ESF Sciences Humaines

  • Tenir une classe est aujourdhui un véritable enjeu pour tous les enseignants et particulièrement pour ceux qui démarrent leur carrière. Le face-à-face éducatif est souvent complexe ou conflictuel, et toutes les difficultés ne peuvent se résoudre par le dialogue apaisé, la persuasion ou lautorité.
    La ruse bienveillante dont il est question ici, sans être ennemie de la franchise, sutilise occasionnellement (et avec finesse) dans les relations éducatives comme un outil de facilitation, de courtoisie, dapaisement, de déminage des conflits, de motivation scolaire.
    Pour surmonter en douceur les obstacles liés à la démotivation et aux comportements difficiles, pour répondre aux problèmes dautorité, les enseignants trouveront dans ce livre comment user de calculs et de stratégies pour gérer les relations affectives, introduire de lintelligence dans la sanction, combattre le harcèlement, entretenir leffervescence intellectuelle
    Cet ouvrage, véritable outil de soutien et de perfectionnement au quotidien, rédigé dans un style simple et direct, est facile daccès, très opérationnel et synthétique. Yves Guegan croise approches psychosociologique et pédagogique, et témoigne de laction quotidienne des enseignants aux prises avec les difficultés du métier, à travers de nombreux exemples de terrain collectés au cours dentretiens ou de réunions de groupes déchange des pratiques.

  • Développer l'esprit critique des élèves est, pour Gérard De Vecchi, aussi fondamental que leur apprendre à lire, écrire ou à compter. Aujourd'hui, plus que jamais, on a besoin de citoyens capables de faire le tri dans les informations et d'effectuer des choix pertinents.

    Composante essentielle de notre enseignement, l'esprit critique est, en réalité, l'autre face de l'exigence de précision, de justesse et de vérité que chaque élève doit s'appliquer. Et pourtant, développer une pensée libre n'a rien d'évident. L'esprit critique, dont il est ici question, vise donc à permettre à tout un chacun d'acquérir des connaissances et de s'émanciper de ses croyances. Dans un seul but, que la vérité nous rende libres !

    Découpé en 26 courts chapitres, la nouvelle édition enrichie de Former l'esprit critique se veut un véritable outil de soutien et de perfectionnement au quotidien. Étayé de nombreux exemples pratiques, il montre comment les enseignements peuvent entrer dans une démarche mettant en oeuvre l'esprit critique.

    Un livre résolument simple et pratique adapté aux enseignants du primaire comme du secondaire.

  • Si chacun convient que l'Ecole ne peut pas résoudre à elle seule tous les problèmes de la société, Sylvain Connac, en chercheur et en pédagogue, montre dans ce livre que l'enseignement peut lutter néanmoins contre toutes les formes d'exclusion qui gangrènent le
    lien social et compromettent l'avenir de nombreux enfants tout autant que notre avenir collectif.
    L'auteur tourne résolument le dos aux fausses solutions de la sélection précoce ou de l'externalisation des aides aux élèves. Tout au contraire, il propose de faire de l'hétérogénéité une richesse et d'investir la classe comme lieu possible d'une pédagogie authentiquement démocratique.
    Pour cela, il expose la « pédagogie du colibri » inspirée d'André de Peretti. C'est une pédagogie où chacun « fait sa part » en assumant délibérément une tension fondatrice entre la présence et la distance,
    l'engagement et la retenue, l'exercice de l'autorité et la promotion de l'autonomie. Dans la « pédagogie du colibri », le maître construit du collectif et encourage le travail personnel, il promeut un fonctionnement coopératif en interaction avec les plans de travail personnel, il programme rigoureusement son enseignement tout en étant attentif aux besoins de chacune et de chacun, il articule étroitement découverte et formalisation, tâtonnement expérimental et structuration des connaissances. Ainsi, la lutte contre l'exclusion ne relève plus de l'incantation : elle est à portée de main de tout enseignant.
    Remarquablement argumenté et informé, illustré d'exemples et de propositions concrètes, ce livre est, tout à la fois, une leçon d'optimisme éducatif et de créativité pédagogique.

  • Aujourd'hui face à la complexité et à la diversité des situations de travail, l'enjeu est de réhabiliter la raison pratique, les savoirs d'action et d'expérience, l'intuition, l'expertise fondée sur un dialogue avec le réel et la réflexion dans l'action et sur l'action. Comme tous les « métiers de l'humain », le métier d'enseignant est particulièrement concerné par cette démarche.

    Enseigner requiert, en effet, outre la connaissance des contenus d'enseignement et en étroite relation avec eux, un ensemble de savoirs multiples, didactiques ou transversaux, les uns issus de la recherche en sciences humaines et sociales, d'autres participant de la tradition et de l'expertise professionnelles collectives, d'autres encore construits par chacun au fil de son expérience. La pratique réflexive a notamment pour fonction de solidariser et de faire dialoguer ces divers savoirs.

    Philippe Perrenoud tente de montrer que le « paradigme réflexif » peut précisément concilier, dans l'exercice du métier d'enseignant, raison scientifique et raison pratique, connaissance de processus universels et savoirs d'expérience, éthique, implication et efficacité. Ce débat a de fortes incidences sur la façon de penser la formation des enseignants et la professionnalisation de leur métier.

    Ce livre est destiné d'abord à tous les professionnels qui analysent et transforment leurs pratiques, mais aussi à ceux qui les accompagnent : conseillers, formateurs, responsables de projets innovateurs, cadres scolaires.
    Construit en référence au métier d'enseignant en voie de professionnalisation, cet ouvrage concerne plus globalement tous les métiers confrontés à l'humain et à la complexité, qui exigent lucidité professionnelle et implication critique.

  • Peut-être exista-t-il un temps où les enfants, en entrant en classe, se transformaient miraculeusement en élèves et « faisaient école » spontanément ?
    De toute évidence, ce temps n'est plus. Les enseignants constatent aujourd'hui, au quotidien, qu'il ne suffit pas qu'il soit inscrit « ÉCOLE » sur le fronton d'un bâtiment pour qu'il y ait « de l'École » dans l'école. On peut y interpeller le professeur comme le membre d'une bande rivale ou exiger de la maîtresse qu'elle remplace votre mère. On peut aussi se croire sur un plateau de télévision et considérer que la règle du jeu est bien d'éliminer « le maillon faible » !
    C'est que l'École, faute d'une verticalité qui ferait autorité, est livrée au mouvement brownien des intérêts individuels et perd progressivement sa légitimité.
    Philippe Meirieu part de ce constat et, loin d'en rester au registre de la plainte ou de la nostalgie, propose de réinstituer l'école en faisant d'elle une véritable institution capable de rendre possible la construction d'une démocratie authentique.
    Mais il ne se contente pas d'énoncer des finalités, il a voulu faire de ce livre un véritable « manuel de pédagogie », analysant successivement les principes fondateurs, les tensions constitutives du métier d'enseignant et les points sur lesquels asseoir une pratique réfléchie.

  • Quoi de plus émouvant mais aussi de plus stressant pour un jeune professeur débutant que de prendre en charge sa première classe à l'école ! D'autant plus que, depuis la rentrée 2010, les professeurs débutants se retrouvent face à une classe sans avoir bénéficié d'une formation suffisante Ils trouveront dans ce livre ce qu'ils ne trouvent pas dans leur formation et qui est essentiel pour enseigner. Il peut s'agir de notions concernant le savoir-être : attitudes vis-à-vis des élèves selon les situations ; ou le savoir-faire : quelles méthodes utiliser, comment gérer son temps, comment évaluer Cet ouvrage, véritable outil de soutien et de perfectionnement au quotidien, rédigé dans un style simple et direct, est facile d'accès, très opérationnel et synthétique. Le lecteur y trouvera de nombreux exemples et cas concrets, ainsi que des astuces et des modèles. À l'heure où de nombreux enseignants expriment leur désarroi devant l'évolution de la profession, « Réussir sa première classe » deviendra le compagnon indispensable du jeune professeur pour mener à bien son travail pédagogique.

  • À l'école les professeurs le savent bien, nul ne peut apprendre à la place de quiconque, pas plus les mathématiques que la natation Mais nul ne peut apprendre, non plus, sans l'appui de ceux et celles qui savent déjà. Voilà un paradoxe sur lequel butte traditionnellement l'enseignement, et voilà les deux affirmations qui, mises ici en perspective, ouvrent la voie d'un renouvellement radical des pratiques pédagogiques.


    En prenant appui, de manière très informée et concrète, sur les travaux internationaux concernant les apprentissages, Charles Hadji nous montre, en effet, comment les enseignants peuvent créer les conditions et construire des situations pour que les élèves s'impliquent dans leur travail scolaire, régulent et contrôlent eux-mêmes leurs apprentissages. Il explique précisément « comment ça marche » quand on apprend et comment l'enseignant peut aider à ce que cela « marche mieux » pour chaque élève, et face à l'ensemble des objectifs et des programmes.


    Dans un langage aussi clair que rigoureux, avec le souci permanent d'éclairer les praticiens et de les aider à mettre en oeuvre des pratiques plus efficaces, il explique et propose comment organiser la classe et accompagner les élèves. Nourri de nombreux schémas et exemples, prenant à bras-le-corps les questions que se posent au quotidien tous les enseignants, ce livre trace les pistes d'une pédagogie plus démocratique et plus démocratisante à la fois : grâce à lui, on saura comment améliorer la réussite scolaire de tous et comment permettre à chacune et à chacun de devenir plus lucide et autonome.

  • Après le succès du tome 1 Former lesprit critique, Pour une pensée libre, Gérard de Vecchi nous montre dans cet ouvrage que la formation de lesprit critique est possible dans toutes les disciplines - littéraires comme scientifiques - et quel que soit lâge des élèves.

    Découpé en 16 chapitres, cet ouvrage fourmille dexemples et de cas concrets pour que les enseignants de la maternelle au secondaire exercent lesprit critique de leurs élèves : en géographie, français, sciences, arts plastiques, etc.

    Gérard De Vecchi nous apprend à aller plus loin que les idées toutes faites et à sémanciper des croyances.

    Les enseignants trouveront dans ce livre des conseils et idées pour mobiliser la curiosité de leurs élèves.

    /> Un livre résolument simple et pratique qui démontre avec brio que lesprit critique cest pour tous et tout le temps !

  • Il ne suffit pas que les professeurs enseignent pour que les élèves apprennent. A fortiori, il ne suffit pas de « donner du travail » aux élèves pour qu'ils le fassent correctement et en tirent profit. Or, à l'école et dans bien des disciplines, on occulte souvent ces questions : une fois les consignes données, on abandonne l'élève à lui-même. Non par volonté de le mettre en difficulté, bien sûr, mais par ignorance des processus et des mécanismes mentaux qui sont déterminants dans la réussite d'un apprentissage.
    Le livre de Jean-Philippe Abgrall veut remédier à cette lacune : il s'appuie sur des approches scientifiques et très concrètes à la fois de la motivation et de la mémoire. Nul ne peut apprendre, en effet, s'il ne se mobilise sur des objets de savoir et nul ne peut s'approprier ces objets s'il ne parvient à s'en saisir, à s'en souvenir et à les réutiliser.
    Apprendre, accéder à des connaissances sur la durée, les mobiliser quand on en a besoin, tout cela exige un vrai travail réflexif méthodique. Sans cela, l'élève sera incapable de « retenir ses cours » comme de « réussir ses examens » ; il verra son estime de soi se dégrader et ses difficultés s'incruster. En revanche, si on lui fournit une méthode efficace, l'élève pourra engranger les réussites et s'engager dans de véritables dynamiques nouvelles.
    Spécialisé dans l'accompagnement des enfants en difficulté scolaire depuis plusieurs années, Jean-Philippe Abgrall associe ici les qualités de l'homme de terrain, confronté aux élèves, et celles du chercheur, mobilisant les connaissances actuelles sur la motivation et la mémoire, pour proposer une véritable méthode au service de la réussite de tous.

  • Cet ouvrage montre en quoi le vécu des différentes disciplines est un facteur susceptible d'engendrer des difficultés scolaires, et notamment des relations complexes, parfois même conflictuelles, à l'école. À l'insu des enseignants eux-mêmes, le vécu disciplinaire peut être source de blocages, avec leur lot de représentations et d'émotions, de réactions négatives et d'enkystement dans l'échec. Cet ouvrage se propose d'examiner ce phénomène, et cela à tous les niveaux de l'institution scolaire : enseignement primaire et secondaire, lycées professionnels et SEGPA... On apprend ainsi à quel point il est important de permettre aux élèves de dépasser certains stéréotypes qui opposent disciplines « principales » et « secondaires », « matières scientifiques » et « matières littéraires », etc. Ainsi, ce livre représente-t-il, tout à la fois, une approche complètement nouvelle s'appuyant sur la spécificité des enseignements disciplinaires et une manière de relire et de relier les principes pédagogiques permettant de prévenir efficacement le décrochage scolaire. L'ouvrage est coordonné par Yves Reuter. Ont collaboré : Sylvie Condette, Dominique Lahanier-Reuter, Oriana Ordonez-Pichetti, Xavier Sido, Liliane Szajda-Boulanger, Elisabeth Verfaillie-Menouar, JingjingYu.

  • Même les meilleurs élèves considèrent souvent l'écriture comme une corvée et ceux en difficulté comme une épreuve, voire une source de souffrance. Face à cela, l'injonction est impuissante, l'exigence a priori sur la forme et l'orthographe, fréquemment paralysante, et la bienveillance lénifiante guère motivante... Éveline Charmeux propose ici bien autre chose : en partant des deux sens du verbe « écrire » - l'activité de production de texte et l'acte graphique lui-même - elle met en scène de manière concrète ce qu'est, pour un élève, « entrer dans l'écrit ». Elle construit ainsi une « pédagogie des situations d'écriture » qui permet à l'enfant de s'engager et de comprendre ce qu'il fait, qui lui permet aussi de progresser sans cesse vers des écrits de plus en plus soignés et rigoureux.

  • En matière éducative, on trouve facilement mais séparément des discours philosophiques, des analyses scientifiques et des outils pour l'action...Or, voilà que Jacques Cornet et Noëlle De Smet nous proposent un ouvrage où ces trois discours sont étroitement et remarquablement tressés.
    Avec une cohérence exemplaire, les auteurs nous offrent, en effet, un véritable « manuel » de pédagogie pour une éducation authentiquement émancipatrice.
    Ils expliquent précisément ce que veut dire « émanciper » et comment il est possible, dans une classe, de travailler de manière coopérative afin que chaque élève puisse apprendre, se dégager de toute forme de fatalité et se construire comme « sujet libre ».

    Chacune des thématiques de ce livre est introduite par une situation concrète, précisément décrite et analysée. Le lecteur est ainsi plongé dans l'école, face à de « vrais » élèves, confronté aux choix décisifs que l'enseignant doit faire pour dépasser un conflit, trouver un moyen de mobiliser les élèves sur des savoirs complexes, organiser des activités d'apprentissage efficaces... À partir de là sont mobilisées des données issues aussi bien des recherches universitaires que des propositions des pédagogues. Et c'est ainsi que le lecteur construit, en cheminant avec les auteurs, de vrais savoirs professionnels nouveaux.

    Ce livre devient alors un outil de formation individuelle et collective, aussi bien pour la formation initiale que continue. Un outil pour que les enseignants s'émancipent eux-mêmes par leur travail commun et contribuent ainsi, de mieux en mieux et de plus en plus, à l'émancipation de leurs élèves.

  • Élèves intenables, classes difficiles, enseignants en souffrance : les réalités sont là et, même s'il faut éviter de sombrer dans un catastrophisme qui ferait le jeu de tous les fatalismes, on ne peut rester insensible à des phénomènes qui se banalisent.
    Pour y faire face, à côté des nécessaires évolutions institutionnelles, Jacques Lévine a imaginé, voilà plus de trente ans, la formule du « Soutien au Soutien ». Inspiré des groupes Balint utilisés avec les médecins et les travailleurs sociaux, il s'agit de rencontres entre éducateurs qui acceptent de « déposer ce qui leur fait problème et de chercher ensemble des remèdes ». Au-delà d'une simple « analyse de pratiques », ce travail débouche sur l'ouverture à une parole qui permet de penser « l'autrement que prévu » et donne les moyens aux adultes d'entendre ce qui se passe vraiment avec leurs élèves. « Penser les souffrances d'école pour les dépasser » est possible... Cet ouvrage le montre à merveille à partir de nombreux exemples.
    On trouvera aussi dans ce livre, conçu par Jacques Lévine en collaboration avec Jeanne Moll, un énoncé particulièrement clair des principes, des repères, des méthodes et des conditions de réussite d'une formule qui devrait se développer. Elle permet, en effet, aux enseignants, rééducateurs ou psychologues d'inventer ensemble les moyens pour que les enfants et les adolescents déstructurés retrouvent une place à l'École et de la signification à leurs apprentissages.

  • Chacun s'accorde à dire que la question de l'apprentissage de la lecture est absolument essentielle. Et pourtant, aucun sujet ne se prête plus aux caricatures. C'est, par excellence, le domaine des fantasmes - les dégâts de la « méthode globale ! », des lieux communs - « les jeunes ne lisent plus ! », des simplifications faciles - « les élèves ne doivent même plus connaître les lettres ! »...

    En réalité, les méthodes de lecture n'ont guère évolué depuis des décennies et il convient de (re)faire de la lecture un véritable objet de travail et de recherche pédagogique.

    C'est précisément ce que fait cet ouvrage. Sous la direction d'Éveline Charmeux - qui a consacré toute sa vie professionnelle à cette question - des enseignants, des chercheurs, des militants pédagogiques s'efforcent de comprendre vraiment « ce que lire veut dire ».
    Ils identifient, à partir d'exemples précis et d'études approfondies, les différents « chemins » entre lesquels, en permanence, l'enseignant doit choisir s'il veut que l'élève accède aux textes. Ils débusquent les présupposés implicites qui obscurcissent les vrais enjeux. Ils pointent les obstacles que l'enfant doit surmonter et déterminent les moyens par lesquels l'enseignant peut l'y aider. Ils examinent une multitude de questions précises qu'ils mettent en perspective autour d'une vision authentiquement émancipatrice de l'accès au lire.

    C'est ainsi que les enseignants d'école primaire, mais aussi les parents et tous les éducateurs, trouveront ici un ensemble totalement sans précédent de réflexions et de propositions. Ils découvriront dans ce travail réellement collaboratif des raisons et des moyens d'agir. Des outils pour penser et des démarches pour accompagner l'enfant dans l'entrée dans la lecture.

  • Avec ce livre, l'auteur met à la portée de tout enseignant les technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement (TICE) en classe. Étape par étape, il propose des démarches pédagogiques complètes en s'appuyant sur de nombreux exemples.
    Après avoir accompagné le lecteur dans les premières expérimentations pour progresser dans la prise en main des outils techniques, l'auteur démontre à quel point le numérique est une fabuleuse opportunité pour repenser et enrichir les approches pédagogiques. En effet, les TICE deviennent le support d'une pédagogie coopérative plutôt que descendante. L'auteur explique également l'impact de ces technologies sur l'espace de la salle de classe, ainsi que sur la gestion du temps dans et hors de l'école.
    Enfin, il montre surtout comment le numérique rend l'impossible... possible et combien il constitue un véritable tremplin à l'imagination. Dans cette troisième édition, l'auteur propose des activités pédagogiques utilisant réalité virtuelle et intelligence artifi cielle. Les enseignants sont aux premières loges pour renforcer l'autonomie des élèves, stimuler leur créativité et les accompagner dans leur accomplissement.

  • Oui, la pédagogie coopérative, issue de « lÉducation nouvelle » et des « méthodes actives », a pour projet inlassable de transmettre des savoirs. Non, elle ne confond pas le bricolage permanent avec le véritable apprentissage Oui, le maître y assume son autorité. Oui, elle sattache à construire des outils précis et des démarches rigoureuses. Non, elle ne senferme pas dans un jargon technocratique La pédagogie coopérative est en phase avec les connaissances dont nous disposons aujourdhui sur les apprentissages, le développement de la personne et le fonctionnement des groupes. Cest aussi un projet porteur des valeurs de solidarité et de liberté. Véritable manuel de pédagogie pour lécole primaire, Sylvain Connac présente un ensemble complet doutils couvrant aussi bien les objectifs dapprentissage que lorganisation de la classe, la construction de lautonomie que laccès à la pensée réflexive. Des références historiques, des expériences de classes et décole, des tableaux synthétiques, un lexique complet des principales notions complètent ce livre.

  • Il ne suffit pas qu'un cours soit bien conçu pour qu'il soit efficace. Tout enseignant a fait l'expérience d'une situation d'enseignement solidement construite qui, tout à coup, est compromise par un mot maladroit, un comportement mal compris, une posture inadéquate. Or, ces dérives sont d'autant plus nombreuses aujourd'hui que les situations de classe ne sont plus entièrement prévisibles et que beaucoup de nos élèves ignorent ou rejettent les codes scolaires.

    Ce livre propose d'outiller les enseignants pour leur permettre d'agir concrètement au quotidien afin que la transmission des savoirs soit plus efficace. Pour l'auteur, il s'agit véritablement de mieux mesurer les enjeux de ce que l'on fait, de mieux ajuster son comportement à ce que l'on attend.

    Il nous montre qu'il est possible de mettre en oeuvre des micro gestes qui incarnent l'intention d'enseigner. ainsi, les mots employés mais aussi les postures et les déplacements, la voix et le regard, peuvent-ils calmer l'excitation, susciter l'attention et favoriser la sérénité dans les apprentissages.

    Jean Duvillard nous montre comment prendre en compte cette dimension essentielle du métier, à titre personnel comme dans les institutions de formation.

  • Liberté, égalité, fraternité sont des valeurs qu'on voudrait universelles. Mais comment traduire dans les actes les intentions et les discours ? Comment les faire vivre dans notre école, depuis le plus jeune âge ?
    Sans pédagogie, les valeurs de la République à l'école resteront des coquilles vides. C'est pourquoi Jean-Michel Zakhartchouk propose des pistes concrètes pour que ces valeurs s'incarnent vraiment dans des pratiques pédagogiques. Avec un objectif : être une réponse aux défis des temps présents, dont celui des endoctrinements, des théories complotistes ou de la méfiance envers les savoirs institués. Pour cela, l'école doit être exemplaire, afin de former les futurs citoyens, dans le cadre d'une démocratie qui se doit d'être présente, sous des formes spécifiques, dans les établissements scolaires.

  • Les démocraties mettent l'Ecole sur la sellette. Jadis légitimée par son histoire et par un projet politique qu'on ne discutait guère, la voilà aujourd'hui sommée de s'expliquer ! A quoi forme-t-elle ? Que doit-on attendre d'elle ? Qui peut en décider et comment, ensuite, peut-elle mettre en oeuvre son projet ? On convient volontiers qu'il s'agit de préparer à la vie et de transmettre les fondamentaux de la citoyenneté. Mais quels sont-ils ? Et, à supposer qu'on puisse les définir de manière consensuelle, l'Ecole est-elle équipée pour les enseigner ? Quelles transformations cela impliquerait-il dans l'organisation des enseignements, le choix des disciplines et des programmes, la formation des enseignants ? Philippe Perrenoud, spécialiste des questions d'enseignement et d'apprentissage, expert international en matière de curriculum, sociologue au regard acéré mais sensible aux interrogations pédagogiques, ose poser ces problèmes. Il passe en revue, dans cet ouvrage, les questions fondatrices - et trop souvent ignorées - de notre Ecole. Pourquoi cette fascination contemporaine pour les compétences ? Que met-on exactement derrière ce terme ? Toutes les disciplines peuvent-elle s'enseigner par compétences ? Comment rendre compatibles le respect des disciplines traditionnelles et la demande sociale d'une Ecole préparant vraiment à la vie, dans toutes ses dimensions ? Au milieu des turbulences sociales et institutionnelles actuelles, Philippe Perrenoud plaide pour une démarche raisonnable de définitions de nos priorités éducatives et scolaires. Pour que les démocraties se réapproprient leur Ecole - Philippe Meirieu.

  • Longtemps, le système scolaire fut dirigé de manière pyramidale, soumis à de nombreux contrôles hiérarchiques, mais sans évaluation de ses effets. Aujourd'hui, une frénésie évaluative s'est emparée de l'École au point que certains proposent pour elle un « pilotage par les résultats ». Mais les effets pervers de cette méthode sont bien connus : réduction de nos ambitions à ce qu'on peut en évaluer quantitativement, concurrence destructrice au sein du service public, prolétarisation des personnels, etc.
    Il est temps de s'engager résolument vers la « grande transformation » que François Muller et Romuald Normand décrivent ici : des « unités pédagogiques » capables de se transformer pour aller vers plus de démocratie et d'émancipation ; une évaluation construite et régulée par les acteurs eux-mêmes, impliquant les élèves, les enseignants et les cadres éducatifs ; la construction de véritables collectifs porteurs du projet d'« apprendre ensemble » ; un nouveau partage des responsabilités ; une mutualisation des réussites ; une formation délibérément centrée sur le développement professionnel ; un partenariat respectueux de chacune et de chacun.
    Nourris de nombreuses études françaises et internationales, les auteurs nous montrent que ce projet n'est pas une utopie. Ils en donnent de nombreux exemples de réussite ; ils en présentent les conditions ; ils en fournissent les outils. Très structuré et très concret à la fois, ce livre ouvre la voie d'une véritable transformation de l'École. Grâce à l'intelligence et à la créativité de tous ses acteurs.

  • L'école française et, tout particulièrement, l'enseignement secondaire, souffre d'éclatement et de dispersion. Dans des établissements souvent trop grands, règne l'anonymat et les élèves pâtissent d'avoir une multitude d'interlocuteurs sans appartenir à un collectif de référence à taille humaine.
    Construits pour permettre à des élèves « décrochés » de revenir dans l'école pour y mener des études générales, les Microlycées constituent une véritable alternative à la « taylorisation scolaire ». Ils permettent de comprendre quelles sont les conditions pour que nos collèges et nos lycées soient de véritables lieux de réussite pour tous.
    Contre la fragmentation des enseignements, les Microlycées promeuvent une organisation des activités et du temps scolaire cohérente sur la journée, la semaine et l'année. Grâce au travail d'équipe des professeurs et à la construction collective d'un programme de travail, ils offrent aux élèves un cadre structurant et la possibilité d'une progression accompagnée. Ils pratiquent l'individualisation sans tomber dans l'individualisme : des séances collectives permettent d'échanger sur le fonctionnement du groupe, et des « ateliers » d'expérimenter le « faire ensemble ». Au quotidien, les Microlycées associent ainsi bienveillance et exigence : c'est pourquoi leurs résultats sont si positifs.
    Nathalie Broux et Eric de Saint-Denis montrent concrètement comment ont émergé et se sont construits les Microlycées. Il montre aussi, à travers de nombreux exemples, fiches de travail, propositions aisément transférables dans d'autres cadres, que la « pédagogie de la réussite » n'est pas une formule creuse.

  • Longtemps, l'éducation n'a été pensée qu'à travers la famille et l'école. De manière homogène et reproductive. Avec, pour tout viatique, la méritocratie républicaine... Ces données sont aujourd'hui radicalement bousculées : la massifi cation des institutions associée à l'exacerbation des individualismes, les coups de boutoir successifs contre le service public d'éducation, la confusion entre modernisation et libéralisation... tout cela fait douter de la possibilité même d'une éducation démocratique et d'une éducation à la démocratie ! Pourtant, nous voyons émerger aujourd'hui, à l'échelle des territoires, de nouvelles expériences et de nouveaux espoirs. En effet, les citoyens trouvent, dans ce cadre, la possibilité d'élaborer ensemble un « bien commun éducatif ». Et les différents acteurs de l'éducation peuvent construire ainsi de nouvelles cohérences. Là où fonctionnait le « chacun pour soi » et où régnait l'indiffé rence ou la méfi ance, de vrais partenariats se construisent. Au service des enfants, des élèves, de la formation tout au long de la vie. Des complémentarités émergent entre l'éducation scolaire, les différentes propositions d'accompagnement éducatif, l'action sociale, le travail culturel, etc. On trouvera dans ce livre, porté par la Ligue de l'enseignement et la ville de Rennes, l'analyse de ce mouvement décisif pour la société. Le lecteur y découvrira également de nombreux exemples concrets de ce qui est déjà fait en matière d'éducation globale sur les territoires. Enfi n, les outils proposés ici pourront être utiles aux projets qui se font jour aujourd'hui. Un livre indispensable pour ceux et celles qui croient que l'éducation doit enfi n se conjuguer avec la démocratie.

  • Nul ne nie qu'il soit devenu difficile d'enseigner aujourd'hui. Tous les enseignants en font l'expérience quotidienne. C'est que nous avons de grandes ambitions pour notre École et que les élèves d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'hier. C'est que les règles de l'institution scolaire ne sont pas vraiment lisibles et que les équipes pédagogiques ne disposent pas toujours des moyens pour construire un encadrement éducatif cohérent. Ce livre part de ce constat et fournit aux professeurs des outils très concrets pour faire face aux problèmes qu'ils rencontrent quotidiennement. Sur des questions comme l'accueil des élèves et la construction de la cohérence de la classe, les réactions face aux comportements inacceptables, le conseil de classe ou l'accompagnement personnalisé, il fournit des fiches très précises qui pourront être utilisées, reprises et travaillées aussi bien au collège qu'au lycée. Il fait aussi des propositions pour améliorer les évaluations et rendre les relations avec les parents plus constructives, pour mettre en place l'entraide entre élèves ou utiliser le portefeuille de compétences... Autant de fiches pratiques qui pourront donner lieu à des applications dans le cadre d'un travail d'équipe, autour du professeur principal, dans le cadre du projet d'établissement. Alors que l'on se borne le plus souvent à proposer aux adultes, éducateurs et professeurs, de réagir par la seule sanction, quand ce n'est pas par l'exclusion, cet ouvrage propose, lui, de remédier aux difficultés que nous rencontrons. Il n'est pas seulement un moyen de supporter le présent. Il est aussi, et essentiellement, un outil pour préparer l'avenir.

  • On croit trop souvent que l'approche pédagogique par les compétences conduit inéluctablement à la parcellisation des savoirs, à l'isolement des professeurs et des élèves enfermés à jamais dans le couple objectif / évaluation. Certains voient ainsi, derrière la mise en place de « l'école du socle commun », le déploiement d'une technologie anonyme dépersonnalisante et le quadrillage de toutes les activités scolaires sous l'emprise de « grilles » de toutes sortes...
    Or Céline Walkowiak et Francis Blanquart nous montrent précisément, dans ce livre, que cela peut être tout fait l'inverse : la pédagogie du socle commun permet justement aux professeurs de renouveler radicalement leurs pratiques pour une meilleure réussite de chacune et de chacun. Elle favorise, en particulier, le travail en équipe interdisciplinaire des professeurs, l'organisation d'activités diversifi ées et mobilisatrices pour les élèves ; elle associe le développement de la créativité des enseignants et celui de l'autonomie des apprenants. Elle permet de s'attacher, de manière rigoureuse, à la maîtrise de la langue et d'ouvrir sur des champs culturels très vastes, ressaisissant les programmes dans une dynamique de projet et une démarche de progression.
    Organisé, de manière très concrète autour des pratiques scolaires de classe au collège et en seconde de lycée, cet ouvrage s'attache à tous les aspects de la pédagogie ouverte et innovante nécessaire à la réussite de « l'école du socle ». Il permet de repenser l'organisation de l'enseignement et s'attache à donner à toutes les enseignantes et tous les enseignants les outils pour travailler ensemble, au quotidien, avec plus de satisfactions professionnelles et d'efficacité à la fois.

empty