• Les porteurs d'eau

    Atiq Rahimi

    11 mars 2001 : les Talibans détruisent les deux Bouddhas de Bâmiyân, en Afghanistan.
    Le même jour basculent la vie d'un porteur d'eau à Kaboul et la vie d'un exilé afghan entre Paris et Amsterdam.

  • Syngué sabour, n.f. (du perse syngue «pierre», et sabour «patiente»). Pierre de patience. Dans la mythologie perse, il s'agit d'une pierre magique que l'on pose devant soi pour déverser sur elle ses malheurs, ses souffrances, ses douleurs, ses misères... On lui confie tout ce que l'on n'ose pas révéler aux autres... Et la pierre écoute, absorbe comme une éponge tous les mots, tous les secrets jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate... Et ce jour-là on est délivré.

  • Deux mètres dix

    Jean Hatzfeld

    'Troisième tentative, Tatyana se reprend. Elle sort à une vitesse folle de sa courbe d'élan, mais au lieu de taper le sol du talon pour générer l'impulsion, elle l'effleure de la pointe, elle se laisse emporter dans les airs. Sa main et son bras s'élèvent en arabesque, le dos se cambre en un demi-cercle d'une élégance merveilleuse. Complices, les jambes virevoltent. Elle chute à la verticale sur la nuque, souple, termine en galipette plus qu'en roulade. Elle entend les clameurs avant d'ouvrir les yeux.'

    En pleine guerre froide, quatre athlètes s'entraînent pour les Jeux olympiques. Les rivalités entre les Américains, Sue et Randy, et les Soviétiques, Tatyana et Chabdan, sont teintées d'admiration et d'incompréhension réciproques. Des années plus tard, ils se retrouvent et lèvent le voile sur cette époque aussi sombre que lumineuse, qui cabossa ses héros.

  • Un prince est debout, insouciant, tenant une coupe à la main. Derrière lui, sur un lit, gît un corps poignardé. Deux musiciens, dans un coin de la pièce, jouent du luth et de la guimbarde. À l'extérieur, derrière la porte, deux soldats montent la garde : l'un est armé d'une grande épée et d'un écu, l'autre d'un filet de rétiaire et d'une lance gigantesque. Ils sont tous calmes, sereins, sauf une femme, cachée derrière une jalousie ; elle a une expression bizarre, inquiète et en même temps persifleuse. Sans doute est-elle la seule à connaître le mystère de ce meurtre, et la menace qui vise le prince.
    Enfant, Raoul était attiré par cette miniature ancienne, et cela alors qu'il éprouvait en le contemplant un malaise indéfinissable, une sensation étrange. Chez ses grands-parents, il se postait devant cette peinture, inventait des histoires dans lesquelles il s'identifiait toujours au prince ; et il attribuait une voix à cette femme qui observait la scène, une voix qui susurrait tantôt avec inquiétude, tantôt avec ironie : «Bouge, Rassoul, bouge!»

  • Le jeune capitaine britannique Tom Barnes est envoyé en mission dans une zone de conflit. Au retour d'une patrouille nocturne, il marche sur un engin explosif improvisé et est immédiatement rapatrié en Angleterre. Débute alors un autre combat tant psychologique que physique durant lequel le héros va parvenir à surmonter « ce à quoi l'on ne pouvait survivre » grâce à l'aide non seulement des médecins, mais aussi de sa famille ainsi que de l'être aimé.
    Raconté tour à tour par quarante-cinq objets - garrot, sac à main, gilet pare-balles, verre de bière, prothèse, miroir, sac d'engrais, vélo, pile électrique, basket blanche... - conçus pour assister, observer ou nuire, ce récit est un tour de force qui nous fait découvrir de manière inédite le destin et les pensées profondes des acteurs du conflit et de leurs proches, qu'ils soient patriotes ou fanatiques, cyniques ou manipulés, bienveillants ou éblouis par l'idéalisme de la jeunesse. Chronique singulière et néanmoins réaliste, Anatomie d'un soldat est en outre un témoignage saisissant et chargé d'émotion : celui de la reconquête de soi-même, de cette dignité et de cette force qui sont le propre de l'Humain.

  • Terres et cendres

    Atiq Rahimi

    Un pont, une rivière asséchée dans un paysage désolé, la guérite d'un gardien mal luné, une route qui se perd à l'horizon, un marchand qui pense le monde, un vieillard, un petit enfant, et puis l'attente. Rien ne bouge ou presque. Nous sommes en Afghanistan, pendant la guerre contre l'Union soviétique. Le vieil homme va annoncer à son fils qui travaille à la mine, le père du petit, qu'au village tous sont morts sous un bombardement. Il parle, il pense : enfer des souvenirs, des attentes, des remords, des conjectures, des soupçons... C'est une parole nue qui dit la souffrance, la solitude, la peur de n'être pas entendu.

  • En persan 'mille maisons' désigne le labyrinthe, cette étendue où issue et impasse se confondent ; le temps s'arrête, l'obscurité et la terreur s'installent. Et la moindre tache blanche évoque le soleil. Au temps des dictatures, Kaboul et l'Afghanistan tout entier n'étaient-ils pas cette étendue, ce labyrinthe?
    Cinq personnages pris dans la nasse essaient d'échapper à la terreur par l'ivresse ou la folie, par la mort, par l'amour.

  • Deux jours avant les attentats du 11 septembre 2001, le commandant Massoud, figure charismatique de la résistance contre les fondamentalistes, est assassiné lors d'une opération-suicide en Afghanistan. À travers cette lettre imaginaire du commandant à son fils, Olivier Weber célèbre l'appel de Massoud à moderniser l'islam loin des idéologies sectaires et à construire un « islam des Lumières » auquel aspire l'immense majorité de la communauté des croyants. On y découvre l'espoir de Massoud, mais aussi ses doutes, son passé de combattant, son amour pour l'Afghanistan, pour la littérature, ou encore sa propre lecture du Coran.
    Bien plus qu'un hommage au Lion du Panjshir et une méditation sur l'Histoire, c'est un message universel de paix et de tolérance que nous adresse ce roman : « Je t'écris pour que tu dises au monde ces quelques vérités, pour que l'islam vive et se renouvelle, pour que la concorde entre les croyances demeure. »

  • Dans les montagnes afghanes, depuis octobre 2001, une guerre perdure, rappelant parfois les précédents algérien ou vietnamien. À la destruction des camps d'entraînement Al-Qaïda et au désarmement des taliban, s'est substituée une guerre sordide faite d'attentats-suicides, d'engins piégés, de crimes de guerre et de « dommages collatéraux » entre une coalition suréquipée et un ennemi insaisissable.
    À la veille de leur retrait, qu'en est-il de l'engagement des forces françaises, de leur culture de guerre issue des vieilles recettes coloniales ?
    Terrain d'expérimentations tactiques et technologiques de tout ordre, cette « campagne d'Afghanistan » se rejouera-t-elle au Mali ? Quel type de narco-État la coalition laisse-t-elle derrière elle ? Comment garantir l'avenir d'un pays où tout est désormais possible, de l'espoir d'une vie meilleure au cauchemar du retour des taliban ?
    En croisant de multiples sources et les témoignages d'acteurs de cette guerre, Jean-Charles Jauffret nous livre un remarquable essai d'histoire immédiate.

  • « Dans ces Illuminations, il y a à la fois lumière et obscurité, beauté et horreur. Le portrait de ce soldat détruit de l'intérieur lorsqu'il revient chez lui donne au roman une formidable profondeur. » Edna O'Brien « C'est extraordinaire qu'un livre puisse nous plonger avec autant d'aisance dans deux mondes si différents, sans parler de sa capacité à tisser des connexions si subtiles et émouvantes entre eux. » Alan Hollinghurst « C'est excellent. J'ai adoré le subtil changement de décor entre l'Afghanistan et le foyer d'Anne. [...] Cela m'a donné envie d'aller à Blackpool, c'est dire ! Un sacré tour de force ! » Roddy Doyle « Ce roman est impressionnant. Il va et vient, avec une vive audace imaginative et une intensité pleine de tension, entre le monde des femmes et la guerre, entre l'Écosse et l'Afghanistan, entre la photographie et la fiction, entre les souvenirs et les secrets... » The Guardian « Illuminations est un roman qui confirme la puissance de la fiction. » The Times

  • "An uncannily honest writer." --New York Times Book ReviewThe novelist and journalist Amitav Ghosh has offered extraordinary firsthand accounts of pivotal world events over the past twenty years. He is an essential voice in forums like The Nation, the New York Times, the New Republic, Granta, and The New Yorker, Incendiary Circumstances brings together the finest of these pieces for the first time--including many never before published in the States -- in a compelling chronicle of the turmoil of our times. Incendiary Circumstances begins with Ghosh's arrival in the Andaman and Nicobar islands just days after the devastation of the 2005 tsunami. We then travel back to September 11, 2001, as Ghosh retrieves his young daughter from school, sick with the knowledge that she must witness the kind of firestorm that has been in the background of his everyday life since childhood. With a prescience born of experience, Ghosh warned decades ago of the dangerous rise of religious extremism. In his travels he has stood on an icy mountaintop on the contested border between India and Pakistan, interviewed Pol Pot's sister-in-law in Cambodia, shared the elation of Egyptians when Naguib Mahfouz won the Nobel Prize, and stood with his threatened Sikh neighbors through the riots following Indira Gandhi's assassination. With intelligence and authentic sympathy, he "illuminates the human drama behind the headlines" (Publishers Weekly). Incendiary Circumstances is unparalleled testimony of an era defined by the ravages of politics and nature.Amitav Ghosh is acclaimed for his political journalism and his travel writing. The New York Times Book Review called his travelogue, In An Antique Land, "remarkable . . . rivals anything by the masters of social realism in modern Egyptian literature." He is also the best-selling author of four novels, including The Hungry Tide and The Glass Palace, which has been published in eighteen foreign editions. Ghosh has won France's prestigious Prix Medici Etranger, India's Sahitya Akademi Award, the Arthur C. Clarke Award, and a Pushcart Prize. Educated in South Asia, the Middle East, and the United Kingdom, Ghosh holds a doctorate in social anthropology from Oxford. He divides his time between Harvard University, where he is a visiting professor, and his homes in Kolkata, India, and Brooklyn, New York.Advance Praise for Incendiary Circumstances "This absorbing collection of essays by the novelist, journalist, and travel writer Ghosh . . . covers some two decades of catastrophe and upheaval, from sectarian violence in his native India during the 1980s through the September 11 attacks . . . to the recent Indian Ocean tsunami. With an eye for evocative detail, he illuminates the human dramas behind the headlines: the plight of tsunami refugees trying to rebuild their lives and finances after every bank record and piece of ID is lost to the waves; the courage of ordinary Indians protecting their Sikh neighbors from rampaging Hindu mobs . . . He is equally engaging when he turns from current affairs to literary essays on, say, the international culture of novel reading or the Kashmiri poet Agha Shahid Ali. Written in luminous prose with unusual understanding . . . an insightful look at a chaotic world." -- Publishers Weekly Starred ReviewPraise for Amitav Ghosh"Ghosh is adept at delineating the complicated crosscurrents of emerging national independence movements. He is even more impressive at portraying the different ways in which individuals react to the turmoil, hardship, and disorientation wrought by war." - Wall Street Journal"A wonderful hybrid of travel writing, reporting, historical analysis, and memoir - in other words, the kind of piece [Ghosh] writes better than almost anyone else." - Washington Times

  • Artificier dans l'Armée canadienne pendant plus de 35 ans, Jean-François Lemoyne livre ses captivantes Chroniques hu-militaires. Royaume-Uni, ex-Yougoslavie et Irak : nous sommes transportés sur la ligne de front de grands conflits du 20e siècle dans ces trois récits au ton personnel, où la guerre est dépeinte avec un réalisme foudroyant.

  • " Cela faisait huit ans que je traquais Ben Laden et les leaders d'Al Qaida. Et là, j'étais à quelques minutes de sauter de l'hélicoptère pour atterrir dans la cour de sa résidence surveillée. J'ai attrapé le filin relié au fuselage du Faucon Noir. Le sniper à côté de moi s'est posté, une jambe dans l'hélico, une dehors pour dégager de la place dans l'habitacle. Avec son arme il scannait les cibles dans la résidence. Il devait couvrir le côté sud pendant que l'équipe d'assaut se glissait dans la cour du bâtiment principal avant de se séparer, chacun allant accomplir la tâche qui lui était impartie. La veille seulement, aucun de nous pensait que Washington donnerait le feu vert pour cette mission. " Lorsque Mark Owen survole Abbottabad en hélicoptère en ce 2 mai 2011, il sait que cette mission sera la bonne. La cible : nom de code " Geronimo ". Alias Oussama Ben Laden, recherché par toutes les polices depuis les attentats du 11 septembre 2001.
    Engagé dans les Navy SEAL en 2004, Mark Owen a sillonné les sentiers des montagnes du Pakistan, les côtes de Somalie, les rues et villages d'Irak et d'Afghanistan à la poursuite des Talibans. Toutes ces missions préparaient la dernière. Celle qu'il a menée. Celle où il a assisté en direct à la mort du leader d'Al-Qaida.

  • "Les crimes de Mohamed Merah en mars 2012 ont fait entrer la France dans une nouvelle ère de terrorisme qui n'est pas près de s'achever. Les récits médiatiques de ces épisodes sanglants sont truffés de contradictions, de trous, d'erreurs. Pour la première fois, une enquête de longue haleine déroule le fil réel des événements mais aussi l'incroyable parcours de Mohamed Merah, de l'enfance jusqu'à ses odyssées secrètes en terre de djihad.
    Explosif, ce livre dévoile de nombreux aspects restés obscurs : les agissements de la nébuleuse islamo-mafieuse qui évolue entre Toulouse, l'Espagne et la Belgique, les relations de Merah avec les femmes et son mariage inattendu, le rôle trouble de sa mère et de son grand frère Abdelkader, un salafiste fasciné par les cadavres et adepte des désenvoûtements, l'inaction des gendarmes qui se trouvaient sur la scène du premier crime, ou encore le « casse » nocturne d'une bijouterie par Merah entre deux meurtres...
    L'auteur n'a pas seulement interrogé les témoins, les familles de victimes, les enquêteurs : il a aussi retrouvé et interrogé le capitaine de l'armée américaine qui a interrogé Merah en Afghanistan avant de le signaler aux services français, un responsable des services secrets pakistanais, son homologue libyen... Il a eu accès aux dizaines de milliers de pages du dossier d'instruction.
    La liste des erreurs de jugement, des dysfonctionnements, des lenteurs et rivalités accumulés dans ce dossier est accablante. Merah aurait pu être stoppé plus vite. Il a à la fois manifesté un grand sens de l'adaptation et bénéficié de bévues incroyables. Aujourd'hui encore, nos services ne sont pas correctement armés pour faire face à cette nouvelle menace. Pire : ils n'ont pas appris à penser comme cette nouvelle génération de djihadistes.
    Il est urgent d'apprendre à connaître Merah, et sa véritable histoire, pour comprendre ce qui nous attend."

empty