JC Lattès

  • Emma est une grande fille aux jambes longues, douce et fantasque, habillée comme l'as de pique, qui a lu trop de livres et vu trop de films. Elle aime l'amour avant tout, l'amour qui se rêve et s'invente autant qu'il se vit.Entre recueil de nouvelles et roman, Les jolis garçons est composé de trois textes : trois hommes, trois moments dans la vie d'Emma.Le premier, Marc Stevenson est un avocat célèbre lisse, ponctuel, parfait jusqu'à en être désincarné. La passion qu'il suscite est dévorante, obsessionnelle et emmène Emma aux limites de la folie. Quelques années plus tard, Emma rencontre Ethan Castor, un écrivain, marié, sombre et charmeur, qui vit dans le silence et cherche un échappatoire. Leur rencontre, à la fois trouble, joyeuse et érotique, dure trois jours et résonnera longtemps. Le troisième amant, Milan Mikaev est un animateur de télévision égocentrique, imprévisible, désarmant d'irresponsabilité et de narcissisme. Pour la première fois Emma est emportée dans la fiction d'un autre et la rencontre bascule dans une aventure médiatique hallucinée où l'invraisemblable prend le pas sur les sentiments.Combien de fois faut-il rejouer la fable, pour être capable de s'en défaire ? Sommes-nous condamnés à ça, reproduire inlassablement la même illusion, le même désenchantement ? La rencontre de l'autre n'est-elle que pure fiction ?

  • Nicolas Le Floch traverse une période difficile : Louis XV est mort, Sartine est nommé secrétaire d'Etat à la Marine. Le Noir, son successeur comme lieutenant général de police, se méfie de lui.
    M. de Saint-Florentin, ministre du nouveau roi, charge le commissaire Le Floch d'enquêter sur le crime commis dans son hôtel. Une femme de chambre a été égorgée dans d'étranges conditions. Sa quête va le conduire à Paris, hors les murs, chez des éleveurs de bestiaux, et à Versailles, où il assurera sa position auprès de Louis XVI. Il sera aussi confronté aux mystères du Trianon et aux horreurs de Bicêtre. Fiacre fantôme, meurtres en série, étonnante arme du crime. ponctuent cette aventure où se mêlent l'argent, la débauche, l'espionnage et toutes les folies d'une jeune cour où perdurent rivalités et affrontements anciens.

    Jean-François Parot est diplomate. Sa grande connaissance du Paris du xviiie siècle, de la criminalité et des intrigues de cour lui permet de restituer les mystères et les moeurs de la capitale du monde d'alors.

    Déjà parus :
    - L'Enigme des Blancs-Manteaux - L'Homme au ventre de plomb - Le Fantôme de la rue Royale - L'Affaire Nicolas Le Floch

  • Marseille, 1891. La ville est partagée en deux mondes. D'un côté, sur la rive nord du Vieux-Port, le fameux quartier réservé où viennent s'encanailler les bourgeois. De l'autre, les faubourgs respectables, comme la rue Paradis ou le hameau de La Blancarde... C'est pourtant dans ce dernier que la riche Mme Magnan est sauvagement assassinée. Son fils adoptif est accusé. Preuves et témoignages l'accablent, surtout celui de la bonne. Le voilà condamné au bagne à perpétuité. Un dénouement qui paraît trop simple au chef adjoint de la Sûreté, Eugène Baruteau, et à son jeune neveu, l'intrépide journaliste Raoul Signoret. Surtout quand le témoin numéro un se rétracte : « Un innocent est au bagne à ma place ! » Ce duo familial d'enquêteurs, auquel vient s'ajouter Cécile, fiancée de Raoul, ira de surprise en surprise. Où l'on découvre qu'un même homme fait l'objet de trois verdicts contradictoires, et que le vice ne se cache pas toujours là où on l'attend...
    En restituant l'atmosphère du Marseille de la Belle Epoque, Jean Contrucci, critique littéraire de La Provence, se fait ici l'historien et le romancier d'une affaire stupéfiante, qui défraya en son temps la chronique, digne des plus récents errements de la justice française.

  • Marseille, 1899. La France est en proie aux attentats anarchistes et Raoul Signoret, le sémillant chroniqueur Judiciaire du Petit Provençal, doit bien malgré lui rendre compte d'une exécution capitale, lui qui condamne la peine de mort ! Mais un procès autrement plus étrange l'attend : celui du Dr Danglars, un médecin dévoué à ses patients modestes mais accusé d'avortement clandestin par sa jeune victime mourante. Très vite, notre héros soupçonne que le mystérieux médecin cache un lourd secret.Malgré les avertissements de son oncle Eugène, et ceux de Cécile, pourtant toujours prête à seconder son Raoul, ce dernier se lance dans une enquête périlleuse qui le mènera au coeur du milieu anarchiste, dans les fumeries clandestines d'opium, et même dans les bras d'une belle cantatrice. Secondé par Bouillot, ouvrier typographe, et par Le Tonkinois, un étrange ancien combattant devenu clochard, le jeune journaliste va aborder un monde de trafic et de vices dont il ne soupçonnait pas l'existence !

  • Qui était Marie-Madeleine ? Quel fut véritablement son rôle auprès de Jésus après la crucifixion ? C'est principalement à ces questions que Gerald Messadié tente de répondre à travers ce roman inspiré. D'après lui, Marie-Madeleine aurait été l'instigatrice d'un « complot » pour sauver Jésus de la mort. En soudoyant les soldats, en retardant sa mise en croix, en récupérant le corps seulement blessé, elle réussit son projet.Alors, quand un homme saint resurgit du néant avec l'aura magique d'avoir triomphé de la mort, son pouvoir devient incommensurable.Ce roman biblique passionnant nous fait aussi découvrir tout le contexte historique et psychologique de cette époque : Rome et Jérusalem, les grands prêtres qui s'opposent aux tribus de Zélotes, les multiples prophètes qui sillonnent le désert et mettent en péril les pouvoirs, les superstitions qui fragilisent l'ordre social et religieux.A son habitude et avec sa profonde érudition, Gerald Messadié n'hésite pas à s'attaquer aux dogmes et ose mettre en lumière la nature profondément humaine de Jésus. Il ajoute à son talent de romancier sa foi à essayer de clarifier l'événement le plus mystérieux de notre Histoire.Depuis L'Homme qui devint Dieu, un succès mondial, Gerald Messadié développe une production d'essais et de romans sur les textes sacrés et leur interprétation. Une postface où l'auteur développe ses arguments, sources à l'appui, vient compléter ce roman.

  • Jean-Marc PasquetLibre toujoursHispañola (Haïti), 1536Condamnés à mort par les Conquistadors, traqués par des Caribs anthropophages et des Marrons révoltés, un palefrenier tessinois et une jeune esclave africaine sauvent du bûcher le dernier grand chaman taïno. Initiés à ses secrets, ils élaborent un rite fondateur de Paix.Haïti, futur procheDans un pays dévasté où persiste l'espoir, la découverte d'un site archéologique taïno inestimable provoque un conflit entre un maire corrompu et des paysans adeptes du vodou. Impliqué, un géologue va devoir se battre corps et âme pour comprendre les enjeux cachés et les forces profondes qui régissent Haïti.Après cinq siècles d'oubli, le rite du chaman taïno pourra-t-il enfin s'accomplir ?Dans ce roman de pure fiction, Jean-Marc Pasquet, d'origine haïtienne, éclaire de perspectives étonnantes les événements qui bouleversent Haïti. Un thriller initiatique haletant, où se mêlent violence et poésie chamanique, vodou et archéologie, suspense et spiritualité. Un hymne à la liberté.www.pasquet.info

  • Tout commence à partir d'un livre lu dans la petite enfance, Le Journal de Myriam Bloch dont une page marquera à jamais la narratrice. C'est l'histoire de ce livre, perdu et retrouvé, qui va déclencher, par un effet de miroir, le processus d'écriture de cette histoire de vie.La narratrice retrace son parcours de femme dont l'enfance a été baignée par les traditions juives et orientales, auxquelles elle se sent lié par une sorte d'alliance charnelle ; enfance relativement protégée en Algérie, dans l'harmonie d'une identité métissée, alors qu'en France on déportait les Juifs. Mais l'indicible catastrophe va la rattraper, d'abord à travers les récits des camps de la mort qui arrivent jusqu'à elle et vont lui faire une « seconde peau », ensuite par l'histoire tout court qui d'une certaine façon continue. Deux motifs courent tout au long du livre, renvoyant au thème de la mémoire : celui du palimpseste, notre vie n'étant faite que de couches successives qui pour se recouvrir ne sont jamais totalement effacées ; ensuite celui de la cage d'escalier qui orchestre, comme en une caisse de résonance, les allées et venues de nos destins toujours semblables et toujours différents.

  • Paris, 1636. Louis XIII, roi misanthrope et complexé, trompe son ennui par une amitié amoureuse avec la belle Marie de Hautefort, surnommée Aurore. Situation platonique qui convient à cette dernière, qui privilégie la galanterie de l'esprit. Pour distraire son roi, elle lui raconte la ténébreuse histoire de sa tante éponyme, survenue trente ans auparavant.Périgord, 1605. Henri Bouysse, juge au tribunal de Sarlat, enquête sur l'assassinat de Marguerite de Calvimont, étranglée dans son château de L'Herm. La culpabilité de son mari, François de Calvimont, ne fait plus de doutes lorsqu'il épouse sa sulfureuse maîtresse Marie de Hautefort. Mais en réalité, Anne d'Abzac, mère de Marguerite, est complice du meurtre. Homme scrupuleux et épris de justice, Henri affronte les trois grandes familles (Abzac, Calvimont et Hautefort) qui s'entretuent pour la possession du fief de l'Hern.Les deux histoires se rejoignent lorsque Aurore va devoir intervenir dans le passé criminel de sa tante. Ce qui était devenu légende pour distraire le souverain, va lui sauter au visage et ruiner son crédit à la cour.

  • Quel mal étrange s'est emparé de l'Ouganda ?Juwna, un prédicateur au charme christique, parcourt le pays et agite les foules. Mais la bouillante Afrique est habituée au pire. Les puissants demeurent indifférents. Seul Frédéric, un agent de renseignement français, s'intéresse à l'affaire. Juwna fascine ce jeune homme étrange et désabusé. Au point de trahir ses supérieurs et sa mission. Au point de créer le danger.L'intrigue court des bords du lac Victoria aux tours de la Défense, mais aussi sur d'autres théâtres. Là où la pensée collective domine, là où s'expriment les instincts les plus sombres de l'âme humaine. Là où l'on ne peut tricher avec les voix intérieures.

  • Lorsque sa mère lui interdit la lecture, Caroline décide de se venger. Elle n'a que sept ans, et déjà « une pure oeuvre à accomplir » : tuer sa mère et fuir une famille infernale. En attendant de lui offrir la meilleur mort possible, elle rêve à son père absent qu'elle ne connaît pas mais qui, c'est sûr, viendra l'enlever de cette maison de fou. Un jour, il revient. Mais il est pire que les autres. Alcoolique et incestueux.Comment vivre quand on vous vole vos rêves ?Avec ce conte romanesque sur l'enfance et sur la quête de soi, Sophie Jabès signe, après le très remarqué Alice la Saucisse, le deuxième volet d'une trilogie où elle explore et explose nos tabous les plus secrets.

  • Elle : Zut ! Je suis en retard. C'est toujours comme ça quand on fixe un rendez-vous en bas de chez soi. Mais je ne pouvais pas laisser ma fille en pleurs au téléphone. Ce bonhomme sous son parapluie, je suis sûre que c'est lui. Le pauvre ! Je suis vraiment bourrique de le faire attendre sous la pluie. Dieu, que son chapeau est moche ! Et cet imper minable, tout étriqué ! Je ne m'attendais pas à rencontrer Clint Eastwood, mais la réalité est tout de même cruelle.
    Lui : Dix minutes de retard ! Encore une qui ne dépare pas la collection. Elle doit se pommader, se pomponner pendant que j'attrape la mort sous le déluge. Non mais, de quoi j'ai l'air ? A soixante-cinq ans, attendre une inconnue avec qui j'ai échangé trois lignes et un maigre coup de téléphone ? Si Noémie voyait son grand-père comme ça, elle se moquerait de lui. Et elle aurait raison. Je ne regrette pas d'avoir posé cette annonce, mais elle me vaut bien des ridicules. Dieu du Ciel ! Faites que cette furie en baskets ne soit pas celle que j'attends...
    - Bonjour, je suis Brigitte.
    Lui : Aïe !
    - Enchanté. Moi, c'est Albert.
    Elle : Albert ! Il ne me l'avait pas dit, ça. Albert ! Ca ne nous rajeunit pas, ce nom-là.

    Un roman vif, tendre et hilarant sur les surprises de l'amour à tout âge.

  • La formidable ascension d'une jeune paysanne bretonne dans le Paris d'Offenbach et Haussmann.

    Orpheline dès sa naissance en 1834, servante à neuf ans, Rosalie ne semble pas gâtée par la vie. Mais elle a la beauté du diable, et quand l'aubergiste se prend pour celui-ci, elle s'enfuit. Elle vient d'avoir quinze ans.
    L'instrument de son destin s'appelle Frédéric. Il se dit musicien, ce n'est qu'un demi-sel. Tous les deux vivent de larcins et du corps de Rosalie mis en valeur et à profit. Un beau jour, ils arrivent à Paris. Frédéric, recherché, doit s'effacer et cède sa compagne à Juliette, sa belle-soeur. Frappée par la beauté de Rosalie, Juliette décide d'en faire l'une des reines de Paris.
    Débute alors pour la jeune fille une nouvelle vie : elle apprend les bonnes manières, la danse, le chant. Car la scène est le moyen le plus sûr et le plus rapide pour devenir une de ces « lionnes qui ont Paris à leurs pieds et un duc dans leur lit ».

    Dans le tourbillon du Second Empire, une superbe saga par l'auteur du Pain de la mer et de L'Honneur des goémoniers.

  • Rien ne va plus à Mazargues, village au sud de Marseille. Alors que le projet de séparation de l'Eglise et de l'Etat agite les esprits, se produit un « miracle » inquiétant : le tableau de la paroisse représentant la descente de croix se met à saigner ! Voilà qui tombe à pic pour le venimeux abbé Richaud, d'obédience extrémiste, et prêt à tout pour se débarrasser de la tutelle du curé Barral... Raoul Signoret, le sémillant chroniqueur judiciaire du Petit Provençal, soupçonne tout de suite que l'« affaire » va bien plus loin : scandale de moeurs - où l'on découvre que la morale religieuse s'accommode de bien des vices - et surtout enjeu politique - où les plus forts ne sont pas ceux que l'on croit...
    Barral disparaît brusquement. Eugène Baruteau, le chef adjoint de la Sûreté chargé de l'enquête, va devoir encore composer avec son neveu pour débrouiller une énigme à tiroirs... Secondé par le pharmacien Gaudissart, et par l'intrépide Cécile, le couple d'enquêteurs n'est pas au bout de ses peines.
    Après la palpitante Enigme de la Blancarde (2002), Jean Contrucci, critique littéraire de La Provence, se fait ici de nouveau le conteur d'une authentique affaire qui secoua le Marseille de la Belle Epoque.

  • En passant aux Allemands pour combattre Staline, l'héroïque général de l'Armée rouge, Andreï Vlassov, pendu à Moscou en 1946, a-t-il vraiment trahi ? Cette question, l'Histoire croit l'avoir tranchée. Jusqu'à cette nuit polaire, cinquante ans plus tard, où un ermite, aux confins de la Sibérie, en livre le secret à Aurélien, un jeune journaliste français. De retour en France, ce dernier mène l'enquête. Elle le conduira vers la plus incroyable des hypothèses... Et à une certitude : au-delà du cas Vlassov, c'est bien la trahison qui gouverne le monde et lui donne sa cruauté comme sa saveur.

    Jean-Christophe Buisson a trente-cinq ans. Après une biographie du général Mihailovi´c, Héros trahi par les Alliés (Perrin, 1999) et un essai sur mai 1968, Maos, trotskos, dodo (Le Rocher, 2001), il signe ici son premier roman. Sur fond de batailles et de passions, d'amitiés et d'abandons, confrontant les mémoires, les mensonges obligés et les faux aveux, il nous donne à lire la fable de l'impossible vérité.

  • A Majorque, en 1375, il est un cartographe qui connaît les secrets des navigateurs arabes et maîtrise la science venue des Grecs. Il s'appelle Abraham Cresques, le Maître des Boussoles.

    Alors que la guerre de Grenade fait rage et que les Maures protègent jalousement les routes de l'or et des épices, Abraham, en écoutant les secrets des marins dans les ports, va représenter la courbe jusque-là inconnue des côtes africaines. Son Atlas catalan ouvre une nouvelle voie, celle du pays des Noirs et des îles Bienheureuses. Mais le cartographe est juif dans un temps qui voit naître la fureur de l'Inquisition. Dans Majorque dévorée par la haine, Abraham va connaître un amour immense, interdit ; pourra-t-il achever son oeuvre, protéger la femme tant aimée et préserver les siens ?
    La vérité, les légendes, le poids des traditions et des religions, la force de l'amour... tout se mêle pour que le Maître des Boussoles nous entraîne, carte après carte, sur la mer océane du coeur humain.

    Romancière, Pascale Rey s'est inspirée d'événements authentiques pour écrire ce roman : au xive siècle, sur l'île de Majorque, tout un quartier rassemblait les meilleurs cartographes de l'époque. Ils allaient ouvrir les mers aux grands aventuriers des siècles à venir.

  • Lorsqu'au bout de quinze ans d'un mariage heureux, Cléo s'aperçoit que son mari a offert à une autre le même sac que le sien, tout son univers, construit pierre aprèspierre s'effondre.
    Que fait une femme trompée après quinze ans ?
    Sombre-t-elle dans l'alcool et la dépression, au point de se rendre repoussante, de se détruire ?
    Lutte-t-elle avec humour et autodérision jusqu'à se lier d'amitié avec sa rivale pour mieux l'anéantir ? Ou succombe t-elle, elle aussi, à l'attrait de la luxure pour voir si le jeu en vaut la chandelle ?
    Avec ce roman drôle et décapant qui déroule trois versions de la vie d'une femme, Valérie McGarry explore avec subtilité la part de fantasme et de réalité de la jalousie.

  • Ombre et soleil

    Edwardson-A

    Octobre 1999. Pendant que l'hiver prend ses quartiers en Suède, le commissaire Erik Winter se trouve sous le soleil d'Espagne, appelé au chevet de son père mourant, qu'il a refusé de voir pendant des années. D'autres chamboulements se profilent : Angela vient d'emménager chez lui, et elle attend leur enfant. Winter va avoir quarante ans. Bientôt orphelin, et père, il ne sera plus le plus jeune commissaire du pays Un double meurtre particulièrement atroce l'attend à son retour à Göteborg. A quelques pas de chez lui. Angela est bouleversée par des appels anonymes, qui se multiplient à l'approche du Nouvel an. A mesure que l'image du meurtrier se précise, Winter découvre avec horreur que le chasseur lui est peut-être la cible d'un autre chasseur, à la détermination sans faille. Un prédateur tout proche, qui ne cesse de lui échapper. Mais auquel lui-même n'échappera pas.
    La troisième enquête d'Erik Winter met en scène une société délabrée, où des adolescents malmenés luttent pour survivre face à des adultes eux-mêmes perdus, dont la confusion engendre de redoutables dérapages donnant lieu, parfois, à des jeux diaboliques. Un monde à la fois sauvage et usé, cruel et quotidien, traité à demi-mot, en demi-teinte, avec toute l'ambiguïté corrosive qui est la marque d'Åke Edwardson.

  • 1613. Charles de La Tour et Marie Jacquelin, deux enfants livrés à eux-mêmes courent et s´aiment dans les rues du Mans, insoucieux de ce qui les attend. Ce qui les attend, c´est pour l´un comme pour l´autre, un destin inimaginable. Charles s´embarquera pour l´Acadie, dans « les Canadas », appelé par un père noble qu´il ne connaissait pas. Marie partira sur les routes de France dans les bagages d´une troupe de théâtre.
    Dès lors le récit se déroule dans deux mondes parallèles : celui, enchanté et féroce, d´une colonie du bout du monde, longtemps négligée par la France (celle d´Henri IV, puis de Louis XIII et Richelieu) où il faut affronter l´hiver et les Anglais, et se battre aussi entre Français pour le pouvoir et le commerce des peaux... et l´autre, celui des rues et des théâtres de Paris, où les rivalités ne sont pas moins vives.
    Charles deviendra lieutenant général du roi en Acadie et entamera une longue lutte pour la survie et la prospérité de la colonie, et contre son ennemi Charles d´Aulnay. Marie fera carrière au théâtre ; elle sera l´interprète des premières pièces de Corneille.
    Ces deux mondes parallèles se croisent le jour où Charles, se souvenant de la petite Marie du Mans, la fait venir au Canada pour l´épouser. Mais c´est de l´Acadie surtout que Marie va s´éprendre, de ses étés sauvages, de ses oiseaux miraculeux, de ses Indiens amicaux. Elle y connaîtra l´amour (pour un autre homme), la guerre et la mort, dans une sorte de transfiguration.

  • Marie Chardon a quitté Tignes. Le village a été recouvert par les eaux du barrage, ses amours aussi. Elle veut changer de vie. Alors, cap sur Chamonix pour devenir monitrice de ski ou peut-être entrer dans la prestigieuse école des guides. Elle tombe amoureuse de Cyril, ce montagnard qu'elle rêve d'accompagner dans ses courses vers les sommets mais, en cette fin des années 50, les traditions s'opposent à ce que les femmes chaussent des crampons. Ils vivent toutefois pleinement leur passion lorsque le malheur, comme l'avalanche, s'abat sur eux. Marie, malade, doit choisir entre la guérison et l'enfant qu'elle porte...Avec ce nouveau roman, Monique Brossard Le Grand nous entraîne dans l'univers des guides des Alpes. Nous découvrons leur passion exigeante de la montagne. Cette montagne qu'ils épousent et qui les tue. Seul le courage obstiné de Marie lui permettra d'accéder à ces cimes où l'amour et la mort brillent de l'éclat des glaces éternelles.Auteur à succès, Monique Brossard Le Grand est viscéralement attachée aux Alpes. Après Elise des montagnes et Marie des torrents, elle nous offre un nouvel épisode de sa saga des sommets.

  • Saint-Malo, milieu du XIXe siècle. Gabrielle Botrell, jeune couturière passionnée et volontaire, dessine des robes d'une étonnante modernité dans la modeste boutique de son père. Lors d'un séjour à Londres, elle rencontre Jean-Marie du Plessis, séduisant amateur d'art. Dès le premier regard, c'est la passion.
    Mais quel avenir envisager entre une petite couturière de province et un aristocrate parisien qu'en apparence tout sépare ?
    Jean-Marie ouvrira à Gabrielle les portes de la création, mais c'est seule que la jeune femme ira tenter sa chance à Paris, et révolutionner les costumes féminins qu'elle libère des crinolines.
    Elle est au faîte du succès mais Jean-Marie est loin...
    Des arrière-boutiques malouines aux fastes de l'exposition universelle, du Paris de Napoléon III et Haussmann à la Commune, se déroule un magnifique destin de femme, subtile incarnation de la modernité.
    Une fresque envoûtante, somptueuse histoire d'amour, dans la lignée du grand succès de Barbara Taylor Bradford, L'Espace d'une vie.

    Isabelle Huchet dessine des décors et des costumes pour le théâtre. Avec L'étoffe d'une femme, elle signe son premier roman.

  • Je suis accompagnateur.En soi, cela ne veut rien dire. L'appellation est même fausse. Je ne vais jamais au bout de la route avec mes clients. Pourtant, le mot suscite de l'intérêt. Surtout quand je sors de ces murs. Mes interlocuteurs en ville semblent soulagés. Ils me trouvent enfin une originalité. Beaucoup confondent le terme d'accompagnateur avec celui de passeur. Ils imaginent des sentiers en bordure de falaises, des frontières mouvantes cachées par les broussailles, des clandestins apeurés, des poursuivants quelque part. A bien y réfléchir, ils ne sont pas très éloignés de la réalité. Se tromper sur une erreur, c'est une autre manière d'approcher la vérité.Lorsqu'il rencontre Alexandra, Jean-Christophe, bénévole dans l'établissement des Sources, est subjugué par cette femme, jeune encore, furieuse et passionnée, qui refuse obstinément la maladie. Jour après jour, il va suivre le ballet étrange de ses proches, leurs faiblesses, leur embarras, leurs trahisons. Et succomber à une singulière fascination pour cette femme qui impose sa loi du silence.Après Chamelle (Prix National Culture et Bibliothèques pour tous, Prix Tropiques), salué par la critique et les lecteurs, Marc Durin-Valois signe ici une fable intimiste qui dit tour à tour la fragilité des êtres, le désir et la force de l'adieu.

  • 1947. Mascarel, petit village des Cévennes. La famille Monvalan vit au rythme des récoltes de l'arbre à pain - le châtaignier - sous la férule de Roseveuve, la redoutable aïeule. Face à la cruauté et aux méthodes rétrogrades de cette dernière, l'équilibre de la famille est menacé. Heureusement les hommes consacreront toute leur énergie au travail de la terre tandis que les femmes lutteront pour trouver leur place dans la société nouvelle.
    Grâce à la tolérance et au courage de tous, le clan renaîtra plus uni, porté par la générosité et la sagesse de Mamita, la vieille tsigane.
    Après Un parfum de lavande et Le Chemin des demoiselles, Maryse Batut nous livre une émouvante saga, celle des Monvalan de Mascarel, son troisième roman.

  • Quand Yvon vient s'installer à Mortagne, bourgade des Alpes-de-Haute-Provence, pour quitter la cacophonie de la ville, il est loin de se douter que son séjour ne sera pas de tout repos.
    Il faut dire que sa maison jouxte la propriété de Moune, et que celle-ci alimente les potins du village avec son inénarrable tribu. Entre les enfants d'un premier puis d'un second lit, maris défunts et amants de passage, l'imbroglio familial semble bien noué jusqu'au retour de « 69 », une prostituée disparue depuis dix ans.
    Dans un style truculent et haut en couleur, voici la chronique d'un village de Provence rythmée par la progression de l'enquête d'Yvon le solitaire.
    Romancier de talent, Claude Courchay a obtenu le prix RTL avec Retour à Malaveil. Ses derniers romans, Chronique des collines, Quelqu'un dans la vallée et On ne meurt plus d'amour ont été publiés aux éditions Lattès.

  • Martha F.

    Nicolle Rosen

    Londres 1946. Agée de 85 ans la veuve de Sigmund Freud refuse de confier à une journaliste américaine la publication de ses mémoires. Mais la correspondance amicale qui s'installe entre les deux femmes ramène la vieille dame à son passé. Elle se remémore sa vie de jeune fille juive dans la Vienne impériale, son mariage avec un médecin brillant, passionné par ses recherches, et sur fond de bouleversements politiques et sociaux, de rivalités familiales, plus d'un demi-siècle passé à l'ombre du grand homme.L'épouse discrète et totalement dévouée se révèle capable de se réapproprier sa propre histoire. S'être mise au service d'un génie valait-il la peine de tout lui sacrifier ?

empty