FeniXX réédition numérique (Suger-Université de Paris VIII)

  • Essai d'histoire de l'art et de théorie esthétique sur la peinture et la poésie expressionnistes allemandes. L'expressionnisme est plus qu'une variante du fauvisme : il cherche, par les apports de la poésie, de la musique et du théâtre, à renouer avec l'ambition d'une oeuvre d'art totale qui conduit à établir de nouvelles relations à la couleur et à l'espace et à libérer l'instinct créateur.

  • Bien que plusieurs traductions et ouvrages critiques aient été publiés ces dernières années, l'oeuvre de Siegfried Kracauer reste insuffisamment connue en France, pays où il vécut entre 1933 et 1941 durant ses premières années d'exil. Son oeuvre inclassable surprend par son ampleur et son interdisciplinarité. Architecte de formation, Kracauer met la philosophie, la sociologie et la littérature au service du métier de critique qu'il exerce quotidiennement à la Frankfurter Zeitung (entre 1920 et 1933). Dès cette époque, il s'affirme comme un romancier de talent et comme un brillant essayiste. Élève de Simmel, proche de Walter Benjamin, Ernst Bloch, Leo Löwenthal, Theodor W. Adorno et d'autres intellectuels qui formeront la future École de Francfort, il est reconnu à l'époque de Weimar comme un des plus importants intellectuels judéo-allemands de sa génération. La France représente pour Kracauer, depuis longtemps, le pays de la Grande Révolution émancipatrice fille des Lumières. L'interrogation sur la modernité se nourrit de la différence entre la France et l'Allemagne face à la tradition des Lumières et de la position d'un Juif d'Allemagne devenu étranger à son propre pays et qui métamorphose cette distance imposée en critique créatrice. Ces préoccupations sont analysées à la lumière de trois oeuvres : le roman autobiographique Ginster, roman marque par la Première Guerre mondiale, description de la rationalité guerrière ; les portraits de métropole, de Paris mais aussi de Berlin qui apparaît comme un poste avance de l'Amérique en Europe ; et enfin l'ouvrage sur Jacques Offenbach, lui aussi Juif émigré qui se réalise paradoxalement en présentant un miroir bouffon d'une époque charnière de la modernité française. Chez Kracauer, la critique de la rationalité moderne ne verse jamais dans l'antirationalisme. Pour lui, ce n'est pas l'irrationnel qu'il faudrait émanciper de la raison, mais c'est la raison qui n'est pas assez rationnelle.

  • On attribue souvent la découverte de la littérature allemande à Mme de Staël, au livre que lui inspira le voyage qu'elle fit à Francfort, Weimar et Berlin de l'automne 1803 au printemps de l'année suivante. Si l'on revient quelques décennies en arrière, on s'aperçoit que le théâtre de l'Allemagne était traduit, diffusé et représenté en France. La « muraille de préjugés antiques » dont Goethe a parlé à propos du traditionnel mépris français pour la culture allemande était manifestement plus poreuse qu'on ne croit. En Allemagne, le répertoire ne se réduisait pas aux oeuvres de Lessing, Goethe et Schiller, et ce sont des auteurs moins exigeants qui remportèrent le plus grand succès dans l'édition et sur la scène. Le présent ouvrage cherche à rétablir ces réalités oubliées : il y eut avant la Révolution des échanges actifs, des contacts entre les auteurs, une influence de la critique française sur le projet de « littérature nationale » qui se formait en Allemagne ainsi qu'un début de rayonnement international des lettres allemandes par le biais des traductions françaises. Tandis que la France s'engageait dans la tourmente révolutionnaire, l'Allemagne, temporairement à l'abri de bouleversements comparables, abordait une période particulièrement propice sur le plan littéraire. La « découverte » que l'on doit à Mme de Staël s'apparente plutôt à une réactualisation. Avant la Révolution, le théâtre allemand avait suscité un intérêt réel, et la critique française, comparant les pièces importées d'outre-Rhin au répertoire national, porta un jugement qui annonçait celui de Mme de Staël : des « beautés plus hardies », mais « moins de goût ».

empty