Langue française

  • Dès son plus jeune âge, Mariana, enfant solitaire, lutte contre sa mère, hostile à son égard. La tension entre les deux fera naître en cette jeune fille une étonnante force intérieure. Et le chant sera pour elle une échappatoire.
    C'est dans l'art lyrique que Mariana, la future Callas, trouvera la solution contre tous ses démons. À travers les héroïnes d'opéra qu'elle incarne, elle réussira à se projeter dans son propre monde parallèle et onirique.
    Ce roman graphique réalisé à l'aquarelle raconte avec beaucoup d'émotion la vie de la célèbre cantatrice grecque. Sa trajectoire sera celle d'un air d'opéra  : amours, trahison, mort et rédemption.
    Une existence comparable à celle de la «  Tosca  » de Pucini, héroïne qu'elle a interprétée à maintes reprises.

  • La guerre sans haine

    Erwin Rommel

    Aucun grand capitaine de la Seconde Guerre mondiale n'a écrit de récit aussi clair et aussi percutant sur la stratégie militaire que Rommel dans ses Carnets. Soucieux de tirer les leçons de ses campagnes, il rend compte mieux que quiconque du Blitzkrieg puis des combats dans le désert. En lisant ses textes, on entre au coeur de sa réflexion stratégique, toujours ancrée dans l'action. On découvre un chef de guerre qui s'est constamment affranchi des règles traditionnelles pour surprendre l'ennemi, mais aussi un homme pour qui les combats devaient épargner le plus possible les civils. A la fois craint et estimé par les Alliés, notamment britanniques, qui ont contribué à bâtir sa «  légende  », il demeure un soldat discipliné qui n'a jamais remis en cause le pouvoir du Führer. Bien que sa mort ordonnée par Hitler ait interrompu ce récit, ce témoignage n'en reste pas moins capital pour l'histoire.Les Carnets du maréchal Rommel, indisponibles depuis cinquante ans, sont ici présentés dans une édition commentée et annotée se fondant sur les apports les plus récents de l'historiographie.  Maurice Vaïsse est professeur des universités à Sciences Po, responsable de la publication des «  Documents diplomatiques français  », il a publié entre ouvrages Diplomatie outil militaire, 1871-1991 (Le Seuil, 1992), et dirigé 8 mai 1945, la victoire en Europe (Complexe, 1995), ainsi que Mai-Juin 1940 - Défaite française, victoire allemande, sous l'oeil des historiens étrangers (Autrement, 2010).

  • «  L'histoire tragique de l'homme qui résista aux narcotraficants.  » Il s'appelle Don Alejo, c'est un vieux fermier mexicain travailleur et honnête. En avril 2011, des narcotrafiquants font irruption dans son ranch et lui donnent 24 heures pour quitter sa propriété. À 77 ans, le vieillard dépoussière ses fusils de chasse, sa décision est prise. Il n'y a qu'une seule manière de vivre et de mourir, pense-t-il  : debout et libre.
    Voici l'histoire d'un homme simple qui a décidé de ne pas capituler devant la terreur. Inspirée de faits réels, cette BD s'interroge sur le courage, la capacité à résister et à s'indigner. Elle témoigne du pouvoir et des atrocités des narcos qui terrorisent aujourd'hui toute la société mexicaine.

  • Synthèse magistrale d'une époque en plein bouleversement, La transformation du monde revisite les classiques de l'histoire, de l'économie et de la sociologie qui ont alimenté notre vision du xixe  siècle. Jürgen Osterhammel s'affranchit d'une approche eurocentrée et événementielle pour proposer une histoire globale dans la lignée de Fernand Braudel et Eric Hobsbawm. L'urbanisme, les moyens de transport et de production, la circulation des hommes et des marchandises, les influences culturelles, scientifiques, environnementales sont autant de thématiques étudiées, questionnant les concepts essentiels de mobilité, de progrès, de hiérarchie et d'émancipation.L'auteur s'attache à ces forces complexes et puissantes qui ont gouverné les changements du «  long xixe  siècle  », de New York à New Delhi, des révolutions d'Amérique latine aux révoltes de la Chine et de l'Inde. Il décrit un monde de plus en plus quadrillé  : par le télégraphe, les bateaux à vapeur, les chemins de fer, les marchés... Il insiste sur la portée de l'abolition de l'esclavage, de l'industrialisation et de la colonisation dans la transformation des sociétés. Il remet en question nombre d'idées reçues et donne un nouvel éclairage sur des phénomènes comme le soi-disant triomphe des États-nations au xixe  siècle.Salué comme un des livres d'histoire les plus importants de ces dernières années, traduit dans une dizaine de langues, La transformation du monde offre une perspective inédite sur ce siècle mouvementé qui a semé les germes des désordres du xxe  siècle, mais aussi donné naissance au pacifisme, au libéralisme, au syndicalisme, au féminisme et à bien d'autres aspects essentiels de notre présent «  mondialisé  ».  Jürgen Osterhammel est titulaire de la chaire d'histoire contemporaine (xixe et xxe  siècles) de l'université de Constance en Allemagne. La transformation du monde, son maître-livre enfin traduit en français, lui a valu de nombreuses distinctions.Traduction de Hugues Van Besien 

  • Été 1964. Dans une Amérique sous le choc de l'assassinat de Kennedy, une troupe de joyeux anarchistes rêve de liberté et de trips acides. Au volant d'un bus jaune, ils traversent les États de l'Union en semant une pagaille jouissive. Ce sont les Merry Pranksters, les tout premiers hippies. Ces excentriques en quête d'intensité sont la révolution en marche, sur fond d'expériences et de décors psychédéliques.
    Les personnages principaux
    Né en 1926 à Salt Lake City, Neal Cassady est considéré comme l'âme de la Beat Generation. À l'instar de ses pairs - Kerouac, Ginsberg et Burroughs - il se révèle aussi être un écrivain saisissant (cf. ses lettres parues chez Points sous le titre Dingue de la vie & de toi & de tout).
    Ken Kesey, l'un des plus grands écrivains américains de sa génération, est l'auteur de  Vol au-dessus d'un nid de coucou  et de  Et quelquefois j'ai comme une grande idée  (tous deux adaptés à Hollywood) - ce dernier étant considéré comme son chef-d'oeuvre.
    La plupart des détails de ce roman graphique sont véridiques  : les Pranksters ont ainsi inventé les couleurs acides du psychédélisme, le bus scolaire racheté pour une bouchée de pain, le système acoustique branché en permanence qui comptait autant de micros que d'amplis. Véridique aussi, la surveillance étroite du groupe par le FBI, dont les agents rôdaient pour essayer de surprendre quel complot subversif préparaient cette inquiétante bande d'iconoclastes...

  • Bosnie, juillet 1995. Les troupes serbes s'emparent de l'enclave bosniaque de Srebrenica. Au même moment, les premiers actes d'accusation contre les criminels de guerre viennent d'être lancés.
    De Belgrade à Zagreb, de Tirana à Paris, Hugo Bedecarax, jeune enquêteur français détaché auprès du Tribunal pénal international de La Haye, découvre alors qu'une autre guerre vient de commencer, et se retrouve propulsé dans une gigantesque chasse à l'homme où s'entrecroisent groupes de vengeance et criminels de guerre yougoslaves.

  • Crémone, 1701. De ses doigts de magicien, Stradivarius donne vie aux plus beaux violons du monde. Le destin lui réserve trois surprises  : l'amitié, l'amour, la guerre.
    Une plongée dans la vie du plus célèbre luthier de tous les temps. 
     
      «  Le ventre d'un violon, c'est une machine où se mêlent et parfois s'opposent les mouvements subtils... lesquels, au lieu de se freiner,  s'accolent et s'envolent.
    Ici, c'est ce que l'on nomme l'âme.   Elle doit vibrer d'une certaine façon  ».

  • "De Gaulle", "Mitterrand", les gosses désoeuvrés du quartier populaire de New Bell, à Douala, rêvent d'Europe. Malik, 17 ans, se laisse entraîner dans ce voyage à haut risque. Du Cameroun à Lampedusa, en passant par les côtes libyennes, les événements dramatiques se succèdent. Jusqu'au jour où Malik est recueilli par une association humanitaire. Mais lorsque la nostalgie du pays le gagne, Malik se demande s'il a fait le bon choix. Sera-t-il heureux en Europe, soudain devenue moins accueillante ?... Que sont devenus sa famille, ses amis avec qui il a tenté la traversée vers un Eldorado plus fantasmé que réel ?
    Gaspard Njoch, d'origine camerounaise, vit entre Paris et l'Italie. Passionné d'opéra, il a publié un roman graphique sur l'origine de l'imprimerie, "Aldo Manuzio". Auteur complet, il a réalisé à l'aquarelle ce "Voyage sans retour", docu-fiction poignant sur le drame des migrations voulues et non voulues.

  • Ce roman graphique invite à un merveilleux voyage en compagnie d'un monument de la littérature mondiale. L'écrivain argentin Jorge Luis Borges "ressuscite", vit, écrit et partage ses doutes. Sans oublier l'omniprésence des bibliothèques : celle de son père, fondatrice de sa vocation qui le mènera à écrire une de ses plus fameuses nouvelles fantastiques : "La bibliothèque de Babel".
    Nicolás Castell, le dessinateur espagnol, est un admirateur d'Otomo et de Moebius. Alliant la tradition à la modernité, il dessine à la plume et réalise ses couleurs sur ordinateur. Oscar Pantoja, le scénariste, est colombien. Il a publié en France Gabo, une vie de Gabriel García Márquez en BD.

  • Avec la mission européenne Rosetta, scientifiques et ingénieurs ont pour la première fois pu accompagner la course d'une comète autour du Soleil, étudier en continu son évolution et déposer un atterrisseur à sa surface. Cette prouesse marque un nouveau chapitre dans l'histoire des recherches sur les comètes.Débutée il y a plusieurs siècles avec les premières observations de ces astres, cette histoire ne s'est jamais interrompue. Elle a conduit les femmes et les hommes qui l'ont écrite à accomplir des exploits dans la compréhension et l'exploration de ces objets primordiaux de notre système solaire. Actrices des trente dernières années de ces études, Janet Borg et Anny-Chantal Levasseur-Regourd partagent leurs connaissances et leur enthousiasme devant cette aventure exceptionnelle, des premiers dessins de comètes du Ier millénaire avant notre ère aux images qui ont révélé les paysages fantastiques de 67P/Churyumov-Gerasimenko.  Rédactrice en chef de l'Astronomie et rédactrice en chef adjointe d'Histoire de la recherche contemporaine, Janet Borg a été enseignante-chercheure à l'Université Paris 7 et à l'Institut d'Astrophysique Spatiale d'Orsay. Professeure émérite à l'UPMC, Anny-Chantal Levasseur-Regourd mène ses recherches au LATMOS. Responsable scientifique de diverses expériences à bord de sondes spatiales internationales, elle est très impliquée dans les missions Giotto, Rosetta et Philae. Elle a exercé plusieurs mandats internationaux et a représenté la France à l'Année mondiale de l'astronomie en 2009. L'Union astronomique internationale a baptisé l'astéroïde 6170 «  Levasseur  » en son honneur. 

  • Valence, en Espagne... Pour le jeune Enzo, le football est le seul moyen d'échapper au quotidien de son quartier touché par la pauvreté.
    Fan du grand Zizou, Enzo n'a qu'un seul problème dans la vie: un père incontrôlable!... Quand il ne se bat pas avec l'arbitre, il s'en prend à ses amis.
    Alors pour redonner espoir et dignité à son père, Enzo lui annonce que le club mythique d Arsenal veut l'engager.
    Et si le mensonge d'Enzo se réalisait?
    Cette comédie de moeurs réserve des quiproquos savoureux sur le foot et la société contemporaine: la relation père-fils et l'amitié entre enfants issus de l'immigration. Un superbe roman graphique digne des meilleurs films d'Almodovar, Ken Loach et Robert Guédiguian. Pour tous.
    /> Mario Torrecillas, (le scénariste) réalisateur & producteur de cinéma barcelonais. A partir d'histoires et de dessins d'enfant de sept à douze ans, sa société PDA réalise des films d'animation. Artur Laperla (le dessinateur) vit et travaille à Barcelone. Son style de dessin coloré, dynamique et ligne claire, fonctionne à l'émotion. L'hilarante série pour la jeunesse Super Patate (Bang éditions) et la satire Voleurs de chien (Paquet) sont publiés en français.

  • Munch

    Steffen Kverneland

    Le peintre norvégien Edvard Munch est l'un des artistes les plus importants du XIXe  siècle, un précurseur de l'expressionnisme. Ses expositions à Paris, Berlin et Oslo ont divisé la critique de l'art bourgeois, suscitant à la fois enthousiasme et polémique. Munch est l'un des artistes excentriques et noctambules du Berlin de la Belle Époque. Cette ville a accueilli sa plus importante période créative, lui a fourni le matériau de légendes et anecdotes ayant nourri son oeuvre.
     
    Dans cet ouvrage visuellement superbe, déjà reconnu comme un chef d'oeuvre de la BD norvégienne, Steffen Kneverland, révèle le génie mélancolique de Munch et la vie de bohème dans sa réalité. N'utilisant que des sources écrites de l'artiste, de sa famille (correspondances, témoignages, etc.) et de ses contemporains, il nous plonge au tournant du siècle avec beaucoup d'humour, mêlant la vie d'Edvard Munch et la réflexion d'un auteur passionné.

  • Olivier Guichard

    Collectif

    «  Conseiller du pouvoir au plus haut niveau, chargé de mis­sions d'intérêt national - l'Organisation commune des régions sahariennes, l'Aménagement du territoire -, plusieurs fois mi­nistre, et notamment à la Justice, Olivier Guichard a toujours montré son respect absolu de la loi, de la Constitution, de la légitimité. Il disait  : Je suis un homme de la loi. C'était le socle de ses convictions et de son action.  » Jérôme Monod    Considéré comme l'un des plus proches et plus fidèles collaborateurs du général de Gaulle, et comme un grand commis de l'État des années 1960-1970 avant de devenir un élu local de poids -  maire de La Baule et président de la région Pays-de-la-Loire  -, Olivier Guichard n'avait jamais fait l'objet d'une étude approfondie et peut apparaître comme un grand oublié de notre histoire politique récente.Afin d'éclairer le «  mystère Guichard  », cet ouvrage étudie sa formation politique et son rôle auprès du général de Gaulle, pendant sa «  traversée du désert  » mais aussi à son retour au pouvoir en mai 1958 et jusqu'après sa mort -  Olivier Guichard avait été pressenti à deux reprises pour Matignon, notamment après le départ de Jacques Chaban-Delmas en 1972.  Publié sous la direction de Frédéric Fogacci, directeur des études et de la recherche à la Fondation Charles de Gaulle, et de Gilles Le Béguec, président sortant du conseil scientifique, cet ouvrage confronte des travaux d'historiens aux témoignages d'anciens collaborateurs d'Olivier Guichard, comme Jean de Boishue ou Jérôme Monod, qui livre ici l'un de ses derniers textes. 

  • Ce livre est unique : il est non seulement la biographie d'un criminel, mais aussi le récit d'une descente aux enfers dans le camp de concentration de Sachsenhausen-Oranienburg où Edouard Calic, journaliste, a été déporté pendant trois ans. Il y décrit l'univers carcéral et les pratiques des tortionnaires nazis. C'est dans ce camp que Himmler installa son état-major, quartier général de tous les camps de concentration d'Allemagne et des pays occupés. C'est là que sous son contrôle, l'inspection centrale des SS mit au point les différentes méthodes d'utilisation des instruments de destruction massive (chambres à gaz et fours crématoires) avant de les mettre en application dans les autres camps. C'est là qu'on internait essentiellement des prisonniers dits politiques - dont Léon Blum -, souvent exécutés avec toute leur famille, et qu'un atelier de fausse monnaie fut installé, produisant environ quinze millions de livres sterling, qui devaient s'ajouter à l'argent soustrait aux prisonniers, pour soutenir l'effort de guerre allemand. Centre de formation des SS - où l'on enseignait l'espionnage, la subversion et l'assassinat - Sachsenhausen fut aussi le lieu d'expérimentation d'armes secrètes sur les prisonniers-cobayes. En décrivant le fonctionnement de ce camp et l'empire de Himmler, Calic y fait le portrait de ce dirigeant nazi, mage de la SS et chef des polices allemandes, organisateur du combat contre " l'ennemi " et de " la solution finale du problème juif ". Edouard Calic ne manque pas d'y décrire avec précision les réseaux de résistance au sein du camp, les sabotages et les plans de rébellion, dans lesquels il joua un rôle clé.

  • Il y a un mystère de Callières : voilà un homme presque ignoré en France depuis la fin du XVIIIe siècle alors même que son oeuvre est célébrée dans les pays anglo-saxons comme un "classique" de la négociation. Longtemps émissaire officieux ou officiel de Louis XIV dans diverses cours européennes, puis secrétaire du cabinet du roi (1701-1708), François de Callières publie De la manière de négocier avec les souverains après le décès de Louis XIV. Il y décrit le diplomate "honnête homme" dont les armes favorites doivent être l'écoute, la persuasion et la civilité, et qui se doit de connaître parmi d'autres secrets "les moyens de s'insinuer dans les bonnes grâces d'un prince et de ses ministres". Son rôle est de chercher avant tout à comprendre l'autre et à gagner les coeurs. La négociation n'apparaît plus alors comme un ensemble de techniques appliquées à une situation de crise mais comme un art de vivre, une façon d'être en permanence avec ses interlocuteurs. La modernité de l'ouvrage, exprimée dans un style classique et élégant, fascine encore aujourd'hui les praticiens et théoriciens de la négociation, qu'il s'agisse de diplomatie ou de marketing, chacun lisant le texte avec ses propres lunettes. Alors sans doute est-il temps d'apprendre à mieux connaître monsieur de Callières...

  • Mensonge, langue de bois, manipulation... tout le monde se fait avoir tôt ou tard. Sur nos écrans ou dans nos journaux, chaque jour apporte son lot de mimiques affectées et de mots creux. Jamais nos politiques n'ont été aussi désavoués, nos entreprises aussi déconnectées de la réalité tandis que se multiplient les postures consensuelles et les éléments de langage.
    Mais l'hypocrisie et la dissimulation ne sont pas l'apanage des puissants. De petites lâchetés en gros coups bas, inutile de se leurrer, nous sommes tous des manipulateurs en puissance. Parfois même à notre insu.
    Sur un ton enjoué et incisif, ce livre offre pour la première fois un panorama complet de la manipulation verbale et non verbale. Il décortique au travers de 40 questions ses principaux ressorts et les moyens d'y résister. Comment diminuer sa part de responsabilité ou passer pour un expert ? Par quels signes s'exprime la spontanéité ? Avez-vous affaire à un dominateur ? Que sont le « corps de bois » et la « conjuration des signes » ? Véritable boîte à outils de la communication en terrain hostile, Déjouez les manipulateurs vous permettra en toutes circonstances de cerner vos interlocuteurs pour rétablir un climat d'authenticité.

  • Rares sont les chefs de guerre qui ont suscité autant de ferveur et de haine, recueilli autant d'honneurs et provoqué autant de controverses que le général George Patton. Chef de la légendaire Troisième Armée, Patton est souvent décrit comme un leader tyrannique et mégalomaniaque, flirtant parfois avec la folie.Les archives et notes personnelles du général permettent d'en brosser un portrait bien plus nuancé. Elles éclairent d'abord la période la moins connue de la vie de Patton - son enfance, son séjour à West Point, la traque de Pancho Villa et les batailles de 1917 dans la Somme et en Champagne. Puis, on entre de plain-pied dans les opérations de la Seconde Guerre mondiale : la Tunisie, la Sicile, la France et l'Allemagne.Ses notes, lettres et journaux intimes permettent de suivre ses pensées et impressions jour après jour, ses "coups de gueule" autant que son génie tactique. Ces documents nous donnent accès à un être bien plus complexe qu'on l'imagine, tourmenté par le doute, exalté par la guerre et toujours volontaire pour aller au combat.

empty