Parascolaire

  • C'est un enseignant, Jean François, qui pose cette question. Il répond en décrivant la contradiction en laquelle l'enferment les aspirations des parents d'élèves et les exigences de l'institution parfois terriblement opposées. Jean François traite de l'illusion pédagogique, de ce qu'il appelle la violence formatrice, de la difficulté de maintenir un enseignement de haut niveau, tenant compte du rythme et des capacités de chacun des jeunes, des contraintes du métier, de la formation, de l'évaluation et du contrôle des enseignants. Témoignages, anecdotes et portraits se mêlent, l'institution vit sous nos yeux. Plaidoyer, T'aimes mieux ta mère ou ton prof ? fera grincer bien des dents. Mais la profession de foi d'un enseignant qui veut exercer pleinement son métier mérite d'être lue. Et entendue.

  • Deux professeurs s'insurgent : 80 % de reçus au baccalauréat, une duperie organisée ! Le lycée et le collège, en dehors de quelques établissements privilégiés, ne parviennent plus, affirment-ils, à transmettre les savoirs fondamentaux. Et ils en produisent des preuves irréfutables : les copies des élèves, sorties pour la première fois du « confessionnal scolaire ». Ces copies, y compris celles du bac, des reçus comme des recalés, sont consternantes. Langage défectueux, incohérent, voire incompréhensible, absence de repères chronologiques et culturels, défiguration des structures logiques, mémoire en friche... Comment en est-on arrivé à un tel désastre ? Les auteurs, enfreignant les tabous habituels, ont enquêté auprès de leurs collègues et des instances de l'Éducation nationale. Service d'évaluation du Ministère, directives des inspections, conception des programmes et des manuels scolaires, fonctionnement de l'orientation et des conseils de classe, instructions aux jurys d'examen sont ici vus de l'intérieur. L'institution met en avant des analyses ou des remèdes qui paraissent autant de subterfuges pour masquer une impuissance généralisée. Deux hommes de terrain, qui veulent encore y croire, en appellent au bon sens. Oui, il est possible d'enseigner au plus grand nombre. Mais à certaines conditions...

empty