Sciences & Techniques

  • L'autisme - ou plus précisément le trouble du spectre de l'autisme - concerne 1 % de la population en France. Ce trouble a longtemps été l'objet de théories culpabilisantes pour les parents, qui ont été contredites par les progrès des connaissances. L'autisme est aujourd'hui mieux compris, ce qui permet de mieux définir ses origines et d'ouvrir la voie à des prises en charge plus efficaces et plus respectueuses des personnes concernées et de leur entourage.
    Cet ouvrage propose de faire le point sur les connaissances les plus actuelles en la matière. Sa vocation première est de contribuer à changer le regard porté sur l'autisme.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Frédérique Bonnet-Brilhault est pédopsychiatre, professeure des universités et praticienne hospitalière au CHRU de Tours. Spécialiste des troubles du neurodéveloppement, elle coordonne le Centre d'excellence Autisme et troubles du neurodéveloppement EXAC-T et est responsable de l'équipe Psychiatrie neurofonctionnelle de l'unité mixte de recherche « Imagerie et Cerveau » Inserm/université de Tours.
    Contributeurs : Nadia Aguillon-Hernandez (MCU), Julie Allard Ech-Chouikh (psychologue), Romuald Blanc (psychologue), Patricia Chauvin (cadre de santé), Rémi Claire (cadre de santé), Adrien Gateau (pédopsychiatre), Patrice Gillet (psychologue), Marie Gomot (chercheur Inserm), Marco Guidotti (pédopsychiatre), Agnès Guiet (enseignant), Emmanuelle Houy-Durand (psychiatre), Marianne Latinus (chercheur Inserm), Frédéric Laumonnier (chercheur Inserm), Joëlle Malvy (pédopsychiatre), Sonia Massé (assistante sociale), Shasha Morel-Kohlmeyer (psychologue), Laura Ponson (pédopsychiatre), Philippe Rabaté (cadre socioéducatif), Claire Wardak (chercheur Inserm).

  • Depuis le premier décodage du génome humain, terminé en 2004, les connaissances génomiques ont tout bonnement explosé. À tel point qu'il ne paraît pas absurde de parler de révolution génétique. Dorénavant, chacun d'entre nous peut, pour quelques centaines d'euros, faire séquencer son ADN. Cela ne va pas toutefois sans susciter de nombreuses questions : comment fonctionnent ces tests génétiques ? à quoi servent-ils ? sont-ils efficaces ? peuvent-il nous aider à nous soigner ? à prédire nos maladies ? quels problèmes éthiques posent-ils ?
    Cet ouvrage fait le point sur les travaux les plus actuels dans le domaine. Il répond de manière pédagogique aux nombreuses questions que posent les tests génétiques. Il apportera notamment à chacun les outils pour évaluer et comprendre les enjeux actuels et à venir, aussi bien en matière de santé (prévention, traitement, etc.) que du point de vue social (déontologie, cadre légal, perspectives, etc.).
    À PROPOS DES AUTEURES
    Perrine Malzac est praticienne hospitalière au sein du département de génétique médicale de l'Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM). Elle participe à la réflexion en éthique médicale depuis 2003. Elle est actuellement directrice adjointe de l'Espace de réflexion éthique Paca-Corse, au sein duquel elle organise des formations et des conférences à destination de publics professionnels, associatifs ainsi que des citoyens. Elle participe à la recherche dans l'UMR 7268 ADES (anthropologie-droit-éthique-santé) Aix-Marseille université-EFS-CNRS.
    Marion Mathieu est docteur en biologie et ingénieur (ESPCI-ParisTech). Depuis 2003, elle conduit des formations pour l'association Tous Chercheurs, dont la mission est d'initier le public à la démarche scientifique et au milieu de la recherche. Tous Chercheurs forme chaque année près de 200 membres d'associations sur des thèmes variés comme la vaccination, les essais cliniques, les tests génétiques, etc.

  • Christian Barré et Sophia Majnoni d'Intignano se penchent sur les pour et les contre de l'énergie nucléaire. L'énergie nucléaire produit aujourd'hui plus des trois quarts de l'électricité française. Mais l'atome n'alimente pas que nos centrales : depuis bientôt 50 ans, il alimente également un débat houleux entre pro- et anti-nucléaires. Au moment où la France s'apprête à prendre des décisions cruciales pour son avenir énergétique, chaque citoyen doit pouvoir disposer des clés qui lui permettront de prendre position sans a priori partisan. C'est l'objectif de ce livre, qui confronte deux points de vue antagonistes, sous la conciliation d'un spécialiste. Quels enjeux ? Quels risques ? Quelles perspectives ? Quelles alternatives ? Plongé au coeur du débat, chacun pourra juger de la pertinence économique, sociale et écologique des différentes voies proposées. Un ouvrage instructif qui ouvre sur de multiples possibilités et permet de se forger sa propre opinion. EXTRAIT L'énergie nucléaire occupe une place importante dans notre pays, principalement parce qu'elle est actuellement la source d'énergie privilégiée de notre production électrique. Pour cette raison, l'information du public sur le sujet doit être aussi large que possible, et c'est d'ailleurs la vocation de cet ouvrage. L'information des citoyens pourrait en outre s'avérer particulièrement importante si, comme certains le demandent, une décision devait être prise par referendum. Notons tout d'abord que l'accès à l'énergie (électricité, carburants, bois de chauffage, etc.) est un déterminant fort dans l'évolution de nos sociétés. Il existe ainsi, jusqu'à un certain niveau, un parallèle entre consommation d'énergie par habitant et espérance de vie (Ngô, 2008). Cette corrélation n'est toutefois plus pertinente lorsque les consommations énergétiques deviennent importantes. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE « L'originalité de cet opuscule est de formuler délibérément les deux positions en parallèle, fidèle en cela au titre de la collection "le choc des idées". » - Société française d'énergie nucléaire « Au-delà de ce très bon opus, c'est toute la collection « Le Choc des Idées » que vous pouvez vous procurer les yeux fermés. » - Néoplanète A PROPOS DES AUTEURS Claude Stéphan est directeur de recherche honoraire au CNRS. Il a notamment travaillé sur des problèmes de physique nucléaire fondamentale. Il a réalisé de nombreuses expériences pour le CNRS en France, aux États-Unis et en Allemagne, et a également travaillé au Cern près de Genève. C'est en fin de carrière qu'il s'est intéressé de près aux questions d'énergie, et en particulier à la production d'électricité d'origine nucléaire. Bertrand Barré est né en 1942. Il entre début 1967 au Commissariat à l'énergie atomique (CEA), où il alterne entre les postes de recherche, d'encadrement et de conseil. Après avoir exercé ses compétences à l'ambassade de France aux États-Unis, il est détaché à Technicatome, puis à la Cogema qui deviendra ensuite Areva. Conseiller scientifique auprès d'Areva jusqu'en 2012, il continue à enseigner à l'Institut national des sciences et techniques nucléaires. Sophia Majnoni d'Intignano est chargée de mission nucléaire à Greenpeace France. Elle a commencé sa carrière comme conseiller technique du ministre délégué aux Relations avec le Parlement au sein du gouvernement Villepin, avant de rejoindre un cabinet de conseil en environnement. Elle se familiarisera avec le nucléaire au cours d'une mission de deux ans auprès d'Areva. Sophia Majnoni d'Intignano rejoint Greenpeace fin 2009 pour travailler sur la stratégie antinucléaire de l'ONG. Pour les besoins du poste, elle suivra notamment une formation en radioprotection.

  • Francis Eustache aborde avec justesse et concision la maladie d'Alzheimer, depuis la découverte de son existence jusqu'aux méthodes employées pour la traiter Nous connaissons presque tous une personne touchée par la maladie d'Alzheimer. Pourtant, cette pathologie - dont les conséquences sont souvent dramatiques, tant pour le malade que pour son entourage - reste mal connue de la plupart d'entre nous. Quelles sont ses causes ? ses symptômes ? Comment la déceler, puis la suivre ? Quand le diagnostic est-il possible et souhaitable ? Quels sont les traitements disponibles ? Comment évolue-t-elle ? Est-elle inéluctable ou peut-on agir, au moins partiellement, sur sa survenue et sur sa progression ? Depuis quelques années, la recherche a accompli des avancées notables, souvent porteuses d'espoirs. Synthèse des connaissances les plus récentes sur l'Alzheimer, cet ouvrage permettra à chacun - et notamment aux aidants familiaux - de mieux comprendre la maladie, et d'améliorer les conditions de vie des patients et de leurs proches. Un ouvrage éclairant et instructif qui permet d'avoir une vision plus concrète de cette maladie. EXTRAIT Sans adopter pour autant une vision angélique de la maladie - ce qui reviendrait à ne pas reconnaître la souffrance des malades et de leurs proches -, l'évolution actuelle incite à une vision moins pessimiste qu'il y a encore quelques années. Les progrès, qui ont connu une accélération récente, ont permis de renouveler la prise en charge des malades, mais les représentations restent à changer. Partant de ce constat, ce livre est conçu comme un outil pour découvrir, ou redécouvrir, la maladie d'Alzheimer, pour aller vers un mieux-être des malades et de leur entourage. Quels sont les symptômes de la maladie ? Comment la déceler, puis la suivre ? Quand le diagnostic est-il possible et souhaitable ? Quels sont les traitements disponibles ? Peut-on prévenir la survenue de la maladie et ralentir son évolution ? Quelles sont les grandes pistes pour la recherche ? Autant de questions qui trouveront des réponses dans ce livre destiné à un large public, aux proches des patients et notamment aux aidants familiaux. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE « Cet ouvrage n'est pas un livre académique et ne donne aucune leçon, si ce n'est que l'alliance de cliniciens et de chercheurs de renommée internationale pour son écriture donne un très utile ouvrage dans la collection Choc santé, destinée au grand public mais pas que. » - Neuroscoop.net A PROPOS DES AUTEURS Francis Eustache est directeur d'études à l'École pratique des hautes études et directeur de l'unité de recherche 1077 « Neuropsychologie cognitive et neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine » (Inserm-EPHE-Université de Caen Basse-Normandie). C'est l'un des plus grands spécialistes internationaux des questions liées à la mémoire. L'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) est un établissement public à caractère scientifique et technologique spécialisé dans la recherche médicale. Son expertise est reconnue internationalement dans de nombreux domaines.

  • L'agriculture est un sujet d'actualité omniprésent sur lequel se penchent les pour et les contre. Longtemps considérée comme l'apanage d'une minorité d'originaux, l'agriculture biologique apparaît aujourd'hui comme une alternative de plus en plus crédible face à des modes de production intensifs, destructeurs et polluants. Ses défenseurs la décrivent comme une réponse efficace aux déséquilibres écologiques, économiques et sociaux induits par le système productiviste actuel. Ses opposants ne voient en elle qu'un refus systématique du progrès scientifique, et rappellent que des rendements élevés seront nécessaires pour nourrir une population mondiale en constante croissance. Quelle place pour l'agriculture biologique au XXIe siècle ? C'est à cette question cruciale que répond ce livre, en confrontant deux positions antagonistes, sous le regard impartial d'un spécialiste. Une intéressante confrontation d'idées qui permet d'avoir une vision plus complète de l'avenir de l'agriculture biologique et de son impact sur la société. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE « Ce petit livre clair et concis se lit d'une traite et propose un traitement pédagogique de la question de l'agriculture biologique. » - Hélène Doutriaux, Cairn « Ce petit ouvrage révèle une grande richesse d'information, exposée de manière sérieuse et accessible : un très bon moyen de mieux appréhender le devenir de l'agriculture. » - Notre-Planete.info « La nécessité de réfléchir à un système agricole plus durable est reconnue par beaucoup. Cet ouvrage présente l'intérêt d'apporter un point de vue technique au débat mais il en révèle également la dimension idéologique. En effet, se positionner pour ou contre l'agriculture biologique représente un choix politique, économique, mais aussi sociétal. Ce livre est présenté comme un débat : par son format original et pédagogique, il place le lecteur dans une position de réflexion et d'analyse, qui permet de se forger une opinion avertie.. » - Terrethnique A PROPOS DES AUTEURS Thierry Doré est ingénieur agronome, professeur d'agronomie et directeur scientifique à AgroParisTech. Il préside actuellement l'Association française d'agronomie. Ses recherches concernent la transformation des systèmes de culture pour une agriculture plus durable, en conditions tempérées et tropicales. Parallèlement à la production d'articles scientifiques, il a coédité quatre ouvrages à destination des étudiants, du développement agricole et du grand public. Marc Dufumier est professeur émérite d'agriculture comparée et développement agricole à AgroParisTech. Il est membre du Comité de veille écologique de la Fondation pour la nature et l'homme (FNH). Spécialiste des agricultures des pays du Sud, il a réalisé de nombreux séjours dans ces pays en appui à des politiques de réforme agraire, à des programmes de sécurité et de souveraineté alimentaire, et à des projets de développement agricole et rural. Gil Rivière-Wekstein est le fondateur de la revue mensuelle Agriculture & Environnement. Spécialiste des questions agricoles et environnementales, il est l'auteur de Abeilles, l'imposture écologique (2006), de Bio : fausses promesses et vrai marketing (2011) et de Faucheurs de science - Les fanatiques sont dans nos campagnes (2012). Il intervient régulièrement sur ces sujets dans les médias.

  • Le nombre de personnes touchées par les différentes formes de diabète a triplé en vingt ans.
    Cette maladie concerne aujourd'hui 8,5 % de la population mondiale adulte, soit plus de 400 millions de personnes - et ce chiffre pourrait dépasser les 600 millions d'ici vingt-cinq ans. Une personne meurt du diabète toutes les 6 secondes dans le monde. Face à cette véritable pandémie, il est important de se poser les bonnes questions : pourquoi cette augmentation ? peut-on limiter les risques ? quels traitements pour mieux vivre avec le diabète ? et pour demain ?
    En faisant le point sur les connaissances les plus récentes en la matière, ce livre apporte des réponses claires et accessibles à ces questions, afin d'aider les malades et leur entourage, et de les guider vers des solutions leur permettant d'améliorer leur vie au quotidien.
    Un ouvrage éclairant et instructif qui permet d'avoir une vision plus concrète de cette maladie.
    EXTRAIT
    Face à la propagation du diabète dans le monde, les cliniciens et les chercheurs se mobilisent pour identifier les mécanismes d'apparition du diabète et concevoir des solutions thérapeutiques innovantes. Il apparaît dorénavant très clairement que le diabète n'est pas la conséquence d'un seul facteur, mais a de multiples causes (génétiques, environnementales, etc.), ce qui rend sa compréhension complexe.
    Le diabète est une affection du métabolisme qui se caractérise par un taux élevé de sucre dans le sang (hyperglycémie). Environ 10 % des diabétiques sont touchés par un diabète de type 1, caractérisé par un défaut presque complet de sécrétion d'insuline. La quasi-totalité des autres cas de diabète sont des diabètes de type 2, dont les causes sont plus complexes - combinaison d'un défaut partiel de sécrétion d'insuline et d'un degré variable de résistance à l'insuline, qui peut être largement déterminée et amplifiée par le poids corporel et la sédentarité.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Stéphane Dalle est directeur de recherche à l'Inserm. Il dirige l'équipe du laboratoire de physiopathologie de la cellule bêta pancréatique (Inserm-CNRS-université de Montpellier) à l'Institut de génomique fonctionnelle. Il travaille plus spécifiquement sur le rôle du pancréas dans la survenance de la maladie et ses possibilités de traitements. Il a reçu plusieurs prix : « Jeune chercheur ? section diabète 2002-2003 » décerné par l'Association pour la recherche sur le diabète, les insuffisances cérébrales et le cancer (Aredic), « Avenir-Inserm 2005 » et « Chercheur d'avenir 2009 » par la région Languedoc-Roussillon.
    Éric Renard est docteur en médecine et docteur en biochimie et biologie moléculaire. Il est professeur d'endocrinologie, diabète, maladies métaboliques à l'université de Montpellier depuis 1999 et coordonne au CHU de Montpellier le département d'endocrinologie, diabète, nutrition et le Centre d'investigation clinique (Inserm 1411). Ses travaux sont centrés sur le développement de systèmes implantés pour l'apport d'insuline et de modèles de pancréas artificiels et bioartificiels pour améliorer le traitement du diabète.

  • Deux spécialistes se penchent sur les vaccins et leur impact sur notre santé. BCG, DTP, vaccins antigrippe, contre la coqueluche, l'hépatite B ou encore la rougeole... Chacun d'entre nous est amené, à divers moments de sa vie, à faire l'expérience de la vaccination, pour lui-même ou pour ses proches. Pourtant, celle-ci ne va pas sans poser de nombreuses questions : faut-il se faire vacciner ? faire vacciner ses enfants ? la vaccination est-elle risquée ? les vaccins nous protègent-ils vraiment ? Pour mieux comprendre les enjeux individuels et collectifs de la vaccination, cet ouvrage explique, de manière claire et accessible, le fonctionnement des vaccins, leurs rôles, leurs qualités et leurs limites. S'appuyant sur les avancées les plus récentes en la matière, il permettra à chacun de mieux en évaluer les risques et les bénéfices. Un ouvrage clair et concis qui permet au lecteur d'initier sa propre réflexion sur le sujet. EXTRAIT Les épidémies accompagnent les sociétés depuis longtemps. Observateur de l'épidémie de peste à Athènes au Ve siècle avant J.-C, Thucydide remarque que les malades survivants résistent mieux aux épidémies suivantes. Ko Hong, décrivant l'épidémie de variole qui sévit en Chine au IVe siècle après J.-C, fait la même observation. Partant de ce constat, les Chinois, puis les Turcs, cherchent à reproduire le phénomène pour se protéger des épidémies, et parviennent à mettre au point des présentations atténuées de la variole. Les méthodes empiriques céderont leur place à la vaccination antivariolique, qui sera ensuite rationalisée par la découverte des microbes au XIXe siècle, puis par les connaissances actuelles en biologie (immunologie, biologie moléculaire, etc.). A PROPOS DES AUTEURS Annick Guimezanes est immunologiste. Chercheuse Inserm au Centre d'immunologie de Marseille-Luminy (CIML), elle a travaillé sur le rôle de certains lymphocytes dans le rejet de greffes ou de tumeurs. Depuis 2009, elle participe à des formations en immunologie pour les associations de malades et au sein du réseau ScienSAs'. Marion Mathieu est docteur en biologie et ingénieur (ESPCI-ParisTech). Depuis 2003, elle conduit des formations pour l'association Tous Chercheurs, dont la mission est d'initier le public à la démarche scientifique et au milieu de la recherche. Tous Chercheurs forme chaque année près de 200 membres d'associations sur des thèmes variés comme la vaccination, les essais cliniques, les tests génétiques, etc.

  • La moitié des personnes qui survivent à un accident vasculaire cérébral conservent des séquelles physiques ou intellectuelles de l'attaque.
    Ces séquelles engendrent souvent des changements brutaux de mode de vie ? impliquant parfois des dépendances ?, ce qui explique que les AVC soient particulièrement redoutés... d'autant que ceux-ci sont souvent perçus comme arbitraires et inévitables. Est-ce véritablement le cas ? Peut-on limiter le risque d'AVC ? voire y échapper ? le cas échéant, par quels moyens ? Et après un AVC, peut-on s'en remettre ? avec qui et comment ?
    Dans cet ouvrage didactique et intelligemment illustré, les lecteurs trouveront les connaissances nécessaires pour mieux comprendre pourquoi et comment survient un AVC, pour limiter au maximum le risque d'en être victime, mais aussi pour adopter les bons réflexes si celui-ci se produit.
    Un livre didactique et précis qui permet de mieux connaître l'AVC et donne des conseils pour l'éviter ou en limiter les conséquences.
    EXTRAIT
    Si le terme « AVC » est désormais bien connu et a remplacé « l'attaque » de jadis, la complexité des situations qu'il recouvre, la diversité des symptômes révélateurs, la multiplicité des causes possibles, le large éventail des traitements préventifs et curatifs disponibles, et l'extrême urgence de la prise en charge demeurent largement ignorés. L'objectif de ce livre est d'aider à comprendre non pas « l'AVC » mais bien « les AVC » afin d'agir le plus efficacement possible avant, pendant et après leur survenue pour en diminuer la fréquence, la mortalité et les séquelles.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marie-Germaine Bousser est professeur émérite de neurologie à l'université Paris-Diderot. Membre titulaire de l'Académie nationale de médecine, elle consacre l'essentiel de ses activités clinique, d'enseignement et de recherche à la pathologie vasculaire cérébrale. Elle a dirigé le service de neurologie à l'hôpital Lariboisière à Paris. Elle est également membre fondateur de la Société française neurovasculaire (SFNV) dédiée à la pathologie vasculaire cérébrale, dont elle a assuré la première présidence.

  • Le débat entre les adeptes de viande et les adeptes d'une autre alimentation prend de l'ampleur. Depuis une quinzaine d'années, les Français mangent de moins en moins de viande. Quelles sont les raisons de ce changement d'habitudes ? Santé, environnement, éthique - il est vrai que la consommation de viande pose de nombreuses questions. Peut-on réellement bannir définitivement cet aliment de nos menus ? Les végétariens affirment qu'un régime sans viande est non seulement plus respectueux de la nature, mais aussi meilleur pour la santé. Les défenseurs de la viande, pour leur part, mettent en avant les qualités d'un aliment savoureux et sûr, ancré dans notre culture. Ce livre invite le lecteur à la table des contradicteurs, afin de faire le tour d'une question qui dépasse largement le cadre de nos assiettes. Un ouvrage qui permet par une confrontation d'idées totalement opposées de se forger sa propre opinion sur le sujet. EXTRAIT Pour de très nombreux Français, la viande est un produit de consommation banal. 90 % de nos concitoyens mangent de la viande dite « de boucherie » (boeuf, porc, veau, agneau, cheval), et ils le font en moyenne 3,4 fois par semaine (Crédoc, 2012). Pour autant, la viande n'est pas une nourriture comme les autres : le Littré la définit comme « la chair des animaux dont [l'homme] se nourrit ». Cela explique en partie pourquoi, depuis l'Antiquité, cet aliment fait l'objet de représentations mentales particulières, de valeurs et de symboles puissants, de prescriptions ou, à l'inverse, d'interdits culturels nombreux. A PROPOS DES AUTEURS Éric Birlouez est ingénieur agronome et sociologue. Il exerce une activité de consultant auprès d'organismes publics et d'entreprises, principalement dans les secteurs de l'agriculture et de l'alimentation. Il enseigne également l'histoire et la sociologie de l'alimentation. Il a publié de nombreux ouvrages et articles grand public sur les pratiques alimentaires, en explorant plus particulièrement leurs dimensions historiques, culturelles, sociales et symboliques. René Laporte est ingénieur agronome et économiste. Spécialiste des questions animales, il a dirigé les organisations professionnelles du commerce du bétail et de l'industrie de la viande. Il a travaillé comme consultant sur la protection et le bien-être des animaux, et sur les échanges internationaux de bétail et de viande. Il a publié avec Pascal Mainsant La viande voit rouge chez Fayard (2012). Élodie Vieille Blanchard est professeure agrégée de mathématiques et docteure en sciences sociales. Elle est présidente de l'Association végétarienne de France, qui a pour objectif d'améliorer la santé humaine, la condition animale et l'état de l'environnement par la promotion d'une alimentation végétarienne.

  • L'infarctus du myocarde, communément nommé crise cardiaque, frappe chaque jour en moyenne 330 personnes en France. Souvent perçue comme brutale et arbitraire, cette affection est particulièrement crainte, notamment parce qu'elle reste l'une des principales causes de mortalité dans notre pays et dans le monde. Comment reconnaître l'infarctus ? Est-il toujours brutal et flagrant ? Quels signes doivent inciter à appeler le 15 ? Peut-on limiter le risque d'infarctus ? comment s'en protéger au mieux ? Et si celui-ci se produit, peut-on s'en relever ?
    Cet ouvrage, illustré de schémas simples et clairs, expose de manière concise comment et pourquoi survient un infarctus. Les lecteurs trouveront ici toutes les informations utiles, fondées sur les résultats des études les plus récentes, qui leur permettront de comprendre et de prévenir aussi activement que possible le risque de crise cardiaque ? et de lui faire face, le cas échéant.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Alain Tedgui dirige depuis 2009 le Paris-Centre de recherche cardiovasculaire (PARCC) à l'hôpital européen Georges-Pompidou. Il a coordonné le réseau d'excellence européen EVGN (European Vascular Genomics Network) de 2004 à 2008. Ses travaux de recherche sont consacrés à l'étude du rôle de l'immunité innée et adaptative dans l'athérosclérose. En 2013, il a reçu le grand prix de la Fondation pour la recherche médicale (FRM).
    Bernard Lévy est professeur de physiologie et chef du service d'explorations fonctionnelles de l'hôpital Lariboisière. Fondateur de l'Institut fédératif de recherche « Circulation » en 1996, il est actuellement directeur scientifique de l'Institut des vaisseaux et du sang (IVS) et coordonne le programme national de recherche cardiovasculaire de l'Inserm. En 2008, il a reçu le prix de la recherche médicale de l'Académie des sciences.

empty