Langue française

  • À l'ère de la mondialisation, la recherche de facteurs de production plus efficaces est souvent cruciale et passe parfois par une extension ou par un changement des lieux d'implantation, et ce, même chez les PME. Cette réflexion concerne les PME existantes, mais aussi celles dites « nées mondiales », qui vont à la conquête de marchés étrangers rapidement après leur création et multilocalisent plus facilement leurs activités.

    L'objectif des auteures est de comprendre ici l'ampleur des possibilités et des contraintes que gère aujourd'hui un dirigeant de PME vis-à-vis du processus de construction des choix de localisation de son entreprise. L'ouvrage présente cinq études de cas de PME qui ont été confrontées à la question de la délocalisation : pourquoi les entreprises ont-elles délocalisé ? À quel moment l'ont-elles fait ? Dans quelles conditions ? Comment les choses ont-elles été réfléchies puis décidées ? Au-delà des considérations de réduction des coûts qui sont souvent à l'origine de la délocalisation, d'autres questions émergent : comment garder les avantages concurrentiels des structures existantes ? Comment profiter d'approvisionnements intéressants, de savoirs et de compétences localisés ? Comment gérer le niveau de risques et les questions éthiques ?

    Les auteures soulignent l'intérêt et les dangers que représente une telle stratégie, et insistent sur la nécessité de mieux en préciser les enjeux et les modalités de mise en oeuvre. Les dirigeants de PME doivent être accompagnés de façon très personnalisée dans ces stratégies de développement pour réussir ce qui peut conduire au développement national et international, dans le respect d'une éthique de proximité.

  • Environ 25 % des gens, quel que soit le pays, songent ou ont déjà songé à créer leur propre entreprise, mais seuls 10 % d'entre eux se lancent en affaires. S'appuyant sur une réflexion d'Olivier de Serres, l'ouvrage présente les trois pierres d'assise de la réussite en entreprise, soit le savoir, le vouloir et le pouvoir.

    Toute entreprise est avant tout un système de recherche et de production de savoirs visant la compréhension de ce que veulent les clients et de ce dont ils ont besoin. Ce système est lié à un savoir et à un savoir-faire servant à répondre aux besoins de la clientèle. La mouvance constante de la structure concurrentielle, des goûts et des besoins des clients, de la technologie, de l'évolution des règles de jeux en affaires et des lois sociales, font que le savoir et le savoir-faire sont appelés à évoluer. Derrière ce savoir doit se trouver le vouloir de devenir entrepreneur, un désir d'indépendance et d'accomplissement. Enfin, le pouvoir, dernière pierre d'assise, consiste à avoir le contrôle de son organisation et à convaincre des clients potentiels d'acheter chez soi plutôt que chez le concurrent.

    Destiné avant tout aux propriétaires d'entreprises de moins de 50 employés, cet ouvrage propose dix clés aidant à mieux comprendre les principales règles auxquelles les directions d'entreprises - nouvelles ou anciennes - doivent se référer pour réussir leur aventure dans le monde des affaires.

  • Que peut-on dire de la gestion financière des PME ? Évaluer la qualité de leur gestion à la lumière de leur taux de fermeture pourrait nous amener à conclure qu'elle fait défaut. Or, ce serait inexact, car cela fait abstraction de certaines caractéristiques de ces entreprises, de la diversité de leur mode de fonctionnement et, surtout, de leur grande hétérogénéité. Parce qu'il n'existe pas de PME type, il n'existe pas non plus de comportement financier type pour l'ensemble des sociétés fermées.

    Josée St-Pierre aborde les principales décisions financières dans les PME, les pratiques de gestion, les situations financières et l'environnement favorable ou restrictif dans lequel ces entreprises font des affaires. Au cours des quinze dernières années, ses recherches et l'analyse de travaux dans les domaines de la finance, de la psychologie, de l'économie et de la gestion lui ont permis de tirer une analyse nuancée de la réalité financière des PME. Le présent ouvrage montre le rôle central du chef d'entreprise, dont les objectifs teintent les décisions financières, et présente des comportements stratégiques amenant des entrepreneurs à exceller sur la scène mondiale. L'auteure démontre aussi les conséquences de choix mal éclairés mettant en péril des entreprises qui ne survivront pas aux défis de l'environnement d'affaires actuel, plus turbulent et incertain.

    Cette deuxième édition, renouvelée de façon significative, conjugue la finance et l'entrepreneuriat pour mieux comprendre et expliquer la diversité des comportements financiers des PME, de même que pour stimuler les lecteurs à s'enrichir par le domaine de la finance entrepreneuriale grâce aux connaissances les plus à jour sur ces sujets.

  • Les petites et moyennes entreprises (PME) ont des répercussions majeures sur l'économie, sur la société et sur l'environnement. Elles représentent au Canada plus de 98 % des entreprises, près de 70 % des emplois du secteur privé et près de 40 % du produit intérieur brut. Les PME sont aussi responsables de 70 % à 80 % des effets négatifs sur l'environnement et de 60 % des déchets commerciaux. Si elles contribuent au problème environnemental, elles peuvent toutefois y apporter des solutions en mettant leur capacité d'innovation au profit du développement durable.

    Cet ouvrage propose aux PME des moyens concrets pour les soutenir dans leur démarche de développement durable, tout en tenant compte de leurs pratiques, de leurs comportements et de leur stade de développement.

    Comment réaliser des produits écoconçus en contexte de PME ? Comment piloter une démarche de développement durable et s'assurer de l'atteinte des objectifs établis et des niveaux de performance souhaités ? Il ne s'agit plus simplement de recycler du papier et d'éviter l'achat de bouteilles d'eau. Il s'agit de hausser d'un cran les actions responsables et d'intégrer le développement durable et la responsabilité sociale au coeur de la stratégie des PME.

    Les auteurs répondent à ces questions, et à bien d'autres encore, tout en déboulonnant certains mythes, comme la croyance en la supériorité des grandes entreprises et de leurs « économies d'échelle » pour relever le défi du développement durable.

  • L'entrepreneuriat représente l'un des principaux moteurs de la création de la richesse collective. Or, au Québec comme dans presque tous les pays industrialisés, l'entrepreneuriat connaît actuellement un ralentissement sous l'effet du vieillissement démographique et de l'intensification de la concurrence avec l'émergence de nombreux pays du Sud. S'il est évident que le dynamisme entre-preneurial varie selon les territoires et dans le temps, ces facteurs ne suffisent pas à tout expliquer.

    Les auteurs de cet ouvrage cherchent à comprendre les mécanismes qui favorisent l'entrepreneuriat, à mesurer ce processus et, surtout, à identifier ce qu'il faut pour le soutenir et le stimuler. Après avoir défini ce qu'est l'entrepreneuriat, ils résument les nombreuses études conceptuelles et appliquées portant sur ses causes et ses déterminants, tout en discutant des contraintes et des difficultés qui n'ont pas encore été surmontées pour leur analyse. Ils mesurent ensuite ces multiples causes et déterminants en contexte québécois afin d'expliquer quelles variables sont les plus décisives pour assurer le dynamisme entrepreneurial.

    Décideurs politiques, intervenants, fonctionnaires, étudiants et chercheurs, bref tous ceux cherchant les meilleurs moyens pour soutenir le développement régional, l'entrepreneuriat et les petites et moyennes entreprises, seront intéressés par cet ouvrage.

  • Partant du constat que l'action est quasi absente du débat scientifique en entrepreneuriat, l'auteur entreprend d'en réhabiliter la place, en la mettant au coeur même de la réflexion actuelle. En effet, son ambition est de concevoir une théorie de l'action dans le domaine de l'entrepreneuriat, notamment par l'entremise d'une réconciliation de la connaissance et de l'action entrepreneuriale. Car, depuis son avènement, la recherche en entrepreneuriat, tout en se fermant sur elle-même, s'est construite en juxtaposant au fil du temps, sans réussir à les faire se rencontrer, l'agir rationnel, l'agir normatif et l'agir cognitif. Il en résulte une sorte de cloisonnement et, plus encore, de dichotomie entre les différentes convictions et postures, entravant probablement le développement de connaissances sur l'action et de l'action à partir de connaissances. L'entrepreneur se retrouve ainsi lui-même séparé de son action. Aussi apparaît-il impératif d'en faire la saisie à la fois globale et dialogique, par une approche systémique, pour mieux appréhender l'entrepreneur dans toute sa complexité humaine. Les différentes parties de l'ouvrage servent toutes un but : montrer qu'il est pertinent et nécessaire de prendre en considération l'entrepreneur comme l'agent de sa propre action, mu par une intentionnalité propre, ancré dans son écosystème et dans son temps, facteurs d'influence directe sur ce qu'il entreprend. L'agir entrepreneurial pourrait dès lors apparaître comme une véritable prise de conscience de l'ensemble des tenants de l'action, laquelle ne saurait se cantonner au seul -domaine de l'entrepreneuriat, étant par nature transversal à toutes sortes d'agir de nos sociétés humaines.

  • Après avoir longtemps été considérées telles des entreprises fragiles, aux ressources limitées, avec peu de perspectives de développement et une pérennité incertaine, les PME sont désormais reconnues comme des acteurs clés du développement et de la vitalité économique et sociale de toutes les régions. Elles sont devenues des entreprises de moins en moins complexées par leur taille, des entreprises ouvertes, réticulées, dynamiques mais aussi stratégiques. L'environnement dans lequel elles oeuvrent devenant de plus en plus international, technologique, turbulent et hautement incertain, que seront les PME demain ? Les enjeux qui les attendent sont nombreux : développement durable, gestion stratégique des ressources humaines, gestion des connaissances, propriété intellectuelle, internationalisation des activités, innovation, financement. Avec qui, comment et sous quelles conditions vont-elles travailler pour préserver la santé du propriétaire-dirigeant et de son personnel ? Cet ouvrage offre d'intéressantes pistes de réflexion visant à réexaminer les connaissances acquises et à les confronter à ce nouvel environne­ment. Son but est de fournir quelques éclairages sur la situation actuelle des PME et leur réalité plurielle, mais surtout d'initier des réflexions chez les chercheurs et les pouvoirs publics afin qu'ils préparent les PME à devenir les leaders dont nos sociétés ont besoin.

  • Cet ouvrage réunit 10 études de cas réalisées sur le terrain qui abordent des sujets clés touchant à l'environnement d'affaires, à l'entreprise ou même à l'entrepreneur : identifier des opportunités d'affaires, réussir son projet d'innovation, réduire les risques de sous-traitance internationale, faire du développement durable, s'appuyer sur le milieu pour réussir son projet d'affaires, etc.

empty