Littérature générale

  • Tours et détours examine linscription du mythe de Babel dans la littérature contemporaine de langue française. Le mythe savère une source dinspiration pour les auteurs examinés qui évoquent justement des phénomènes sociaux actuels, tels que le multiculturalisme, limmigration, lexil, la pluralité des langues, la traduction et lidentité. Les ouvrages étudiés, tous écrits en français mais issus de différents contextes linguistiques et culturels, mettent en lumière de nouvelles interprétations du mythe de Babel. Pendant longtemps le mythe de Babel et la pluralité linguistique et culturelle qui sensuivent ont été considérés une malédiction pour lhumanité, mais les romans à létude remettent en question cette vision négative. Sans exalter les bienfaits de la multiplicité, ils considèrent comment la pluralité linguistique et culturelle enrichit et façonne la production littéraire ainsi que le monde contemporain.

    Les auteurs et uvres étudiés sont Monique Bosco, Babel-Opéra Hédi Bouraoui, Ainsi parle la tour CN Francine Noël, Babel, prise deux ou Nous avons tous découvert lAmérique Ernest Pépin, Tambour-Babel Jorge Semprun, LAlgarabie

  • Un jeune garçon avale les pages de cinq livres dans lesquels croit-il, se trouve le code qui pourrait permettre à un capitaine et à ses acolytes de retracer son père disparu. Afin de sauver sa vie, un explorateur se voit contraint de raconter à la tribu amérindienne qui le retient prisonnier les histoires qu´il connaît, qu´il crée ou qu´il combine. Une femme ravissante se plaît à réinventer sa propre histoire lors des soirées mondaines. Perdu sur les glaces à la dérive dans l´Atlantique Nord, un autre explorateur est tourment. Par les sempiternelles questions d´un enfant. Mais ce jeune garçon n´est-il pas celui qui a englouti des livres dans la bibliothèque ? Et cette femme qui joue des rôles n´est-elle pas le personnage d´un récit concocté par la machine à histoire mentionnée dans l´article d´une revue spécifique?

    Dans Le Dodécaèdre ou Douze cadres à géométrie variable, Paul Glennon manie douze genres littéraires (roman policier, journalisme d´enquête, récit d´aventure...), insufflant à chacun une part d´étrangeté pour créer douze univers distincts réunis dans une structure finement ciselée. Pour la version française de ce livre où chaque histoire apporte un nouvel éclairage sur celles qui l´avoisinent, douze traducteurs se sont livrés à leur tour au jeu des cadres à géométrie variable.

  • Canadienne, Parisienne, musicienne, écrivaine de rénommée internationale, Nancy Huston séduit aussi bien par ses essais provocateurs que par ses romans audacieux. Vivant entre deux langues et deux cultures, elle a conquis tant les publics francophone qu'anglophone. La narratrice d'Instruments des ténèbres formule cette phrase troublante : « Pas de vision sans division. Je ne cesse de comparer, combiner, séduire, traduire, trahir. J'ai le coeur et le cerveau fendus, comme les sabots du Malin. Anglais, français. » C'est avec cette citation comme point de départ que cet ouvrage propose une vision de son écriture centrée sur le dédoublement et la duplicité. Des auteurs en provenance de nombreux pays présentent un oeuvre où priment les thèmes de l'exil et de l'enfermement, de la musique et de la folie, de l'enfance et de la vieillesse, sous la plume d'une écrivaine qui, selon le Magazine littéraire, compte au nombre de ceux « qui ne cessent de détruire pour mieux pouvoir reconstruire ». Au tout début de ce livre, le lecteur découvrira un essai de Nancy Huston sur le film The Hours. Il s'agit en fait d'une réflexion fascinante sur la création, la vie et la mort : une vision qu'elle a dédoublée selon sa coutume en français et en anglais.

  • Devant labondante production qui marque la poésie québécoise, acadienne et franco-ontarienne depuis 1970, de quels repères dispose-t-on pour explorer ce vaste continent? Nouveaux territoires de la poésie francophone au Canada 1970-2000 tente de répondre à certaines interrogations : Quelle place occupent les auteurs phares? Quels sont les grands thèmes de la poésie contemporaine? Comment reconnaître les tendances les plus fortes? Quelle est la situation de lédition? À quoi servent les anthologies? Louvrage jette un éclairage nouveau sur des oeuvres devenues des classiques et met en évidence lémergence dune nouvelle génération de poètes. Les avatars rimbaldiens, lintimisme, le féminisme, lurbanité et la figure de lartiste comptent au nombre des aspects les plus frappants de ces nouveaux enjeux poétiques. Cet ouvrage met en lumière les chassés-croisés entre les constantes et les ruptures qui polarisent lhistoire de la poésie francophone contemporaine : dAnne Hébert et Gaston Miron à Marie Uguay, en passant par Patrice Desbiens, Herménégilde Chiasson, et bien dautres. Une cartographie inédite de la poésie francophone du Canada au tournant du XXIe siècle.

  • L'identité, a toujours semblé dire Pierre Savard, ne doit pas être cherchée dans ce qui isole, ce qui sépare. Elle est une construction spécifique dont la dynamique, riche de la quantité ainsi que de la diversité des relations et des pratiques dont elle s'est nourrie, finit par exercer sur ces dernières une grande influence. C'est à ce dialogue entre les constructions identitaires et les pratiques sociales qu'a été consacré ce colloque, tenu à l'Université d'Ottawa et dédié à la mémoire de Pierre Savard. Les textes réunis en ces pages sont le fruit de cette rencontre pluridisciplinaire, qui, en plus de rendre hommage à un collègue trop tôt disparu, a présenté une vingtaine de communications tournant autour d'un thème très présent dans les débats actuels en sciences humaines, celui des constructions identitaires. Le colloque a voulu notamment mettre en évidence comment les acteurs, collectifs aussi bien qu'individuels, font et refont leur identité, et s'en servent, le plus souvent inconsciemment, pour orienter leurs activités; et comment, en retour, ils laissent aux pratiques le soin de donner une coloration particulière à leur identité. Puissent tous les articles issus de cette rencontre perpétuer le souvenir de Pierre Savard, l'homme et le scientifique, le professeur et l'éternel voyageur, celui qui, partout où il se trouvait, éveillait sympathie et enthousiasme.

  • De quelle manière s´est transformée l´idée d´appartenance à une culture, une nation ou une ethnie particulière ? Peut-on encore parler d´ « exil » dans le contexte de cultures transnationales et d´identités plurielles ? Y a-t-il une écriture de l´exil ? Cet ouvrage cherche des réponses à ces questions à travers le regard nouveau que portent les écrivains francophones contemporains sur les problématiques identitaires. Un groupe international d´universitaires s´est penché sur des oeuvres d´auteurs francophone d´origines diverses - africaine, antillaise, canadienne, chinoise, maghrébine, libanaise, russe pour n´en citer qu´une partie - pour y interpréter le « discours de l´exil ». Ce qui ressort est une diversité immense mais une constante : l´exil est une mise en perspective qui ouvre la possibilité de constructions identitaires nouvelles et fait de ces littératures francophones un lieu de créations fertile en questionnements.

  • Le traité De interpretatione recta de l'humaniste italien Leonardo Bruni fut rédigé vers 1424. Il représente le plus ancien traité de traduction connu après les réflexions de saint Jérôme, et se présente comme un manifeste de la culture humaniste. Les grandes questions théoriques sur le transfert linguistique se lient aux réflexions sur le rapport entre mots et choses, style et pensées. Présenté dans une édition critique richement commenté, ce traité est indispensable à l'historien de la traduction et forme le premier maillon d'une chaîne de la compréhension sur cette science de l'incertitude qu'est la traduction. Le texte original en latin est présenté en face d'une nouvelle traduction française de Charles Le Blanc.

  • Cet ouvrage étudie les conditions d´émergence historiques et discursives du « droit de (la) traduction » et du droit qui l´administre : le droit d´auteur. Privilégiant une approche essentiellement archéologique, l´auteur montre comment la conception classique de la traduction a joué un rôle sensible dans la formation du discours juridique qui a contribué à l´avènement de l´auteur et de son droit tels que conçus aujourd´hui. L´auteur examine les implications culturelles, politiques et éthiques du droit de traduire, surtout pour les pays en développement, engageant par là une perspective postcoloniale. Soucieuse d´une meilleure diffusion du patrimoine culturel mondial, la politique du droit de traduire qu´il propose n´interroge pas seulement le droit d´auteur comme catalyseur de la marchandisation de la production intellectuelle, mais également le droit international comme instrument de l´impérialisme culturel de la mondialisation. Conçu désormais hors du champ juridique traditionnel mais plutôt dans celui d´une résistance politique, l´auteur démontre comment le droit de traduction devient alors un « droit à la traduction ».

  • Cette collection est le premier ouvrage par un autochtone canadien qui discute le concept d´histoire des peuples autochtones et l´expérience coloniale. Tout au long de ces textes, écrits dans plusieurs genres pendant vingt ans, Georges Sioui reprend les idées des Hurons-Wyandots au sujet de la place des Autochtones au Canada, dans l´histoire et le monde.

    This is the first collection written by an Aboriginal Canadian on the Aboriginal understanding of history and the colonial experience. These essays, stories, lectures, and poems, written over the last twenty years by Georges Sioui, present and explore the perspectives of the Huron-Wyandot people on the place of Aboriginal people in Canada, in the world, and in history.

  • Très rapidement, Anne Hébert trouve sa voie, singulière entre toutes celles de notre littérature : le matérialisme. Entendons par là que, récusant l'enseignement religieux, c'est dans les profondeurs du moi que l'auteure cherche la vérité de l'être ; et la plongée en soi révèle essentiellement, comme le disait Freud, le jeu des pulsions. Pulsions de vie et de mort. Toute l'oeuvre est un quête du secret logé dans le coeur charnel, une quête du désir et des risques mortels qu'il fait courir à celui ou celle (François, Catherine, Elisabeth, Julie, Héloïse, Stevens...) qui s'abîme en lui. Cette étude couvre l'ensemble des écrits (poésie, roman, théâtre), jusqu'aux plus récents publiés par Anne Hébert. Les textes les plus importants font l'objet d'une analyse détaillée. Les continuités thématiques, relevées avec précision, font ressortir l'unité de l'oeuvre ainsi que la complicité entre roman et poésie. Et la mise en lumière des différences permet d'observer l'évolution de la problématique d'ensemble. Écrit dans une langue claire, le discours critique évite tout jargon, et l'analyse se garde de toute perspective réductrice. L'oeuvre est mise en parallèle avec les grandes orientations littéraires contemporaines, ce qui met en évidence des aspects nouveaux comme la différence fondamentale avec l'oeuvre de Saint-Denys Garneau, et révèle en Anne Hébert l'une des grandes exploratrices de l'intériorité pulsionnelle de notre littérature.

  • Les romans de Jacques Poulin sondent un très petit nombre de questions essentiels : quelle influence exerce sur nous notre enfance ? comment vivre avec l'agressivité qui existe en nous-mêmes et chez les autres ? comment équilibre intérieurement la partie féminine et masculine de notre être ? Enfin, cette interrogation récursive qui recueille toutes les autres : comment aimer ? Chaque roman excave plus profondément les conditions et les limites de l'âme amoureuse, avec toute la simplicité et l'authenticité qu'exige la mise en écriture de cette recherche fondamentale. De Mon cheval pour un royaume (1967) jusqu'à La Tournée d'automne (1993), Jacques Poulain construit patiemment un discours amoureux. On découvrira ainsi, d'une oeuvre à l'autre, l'épanouissement d'une éthique de l'amour, soit une réflexion sur l'art d'aimer, conjuguée à une esthétique, c'est-à-dire la création d'un espace romanesque à ce lien amoureux.

  • « Évoquer Germaine Guèvremont (1893-1968), c'est faire surgir le personnage mythique du Survenant, lié dans l'imaginaire québécois, aux temps heureux d'un passé révolu. » Ainsi s'ouvre le présent ouvrage, dont l'objectif est d'éclairer l'oeuvre entière de Germaine Guèvremont, aussi bien ses écrits journalistiques, encore très mal connus (environ cent cinquante articles et chroniques disséminés dans divers journaux et revues entre 1913 et 1962), que ses contes (En plein terre, 1942) et ses romans (Le Survenant, 1945 ; Marie-Didace, 1947), qui l'ont rendue célèbre, grâce en grande partie à la télévision. Les rapports qu'entretiennent ces deux aspects de son oeuvre révèlent une facette jusqu'ici insoupçonnée de la personnalité de la romancière, aux prises avec un complexe d'Oedipe jamais entièrement résorbé. Ainsi s'explique que toute sa vie Germaine Guèvremont ait été tentée par l'autobiographie, toute son oeuvre, y compris Le Survenant et Marie-Didace, s'apparentant à une thérapie.

  • Cet ouvrage vise à éclairer deux problématiques actuelles, l´intermédialité - l´interaction des représentations médiatiques - et l´interculturalité - l´interaction des cultures. Trois questions principales guident les contributeurs au volume : Comment les médias se sont-ils inscrits dans le processus actuel de mondialisation culturelle ? Quelles sont les images d´autres cultures qu´ils construisent ? Dans quelle mesure les médias exercent-t-ils une violence par rapport à d´autres cultures qui n´ont pas l´habitude de se représenter dans les genres médiatiques de l´Occident ? Pour y répondre, les auteurs explorent le rôle des médias dans la connaissance de l´Autre, la violence interculturelle et la mondialisation. Ils découvrent que le fil conducteur réside dans la tension entre mondialisation et réappropriation, entre images stéréotypées et images complexes, entre violence médiatique et formes de résistance.

  • La terminologie, soit l'ensemble des termes spécifiques à une science, à une technique ou à un domaine particulier de l'activité humaine, représente aujourd'hui une discipline à part entière. Elle relève aussi bien de la linguistique, dans le cadre de l'analyse du discours spécialisé, que de la logique et des sciences et techniques, dans son rapport à l'objet décrit. Ce livre, dans lequel des spécialistes de divers domaines dressent un panorama de cette discipline en évolution, explore ainsi les multiples approches - actuelles ou émergentes - de la terminologie. On y découvre ses filiations avec de nombreux champs du savoir, dont la communication, la sociologie, la linguistique informatique, les technologies modernes et la documentation. L'ouvrage, qui approfondit certaines questions contemporaines, se veut également une nouvelle introduction à la terminologie ainsi qu'un repère pour se retrouver dans les différentes voies de recherche terminologiques et les applications contemporaines de cette discipline. Il intéressera tout lecteur curieux des faits de langue et des vocabulaires spécialisés.

  • Douze ans après la création de la Chaire de recherche du Canada en traditions juridiques et rationalité pénale, ce livre rédigé par des chercheurs associés à cette chaire se veut un hommage à son titulaire, le professeur Alvaro Pires. Louvrage fait état des plus récentes recherches empiriques et réflexions théoriques liées au concept de « rationalité pénale moderne » (RPM). La RPM fournit une grille danalyse pour lobservation et la description du droit criminel moderne et permet de soulever des questions pertinentes sur la criminologie et la sociologie du droit criminel. Les points abordés touchent notamment au renouvellement du débat sur la torture, à linfluence de lopinion publique sur le rendement de la justice, à la reconnaissance des droits de lhomme dans le droit criminel et à la représentation des juges et des politiciens dans les processus de détermination des peines et délaboration du droit pénal. Au-delà des spécificités de chacune des contributions, un thème général ressort de lensemble de louvrage : celui de la transformation du droit criminel moderne. Ainsi, à laube du XXIe siècle et dans le cadre des sociétés dites « modernes », lévolution dun système social qui (sur)valorise lidéal de justice à travers des valeurs négatives telles que lenfermement, la distribution de la souffrance et la production de lexclusion sociale demeure au centre de la réflexion. Louvrage cerne les obstacles cognitifs qui nuisent à lévolution du droit criminel et à lémergence didées innovantes susceptibles de soutenir et de motiver des pratiques alternatives.

  • Un prétendu éditeur découvre un mystérieux coffre rempli de manuscrits. C'est là le prétexte pour retracer les pas de personnages associés à la famille Ashfaq, issue de la bourgeoisie musulmane d'une ville indienne dévastée par les émeutes religieuses des années 1990.
    Au fil des nouvelles de ce recueil, le lecteur voyage en Inde, en Birmanie, en Angleterre, en République tchèque, au Groenland, aux États-Unis et au Canada, de la Seconde Guerre mondiale à aujourd'hui. Il y découvre une gamme de personnages et de sociétés aux prises avec la violence et l'oppression. Pour en accentuer l'artifice littéraire, la plupart des nouvelles sont racontées par un narrateur ou une narratrice dans un style distinct qui explore les mille et une façons connues d'aborder les thèmes choisis. En empruntant la voix des opprimés, les narrateurs mettent à mal leur propre récit. Et en mettant en doute la lecture qu'en fait l'« éditeur », sa femme lève le voile sur l'embarras et les inclinations de son mari. Aussi persuasive soit cette logique de narration, le cadre qui régit l'ensemble joue sur la vraisemblance des histoires racontées.
    Ce premier recueil de nouvelles signé Saidullah repousse les limites de la langue littéraire grâce à la parfaite maîtrise qu'en a son auteur, qui manie avec brio une multitude d'affects, d'émotions, de styles et de genres narratifs. Le Bonheur et autres troubles, oeuvre hautement originale et remarquablement élaborée en un lacis de récits entrecroisés, saura plaire à tous ceux et celles qu apprécient la nouvelle et la fiction.

  • Ghana, 1956. Nous sommes à la veille de l'indépendance. Nathaniel Amegbe est professeur dans une école ghanéenne plutôt médiocre. Johnnie Kestoe est comptable dans une firme textile britannique à Accra. Les deux hommes s'affronteront autour de la question de l'« africanisation », cette politique de passation des responsabilités entre Britanniques et Ghanéens.De l'autre côté du Jourdain est le premier roman de Margaret Laurence, cette matriarche de la littérature. Cette traduction est une invitation à découvrir une facette méconnue de l'oeuvre d'une grande écrivaine qui, pendant son séjour en Afrique de 1950 à 1956, a su capter tout l'espoir et les bouleversements imposés par les indépendances africaines à l'ordre du monde.Mais avant tout, il s'agit d'une invitation à découvrir une Afrique fébrile, des personnages attachants, le tout écrit avec un talent incontestable, dans une pluralité de voix à couper le souffle.Réflexion sur l'indépendance, tant intérieure que politique, De l'autre côté du Jourdain annonçait déjà les grands romans emblématiques de Laurence, dont, L'ange de pierre et Les devins.

  • En trois décennies, du début des années 1870 au
    tournant du XXe siècle, Jules Verne écrit trois romans
    couvrant plus d'un demi-siècle d'histoire canadienne. 
    Si ce triptyque peut être saisi dans le processus global
    de la création vernienne, il forme en même temps une
    entité à part entière, un formidable révélateur de la
    place du Canada et du Québec en France. Cette place
    est relative : elle dépend beaucoup de ses interactions
    avec l'Angleterre et les États-Unis. 

    Plusieurs oeuvres de Verne, depuis Les Aventures du
    Capitaine Hatteras, publiées au milieu des années 1860,
    s'attachent à comparer les réactions de personnages
    anglais et américains. Il en ressort in fine une rivalité des
    deux pays, comme dans les romans canadiens Le Pays
    des fourrures (1872-1873) et Famille-Sans-Nom (1889).
    Le conflit anglo-américain explique les connivences
    entre Canadiens français et Américains, dont font état
    ces deux romans. 

    Or, à la fin de sa vie, Verne remanie ce système
    d'alliance. Dans Le Volcan d'or, rédigé en 1899-1900,
    les relations vont diamétralement changer : Canadiens
    français et anglais, tous honnêtes gens en quête
    de l'or du Klondike, s'unissent contre des Américains
    originaires du Texas, délinquants notoires et redoutés. 

    Comment analyser ce retournement ? Quelle clé
    offre-t-il pour comprendre, à une plus vaste échelle,
    les images du Canada et du Québec qui prévaudront
    dès lors en France ?Over the course of three decades-from the early
    1870s to the turn of the 20th century-Jules Verne
    wrote three novels covering more than half a century
    of Canadian history. 
    While this triptych is undoubtedly located within the
    Vernian corpus, it nevertheless constitutes a body of
    work in its own right, a powerful testimony to the place
    that Canada and Quebec occupied in France. This place
    was relative, however, dependent on interactions with
    England and the United States. 

    Several of Verne's works beginning with the publication
    of The Adventures of Captain Hatteras in the mid-1860s
    compare English and American characters. Ultimately,
    the rivalry that emerges between the two countries is
    further developed in the Canadian novels The Fur
    Country (1872-1873) and Family Without a Name
    (1889). The Anglo-American conflict explains the
    affinities between French Canadians and Americans
    present in both novels. 

    Toward the end of his life, however, Verne revisits this
    alliance. In The Golden Volcano, written in 1899-1900,
    those relations change diametrically: French and
    English Canadians, all honest people in search of
    Klondike gold, unite against the Texans, notorious
    and feared delinquents. 

    How is this reversal to be understood? What clues does
    it offer for understanding of the depictions of Canada
    and Quebec that prevail henceforth in France on a
    broader scale?

  • Ce neuvième volume des Cahiers Charlevoix regroupe trois études sur l'Ontario français : Simon Laflamme (Université Laurentienne) examine le passage de l'élémentaire au secondaire et le décrochage culturel en Ontario français ; Michel Bock (Université d'Ottawa) analyse le travail du Comité franco-ontarien d'enquête culturelle à l'heure des grandes ruptures (1967-1970) ; et Jean-Pierre Pichette (Université Sainte-Anne) présente la première tranche des propos et confidences du jésuite ethnologue Germain Lemieux (1914-1958).

  • Le Dictionnaire des écrits de l´Ontario français (1613-1993) est l´aboutissement d´une entreprise lancée en 1982 par un collectif de chercheurs de Sudbury. Publiée en l´année du 400e anniversaire de la présence francophone en Ontario, il recense tous les ouvrages autonomes parus en français, depuis le Quatriesme voyage du Sr. de Champlain [...] en la Nouvelle France, fait en l´année 1613, jusqu´aux écrits beaucoup plus nombreux de l´année 1993.

    Le Dictionnaire des écrits de l´Ontario français (1613-1993), c´est ainsi la somme de tous les écrits connus de la langue française dont l´auteur est né en Ontario ou y a vecu et publié ou ayant l´Ontario comme sujet.

    Le Dictionnaire des écrits de l´Ontario français (1613-1993), c´est aussi la première lecture intégrale de quatre siècles d´écriture en français dans tous les domaines des sciences humaines soit 2 537 écrits imprimés de 1613 à 1993 par 1000 auteurs et présentés en un dictionnaire alphabétique et encyclopédique.

    Le Dictionnaire des écrits de l´Ontario français (1613-1993), c´est encore le fruit de la rédaction collégiale de 166 collaborateurs, un outil de référence unique pour les Franco-Ontariens et un guide indispensable pour les chercheurs de la francophonie.

    Le Dictionnaire des écrits de l´Ontario français (1613-1993), c´est enfin un répertoire des auteurs et leurs écrits, une première bibliographie des écrits franco-ontariens, un index des milliers de personnages et de lieux cités dans les écrits et un tremplin transdisciplinaire pour de nouvelles recherches.

  • Signées par des spécialistes provenant de différentes provinces canadiennes, les huit études réunies dans ce volume nous font découvrir que l'acquisition de la littératie est influencée tant par le développement linguistique que l'environnement familial ou la société dans laquelle l'enfant évolue. La littératie -- néologisme qui s'intègre graduellement dans le langage de l'éducation -- vise à rendre compte du caractère englobant de la langue et de la culture. En effet, la littératie dépasse le simple fait de savoir lire et écrire et renvoie aux capacités de l'individu à maîtriser l'écrit pour penser, communiquer, acquérir des connaissances, résoudre des problèmes, réfléchir sur son existence, partager sa culture et se divertir. L'individu lettré ne peut donc se définir sans l'écrit qui est un atout indispensable pour lire, se lire et lire le monde qui nous entoure. Chaque étude contribue de façon originale à faire comprendre les enjeux essentiels qui influencent la littératie.

  • Francophonie, minorités et pédagogie regroupe des textes de sociologues et sociolinguistes activement impliqués dans la recherche sur l´éducation de minorités linguistiques au sein de la Francophonie. La richesse en diversité de ces textes permet de souligner l´apport de la sociolinguistique en matière d´analyse des politiques éducatives. De même, ce collectif met en lumière la contribution de la sociolinguistique en matière de production de connaissances mais aussi de développement d´une pédagogie visant une inclusion et le respect du groupe minoritaire au-delà de toutes frontières.

  • La mort d´Alain Robbe-Grillet, en 2008, est à l´origine du colloque international Alain Robbe-Grillet : balises pour le XXIe siècle, tenu à l´Université d´Ottawa en juin 2009 et dont cet ouvrage constitue les Actes. Cette réunion avait pour objectifs de faire le point sur Robbe-Grillet et son oeuvre, tant littéraire que cinématographique, désormais achevé, de la remettre en perspective avec les auteurs qui ont précédé l´écrivain, qui ont été ses contemporains ou avec les romanciers d´aujourd´hui, de marquer un bilan d´étape de la recherche et de lancer des pistes de réflexion pour l´avenir. L´ensemble est complété par de nombreux témoignages d´écrivains actuels et comporte plusieurs documents inédits.

  • La traduction est un phénomène central pour l'Europe telle qu'elle est en train de se construire : elle assure les échanges entre états sans qu'une langue commune donne l'impression d'une hégémonie quelconque ou d'un abandon des identités nationales. Cet attachement à la notion d'identité tout en ménageant les échanges culturels est une constante de l'histoire européenne et ces échanges passées, fondés sur la traduction, font que la construction de l'Europe ne se réduit pas à la création d'une entité économique et politique : elle possède une dimension humaine et culturelle spécifique, qui lui donne son âme. Ce colloque a abordé ces deux aspects du rôle de la traduction en Europe : dans le passé et aujourd'hui comme facteur de découverte mutuelle et ferment culturel ; de manière plus spécifique aujourd'hui comme facteur d'équilibre et instrument de communication au sein des institutions. Le colloque a rassemblé des spécialistes de nombreux pays européens ou observateurs jetant un regard sur l'Europe. Les textes partent de la traduction en Irlande au Moyen Age pour aboutir aux traducteurs allemands de Roumanie au XIXe siècle. La dernière partie du colloque tente de faire le point sur divers aspects de la recherche en matière de traductologie ainsi que la formation des traducteurs.

empty