Peter Lang AG, Internationaler Verlag der Wissenschaften

  • Ce livre offre les premiers résultats d'une enquête sur les pratiques et les représentations du passé chez les Khmers. Elle s'inscrit dans une réflexion sur la mémoire collective qui fait le choix d'un pas de côté, à distance de l'historiographie récente traitant de cette question à l'intérieur d'une chronologie très restreinte, couvrant les 40 ans qui nous séparent du régime khmer rouge. Ici comme ailleurs, considérer les phénomènes de la vie sociale pour leur seule contemporanéité ou ériger les événements contemporains comme fondateurs à l'exclusion des autres ne permet guère une pleine compréhension du fonctionnement de la mémoire collective. Il n'est sans doute pas de problème plus complexe que celui du rapport qu'entretient, sur la durée, une société à son passé. À commencer par celui des mots qu'elle se choisit pour le dire et qui le déterminent en partie. Ceux que les auteurs ont tirés de la langue des locuteurs, des textes historiques et de l'exercice des rites suggèrent d'autres chemins à frayer. Une dizaine d'articles de linguistes, d'historiens et d'ethnologues nous invitent ici à les parcourir, en regard des expériences du passé propres aux mondes indien et européen.

  • Au devant de la scène et à l'intersection de questions sociales multiples, le travail de rue, désigné en Suisse romande sous l'appellation « travail social hors murs » (TSHM), se caractérise essentiellement par l'action d'« aller vers » dans la rue et les milieux de vie des populations. Si le mandat est essentiellement de natures éducative et sanitaire, il naît bien souvent sur la base de problématiques d'insécurité. A quoi renvoient les termes de sécurité et d'insécurité ? Comment le travail social de rue est-il perçu ? Soumis à une même logique d'Etat, comment cohabite-t-il avec les professions dévolues au maintien de l'ordre et à l'action répressive ? Quel cadre éthique cela présuppose-t-il ? Avec des professionnels concernés, des représentants des forces de l'ordre et des publics en situation de rue, l'auteur contribue à y répondre. Une pierre à l'édifice pour la profession qui a le mérite de dévoiler une méthodologie d'actions, de souligner des limites partenariales, d'explorer des notions « tabous » sous l'angle de la philosophie, de faire émerger des questions d'éthique et d'ouvrir de nouveaux chantiers relatifs à la pratique, à la recherche et à la formation.

  • Envisager le changement climatique du point de vue des acteurs qui en subissent les effets, tel est le pari de cet ouvrage. Les Q'eros forment une communauté transhumante établie dans la région de Cuzco (Pérou) dont la production agricole et le bétail sont significativement affectés par le changement climatique, notamment la variation du régime des pluies. Depuis une dizaine d'années, un nombre croissant de Q'eros migrent, principalement vers la ville de Cuzco. À partir d'enquêtes ethnographiques effectuées entre 2011 et 2014, cet ouvrage démontre la nécessité d'analyser la manière dont une société se représente le changement climatique afin de comprendre les interactions entre migrations et changement climatique. Par le biais d'une analyse des discours et des pratiques que les Q'eros maintiennent avec et au sein de leur environnement, cette étude révèle que la dichotomie nature-culture sur laquelle reposent les études conventionnelles des effets du changement climatique ne permet pas de rendre compte de la manière dont les Q'eros se représentent le changement climatique.

  • Cet ouvrage se propose de fournir à la fois un recensement et une étude linguistique des expressions du français formés sur le verbe dire, ainsi que à ce qu'on dit, cela va sans dire, si on peut dire, comme on dit, etc. Ces marqueurs discursifs se caractérisent par une fonction épilinguistique : ils servent en bref à indiquer l'attitude adoptée face à une représentation de la réalité. Ce premier volume en étudie une quarantaine (il en existe plus de cent trente), chaque auteur se chargeant de l'analyse de deux à cinq marqueurs. Il s'agit donc à la fois d'un dictionnaire comportant une présentation des différentes valeurs identifiées pour chaque marqueur, au travers d'exemples tirés de corpus oraux et écrits, et d'autre part d'un ouvrage théorique abordant les propriétés syntaxiques, sémantiques et pragmatiques propres à chacun d'entre eux.
    Les étudiants de langue de niveau supérieur (écoles d'interprétariat et/ou de langues) trouveront d'utiles renseignements dans la partie descriptive, et les linguistes confirmés pourront consulter la partie proprement théorique. Une introduction et la liste alphabétique des marqueurs formés sur le verbe dire complètent l'ensemble.

  • Alors que l'Europe s'embrase en août 1914 sans que personne n'imagine encore l'ampleur du conflit, les débats sont déjà nombreux sur la pertinence de l'engagement qu'il soit politique, idéologique, économique ou religieux. Les Etats, les groupes d'opinion et les individus optent pour des positions dictées par leur conscience ou par les intérêts politiques. La guerre durant, les neutralismes les plus affirmés vont être mis à mal. Dans le cadre d'une approche historique, géographique, littéraire et artistique, l'objet de cet ouvrage est d'examiner l'évolution des enjeux géopolitiques et des débats d'ordre moral, spirituel ou idéologique qui ont conduit les défenseurs de la neutralité à maintenir leur position pendant toutes ces années ou à s'engouffrer de gré ou de force dans la voie de l'interventionnisme.

  • The «never-ending crisis» that started in 2008 and the technocratic and fiscal measures demanded by the «Troika» have aggravated the EU's so-called «democratic deficit» more than ever before. In this essay the principal theoretical and practical dimensions of this phenomenon at the levels of institution, procedure and social legitimacy are set out and developed. With this in mind, the dysfunctions in the architecture of the institutions, the elite, complex and opaque mechanisms in decision-making and, most importantly, the growing critical estrangement of many citizens reveals that poor democratic quality of the EU constitutes its principal and most serious political problem. To empirically illustrate this debate, Rodríguez-Aguilera evaluates the positions and proposals of the parties in the six most populous countries that have addressed this issue through a comparative analysis of their political programmes.

  • Fruit d'un colloque scientifique organisé en septembre 2012 à l'Université de Neuchâtel, le présent ouvrage aborde la question du supportérisme de football sous des angles encore peu explorés. Il porte sur les modes d'organisation des supporters et leur capacité à juguler les manifestations extrémistes ou à défendre des intérêts communs vis-à-vis des clubs, des fédérations et des instances publiques. Les contributions, qui concernent des contextes géographiques différents (Argentine, Belgique, Croatie, Egypte, France, Roumanie et Suisse), amorcent une réflexion plus générale sur la constitution de réseaux d'acteurs nationaux et internationaux, et sur les dynamiques à l'oeuvre dans les stades. En effet, le supportérisme change de visage. Aujourd'hui, les supporters ne se contentent plus de soutenir leur équipe favorite, mais ils formulent aussi des revendications sur des objets qui les concernent directement (aménagement des stades, législations spécifiques, etc.).

  • Quelles réalités recouvre l'image, souvent uniformisante, des transformations récentes des conditions de vie des retraités ? Certes, la pauvreté a reculé chez les personnes âgées, leur état de santé s'est amélioré et la retraite ne rime plus avec exclusion sociale. Pourtant, dans les coulisses des tendances générales, d'anciennes vulnérabilités persistent et de nouvelles inégalités émergent. Mêlant contributions théoriques et empiriques, cet ouvrage porte sur un aspect largement occulté en sociologie de la vieillesse, celui des inégalités sociales dans la dernière étape du parcours de vie. Il interroge notamment les nouveaux modèles du « bien vieillir » et du « vieillissement actif » en portant l'attention sur les conditions de réalisation socialement situées de ces modèles. Il propose également un regard réflexif sur les travaux sociologiques dans le domaine du vieillissement en questionnant, du point de vue historique, leur rôle dans le processus d'invisibilisation des effets de classe dans ce champ d'étude et en montrant comment les perspectives issues des études de genre ouvrent la voie à un renouveau des analyses en terme de classes dans le cadre des approches intersectionnelles.

  • Cette étude est consacrée aux pratiques imitatives qui continuent de caractériser un grand nombre d'oeuvres littéraires et de films issus de l'immigration dans la France postcoloniale. L'imitation de la culture française dans la production artistique des immigrants et de leurs descendants a généralement été interprétée de deux manières par les critiques : soit comme le signe d'un manque de talent et parfois aussi d'intégrité, soit comme un acte politique à travers lequel les artistes en question exprimeraient leur mécontentement par rapport à la société et à la politique françaises passées et présentes. L'intervention de ce livre consiste à mettre en relief un aspect souvent ignoré des pratiques imitatives, y compris le plagiat, à savoir leur dimension éthique. Les artistes dont l'oeuvre est analysée dans ce livre ont des liens avec le Vietnam, le Cameroun, l'Algérie, le Liban et la Tunisie.

  • Cet ouvrage présente la première recherche d'envergure sur le phénomène des hommes regroupés en organisations et délibérément engagés dans des actions et des réflexions sur l'identité masculine en Suisse. Conduite à travers une approche de méthodes mixtes, l'étude dégage trois perspectives idéologiques synthétisant les discours contemporains sur l'identité masculine : défensive, expressive et relationnelle, pro-féministe. Ce constat remet partiellement en question les interprétations se limitant à la dénonciation d'un mouvement visant à attaquer les droits des femmes. Le texte révèle également que les modèles masculins prônés dans ces milieux sont façonnés par des valeurs d'expressivité, contrastant avec les modèles plus traditionnels de pourvoyeur-protecteur. En outre, les idéaux prônés par ces hommes militants sont influencés par la complexification des formes familiales contemporaines, caractérisées par l'individualisation des rapports de filiation et la séparation progressive des fonctions parentale et conjugale.

  • Le genre entendu comme construction socioculturelle de la « différence des sexes » a permis de remettre en cause une hiérarchie des groupes sexués fondée sur les seules différences biologiques. La mise à nu des multiples processus de naturalisation du statut et du rôle social du masculin et du féminin a été diversement interprétée et utilisée, parfois galvaudée ou mal comprise. Dans le champ de la littérature et des arts, les réflexions sur le féminin/masculin ainsi que la mise à contribution des études de genre sur ces questions ont pu faire l'objet, font encore l'objet de rejet, de méfiance et/ou d'incompréhension. Inversement et simultanément, cet outil qu'est le concept de genre est devenu « à la mode », voire « politiquement correct » et de bon ton, sans toutefois être toujours mobilisé à bon escient : de ce fait, il se trouve parfois privé de sa pertinence et de son efficience herméneutique. Les différentes contributions de cet ouvrage envisagent ces aspects contradictoires tout en précisant quelques-unes des différentes déclinaisons du concept de genre en territoire européen, notamment en Espagne, en France et en Grande-Bretagne. Le domaine de la littérature et la question de « l'entrée en écriture » y sont également explorés avec une particulière attention.

  • A partir des verbes opérateurs d'un texte, jusqu'à leur enchaînement complet et original en une triple chaîne prédicative, l'ouvrage construit des scénarios de schèmes dans le cadre théorique de la Grammaire Applicative et Cognitive. Il propose une analyse de comparaisons existantes entre le génome et l'alphabet ou le texte, mettant en exergue la nécessité de niveaux d'analyse. A travers une série d'analogies, et une réflexion de ce fait interdisciplinaire, ces structures du langage sont mises en relation avec des structures mathématiques et biologiques : l'ADN, les protéines, la formation de l'embryon, selon des niveaux de comparaison. Construit par ses opérateurs qui mettent en oeuvre un concept, le texte se déploie à partir de repères topologiques internes, tel le système nerveux puis le corps à la suite des cellules neurales. Une topologie textuelle devient appropriée pour décrire ce processus.

  • Ce volume rassemble des contributions scientifiques abordant le « patrimoine immatérie l» de diverses manières. Tout d'abord, celui véhiculé par les langues vernaculaires d'origine latine encore parfois parlées en France, en Belgique wallonne, en Suisse romande et en Italie du nord. Contes de transmission orale (articles de Nicole Belmont, Aurélie Reusser-Elzingre, Fabio Armand, Jacques Berlioz, Lydia Gaborit), légendes historiques et chansons (Isabelle Raboud-Schüle et Serge Rossier, Claudine Fréchet, Edith Montelle), noms de lieux (Matteo Rivoira), expressions (Françoise Lempereur), surnoms locaux (Alexis Bétemps), vocabulaire de métier (Jean Delmas), tous sont porteurs de croyances et de valeurs dites « traditionnelles ». Cette matière est abordée de divers points de vue : celui de l'anthropologue, qui analyse les relations entre les acteurs et l'inévitable (re)fabrication culturelle. Celui du collecteur, qui recherche souvent à figer dans l'écriture une forme orale mouvante. Celui du philologue, désirant mettre en valeur un « patrimoine historique » souvent inaccessible sans son rôle de transmetteur au grand public. Enfin, celui du conteur, toujours à la recherche de nouveaux récits, qui transmet à travers sa langue des motifs au gré de sa propre biographie, du public et du contexte. Toutes ces contributions sont encadrées par les réflexions de dialectologues (Andres Kristol, Federica Diémoz, Aurélie Reusser-Elzingre) et d'anthropologues (Ellen Hertz, Suzanne Chappaz-Wirthner) sur ce vaste sujet qu'est le « patrimoine culturel immatériel ».

  • Symbole de la pensée créatrice pour quelques-uns, sauvageonne illusionniste pour de nombreux autres, la métaphore a plutôt mauvaise presse dans l'histoire de la pensée occidentale qui s'en méfie autant qu'elle redoute la force déstructurante de l'imagination. Le langage quotidien est pourtant truffé de métaphores que l'usage ne laisse plus guère apparaître comme telles mais qui structurent notre expérience du monde.

    Cet ouvrage a pour but d'étudier le développement de la compréhension de métaphores chez des enfants âgés de 4 à 10 ans. Après avoir mis à l'épreuve un modèle cognitiviste de compréhension, l'auteur adopte une perspective critique relevant de la psychologie socio-culturelle sur les mêmes conduites des enfants. Ce changement radical de posture permet de décrire comment les enfants mobilisent, à certaines fins communicationnelles, divers artefacts culturels - des personnages de dessins animés ou de BD, des normes sociales ou des expériences personnelles - issus de leur environnement social. Ils démontrent ainsi disposer de compétences socio-cognitives précoces, trop souvent occultées ou considérées pêle-mêle comme « élémentaires » dans les approches plus classiques.

  • Cet ouvrage regroupe quatorze contributions d'universitaires germanistes qui ont souhaité rendre hommage à leur collègue Anne-Marie Saint-Gille dont les travaux de recherche et l'enseignement ont principalement porté sur la construction de la paix en Europe. Les contributeurs interrogent les relations franco-allemandes qui ont toujours constitué l'un des enjeux majeurs de la paix sur le continent européen. Couvrant le XIXe et le XXe siècle, les articles réunis permettent de dégager l'une des constantes les plus remarquables des relations France-Allemagne : l'attirance mutuelle des deux voisins tiraillés depuis plus de deux siècles entre une volonté de coopération et la tentation du conflit.

  • La complexité des enjeux liés aux langues spécialisées professionnelles s'inscrit au coeur de l'activité des linguistes intervenant dans le secteur des langues pour spécialistes d'autres disciplines. Cet ouvrage, conçu comme un guide du chercheur en linguistique appliquée, examine les concepts fondamentaux de la discipline et propose des méthodes visant à affiner la connaissance des langues et des cultures spécialisées professionnelles en contexte. Traitant des questions de domaine, d'identité et de communauté professionnels, il développe une analyse critique des outils permettant de caractériser les langues spécialisées professionnelles, en insistant sur la place du terrain et de l'ethnographie. Il propose un cadre et des éléments de référence sur les questions de terminologie et de constitution de corpus pour la description des discours spécialisés professionnels en synchronie et en diachronie.

  • La fin du musée disciplinaire est-elle possible ? Au vu du retour à l'objet qui s'observe dans les discours scientifiques et muséographiques, cette question paraît devoir à nouveau être posée. Des muséologues, des professionnels des musées, et des chercheurs actifs en Suisse, en France et au Canada, mettent en évidence les différents regards portés sur les objets de musée. Ils discutent comment les disciplines, mais aussi l'histoire des collections et la culture dans laquelle elle s'inscrit, modulent ou non le potentiel pluridisciplinaire des objets. Leurs contributions proposent ainsi diverses façons de penser le retour à l'objet. Musée sans discipline, musée pluridisciplinaire, ou exposition conviant diverses disciplines autour d'une même matérialité sont envisagés.

  • Ce volume réunit des travaux axés prioritairement sur le français innovant sous toutes ses formes, dans tous les styles communicatifs et dans toutes ses variétés diatopiques. La thématique de la variation et du changement en langue est appréhendée à travers des approches théoriques dans l'interface sémantique - lexique - syntaxe. Ces dernières sont mises à profit pour aider à éclairer, sous un angle parfois inédit, divers aspects du diasystème français.

  • La traduction n'est pas réservée aux traducteurs, elle a lieu dans le moindre de nos entretiens. Ce livre se propose de déconstruire le phénomène global appelé traduction. Il distingue plusieurs plans d'analyse. Avant tout un plan sociolinguistique - la traduction comme la recherche d'un consensus entre deux interlocuteurs - et un plan herméneutique ou axiolinguistique - la traduction comme la négation d'une impossibilité de traduire, car toujours différente de l'original. Chaque plan est envisagé sous l'angle d'une dialectique. La langue à la fois nous met en contact et nous sépare, et le traducteur, tout en surmontant des barrières, ne peut s'empêcher par ailleurs d'en ériger.

  • Co-édité par les unités d'archéologie classique et d'histoire de l'art, en partenariat avec l'équipe d'accueil Histara de l'Ecole pratique des Hautes Etudes à Paris, le volume réunit les actes d'un colloque organisé à Genève les 11 et 12 avril 2011. Il se focalise sur l'extraordinaire vitalité des années 1540. Cette décennie de transition a vu l'émergence de phénomènes capitaux et de véritables révolutions dans l'histoire culturelle de l'Occident, dans tous les domaines : de la religion aux sciences en passant par l'architecture et les arts visuels. Son identité reste néanmoins difficile à cerner. Pour tenter d'en préciser les contours, le volume aborde les arts et les lettres sous une pluralité de perspectives, rassemblant des compétences dans différentes disciplines. Son originalité consiste précisément à articuler des approches transversales autour d'un moment crucial et d'en mesurer les conséquences à long terme. Il viendra renouveler, par ce point de vue inhabituel, les études consacrées à la Renaissance.

  • Cet ouvrage a pour sujet le problème de la persécution des chrétiens dans l'Empire romain depuis le règne de Néron jusqu'à l'édit de tolérance de Constantin. Les causes des persécutions de chrétiens, que ceux qui en étaient victimes ne parvenaient pas à comprendre, sont très controversées, l'interprétation la plus communément admise étant que le christianisme fut interdit en tant que religion `illicite'.
    Les Romains ont été dès les origines fondamentalement tolérants envers les cultes étrangers. La persécution des chrétiens est donc une exception surprenante.
    Dans la recherche moderne sur les causes de la persécution des chrétiens, la tendance générale est de négliger les fondements institutionnels et juridiques. On constate en particulier un manque d'intérêt pour la législation sur le droit d'association. On verra dans cet ouvrage que ces fondements institutionnels et juridiques mettront en évidence des aspects inattendus.

  • El volumen subraya la importancia de la filología como instrumento de salvaguarda y recuperación del patrimonio cultural lingüístico y literario. Consta de 18 capítulos distribuidos en cuatro secciones, en los que, tras unas reflexiones teóricas sobre el concepto de patrimonio literario actual, autores de distintas áreas filológicas de la Facultad de Letras de la Universidad de Málaga abren nuevas perspectivas de estudio para la conservación y difusión del patrimonio lingüístico y una mejor comprensión de la historia y la sociedad de las culturas reflejadas en el patrimonio literario de Europa. Se cierra la obra con tres estudios que demuestran cómo además los textos literarios, mediante el análisis filológico que acentúa su valor testimonial de épocas pasadas, son documentos indispensables para un mejor conocimiento del patrimonio etnológico, social y artístico transmitido o condicionado por ellos.

  • Die interdisziplinäre Studie beleuchtet die Rezeption der Glasmalerei in der Schweiz im Kontext der Nationenbildung im langen 19. Jahrhundert. Im Zentrum steht das kleinformatige Glasbild aus der frühen Neuzeit, das von der Kunstforschung als nationales Kunstdenkmal beurteilt wurde. Besondere Beachtung fanden die gemeinsamen Schenkungen von Wappenscheiben aller eidgenssischen Orte an einen Bündnispartner die Standesscheibenzyklen. Sie wurden zu Zeugnissen einer geeinten Eidgenossenschaft zur Zeit ihrer politischen und kulturellen Blüte im 15./16. Jahrhundert erhoben. Mit der Belebung des Glasmalerei-Handwerks im 19. Jahrhundert erwachte auch der Wunsch, nach alter Tradition Standesscheiben zu stiften. Geprägt von einer idealisierenden Geschichts- und Staatsauffassung entstanden im 19. und 20. Jahrhundert neue Zyklen für national bedeutende Gebäude, die symbolhaft die Einheit der Schweizerischen Eidgenossenschaft beschworen.

  • Vocational education has been opened up and extends to various directions: Higher education tends to take on vocational education models. Vice versa, vocational education development partially follows the structures of higher education. In addition, informal learning and recognition of competences widen the perspectives on vocational education. This book highlights a variety of developments and analyses from countries like Australia, Germany, Spain, Switzerland, South Africa, India, Ukraine and the United States, but also from a more global perspective. It reveals that regardless of national pathways a new shape of vocational education and educational provision with a specific focus on vocations, workplace and learning is emerging.

empty