Tempus Perrin

  • Salan

    Pierre Pellissier

    La première biographie du général Salan, militaire le plus décoré de France, à la fois dernière grande figure de la France coloniale et chef de l'OAS.
    Homme secret et controversé, le général Salan est à bien des égards un mystère. Son action, pourtant, illustre de façon éclatante l'histoire militaire de la France au xxe siècle, des tranchées de la Première Guerre mondiale à la bataille d'Alger. Aspirant en 1918, le conflit de 1940-1945 le trouve partout où un officier peut combattre. Vient ensuite le temps des incertitudes coloniales : en Indochine, il frôlera les sommets de la hiérarchie, sans jamais réunir sous son nom l'autorité civile et militaire. Salan ne séduit pas le pouvoir politique, qui lui refuse renforts et moyens. Il renâcle mais reste discipliné. La question algérienne change tout : il entre pratiquement en rébellion contre les derniers gouvernements de la IVe République, pour rejoindre ceux qui appellent au retour de Charles de Gaulle. Les évolutions de celui-ci, sa démarche incertaine, troublent et exaspèrent Salan. Il choisit alors l'exil avant d'aller compléter le " quarteron " de généraux révoltés puis de prendre la tête de l'OAS, ce qui le conduira dans les prisons de la République. Pierre Pellissier, en racontant ce parcours unique, livre les clés de lecture d'un homme passé de l'obéissance à la dissidence et, grâce à des archives inédites, lève le voile sur la personnalité d'un soldat admiré puis honni par la République.
    " [Une] étude précise, bien menée, intéressante. "
    Le Figaro littéraireAncien journaliste au Figaro, biographe reconnu, Pierre Pellissier a retracé la vie de plusieurs personnages controversés, dont Jacques Massu, Robert Brasillach ou de Lattre. Il est également l'auteurde Diên Biên Phu (Tempus, 2014)
    et de La Bataille d'Alger (Tempus, 2002).

  • L'art de la guerre

    Machiavel

    "La" traduction, très attendue, d'un classique de la pensée militaire, présentée et annotée par l'un des meilleurs spécialistes de la littérature de la Renaissance.
    En rédigeant son art de la guerre, Nicolas Machiavel entend donner aux princes italiens les moyens de défendre leurs Etats contre l'invasion française. A ses yeux, le salut se trouve dans un retour aux doctrines antiques, dans la filiation des premiers conquérants, tels Alexandre, Hannibal et César. Embrassant doctrine, histoire, tactique et stratégie, l'auteur livre le chef-d'oeuvre de l'" humanisme militaire ".Jean-Yves Boriaud propose ici une nouvelle traduction et une présentation inédite de ce classique de la pensée militaire, lui rendant enfin son exceptionnelle modernité et autorisant Machiavel à rejoindre Sun Tzu et Clausewitz au panthéon des théoriciens intemporels du phénomène guerrier.Nicolas Machiavel (1469-1527) est l'un des plus grands penseurs de la Renaissance italienne. Après Le Prince, L'art de la guerre est son maître livre.Traduit, présenté et annoté par Jean-Yves Boriaud

  • " Un document de premier ordre qui enchantait le grand historien militaire britannique que fut Liddell Hart. " Le Figaro HistoireLes Mémoires du maréchal von Manstein comptent parmi les documents les plus importants sur la Seconde Guerre mondiale. Véritable pompier du Führer, Manstein est partout entre 1940 et 1943 : en Pologne, en France et bien sûr en Union Soviétique.
    Il raconte les querelles stratégiques, la mise au pas du haut commandement militaire par Hitler, le quotidien des soldats et ses propres faits de gloire. Mais Manstein cherche aussi à dédouaner la Wehrmacht des crimes perpétrés sous le nazisme, notamment à l'Est. C'est sur ce point que les éclaircissements apportés par Pierre Servent, dans sa substantielle présentation, sont particulièrement précieux.
    " Un document de premier ordre qui enchantait le grand historien militaire britannique que fut Liddell Hart. "Le Figaro Histoire

  • Une biographie du maréchal Lyautey (1854-1934) qui fait toute sa place à la personnalité complexe de l'homme. Statufié de son vivant, Hubert Lyautey (1854-1934) est entré dans l'histoire comme le constructeur du Maroc moderne, le modèle du " grand colonial " qui sut comprendre le monde nouveau et imposa contre intérêts et préjugés le respect des cultures indigènes. Son destin, celui du " royaliste qui donna un empire à la République ", est paradoxal. Aventurier du désert comme Lawrence d'Arabie, mais aussi grand administrateur, anticonformiste et esthète, Lyautey a mis en scène sa propre vie, luttant contre son seul ennemi véritable : l'ennui. Résident général, ministre, académicien, maréchal de France, Lyautey reste une énigme que l'auteur, par le travail de recherche et par l'intuition personnelle, réussit à percer. Ancien élève de l'Ecole normale supérieure et de l'ENA, Arnaud Teyssier a publié une biographie de Charles Péguy chez Perrin.

  • Joffre

    Rémy Porte

    La biographie de référence du maréchal Joffre, sans concession pour les idées reçues et les discours convenus. Ni hagiographie ni critique systématique, Rémy Porte livre la biographie de référence du maréchal Joffre, sans doute le chef militaire le plus contesté de la Première Guerre mondiale. Porté au pinacle après la victoire de la Marne, à la tête des armées françaises jusqu'en 1916, Joffre est remplacé par Nivelle après les terribles batailles de Verdun et de la Somme. Mais plus que tous ses pairs, il a su incarner le commandement, en exigeant que chacun tienne sa place, à son niveau, et en assumant seul les prises de décision. Voici le portrait nuancé du généralissime, construit sans oeillères à partir des sources les plus diverses.

  • Erwin Rommel est sans doute le plus connu des généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale. Plus de soixante ans après sa mort, il est encore vu comme le soldat exemplaire, le tacticien intègre, qui inspire le respect aussi bien pour sa formidable maîtrise de l'art de la guerre que pour s'être montré réservé avec le régime nazi. Et le fait qu'il ait justement été contraint de se donner la mort sur l'ordre de Hitler est pour beaucoup dans la construction de cette image.

    Or, à la lumière des archives et des dernières études sérieuses parues pour la plupart en langue allemande, il convient de remettre en question cette image apologétique de Rommel. Il s'avère en effet que celui-ci a été un partisan convaincu du Führer et que sa gloire est redevable en partie à la propagande nazie de Joseph Goebbels, qui en a fait un « dieu de la guerre » issu du peuple, comme Hitler, ainsi qu'à l'ennemi britannique, qui lui a attribué des qualités presque surnaturelles. Cette biographie critique présente ainsi un portrait authentique de l'homme, qui se distingue de l'image apologétique et mythique mise en avant depuis plus d'un demi-siècle.

  • L'unique synthèse sur le sujet, revue et augmentée à la lumière d'une décennie de recherches neuves sur les XIXe et XXe siècles notamment, ainsi que des récentes crises et réformes qui ont bouleversé la culture et l'identité de la gendarmerie française. Créée sous l'Ancien Régime, la gendarmerie se trouve depuis lors placée au coeur de l'histoire de France. En scrutant les nombreux travaux sur " l'Arme ", principal corps militaire français, Eric Alary a ainsi pénétré une réalité sociale d'une étonnante diversité, rythmée par des épisodes majeurs comme l'épopée napoléonienne, l'aventure coloniale, l'Occupation ou encore la guerre d'Algérie. Et tout en faisant vivre sous nos yeux les gendarmes, il répond à de nombreuses questions : quelle est l'origine de la maréchaussée ? Comment est-elle devenue gendarmerie nationale ? Comment résiste-t-elle aux changements de régime ? Faut-il la conserver, améliorer le sort des gendarmes ? L'unique synthèse sur le sujet, revue et augmentée à la lumière d'une décennie de recherches nouvelles, ainsi que des récentes crises et réformes qui ont bouleversé la culture et l'identité de la gendarmerie française. Fils de gendarme, Eric Alary est agrégé, docteur en histoire, professeur de khâgne à Tours et chercheur associé au Centre d'histoire de Sciences-Po Paris. Il a récemment publié avec succès L'Exode, Les Français au quotidien (1939-1949), La Ligne de démarcation et Les Résistants.

  • L'histoire de l'Ordre noir révélée par cette étude objective et exhaustive.
    Issue de l'organisation paramilitaire chargée de la protection rapprochée d'Hitler dans les années 1920, la Waffen-SS devient un organe exécutif aux ordres directs d'Hitler ; peu nombreuse en hommes au départ, elle parvient à supplanter l'institution militaire, la Wehrmacht, dans son rôle traditionnel, en incarnant l'idéologie politique du régime nazi.
    Mais sait-on vraiment qui étaient les hommes composant ces unités ? Comment ont-ils été recrutés ? Quelles ont été leurs motivations pour s'engager ? Comment ont-ils été formés, endoctrinés, conditionnés ? À quoi ont-ils été employés ? Comment se sont-ils comportés, sur le champ de bataille comme dans leurs missions de répression ? Et finalement, quel fut le rôle réel tenu par la Waffen-SS dans la société allemande en guerre ?
    S'appuyant sur des fonds d'archives allemands d'une exceptionnelle richesse, ce livre offre la première histoire totale des soldats SS. Loin d'une légende souvent complaisante ou des idées reçues, s'attachant aux anonymes comme aux dirigeants, Jean-Luc Leleu a brossé une fresque qui fera date.
    Tome 1 : expansion militaire de la SS ; recrutement et sociologie ; organisation, équipement, instruction.

  • Karl Dönitz, né en 1891, grand amiral de la Kriegsmarine à partir de janvier 1943, incarne presque à lui seul la guerre sous-marine systématique menée par les Allemands contre les Alliés. Derrière l'organisateur hors pair se profile un inconditionnel de Hitler qu'il poussera à la résistance envers et contre tout. A la mort du Führer et à sa demande, il lui succède à la tête du Reich pour quelques jours. Condamné à Nuremberg à dix ans de prison, il cultivera, après sa libération et jusqu'à sa mort en 1980, une réputation usurpée de militaire rétif au nazisme.
    " Un ouvrage très précieux puisqu'il comble l'absence de biographie aisément accessible en langue française. "Revue historique des armées.

  • Les douze années du IIIe Reich vécues de l'intérieur par un jeune aristocrate allemand, envoyé sur le front soviétique à dix-huit ans. Un témoignage sans égal.August von Kageneck, fils d'un aide de camp de Guillaume Il, neveu de von Papen, a revêtu l'uniforme en 1939 - il n'avait pas dix-sept ans - et ne l'a quitté qu'en 1955. Son récit sincère et lucide est l'un des plus remarquables témoignages qu'on puisse lire sur les douze années du IIIe Reich, telles que les a vécues, de l'intérieur, un jeune homme de la vieille noblesse allemande, des ivresses de la victoire à l'humiliation de la défaite.

  • Le 22 juin 40, jour de l´armistice, Roland de La Poype, vingt ans, frais émoulu d´une école de pilotage, refuse toute idée de capitulation et choisit de rejoindre de Gaulle à Londres. Son enfance a été bercée par le récit des Mermoz, Nungesser, Guynemer et autres Guillaumet. Après sa rencontre avec de Gaulle, versé dans la première unité des Forces aériennes françaises libres (FAFL), il participe à l´opération ratée sur Dakar. De retour en Angleterre, il brûle d´en découdre avec les Allemands. Il remporte sa première victoire fin 1941 sur un Messerschmitt 109 piloté par un colonel. Au sein du 602 Squadron commandé par Paddy Finucane, as de la RAF, il enchaîne mission sur mission lorsqu´on lui propose d´intégrer l´escadrille Normandie-Niémen mise sur pied par de Gaulle et Staline au printemps 1942 à l´initiative du général Valin, commandant des FAFL. Commence alors une aventure sans précédent dans un pays inconnu auquel il faut s´adapter : avions différents, techniques de vol et mentalités distinctes, températures extrêmes. Jusqu´à l´effondrement de l´Allemagne, Roland de La Poype et ses camarades se battront inlassablement aux côtés des Russes et écriront les pages tragiques, émouvantes ou exaltantes du Normandie-Niémen, vite devenu le symbole de l´amitié franco-soviétique. Le prix à payer sera lourd: la moitié de l´effectif ne reviendra pas.

  • Comment Hitler, stratège autodidacte, a-t-il pu tenir cinq longues années face à la plus grande coalition militaire jamais assemblée dans l'histoire du monde ?
    Issu de la société civile puis simple consultant durant la Première Guerre mondiale, Hitler a appris sur le tas l'art miliaire. Intuitif, apôtre de la guerre éclair, sa rapidité d'action lui donne la possibilité de se défaire de l'armée française en seulement six semaines, durant le printemps 1940. L'Allemagne du Führer va ensuite déployer ses troupes partout en Europe. Rien ne lui résiste, jusqu'au revers décisif de Stalingrad en février 1943. Les échecs, dramatiques et meurtriers, vont alors se multiplier : c'est que aveuglé par son fanatisme, déconnecté des réalités opérationnelles, Hitler est alors seul à la tête des armées du Reich, entraînant l'Allemagne vers l'abîme.

  • L'histoire de l'Ordre noir révélée par cette étude objective et exhaustive.
    Issue de l'oragnisation paramilitaire chargée de la protection rapprochée d'Hitler dans les années 1920, la Waffen-SS devient un organe exécutif aux ordres directs d'Hitler ; peu nombreuse en hommes au départ, elle parvient à supplanter l'institution militaire, la Wehrmacht, dans son rôle traditionnel, en incarnant l'idéologie politique du régime nazi.
    Mais sait-on vraiment qui étaient les hommes composant ces unités ? Comment ont-ils été recrutés ? Quelles ont été leurs motivations pour s'engager ? Comment ont-ils été formés, endoctrinés, conditionnés ? À quoi ont-ils été employés ? Comment se sont-ils comportés, sur le champ de bataille comme dans leurs missions de répression ? Et finalement, quel fut le rôle réel tenu par la Waffen-SS dans la société allemande en guerre ?
    S'appuyant sur des fonds d'archives allemands d'une exceptionnelle richesse, ce livre offre la première histoire totale des soldats SS. Loin d'une légende souvent complaisante ou des idées reçues, s'attachant aux anonymes comme aux dirigeants, Jean-Luc Leleu a brossé une fresque qui fera date.
    Tome 2 : condionnement et motivations ; unités Waffen-SS dans la guerre ; valeur militaire et comportements

  • Morts pour Vichy

    Alain Decaux

    Quatre hommes figurent au sommaire de ce livre. Tous, dans le cadre du régime de Vichy, ont exercé le pouvoir, au plus haut niveau. Tous ont connu un sort tragique : l'amiral Darlan assassiné ; Pierre Pucheu, l'un des esprits les plus brillants de sa génération, fusillé à Alger ; le maréchal Pétain, condamné à la peine capitale mais réservé à une longue agonie ; Pierre Laval, exécuté à Paris, dans des conditions qui ont desservi l'image de la justice de l'époque. Si Alain Decaux a choisi d'évoquer l'ultime étape de leur destin, ce n'est pas pour rechercher - ce que d'autres ont réussi parfaitement - les raisons politiques qui les y ont précipités. Il ne veut raconter que ce qui précéda leur mort. C'est dans de tels moments qu'un être se révèle tout entier et quelquefois recompose la dernière image que l'on gardera de lui. Le souhait de regrouper ces quatre destins recouvre aussi des raisons personnelles. L'auteur a réuni pendant vingt ans une foule d'informations dont il n'a pu utiliser qu'une part dans ses célèbres émissions Alain Decaux raconte. Il parvient à l'âge où l'on s'interroge quant au sort qui sera réservé, après soi, à des témoignages que l'on peut juger utiles pour la connaissance d'une période particulièrement difficile à déchiffrer.

  • Le parcours savoureux d'hommes accueillis et transformés par la Légion étrangère : une leçon d'espoir...Kaléidoscope d'histoires individuelles et de destins peu ordinaires, cette enquête n'est pas une étude de plus sur la Légion étrangère, mais une série de portraits de " personnages ". Pour ces hommes d'aujourd'hui, la Légion a été parfois un refuge, toujours une école et finalement une chance. Elle leur a permis de canaliser une énergie pour la mettre au service de leur accomplissement professionnel et humain. Pittoresque, inattendue, drôle, leur vie a la saveur des meilleurs romans d'aventure.
    Petit traité d'histoire collective, ce livre offre une plongée dans le monde méconnu et fascinant de la Légion étrangère : une institution où se présentent des milliers de jeunes venus du monde entier, séduits par sa légende et sa réputation militaire, et désireux de servir sous le célèbre képi blanc. Leur parcours prouve d'abord que tout est toujours possible.
    " Des destins d'hommes dont l'énergie et la volonté laissent peu de place à l'autoapitoiement geignard parfois en vogue de nos jours. "
    Adrien Jaulmes

  • Manstein fut le manoeuvrier de Hitler, l´homme de la guerre éclair et des coups de génie stratégique. D´où l´importance de cette biographie critique, la première du genre.

    Fondée sur des archives à ce jour inexplorées, elle fait la lumière sur l´un des généraux les plus importants de l´armée allemande, et montre le rôle de premier plan que celui-ci a joué dans les guerres en Pologne, en France et en Union soviétique. Elle décortique l´élaboration de ses intuitions stratégiques, comme le plan opérationnel de la campagne de France de mai-juin 1940, ou ses faits d´armes.

    Mais cette biographie de Manstein démontre aussi que ce dernier est un repère important pour comprendre les rouages de l´alliance entre la Wehrmacht et Hitler. En effet, à l´instar de la majorité de ses collègues du corps des officiers, Manstein a non seulement cautionné les guerres d´agression de Hitler, mais il s´est également fait le complice de la guerre criminelle menée par le Reich en Europe de l´Est, notamment contre les Russes. Le cas Manstein permet de comprendre la tragédie allemande de son temps, car à travers lui se profile le destin de ses pairs, ces officiers qui ont servi le Führer jusqu´à la fin en croyant accomplir un devoir patriotique.

empty