• «De telles listes sont dressées depuis les années 1970. Compilées par plusieurs générations de militants, elles sont enfouies dans les caves des archives associatives et présentent toutes le même format, à la fois sec et funeste. On y trouve la date du crime, le nom de la victime, suivis d'une ou deux phrases laconiques. Elles frappent par leur rudesse, leur longueur et leur nombre. Poser une liste conduit inexorablement à en trouver une autre quelques jours plus tard. Ces listes expriment l'idée d'une injustice. Elles dénoncent le racisme et l'impunité du racisme. Elles pointent du doigt les crimes, mais également la grande majorité des procès qui ont fini par des peines légères avec sursis ou des acquittements, quand ce n'est pas un non-lieu qui est venu clore l'affaire.

    Elles disent en substance que la racialisation, autrement dit le fait de placer des personnes dans une catégorie raciale afin d'asseoir un rapport de pouvoir et d'en tirer profit, tue deux fois. La première violence touche à l'intégrité physique de la personne. La seconde violence a lieu à l'échelle institutionnelle. Elle est une conséquence du traitement pénal qui ignore la nature raciste des crimes jugés.»

    De la grande vague de violence de 1973 dans le sud de la France aux crimes policiers des années 1990 en passant par les crimes racistes jalonnant les années 1980, cet ouvrage, issu d'une base de données de plus de 700 cas, nous invite à prendre la mesure de cette histoire à l'heure où le racisme institutionnel et l'action de la police continuent chaque année à être à l'origine de nombreux morts.

  • Les infâmes

    Jax Miller

    Freedom Olivier, alcoolique et suicidaire, a pass dix-huit ans se cacher dans une petite ville de l'Oregon, sous protection du FBI. Hante par son pass douloureux et la mort bruutale de son mari, elle souffre d'avoir abandonn ses deux enfants pour chapper la vengeance de son beau-frre. En apprenant la disparition de sa fille Rebekah, leve par un pasteur aux croyances radicales, elle part avec l'nergie du dsespoir pour le Kentucky. Aprs tant d'annes se cacher, quitter l'anonymat c'est laisser son bourreau l'occasion de la retrouver. Et de se venger. Entre les paums magnifiques, les flics indlicats, les dgnrs de sa belle-famille et de dangereux fanatiques religieux, son priple tourne l'odysse.

  • Candyland

    Jax Miller

    Candyland n'est pas un conte ordinaire. C'est l'Amérique.
    Il était une fois Sadie Gingerich, ancienne amish, seule dans sa confiserie d'une ville minière de Pennsylvanie. Sa vie va brutalement changer lorsque son fils est assassiné par sa petite amie, Allison.
    Cruauté du destin, Sadie fait la rencontre de Danny, le père d'Allison, en proie à ses propres démons. Leurs lourds passés et le choc du meurtre s'entremêlent pendant l'enquête de police, révélant une vérité indicible.
    Entre les doux pâturages de la communauté amish, les montagnes isolées du Nord et les villes minières abandonnées de la Rust Belt, la vie et l'amour sont broyés, laminés par la drogue et la pauvreté de l'Amérique rurale. Un lieu où les rêves ne se réalisent pas, où les fins heureuses n'existent pas.

  • En cet été caniculaire, Renato Donatelli, dit le Kanak, s'ennuie à la section des courses et jeux. Lorsqu'il apprend que Six, son partenaire, serait impliqué dans l'exécution d'un baron de la drogue, il se lance dans une contre-enquête au grand dam de sa hiérarchie. Mais à fouiller le passé, on ressuscite de vieux démons que le gardien de la paix aurait aimé ne plus croiser. Comme une trainée de poudre, sa vie personnelle s'embrase alors que les coups montés et règlements de compte s'accumulent. L'hôtel de police est en ébullition, il y a de l'électricité dans l'air. À un rythme effréné, le Kanak, géant au grand coeur, est entraîné bien malgré lui dans un tourbillon d'évènements tragiques. Luttant contre les vents contraires, il avance tant bien que mal, porté par ses ancêtres, par ses coutumes et souhaitant qu'enfin tombe le silence.

  • En douce

    Marin Ledun

    Sud de la France. Un homme est enfermé dans un hangar isolé. Après l'avoir séduit, sa geôlière, Émilie, lui tire une balle à bout portant. Il peut hurler, elle vit seule dans son chenil, au milieu de nulle part. Elle lui apprend que, cinq ans plus tôt, alors jeune infirmière, elle a été victime d'un chauffard. L'accident lui a coûté une jambe. Le destin s'acharne. La colère d'Émilie devient aussi puissante que sa soif de vengeance. En Douce est un roman dévastateur, où l'injustice se heurte à la force de vie d'une héroïne lumineuse.

  • Renato Donatelli, dit le Kanak, a quitté la Nouvelle Calédonie il y a des années pour le SRPJ de Toulouse. Un mètre quatre-vingt-dix-neuf, tout en muscles et gentillesse, ce gardien de la paix donne du « gros chameau » à ceux qu'il aime et des « gifles amicales » à ceux qui lui barrent le chemin. Il vient d'être mis au placard à la section des courses et jeux en compagnie du jeune lieutenant Cussac, mais tous deux prennent très à coeur leurs nouvelles missions. La mort d'un homme dans un compacteur à déchets inaugure une série de disparitions frappant des accros aux jeux d'argent. Tous les cadavres sont retrouvés porteurs d'une énigmatique dame de pique. Alors que le Kanak plonge dans l'univers des cercles clandestins et des paris truqués, il aimerait bien éclaircir une autre énigme : pourquoi sa vieille amie et compatriote, Diamant Noir, s'est-elle autrefois éloignée de son grand-père, le roi de l'île de Pins ? Hélas, il est plus facile de se retrouver dans les méandres des tripots que dans ceux de l'âme humaine.

  • Renato, dit le Kanak, est un simple gardien de la paix. Un costaud au grand coeur qui a quitté la Nouvelle-Calédonie pour le SRPJ de Toulouse. Foncièrement honnête, toujours prêt à rendre service, il donne du « gros chameau » aux gens qu'il aime et des « gifles amicales » à ceux qui lui barrent le chemin. À la brigade des Stups, il refuse de participer aux magouilles de ses collègues et préfère rêver au jour où il retrouvera son île et la culture de ses ancêtres. Mais lorsque au cours d'une perquisition, il tombe sur un couple d'Africains massacrés à la machette, il se fait un devoir d'élucider ces meurtres. Remontant la piste d'une terrible vengeance et du génocide rwandais, le Kanak découvre une histoire où les
    bourreaux d'hier sont les victimes d'aujourd'hui. Où l'homme fabrique ses propres démons.

  • Titre : Secrets de flic.
    Auteur : Bernard Petit
    " Lorsque j'ai été contraint de prendre ma retraite, j'étais le patron du 36 quai des Orfèvres. Le 3 février 2015, au petit matin, tout bascule. Des fonctionnaires de la police des polices débarquent dans mon bureau pour me signifier ma garde à vue. Quarante-huit heures plus tard, je suis mis en examen, soupçonné d'avoir violé le secret d'instruction d'une affaire sans intérêt, sur la foi d'un seul témoignage que je conteste. A la sortie du conseil des ministres, Bernard Cazeneuve m'exécute en direct : il me suspend immédiatement de mes fonctions. A peine quelques semaines plus tôt, le ministre de l'Intérieur m'appelait par mon prénom et me félicitait publiquement. J'avais été l'un des premiers à entrer dans les locaux de Charlie-Hebdo, ce funeste 7 janvier 2015. Avec mes hommes, j'ai organisé la traque des frères Kouachi et pisté Coulibaly. J'ai donné l'assaut contre l'Hyper Cacher. "
    Comment comprendre la chute si brutale du commissaire Bernard Petit ? Toute sa carrière peut en témoigner : il était ce qu'on appelle " un grand flic ". Avant de diriger le 36, il a contribué à démanteler la " Chinese connection " puis fait tomber les plus puissants réseaux de trafiquants de drogues ; il s'est aussi attaqué aux délinquants en col blanc quand il était en charge de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière. Alors pourquoi est-il tombé ?
    Filatures haletantes, guerres des polices, courses-poursuites et arrestations musclées, Bernard Petit nous entraine dans les méandres de ses plus grandes enquêtes et dévoile les secrets qui font l'ordinaire et l'extraordinaire d'une vie de flic.

  • Ancienne reporter de guerre devenue journaliste lifestyle, Diane Beaufort part séjourner en Écosse. Elle espère y trouver le calme dont elle a besoin pour achever la rédaction de son premier roman. Dans son hôtel des Highlands, elle rencontre Sarah et Jérémie, un jeune couple en voyage de noces, et se lie d'amitié avec eux. Hélas, une série de meurtres mystérieux va troubler leur voyage. En visitant le château de Highstone, où un chevalier français a péri au fond d'un cachot, Sarah est assaillie de visions.
    Qu'est-elle venue chercher sur les landes écossaises? Y aurait-il un lien entre ces crimes et le jeune couple?
    De découvertes en révélations, les événements s'enchaînent, qui bouleversent chacun des personnages...
    Le suspense est permanent dans ce roman de Marie-Bernadette Dupuy. Entre Écosse et Canada, l'auteure nous offre une intrigue riche en péripéties portée par un trio efficace et attachant. La jeune Sarah connaît de nombreuses frayeurs, tandis que son couple est souvent chahuté. Mais heureusement, Diane veille toujours au grain...

    1 autre édition :

  • Le mythique 36 quai des Orfèvres s'apprête à fermer ses portes, ses services déménagent en 2017. Un monde s'évapore. Du musée de la Mondaine au repaire du " gang de Creil " en passant par le club de la Poularde, la saga de la Rouquine, les labos des experts ou le bureau 315 où Gainsbourg sirotait son pastis, Patricia Tourancheau arpente le 36 depuis bientôt trente ans. Elle raconte, comme un feuilleton policier, ses histoires d'hier et d'aujourd'hui. Maquerelles, bandits, hommes politiques, artistes et espions s'entrecroisent dans cette fresque dont les commissaires et officiers sont les héros. La journaliste déterre les archives et recueille la mémoire vive des plus grands flics, du patron au filocheur, pour ce véritable polar du réel au coeur des enquêtes et de la " maison poulaga ". Au fil du livre, la journaliste resserre sa focale pour livrer le récit haletant d'un des plus mystérieux cold case des dernières décennies : l'affaire du Grêlé, surnom d'un introuvable tueur en série que les policiers pistent depuis 1986 sans désemparer. Le 36 éclaire les coulisses d'un monde opaque mais fascinant où Alain Delon peut côtoyer un psychopathe découpeur de cadavres. Chef de la rubrique police, banditisme et faits divers à Libération pendant vingt-neuf ans, Patricia Tourancheau continue à creuser son obsession du 36 pour Les Jours. Elle collabore également à L'OBS et à GQ. Elle a réalisé une dizaine de documentaires sur le monde de la police pour France Télévisions et l'INA et publié plusieurs livres, dont le dernier, sur l'affaire Guy Georges, a été adapté au cinéma sous le titre L'Affaire SK1.

  • Au fer rouge

    Marin Ledun

    Madrid, 11 mars 2004, dix bombes explosent dans des trains de banlieue. Rescapée, le lieutenant Emma Lefebvre oeuvre pour que justice soit faite. Dix ans plus tard, une valise contenant le cadavre d'un trafiquant de drogue est découverte sur une plage landaise : l'heure est venue de régler les comptes. Emma s'attaque alors à une véritable organisation mafieuse, avec à sa tête l'officier de police Javier Cruz, seigneur de l'antiterrorisme. Des rives du fleuve Nervión aux bas-fonds de Bayonne, des banlieues déshéritées madrilènes aux palaces de la côte basque, la corruption n'a pas de frontières.

  • « Je ne demandais qu'à lui donner de l'amour, à le satisfaire, à le combler. Mais il a refusé tout ce que je lui offrais. C'est à ce moment-là que les meurtres ont commencé à Bradfield... » Féru de supplices anciens, un homme punit atrocement ceux qui l'ont repoussé. La police, dépassée, fait pour la première fois appel au psychiatre profileur Tony Hill. Mais entrer dans la tête d'un serial killer, c'est aussi affronter ses propres démons. Aidé de l'inspecteur principal Carol Jordan, ils partent sur les traces d'un tueur aussi pervers qu'insaisissable.

  • Qui donc est Jens Oder Flirum ? Un délinquant accusé à tort du meurtre de sa logeuse et incarcéré durant de longues années en Norvège ? Un mécène à l'origine d'un ambitieux projet de classification et de sauvegarde de la flore amazonienne ? Un membre éminent de la tribu des Sukuruki habité par l'esprit du jaguar ? Un terroriste international en lien avec l'insaisissable Mino Aquiles Portoguesa ?
    Oui, tout cela, mais aussi le fossoyeur de cette Europe déchue, démembrée, en proie au chaos d'une guerre totale et insensée.

  • La réserve naturelle fédérale d'Alaska est une terre particulièrement dangereuse et inhospitalière. Pour le paléoécologiste Evan Marshall l'expédition qu'il dirige pour étudier les effets du réchauffement climatique est majeure pour la science. Installés dans une ancienne base militaire sur le Mont de la Peur, son équipe fait une étonnante découverte : un gigantesque animal préhistorique conservé dans la lave et la glace. Malgré la défiance des Inuits qui craignent depuis toujours les esprits de cette montagne et en dépit des réserves de Marshall, les sponsors de l'expédition décident de sortir la bête de sa sépulture devant les caméras de télévision. Mais la créature a disparu...

  • Des brèves à consommer... sans modération !
    Un petit livre à picorer, plein de faits divers français avec des protagonistes qui n'ont pas su rester sobres... dans tous les sens du termes !
    " Ivre, il se trompe de logement et boit une bière en caleçon chez sa voisine " - La Montagne

    " Ivre, l'automobiliste se soulage chez les gendarmes " - Les Dernières Nouvelles d'Alsace

    " Ivre, il tente de voler le petit train de la promenade des Anglais " - Le Télégramme

    " Ivre et insomniaque, il entre dans un fast-food et se cuisine un burger " - Le Dauphiné Libéré

  • Flic

    Michel Neyret

    Michel Neyret était le symbole du grand flic. Sa mise en examen l'a placé du côté des truands qu'il traquait. Est-il tombé dans un piège ? Il livre aujourd'hui sa vérité. Pendant vingt ans, Michel Neyret a été un grand flic. Chasseur dans l'âme, il a traqué les voyous avec l'instinct d'un pisteur. Braquages, casses, prises d'otages, trafics, il a tout vu, tout combattu à Lyon, plaque tournante de la voyoucratie. Sur le terrain, Michel Neyret a servi avec honneur et efficacité. Il a même gagné le respect de truands qu'il a fait tomber : ceux-ci, condamnés, comprenaient les règles du jeu. Puis le jeu a changé : les banques n'ont plus eu de cash, la came a tout envahi, les filières se sont adaptées. Les mentalités se sont perdues, les frontières se sont brouillées. Après une carrière exceptionnelle dans la rue et dans l'action, Michel Neyret a accepté le poste de directeur-adjoint interrégional de la police judiciaire de Lyon. Et là, il n'était plus au contact. Les maffieux en ont profité. Il espérait les utiliser comme indicateurs, mais les choses ont dérapé... Résultat : du jour au lendemain, Michel Neyret a été destitué, renvoyé de la police, inculpé, honni. Il s'est retrouvé de l'autre côté de la barrière. Méritait-il pareil traitement ? A-t-il changé ? Est-il tombé dans un piège ? Devant une situation qui le dépasse, sans nier ses erreurs, ce grand serviteur de l'État livre aujourd'hui sa vérité.

  • Deux frères vivent avec leur père, un flic, le "monoparental", dans un pavillon ordinaire avec un jardin pas terrible. Pour tenir, ils se tapent des somnifères, une canette ou un pétard, comme des grands.
    En fait, ils rêvent d'une famille très précise, "celle qui trempe des tartines en attendant l'ami Ricoré". Une voisine, assistante maternelle, passe parfois chez eux et laisse un parfum de femme.
    Cavales loufoques, bêtises diverses, au cours d'une fugue les gamins sont pris en stop par un jeune couple grunge. Ils croient enfin avoir trouvé une cellule familiale de substitution, mais c'est à eux de jouer les parents...
    Désintoxication, repas à heures fixes, coupe de cheveux de rigueur, tout leur est bon. Réussiront-ils là où ,avec eux, on a échoué ?
    C'est l'enjeu paradoxal de ce roman cousu main. Les digressions s'y mélangent pour dessiner un portrait criant de vérité de la "France d'en bas". En disciple déjanté de Diderot, Serge Joncour invente deux neveux de Rameau qui se font la malle, explosent les lieux communs et multiplient les fariboles.

    ©Pierre Ferbos

  • Atomes crochus

    David Khara

    Aéroport de Fort Worth, Dallas. Deux voyageurs essoufflés viennent de rater leur vol pour Paris et se le reprochent mutuellement : Enzo Meazza, un criminel en col blanc tout juste sorti de prison, et Janet Livingston-Pierce, ingénieur en déplacement professionnel. L'avion explose quelques secondes après son décollage... À peine remis du choc, ils sont pris pour cible par des hommes armés. Pourquoi en ont-ils après eux ? Leur commanditaire serait-il le mystérieux Griffon traqué par le FBI depuis des années ? Une seule certitude : Janet et Enzo n'auraient jamais dû se rencontrer...

  • Deep storm

    Lincoln Child

    Construit dans les abîmes glacés de l'Atlantique, Deep Storm est le centre technologique le plus perfectionné au monde, mais aucun chercheur n'en mentionnera jamais le nom, ni même l'existence.
    Le docteur Peter Crane est envoyé en mission dans cette base sous-marine secrète où scientifiques et militaires forent le plancher océanique.
    Alors que le personnel présente de mystérieux symptômes, Crane réalise qu'ils sont sur le point de faire la plus terrifiante des découvertes...

  • Projet sin

    Lincoln Child

    L'énigmologue Jeremy Logan est mondialement connu pour sa capacité à résoudre l'insoluble, à expliquer l'inexplicable. Appelé par l'institut de recherche Lux, situé dans un vieux manoir de Rhode Island, il doit enquêter sur la mort de Willard Strachey. Quelques jours avant son décès, cet éminent informaticien s'est comporté de manière incohérente, avant d'agresser son assistante et de se suicider de façon spectaculaire.Logan tente de retracer les derniers jours du savant, mais son enquête prend une tournure imprévue lorsqu'il découvre une pièce aveugle dissimulée dans une aile abandonnée du bâtiment, que Strachey avait été chargé de rénover. A peine y pénètre-t-il, qu'il est en proie à d'étranges phénomènes.


  • La première somme sur toutes les forces de polices et de gendarmeries durant la Collaboration. Un grand dictionnaire appelé à faire date.

    La " police " qui est au centre de ce travail est à comprendre au sens le plus large, soit les polices proprement dites - françaises, allemandes, officielles et officieuses, en uniforme ou en civil, de zone libre ou occupée -, mais aussi les organes d'une chaîne répressive que l'occupation allemande, les nazis et le caractère autoritaire de Vichy ont multipliée et à laquelle participent des catégories innombrables : douaniers, gardiens de camp et de prison, agents de la police économique... Enfin, comment oublier toutes ces " officines ", ces " milices ", ces " services ", généralement officieux, travaillant au service des Allemands, des partis ou groupuscules collaborationnistes et responsables de tant de drames dans la Résistance ? Histoire, organisation, missions, effectifs, armements, répartition géographique, mais aussi concurrences, tout est ici remarquablement décrit et analysé.
    Néanmoins ce livre a l'ambition d'être aussi un outil de réflexion, de synthèse, n'évitant pas les questionnements gênants le plus souvent soigneusement contournés, les contradictions, les hypothèses iconoclastes ou politiquement incorrectes parce qu'elles dépassent le manichéisme attaché à cette période, au sujet d'acteurs qui ne sont réductibles à aucune opposition simpliste. Jean-Marc Berlière offre ainsi une somme exceptionnelle, appelée à faire date, sur toutes les forces de police durant la Collaboration.
    Professeur d'histoire émérite, spécialiste reconnu des questions de police aux xixe et xxe siècles, Jean-Marc Berlière a publié une Histoire des polices en France, de l'Ancien Régime à nos jours, ainsi que, chez Perrin, Policiers français sous l'Occupation, Naissance de la police moderne et Liaisons dangereuses. Miliciens, truands, résistants.

  • Ils ont arrêté Ravachol, Landru et Mata Hari, démantelé la "bande à Bonnot", et leurs récits ont inspiré des personnages aussi mythiques que le comte de Monte-Cristo, Arsène Lupin, Fantômas ou Maigret. Qu'il s'agisse de vol, de crime, de moeurs ou de pouvoir, les "policiers-écrivains" nous ont laissé des textes passionnants. Policiers, ils ont découvert des corps, traqué des assassins, livré des coupables à la justice de leur temps. Écrivains, ils ont consigné leurs enquêtes, leurs intuitions, leurs idées. À l'âge de la retraite, ils ont publié, raconté, revécu les moments forts d'une carrière, non sans se donner le plaisir de régler au passage quelques comptes. En eux se révèlent des narrateurs efficaces qui ont le sens de l'image et du raccourci saisissant. De l'ancien préfet de police craint et respecté au petit inspecteur des moeurs qui se sait l'objet du mépris public, ces Souvenirs de police condensent un siècle et demi d'affaires criminelles et politiques.

  • Loin d'une histoire de l'écriture qui s'attacherait à saisir l'avènement de nouvelles pratiques scripturaires, l'ouvrage cherche à montrer comment l'écrit devient l'objet d'un nouveau regard policier au tournant des XIXe et XXe siècles. L'auteur s'intéresse à la manière dont les écrits, dotés tout à coup d'une puissance subversive, deviennent un objet d'attention privilégié pour les policiers dans l'espace urbain ; ceux-ci se mettent à lire les affiches, à noter et effacer les graffitis ou les billets illicites, à décrire avec moult détails les fragments d'écriture trouvés sur les murs ou dans les lieux publics...
    De cette véritable invention de l'écriture dangereuse, naît et se développe un savoir policier sur l'écriture absolument inédit, différent de celui, contemporain, des médecins et de leur clinique ; cette science policière de l'écriture devient l'un des piliers de la police scientifique de l'entre-deux-guerres autour de la figure d'Edmond Locard, prince des policiers de l'écriture.
    Philippe Artières poursuit ici son long travail d'exploration de l'histoire de l'écriture contemporaine, articulant le tatouage et l'enseigne lumineuse, le cahier intime et la lettre anonyme. Il allie dans cet ouvrage les notions foucaldiennes de surveillance et de police pour interroger les pouvoirs de l'écrit dans nos sociétés modernes, à partir de sources qui révèlent des micro-événements de la vie sociale.

  • Stockholm, fin de l'été 2013. Une jeune droguée, Rebecca Salomonsson, est abattue dans un foyer pour femmes. Trois étages plus haut, dans son appartement, Leo Junker est réveillé par les lumières des voitures de police. Flic, il travaille aux affaires internes, la division la plus mal vue, celle des « rats » qui enquêtent sur leurs collègues. Suspendu depuis « L'affaire Gotland », au cours de laquelle il a commis une erreur qui a coûté la vie à un policier, rongé par la culpabilité, Leo s'étiole dans son nouveau job. Alcool, errances nocturnes, sa vie ressemble à un lent naufrage. Mais, dans le meurtre Salomonsson un indice le frappe particulièrement, qui fait ressurgir à sa mémoire des personnages troubles de son adolescence : Julia et John Grimberg. De plus, des messages énigmatiques arrivent sur son portable. Et pourquoi a-t-il le sentiment diffus d'être suivi ? Quand la réalité se délite, à quoi peut-on s'attendre, sinon au pire ?

empty