Pouldu, ses investigations vont le mener de Moëlan-sur-Mer à Quimperlé en passant par Riec-sur-Bélon et Doëlan. De victime en victime, le divisionnaire va découvrir le plan d'élimination méthodique d'un assassin assez astucieux pour rester dans l'ombre. Mais le temps presse ! Lise, seule et recluse, n'a que peu d'espoir d'en sortir vivante...
    C'est une véritable course contre la montre qui s'engage dans ce trente-troisième tome des enquêtes du commissaire Landowski !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Dans la collection Pol'Art, Serge Le Gall a mis en scène les tribulations du détective Samuel Pinkerton.
    Dans la collection Enquêtes et Suspense, il vous propose de participer ici à la nouvelle enquête du désormais célèbre commissaire divisionnaire Landowski.

  • Alors que Nadège Pascal, accusée de double meurtre, se démène pour prouver son innocence et sortir de prison, le policier Philippe Bory reçoit une nouvelle affaire surprenante...
    Un meurtre est commis sur la terrasse d'une résidence de l'île de Nantes. Il serait passé inaperçu si un satellite n'avait, par hasard, photographié la scène.
    Pour Philippe Bory et sa nouvelle unité spéciale, l'enquête s'annonce complexe car le propriétaire des lieux, un PDG du BTP, possède un alibi, comme sa femme. Quant à leur fils Steven, des dizaines de personnes l'ont vu au Diabolo Lounge, un bar à la mode.
    Dans le même temps, l'avocate Nadège Pascal se retrouve dans le quartier pour femmes d'une prison de Nantes jusqu'au début de son procès pour un double meurtre dont elle se prétend innocente. Mais est-ce vraiment le hasard qui l'a conduite en ce lieu ? Pas sûr !
    Une nouvelle partie de poker menteur est lancée sur les bords de la Loire, à laquelle s'invite Nadège, même depuis sa prison.
    Retrouvez Nadège Pascal et Philippe Bory, pour ce deuxième tome haletant. Arriveront-ils à faire le tri dans le tissu de mensonges auquel ils font face ? Avec ce polar breton, Bernard Larhant nous offre un nouveau beau moment de lecture !
    EXTRAIT
    - Pardonnez Jean-Marc, il est au téléphone avec un ami et ne va pas tarder à se joindre à nous, explique Julie en proposant une chaise à son invitée avant de prendre place à la sienne. Ainsi, vous avez eu droit à la visite des policiers, vous aussi ? Ils n'ont rien à se mettre sous la dent, les pauvres. Ils gesticulent avec leur pitoyable photo de notre terrasse, il nous faut juste faire preuve de patience.
    - Je sais, ils tournent en rond, mais j'ai préféré vous en référer immédiatement, pour chasser toute équivoque. Je n'ai rien dit, j'ai suivi le protocole que nous avions communément mis au point. Ils ont des doutes sur le départ d'Edgar ; son ex-femme est allée leur raconter qu'il avait le mal de mer et préférait ses pantoufles à l'aventure, ce n'est pas très intelligent de sa part. Mais un doute sans la moindre preuve ne vaut rien devant un tribunal.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Bernard LARHANT est né à Quimper en 1955.
    Il exerce une profession particulière : créateur de jeux de lettres. Après un premier roman dont l'intrigue se situe en Aquitaine, il se lance dans l'écriture de polars avec les enquêtes bretonnes du capitaine Paul Capitaine et de sa fille Sarah.
    Avec l'avocate Nadège Pascal, l'auteur vous propose une nouvelle série de cinq livres dans la région de Nantes.

  • Victime ou coupable ? Le commandant Rosko devra découvrir laquelle de ces deux blouses convient à Magalie Marchal.
    Johnny Rosko a du mal à imaginer comment l'achat d'une petite robe noire à bretelles peut entraîner son acheteuse dans une histoire criminelle. Magalie Marchal n'aurait jamais dû emprunter le Tire-Bouchon, ce fameux petit train estival qui relie Auray à Quiberon. C'est à partir de ce moment que ses ennuis vont commencer, mais est-elle la victime d'une machination redoutable ou une meurtrière aguerrie ? La Côte sauvage, Auray, Quiberon... C'est dans ces lieux magiques que Rosko et son équipe vont s'atteler à résoudre une enquête des plus énigmatiques.
    Des évènements sanglants et des énigmes : voilà ce qu'attend le commandant Rosko sur le chemin entre Auray et Quiberon, dans cette sixième enquête.
    EXTRAIT
    La scène de crime, en ce début d'été, se situait dans un quartier de Quiberon, dans une villa cossue des années 30. Celle-ci était entourée d'un parc de plusieurs hectares, aux essences centenaires dans lequel on découvrait au hasard des allées, de nombreuses statues d'époques et de styles différents. Un banc de pierre attendait d'éventuels visiteurs, emmitouflé dans une charmille taillée au cordeau. Le soleil donnait une touche de légèreté à l'endroit malgré le souvenir d'un événement sanglant.
    La police scientifique, le médecin assermenté, et plusieurs membres de la gendarmerie de Quiberon ainsi que de celle d'Auray, avaient officié. La cuisinière et femme à tout faire, Anthuse Ly, avait donné l'alerte après avoir découvert son patron, Jules Cordat, gisant sur le sol de son bureau. Le toubib avait constaté le décès, vraisemblablement provoqué par un seul coup porté dans la région du coeur. L'arme supposée du crime était un coupe-papier retrouvé près du cadavre. Le corps se trouvait sur le dos, baignant dans une mare de sang. La mort était survenue entre 16 heures et 18 heures en cette fin juin.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né à Paris, Jean-Jacques Egron a passé son enfance dans le Morbihan. Après des études littéraires, il exerce diverses professions ; il est désormais retraité sur la presqu'île de Rhuys. Il a déjà publié douze romans policiers, Engrenages sur la Côte sauvage est son septième titre aux Éditions Alain Bargain.

  • Slalomant entre les véhicules incendiés et les préparatifs du mariage de son ex, la détective Léa Mattéi part en filature dans les rues de Brest !
    Qui voulait la mort de Simon Gallais, l'avocat pénaliste brestois ? Cet homme apparemment sans histoire s'est retrouvé carbonisé dans le coffre d'un véhicule un soir d'hiver. La détective Léa Mattéi, embauchée par la veuve de la victime, va s'atteler à résoudre ce casse-tête d'autant plus mystérieux qu'un second meurtre aura lieu quelques jours plus tard sur le même modus operandi. Elle fait au même moment la connaissance de Gloria, nouvellement arrivée en ville et fille du très rigide procureur Treguer. La juriste, franco-américaine, se retrouve dans une situation délicate. Est-elle liée au meurtre de l'avocat ? Quant à la dernière maitresse de la victime, miss Brest, est-elle en danger ? Roses noires et retournements de situation vont compliquer l'enquête de Léa pendant que son ex-compagnon, le commandant de gendarmerie Marc Guillerm prépare son mariage. Des noces de feu au phare du Petit Minou.
    Les confessions et les indices collectés la mèneront-ils vers le coupable ?
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Née à Cherbourg, Martine Le Pensec vit à Toulon où elle travaille dans le secteur public. Mère de quatre filles, d'origine bretonne et normande, elle puise son inspiration dans l'Ouest et le domaine médical dans lequel elle a travaillé plusieurs années. Elle signe, avec Alerte rouge à Brest, son neuvième roman policier.

  • Des héritiers prêts à tout pour récupérer la fortune d'Armand Deauville, disparu en mer.
    Qui sont réellement les héritiers d'Armand ? Ses amis d'enfance, à la vie, à la mort ? Ils sont six, cinq hommes et une femme, Claire, ont une quarantaine d'années et sont liés par un douloureux secret. Prêts à tout pour récupérer la fortune d'Armand, ils vont devoir cohabiter deux jours dans une villa du bord de mer, à Saint-Pierre-Quiberon. À la fin du week-end, il n'en restera qu'un ou qu'une. À tous le notaire avait dit : « Pour prétendre à l'héritage, rendez-vous dans trois mois, ponton B à La Trinité-sur-Mer, et ce selon les dernières volontés de feu Armand Deauville, disparu en mer au large des côtes chiliennes.»
    Un weekend en bord de mer pour six héritiers : à la fin du séjour, il n'en restera qu'un ! Découvrez un polar intrigant en baie de Quiberon !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Née à La Rochelle en 1960 où elle a grandi, Simone Ansquer vit aujourd'hui sur la presqu'île de Quiberon et y cultive ses passions pour les sports nautiques, les voyages, l'histoire et la peinture.

  • La mort par empoisonnement d'un retraité de la SNCF plonge le commandant Bory et Maître Nadège Pascal dans un nouveau mystère...
    Peu après qu'un drame sordide a touché l'équipe du commandant Bory, les policiers apprennent la mort, sans doute pas naturelle, d'un retraité de la SNCF. Après examen minutieux, il s'avère qu'il a bien été empoisonné.
    Détenteur de détails livrés par un mystérieux informateur, Philippe Bory oriente son équipe vers un groupe d'investisseurs prêts à créer une zone pavillonnaire sur l'île Pinette et empêchés par ce retraité, propriétaire de parcelles et écologiste convaincu.
    Pendant ce temps, l'ancienne avocate Nadège Pascal croupit dans sa cellule de la prison de Nantes, en compagnie d'une infirmière hospitalière soupçonnée d'avoir aidé des patients à mourir.
    Cette enquête trépidante va entraîner les policiers, non sans frayeurs, dans les arcanes des contrats immobiliers, mais pas seulement. Notre monde est aussi sombre que les eaux de la Loire sous un ciel d'orage.
    Découvrez cette nouvelle enquête palpitante de Maître Nadège Pascal !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Bernard Larhant est né à Quimper en 1955. Il exerce une profession particulière : créateur de jeux de lettres. Après un premier roman dont l'intrigue se situe en Aquitaine, il se lance dans l'écriture de polars avec les enquêtes bretonnes du capitaine Paul Capitaine et de sa fille Sarah. Avec l'avocate Nadège Pascal, il vous propose une série de cinq livres dans la région de Nantes.

  • Été 1991 : deux jeunes plongeurs sont retrouvés morts dans l'ancien Fort carré de Dumet, petite île inhabitée face à Piriac-sur-Mer...
    Bien que l'enquête initiale ait conclu à un accident de plongée, la tante des victimes, certaine qu'il s'agit d'un meurtre, sollicite le commissaire Anconi. Force est de reconnaître que ses arguments, bien que faibles, suscitent la curiosité du policier, à commencer par le refus de leur chien Thésée de quitter les lieux. Anconi, intrigué, débarque donc dans cette cité de caractère et son mystérieux caillou.
    Le commissaire Anconi connaîtra bien des hauts et des bas dans cette enquête très cosmopolite !
    EXTRAIT
    - Il faut me croire, Commissaire, je vous en supplie !
    - Mais je ne demande que cela, madame Peeters ! Qu'est-ce qui vous fait douter des résultats de l'enquête ? Elle a été menée par des gens sérieux.
    Avant le rendez-vous, il avait feuilleté avec attention le rapport des gendarmes. Un accident banal : deux jeunes plongeurs avaient péri sur une île déser te de Bretagne. Les corps avaient été découverts, par hasard, le dimanche 7 juillet au matin, par les forces de l'ordre, intervenues pour faire cesser le tapage d'une rave party. Yves Kersaint, 28 ans, et Maïté Etcheparre, 25 ans, campaient pour leurs vacances, en compagnie de leur chien, sur l'île Dumet, un bout de terre minuscule et désert, en face de la presqu'île guérandaise, en Loire-Atlantique.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Éditions Bargain, le succès du polar breton. - Ouest France
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Médecin hospitalier, Rémi Devallière a soigné les maux les plus graves ; désormais en retraite à Pornichet, il écrit, avec passion, se plaisant à choisir les mots les plus appropriés pour ses histoires. Nouer des intrigues n'est-il pas le pendant d'une démarche médicale bien conduite ? Si les instruments de l'exercice en sont bien différents, le plaisir de parvenir à un résultat satisfaisant est bien le même. Et les aveux du coupable ne relèvent-ils pas du même défi qu'un diagnostic bien posé ?

  • Un avion privé se crashe avec trois personnes à son bord, mais seul un corps est retrouvé dans la carcasse de l'appareil...
    Septembre 1992 : un petit avion privé en provenance de Zurich via Paris - vol 744 - se crashe sur l'aérodrome de la Côte d'Amour à La Baule-Escoublac, et prend feu. Selon le plan de vol, trois passagers avaient pris place à bord. Parmi eux, le grand couturier Aldo Palmavira et son photographe attitré, venus réaliser l'album de la prochaine collection de printemps, au Pouliguen. La notoriété du personnage pousse les autorités gouvernementales à envoyer le commissaire Anconi sur place. Les premières constatations révèlent la présence d'un seul corps dans la carcasse du Cessna 340 calciné... D'emblée, l'affaire sent le soufre ! La haute couture, la finance, le passé de chacun... autant de pistes sur lesquelles un avion peut s'écraser !
    Retrouvez le commissaire Anconi dans cette enquête et suivez pas à pas des investigations qui le mèneront dans un univers tissé de haute couture, de finance et de mystère !
    EXTRAIT
    - Té, qu'est-ce qui te boulègue ?
    - Sans vous choquer, Mons...
    - Ne vas-tu pas arrêter avec tes « Monsieur le commissaire » ? Je t'ai déjà...
    - C'est plus fort que moi, euh... Patron !
    - C'est mieux. Alors ?
    - Ne m'en veuillez pas, j'ai pensé que celui qui a écrit le mot avait l'intention de vous comparer à quelqu'un...
    L'Araignée, au maximum de l'embarras, s'entourait d'un luxe de précautions. Il avait dû retirer ses lunettes de fer, s'éponger le front. Anconi l'aida :
    - Me comparer, je te l'accorde, mais à qui, Bonne mère, à qui ?
    - J'ai songé au personnage de Maigret, le héros de Simenon. Son prénom était bien Jules. C'est idiot, ne m'en... Le commissaire éclata de rire. Il faillit s'étrangler et lâcher sa bière. Il fallut une longue minute, qui parut des heures à l'archiviste inquiet, pour que l'hilarité d'Anconi s'atténue.
    - Cette comparaison serait plutôt à mon honneur, Vieux, non ? finit-il par observer.
    - J'avais peur que vous ne le preniez mal, Mons... Patron !
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Médecin hospitalier, Rémi Devalliere a soigné les maux les plus graves; désormais en retraite à Pornichet, il écrit, avec passion, se plaisant à choisir les mots les plus appropriés pour ses histoires. Nouer des intrigues n'est-il pas le pendant d'une démarche médicale bien conduite ? Si les instruments de l'exercice en sont bien différents, le plaisir de parvenirà un résultat satisfaisant est bien le même. Et les aveux du coupable ne relèvent-ils pas du même défi qu'un diagnostic bien posé ?

  • Une série de meurtres dans la région de Rennes et dans le Morbihan lancent le commandant Vaudrin sur la piste d'un tueur en série !
    Victor Vaudrin, commandant de police à Rennes, est confronté au crime odieux d'une octogénaire. Parmi les proches de la victime, on trouve un jardinier irakien clandestin, l'auxiliaire de vie de la vieille dame, mariée à un homme violent, et l'un de ses petits-fils, adhérent d'un parti d'extrême droite.
    Deux ans auparavant, une autre personne âgée a été tuée dans les mêmes conditions, à Plaudren, dans le Morbihan. Pire, il y a un an, une retraitée allemande a été découverte assassinée près de Perros-Guirec. Ce crime va obliger le commandant Vaudrin à faire équipe avec la section de recherches de Saint-Brieuc, et notamment son chef, le capitaine Marc Morini.
    Cette enquête à rebondissements va les mener le long des routes bretonnes, sur les traces d'un tueur en série particulièrement monstrueux.
    Un polar qui vous emmènera sur les routes bretonnes à la recherche d'un meurtrier qui n'a pas froid aux yeux !
    EXTRAIT
    Le corps de la vieille femme gît sur la chaise. Avec la faiblesse d'un pantin en fin de vie, sa main gauche tremble doucement. Elle se lamente, des larmes glissent sur ses joues brûlantes.
    Assis en face d'elle, son tortionnaire scrute son travail avec satisfaction.
    L'arcade sourcilière gauche est ouverte, la paupière droite gonflée cache un iris vitreux. Des lèvres fendues coule un filet de sang, dont les gouttes viennent mourir sur la nappe brodée pour y dessiner des flaques rougeâtres.
    Sur l'avant-bras droit tailladé de sa victime, il a sculpté un « V ». Puis, heureux du résultat, il a continué ses entailles, comme un enfant gribouillant sur une feuille blanche.
    Elle geint, appelle Thérèse. Il ricane, puis se lève avant de la gifler. Sa tête vacille. Elle frémit de tous ses membres. Il hurle.
    - Thérèse ! Thérèse ! Mais ta fille ne viendra pas. Tout le monde dort à cette heure de la nuit, tu es seule avec moi. Tu comprends ? Il n'y a que toi et moi ici, nous sommes deux amoureux savourant une nuit d'automne.
    Son rire fait apparaître une dentition jaunâtre.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Catherine Schubert - Originaire de Bretagne, l'amour me mène très jeune en Allemagne. Mère de trois enfants, j'ai parcouru en famille une partie du monde. Aujourd'hui, je partage ma vie entre les Côtes d'Armor et la Bavière. Passionnée d'écriture et de philosophie, j'aime relater la complexité des relations humaines, les blessures, les frustrations qui peuvent parfois conduire au crime.

  • Solenn, une jeune infirmière de Douarnenez, souhaite découvrir qui envoie de mystérieuses cartes postales anonymes à sa grand-mère, mais sa curiosité pourrait bien la mettre en danger...
    Léa Mattei, détective privé, n'écoute que son coeur et rend service à une jeune femme que la vie n'a pas épargnée sept ans plus tôt. La grand-mère de Solenn reçoit des cartes postales anonymes depuis quatre ans. Deux fois par an. Mais Solenn, jeune infirmière de Douarnenez, grille de curiosité de découvrir l'expéditeur qui se cache derrière ces envois. Serait-ce un amoureux transi ou une vieille amie perdue de vue ? À moins que la recherche n'entraîne Léa plus loin, beaucoup plus loin... Toujours secondée par l'adjudant-chef Patrick Mérieux, elle se met à creuser les mystères d'une matinée de brouillard de février 2012. Mais la curiosité de Solenn ne va-t-elle pas la mettre en danger ? Plus Léa enquête et plus une ombre menace l'infirmière. Il ne fait pas bon remuer le passé...
    Les événements d'une matinée de brouillard de février 2012 pourraient bien avoir encore un impact dangereux sur le présent. Retrouvez Léa Mattei et son chef Patrick Mérieux dans ce 10e tome glaçant et saisissant des investigations d'une gendarme et détective de talent.
    EXTRAIT
    L'individu de droite profita de sa surprise pour la maîtriser. Tout s'était joué en quelques secondes. Elle était abasourdie tandis qu'il la tenait fermement. Lily fut prise de violents tremblements. Une sueur froide la glaça entièrement tandis que ses dents se mirent à claquer. Du coton dans les oreilles. Un brouillard épais dans la tête. Les muscles sans force. Le choc de la scène qui venait de se produire avait anéanti sa réactivité. Lily était hébétée. Elle sentit qu'on la dirigeait vers le fauteuil voisin de Florent. Elle étouffa un hoquet tandis qu'on l'y poussait. Les deux individus discutaient à voix bas se. Ils ne semblaient pas d'accord. Celui qui l'avait maî trisée paraissait affolé. Il tournait en rond en pas sant sa main sur sa cagoule.
    - C'est de la folie, perçut-elle. On ne peut pas faire ça !

  • Embarquez en compagnie du capitaine Maxime Moreau et des policiers dans une histoire franco-russe improbable.
    Le capitaine Maxime Moreau a le chic pour s'attirer des ennuis. Alors qu'il fait des courses dans un supermarché, il est témoin d'un vol. L'affaire pourrait en rester là, mais la fouille du véhicule du voleur va laisser perplexes les policiers intervenus à la demande des agents de sécurité. Ce qui semblait au départ un simple fait divers va entraîner le capitaine Moreau et son équipe de la police judiciaire dans une incroyable histoire franco-russe.
    De Quimper à Douarnenez et de Brest à Morlaix, ils vont devoir se surpasser pour mettre au jour un circuit "touristique" des plus discutables, mais très lucratif.
    Suivez les enquêteurs et le capitaine de Quimper à Douarnenez et de Brest à Morlaix, afin de faire la lumière sur un circuit dit touristique plus que louche... Le 14e volet des enquêtes de Maxime Moreau vous tiendra en haleine jusqu'à son dénouement !
    EXTRAIT
    Si le touriste américain Billy Hayes redoutait de se faire arrêter dans un aéroport turc, car il ramenait deux kilos de drogue en guise de souvenir, il est vraisemblable que celui-ci a fauché un ou plusieurs articles. Grand, baraqué comme un déménageur, le cheveu court, il frôle la quarantaine d'années. Son blouson noir, taille XXL, est refermé jusqu'au cou par une fermeture Éclair. J'oscille entre avertir la sécurité, et ne pas me mêler de ce qui ne me regarde pas. Si mon éducation - merci papa, merci maman - m'incite à le dénoncer, deux raisons font que je décide de passer outre : primo, je me trompe peut-être et ne connaissant pas le bonhomme, il serait présomptueux de me satisfaire d'une impression même si elle est tenace ; secundo, il a peut-être volé pour se nourrir ou nourrir ses gamins. Dilemme ! Défendre la veuve et l'orphelin, c'est mon job et dans ma nature, mais j'estime la grande distribution assez grande pour veiller à sa propre sécurité.

  • Une journaliste connue pour ses prises de position se fait suivre et épier à La Forêt-Fouesnant...
    En vacances pour quelques jours, Stéphanie Ollier se réfugie à La Forêt-Fouesnant où elle fait la connaissance d'Aëlle. Les reportages et prises de position de la journaliste sur la situation des migrants ne lui attirent pas que de la sympathie. Isaias, qui a connu les routes de l'exil, parviendra-t-il à protéger la jeune femme de l'homme qui la suit et l'épie jusque chez elle ? Stéphanie, quant à elle, perturbée par les sollicitations d'un ex-ami, va tenter de comprendre pourquoi Isaias l'évite. Les vacances des deux jeunes femmes s'annoncent compliquées.
    Aëlle et Stéphanie arriveront-elles à comprendre à temps ce qui leur arrive ? Un polar breton au suspense intenable !
    EXTRAIT
    Aëlle appelle, sa voix monte dans les aigus. Stéphanie se précipite. La jeune femme lui désigne la baie vitrée qui donne sur la terrasse, une main y est imprimée.
    - Isaias ! murmure Aëlle.
    Stéphanie sait qu'elle ne se trompe pas, il est amputé de l'auriculaire droit. En faisant très attention, elle approche de la vitre, se baisse, observe l'empreinte et scrute au-delà du verger. Le cambrioleur y est peut-être encore à les observer dissimulé derrière un arbre à moins que ce ne soit Isaias, blessé, guettant son amie.
    - Appelle-le ! intime Stéphanie sans se retourner, en ouvrant la porte-fenêtre. Téléphone-lui !
    Aëlle, fébrile, récupère son smartphone, fait glisser les noms du répertoire, se trompe, réessaye. Les deux femmes retiennent leur respiration, quelque part plus loin, une sonnerie retentit faiblement que seule Stéphanie entend.
    - Il est là ! affirme celle-ci. Recommence.
    Aëlle la rejoint, toutes deux écoutent. La première veut sortir.
    - Une torche, dans ma voiture ! lance le médecin.
    Le temps de la récupérer, puis elles s'élancent en direction du signal sonore qu'elles réactivent. Elles passent le talus en bas du jardin, les ronces et les épines d'églantier s'accrochent aux cheveux et aux vêtements. Elles se rapprochent de la mélodie. Sur le chemin, elles découvrent un homme étendu dans son sang, une entaille largement ouverte à l'abdomen. Un couteau se trouve près de lui.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Elisabeth Mignon est née à Quimper en 1958, ville où elle réside depuis toujours. Elle a exercé pendant de nombreuses années en tant que gestionnaire administrative dans un établissement scolaire. Passionnée d'histoire locale et de romans policiers, encouragée par ses amies "pousse-au-crime", elle se lance dans l'écriture de polars avec cette première enquête.

  • Une jeune femme est retrouvée calcinée dans le coffre d'une voiture. Elle était appéciée de tous, sauf de ses rivales...
    Funeste découverte que celle d'un corps calciné dans le coffre d'une voiture non loin de la gare de Quimper. La victime, Théa Le Rouz, une jeune femme de l'Île-Tudy, servait les clients dans le bar de son père. Elle était apparemment aimée de tous les habitants et ne semblait pas avoir d'ennemis. Pourtant au cours de l'enquête, le vernis s'écaille et Paul Capitaine découvre que la lumineuse sirène créait bien des jalousies par sa beauté incomparable et qu'elle aimait posséder un ascendant moral sur ses rivales du bourg. Mais tue-t-on une jeune femme avec autant de sauvagerie pour de tels motifs ?
    Plongez dans le 19e tome des enquêtes du capitaine Paul Capitaine et découvrez qui a mené Théa Le Rouz à la mort... et pourquoi !
    EXTRAIT
    Quand elle découvrit, dans le coffre d'un véhicule calciné, encore fumant et dégoulinant de l'eau des lances des pompiers, le corps brûlé et méconnaissable, recroquevillé dans un pneu, d'un individu identifié de sexe féminin, la substitute Laure Barbotan ne put se retenir de m'abandonner pour aller vomir son plus récent café derrière l'une des piles du pont qui enjambe les voies ferrées puis l'Odet. Cela me rappela l'une de mes premières enquêtes bretonnes, qui allait ensuite nous mener vers Douarnenez : Dominique Vasseur, magistrate de permanence que je découvrais à peine, avait eu la même réaction à la vision d'un corps dans le coffre d'une voiture. Pourtant rompu aux scènes les plus bestiales, j'avais moimême du mal à soutenir l'horreur du sinistre spectacle.
    Il était 4 heures du matin, en ce samedi de permanence, lorsque Quentin, mon futur gendre, pompier à Quimper, m'avait appelé au commissariat, pour me signaler la découverte d'une voiture incendiée sur un parking, au niveau du rond-point de l'Eau Blanche. Une carcasse calcinée avec, dans le coffre au hayon ouvert, un corps, tout aussi calciné et noirci de caoutchouc. J'avais appelé le parquet et la jeune Laure, également de permanence, s'était résolue à passer me chercher au commissariat après un long soupir de désespérance.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Bernard Larhant est né à Quimper en 1955. Il exerce la profession particulière de créateur de jeux de lettres. Après un premier roman intimiste, il se lance dans l'écriture de polars avec les enquêtes bretonnes d'un policier au parcours atypique, le capitaine Paul Capitaine, accompagné de sa fille Sarah également policière.

  • Le sang coule sur les terres de l'île d'Ouessant...
    Un appel téléphonique d'une vieille connaissance, qui laisse sur le répondeur un message énigmatique, consulté trop tard, bien trop tard, va pousser Chantelle à réserver sa place à bord du Fromveur II pour se rendre sur l'île d'Ouessant, malgré sa forte appréhension des traversées maritimes.
    En ce mois d'octobre, la tempête s'invite sur Enez Eusa pour célébrer Samain, la fête celtique du passage de la période claire à la période sombre. Mais Chantelle va devoir mobiliser toutes ses facultés pour lever un voile encore plus noir teinté du sang versé sur la terre ouessantine ! Du port du Stiff à la pointe de Pern, la sorcerez devra remonter vingt ans en arrière afin de dénouer cette intrigue, en compagnie de la lieutenante Laurence Rousseau. Rédigeront-elles ensemble un nouvel épisode de L'Île mystérieuse ?
    Suivez le duo d'enquêtrices tout au long de cette sombre affaire !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-Michel Arnaud est né en 1966 en région parisienne, où il a vécu vingt-huit ans avant de s'installer à Brest. Outre son activité professionnelle d'ingénieur en informatique, il est bassiste dans le groupe My Bones Cooking, qui « joue du rock, mais pas que ». Depuis 2013, il écrit dans la collection Enquêtes & Suspense des romans policiers se déroulant majoritairement dans le nord-ouest du Finistère. Il est également membre du collectif d'auteurs "L'Assassin habite dans le 29".

  • Laure Saint-Donge n'est pas au bout de ses surprises tandis qu'elle enquête sur des morts suspectes.
    Un couple âgé qui se suicide sans raison apparente, un chocolatier retrouvé mort d'une crise cardiaque sur un court de tennis qu'il a lui-même fermé à clé... Voici comment débute la dix-huitième aventure de Laure Saint-Donge, dite LSD.
    Simples coïncidences ou morts savamment orchestrées ? Et si un ange maudit volait au-dessus de Saint-Michel-en-Grève ? Et s'il vous réservait d'autres surprises ?
    Apprêtez-vous à ne faire qu'une bouchée de ce dix-huitième tome des enquêtes de Laure Saint-Donge !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Amoureux de la Bretagne et du Trégor depuis toujours, Michel Courat y a exercé comme vétérinaire pendant une quinzaine d'années avant de partir s'occuper de la protection des animaux dans les Cornouailles anglaises pendant neuf ans. De 2008 à 2016, il a travaillé à Bruxelles en tant qu'expert en bien-être animal pour une ONG européenne. Même s'il est maintenant en retraite à Locquirec, il apporte son expérience au sein de l'OABA (OEuvre d'assistance aux bêtes d'abattoir).

  • Nos deux détectives amateurs nous entrainent à nouveau dans une enquête passionnante
    Klaus Lachenbayer a-t-il fait partie des troupes allemandes ayant occupé Guingamp pendant la Seconde Guerre mondiale ? C'est en tout cas ce que prétend Hans Egerhard, son compatriote, dont le père, Rudolf, installé dans cette ville depuis plusieurs
    années vient tout juste de mourir. Et c'est moi, Jean-Paul Keravial, que Dieter Klein, le petit-fils de Klaus, a choisi pour tirer cela au clair au motif que, en tant que professeur d'allemand, je maîtrise parfaitement la langue de Goethe. Les choses commencent à se compliquer lorsque Hans disparaît soudainement. Heureusement pour moi, je peux compter sur le soutien d'un historien et de deux détectives amateurs, qu'un heureux hasard a placés sur mon chemin.
    Découvrez sans plus attendre le 13e volet des enquêtes mouvementées de Bernie Andrew !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né à Lyon, Bernard Enjolras vit depuis de nombreuses années à Trégastel. C'est là qu'il écrit, au coeur de la magnifique Côte de Granit rose. Son quatorzième
    roman nous entraîne à Guingamp, à la recherche d'un passé pas si oublié que l'on pourrait le penser.

  • Les mystères du Cap Coz entrainent Léa Mattei dans deux enquêtes imbriquées qui risquent de la bouleverser à tout jamais !
    Devrait-on se méfier des cadeaux ? Celui-ci, présent de bienvenue offert par Gloria, la fille du procureur Treguer, à la nouvelle greffière du tribunal, n'était qu'un simple test ADN mais il a précipité Capucine dans le chaos ! Le procureur s'alarme des retentissements possibles et charge Léa Mattei, sa détective préférée, de faire la lumière sur les origines de la jeune femme. Quels mystères recèle donc Cap Coz, entre un médecin à la retraite, un Père Noël assassin, un Canadien à la recherche de ses origines et un ermite silencieux ? Et que dissimule la mère de Capucine, Iris Menez, dont la vie est menacée ? Léa Mattei se retrouve avec deux enquêtes imbriquées sur les bras. Pendant que la France s'apprête à se confiner, la vie personnelle de Léa vacille à son insu. Plus rien ne sera comme avant, ni pour elle ni pour Capucine.
    Retrouvez le détective Léa Mattei dans ce douzième tome !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Née à Cherbourg, Martine Le Pensec vit et travaille à Toulon. D'origine bretonne et normande, elle puise son inspiration dans l'Ouest et le domaine médical dans lequel elle a travaillé plusieurs années. Elle signe, avec Pot aux roses au Cap Coz, son
    dix-neuvième roman policier.

  • Une enquête éprouvante pour le lieutenant Aubain et ses collègues...
    En vacances au Pays Bigouden, l'ancien de l'antigang de Rennes, Antoine Guillou, entraîne Fanch Le Berre dans une enquête du lieutenant Aubain. Une nouvelle ingérence, qui n'est pas sans danger, leur fait découvrir les sombres dessous de la vie de château.
    Une rude guerre de succession y est ouverte, qui met en oeuvre des moyens originaux d'élimination physique de la concurrence. Dans le bel écrin d'une hôtellerie de grand standing, les rivalités, sur fond d'escroquerie de grande ampleur et trafic de drogue, mènent la florissante affaire au bord de la ruine.
    Voirin ne se tirera pas sans dommage de cette enquête?; quant à Aubain, il en récoltera des bleus à l'âme...
    Partez à la découverte des sombres secrets d'un mystérieux château breton !
    EXTRAIT
    - De quoi parlez-vous ? interrogea le juge.
    - Je parle d'un meurtre, Monsieur.
    - Un meurtre, dites-vous ? Où cela s'est-il produit et qui en est la victime ?
    La question était sans équivoque et appelait une réponse claire qui ne vint pas.
    - Qui êtes-vous et d'où appelez-vous ? insista Dance, sans pour autant obtenir autre chose qu'un halètement de personne essoufflée ou asthmatique mais attestant, pendant quelques secondes encore, une présence au bout du fil, puis ce fut le claquement sec de l'appareil que l'on raccroche.
    - Eh bien, voilà qui est singulier ! Ma correspondante me dit qu'un meurtre va avoir lieu, mais ne me dit ni quand, ni où, ni même quelle est la personne désignée pour faire le mort...
    -C'est certainement une plaisanterie, en déduisit Aubain.
    - Cela ne m'étonnerait pas outre mesure. Nous vivons une période malsaine et certains de nos contemporains qui semblent s'ennuyer prodigieusement, ne trouvent apparemment de plaisir qu'à nuire à leurs semblables.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Editions Bargain, le succès du polar breton. - Ouest France
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marie Vaillant est née et a grandi à Quimper. Peintre et sculpteur, elle a exposé à Pont-Aven et posé un calvaire à la pointe de Bellangenet, en Clohars-Carnoët.
    À Tahiti, elle a travaillé la pierre locale pour l'évêché de Papeete.
    Voici quelques années, elle a troqué le ciseau du sculpteur contre la plume de la romancière pour signer aujourd'hui son troisième roman à suspense.

  • Le dernier message enregistré dans le smartphone de James désigne son assassin...
    Sa dernière volonté : être enterré avec son smartphone. Le lien secret qui unissait James à son portable était trop fort pour tomber dans l'oubli. Le dernier message enregistré désigne son assassin. Les amis de James vont mener l'enquête avant qu'un autre meurtre ne plonge Belle-Île dans le chaos. Qui sera la prochaine victime ? Mathias, Hugo ou Vincent? Est-ce que Argy, une jeune belliloise à l'esprit tourmenté, sera capable de déjouer le complot qui se trame ? Elle a moins de vingt-quatre heures pour agir et entraîner Mathias de la citadelle à la plage de Donnant.
    Plongez au coeur d'une enquête à Belle-Ile, et suivez pas à pas les investigations d'Argy, jeune femme à l'esprit tourmenté, bien décidée à déjouer le complot qui se trame !
    EXTRAIT
    Pendant que Argy et Mathias s'enlaçaient à l'en trée de la Citadelle, en plein bourg, des poissons rouges entamaient une ronde frénétique au fond d'un aquarium. Vincent les suivait des yeux. Il se dit mentalement « dès que l'un d'eux se positionne sous le culot du magnum, je me lève d'un bond. Dès que... » Depuis combien de minutes Vincent était-il là, immobile sur le canapé, face à cette femme avec son rouleau à pâtisserie posé sur les genoux ? Le décor était théâtral, les aquariums, les flûtes à champagne, le feu rougeoyant dans la cheminée, un chapeau melon collé à sa cuisse, une grande malle ouverte qu'il discernait derrière l'épaule d'Éléonore. Il lui faudrait bousculer cette femme pour atteindre le couloir et emprunter l'escalier. Elle lui avait dit qu'Hugo se reposait dans une chambre au premier étage. C'était si improbable, à moins qu'Hugo y ait été contraint. Ce petit bout de femme d'âge mûr avait-il accompli l'exploit de retenir contre son gré son ami ? L'assassinat de son fils lui avait-il fait perdre la raison ? Elle semblait ne pas le voir, plongée dans ses pensées, le regard hagard ; sa tête penchait tantôt à droite, tantôt à gauche. Brusquement, un poisson rouge vint lécher le socle de verre, tentant en vain de pénétrer par le culot dans la bouteille. Hugo se leva d'un bond, accrocha au passage les montants de la malle pour atteindre le vestibule. Il monta quatre à quatre les marches de l'escalier, hurlant :
    - Hugo, tu es là ?
    Aucune réponse, aucun bruit. Il hésita plusieurs secondes. Alors qu'il poussait violemment la porte de la première chambre, Éléonore le rejoignit puis lui attrapa le bras.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Née à LaRochelle en 1960 où elle a grandi, Simone Ansquer vit aujourd'hui sur la presqu'île de Quiberon et y cultive ses passions pour les sports nautiques, les voyages, l'histoire et la peinture. Dans ce septième roman, l'auteure signe un polar diaboliquement connecté avec son temps.

empty