Littérature générale

  • La terre gaste

    Michel Rio

    « Regarde le dernier des hommes, si ce n'est toi. »

  • « Je veux qu´on sache que je ne chercherai plus à mentir comme je l´ai fait trop souvent par le passé... ». Par cette courte phrase qu´il met dans la bouche de son narrateur au début des mémoires de Merlin, Guy D´Amours dévoile le but qu´il s´était fixé en commençant à rédiger son roman historique sur Merlin : écrire la plus vraisemblable histoire de ce héros du début du Moyen Âge que les légendes ont fait tour à tour magicien, prophète, créateur de la Table Ronde, instigateur de la quête du Graal et conseiller royal. Le résultat est éloquent. Le lecteur découvre un Merlin puissant et énergique, mais épuré de cette poussière magique et féodale que le temps avait déposée sur la figure historique du personnage.

    Depuis le tout début de ses études universitaires, l´auteur des mémoires de Merlin se consacre à l´étude du mythe de Merlin sous toutes ses formes et à l´historicité de la légende arthurienne. Dans ce roman écrit à la première personne, il donne la parole à Merlin lui-même et raconte les événements tragiques qui ont marqué la Grande-Bretagne du début du Moyen Âge, peu après la chute de l´Empire Romain. Résultat de cinq ans de recherches et d´un travail de démythisation énorme, ce roman est sans doute la plus vraisemblable histoire de Merlin.

  • Les laboureurs du ciel

    Isabelle Forest

    • Alto
    • 30 Octobre 2012

    Elle est née un jour de pluie. Fascinée dès l'enfance par l'art des marionnettes, elle est initiée au monde des foires parisiennes par Petit Pierre qui, cédant aux charmes lunaires de cette Colombine à la voix d'ange, lui ouvre les portes d'une société de monstres magnifiques et de tisseurs de rêves. Mais un jour de pluie, un autre, elle fait la rencontre de l'Italien. Bientôt, la montreuse de marionnettes sent les ficelles de son existence lui échapper. Voici l'histoire de Marie Malvaux, condamnée à mourir pour avoir pratiqué son art par-delà toute morale.

    Conte baroque mâtiné d'onirisme, Les laboureurs du ciel brouille en une subtile alchimie les frontières entre l'univers de la scène et celui du théâtre de rue, entre les monstres des foires et ceux, bien réels, qui hantent le Paris du XVIIe siècle. Une envoûtante procession de marginaux écorchés vifs qui, bien avant les Lumières, ont cherché dans les savoirs obscurs une façon d'éclairer le chemin menant au-delà de soi.

empty