Sciences humaines & sociales

  • Texte fondateur du taoïsme, le Lao-tseu, connu également sous le titre de Tao-tö-king (Livre de la Voie et de la Vertu), demeure l'une des plus précieuses clefs pour pénétrer la pensée chinoise.
    Ce grand classique se présente sous un nouveau visage. La présente édition est en effet fondée sur les versions les plus anciennes de ce texte qui offrent la particularité remarquable d'inverser l'ordre des parties (Le Livre de la Vertu y précède Le Livre de la Voie).
    Accompagnée de commentaires éclairants, cette nouvelle traduction permet de saisir l'ampleur de la pensée taoïste jusque dans ses versants politiques et stratégiques : la Voie se fait Loi.

  • Qu’est-ce que la métagénéalogie ? Pourquoi ne pas parler plutôt de psychogénéalogie, puisque ce mot est à la mode ?Le vocable psychogénéalogie a été inventé par Alexandro Jodorowsky au début des années 1980. Depuis lors, l’usage s’en est vulgarisé au point de recouvrir des pratiques extraordinairement variées. Les unes relèvent de la psychologie « pure et dure »; les autres de la médiumnité la plus invérifiable.A l’écart de ces deux extrêmes, la métagénéalogie se propose de réconcilier les apparents contraires, en se situant précisément à leur point de jonction : là où l’irrationnel collabore avec le rationnel, où la science danse avec l’art, où « clairvoyance » signifie aussi bien « intuition » que « lucidité ».Cet ouvrage se propose de résumer et présenter de manière accessible les trente-cinq années de recherches et de découvertes menées par Alexandro Jodorowsky sur l’arbre généalogique.Solidement ancrée dans les théories psychologiques et scientifiques de son temps, la métagénéalogie reflète le parcours artistique d’une vie entière, et la quête insatiable de sens qui l’anime.Plutôt qu’un manuel, nous nous sommes proposé d’écrire le roman d’une double initiation : celle, déjà accomplie, de l’inventeur de la métagénéalogie, et celle, en devenir, de qui voudra bien se prêter au jeu et entamer avec nous ce chemin de la reconquête de son identité véritable.Marianne Costa

  • Comment se relever d'une catastrophe, qu'elle soit individuelle ou collective ? Comment traverser les crises ou les épreuves ? Aujourd'hui, nous voudrions guérir de tout et par nous-mêmes, mais cette obsession de la thérapie et du sauvetage ne suffit pas toujours à étancher notre soif de sens. Dès lors resurgit la question : comment sauver nos vies ?
    Dans un superbe essai où les interrogations nées d'une expérience intime rejoignent les questions politiques et spirituelles, Nathalie Sarthou-Lajus redonne sens à la possibilité d'une espérance réelle. Une espérance qui naît de la dimension relationnelle de tout salut - on ne se sauve pas soi-même, on est sauvé par l'autre, tel est le sens de la Résurrection dans l'évangile.
    Une espérance qui n'efface pas les blessures ni les pertes, mais qui traverse, altière, le tragique de l'existence et renoue avec le désir radical de vivre.

  • Jamais la société n’a autant cherché à fuir la fragilité, et jamais elle n’en a autant produit. Plus les impératifs de performance sont forts, plus les failles de la société se révèlent en chacun de nous.Les auteurs de cet ouvrage ont croisé leurs témoignages, leurs diagnostics, leurs expériences intimes de la fragilité. Qu’ils abordent les questions de la maladie, du handicap, du travail, de la pauvreté ou de la jeunesse en difficulté, ils rappellent chaque fois la nécessité de changer notre regard.Sans complaisance ni angélisme, cet ouvrage nous invite à accueillir la fragilité dans ce qu’elle recèle de richesse, de fécondité. C’est un pari de société, à relever au niveau collectif mais aussi individuel. Un pari lucide et porteur d’espérance.
    />

  • Un recueil de pensées. Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Michel Barat, philosophe et Grand Maître de la Grande Loge de France (l'un des plus jeunes de l'histoire de la franc-maçonnerie) nous livre ici une réflexion passionnante sur les liens entre philosophie et spiritualité d'une part, éthique et politique d'autre part.

    Sa vocation personnelle - "habiter entre saint Jean et la République" - rejoint l'humanisme propre à son obédience, qui s'enracine dans la quête spirituelle :
    Par une conversion du regard réorienté vers l'intérieur de l'être, "l'initié" ouvre en lui-même des fenêtres sur la transcendance et rencontre le vrai visage de l'Autre, du frère.

    Aussi ce livre est-il avant tout un appel.
    Appel à réinventer chaque jour la fraternité, en substituant au "je pense, donc je suis" cartésien un "je pense, donc tu es".
    Appel à puiser aux sources de la philosophie des Lumières un esprit de tolérance et de respect de la différence, et à discerner dans les sources judéo-chrétiennes le vrai sens de la "bonne nouvelle".
    Appel à une "révolution pédagogique" qui apprendrait à l'homme moderne la langue des symboles, où coeur et raison s'assemblent pour dire la parcelle de lumière qui habite l'humain.
    Appel, enfin, à une grande alliance des puissances spirituelles de la Cité, pour s'opposer ensemble à tous les fanatismes, à tous les intégrismes, et laisser place ainsi à l'espérance.

empty