• La Lettre au père de Franz Kafka est l'une des oeuvres majeures du xxe siècle.L'une des particularités de cette Lettre au père, écrite en 1919, est que son destinataire n'en eut pas connaissance. La passion que Thomas Compère-Morel nourrit pour Franz Kafka et pour sa Lettre au père nous a impressionnés. Son rapport fusionnel avec cette oeuvre incomparable nous a convaincus qu'il pouvait en faire une lecture qui restitue la force et la beauté du texte. Notre choix d'éditeur est donc allé vers l'engagement et l'authenticité. Parce qu'elle est libre, la lecture que nous donne Thomas Compère-Morel est émouvante et profonde. Sa voix exprime toute l'humanité de ce chef-d'oeuvre bouleversant.
    Claude Colombini et Patrick Frémeaux

  • La famille de Samuel Chapdelaine vit en pleine forêt, en marge du petit village de Péribonka, au Lac-Saint-Jean. Le père de famille est un véritable pionnier, défrichant une terre en bois debout qu'il délaisse aussitôt pour une autre, une fois celle-ci cultivable. Résignés, sa femme Laura ainsi que ses enfants n'ont d'autre choix que d'accepter leur sort. Or, une des filles Chapdelaine, Maria, rêve de liberté, surtout que trois prétendants se sont lancés à l'assaut de son coeur. Il y a d'abord Lorenzo Surprenant, qui a trouvé du travail aux États-Unis. Eutrope Gagnon, quant à lui, est du même bois que le père de Maria, privilégiant une vie agricole stable et rangée.

    Mais, il y a aussi François Paradis, un véritable coureur des bois, un homme libre et sauvage qui ne craint rien. Maria aura à faire un choix difficile entre ces trois soupirants qui lui promettent autant de styles de vie bien distincts.

  • À la faveur d'un échange épistolaire que leur proposait la revue de culture néerlandaise « Septentrion », Stefan Hertmans et Gilles Pellerin ont esquissé l'un pour l'autre le portrait linguistique de la Flandre et du Québec. Mais voilà que le propos a glissé de son cadre initial - la langue - et de la description des inconforts que ressentent Flamands et Québécois, vers la culture, celle qui émane tantôt du monde germanique, tantôt du monde latin ; celle qui lutte contre l'uniformisation à laquelle certain capitalisme contemporain aimerait la réduire pour en faciliter la commercialisation ; mais aussi celle qui s'excuse d'exister. Si les intellectuels sont devenus suspects, en voilà deux qui entendent défendre le droit de parole, qui est aussi le droit au doute et à l'espoir.

  • La correspondance littéraire est un sport de contact. Lettres crues, c'est un vigoureux ballet d'opinions, de confidences impudiques et de poings levés. C'est une conversation qui se transforme en amitié au fil des chemins de la fiction.

  • On ne joue pas avec le souvenir, dit-on souvent. Et pourtant ! Dans ce roman à trois voix, l'auteur explore les méandres d'une rupture artistique et amoureuse qui a survécu au temps. Entre les partitions pour violoncelle et les manuscrits d'un jeune poète, entre l'homme, les femmes et l'enfant, les années coulent et les lieux d'appartenance se redessinent, s'imbriquent les uns dans les autres. Souvent maladroite, la nostalgie s'insinue, des vies se défont et se refont. Sous une lune d'automne, les personnages oscillent entre des fragments du passé et du présent, tentant de situer leurs souvenirs, leurs craintes et leurs espoirs.

  • Une grande constante traverse le dernier numéro de l'année de la revue Nuit blanche : celle du voyage. En plus de toutes les nouveautés québécoises et internationales, voici le menu qu'elle nous propose. Premièrement un panorama de la littérature routière et vagabonde, de Okanagan de Sara Lazzaroni à L'Astronome dur à cuire de Jonathan Ruel en passant par Le Fil des kilomètres de Christian Guay-Poliquin. Ensuite une approche particulière de l'« indianité » à travers l'oeuvre de Louise Erdrich et Thomas King. Puis, un anniversaire : la maison d'édition L'Instant même fête ses 30 ans et se raconte à rebours. De nombreuses pages seront consacrées aux correspondances du clan Ferron. L'écrivain méconnu du XXe siècle mis à l'honneur sera le moderniste et voyageur Luc Durtain (1881-1959). La publication nous propose également de découvrir le poème inédit de Robert Yergeau Les Muses chauves ainsi qu'un portrait de l'écrivaine Gracia Couturier, entre théâtre, albums jeune public et romans.

  • Des nouvelles de Saulnierville, Oyen, Toronto, Laval-des-Rapides, Saint-Raymond, Les Escoumins, Cowansville et Canton de Valcourt.

  • En 1773, un groupe d'Acadiens s'installent en France après avoir été chassés de leurs terres par les conquérants anglais. Résidant dans l'un de ces villages créés à cette occasion dans la région du Poitou, les jeunes Fabien et Marie sont remarqués par le

  • Cette histoire remarquable est celle de deux femmes nommées Nazanin, - l'une, Canadienne au sommet de sa carrière et l'autre, une adolescente iranienne incarcérée dans le couloir de la mort -, mais surtout d'un courriel qui a transformé leurs vies à jamais.

    Nazanin Afshin-Jam s'était hissée au sommet. En 2006, elle venait de signer un premier contrat d'enregistrement de disque, avait été élue première dauphine au concours Miss Monde trois ans plus tôt, poursuivait une carrière florissante de mannequin et était devenue une véritable icône de la communauté internationale des dissidents iraniens. Mais un après-midi, elle reçut un courriel qui allait bouleverser son existence.

    Elle apprend alors qu'une adolescente kurde nommée Nazanin Fatehi risque la peine de mort en Iran, suite à une condamnation pour avoir poignardé un homme qui voulait la violer. Peu de temps après, madame Afshin-Jam s'engage à prendre sa défense. Cette décision l`amène à plonger dans le monde de la diplomatie internationale et à affronter le côté sombre du pays qui l'a vue naître, avec ses crimes d'honneur, la violence faite aux femmes et l'exécution d'enfants, sanctionnée par l'État. Pendant que Nazanin Fatehi dépérit en prison, dans des conditions si atroces qu'elle tente de mettre fin à ses jours, madame Afshin-Jam travaille sans relâche à mettre en oeuvre une campagne visant à lui sauver la vie.

empty