• Et si Eudore Évanturel - le plus grand poète oublié de la littérature québécoise, sans doute l'envers exact de la figure du barde national avec son humour décalé, sa légère tendance au voyeurisme, son précieux bol de café solitaire et sa tombe oubliée derrière celle de François-Xavier Garneau -, et si Eudore n'était pas en marge de notre histoire littéraire mais, pour toutes ces raisons, précisément au centre ? 

    Il y a cent ans Eudore Évanturel, en exil à Boston, mourait dans l'oubli. Auteur d'un seul véritable recueil de poésies, Premières poésies, 1876-1879 (le second n'étant qu'une reprise mutilée du premier, avec l'ajout de quelques inédits). Les auteurs de ce recueil de texte soulignent cette disparition en revenant de façon analytique sur l'oeuvre à redécouvrir du poète.

    L'oeuvre complète (comprenant des inédits) d'Évanturel est disponible dans notre collection poche (Alias, 2018) sous le titre OEuvre poétique. Texte établi et présenté par Guy Champagne.

  • En couverture du numéro d'automne de la revue Nuit blanche, retrouvez la romancière et poétesse Judy Quinn dont le septième livre L'homme-canon vient de paraître. Bruno Lemieux l'a rencontrée. L'écrivain Renaud Longchamps, lui, poursuit sa réflexion sur la genèse de son oeuvre entamée dans le numéro précédent. La rubrique « Écrivains méconnus du XXe siècle » est consacrée à Panaït Istrati et celle sur les « Écrivains franco-canadiens » à Michel Ouellette. Puis, François Ouellet vous invite à découvrir Eudore Évanturel, poète canadien-français de la fin du XIXe siècle, un peu précurseur de Nelligan, un peu précurseur de la poésie moderne. Refroidi par la critique, il n'aura publié qu'un seul recueil, Premières poésies. 1876-1878. Enfin, retrouvez plusieurs critiques d'ouvrages récemment parus, une entrevue de Michèle Bernard avec Viveca Sten, prolifique autrice suédoise, anciennement avocate, et une discussion des écrits de la romancière Caroline Vu par Catherine Voyer-Léger.

empty