FeniXX réédition numérique (De Boeck-Wesmael)

  • Ce livre esquisse ce qu'on pourrait appeler le système de l'oeuvre de Duras. Cette oeuvre, tout entière travaillée par le régime du glissement, de l'empiétement, comme aspirée par le néant, poursuit, depuis plus de quarante ans, sa lente avancée. Vers le silence. Il s'agit ici d'approcher une fantasmatique profondément pessimiste qui, en faisant éclater les contours du langage, sa syntaxe, aussi bien que ses concepts, dit l'horreur de l'arrachement, la nostalgie de l'infini et le goût du désastre. L'analyse s'articule autour de trois moments coïncidant avec trois perspectives distinctes, mais solidaires : ce qu'on se risque à désigner comme une anthropologie, une théologie négative, puis une phénoménologie de la représentation qui débouche sur une ontologie de la douleur. C'est qu'en effet, cette lecture se veut avant tout soucieuse de manifester, chez Duras, une sensibilité habitée par une tonalité fondamentale : la douleur d'être au monde.

  • Pour la première fois, des écrivains, des journalistes et des enseignants se trouvent réunis autour de cette question impertinente : à quoi sert le critique littéraire ? Il n'est qu'« une puce dans la crinière des grands lions » répond l'essayiste anglais George Steiner. Oui. Mais il arrive que la puce s'interroge. Ainsi, dans « La puce et les lions », les critiques eux-mêmes s'autocritiquent et racontent avec passion leurs aventures de sourciers, de guides et de contrebandiers. Responsable et maître d'oeuvre de l'ouvrage, Gabriel Ringlet parcourt avec Lucien Guissard - en première partie - des chemins d'exode et de fraternité et révèle ainsi quelques-unes des îles les plus secrètes de ce grand critique qui livre ici son testament spirituel. Valse à deux temps, « La puce et les lions » rassemble des voix chaleureuses et singulières et fait danser ensemble des couples étonnants : l'histoire et l'actualité, la littérature et le journalisme.

empty