• New YorcoeurJe n'ai jamais ressenti une émotion aussi forte ailleurs. Manhattan est une dope.Depuis la première minute, quand j'ai atterri à JFK en 1981. Coup de foudre sur la skyline.New York n'est pas une ville tendre, c'est une ville de béton et de brique, de glace et d'acier, une ville dure, une ville d'efficacité et d'utilité pour survivre, une ville qui ne tient pas compte des petites misères et qui reste inflexible. Et pourtant, New York trouve un équilibre grâce à sa beauté moderne.Vivre à New York : un rêve devenu réalité pour CharlElie. Si loin de la France, Big Apple et ses habitants l'inspirent, le surprennent, et parfois lui jouent de mauvais tours... La ville s'amuse de lui tout autant qu'il s'amuse d'elle. CharlElie la peint et la dépeint, la met en musique, y prend ses marques.
    Jusqu'à ce que l'émerveillement et la frénésie des premières années s'estompent. Et s'il était temps de revenir ?

  • Cuites, amour et dynamite, un amateur de pêche mélancolique, un ancien du Viêt-Nam et une jeune femme aux jambes interminables traversent l'Amérique des années soixante, unis par une " mission " folle et héroïque : faire sauter un barrage du Grand Canyon. Mais l'équipée sauvage de cet improbable trio va bientôt tourner à la gueule de bois carabinée !
    " Véritable cow-boy de l'écriture, Jim Harrison nous arrive comme un don Quichotte d'outre-Atlantique qui réintroduit le plaisir d'une lecture simple mais fulgurante. "
    Le Monde

    Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Sara Oudin

  • Kurt

    Laurent-David Samama

    Et si Kurt Cobain s'était confié à son caméscope juste avant sa mort ? Le récit littéraire renseigné, inventif et sensible d'un enfant des années 90, plus que jamais actuel.Et si Kurt Cobain s'était confié à son caméscope juste avant sa mort ?
    1994. Kurt Cobain, le leader iconique de Nirvana, se détruit chaque jour un peu plus. Il a essayé de voir des psys mais il le sait : aucune thérapie ne pourra le sauver.
    Dans ces années 1990 qui voient l'explosion de la vidéo et où la télé fabrique les stars, Cobain a compris la puissance de l'image et se rêve en artiste complet.
    De sa lucidité sans faille sur la réalité américaine à sa nostalgie de l'innocence, des prémices du grunge au triomphe de Nevermind, de son addiction à l'héroïne à sa passion pour Courtney Love, Kurt livre tout.
    Et se filme.
    Dans ces accès de mélancolie profonde, ces flambées proches du délire et ces incursions apaisées dans ses moments les plus tendres, l'icône grunge se découvre sous un jour inédit.

  • Disquaire à Londres, Rob vient de se faire plaquer. À trente ans passés, il doit se rendre à l'évidence : s'il maîtrise le répertoire de Dylan, il n'a jamais rien compris aux femmes. Serait-il passé à côté de l'essentiel ? Depuis son premier flirt autour

  • Slumberland

    Paul Beatty

    Un roman inclassable, sorte d'épopée musicale décalée et drôle, sur fond de racisme latent.

    Doté d'une mémoire phonique hors du commun, le DJ Ferguson Sowell a créé le beat parfait. Ne manque qu'un musicien de génie pour le mettre en valeur. Seul le jazzman d'avant-garde Charles Stone, alias le Schwa, en serait capable. Alors que ce dernier a mystérieusement disparu depuis des années, Sowell reçoit un indice de sa présence en Allemagne. C'est le signal de son départ pour Berlin, où il se fait une place au bar le Slumberland. Toujours en quête du Schwa, il arpente les rues de la ville à la veille de la chute du Mur, fait l'expérience des derniers signes de la guerre froide, du relativisme culturel en général, de la musique en particulier et plus encore des limites de l'intégration de l'homme noir.
    Dans ce roman traversé par une verve jubilatoire, Paul Beatty distille avec humour une subtile réflexion sociohistorique sur un monde en pleine mutation.
    " Un roman survolté et hilarant. " Yann Perreau, Les Inrocks

    " Culture musicale et critique des discriminations se mêlent dans ce roman revigorant. " Frédéric Potet, Le Monde des livres

    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard

  • Vous n´avez pas lu Le Livre sans nom ? Vous êtes donc encore de ce monde, et c´est tant mieux. Vous allez pouvoir assister à un spectacle sans précédent, mettant en scène Judy Garland, James Brown, Johnny Cash, les Blues Brothers, Kurt Cobain, Elvis Presley, Janis Joplin, Freddie Mercury, Michael Jackson... et le Bourbon Kid.



    Les héros du Livre sans nom se retrouvent cette fois dans une délicieuse petite bourgade enplein milieu du désert pour assister à un festival de musique au nom prometteur : Back from the dead. Imaginez un Dix petits nègres rock revu et corrigé par Quentin Tarantino... Vous y êtes ? C´est encore mieux !
    />

    À propos du Livre sans nom : «Éparpillées façon puzzle, dynamitées, les conventions du roman noir. Le genre, ultracodifié et balisé, se renouvelle en allant puiser hors de ses frontières, assouvissant son besoin de sang neuf à la source de la culture pop. » Les Inrockuptibles

  • Sur les 300 millions de pratiquants que compte le yoga dans le monde, combien partagent la même expérience que d'authentiques ascètes hindous ? Façonnée pour séduire largement, la discipline s'est considérablement modifiée depuis son origine et constitue aujourd'hui un cas exemplaire de culture mondialisée. Marie Kock en propose une histoire méconnue, critique et vivante.
    Pour évoquer l'enthousiasme qu'il suscite aujourd'hui, on parle de " boom ", de " phénomène ", de " déferlante ". Deux millions et demi d'individus pratiquent le yoga en France. Trois cents millions dans le monde. Je fais partie de cette masse en constante expansion.
    Je suis journaliste et je fais du yoga depuis dix ans. Je l'enseigne depuis deux. À Paris, en Inde ou en Californie, je peux pratiquer un yoga qui me sera toujours familier, mélange de philosophie indienne, de postures parfois spectaculaires et de promesses de sérénité et de vie meilleure inspirées des techniques de développement personnel. Cet assemblage standard est présenté partout comme le yoga traditionnel, comme la survivance d'un art et d'une sagesse millénaires.
    Pourtant, le yoga que nous pratiquons aujourd'hui est un yoga moderne, vieux d'une centaine d'années à peine, pensé pour répondre aux besoins de l'Occident et y être exporté. Par qui ? Par des gourous indiens qui y ont vu un moyen de revaloriser un savoir et une pratique qui périclitaient dans leur propre pays mais pouvaient être revêtus des atours de l'authenticité.
    Opérations séduction à Hollywood, fascination pour les muscles et la pop culture, batailles théoriques autour du LSD, du nationalisme indien et de la relation à Dieu, guerriers en lutte contre l'oppression coloniale britannique, développement de franchises mondialisées et stars du showbiz converties en hommes-sandwichs, c'est cette histoire fascinante et méconnue de la conquête du monde par le yoga que j'ai voulu raconter ici.

  • La pop culture est un ogre qui ingère tout ce qu'il trouve. Mais cette logique de réappropriation l'ouvre paradoxalement aux déclassés, aux freaks et aux minorités en tout genre. Pour l'auteur de cet essai, ce qui s'y joue est d'abord l'invention de nouvelles identités.
    De
    Star Wars à Lady Gaga, de Superman à
    Matrix, tubes, blockbusters et best-sellers forment aujourd'hui les facettes d'une culture de masse omniprésente. Un philosophe analyse le phénomène : qu'est-ce que la " pop culture " ? Et que change-t-elle pour nous, son public ? Avant d'être la sensibilité de la jeunesse des années 1960 ou un genre musical qui mêle tous les sons de la table de mixage, la pop est d'abord une stratégie, un calcul industriel alimenté par une seule obsession : savoir ce que veulent les masses.
    La pop culture est un ogre qui ingère tout ce qu'il trouve. Mais cette logique de réappropriation l'ouvre paradoxalement aux déclassés, aux freaks et aux minorités en tout genre. Ce qui s'y joue est d'abord l'invention de nouvelles identités, de nouvelles communautés.
    Richard Mèmeteau analyse chansons, films, comics, romans et séries pour répondre à des questions essentielles comme : pourquoi les bluesmen demandent-ils au diable de savoir mieux jouer de la guitare ? Que doivent les blockbusters hollywoodiens aux travaux d'un universitaire spécialiste de mythologie comparée ? Et si Yoda est si malin, pourquoi laisse-t-il Luke Skywalker faire tout le boulot ?

  • Life

    Keith Richards

    « On me demande souvent : "Tu ne comptes pas t'arrêter ?"
    Hors-la-loi malgré lui, fouteur de merde patenté, guitariste génial, Keith Richards s'est forgé une existence dont beaucoup rêveraient mais dont peu s'imaginent la réelle teneur. Et le plus incroyable, c'est qu'il est toujours là pour la raconter ! Voici donc l'inégalable autobiographie d'un original qui a toujours fait ce qu'il avait à faire et dit ce qu'il pensait. Dans un récit unique - féroce et sans le moindre fard -, Keith Richards nous raconte cette vie à deux cents à l'heure, qui a vu un gamin d'une banlieue modeste de Londres obsédé par Chuck Berry et Muddy Waters s'unir à Mick Jagger pour fonder les Rolling Stones et hisser ses parties de guitare au rang d'hymnes planétaires. Avec une totale franchise, il raconte les hauts et les bas, l'ascension fulgurante, les arrestations, les tournées démentielles, les femmes, l'alcool et l'addiction à l'héroïne qui ont fait de lui l'un des plus notoires « mauvais garçons » du rock. Il nous explique comment il a créé les riffs révolutionnaires, explosifs qui font de « Satisfaction », « Jumping Jack Flash » ou « Gimme Shelter » les plus grands classiques du rock, il évoque pour nous la vérité derrière la relation passionnelle qui l'a uni à la non moins scandaleuse Anita Pallenberg, dont il a eu trois enfants, sans oublier la mort tragique de Brian Jones en passant par son histoire d'amour avec Patti Hansen et ses rapports tumultueux avec Jagger. C'est un véritable road-movie qui défile devant nos yeux, celui d'une vie sur le fil du rasoir, débridée, sans crainte du qu'en-dira-t-on, menée au pas de charge par celui qui restera à jamais « Keith ».

  • La pop ne descend pas directement des Muses. Son histoire, tous genres musicaux confondus, est intimement liée aux technologies de diffusion qui ont permis son éclosion commerciale. Agnès Gayraud parcourt cette histoire en prenant soin d'éclairer les intentions esthétiques qui traversent cette forme musicale, si souvent dépréciée au profit d'une supposée grande musique.
    Tout le monde connaît la pop, la reconnaît, a un avis sur elle. Pourtant, sa singularité artistique et philosophique reste peu interrogée, comme si un tabou pesait sur cette forme musicale née au début du XXe siècle et dont le destin est lié à ses conditions techniques de production et de diffusion.
    Son ancrage, essentiel, dans le monde de la phonographie, est généralement interprété comme le trait honteux d'une musique qui aurait cessé d'en être tout à fait une, jusqu'à s'identifier aux " sons du capitalisme " qui déguisent en sucreries auditives les grognements de la bête immonde.
    L'enregistrement et ses conséquences auraient avant tout dégradé la musique, altéré ce qui la préservait -; imagine-t-on -; de la standardisation, jusqu'à produire à la chaîne une forme de musique consommable, accessible à tous, universellement médiocre. Des hits d'ABBA aux hymnes de Beyoncé, la pop serait structurellement
    inauthentique.
    Dans cet ouvrage, Agnès Gayraud se penche sur la profondeur de cette musique longtemps qualifiée de " légère " et cantonnée à un statut d'objet de consommation. Elle y déploie tous ses paradoxes, au coeur des oeuvres musicales elles-mêmes, pour révéler les ramifications esthétiques d'une richesse insoupçonnée de ce qui a peut-être été l'art musical le plus important du XXe siècle.

  • Une autobiographie

    Neil Young

    Après le succès deLifede Keith Richards, l´autobiographie très attendue d´une autre légende du rock : Neil Young.
    Neil Young est sans aucun doute l´une des figures les plus marquantes, les plus attachantes et les plus énigmatiques de l´histoire du rock et de la culture pop des quarante dernières années. Depuis ses débuts avec le groupe Buffalo Springfield jusqu´à ses albums révolutionnaires en solo, en passant par ses immenses succès avec Crosby, Stills & Nash et son adoubement en tant que père spirituel du grunge au début des années quatre-vingt-dix, s´essayant tour à tour à la country la plus traditionnelle et au punk-rock le plus radical, Neil Young a su se renaître et se réinventer en permanence sans jamais trahir son idéal artistique.

    Son autobiographie présente un kaléidoscope de la vie mouvementée et du parcours musical foisonnant du Loner (le Solitaire, son surnom, s´inspirant du titre de l´une de ses chansons). Neil Young y revient pour la toute première fois en détail sur son enfance, sa découverte de la musique et sa vie de star. Un voyage qui nous conduit des neiges de son Canada natal aux boulevards de Los Angeles sous l´influence du LSD dans les années soixante, jusqu´aux rivages plus calmes d´Hawaii aujourd´hui. Pleins d´esprit, d´humour et de fraîcheur, les souvenirs de Neil Young sont un véritable cadeau pour tous les amateurs de musique - et ses Mémoires sans nul doute destinés à devenir un classique du genre.
    À l´instar des Chroniquesde Bob Dylan, l´ouvrage de référence en la matière, Neil Young a fait le choix remarquable de privilégier un retour sur soi via l´exercice autobiographique plutôt que de recourir, comme tant d´autres avant lui, aux services d´un biographe officiel. À propos du travail d´écriture, Young explique à quel point l´expérience lui a plu : « J´ai commencé et je ne me suis plus arrêté d´écrire. C´est comme ça qu´avait l´habitude de faire mon père [célèbre journaliste sportif] avec sa vieille Underwood dans le grenier. Il me disait : "Continue d´écrire, tu ne sais jamais ce qu´il va se passer.´´»

  • Girls rock

    Sophie Rosemont

    PJ Harvey, Tina Turner, Kim Gordon, Nico, St Vincent, Anna Calvi, Véronique Sanson, Nina Hagen, Corine Marienneau, Beth Ditto, Patti Smith... À travers des thématiques qui les rapprochent, ce livre raconte les destins croisés de femmes rockeuses, la plupart si mythiques qu'elles sont devenues des figures historiques contemporaines.
    On le considère depuis toujours comme un domaine farouchement masculin. Le mot même de rock'n'roll appelle habituellement des noms comme Elvis Presley, les Rolling Stones ou Nirvana. Et pourtant... Finissons-en avec l'image de muse ou de groupie qui colle aux femmes artistes et qui a initié tant de rumeurs fausses - Yoko n'était rien sans John, Cobain fut le compositeur fantôme du plus célèbre album de Hole, etc. Non seulement le rock'n'roll est accessible aux femmes, mais elles y sont indispensables ! D'ailleurs, qu'est-ce que le rock ? Au-delà de la guitare, il y a l'attitude : le style, l'aura, la démarche, la performance scénique, les engagements politiques, les amitiés et les amours passionnées... Sur un ton personnel et vivant, Sophie Rosemont revient sur les parcours de ces combattantes prêtes à tout pour leur art.

  • Plonge dans le monde de la K-pop avec cette fan fiction addictive ! Alice, 18 ans, le bac en poche, a pris une année sabbatique pour travailler dans une salle de concert. Ce soir, le plus grand groupe de K-pop mondial se produit sur scène. Alors qu'Alice traverse les coulisses, elle tombe nez à nez avec l'un des chanteurs du groupe, Sun, et son producteur, qui se disputent férocement à propos des relations du chanteur ! La présence de la jeune fille leur donne une idée farfelue : lui proposer de former un faux couple avec Sun pour apaiser les fans... Alice acceptera-t-elle cette proposition qui risque de changer sa vie ?

  • L'amour au temps du petit écran
    Les années 1960 battent leur plein. Les hommes fument cigarette sur cigarette. Les femmes veulent le tour de taille d'Audrey Hepburn et la poitrine de Marilyn. Dans les quartiers pavillonnaires, la middle class américaine découvre les joies de la télévision... À l'intérieur de la petite boîte, un homme aimante le regard. Cet homme, c'est Robin Stone. Énigmatique, brillant et froid, il semble griller toutes les étapes. Et ces dames - Amanda, sublime cover-girl condamnée par une maladie incurable, Maggie, apprentie comédienne dévorée d'ambition, Judith, mariée et membre de la haute société - se damneraient pour conquérir son coeur. Certains hommes, aussi. Mais si Robin fait don de son corps, gare à qui tentera de se pencher sur les plaies secrètes de son passé.
    Entre New York et la côte Ouest, dans une société qui débride sa pratique sexuelle et découvre la magie des substances illicites, Robin et la pléiade de personnages qui gravitent autour de lui vont se précipiter dans un ballet amoureux qui laissera apparaître le vrai visage d'un monde souvent régi par des tractations sordides. Et Robin Stone sera peut-être le premier à faire les frais de ce gigantesque miroir aux alouettes.
    Deuxième best-seller de Jacqueline Susann après
    La Vallée des poupées,
    Love Machine, publié à grand bruit en 1969, appartient à ces ouvrages qui ont forgé une époque. Impudique et irrévérencieuse, follement scandaleuse sur ce qu'elle dit des moeurs, de la drogue, de l'homosexualité ou du statut de la femme, cette petite pépite d'un temps révolu n'a absolument rien perdu de sa modernité.

  • 31 songs

    Nick Hornby

    Comment expliquer les résonances que trouvent certains morceaux dans nos vies ? On savait depuis Haute Fidélité que Nick Hornby était un fan de musique pop. 31 songs nous le confirme sous forme d'un témoignage unique autour de ses trente et une chansons " favorites parmi les favorites ". Une véritable profession de foi où la musique pop s'élève au rang de religion...
    " Sous la forme d'une exégèse personnelle et débridée consacrée à ses chansons préférées, Nick Hornby décline une fois encore passion, humour et tendresse dans un style d'exception. " Frédéric Valion - Rolling Stone

  • Jim

    Harold Cobert

    Le Roi Lézard a-t-il étouffé le poète Jim Morrison? Harold Cobert se glisse dans la peau du mythique chanteur des Doors pour nous faire partager ses derniers mois à Paris en 1971.
    Mars 1971, le mythique chanteur des Doors rejoint sa compagne Pamela à Paris.
    Loin de la rock star à la silhouette filiforme et gainée de cuir noir, Jim, gros, barbu, les cheveux longs et grisonnants, déambule telle une ombre dans les rues de la Ville lumière. Dégoûté par l'industrie du disque, il s'enfonce lentement dans la dépression et pense arrêter la musique pour se consacrer à la poésie.
    Dans ses errances et ses outrances éthyliques, il cherche à démêler les fils obscurs qui ont tissé sa destinée d'enfant de militaire ballotté de ville en ville, devenu une icône de la scène rock mondiale et réfugié en paria à Paris, cité des écrivains maudits.
    À travers ces confessions imaginées, Harold Cobert se glisse dans la peau de Jim Morrison confronté à ses démons.

  • Vos films cultes comme vous ne les avez jamais lus. Pacôme Thiellement, penseur protéiforme, pop et déjanté, nous livre son petit bréviaire de cinéphile : forcément culte, forcément iconoclaste, forcément passionnant ! En mars 2014, un photographe estonien publie les ahurissants clichés d'un cinéma égyptien abandonné au milieu du désert du Sinaï. Si la construction de l'édifice est attribuée à un excentrique homme d'affaires français du début du XXe siècle, aucun film n'y a jamais été diffusé et il a été depuis détruit. Il n'en fallait pas plus à Pacôme Thiellement pour plonger dans les arcanes du cinéma et proposer des analyses déjantées de Nosferatu, Nosferatu fantôme de la nuit, Freaks, Le Locataire, Possession, Suspiria, Céline et Julie vont en bateau, M. Arkadin, Chinatown, Opening Night, Nymphomaniac et Shining. Autant de films étrangement cultes, autant de chefs-d'oeuvre à voir ou à revoir autrement, grâce aux lumières d'un érudit pop quelque peu magicien pour qui le cinéma est devenu, le temps d'une parenthèse enchantée, la façon la plus sûre de discerner l'invisible.

  • Frankie Presto, né dans une église en feu et vite devenu orphelin, est élevé dans une petite ville d'Espagne par son professeur de musique aveugle. Puis la guerre bouleverse sa jeune vie... À neuf ans, il embarque sur un bateau pour l'Amérique, accompagné de ses seuls biens: un chien sans poils, une vieille guitare et six cordes dont il ignore encore la mystérieuse puissance. Pendant son irrésistible ascension comme le plus grand musicien de son temps, il découvre petit à petit l'immense pouvoir que lui confèrent ses six cordes de guitare magiques. Mais ce don sera aussi son fardeau... Frankie réussira-t-il à trouver sa propre voie, et à retrouver Aurora, l'unique femme qui avait su toucher son coeur ? Un roman foisonnant et plein de charme qui donne envie de fredonner sa chanson préférée !

  • Pop yoga

    Pacôme Thiellement

    • Sonatine
    • 14 Novembre 2013

    Dans cet ouvrage kaléidoscopique, à la fois rigoureux, intense et farfelu, Pacôme Thiellement nous propose quarante-deux textes consacrés à la culture contemporaine et à l'expérience pop. On y trouvera des exégèses des grands musiciens de rock (les Beatles, les Beach Boys, Dylan, Bowie, Gainsbourg, Joy Division, les Residents), mais aussi des évocations de grands écrivains de l'impossible (Pynchon, Lowry, Jarry, Joyce), plusieurs enquêtes subjectives sur des cinéastes démonologiques (Roman Polanski, Lars von Trier, Kiyoshi Kurosawa), des séries théophaniques (Buffy contre les Vampires, Lost) et des dessinateurs de bande dessinée électriques (Fred, Killoffer), enfin, des fragments poétiques sur Marilyn Monroe, une conférence sur les bandes magnétiques inversées, deux explorations de l'hypothèse extraterrestre, un adieu à Amy Winehouse. On y retrouvera surtout les obsessions magico-gnostiques de l'auteur, nourries de la tradition hermétique et d'une bonne dose de théologie alternative. Oh yeah !


    Pacôme Thiellement est romancier, journaliste et réalisateur. On lui doit en particulier des essais mêlant culture pop et philosophie (Cabala - Led Zeppelin occulte, Hoëbeke, 2009 ; La Main gauche de David Lynch, PUF, 2010 ; Tous les chevaliers sauvages - un tombeau de l'humour et de la guerre, Philippe Rey, 2012).

  • Le petit livre que vous tenez entre les mains a la grande ambition d'être la clé d'un coffre aux trésors bien particulier : celui du rock ! Y ont en effet été sélectionnés et chroniqués, à l'usage de tous les amateurs de rock (ou des novices en passe de le devenir), cent des albums les plus marquants du genre, des années cinquante à nos jours, avec aussi bien du hard rock que du folk-rock, du glam rock que de la Brit-pop, du punk que du rock progressif... et d'autres choses encore ! Au fil de ces chroniques, vous croiserez ainsi Elvis Presley, Metallica, Noir Désir, les Red Hot Chili Peppers, David Bowie, les Sex Pistols, Joe Satriani, Oasis, les White Stripes ou encore Frank Zappa, Yes, Police, Radiohead, Bob Dylan, les Dead Kennedys, Stevie Ray Vaughan, Jefferson Airplane ou les Rita Mitsouko. Enfin, pour que ce tour d'horizon soit le plus large possible, chaque chronique est accompagnée d'une suggestion de deux albums de style similaire ou complémentaire, pour pousser plus avant votre exploration.

  • Liberté sans condition

    Seth Morgan

    Joe Barker est un junkie. Aboyeur dans une boîte de strip-tease de San Francisco, dealer à ses heures perdues, il vit avec une prostituée, Kitty. Entraîné dans une affaire de vol à main armée qui tourne mal, Joe se retrouve derrière les barreaux. Loin d'être en sécurité, il est en réalité plus en danger que jamais entre des codétenus cinglés, des gangs impitoyables et des gardiens imprévisibles. Surtout, Joe a bien malgré lui mis la main sur un objet que convoite Baby Jewels, un caïd de la pègre, roi du porno et amateur de snuff movies. Le mal incarné. Publié aux États-Unis en 1990, inédit en France, Homeboy, unique roman de son auteur, est considéré comme l'un des plus grands livres de la contre-culture américaine. Dans la lignée des chef-d'oeuvres de Nelson Algren ou de Hunter S. Thompson, Seth Morgan nous offre un tableau fascinant de l'underground américain. Aussi drôle que bouleversant, il illumine ses paumés magnifiques d'un style inoubliable.


    Fils d'une illustre famille new-yorkaise, Seth Morgan, né en 1940, a quitté l'université de Berkeley pour rejoindre la scène rock. Il vivait avec Janis Joplin, rencontrée lors d'un deal de cocaïne, depuis plusieurs mois lorsque la chanteuse est morte. Il s'est inspiré de sa propre vie pour écrire Homeboy, rédigé à la prison de San Quentin, où il purgeait une peine pour attaque à main armée. Seth Morgan a trouvé la mort en 1990 dans un accident de moto, quelques jours après la sortie du livre.

  • Bruce

    Peter Ames Carlin

    " Je suis peut-être président, mais lui c'est le Boss ", a récemment admis Barack Obama en évoquant Bruce Springsteen. Et, en effet, avec plus de cent vingt millions d'albums vendus, Springsteen règne depuis quatre décennies sur le rock américain. Plus qu'un phénomène musical, c'est un véritable phénomène culturel, en prise directe avec le coeur et l'âme des États-Unis. Mais surtout, le Boss est un individu exceptionnel, à l'histoire personnelle complexe.




    Pour la première fois, celui-ci a accepté de se livrer à coeur ouvert et sans aucune autocensure à Peter Carlin. Mieux encore, considérant qu'on ne peut cerner un homme en écoutant sa seule vérité, il a ouvert son carnet d'adresses à l'auteur, qui a ainsi pu recueillir les témoignages inédits des membres de la famille du chanteur, de ses proches, de ses musiciens.
    Du gamin du New Jersey à l'activiste politique, en passant par le working class hero, l'évangéliste du rock, l'homme rongé par des démons intérieurs, Carlin dresse ici un portrait unique et passionnant de la star et retrace sa carrière exceptionnelle.




    D'anecdotes inédites en confessions d'une sincérité exceptionnelle, ceux qui jusqu'ici croyaient tout savoir de l'icône vont, à la lecture de cette biographie définitive, très vite devoir réviser leur jugement.




    Peter Ames Carlin est journaliste. Il collabore en particulier à People. On lui doit des biographies de Brian Wilson et de Paul McCartney. Il vit à Portland, Oregon.

  • Liza a été la star du groupe Blue Hallway, qui connut un triomphe mondial dans les années 1970. Son passé tumultueux, les anciens scandales de son groupe, le monde fiévreux et souterrain du rock ressurgissent brutalement à la veille de son retour.
    Une photo de James Dean est glissée sous sa porte, une tunique indienne à l'odeur de patchouli arrive par la poste, une enveloppe contenant du verre brisé se retrouve dans son réfrigirateur, une photo d'elle couverte de sang frais au fond de son sac, un couple, la nuit, dans une ruelle de New York lui casse un doigt " pour qu'elle se souvienne "... Quelqu'un veut lui faire payer sa vie sulfureuse. Est-ce Mitsy, son amie inséparable qui a fait fortune sur son dos ? Lieber, le bassiste, son ex-mari qu'elle a tant bafoué ? Spike, le batteur de génie qui ne l'a jamais trahie ? Ou son producteur, Brickmann, prêt à tout pour que les médias parlent du groupe ?
    Entre Londres et New York, une course à la poursuite d'un fantôme s'engage, au rythme d'un morceau de rock où le gin tonic se mêle au suspense et à l'humour. Coup d'essai, coup de maître : pour son premier roman, Alexandra Julhiet a écrit un de ces thrillers psychologiques qu'on ne peut pas lâcher, digne des meilleurs du genre.

  • Detroit, dans les années 70.
    Dans une ville encore marquée par les émeutes raciales, Danny Yzemski, jeune garçon solitaire, timide et renfermé, a du mal à trouver sa place. Sa seule échappatoire est la musique, grande passion qu'il partage avec son père, spécialiste des tubes des années 40. Mais après une tragédie familiale, la vie de Danny se trouve brusquement bouleversée.
    Entre une mère erratique, des soucis financiers et une société en plein mouvement, Danny risque fort de sombrer lui aussi.
    Grâce à un job alimentaire - pour renflouer les caisses familiales - il finit par trouver sa propre voie : la musique rock ! En compagnie des sons de Led Zeppelin, MC5, sans oublier le légendaire Iggy Pop, Danny revit. Et pas seulement ! La découverte de la culture rock va même lui permettre de réaliser son rêve : devenir disc-jockey à la radio. Et plutôt que de tourner en rond, à la manière de ses 45 tours, il s'accrochera pour vivre sa passion jusqu'au bout...

empty