• Chicoutimi, 1917.
    Alors que son amie Claire est coincée dans un mariage sans bonheur, Graziella a vu son avenir se transformer avec la mort d'Alexis lors d'une kermesse tenue deux ans plus tôt. Mais la jeune femme ne s'est jamais laissé abattre par les obstacles qui ont été placés sur son chemin et, dans l'intention de réaliser ses rêves et de donner tout ce qu'il y a de meilleur à son petit Hubert, elle accepte une proposition risquée. Alors que la Grande Guerre fait toujours rage en Europe, on lui propose de partir par bateau en Angleterre, avec Kate et William Price. De là, elle pourra se rendre à Londres et à Paris, afin d'étudier des notions sur la mode qui pourront lui être utiles plus tard lorsqu'elle ouvrira sa boutique de vêtements pour dames.


    Pour Kate, ce sera l'occasion de revoir son fils Henry, qui se bat pour la liberté dans les immondes tranchées. Mais le garçon a d'autres idées en tête lorsqu'il aperçoit enfin Graziella. Comme tous les hommes qui croisent le chemin de la belle, il en tombe follement amoureux. Toujours encline à vivre pleinement et à laisser libre cours aux pulsions qui ne sont reconnues qu'aux hommes, Graziella se laissera-t-elle séduire une fois de plus?


    Troisième et dernier tome d'une saga unique rédigée par Nicole Villeneuve, Graziella : Le Concert conclut avec brio une série portée à bout de bras par une jeune femme unique et attachante, au destin inoubliable.

  • Chicoutimi, novembre 1914.

    À une époque où les industries reliées à la forêt tournent à plein régime, Graziella, une jeune fille aventureuse et surtout ambitieuse, réussit à s'introduire dans les familles les plus en vues de Chicoutimi. Courtisée par deux jeunes hommes appartenant à la classe aisée, elle ne se laisse pas influencer par leurs belles promesses. Enceinte, elle mettra au monde son fils, puis tournera son attention vers le jeune Alexis, l'un des premiers fantassins à quitter le Saguenay pour l'Angleterre au début de la Première Guerre mondiale. A-t-elle relégué au second plan son rêve d'ouvrir à Chicoutimi une boutique de vêtements pour dames, à l'heure où les scandales les plus croustillants alimentent l'heure du thé de la haute société?

    À travers les trahisons, les déceptions, les idées préconçues ainsi que les principes véhiculés par la société et l'Église, Graziella ne peut que se laisser porter par cet instinct qui la pousse sans cesse à aller de l'avant. Cette motivation a porté, à elle seule, l'auteure Nicole Villeuve tout le long de la rédaction de ce second tome d'une trilogie.

  • 1913 : La jeune Graziella démontre davantage d'ambition que ce qui était permis à une adolescente de seize ans à cette époque. Sa mère, qui la juge trop volontaire et dérangeante, de connivence avec le curé qui ne tolère aucune conduite scandaleuse dans sa paroisse, la fait engager comme servante chez les Grenier, une famille bourgeoise de Saint-Jean-Baptiste. Mais dès l'année suivante, elle est congédiée par ses employeurs pour avoir prétendument séduit l'ainé de la famille. Dans le train qui l'amène vers Chicoutimi, la vie de la jeune fille prendra une direction différente grâce à la rencontre de Kate Davis. Sous la tutelle de sa nouvelle bienfaitrice, protestante de surcroit, Graziella aura l'opportunité de frayer parmi la haute gomme de Chicoutimi, cette ville qui bouillonne alors à tous les points de vue. Comment sera reçue la jeune femme au passé si lourd par ces hauts placés qui font l'orgueil de cette localité que l'on qualifie alors de Reine du nord?

  • Gilles et Laurianne vivent ensemble depuis trente ans, lorsqu'une rupture inattendue brise le couple, qui semble pourtant si solide. Laurianne n'a pas le choix, son mari l'ayant laissée pour Christine, elle doit se refaire une nouvelle vie. Commence alors une remise en question totale, non seulement d'elle-même en tant que mère et épouse, mais de sa vie de couple tout entière. Car au fil des ans, elle s'est souvent oubliée pour les siens. Désormais seule, Laurianne ne se connaît plus, ne sait plus se faire plaisir; elle se questionne, elle doute...

    Gilles a-t-il eu raison de croire que l'herbe serait plus verte chez le voisin? À cinquante ans, pourra-t-elle s'abandonner à un nouveau partenaire, après trois décennies d'une fidélité à toute épreuve? Saura-t-elle encore plaire à son âge, surtout que beaucoup d'hommes de sa génération, selon elle, préfèrent les femmes plus jeunes?

    Mais au fait, que pense Gilles de tout ceci?

    Roman au style solide et juste, Hier et Aujourd'hui nous fait entrer intimement dans la nouvelle vie d'une femme dont les observations, toujours teintées d'humour et d'autodérision, sont lucides et réalistes. Ce texte offre en arrière-plan un examen détaillé de notre société et de ce que sont devenues les relations entre les hommes et les femmes. Un bon roman, sans prétention, de lecture agréable!

  • Lorsque la belle Nadia, bien décidée à se soustraire à l'autorité parentale, quitte le foyer familial avec sa soeur, elle ne peut anticiper le bourbier dans lequel elle va progressivement s'enfoncer. Contrainte de travailler quelque temps dans un restaurant, puis un bar de danseuses, elle constate rapidement que ces lieux dégradants sont néfastes, voire dangereux pour elle. La jeune femme quitte donc le pays et se permet deux semaines de vacances à Cuba en compagnie de sa frangine. Vite repérée et abordée par un certain Ricardo, elle ne résiste pas au charme de ce beau parleur qui semble riche et influent. Une fois revenue au Québec, Nadia est surprise de voir son bel adonis rappliquer, cette fois-ci pour le jeu de la grande séduction, qui réussira à merveille.

  • Le premier roman de Carmen Belzile parle de résilience, porteuse d'espoir. La Maison aux lilas est en effet une fable sur l'amitié, celle qui permet d'avancer et de grandir, avec des personnages qu'on aimerait côtoyer. C'est aussi une histoire qui démontre que malgré la souffrance et les blessures, il n'est jamais trop tard pour prendre une direction nouvelle, à condition d'ouvrir les yeux et le coeur à ce que la vie sème sur notre route. Car à partir du moment où on choisit sa vie, on peut la modeler à sa façon.

    C'est ce que fera Lucie à 45 ans, orpheline de père depuis sa tendre enfance. Au décès de sa mère, elle se croit seule au monde et se sent désemparée. Elle éprouve des sentiments mitigés, à la fois soulagée de ne plus subir la haine et le contrôle de sa mère et dépassée devant cette liberté nouvelle dont elle ne sait que faire. Heureusement, des anges croiseront sa route: Esther, généreuse et attentive; Marcel, un oncle sage et protecteur; Alice, une tante inspirante et bienveillante, ainsi que Sylvie, une cousine sensible et coquine. Avec eux, Lucie se trouvera plongée dans le passé et sera entraînée de découvertes en surprises, sur les traces de ses racines. Elle fera alors connaissance avec les membres de la famille de son père, avec son histoire et avec elle-même.

    Grâce à la présence de ces personnages sortis de l'ombre, Lucie saura rebondir et se métamorphosera graduellement, en retrouvant l'essence de la petite fille qu'elle était avant le décès de son père. Telle une plante qui s'épanouit, elle renaîtra après une longue période de dormance. Lucie apprendra que regarder en arrière et nourrir le ressentiment dressent un mur qui empêche de poursuivre sa route. Au contraire, elle choisira d'avancer et de construire sa vie, comme le brouillard qui se dissipe et qui laisse entrevoir un avenir ensoleillé, rempli d'optimisme et de promesses.

  • Dans ce livre bouleversant, Gilles Simard raconte son parcours d'ex-psychiatrisé, d'alcoolique, de pharmacodépendant et de codépendant. De la clinique Roy-Rousseau, où les électrochocs, l'insulinothérapie et la camisole chimique sont la norme pour soigner les maux de l'âme, en passant par Domrémy et la maison de thérapie l'Arc-en-ciel, monsieur Simard connaît son lot d'aventures tantôt tristes, tantôt heureuses, qui mettent en relief certaines carences du système de santé mentale de l'époque. C'est finalement sa thérapie à l'Arc-en-ciel, une maison située dans le quartier Saint-Roch, qui l'amène vers une période d'abstinence qui dure depuis 1999. À l'aube de la soixantaine, monsieur Simard peut enfin vivre sobre, heureux, libre et en pleine possession de ses moyens : « toutes choses que je faisais très mal avant. »

empty