• L'anniversaire de ses onze ans restera longtemps pour Albertine à la fois le plus beau et le pire jour de sa vie.
    Elle à qui son père a toujours interdit de grimper aux arbres décide d'installer dans le jardin une balançoire, à l'ombre du grand chêne. Elle va enfin pouvoir s'élancer vers le ciel, et sans vraiment désobéir ! Mais à peine accrochée, voilà la balançoire coupée, mise à terre par son père.
    Furieuse, Albertine monte à la corde laissée pendue, enjambe la première grosse branche, s'élève encore plus haut... et annonce que plus jamais elle ne redescendra !
    Un malicieux hommage au Baron perché d'Italo Calvino

  •  « Chaque fois que je croyais que notre vie était cousue de fil blanc, Leith et moi devions faire face à une nouvelle adversité, une nouvelle attaque. J´en venais à me demander si, un jour, nous goûterions à la paix à laquelle nous aspirions. Personne ne mesure l´immensité de sa chance quand il affirme que son existence est monotone. Personne. Aux innocents les mains pleines... C´est ce qu´on dit. Mais moi, je n´étais plus innocente du tout. Alors, que me réserverait le destin, cette fois-ci ? Que me volerait-il ? J´en avais une vague idée. J´allais devoir me préparer au pire. »

  •  « Je n´avais aucune idée de ce qu´allait devenir ma vie... absolument aucune. J´allais avoir dix-neuf ans dans quelques jours et j´étais devenue ce que je n´aurais jamais dû être. Le destin m´avait surprise, j´étais magnifique, d´une allure renversante. J´aurais pu défier n´importe quelle reine de beauté, mais c´est bien tout ce qu´il me restait... toute une vie dans la peau de quelqu´un que je n´étais pas, que je détestais. Et si je me trompais ? Et si j´étais loin de la vérité et que tout pouvait redevenir comme avant ? Je ne le savais pas encore, mais tout allait être différent. »

empty