Langue française

  • Ce livre offre les premiers résultats d'une enquête sur les pratiques et les représentations du passé chez les Khmers. Elle s'inscrit dans une réflexion sur la mémoire collective qui fait le choix d'un pas de côté, à distance de l'historiographie récente traitant de cette question à l'intérieur d'une chronologie très restreinte, couvrant les 40 ans qui nous séparent du régime khmer rouge. Ici comme ailleurs, considérer les phénomènes de la vie sociale pour leur seule contemporanéité ou ériger les événements contemporains comme fondateurs à l'exclusion des autres ne permet guère une pleine compréhension du fonctionnement de la mémoire collective. Il n'est sans doute pas de problème plus complexe que celui du rapport qu'entretient, sur la durée, une société à son passé. À commencer par celui des mots qu'elle se choisit pour le dire et qui le déterminent en partie. Ceux que les auteurs ont tirés de la langue des locuteurs, des textes historiques et de l'exercice des rites suggèrent d'autres chemins à frayer. Une dizaine d'articles de linguistes, d'historiens et d'ethnologues nous invitent ici à les parcourir, en regard des expériences du passé propres aux mondes indien et européen.

  • This book reveals the critical role of architecture in the assimilation of the ideologies and values conveyed at Holocaust museums around the world. Through the architectural analysis of sixteen museums, social, cultural and political agendas will be unfolded. While the distance in time and place raises the need to create innovative forms of display to reach an audience removed from the Holocaust, the degree to which this can be done by the museums' exhibits alone is limited. This book shows that architecture, as an abstract form of expression, plays a major role in the conception of Holocaust museums. By conveying values that cannot otherwise be expressed, the museums' architecture becomes integral to its narrative and, through it, to the construction of collective memories of the Holocaust.

  • Envisager le changement climatique du point de vue des acteurs qui en subissent les effets, tel est le pari de cet ouvrage. Les Q'eros forment une communauté transhumante établie dans la région de Cuzco (Pérou) dont la production agricole et le bétail sont significativement affectés par le changement climatique, notamment la variation du régime des pluies. Depuis une dizaine d'années, un nombre croissant de Q'eros migrent, principalement vers la ville de Cuzco. À partir d'enquêtes ethnographiques effectuées entre 2011 et 2014, cet ouvrage démontre la nécessité d'analyser la manière dont une société se représente le changement climatique afin de comprendre les interactions entre migrations et changement climatique. Par le biais d'une analyse des discours et des pratiques que les Q'eros maintiennent avec et au sein de leur environnement, cette étude révèle que la dichotomie nature-culture sur laquelle reposent les études conventionnelles des effets du changement climatique ne permet pas de rendre compte de la manière dont les Q'eros se représentent le changement climatique.

  • Ce volume présente les contributions des cinquièmes Rencontres Internationales organisées à Lausanne par la Fondation harmoniques en septembre 2010. Il offre un regard panoramique et des études à plusieurs voix sur la variété des écoles de facture de piano et des styles pianistiques à l'époque de Chopin. C'est la conjonction de l'observation scientifique, de la connaissance des sources historiques et de la pratique artisanale qui constitue l'intérêt principal de ces communications. This volume comprises the proceedings of the fifth International Congress which was organised by the harmoniques foundation and held in Lausanne during September 2010. Through the juxtaposition of scientific observation, historical research and practical instrument-making in the assembled essays, an impressive diversity of piano making and playing encountered in Chopin's time unfolds.

  • Des formes d'association nouvelles entre les individus modifient sans cesse la réalité sociale chinoise. En dépit de l'indétermination et de l'incertitude qui dominent, des actes volontaires de coordination sont accomplis chaque jour. D'une part, ils mettent à l'épreuve pactes et promesses ; d'autre part, ils confirment ou invalident les obligations et les engagements qui importent. Derrière l'apparente disparité des lieux ou des histoires évoquées, les contributions réunies dans cet ouvrage s'attachent à retracer de tels épisodes d'action concertée. Ecrites par des chercheurs chinois et français, elles prennent appui sur des matériaux d'enquête, tant historique qu'ethnographique. Les textes donnent ainsi à voir comment ceux qui s'associent, de façon parfois fugace, parfois stabilisée, retravaillent les arrangements sociaux, précisent le sens et la portée des institutions, testent des répertoires d'action et contribuent à redéfinir des façons de tenir ensemble. Six d'entre eux sont écrits en français et deux autres en langue anglaise.

  • Au cours des dernières décennies, le champ de l'éducation et de la pédagogie a été parcouru de controverses parfois très vives, qui laissaient cependant l'impression de reprendre des débats anciens. Ceux-ci s'étaient déjà rencontrés sous la Renaissance ou au XIXe siècle, quand se mettent en place les conditions modernes de l'école. Un séminaire a réuni pendant 4 ans des chercheurs des Universités de Caen, Nantes et Rouen autour de ces questions. Etudier ce type de controverses présente en effet de nombreux avantages : elles portent sur des notions centrales de l'éducation et constituent un observatoire privilégié pour l'analyse de la « raison éducative ». Il s'agit, en effet, de dégager des continuités, des constantes, de reconstituer des genèses ou des périodes, et d'étudier les enjeux et les arguments mis en oeuvre. Il est alors possible de mettre en contrastes les systèmes d'explication et de légitimation mobilisés et d'éclairer de façon critique des débats qui, aujourd'hui encore, empruntent à leur insu les mêmes voies.

  • Où va l'autobiographie ? Alors qu'elle évolue entre les genres, entre les cultures et les langues, ainsi qu'entre les nouveaux moyens de capter et d'archiver la vie, on remarque qu'elle constitue plus que jamais un lieu d'expérimentation et d'innovation pour les auteurs d'expression française. Cet ouvrage se propose dès lors d'examiner plusieurs des formes d'écriture de soi qui ont marqué ces dernières décennies. Parcourir des oeuvres d'auteurs et de cinéastes reconnus avec des spécialistes de l'autobiographie, c'est se donner une chance de saisir certaines évolutions et de mesurer la vitalité d'un genre pour lequel l'intérêt critique et populaire n'a fait que croître depuis les premiers travaux de Philippe Lejeune (qui signe l'arrière-propos de ce volume) dans les années 1970. On trouvera ici des contributions de chercheurs qui répondent au commun désir de développer de nouveaux cadres théoriques permettant d'apprécier à sa juste valeur la remarquable diversité de la production autobiographique contemporaine.

  • Au devant de la scène et à l'intersection de questions sociales multiples, le travail de rue, désigné en Suisse romande sous l'appellation « travail social hors murs » (TSHM), se caractérise essentiellement par l'action d'« aller vers » dans la rue et les milieux de vie des populations. Si le mandat est essentiellement de natures éducative et sanitaire, il naît bien souvent sur la base de problématiques d'insécurité. A quoi renvoient les termes de sécurité et d'insécurité ? Comment le travail social de rue est-il perçu ? Soumis à une même logique d'Etat, comment cohabite-t-il avec les professions dévolues au maintien de l'ordre et à l'action répressive ? Quel cadre éthique cela présuppose-t-il ? Avec des professionnels concernés, des représentants des forces de l'ordre et des publics en situation de rue, l'auteur contribue à y répondre. Une pierre à l'édifice pour la profession qui a le mérite de dévoiler une méthodologie d'actions, de souligner des limites partenariales, d'explorer des notions « tabous » sous l'angle de la philosophie, de faire émerger des questions d'éthique et d'ouvrir de nouveaux chantiers relatifs à la pratique, à la recherche et à la formation.

  • Cet ouvrage se propose de fournir à la fois un recensement et une étude linguistique des expressions du français formés sur le verbe dire, ainsi que à ce qu'on dit, cela va sans dire, si on peut dire, comme on dit, etc. Ces marqueurs discursifs se caractérisent par une fonction épilinguistique : ils servent en bref à indiquer l'attitude adoptée face à une représentation de la réalité. Ce premier volume en étudie une quarantaine (il en existe plus de cent trente), chaque auteur se chargeant de l'analyse de deux à cinq marqueurs. Il s'agit donc à la fois d'un dictionnaire comportant une présentation des différentes valeurs identifiées pour chaque marqueur, au travers d'exemples tirés de corpus oraux et écrits, et d'autre part d'un ouvrage théorique abordant les propriétés syntaxiques, sémantiques et pragmatiques propres à chacun d'entre eux.
    Les étudiants de langue de niveau supérieur (écoles d'interprétariat et/ou de langues) trouveront d'utiles renseignements dans la partie descriptive, et les linguistes confirmés pourront consulter la partie proprement théorique. Une introduction et la liste alphabétique des marqueurs formés sur le verbe dire complètent l'ensemble.

  • Alors que l'Europe s'embrase en août 1914 sans que personne n'imagine encore l'ampleur du conflit, les débats sont déjà nombreux sur la pertinence de l'engagement qu'il soit politique, idéologique, économique ou religieux. Les Etats, les groupes d'opinion et les individus optent pour des positions dictées par leur conscience ou par les intérêts politiques. La guerre durant, les neutralismes les plus affirmés vont être mis à mal. Dans le cadre d'une approche historique, géographique, littéraire et artistique, l'objet de cet ouvrage est d'examiner l'évolution des enjeux géopolitiques et des débats d'ordre moral, spirituel ou idéologique qui ont conduit les défenseurs de la neutralité à maintenir leur position pendant toutes ces années ou à s'engouffrer de gré ou de force dans la voie de l'interventionnisme.

  • Au printemps 1930 Henri de Régnier visita l'Espagne pour la première fois, plus particulièrement Madrid, Tolède, Avila, L'Escurial, Burgos. Cette même année, entre la mi-octobre et la mi-novembre, un deuxième voyage allait suivre : l'écrivain parcourut cette fois-ci la Catalogne et Majorque. Un troisième tour dans la péninsule, à l'automne 1932, mettait fin au périple espagnol de l'auteur : de Barcelone il descendit jusqu'en Andalousie pour s'arrêter à nouveau à Madrid avant de rejoindre Paris.
    Sous le titre général En Espagne les récits de ces voyages furent publiés par la Revue des Deux Mondes (quatre livraisons entre novembre 1933 et octobre 1935). Nous présentons aujourd'hui au public un voyage qui n'a jamais été publié en livre et dont le dernier chapitre, « Tarragone - Saragosse - Valence », conservé parmi les papiers de Mme Tremblot-Bougeneaux, qui aurait accompagné l'écrivain au cours de ces voyages, est inédit.
    Ces pages découvrent aux lecteurs un voyageur raffiné qui savait jouir de chaque moment du voyage, un grand amateur d'antiquités et d'art particulièrement épris du Gréco, un écrivain toujours en quête du mot juste, d'un lyrisme simple et sans artifice.

  • The «never-ending crisis» that started in 2008 and the technocratic and fiscal measures demanded by the «Troika» have aggravated the EU's so-called «democratic deficit» more than ever before. In this essay the principal theoretical and practical dimensions of this phenomenon at the levels of institution, procedure and social legitimacy are set out and developed. With this in mind, the dysfunctions in the architecture of the institutions, the elite, complex and opaque mechanisms in decision-making and, most importantly, the growing critical estrangement of many citizens reveals that poor democratic quality of the EU constitutes its principal and most serious political problem. To empirically illustrate this debate, Rodríguez-Aguilera evaluates the positions and proposals of the parties in the six most populous countries that have addressed this issue through a comparative analysis of their political programmes.

  • Cette étude est consacrée aux pratiques imitatives qui continuent de caractériser un grand nombre d'oeuvres littéraires et de films issus de l'immigration dans la France postcoloniale. L'imitation de la culture française dans la production artistique des immigrants et de leurs descendants a généralement été interprétée de deux manières par les critiques : soit comme le signe d'un manque de talent et parfois aussi d'intégrité, soit comme un acte politique à travers lequel les artistes en question exprimeraient leur mécontentement par rapport à la société et à la politique françaises passées et présentes. L'intervention de ce livre consiste à mettre en relief un aspect souvent ignoré des pratiques imitatives, y compris le plagiat, à savoir leur dimension éthique. Les artistes dont l'oeuvre est analysée dans ce livre ont des liens avec le Vietnam, le Cameroun, l'Algérie, le Liban et la Tunisie.

  • Le projet « E pluribus unum » ? L'Italie, de la diversité préromaine à l'unité augustéenne entend faire le tour des populations antiques de l'Italie centrale, illustrant de quelle manière celles-ci ont contribué à forger l'« identité inachevée » de l'Italie romaine. Chaque volume est le résultat d'une rencontre scientifique dédiée à une période précise et aux problématiques qui lui sont propres. Le premier volume, consacré aux périodes qui ont précédé la conquête romaine, met ainsi en scène Sabins, Ombriens, Picéniens, Samnites, Campaniens, Lucaniens, Volsques, Falisques, Capénates et Latins au travers des thématiques suivantes : l'émergence des divers ethnè dans les sources écrites, les spécificités culturelles perceptibles pour chacun d'entre eux par le biais de l'archéologie, les liens entre ethnos et territoire et les relations avec les ethnè voisins. Dans chaque cas, une démarche transdisciplinaire a été confiée à un binôme de chercheurs, l'une de formation plutôt archéologique, l'autre plus historique. L'ensemble de l'équipe, relevant de traditions académiques différentes, a ainsi cherché à vérifier dans quelle mesure ces « feux croisés » aboutissaient à des conclusions analogues ou mettaient au contraire en évidence une série d'images contrastées. Il progetto «E pluribus unum»? L'Italia dalla diversità preromana all'unità augustea intende fornire in tre volumi un quadro sulle popolazioni dell'Italia centrale antica e sul loro contributo alla formazione dell'«identità incompiuta» della Penisola Italiana in età romana. Ogni volume è frutto di un incontro di studi dedicato ad un preciso periodo di tempo e alle sue problematiche. Il primo volume, incentrato sulla fase precedente alla conquista romana della penisola, prende in considerazione una selezione di popoli: Sabini, Umbri, Piceni, Sanniti, Campani, Lucani, Volsci, Falisci, Capenati e Latini. Per ciascuno di essi vengono affrontate nel dettaglio le seguenti tematiche: l'emergere dell'ethnos nelle fonti storiche e la possibilità di riconoscere una specificità culturale nelle fonti archeologiche, il legame dell'ethnos con il territorio e i rapporti con le realtà confinanti. L'analisi, affidata a una coppia di studiosi, uno di formazione più archeologica ed uno più storico, espressioni di diverse tradizioni accademiche europee, ha lo scopo di verificare se questo «fuoco incrociato» porta a conclusioni analoghe o finisce per mettere in risalto una diversa immagine a seconda della prospettiva adottata. The project «E pluribus unum»? Italy from the pre-Roman fragmentation to the Augustan unity aims to give (thanks to a set of three volumes) a picture of the peoples of ancient pre-Roman central Italy and of the contribution made by them to the formation of the «unaccomplished identity» of the Italian peninsula during the late-Republic and Empire. Each book is the outcome of a conference, dedicated to a specific chronological period and to its problems. The first volume, centred on the phase preceding the Roman conquest of the peninsula, takes into consideration a selection of peoples: Sabini, Umbri, Piceni, Samnites, Campani, Lucani, Volsci, Falisci, Capenates and Latini. For each of them the following themes are tackled in detail: the emergence of the ethnos in ancient written sources and the possibility of recognizing a cultural specificity in the archaeological record, the link between the ethnos and the territory, and the relationship with the neighbouring ethne. The peoples are analysed individually each by a couple of scholars, highlighting

  • Cet ouvrage réunit les travaux de spécialistes de la critique et des littératures postcoloniales de pays de langues romanes (aires francophone, hispanophone, italophone, lusophone) ainsi que de pays d'aires germanophone et anglophone. Il a pour but de confronter les spécificités critiques et méthodologiques propres à chaque aire linguistique, de dresser ensuite un premier bilan comparé des différentes interprétations et théories postcoloniales et enfin d'envisager les perspectives qui s'ouvrent aux études postcoloniales dans un monde global. Les auteurs ont donc voulu d'une part comparer et entrecroiser les approches et les situations abordant les littératures dans un cadre mondial, et d'autre part, sur ces bases, décrire les possibles évolutions des études postcoloniales, en dehors et au-delà du domaine anglophone où elles ont pris naissance.

  • Quels sont les mécanismes à l'oeuvre dans la production de sens ? Quelles dynamiques entrent en jeu dans les phénomènes d'évolution sémantique ? De quelle façon interviennent les divergences de sens entre éléments génétiquement apparentés de deux langues du domaine ibéro-roman ? Faisant suite au Colloque International de Linguistique Ibéro-romane de Montpellier (mai 2013), cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions au coeur de la recherche linguistique de ces dernières décennies en rassemblant des contributions qui interrogent des phénomènes linguistiques des deux principales langues du domaine ibéro-roman, l'espagnol et le portugais, à partir de cadres théoriques diversifiés tels que la sémantique formelle, la pragmatique, l'approche variationniste ou encore la linguistique de corpus. Les auteurs abordent les relations entre structurations mentales et structurations sémantiques, analysent les mécanismes de construction du sens au sein d'interactions langagières ou en lien avec l'environnement discursif mais aussi des phénomènes de variations discursives, phonétiques et graphiques. Tous mettent en évidence un des aspects des dynamiques du sens au coeur du langage afin de les saisir dans leur perpétuel mouvement.

  • Ce recueil met en lumière quelques axes novateurs dans la recherche actuelle sur la diachronie du français, présentés lors de la sixième édition du colloque international Diachro, qui s'est tenue à Leuven en octobre 2012. Le premier axe, méthodologique, a trait à la valeur heuristique de la traduction. Les textes traduits constituent en effet des sources privilégiées pour étudier le changement linguistique, surtout si la langue du texte cible constitue une étape évolutive ultérieure de la langue du texte source, comme c'est le cas de textes latins traduits en français à différents moments de l'histoire. Ils permettent de saisir sur le vif les changements du latin au français, ayant provoqué l'émergence d'un nouveau système linguistique. Un second axe de recherche concerne la diachronie récente. L'approche historique étant souvent associée à l'étude de la langue médiévale et (pré-)classique, la période récente a été peu explorée dans cette perspective. Plusieurs contributions dans ce volume mettent en évidence tout l'intérêt que peut présenter la recherche sur la langue des 18e et 19e siècles. Un dernier volet de ce recueil apporte un nouvel éclairage sur des sujets de morphosyntaxe déjà plus largement débattus tels l'ordre des mots, la subordination, les temps verbaux et les démonstratifs.

  • Bien qu'ils n'aient pas adhéré à la Société des Nations, les États-Unis ont largement participé à ses activités, jouant un rôle déterminant dans le développement des sections techniques, ancêtres des agences spécialisées de l'ONU (santé, travail, questions économiques, coopération intellectuelle). Les principaux acteurs de cette participation sont les fondations philanthropiques, notamment la Rockefeller foundation et la Carnegie endowment for international peace. Décidées à intégrer coûte que coûte les États-Unis dans le système sociétaire afin de pouvoir influer sur l'élaboration de normes internationales, les fondations sont tout au long de l'histoire de la SdN des soutiens financiers et des partenaires intellectuelles majeures. Le gouvernement américain n'est pas absent du processus : comprenant l'intérêt de ne pas rester aux portes de l'organisation internationale, il envoie des experts dans les multiples commissions créées par la SdN et soutient discrètement l'activité des fondations. La participation américaine, officieuse mais massive, contribue ainsi à remodeler dès l'entre-deux-guerres le système international.

  • Le titre de ce livre traduit l'intention des auteurs d'étudier la professionnalisation du point de vue double du développement des personnes et de l'organisation sociale de leurs activités. Il s'agit donc de s'intéresser à la fois à la manière dont un individu singulier devient professionnel au fil des apprentissages qu'il développe dans son itinéraire de vie et professionnel et à la manière dont l'activité qu'il déploie fait l'objet d'une formalisation, d'une reconnaissance voire d'une codification sociales. La question est donc moins celle des professions que celles des dynamiques sociales associées aux phénomènes de professionnalisation des individus et des activités ; celles-ci diffèrent sensiblement selon qu'elles sont portées par les organisations à l'adresse des individus ou qu'elles sont portées par les individus eux-mêmes. L'hypothèse est qu'il existerait de fait une tension entre l'offre ou l'exigence de professionnalisation dans et par les dispositifs proposés par les institutions d'une part et les individus dans leur logique ou leur projet de développement professionnel d'autre part.

  • Cet ouvrage, issu d'un programme de recherche pluridisciplinaire, traite des phénomènes migratoires au sein de l'Europe depuis 1992, et des politiques publiques mises en oeuvre par les différentes instances politiques aux niveaux européen, national et local. Les disparités qui existent d'un pays à l'autre dans les modes d'intégration des immigrants soulèvent des questions sur le sens de la citoyenneté et sur les conséquences de ces disparités sur le couple citoyenneté-identité. L'analyse de ces politiques migratoires nous mène à la question sous-jacente du rôle et de l'évolution de l'Union européenne : est-t-elle génératrice de solidarités et/ou de nouvelles formes d'appartenance ? Quelle citoyenneté européenne propose-t-elle ? Finalement, c'est peut-être, plus qu'ailleurs, au niveau régional et local que l'on peut observer une « appropriation de la dimension européenne », en dépit du silence des traités fondateurs à leur sujet et de la diversité des situations dans les différents pays. Les réponses à ce foisonnement de questions se fondent sur des études comparatives et internationales à tous les niveaux, du local au supranational, ce qui fait la richesse et l'originalité de l'ouvrage.

  • Le geste ne peut être considéré en lui-même et pour lui-même qu'en se plaçant dans une perspective restrictive. En effet, le mouvement volontaire s'inscrit dans une action, et dans tous les cas, il est tributaire d'un contexte. Le mouvement est bien ce qui permet d'accéder au monde : ne dit-on pas de certains malades, pourtant conscients, qu'ils « sont murés en eux-mêmes », signifiant ainsi que le rôle de passeur de sens du mouvement est à jamais perdu ? L'une des difficultés majeures dans les tentatives d'harmonisation entre domaines provient du fait qu'il est délicat de faire coïncider les données provenant des champs neurophysiologique et biologique avec celles issues de modèles linguistiques. C'est pourquoi nous avons demandé à des chercheurs appartenant à diverses disciplines (philosophie, psychologie expérimentale, sociologie, linguistique et phonétique) d'illustrer la notion de « sémiotique du mouvement ». Un premier volet s'attache à préciser les enjeux théoriques du mouvement, de sa conception à sa représentation et à sa réalisation, d'une manière générale et dans ses rapports à la vision et à la parole. La deuxième et la troisième section apportent des éclairages plus spécifiques en focalisant le propos sur les aspects linguistiques.

  • Les fratries ont-elles une histoire ? Longtemps oubliées par l'historiographie, elles suscitent aujourd'hui un intérêt grandissant chez les historiens, dont témoigne cet ouvrage collectif riche d'une trentaine de contributions issues de deux colloques internationaux. Mal connus, frères et soeurs tiennent pourtant une place centrale au sein des relations familiales. En privilégiant la longue durée et un vaste ensemble géographique, de l'Amérique du Nord à l'Europe, les éditeurs du volume ont voulu saisir leur histoire en confrontant des systèmes de parenté différents et en perpétuelle transformation. Définir et mesurer les fratries, les analyser comme une ressource en associant stratégies collectives et trajectoires individuelles, vivre et représenter la fraternité enfin : autant de pistes suivies par les auteurs attentifs à ne pas oublier les soeurs. Grâce à la variété des études rassemblées ici, écrire l'histoire du lien fraternel offre l'opportunité de renouveler l'approche de l'évolution des systèmes de parenté en même temps que celle des relations familiales.

    Do brotherhood and sisterhood have a history? They have long been forgotten by historiography but now are benefitting from a growing interest from historians. This collective work, with thirty contributions from historians from different countries, testifies to this new interest. Although badly known, brothers and sisters occupy a central place in family relations. By emphasizing the long term and a large geographical area, from North America to Europe, the editors of this volume wish to seize their history by confronting different systems of kinship that are constantly evolving. To define and measure sibling relationships, to analyze them as a resource through the association of collective strategies and individual trajectories, to live and represent brother and sisterhood: these are the paths followed by the authors who have been careful not to forget sisters. Thanks to the variety of the studies assembled here, writing the history of fraternal relations offers the opportunity to renew approaches to the evolution of both kinship and family relations.

  • La complexité des enjeux liés aux langues spécialisées professionnelles s'inscrit au coeur de l'activité des linguistes intervenant dans le secteur des langues pour spécialistes d'autres disciplines. Cet ouvrage, conçu comme un guide du chercheur en linguistique appliquée, examine les concepts fondamentaux de la discipline et propose des méthodes visant à affiner la connaissance des langues et des cultures spécialisées professionnelles en contexte. Traitant des questions de domaine, d'identité et de communauté professionnels, il développe une analyse critique des outils permettant de caractériser les langues spécialisées professionnelles, en insistant sur la place du terrain et de l'ethnographie. Il propose un cadre et des éléments de référence sur les questions de terminologie et de constitution de corpus pour la description des discours spécialisés professionnels en synchronie et en diachronie.

  • La fin du musée disciplinaire est-elle possible ? Au vu du retour à l'objet qui s'observe dans les discours scientifiques et muséographiques, cette question paraît devoir à nouveau être posée. Des muséologues, des professionnels des musées, et des chercheurs actifs en Suisse, en France et au Canada, mettent en évidence les différents regards portés sur les objets de musée. Ils discutent comment les disciplines, mais aussi l'histoire des collections et la culture dans laquelle elle s'inscrit, modulent ou non le potentiel pluridisciplinaire des objets. Leurs contributions proposent ainsi diverses façons de penser le retour à l'objet. Musée sans discipline, musée pluridisciplinaire, ou exposition conviant diverses disciplines autour d'une même matérialité sont envisagés.

empty