Policier & Thriller

  • Thomas Lieven, trente ans, allemand, a pour signe particulier d'avoir eu seize passeports de neuf pays différents entre 1939 et 1957. Mais si c'était là sa seule singularité, il ne serait pas le héros involontaire, et ô combien charismatique, de l'excellent roman d'espionnage qu'est On n'a pas toujours du caviar. Clone de James Bond et d'Arsène Lupin, Thomas Lieven, en plus d'être un fin gourmet, est un peu cambrioleur, un peu menteur, toujours tombeur, goujat quand il n'a pas le choix, mais gentleman... le plus souvent. Il aime les femmes, qui l'aiment aussi, car, bien sûr, c'est un amant prestigieux. Avec un rebondissement à chaque page, On n'a pas toujours du caviar est un remarquable divertissement qui n'a pas pris une ride.

  • Un asile psychiatrique de Hambourg. Marie a été arrêtée pour le meurtre de l'écrivain Patrick Gerlach. Bien qu'elle ait accepté la sentence, elle ne se souvient pas d'être passée à l'acte. Elle se confie à son thérapeute, Jan Falkenhagen : après le décès brutal de sa fille, elle a perdu la raison ; son mari l'a délaissée et elle a soudain été assaillie de troubles obsessionnels compulsifs, d'envies de meurtre... Au point de ne plus oser sortir. Puis elle a fait la connaissance de Vera Gerlach, une comédienne qui l'a prise sous son aile... Et tout a basculé.

empty