Sauramps Médical

  • La TPS est une thérapie innovante pour traiter les blessures psychiques provoquées par la violence.

    Brève et rapidement efficace, elle utilise les informations qui ont été perçues par les organes des sens au moment de l'événement et qui restent gravées dans l'appareil psychique.

    Dans la première partie, à partir de mes observations cliniques, je présente la découverte de l'implication du matériel sensoriel dans la constitution du trauma psychique puis j'expose ma méthode de traitement avec un protocole précis. Universelle, la TPS peut s'appliquer à tous, enfants ou adultes quel que soit le type de trauma, quel que soit
    le pays.

    La seconde partie, à la manière d'un compagnonnage pour le thérapeute, montre le déroulement complet des séances pour 4 cas différents qui ont étés enregistrés et sont également accessibles en audio sur le site www.e-sauramps-medical.com.

    Didactique, compréhensible par tous, ce livre s'adresse à tous ceux qui se sentent concernés de près ou de loin par le psycho-trauma et ses conséquences, notamment le Stress Post-Traumatique (PTSD).

    Marie-Claude Lénès, psychiatre, médecin attaché au service de psychiatrie au CHU de Clermont-Ferrand (1974/2001) et au service médecine légale au CHU de Montpellier (2001/2011). 45 ans d'expérience clinique auprès des victimes, création et pratique de la TPS depuis 1995. Missions internationales d'évaluation, de soutien et de formation des personnels locaux en situation de guerre ou de catastrophes : Albanie, Kosovo, Egypte, Algérie.

  • Vulvodynies, Dyspareunies et autres douleurs périnéales concernent près de 15 % des femmes au cours de leur vie, affectant profondément leur espace corporel, émotionnel et relationnel.
    Les causes sont multiples et souvent intriquées, les praticiens formés à cette prise en charge encore trop peu nombreux, faisant de ces douleurs un Labyrinthe, où les femmes se retrouvent démunies, et sans réponses thérapeutiques adaptées.
    Ce « Fil d'Ariane » est un manuel pratique, destiné à ces femmes mais aussi à leurs thérapeutes, médecins, sage-femmes ou kinésithérapeutes, permettant de dénouer le dédale des facteurs multiples enchevêtrés, et offrant les outils thérapeutiques d'une prise en charge globale.
    Le chemin de guérison passe par un diagnostic anatomique et nosologique précis, un protocole cadré de prise en charge en Médecine Manuelle, et divers autres outils médicaux adaptés et détaillés dans cet ouvrage.
    Mais il associe aussi la respiration, l'alimentation, la gestion du stress et de la posture, la gestion des composantes émotionnelles et relationnelles de la douleur, réalisant une véritable dynamique en conscience de ré-harmonisation globale.
    « Un livre qui était attendu car il répond à un besoin aussi bien au niveau des patientes que des professionnels. Il est écrit avec clarté et enrichi d'une iconographie explicative. »
    Professeur Pierre Marès - CHU Carémeau - Nîmes

  • Il ne s'agit pas d'un manuel de soins palliatifs, la plupart des données techniques, des noms de médicaments, des posologies, des modes d'emplois précis, ayant été volontairement omis pour laisser toute sa place à une compréhension des orientations accessible au plus grand nombre. Bien sûr, la consultation de l'ensemble des entrées finit par brosser un tableau global, sans qu'elle soit cependant indispensable à la compréhension d'un thème spécifique. Lorsque des sujets nécessitent cependant pour leur compréhension celle de sujets connexes, des renvois aux entrées concernées sont insérés dans le texte.
    Michel Benamou, 52 ans, est médecin, spécialiste en Gériatrie, diplômé en Soins Palliatifs et en Prise en charge de la Douleur, et Docteur en Sciences. Praticien hospitalier dans un hôpital de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, il est responsable depuis de nombreuses années d'une Unité de Soins Palliatifs et d'une Equipe Mobile de Soins Palliatifs.

  • Les directives anticipées sont au coeur de l'actualité. Elles mobilisent la question du droit autant que celle du fonctionnement des institutions de soins et des lieux d'hébergement pour personnes âgées. Elles sont abordées, par exemple, dans le projet de vie, le projet de soins centrés sur le patient ou à l'occasion d'un processus en vue de demander une protection juridique. L'enjeu posé par les directives anticipées intéresse également les patient·e·s pour des raisons bien diverses que cet ouvrage
    se donne comme objectif d'explorer. Elles sont utilisées au regard de l'euthanasie d'une manière explicite certes, mais également pour « donner sens » à la fin de l'existence, c'est-à-dire dans un souci d'éviter tout excès de traitement, afin de ne pas souffrir ou de ne pas être un poids pour ses proches (et ainsi rester maître de sa vie, ...).
    Dès lors, comment comprendre l'usage des directives anticipées ? Quel mésusage est perceptible ? Comment les enjeux spirituels sont-ils abordés par les patient·e·s et le
    personnel soignant ?
    À travers des contributions philosophique, psychologique et clinique, les auteur·e·s mettent au jour le lien intime entre directives anticipées et dimension spirituelle.

  • 161 familles végétales, 1100 plantes sont définies par leur impact affectif chez l'homme. La plante pousse autour des hommes qui en ont besoin... les hommes s'entourent des plantes qui modifient leur affectivité. Ce dictionnaire respecte les classifications botaniques les plus récentes et donne des justifications de ces sélections par famille, en fonction de l'affectivité, de la sexualité et de la sociabilité des espèces. Pour un médecin, la récupération d'un savoir botanique, non enseigné en Faculté passe par la compréhension de la vie affective et de toutes les INFORMATIONS qu'il peut en tirer : sur ce point, la plante et l'homme sont en communication permanente.

  • Le montpelliérain Arnaud de Villeneuve (1235-1311) connaissait bien les métaux et les sels. Ce clinicien célèbre pour son savoir sur l'astrologie, la botanique et les remèdes issus des animaux, obtenait des guérisons que les historiens ont attribuées à l'exploration de l'inconscient.
    Arnaud plaçait l'homme sain ou malade en liaison avec les lois du monde et avec l'ensemble des influences émanées de l'univers.
    Il était comme les alchimistes, utilisateur du Soufre et du Mecure avec des critères toujours valable de nos jours.
    Né dans le canton de Villeneuve, près du palais des papes d'Avignon, le docteur Vial, chef de clinique à l'hpital Saint-Eloi en 1972-1973, est l'auteur d'un Dictionnaire Affectif des Plantes et de ce Dictionnaire des métaux. Il décrit la Physiologie de l'Information et une conception de la biochimie qui nécesssite trois niveaux de lecture soigneusement imbriqués.
    La minéralogie et la géologie, la classification périodique des éléments de Mendeleïev sont explorées avec le principe de Goethe (une vision complète est nécessaire avant de décrire un élément isolé).
    L'approche linguistique est fondamentale, comme pour la botanique. Le nom des métaux n'est jamais innocent, car c'est l'homme qui nomme (nom usuel, nom scientifique, nom industriel, nom médico-pharmaceutique)
    Les métaux en médecine : le plus difficile est d'enlever toute trace de magie, de surnaturel, d'éviter l'écueil de l'énergétique qui compense souvent les lacunes des connaissances.
    Faire coïncider les éléments de la matière avec l'inconscient affectif : telle est l'ambition de ce dictionnaire, pour compléter les sciences par une science affective en plein essor.

  • L'édition 2008 est une réédition monochrome des deux tomes de 2003.
    Durant ces cinq années, le partenariat développé avec le service de Chirurgie Maxillo-Faciale et d'Orthopédie Dento-Faciale de l'hôpital Robert Debré, avec le concours du service d'Imagerie Médicale a permis d'objectiver certaines hypothèses exposées dans la première édition. Elles ont fait l'objet de deux publications.
    Les avancées scientifiques, notamment celles relatives à la mécano-transduction donnent un nouvel éclairage des contraintes subies par le crâne en développement. Selon le même principe, il semble possible d'inverser le phénomène, voire de le corriger totalement, par une mobilisation douce et ciblée des sutures, des synchondroses et des articulations contraintes.
    Pour le petit patient présentant des troubles fonctionnels ou/et des asymétries crânio-faciales, la consultation ostéopathique permet une diminution des signes cliniques. L'ostéopathe est devenu, pour nombre de pédiatres et de professionnels de santé, un véritable partenaire dans le parcours de soins de l'enfant.
    Gageons que les récents Décrets d'Application de la Loi de 2002 vont permettre une véritable intégration dans les équipes pédiatriques et la mise en place d'une recherche ostéopathique avec des études randomisées.
    Cette édition sera complétée par un ouvrage consacré aux cas cliniques étayés par de l'iconographie scannographique ; en exclusivité, quelques figures sur la première de couverture de cette 2e édition.
    Roselyne Lalauze-Pol, après un DE de Masseur-Kinésithérapeute en 1971, dès 1980, fait un cursus d'études ostéopathiques, puis deux diplômes universitaires (DU d'Anatomie appliquée à la Clinique & à l'Imagerie médicale - DU de Mécanique et Techniques Obstétricales). Après quinze années d'exercice libéral exclusif de l'ostéopathie, elle participe à des missions de développement dans des maternités vietnamiennes. Pendant 6 ans, elle est intervenue dans l'une des plus grandes maternités du monde (Saigon- 100 naissances par jour) en salle de naissance et en néonatologie ; en France, elle a mené des études cliniques avec le Laboratoire de Santé Publique de la Faculté de Médecine de Marseille dans les services de néonatologie CHU Timone, Conception.
    Depuis 4 ans, elle développe un partenariat ostéopathique avec le service de Chirurgie Maxillo-Faciale et d'Orthopédie Dento-Faciale de l'hôpital Robert Debré.

  • Si l'on se limite essentiellement aux examens de routine ou de dépistage, le cervelet semble être un organe assez simple.
    Formé de deux hémisphères, d'une partie centrale appelée vermis, hérissé de deux protubérances (les flocculus) dont la fonction paraît obscure, se terminant caudalement par deux redoutables tonsilles susceptibles d'entraîner la mort en cas d'engagement, voilà ce qu'on en retient volontiers, et voilà qui pourrait résumer l'essentiel de l'indispensable.
    Pourtant, en vérité, une très grande complexité se cache dans cet élément du névraxe. Ses noyaux, ses connexions, sont complexes ; l'organe est divisé en folioles répétitifs placés en parallèle, qui font penser à des processeurs électroniques, et l'analyse coordonnée de son origine, de ses fonctions et de sa morphologie révèle une triple nature, progressivement construite au fil de l'évolution des vertébrés. A ce titre, le cervelet pourrait être considéré comme une sorte d'image en miroir du cerveau, lui aussi construit très progressivement par les processus évolutifs, cerveau dont il module, modère, et coordonne les activités.
    Passés les aspects anatomiques, physiologiques, sémiologiques et techniques, les différentes manifestations des pathologie cérébelleuses sont passées en revue par des experts, tandis que les traitements chirurgicaux, certes difficiles vu l'environnement complexe, ne sont pas négligés, et ce dans un esprit multidisciplinaire comme il se doit.

  • On n'a jamais autant parlé de culpabilité que depuis qu'on s'est mis en tête de lui tordre le cou. Scier la branche sur laquelle elle nichait depuis des lustres ne la fait pas disparaître pour autant. L'oiseau délogé s'envole, tourbillonne, gagne la forêt profonde et se pose sur d'autres branches, vierges de tout contact, à telle enseigne qu'on ne le voit plus et que seul son chant étouffé peut nous en rappeler l'existence.
    Espèce en voie d'errance plus que de disparition, la culpabilité déserte la place publique pour les broussailles impénétrables de territoires vierges ou interdits.
    Qu'en est-il de ses origines ? Quelle forme clinique revêt-elle ? Peut-on l'atténuer chez le sujet qui en souffre ?
    A partir d'une étude clinique étayée sur 152 observations, l'auteur propose une distinction entre les différents modes d'expression cliniques des complexes de culpabilité dont l'origine, la compréhension et l'abord thérapeuthique s'avèrent différents.

  • L'hypocondrie

    Philip Pongy

    On est frappé par la rareté des articles et publications psychanalytiques sur l'hypocondrie, comme si tout avait été dit, ou comme s'il n'y avait rien à en dire, ou encore comme si cette entité, qui défie souvent la clinique et la thérapeutique, avait été plus ou moins volontairement laissée de côté. Cette rareté des publications contraste évidemment avec la fréquence de cette affection qui constitue l'ordinaire du praticien laissant celui-ci démuni face à un malade supposé imaginaire.
    A partir d'une étude effectuée sur la base de 53 observations au sein de laquelle l'approche psychosomatique occupe une place centrale, l'auteur analyse les déterminants complexes de l'hypocondrie et propose ainsi un éclairage permettant d'ouvrir des pistes thérapeutiques nouvelles.

  • La pathologie obsessionnelle existe depuis que l'homme croit en la toute puissance de ses actes et de sa pensée. Sa prévalence augmente lorsqu'une société substitue à la transcendance le fantasme de maitrise de l'immaitrisable. Le sujet obsessionnel nous rappelle la complexité de la pensée et de sa genèse. il a contribué plus que tout autre à l'édification des sociétés humaines.
    Si la psychiatrie post-moderne a parfaitement décrypté la clinique des troubles obsessionnels compulsifs, elle en a dénié le caractère défensif, et s'est peu intéressé, par ailleurs, au fonctionnement obsessionnel qui sous tend certaines personnalités. Sans rejeter l'apport des sciences cognitives, l'auteur, à partir de la clinique, réhabilite les concepts les plus utiles de la psychanalyse, enrichi par les apports de la psychosomatique permettant ainsi d'ouvrir des pistes thérapeutiques inexploitées.

  • Le Réseau Santé, Soins et Spiritualités vous propose deux tomes traitant du Spiritual Care : le premier contextuel et conceptuel, le deuxième donnant la parole à des
    actrices et acteurs du terrain. Concept venu des États- Unis, le Spiritual Care s'avère difficile à traduire en français. L'objectif de ces deux ouvrages est de l'expliciter
    pour mieux le comprendre dans sa diversité. Chacune et chacun est invité·e à saisir son propre positionnement pour mieux agir dans le champ interprofessionnel du
    « prendre soin ».
    Cette dimension du « prendre soin » des personnes vulnérables s'inscrit dans une dynamique de professionnalisation, plus ou moins rattachée - selon des modalités diverses - à des traditions et institutions religieuses.
    La complexité et la richesse du phénomène Spiritual Care invitent à la réflexion autour de cinq axes différents :
    o l'histoire du concept Spiritual Care
    o la différenciation entre Pastoral Care et Spiritual Care
    o les institutions de soin
    o les pratiques soignantes
    o la recherche

  • a collection consacrée à l'échographie obstétricale est enrichie de ce nouveau volume qui aborde la pratique de l'échographie au deuxième trimestre. La numérotation des chapitres indique clairement sa filiation avec le premier ouvrage de la collection. Comme pour celui- l'équipe des rédacteurs a souhaité privilégier l'aspect pratique. Ainsi, le lecteur, naturellement soucieux de pratiquer un dépistage échographique conforme aux recommandations du CNTEDP, trouvera toutes les " recettes " nécessaires à la réalisation d'un examen conforme aux indispensables critères de qualité. Le recours à un dépistage spécialisé ou la réalisation d'un examen de diagnostic seront abordés de façon spécifique en particulier sous l'angle des situations à haut risque. Enfin, l'indispensable connaissance du statut juridique du foetus sera l'objet d'un chapitre particulier. Comme le premier tome, celui-ci repose sur les enseignements prodigués sous l'égide de la Forcomed, de la SFAPE et de la " Fetal Medicine Foundation ".

  • Le Réseau Santé, Soins et Spiritualités vous propose deux tomes traitant du Spiritual Care : le premier contextuel et conceptuel, le deuxième donnant la parole à des actrices et acteurs du terrain. Concept venu des États-Unis, le Spiritual Care s'avère difficile à traduire en français. L'objectif de ces deux ouvrages est de l'expliciter pour mieux le comprendre dans sa diversité. Chacune et chacun est invité·e à saisir son propre positionnement pour mieux agir dans le champ interprofessionnel du « prendre soin ».
    Comment ce « souci de l'âme » prend-il chair dans les pratiques cliniques ? Ce deuxième tome donne voix à ceux et celles qui en sont les nombreux protagonistes. Il permet de saisir comment dans des cultures médicales, soignantes, sociales, psychologiques et psychanalytiques et selon les contextes institutionnels, tous ont des « lunettes » qui reconfigurent la manière dont ils voient et parlent de la spiritualité en milieu de soins.
    Deux approches sont ainsi mises à jour : de manière implicite, le Spiritual Care qui ne s'explicite pas entre collègues ou avec les personnes soignées et qui est parfois accompli sans le savoir ; de manière explicite, le Spiritual Care qui fait l'objet d'un partage organisé, d'une évaluation, de notes aux dossiers, de discussions en équipes de soins.
    Nous verrons comment se traduit, dans les récits professionnels, ce regard porté sur le soin dit holistique, global, intégral, etc. Ces entretiens nous permettront de mettre en évidence comment résonnent pour eux les termes anglais Spiritual Care et comment ils nomment eux-mêmes, avec leurs mots, cette attention à la dimension spirituelle au coeur du soin.

  • Si le mot "embaumement" détermine d'anciennes pratiques balsamiques et momificatoires diversifiées selon les peuples et les époques, le mot "thanatopraxie" évoque une pratique récente et contemporaine de la conservation des corps.
    Nous pouvons définir les soins de conservation comme l'ensemble des interventions physiques, physiologiques et esthétiques, suspendant pour une durée limitée, les manifestations de la thanatomorphose.

  • Où placer l'expression créatrice du corps ? Comment privilégier la vision politique des relations humaines qui se forme autour du corps juvénile ?
    Traditionnellement, en se focalisant exclusivement sur la question de la socialisation du jeune, on passe complètement à côté de la dynamique que produit son corps. A l'adolescence, le corps est en constant mouvement. Simultanément sa construction sociale prend le mouvement à bras le corps.
    Cet ouvrage explore une nouvelle manière d'interpréter les conduites juvéniles. Il se distingue des discours habituels sur le social, en privilégiant la dimension politique de ces actions - Politique au sens grec du terme. Il met en avant l'utilisation du corps par le jeune dans sa contre-culture. Regard contemporain critique sur les rapports établis, entre corps, éducation pour la santé et jeune. La société propose et le jeune dispose. L'analyse des représentations sociales nous offre une visibilité nouvelle des dynamiques de l'éducation pour la santé. Elles rompent avec les lectures normatives et moralisantes de cet aspect de la santé publique. Ce livre dévoile l'expression du corps dans les manifestations sociales en recentrant le débat théorique, sur une conception du bien-être. Le corps du jeune devient le topos des transformations sociales.
    Antigone Mouchtouris, Sociologue, Professeure des Universités, Université de Perpignan Via Domitia, est spécialisée dans le domaine de la culture et de l'anthropologie sociale. Elle a collaboré avec le CRESS du Languedoc Roussillon, DRASS, CRESS de l'Ile-de-France, elle était chargée d'enseignement et de la recherche à l'Ecole de Santé Publique à la Faculté de l'Université de Nancy, et à l'Ecole des Sages-Femmes de Montpellier. Toutes ces recherches ont été menées sur les représentations sociales en matière de santé dans la population jeune. Elle anime à l'Université, au sein du laboratoire VECT, la problématique des dynamiques sociales et pratiques culturelles, tout en continuant ses recherches sur l'anthropologie sociale.

  • Cet ouvrage s'inscrit dans la collection « Atlas en imagerie Gynéco-Obstétricale et Foetale ».
    Devant l'excellent accueil réservé à la première édition, les auteurs ont décidé de proposer une seconde version entièrement revue et complétée de nouvelles illustrations et références.
    Le souhait initial des auteurs de cet atlas a perduré en mettant à la disposition du lecteur un ouvrage lui permettant de réaliser ou d'appréhender un examen échographique de dépistage ou de diagnostic du cerveau foetal, dans les meilleures conditions, et ceci tout au long de la grossesse.

  • Pour la première fois, un médecin anesthésiste, chef de blocs opératoires et un consultant, spécialiste en management hospitalier, unissent leurs compétences pour rassembler dans un seul et même ouvrage les éléments essentiels pour aider les médecins à acquérir les qualifications nécessaires pour devenir de vrais managers et de grands leaders.
    A travers une dizaine de chapitres, le lecteur découvrira comment :
    ? mener des projets
    ? induire le changement
    ? résoudre les conflits
    ? transmettre l'information
    ? fixer des objectifs
    ? appréhender les différentes personnalités
    ? gérer les collaborateurs difficiles
    ? ...
    Basé sur les références et les études les plus récentes, cet ouvrage se veut néanmoins avant tout pragmatique afin d'apporter des réponses concrètes aux questions que se posent les médecins confrontés aux enjeux du management et de la gestion d'équipes. Des directeurs de grands centres hospitaliers ainsi que des médecins, chefs de départements et d'unités, français, belges, suisses, et canadiens ont accepté d'apporter leurs témoignages dans cet ouvrage de référence.
    « Dans ce monde en mutation, il n'existait jusqu'ici aucun ouvrage de base en langue française, qui soit centré sur l'évolution qui attend les médecins. (...) Cet ouvrage comble une lacune importante et saura sans peine trouver sa place dans les différentes formations existantes dans le domaine de la gestion du système de santé, et des médecins en particulier.
    Il permettra également aux acteurs non-médecins du système de santé de comprendre les enjeux et donc l'attitude du monde médical dans ce nouveau paradigme du système de soins. Il ne peut donc qu'être recommandé de le mettre entre toutes les mains. »
    Professeur Jean-Blaise Wasserfallen
    Directeur Médical de l'Hôpital Universitaire de Lausanne (CHUV)
    Professeur à la Faculté des Hautes Etudes Commerciales (HEC) à l'Université de Lausanne

  • La restitution de la stabilité rotatoire après rupture du ligament croisé antérieur a été depuis plusieurs décennies le but. Après avoir revisité l'anatomie et la biomécanique, nous préciserons les bases essentielles de l'examen clinique pour déterminer le choix d'une technique chirurgicale. Les méthodes actuelles radiologiques affineront les lésions. Au stade de lésion récente comme de laxité chronique, la plastie mixte intra et extra articulaire selon la technique de Mac lntosh modifiée apparaît après plus de 30 ans d'utilisation la seule technique à efficacité optimale, donc la plus fiable pour neutraliser le ressaut en même temps que la laxité antérieure. En complément de la technique chirurgicale, la prise en charge rééducative sera le garant d'un résultat durable.

  • Au troisième trimestre comme aux autres temps de la grossesse ou un examen échographique est réalisé, l'échographie est un bon examen si elle est réalisée correctement et rigoureusement ; c'est l'interprétation que l'on en fait ou que l'on n'en fait pas qui impacte sur les indicateurs choisis pour l'évaluer. Corréler directement la réalisation de l'échographie et ses résultats à la morbi-mortalité périnatale ou maternelle est irréaliste mais qui nierait qu'il est utile de connaître l'éventualité d'un placenta praevia, voire accreta, d'un retard de croissance ou d'une macrosomie à terme : sans doute aucun lecteur raisonnablement instruit des enjeux de la périnatalité aujourd'hui. Cependant ces suspicions ou " diagnostics " portés à 32 semaines peuvent entraîner des attitudes cliniques inconséquentes et parfois iatrogènes et le chemin qui inexorablement mènera de l'échographie obstétricale à l'obstétrique échographique passe par une meilleure compréhension de l'échographie du premier, deuxième et troisième trimestre dans sa réalisation mais aussi dans l'utilisation optimale de ses résultats. Il paraît alors difficile de scinder les fonctions d'échographistes et d'obstétriciens afin que les premiers soient informatifs et raisonnables dans leurs conclusions et que les seconds puissent choisir le bon chemin entre scepticisme ignorant et crédulité iatrogène. Bonne lecture. Y. Ville.

  • Cet ouvrage a été conçu à partir d'un colloque organisé par le Comité Français Pierre de Coubertin et qui s'est déroulé en novembre 2013 à la Faculté de Médecine de Lille.
    Les textes sont tirés des enregistrements des communications du colloque ; ils ont été corrigés par les auteurs et ré agencés de façon à faire de ce recueil un livre à part entière. Nous avons cependant tenu à garder les discours inauguraux par respect pour les organisateurs de cette rencontre, sans lesquels cet ouvrage n'aurait pu voir le jour.
    Ce livre constitue donc une mise au point sur les effets du sport sur la santé et son utilisation dans les systèmes de soin. Nous n'avons pas occulté les effets nocifs du sport, les médicaments ont eux aussi des effets indésirables.
    Malgré les nombreuses données scientifiques qu'il contient, le livre est destiné à un large public, et nous espérons qu'il contribuera à éclairer la population et les décideurs sur la place qu'il faut donner au sport dans notre société.
    André Thevenon

  • Tout acteur de la santé, quels que soient ses titres ou qualités, est bien conscient que les pouvoirs publics, confrontés à l'augmentation inéluctable du coût des soins de santé, tentent par tous les moyens, dans une optique fortement budgétaire (et largement influencée par la politique européenne de réduction des déficits publics), de juguler l'impact financier des soins.
    Pour ce faire, ils sollicitent des modèles économiques pas toujours adéquats ni adaptés, ils examinent les solutions adoptées par les pays voisins, et tentent, souvent maladroitement, de dialoguer avec le corps médical.
    C'est ainsi qu'il nous est apparu sain et utile de consacrer notre réflexion de l'année sur la nécessité de définir des guidelines de suivi dans le vaste domaine des affections neurologiques, depuis la question des prématurités jusqu'aux cancers en passant par les pathologies démyélinisantes et inflammatoires. Vaste chantier, qui, nous l'espérons, débouchera, au-delà des saines interrogations, à un consensus, certes provisoire car la pathologie est changeante et les moyens de l'évaluer évoluent- et c'est heureux.

  • Les textes soumis à votre lecture résument le 25ème cours d'imagerie du Pont d'Oye (Habay-la-Neuve, Belgique).
    Toujours sous le signe de l'interdisciplinarité, le cours et le présent volume abordent l'imagerie de l'oeil et des voies optiques.
    La complexité de la séméiologie de l'appareil visuel suggère au praticien un examen clinique rigoureux et approfondi (peu courant en cette période de rentabilité forcée !) avant de prescrire la « bonne imagerie », dont la spécificité répond à la subtilité des signes cliniques.
    D'où la nécessité renforcée d'un abord décloisonné de la pathologie de l'appareil visuel, où les différentes spécialités dialoguent afin que la mise au point soit spécifique, subtile et la plus adéquate possible.
    Tel est l'objectif du présent ouvrage.

  • Y a-t-il concept plus consensuel que celui des soins palliatifs autour de la fin de vie ?... Accompagnement, prendre soin, écoute, douceur,... Rares sont ceux qui contestent la pertinence de cette approche, même dans les rangs des défenseurs de l'euthanasie. Chacun reconnaît le bien-fondé de la dimension altruiste et humaniste de ces soins pour qui souffre d'une maladie grave à pronostic létal. Chacun souhaite pouvoir recourir pour les siens, au moment opportun, à cette avancée de la médecine qui n'améliore pas la durée de vie mais la rend plus confortable.
    Le moment opportun...c'est ... Quand la médecine aura jeté dans la bataille tous ses moyens (et Dieu sait s'ils sont nombreux...) pour me sortir de ce mauvais pas...
    Quand les médecins, dont la renommée grandit sans cesse, auront prolongé davantage la maladie de mon proche...
    Quand la thérapeutique que je prodigue à mon patient ne sera plus efficace de façon certaine, et, dans le cas présent, il y a encore une petite chance pour que....
    Les soins palliatifs, c'est pour plus tard.
    Les soins palliatifs, c'est pour les autres.
    Jean-Pierre Bénézech est médecin en soins palliatifs au CHRU de Montpellier. Il est membre des sociétés françaises d'évaluation et traitement de la douleur, et d'accompagnement et de soins palliatifs (SFETD et SFAP). Il a déjà publié des ouvrages sur la douleur chronique, sur l'éthique du malade et sur la fin de vie.

empty