Sciences économiques

  • Alors que l'Europe s'embrase en août 1914 sans que personne n'imagine encore l'ampleur du conflit, les débats sont déjà nombreux sur la pertinence de l'engagement qu'il soit politique, idéologique, économique ou religieux. Les Etats, les groupes d'opinion et les individus optent pour des positions dictées par leur conscience ou par les intérêts politiques. La guerre durant, les neutralismes les plus affirmés vont être mis à mal. Dans le cadre d'une approche historique, géographique, littéraire et artistique, l'objet de cet ouvrage est d'examiner l'évolution des enjeux géopolitiques et des débats d'ordre moral, spirituel ou idéologique qui ont conduit les défenseurs de la neutralité à maintenir leur position pendant toutes ces années ou à s'engouffrer de gré ou de force dans la voie de l'interventionnisme.

  • En 1949, l'Allemagne remet en place un système de conventions collectives destiné à déterminer les salaires et les conditions de travail au plus près des branches de l'activité économique. Dans ce système, les partenaires sociaux jouissent d'une réelle autonomie décisionnelle face à l'Etat. Or, en 1992, les critiques à l'encontre du système conventionnel commencent à s'amplifier. Au tournant des années 2000, la revendication en faveur de l'introduction par l'Etat d'un salaire minimum intersectoriel émerge même sur la scène publique. Comment en arrive-t-on à remettre en cause un système aussi emblématique du modèle économique allemand ? Quelles transformations sont à l'oeuvre et quels en sont les acteurs ? Face à ces transformations, quelles positions et quelles stratégies les partenaires sociaux adoptent-ils ? Pour répondre à ces questions, l'ouvrage analyse les publications de deux instituts de recherche, l'un proche du patronat, l'autre proche des syndicats, entre 1992 et 2008. Il permet ainsi d'accéder à une meilleure compréhension, nourrie d'approches divergentes mais parfois complémentaires, d'un phénomène complexe.

empty