Arts et spectacles

  • De nos jours, artistes et créateurs de toutes orientations, et dans différents champs de production culturelle, ont de plus en plus recours à des procédés impliquant le traitement de matériaux qui sont déjà disponibles dans l'espace culturel : ils créent en recyclant. Grâce aux nouvelles technologies de reproduction des oeuvres et de traitement de données, cette modalité de production s'affirme comme une dominante de la culture contemporaine. Comment en rendre compte esthétiquement ? Quel est son impact sur notre expérience esthétique ? En quoi nous oblige-t-elle à repenser concepts et compréhension dans le domaine de l'esthétique. Dans ce livre, un groupe international de dix-huit chercheurs se penche sur cette interface entre esthétique et recyclage culturel et propose des éléments de réponse à ces questions. Ce livre est issu d'un colloque international qui eut lieu en 2001 à Montréal.

  • L'auteur propose ici un modèle sémiotique de compréhension du signe photographique appelé « contexture photographique ». Dans un premier temps, l'auteur offre une mise en situation de la problématique axée sur les notions de transparence et d'opacité du signe. Deuxièmement, il présente un parcours historique de l'état de la question photographique s'appuyant sur ces notions paradigmatiques résumées, à la suite de François Récanati, par la formule « transparence-cum-opacité ». Le tout est suivi d'une analyse d'une photographie d'Alexandre Rodchenko, Le Sauteur à la perche (1936), en se basant notamment sur quelques concepts théoriques issus des sciences cognitives qui proposent, par exemple, que la cognition opère sur la base de catégorisations à la fois perceptives et conceptuelles. Il est ensuite suggéré un modèle tétradique d'interprétation du signe photographique inspiré des travaux théoriques de Philippe Dubois, cependant modifié par les analyses et réflexions de l'auteur. Quelques exemples de mise en application du modèle de contexture photographique sont proposés en fin de parcours. L'auteur s'interroge également sur la pertinence de considérer le signe photographique comme une nouveauté dans le champ des représentations symboliques, dans la mesure où la photographie aurait partie liée avec d'anciens schémas conceptuels pré-modernes.

  • De l'écrit à l'écran est le premier ouvrage qui aborde la question de la réécriture filmique du roman africain francophone. Il se sert de la sémiologie de l'image, de la poétique et des théories post-coloniales pour définir les enjeux théoriques, idéologiques et sémantiques régissant le passage des textes littéraires au cinéma. Il identifie des paramètres importants dans la poétique de l'écriture et montre le rôle de l'acte créateur dans l'altérité du texte dérivé, filmique, par rapport au texte de départ, littéraire. De ce fait, il formule des propositions novatrices par rapport aux interrogations purement spéculatives, thématiques ou idéologiques sur « l'adaptation », acte de recréation et de réécriture dont les mécanismes dépassent le seul cadre des cinémas africains.

  • L'art populaire est le reflet d'une société, de la perspective de ses créateurs, dont les approches sont tantôt traditionnelles et rationnelles, tantôt indisciplinées et débridées. D'hier ou d'aujourd'hui, l'art populairen révèle toute son expressivité, met en valeur la beauté des objets anciens.
    Du coq à l'âme : L'art populaire au Québec vient circonscrire l'art populaire et présenter son évolution dans le temps, depuis sa forme traditionnelle, fort ancienne, jusqu'à sa forme indisciplinée, plus récente, du graffiti.
    Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années de recherche et de rencontres avec des créateurs, des collectionneurs et des chercheurs, tous passionnés de cette forme de créativité originale et authentique.Une magnifique synthèse de la production et de l'évolution de l'art populaire, l'histoire culturelle et sociale et la créativité d'artistes québécois, souvent peu reconnus.
    L'anthropologue Jean-François Blanchette jette un regard historique et photographique sur les collections d'art populaire québécois du Musée canadien de l'histoire, dont la très prestigieuse collection de Nettie Covey Sharpe, acquise en 2002.

empty