Langue française

  • Les trente-six ans de règne d'un dictateur que rien ne prédisposait au pouvoir, mais qui a su s'imposer par sa tenacité et son habileté manoeuvrière.
    Né en 1892 dans une famille de la classe moyenne, méprisé par son père, Franco fut un élève banal et anonyme, plutôt timide. Or, sous l'uniforme, au Maroc, il va s'illustrer immédiatement par son courage et son sens du commandement, jusqu'à sa promotion comme général en 1926, à trente-quatre ans. Rallié de dernière heure à l'insurrection de juillet 1936, préparée sans lui, il en devient le chef unique. Il régnera trente-six ans au terme d'une guerre civile de trois ans, qu'il a peut-être fait durer pour asseoir son pouvoir, parce que, viscéralement catholique et anticommuniste, mais pas dogmatique, il a su selon les cas s'appuyer sur l'une ou l'autre des forces contradictoires du régime. Grâce aussi à une presse soigneusement contrôlée, à une répression d'abord très dure puis vigilante, à sa prudence pendant la Seconde Guerre mondiale, à son inculture économique qui l'a conduit à "laisser faire" des techniciens conservateurs, mais libéraux, qui ont ouvert l'Espagne à l'économie de marché, grâce enfin à la crainte du pays de voir renaître la folie collective qui avait produit la guerre civile, et dont le spectre fut longuement entretenu par le régime franquiste.
    Bartolomé Bennassar est un spécialiste éminent du monde méditerranéen au XVe et XVIe siècles. Parfait connaisseur de l'Espagne, il a publié notamment : L'Homme espagnol. Attitudes et mentalités du XVIe au XIXe siècle ; l'Inquisition espagnole XVe-XIXe siècles ; Histoire des Espagnols, et chez Perrin : Les Chrétiens d'Allah (1989) et 1492. Un monde nouveau ? (1991).

  • À la fin du mois d'août 1937, le reporter de guerre Robert Capa débarque à New York par le paquebot. Il a 23 ans, il est déjà veuf : un mois plus tôt, sa compagne photographe Gerda Taro a été tuée lors de la guerre d'Espagne à Brunete, près de Madrid, alors qu'il se trouvait à Paris.

    À la fin du mois d'août 1937, le reporter de guerre Robert Capa débarque à New York par le paquebot. Il a 23 ans, il est déjà veuf : un mois plus tôt, sa compagne photographe Gerda Taro a été tuée lors de la guerre d'Espagne à Brunete, près de Madrid, alors qu'il se trouvait à Paris.

    Ce séjour new-yorkais est l'occasion pour Robert Capa de s'extraire de son désespoir. Il retrouve sa famille – mère et frère notamment, qui ont fui Budapest –, ainsi que ses amis, dont le photographe hongrois André Kertész qui avait été son mentor à Paris, il tente de se faire engager par le nouvel hebdomadaire Life Magazine.

    Mais c'est surtout l'occasion pour lui de mener à bien un projet de livre. Un album à la mémoire de Gerda, intitulé
    Death in the making, conçu avec André Kertész, pour évoquer en images les douze derniers mois que Capa a passés en Espagne à couvrir la Guerre civile avec Gerda. Sous l'hommage du combat des Républicains espagnols, cet ouvrage raconte aussi – implicitement – leur amour agité, ainsi que leur collaboration où la cause révolutionnaire devint une cause intime.

    Après Gerda, livre sur la naissance d'un livre, roman où se mêle histoire et fiction, recrée le tourbillon de ces six semaines à New York, une ville en paix, dans laquelle remontent les souvenirs de cette année 1936-1937, ses violences, ses déchirements qui bouleversèrent aussi bien le couple Taro-Capa que l'Europe entière.

  • La Faute du général De Gaulle.
    8 juin 1970, Madrid. Francisco Franco, 77 ans, reçoit Charles de Gaulle, 79 ans. L'un est au pouvoir de façon implacable depuis trente et un ans, l'autre ne l'est plus depuis un an.
    Franco, l'allié des nazis ; de Gaulle, symbole de la Résistance. Tout semble les opposer, pourtant ils se rencontrent à la demande du Général... Pourquoi ce tête-à-tête ? Et pour quelles raisons déjeunent-ils en familiers ? Qu'ont-ils bien pu se dire ?
    L'auteur imagine ici l'échange de ces deux hommes peu ordinaires - entre diplomatie et guerre d'ego, dialogue tendu et conversation anodine - et questionne la figure de De Gaulle comme héros national. Ce déjeuner ne serait-il pas la " Faute du Général " ?
    Avec Un déjeuner à Madrid, Claude Sérillon nous fait entrer dans les coulisses d'un fait historique méconnu et nous livre un roman aussi ingénieux que passionnant.

empty