• Un singulier regard Nouv.

    Fernando Pessoa a beaucoup écrit sur lui-même. Un singulier regard peut être vu comme un prélude à son oeuvre et le complément de son chef-d'oeuvre et livre total, Le Livre de l'intranquillité. Les textes qui composent le présent volume révèlent en effet des aspects méconnus de l'auteur à travers des textes et correspondances. Ils constituent un journal de sa vie intérieure, tout entière tournée vers l'auto-analyse.
    On trouvera dans cet autoportrait passionnant, souvent impitoyable, la lente progression d'une personnalité en pleine gestation, depuis une adolescence chaotique jusqu'à une maturité magistrale. Les écrits très intimes rassemblés ici montrent l'angoisse, la solitude et la lucidité de l'écrivain et la genèse de sa personnalité.

  • Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable au Portugal
    Un livre désormais tout en couleurs, pour plus de clarté et de lisibilité.
    Une sélection très pratique d'itinéraires pour découvrir le meilleur du Portugal, la nouvelle destination incontournable en Europe, quel que soit le temps ou le budget disponible.
    Un grand choix de logements et d'options de restauration dans tout le pays.
    Une grande variété d'excursions et de circuits ainsi qu'une carte présentant une couverture étendue des parcours moins connus, pour aider les voyageurs à sortir des sentiers battus.
    Une présentation détaillée d'une large palette d'activités de plein air.
    Une section particulièrement complète pour découvrir ou redécouvrir la riche gastronomie portugaise, et un itinéraire de dégustation des vins de Porto, à consommer avec modération !
    Des cartes claires ainsi qu'une couverture exhaustive des moyens de transport pour être autonome dans ses déplacements.

  • Un jeune sous-lieutenant, après avoir servi en Angola pendant vingt-sept mois, rentre au pays où il ramène un tout jeune orphelin. Il va élever cet enfant noir, qui a survécu à la destruction de son village et au massacre des siens par l'armée portugaise, comme son propre fils. Plus de quarante ans plus tard, le vétéran et sa femme font le trajet depuis Lisbonne pour rejoindre la vieille maison de famille, dans un village reculé, quasi abandonné, quelque part au pied des montagnes. Dans trois jours, conformément à la tradition, on tuera le cochon. Comme chaque année, leur fille, leur fils adoptif, son épouse les rejoignent pour l'occasion. Or ce jour-là, l'animal ne sera pas le seul à se vider de son sang.

    L'écrivain portugais a renoncé à parler comme un livre, mais il n'est pas question pour lui d'écrire comme on parle. Il invente un parler qui ramasse en lui tout le savoir-faire de l'écriture et la fait oublier.
    Hédi Kaddour, Le Monde

  • Nouvelle édition du guide de conversation Le portugais pour les Nuls vendu à plus de 36 000 exemplaires !Des bases de la prononciation au vocabulaire nécessaire pour sortir en ville, de la grammaire aux indications nécessaires en cas d'urgence en passant par tous les termes essentiels à connaître si vous souhaitez aller au restaurant, apprendre le portugais ne sera plus une corvée !

  • Avec une liberté de ton qui ne s'interdit aucune fantaisie et est généreusement partagée avec le lecteur, grâce à un brassage unique d'images foisonnantes, de réminiscences et de sensations, António Lobo Antunes signe un nouveau livre d'une grande puissance poétique, écrit dans une langue qui sonde les profondeurs les plus intimes d'un univers (le nôtre) trouble, insaisissable et poignant.

  • Recluse dans un appartement de Lisbonne, confiée par le neveu de son mari défunt aux soins d'une employée de maison, une vieille actrice vit ses dernières heures. Celle qui a fait une carrière modeste sur les planches sent progressivement la parole se refuser à elle. Les souvenirs ressurgissent : des moments savoureux alternent avec d'autres plus sombres, António Lobo Antunes tisse une infinité de fils passant d'un personnage à l'autre avec une liberté effrontée, sans jamais perdre son humour. Tous ses personnages pourraient reprendre à leur compte cette confidence de l'un d'entre eux : Si au moins quelqu'un voulait bien me prendre dans ses bras, me faire sentir qu'il y a une place pour moi dans ce monde. Lire la prose du plus grand écrivain portugais - qui est aussi l'un des écrivains majeurs de son temps - est une expérience rare, dérangeante et captivante à la fois. Comme un rêve éveillé. Comme entrer dans les ténèbres de Faulkner ou de Virginia Woolf. Bruno Corty, Le Figaro

  • « Vous avez renoncé à un livre sur la guerre en Angola en vous décidant à écrire  Bonsoir les choses d'ici-bas ? - Quand j'ai commencé, le livre n'avait pour ainsi dire rien à voir avec l'Angola. Le sujet, c'était les sectes religieuses. C'était relativement inspiré de faits réels. Mais au deuxième chapitre, le livre s'est modifié et j'ai compris qu'il ne voulait pas de cette histoire... Avant je me lançais dans un livre avec des plans très détaillés, maintenant je m'embarque pratiquement sans rien, celui-ci j'ai commencé à l'écrire sans rien. - Que s'est-il passé ensuite ? - L'idée m'est venue des diamants, des agents... Un livre m'apparaît toujours davantage comme un organisme vivant, il fait ce qu'il veut. Et je dois le suivre à la trace, faire ce qu'il exige. C'est un organisme indépendant. - Il y a au moins dix voix principales dans ce roman. Elles sont apparues au fur et à mesure que vous écriviez le roman ? - Exactement. - Comment faites-vous pour ne pas vous perdre dans ce carrousel de voix, sans un schéma, sans un plan ? - Hum... il se fait tout seul. Toujours plus. - Vous venez de dire qu'il s'agissait d'un Angola inventé... - Tout comme le Portugal est inventé... » (Lucas Coelho, Milfolhas, Novembre 2003)

  • « Il faut le dire: on est bouleversé. Au-delà de ses beautés fulgurantes, l'écriture de Lobo Antunes rend réelle cette idée que nous sommes à chaque instant tous ceux que nous avons été. [...] Personne n'écrit comme lui et il écrit comme personne. » Alice Ferney, Le Figaro « Telle est la magie de la phrase chez António Lobo Antunes : elle s'enroule autour de vous et vous attire dans les replis de la conscience. Un tour de force aussi bouleversant qu'addictif. » Florence Noiville, Le Monde « L'addiction à cette littérature est telle, quand on a goûté une première fois ces mots éparpillés dans le temps, l'espace, la faune, la flore, la pensée... [...] Tous les livres d'António Lobo Antunes sont secoués par ces injonctions contraires de la pensée, source d'angoisse et de libération. Comme toujours, la poésie des origines triomphe. » Marine Landrot, Télérama « Il faut plus voir dans le bousculement raffiné de l'écriture et dans le déplacement délibéré des mots dans la phrase la hargne toujours active d'un écrivain dressé contre les conventions de tous ordres. » Muriel Steinmetz, L'Humanité

  • Un dimanche de Pâques. Il pleut sans discontinuer sur Lisbonne. Une femme se meurt, veillée par ses enfants qui s'entredéchirent. Tour à tour, ils se remémorent les heures fastes de leur histoire, lorsque l'élevage de taureaux de combat faisait la fierté

  • Trouvez le mot juste pour bien communiquer avec les Portugais avec Le portugais pour mieux voyager, un guide de conversation thématique avec toutes les expressions, phrases et mots clés.
    Partir avec un guide de conversation en poche permet d'enrichir son expérience de voyage; connaître les mots essentiels et mieux comprendre les gens du pays qu'on visite facilite les contacts, favorise les rencontres et procure un agrément additionnel ind

  • «Le livre caché de Lisbonne» propose, à la suite d'une résidence d'écriture, dix-sept promenades dans une ville vécue comme un vaste atelier d'écriture, ponctuées par des citations d'écrivains, dont plusieurs portugais. Louise Warren, en prolongeant ses essais récents, y trouve une nouvelle formulation de son esthétique, une expérience intime, mais toujours ouverte à l'autre. Un regard très personnel se porte sur les «azulejos», sur l'architecture, sur le Tage, sur les ruines, entre autres. Les images représentant des espaces fermés, des fenêtres closes ou envahies par la végétation permettent d'imaginer ce livre caché qui, peu à peu, au rythme de la lumière et de la chaleur, se révèle à la lecture, laisse son empreinte dans l'imaginaire.

  • « Je me souviens que je ne portais même plus attention à Clara et Nicolas... dans les eaux troubles de l'aquarium, des ombres passaient, furtives... l'impression d'être entouré d'énormes bêtes marines dont jamais je n'eusse cru l'existence possible sans les voir de mes propres yeux... monstres fabuleux sortis des profondeurs abyssales... j'étais paralysé... devant moi... des poissons tout tordus, nageant la bouche ouverte, des dents énormes, le regard... pétrifié, ou qui me pétrifia, peut-être m'évanouis-je, je ne sais plus, probablement pas puisque personne ne vint à mon secours.
    Je me souviens qu'au point culminant de cette crise... à travers le verre, l'eau, je crus voir les formes brouillées de Clara et Nicolas, crus voir Nicolas toucher subrepticement la main de Clara, lui caresser le bras tandis que passait devant eux un coelacanthe, peut-être se regardèrent-ils tendrement, je ne sais pas, en fait, je ne pourrais jurer de rien, je n'étais alors que l'ombre de moi-même... »

  • Pionnier au Portugal, son pays d'origine, Amadeo de Souza-Cardoso (1887-1918), fut aussi bien in fluencé par l'impressionnisme que par le fauvisme, l'expressionnisme et le futurisme. C'est en côtoyant des artistes tels qu'Amedeo Modigliani, Diego Rivera et Gaudí avec qui il se lia d'amitié qu'il développa son propre style, mêlant tradition et modernité. Emporté prématurément par la maladie, cet artiste avant- gardiste encore peu connu laissa quelque cent-cinquante toiles et reste considéré comme l'un des plus grands artistes portugais de sa génération.

  • Quels sont les liens qui unissent l'Espagne, la France et le Portugal, réunis au sein de l'espace ibéro-gallo-roman ?
    Les vingt contributions réunies dans cet ouvrage explorent les nombreuses voies de convergence : linguistiques, culturelles et littéraires entre ces territoires. Depuis la romanisation qui a rapproché les langues et les cultures, ils n'ont cessé de se fréquenter et de s'emprunter assidûment, donnant naissance à un riche patrimoine commun digne d'être revisité pour en mettre en évidence les similitudes et les circulations, mais aussi les limites.

  • Madame victoria

    Catherine Leroux

    • Alto
    • 29 Septembre 2015

    À l'été 2001, un squelette apparaît à l'orée d'un petit bois, à quelques pas de l'Hôpital Royal Victoria à Montréal. Une enquête s'amorce, qui deviendra une quête?: découvrir l'identité de cette femme morte sans bruit. Mais toutes les pistes mènent à l'impasse?; celle qu'on a baptisée Madame Victoria continue d'attendre que quelqu'un prononce son nom.

    Aujourd'hui, la fiction prend le relais.

    À partir d'une série de portraits de femmes, Catherine Leroux décline les vies potentielles de son héroïne avec une grande liberté. D'abord nettes comme le jour, ses hypothèses plongent de plus en plus loin dans l'imaginaire, comme des flèches filant vers un point où la mémoire et l'invention se confondent, vers un minuit où tout est possible, jusqu'au dernier souffle.

  • Le portugais pour mieux voyager

    Collectif

    • Ulysse
    • 16 Novembre 2017

    Trouvez le mot juste pour bien communiquer avec les Portugais avec Le portugais pour mieux voyager, un guide de conversation thématique avec toutes les expressions, phrases et mots clés.
    Partir avec un guide de conversation en poche permet d'enrichir son expérience de voyage; connaître les mots essentiels et mieux comprendre les gens du pays qu'on visite facilite les contacts, favorise les rencontres et procure un agrément additionnel ind

  • Ce chapitre Préparer son voyage est issu du guide consacré à la destination Portugal.
    Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.

  • Les vacances se terminent et Antoine a décidé de ne pas rentrer dans son pays. Il aimerait que Clara, sa femme, reste avec lui. Il souhaite recommencer sa vie avec elle ici, dans Lisbonne où tout lui paraît à nouveau possible. Mais Clara préfère rentrer à Montréal. Pour Antoine, Lisbonne prendra alors la forme d'un labyrinthe où les visages des femmes se confondent, se mêlent et le ramènent sans cesse à celui de Clara, dont le souvenir l'obsède. Il lui faut désormais apprendre à vivre sans la femme qu'il aime et trouver du travail dans la ville blanche où il n'y en a pas.

    Le sermon aux poissons raconte la désorientation d'un homme qui a choisi l'ailleurs. Un premier roman énigmatique où brillent la grandeur et la singularité du Portugal.

  • Nina

    Lessard Patrice

    Il y a quelques années qu'Antoine vit au Portugal et depuis un an, il n'a plus donné signe de vie. Son frère Vincent le cherche, il vient d'arriver à Lisbonne avec son amoureuse, Nina, qui parle portugais et connaît bien la ville. Mais sans piste ou à peu près, pas facile de retrouver un disparu. Gil, le détective privé dont ils ont fait la connaissance par hasard, semble toutefois confiant de pouvoir les aider.

    Le détective, qui ne roule pas sur l'or, a été chargé récemment par un petit caïd de mettre la main sur un pistolet volé au cours d'une rixe. L'affaire du pistolet se révèlera cependant moins facile à dénouer pour le détective que prévu, tandis que Nina et Vincent s'enfonceront avec lui dans le lacis de filatures, de rencontres et de faux-semblants qui tissent l'intrigue de ce roman fascinant.

empty