• Life

    Keith Richards

    « On me demande souvent : "Tu ne comptes pas t'arrêter ?"
    Hors-la-loi malgré lui, fouteur de merde patenté, guitariste génial, Keith Richards s'est forgé une existence dont beaucoup rêveraient mais dont peu s'imaginent la réelle teneur. Et le plus incroyable, c'est qu'il est toujours là pour la raconter ! Voici donc l'inégalable autobiographie d'un original qui a toujours fait ce qu'il avait à faire et dit ce qu'il pensait. Dans un récit unique - féroce et sans le moindre fard -, Keith Richards nous raconte cette vie à deux cents à l'heure, qui a vu un gamin d'une banlieue modeste de Londres obsédé par Chuck Berry et Muddy Waters s'unir à Mick Jagger pour fonder les Rolling Stones et hisser ses parties de guitare au rang d'hymnes planétaires. Avec une totale franchise, il raconte les hauts et les bas, l'ascension fulgurante, les arrestations, les tournées démentielles, les femmes, l'alcool et l'addiction à l'héroïne qui ont fait de lui l'un des plus notoires « mauvais garçons » du rock. Il nous explique comment il a créé les riffs révolutionnaires, explosifs qui font de « Satisfaction », « Jumping Jack Flash » ou « Gimme Shelter » les plus grands classiques du rock, il évoque pour nous la vérité derrière la relation passionnelle qui l'a uni à la non moins scandaleuse Anita Pallenberg, dont il a eu trois enfants, sans oublier la mort tragique de Brian Jones en passant par son histoire d'amour avec Patti Hansen et ses rapports tumultueux avec Jagger. C'est un véritable road-movie qui défile devant nos yeux, celui d'une vie sur le fil du rasoir, débridée, sans crainte du qu'en-dira-t-on, menée au pas de charge par celui qui restera à jamais « Keith ».

  • Une autobiographie

    Neil Young

    Après le succès deLifede Keith Richards, l´autobiographie très attendue d´une autre légende du rock : Neil Young.
    Neil Young est sans aucun doute l´une des figures les plus marquantes, les plus attachantes et les plus énigmatiques de l´histoire du rock et de la culture pop des quarante dernières années. Depuis ses débuts avec le groupe Buffalo Springfield jusqu´à ses albums révolutionnaires en solo, en passant par ses immenses succès avec Crosby, Stills & Nash et son adoubement en tant que père spirituel du grunge au début des années quatre-vingt-dix, s´essayant tour à tour à la country la plus traditionnelle et au punk-rock le plus radical, Neil Young a su se renaître et se réinventer en permanence sans jamais trahir son idéal artistique.

    Son autobiographie présente un kaléidoscope de la vie mouvementée et du parcours musical foisonnant du Loner (le Solitaire, son surnom, s´inspirant du titre de l´une de ses chansons). Neil Young y revient pour la toute première fois en détail sur son enfance, sa découverte de la musique et sa vie de star. Un voyage qui nous conduit des neiges de son Canada natal aux boulevards de Los Angeles sous l´influence du LSD dans les années soixante, jusqu´aux rivages plus calmes d´Hawaii aujourd´hui. Pleins d´esprit, d´humour et de fraîcheur, les souvenirs de Neil Young sont un véritable cadeau pour tous les amateurs de musique - et ses Mémoires sans nul doute destinés à devenir un classique du genre.
    À l´instar des Chroniquesde Bob Dylan, l´ouvrage de référence en la matière, Neil Young a fait le choix remarquable de privilégier un retour sur soi via l´exercice autobiographique plutôt que de recourir, comme tant d´autres avant lui, aux services d´un biographe officiel. À propos du travail d´écriture, Young explique à quel point l´expérience lui a plu : « J´ai commencé et je ne me suis plus arrêté d´écrire. C´est comme ça qu´avait l´habitude de faire mon père [célèbre journaliste sportif] avec sa vieille Underwood dans le grenier. Il me disait : "Continue d´écrire, tu ne sais jamais ce qu´il va se passer.´´»

  • Lennon

    David Foenkinos

    David Foenkinos dresse un portrait intime et inédit de John Lennon, l'un des musiciens les plus célèbres du XXesiècle, en s'emparant d'une période méconnue de sa vie et en l'imaginant se livrer lors de séances de psychanalyse fictives.0300 Imaginant les confessions du créateur des Beatles et s´emparant d´une période méconnue de sa vie, David Foenkinos dresse un portrait intime et inédit de John Lennon.

    David Foenkinos est l´auteur, entre autres, deLa Délicatesseou duPotentiel érotique de ma femme.Ses romans son traduits dans plus de vingt langues.

  • « Elle a l'expression immobile des gens qui ont beaucoup voyagé, sans croire au changement, et beaucoup aimé, sans renoncer à leur solitude. Elle sourit au ralenti comme dans un rêve et ce sourire ajoute on ne sait quelle mélancolie à ce visage lointain, trop précis pour le brouillard, mais trop fragile pour le soleil », a écrit de Françoise Hardy, dès ses débuts, le grand poète surréaliste Georges Henein. Quarante-cinq ans de carrière rendent justice au don visionnaire du poète.Voix aérienne, silhouette élancée, d'une beauté entière, Françoise Hardy a marqué plusieurs générations, depuis son premier succès, à l'âge de dix-huit ans, pour « Tousles garçons et les filles », un disque sorti en 1962. Chanteurs, compositeurs, metteurs en scène, dessinateurs, couturiers, écrivains, tous ont été inspirés par sa présence singulière. Après son dernier disque,Parenthèses, Françoise Hardy a voulu mettre noir sur blanc le récit de sa vie, et exposer, pour la première fois, certaines histoires restées dans les marges de ses souvenirs... Enfant du baby-boom, grandi dans un milieu familial complexe, Françoise Hardy reste le symbole de l'accession à la liberté pour toute sa génération, en compagnie de Johnny Hallyday, Sylvie Vartan ou des Rolling Stones, dont elle parle, entre autres, avec un regard complice ? un regard sans complaisance. Rien n'est caché de ses amours avec Jean-Marie Périer, puis avec son mari, Jacques Dutronc. Au fil des pages, on croise ceux qui ont compté le plus à ses yeux : Serge Gainsbourg, Emmanuel Berl, Salvador Dalí, Michel Berger, Patrick Modiano, Étienne Daho, John Frankenheimer, France Gall, Benjamin Biolay, Hélène Grimaud ou Michel Houellebecq. Françoise Hardy revient aussi sur ses albums, ses chansons, ses collaborations avec Georges Brassens, Gabriel Yared, Alain Bashung, le groupe Blur, ou encore son fils, Thomas.Mieux qu'un récit de souvenirs, une traversée des apparences qui a le mérite de dire les choses au plus près des émotions ressenties, sans impudeur, pour mieux dégager, au travers de chaque expérience, ce qui a compté, ce qui mérite d'être ressaisi. Un livre qui est aussi une quête de perfection, avec une question : comment, à travers drames et bonheurs, faire de sa vie une oeuvre ?

  • L'interprète de Chez Lorette et de Pour un flirt a toujours eu quelque pudeur à parler de sa vraie passion : la théologie chrétienne. Et de son vrai moteur : la foi.
    Amoureux de Jésus depuis quarante ans, Michel Delpech approfondit sa foi par des rencontres, des expériences, des lectures. Qui est Dieu ? À quoi servent les rites, le pape, la messe ? Quel sens a la vie ? Quelle porte ouvre la mort ? Ce sont les questions dans lesquelles il se plongeait quand il n'était pas sur scène, menant une double vie, de paillettes et de croyant.
    Il y a quelques mois, Michel Delpech a appris qu'il souffrait d'un cancer. Ces questions se sont alors faites plus prégnantes. Il a eu envie d'écrire. " Je sais, dit-il, que ce langage est difficilement audible, venant d'un chanteur populaire. Un chanteur de variétés qui lit les Pères de l'Église et ceux du désert est-il crédible ? Une star qui cultive sa vie intérieure en se passionnant pour la théologie a-t-elle le droit de dire qu'il ne s'agit pas d'une toquade passagère ? Je m'y risque quand même parce que je sais que si je m'en allais sans jamais en avoir parlé, j'aurais des regrets. "

  • « La première fois que je suis monté sur scène, je ne voulais plus en redescendre.

    La première fois que j´ai fait l´amour c´était dans le hall de l´immeuble, à la va-vite avec ma voisine de palier.

    La première fois que j´ai dit "papa", c´était en parlant de moi.

    La première fois que j´ai dit "maman", j´avais cinquante ans.

    La première fois que je suis mort, je n´ai pas aiméça, alors je suis revenu. » CE LIVRE EST UN ÉVÉNEMENT.

    Johnny Hallyday s´est confié, pour la première fois et sans tabou, à la romancière Amanda Sthers.

  • Bruce

    Peter Ames Carlin

    " Je suis peut-être président, mais lui c'est le Boss ", a récemment admis Barack Obama en évoquant Bruce Springsteen. Et, en effet, avec plus de cent vingt millions d'albums vendus, Springsteen règne depuis quatre décennies sur le rock américain. Plus qu'un phénomène musical, c'est un véritable phénomène culturel, en prise directe avec le coeur et l'âme des États-Unis. Mais surtout, le Boss est un individu exceptionnel, à l'histoire personnelle complexe.




    Pour la première fois, celui-ci a accepté de se livrer à coeur ouvert et sans aucune autocensure à Peter Carlin. Mieux encore, considérant qu'on ne peut cerner un homme en écoutant sa seule vérité, il a ouvert son carnet d'adresses à l'auteur, qui a ainsi pu recueillir les témoignages inédits des membres de la famille du chanteur, de ses proches, de ses musiciens.
    Du gamin du New Jersey à l'activiste politique, en passant par le working class hero, l'évangéliste du rock, l'homme rongé par des démons intérieurs, Carlin dresse ici un portrait unique et passionnant de la star et retrace sa carrière exceptionnelle.




    D'anecdotes inédites en confessions d'une sincérité exceptionnelle, ceux qui jusqu'ici croyaient tout savoir de l'icône vont, à la lecture de cette biographie définitive, très vite devoir réviser leur jugement.




    Peter Ames Carlin est journaliste. Il collabore en particulier à People. On lui doit des biographies de Brian Wilson et de Paul McCartney. Il vit à Portland, Oregon.

  • Dans ce témoignage bouleversant, le grand violoniste Tedi Papavrami raconte son parcours d´enfant prodige en Albanie et son passage à l´Ouest, vers la liberté.Dans les années 1970, alors que l´Albanie s´enfonce dans l´isolement et la répression sous le joug de son dictateur Enver Hoxha, Tedi Papavrami grandit, entouré de son père Robert, violon solo de l´orchestre de l´opéra de Tirana et brillant professeur de violon au conservatoire, et de sa mère, programmatrice musicale à la radio d´État. Dans leur maison épargnée par le découpage communautaire, Tedi est aussi entouré de l´affection de sa grand-mère et de son grand-père, Dodo, médecin à la retraite qu´il admire. Malgré son exigence démesurée et son peu de foi en son fils unique trop gâté, Robert Papavrami découvre chez Tedi des prédispositions tout à fait exceptionnelles pour le violon dès l´âge de quatre ans. L´enfant un peu paresseux ne cesse de chercher des subterfuges pour ne pas travailler, mais sous la férule intransigeante et intraitable de son père, il va développer techniquement et artistiquement ses dons. À huit ans seulement, il se produit en concert avec l´orchestre philharmonique de Tirana et sa virtuosité hors du commun, sa vélocité fulgurante sont remarquées. Un flûtiste français, Alain Marion, conquis par ce jeune prodige, obtient pour lui une bourse en France où il débarque à l´âge de onze ans, à la fois effrayé et émerveillé par cet « autre monde » qui lui avait toujours paru inaccessible. Sous la direction du grand violoniste Pierre Amoyal, Tedi prépare le concours d´entrée au Conservatoire national supérieur de musique de Paris qu´il réussit brillamment. Son père, venu l´accompagner quelques mois, doit cependant repartir au pays. Tedi reste alors seul, livré à lui-même, cantonné dans un appartement lugubre de l´ambassade, entouré d´un personnel froid et hostile. Pour ne pas succomber à la détresse d´une telle situation, il va se plonger corps et âme dans la pratique de la musique et dans la lecture. À la fin de ses études, désireux de continuer une carrière prometteuse qui serait compromise par un retour en Albanie, Tedi - et ses parents qui l´ont rejoint à Paris - demandent l´asile politique. Leur famille restée en Albanie va payer leur liberté d´un prix très lourd : ses grands-parents et la famille de sa mère sont déportés et internés jusqu´à la chute du régime, en 1991. De retour en Albanie pour une tournée deux ans plus tard, Tedi y reverra son grand-père avant sa disparition.

  • Gilles Lhote a vécu trente ans dans l'ombre et les pas de Johnny Hallyday. Pour la première fois donc, un très proche ami de la star - qui, notamment, a passé un an de croisière sur le yacht de Johnny et Laeticia, de New York au Vénézuela en passant par les Caraïbes, Cuba, lors de l'année sabbatique du rocker - nous ouvre ses arcanes. Avec cette biographie très particulière, présentée sous la forme de chroniques, alternant short cuts et long cuts, c'est un Johnny intime évoluant dans des situations et des histoires inédites qu'il nous offre ici.
    Personnalité parmi les plus populaires de France, et au-delà de ses chansons, toutes plus célèbres les unes que les autres, l'éternelle Idole des jeunes a tant fait rêver des générations d'hommes et de femmes qu'il se place aujourd'hui au premier rang des icones nationales.
    Copié, sosifié, imité mais jamais surpassé, Johnny Hallyday est sans conteste une légende vivante. Cette biographie non autorisée mais complice, vous invite à entrer dans sa vie, âge après âge, étape après étape, ses disques, ses femmes, ses états d'âme et de santé, tout y est. Au travers d'anecdotes rapprochées, de croustillantes indiscrétions, de brèves lumineuses griffées comme du papier à musique, - sa rencontre secrète avec Michael Jackson à Los Angeles en 2008 lors de l'anniversaire du styliste Christian Audigier - dans l'intimité des conférences de rédaction àParis Match et dans les loges de Bercy, du Parc des Princes et du Stade de France - un coup de fil nocturne très intime avec Roger Théron, le directeur de Paris Match - le secret de Lady in red, star de cinéma internationale, enfin levé - cyclone sur St Barth en août 2010, enfermé pendant trois jours et trois nuits dans sa villa Jade, les confidences du survivant... pour ne citer que ces quelques exemples - entrez dans la saga enfin révélée de cet homme hors du commun.
    Pour visiter la loge du monstre sacré, ouvrez vite ce livre, c'est par ici les coulisses !

  • Une jeune fille grecque, enfant issue d'une famille modeste qui a grandi pendant la guerre et que rien ne prédestinait à devenir la chanteuse d'une carrière internationale exceptionnelle qui dure depuis maintenant plus de 50 ans. Telle est Nana Mouskouri. Une vie hors norme qui lui permettra de parcourir le monde entier. En nous racontant avec simplicité son parcours aux multiples facettes, ses amitiés riches et diverses, elle nous livre un témoignage parfois bouleversant.Son évolution musicale, ses prises de conscience politique et sociétale, son empathie pour moult causes l'ont conduite, notamment, à devenir ambassadrice de bonne volonté à L'Unicef auprès des Nations Unies pour défendre les droits de l'enfant. Elle continuera son chemin, toujours avec le même courage, la même détermination, et le respect sans faille des valeurs qu'elle défend : humanitaire, sociale, culturelle. En atteste, notamment, une carrière politique comme députée européenne.

    Nana, avec pudeur et enthousiasme, partage ici ce fabuleux destin. Celui d'une mère, d'une chanteuse, et d'une femme de devoir.

  • A comme Aimer, B comme Bleu, Bulgarie, C comme Cuisine, Concert, D comme Dieu, Divorce, David, Darina... W comme Billie Wilder !

    Prolixe, généreuse, inattendue, Sylvie Vartan embrasse l´exercice de l´abécédaire dans toutes les possibilités qu´il offre. Choisissant l´une de ses chansons par lettre, elle tisse un parcours singulier au travers de sa carrière mais aussi par la diversité de mots choisis.
    L´icône yéyé ouvre d´autres voies au coeur de son histoire familiale, d´hier et d´aujourd´hui, de ses passions, de ses envies.

    Truffé d´anecdotes inédites, de souvenirs oubliés et de tendresse, l´Abécédaire de Sylvie Vartan est aussi un ouvrage sur la maturité, le recul.

    Drôle, profond, émouvant.

  • "Quand on aime, on a tous les courages" disait Edith Piaf. Cinquante ans après sa mort, cette biographie très documentée retrace le destin magnifique et bouleversant de la plus grande dame de la chanson française, encore mondialement connue aujourd'hui.Que reste-t-il aujourd'hui de Piaf ? Un répertoire, encore chanté par de nombreux artistes, une légende, tissée d'une vie magique et tragique, une voix exceptionnelle qui continue de nous émouvoir au plus profond. Jean-Dominique Brierre a enquêté plusieurs années pour écrire cette biographie très documentée sur les traces de la môme Piaf, de ses débuts dans le Pigalle interlope du boulevard du crime aux tournées triomphantes en Amérique après la Guerre. De P'tit Louis à Marcel Cerdan ou Théo, le dernier mari, en passant par Cocteau, Montand, Aznavour, Canetti, ... ils sont tous là, ceux qui ont croisé sa route et que souvent, elle a contribué à lancer sur la scène. Agrémenté d'extraits de sa correspondance et d'un cahier photos, ce livre retrace le parcours atypique de cette très grande dame de la chanson.Une nuit et trois chansons tirées du répertoire populaire ont suffi à Édith Gassion, la chanteuse des trottoirs de Belleville, pour devenir " la môme Piaf ". Nous sommes en 1935, elle vient d'avoir vingt ans, la vie l'a déjà passablement malmenée mais, ce soir-là, son talent bouleverse les habitués du cabaret de Louis Leplée, Le Gerny's. De Mon légionnaire, son premier succès, à À quoi ça sert l'amour ? chantée en duo avec son dernier mari, Édith Piaf a interprété plus de 400 chansons et composé de nombreux succès. Parmi les plus célèbres : Bal dans ma rue, Milord, Mon Dieu, La Foule, Padam... Padam, La Goualante du pauvre Jean, Les Amants d'un jour, L'Accordéoniste, Mon manège à moi, L'Homme à la moto, La Vie en Rose...
    Depuis les maquereaux violents de son adolescence jusqu'à ses amours malheureuses, en passant par les amis qui l'ont trahie, la mort de son unique enfant et la disparition tragique de Marcel Cerdan, la vie affective de cette grande dame de la chanson n'aura été qu'une succession de drames. La douleur ne l'a jamais quittée et a fini par la vaincre, à l'âge de quarante-sept ans. Il nous reste l'image d'une petite femme frêle, au corps ravagé par la maladie, que l'on portait jusqu'au micro avant que le chant ne la transcende. Peut-être est-ce l'expression si sobre de cette souffrance qui rend, encore aujourd'hui, son interprétation inimitable.Un chapitre complet présente les traces profondes laissées par Piaf dans la chanson en France et dans le monde, hier et aujourd'hui : les voix qui lui ont succédé (Mireille Mathieu, Georgette Lemaire), les hommes qui l'ont chantée (Claude Nougaro, Johnny Halliday, Enrico Macias, Etienne Daho), Patricia Kaas et Axelle Red qui ont mis leur voix rauque et bluesy au service de Piaf, Arthur H. et bien d'autres encore... L'auteur revient aussi sur le succès international du film La Môme, dans lequel Piaf est interprétée par Marion Cotillard, Oscar de la meilleure actrice pour son rôle qui a donné un tournant à sa carrière.

    Si la voix de Piaf est inimitable, son héritage reste plus que jamais vivant.

  • Un essai original, une forme d'introspection nationale , à partir du « phénomène Hallyday », saisi dans son émergence et sa durée. Il touchera aussi tous ceux qui - comme l'auteur - ont aimé et/ou chanté Johnny0500 C'est donc à une forme d'introspection nationale que nous convie l'auteur de cet essai, à partir du « phénomène Hallyday », saisi dans son émergence et sa durée. Dans ce travail original, les productions et prestations du chanteur le plus populaire de l'Hexagone sont traitées comme des éléments documentaires permettant d'éclairer les évolutions de notre société. Les données ici analysées nourrissent unmythe Hallyday,à la fois récit fondateur (la « légende du rock »), mystification et incitation à l'action. Quant àl'homme Hallyday, il en est avant tout question au travers de son statut de créateur, d'artiste oscillant entre rébellion, académisme, outrances et commerce.
    Cet ouvrage espère convaincre les sceptiques que se pencher sur Johnny Hallyday est utile à la connaissance de notre temps. Mais il aimerait également toucher tous ceux qui - comme l'auteur - ont aimé et/ou chanté Johnny...0300 Cet intérêt globalement stable depuis les années 1960 semble confirmer le diagnostic émis en 1985 par le philosophe Jean-Paul Aron, voyant en la personne de Johnny un « personnage considérable de la civilisation contemporaine, de la modernité. Un phénomène aussi important que le Club Méditerranée ». La persistance du lien entre Johnny et son public est d´autant plus saisissante qu´elle s´observe dans une société où la chanson française a été érigée en institution et où la diffusion des normes américaines a suscité des réticences alimentant une prolifique littérature sur l´« exceptionnalité » hexagonale.
    C´est donc à une forme d´introspection nationale que nous convie l´auteur de cet essai, à partir du « phénomène Hallyday », saisi dans son émergence et sa durée. Dans ce travail original, productions et prestations sont traitées comme des éléments documentaires d´une situation sociohistorique, l´art étant ici questionné comme un indicateur des valeurs générales propres à une société. Cet ouvrage espère convaincre les dubitatifs que se pencher sur Johnny Hallyday est utile à la connaissance de notre temps. Mais il aimerait également toucher tous ceux qui ? comme l´auteur ? ont aimé et/ou chanté Johnny...0300Aurions-nous tous en nous « quelque chose de Johnny Hallyday » ? Loin d'être ironique, cette question cherche à interroger le lien qui unit le chanteur à la société française depuis les années 1960. De fait, s'il n'est pas un article d'exportation, et s'il est même souvent considéré comme un importateur de biens culturels anglo-saxons, Johnny est bel et bien ce qu'il est convenu d'appeler une « passion française ». C'est donc à une forme d'introspection nationale que nous convie l'auteur de cet essai, à partir du « phénomène Hallyday », saisi dans son émergence et sa durée.0600« Plus que l'idole des jeunes, Johnny Hallydau serait un outil indispensable à la connaissance de notre temps. C'est la théorie amusante mais bien argumentée du sociologue Yves Santamaria qui nous livre son décryptage des liens utilisant l'interprète d'"Allumer le feu" à la société française. On a même vu Nicolas Sarkozy s'émouvoir de la santé de "Jhaunnie" OPTIMUM « Cet essai, ô combien sérieux, traite, chiffre à l'appui, du phénomène Hallyday, saisi dans son émergence et sa durée. Johnny a décidément des fans dans toutes les couches de notre tissu social et aux profils multiples. Pour preuve, l'auteur qui est un spécialiste du communisme et du pacifisme, agrégé et docteur en histoire contemporaine et en sociologie, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Grenoble et à Sciences-po Paris. » LE MONTICULE MUSIQUE « Johnny Hallyday est un monument qui appartient désormais à l'histoire de France. C'est, du moins, la thèse défendue dansJohnny, sociologie d'un rocker. Un livre de plus sur Hallyday ? Amateurs de biographies ou de livres de fans, passez votre chemin. Car cette fois, vous découvrirez le travail d'un docteur en histoire co

  • « Je suis venu à la chanson par hargne.» Fils de Républicains espagnols « rescapés de Franco » et réfugiés en France en 1939, Leny Escudero est un artiste à contre-courant. En 1962, en pleine vogue « yé-yé », il a vendu 1 200 000 exemplaires de son premier disque qui ne réunissait pas moins de trois succès : Balade à Sylvie, Pour une amourette, Parce que tu lui ressembles.

    Rassemblant aujourd´hui ses souvenirs, il prévient : « Je dirai ce que je veux. Pas tout. Jamais tout. Mais ce que je dirai, ce sera ce que j´ai vu de là où j´ai posé mon cul. » Ce qu´il a vu et ce qu´il a vécu, entre ses vingt ans et maintenant, n´est pas commun !

    Avant de se retrouver sur la scène de l´Olympia, avant de croiser Yves Montand et Jacques Brel, avant de travailler avec Jacques Canetti et Eddy Barclay, avant de s´asseoir à la table d´Edith Piaf, avant de fréquenter Jean Yanne, Raymond Devos, Félix Leclerc et Fernand Raynaud, avant de se lier avec Georges Brassens et Yves Boisset... Leny Escudero a eu « une autre vie ».

    Avant de devenir « quelqu´un qui chante », il a d´abord été « un p´tit gars de Belleville ». Plutôt que la bohème des jeunes artistes, il a connu les affres quotidiennes des prolétaires : manoeuvre terrassier, carreleur, artisan à son compte, il a galéré de chantier en chantier. Il le raconte sans nostalgie ni misérabilisme, dans une langue alerte et gouailleuse. Et sa plume sait se faire douce pour évoquer ses amours, ses enfants, ses amis, ses parents, ses potes voyous, ses copains du « bâtiment ».

    Car ce « révolté de naissance » n´a jamais cessé d´être tendre. Ses souvenirs sont à son image : à la fois tonitruants et généreux. On jubile !

  • « What a personality ! » Voilà ce que dit Frank Sinatra de la jeune Line Renaud, phénomène que le Tout-Hollywood s´empresse d´aller applaudir à Las Vegas au début des années 1960.

    C´est en effet une personnalité hors du commun qui livre ici ses mémoires. Il en faut du talent, de l´énergie, de la générosité à la petite chanteuse de Pont-de-Nieppe pour monter et se faire acclamer sur les plus grandes scènes du monde, du Moulin-Rouge au Dunes à Las Vegas. Il en faut, de la personnalité, pour fréquenter et se faire aimer des plus grands : Joséphine Baker, Dean Martin, Gregory Peck, Cary Grant, Elvis Presley, Sugar Ray Robinson, Liz Taylor, sans oublier Charles Trenet, Dalida, Johnny Hallyday ou Jacques Chirac.

    Dans ce témoignage exceptionnel, Line Renaud ouvre son coeur comme jamais auparavant. La lignée de femmes aux caractères bien trempés dont elle descend, les chances qu´elle a su saisir, ses remises en cause et ses tournants de carrière sont confiés avec la franchise et la verve qu´on lui connaît. Ces mémoires fourmillent d´anecdotes, de confidences inattendues, de secrets bien gardés. Line Renaud nous en dit long par exemple sur ses (mauvaises) relations avec Édith Piaf, sur Loulou Gasté et leur vie amoureuse bien plus mouvementée qu´il n´y paraît...

    Chanteuse, meneuse de revue, comédienne, Line Renaud a connu une carrière et une vie personnelle aussi dense que trépidante. Ce livre est à son image, une traversée du siècle en bolide rutilant.

  • C´est à un jeune poète de vingt ans venu d´Alexandrie, que Georges Brassens, en 1954, lança : « Chante, Moustaki ! Ta chanson s´envolera... » Mais il a fallu attendre une quinzaine d´années pour que Georges Moustaki ose vraiment chanter et lancer au vent : « Avec ma gueule de métèque / De juif errant de pâtre grec [...] / Avec mes yeux tout délavés / Qui me donnent l'air de rêver / Moi qui ne rêve plus souvent ... » Entre temps, il était devenu un auteur-compositeur célèbre, notamment grâce à Milord, la chanson qu´il avait écrite pour Edith Piaf et qui avait fait le tour du monde : « Allez venez Milord / Vous asseoir à ma table / Il fait si froid dehors... » Emporté par la fulgurance de ce succès, il avait ensuite signéLa longue dame brune pour Barbara et quelques merveilles pour Serge Reggiani : Ma liberté, Ma solitude, Votre fille a vingt ans. Sans oublier la bouleversante Sarah : « La femme qui / Est dans mon lit / N´a plus vingt ans / Depuis longtemps... » « Mes chansons, dit volontiers Moustaki, ont le poids de ce que je vis. » Il aime et chante les voyages et la littérature, l´amour et la peinture, la paresse et les femmes, le Brésil et sa musique, les romans de Jorge Amado et les chansons de Brassens, la liberté et ses partisans, le soleil et l´Ile Saint- Louis, la Grèce et les rencontres. Bref, la vie. La sienne et la nôtre Les paroles de ses chansons sont sereines et intenses à la fois. Et, souvent, elles tiennent du chef-d´oeuvre.

    Georges Moustaki a réuni dans Éphémère éternité près d´une centaine de ses chansons : ses préférées.

  • Dans ce roman autobiographique passionnant, le grand ténor italien relate sa vie, ses succès et les difficultés qu'il a rencontrées au début d'une carrière qui a explosé dans les années 2000 contre toute attente.

    Né avec une forme héréditaire de glaucome, il apprend très jeune le piano, puis la flûte, le saxophone, la trompette, le trombone, mais devient complètement aveugle à l'âge de 12 ans. Il finance ses études de droit en chantant dans des cabarets, mais n'exercera son métier de juriste que pendant un an, car il se fait rapidement remarquer. Doué d'une voix exceptionnelle, il chante à la fois de la musique pop et du classique, et s'illustre dans de nombreux opéras.

    En 1995, la chanson Con te partiro le rend célèbre par-delà les frontières. À ce jour, il a enregistré plus d'une douzaine d'albums classiques et pop et vendu 70 millions d'exemplaires dans le monde.

    Son livre nous plonge dans l'intimité d'un homme passionné de musique qui a réussi une carrière prodigieuse en dépit de son handicap. Soucieux de partager les secrets de son succès, l'auteur souhaiterait que son histoire puisse avoir valeur d'exemple pour d'autres.

  • Il y a aura bientôt vingt ans que Léo Ferré a tiré sa révérence : il est mort le 14 juillet 1993. Il avait dédié toute sa vie à la musique, aux poètes et à la chanson.

    Il a laissé en héritage un impressionnant patrimoine : des chefs d´oeuvre personnels (Avec le temps, La Mémoire et la mer, Les Étrangers), des chansons populaires (Paname, Jolie môme, Vingt ans), des hymnes militants (Les Anarchistes, Ils ont voté) ; et, plus que tout peut-être, la pérennité des poètes qu´il a mis en musique et transmis à un vaste public (Aragon, Baudelaire, Apollinaire, Verlaine, Rimbaud).

    Jacques Vassal reconstitue par le menu cette vie et cette oeuvre exceptionnelles.

    /> Les évènements décisifs et les thèmes récurrents de ce parcours sans tranquillité alternent au fil des années : la petite enfance monégasque, l´irruption de la musique, une pension-prison dans l´Italie mussolinienne, les études au Quartier Latin, les bien-aimées, les frangins de la nuit, les poètes, le retour à Paris, l´anarchie, le show business, l´amour et les ruptures, mai 1968, la solitude, la Toscane, la musique encore et toujours...
    Épisode après épisode, le portrait se précise : celui d´un homme complexe, habité par ses douleurs et ses chagrins, mais fort de ses convictions et de sa puissance de création ; celui d´un enfant blessé devenu un artiste prodigieux et prolifique ; celui d´un « frangin » anar et humaniste.

    Quel musicien-poète fut plus rêveur que celui-là ? Léo Ferré n´a eu de cesse d´inventer « des chemins de traverse » : les seuls qui vaillent ! Il nous les a légués et nous les parcourrons longtemps encore...

  • À 67 ans, après une vie d´une richesse que les paillettes ne laissent pas toujours imaginer, Dave a eu envie d´évoquer des sujets qui lui tiennent à coeur. Avec un humour qui ne l´abandonne jamais, il tire des enseignements des grandes étapes de son existence.

    Derrière le personnage public apparaît un homme qui a dû faire face à des épreuves marquantes. Il ne s´agit pourtant pas pour lui de pontifier, mais bien plutôt de partager son expérience, de transmettre des clés pour mener une vie intense.

    L´amour, l´amitié, l´homosexualité, la fidélité, la sagesse, la mort, tous ces thèmes sont abordés sans tabou avec le franc-parler bien connu de Dave, pour qui la liberté a toujours été un guide.

  • Le regard d'un fils adopté sur sa mère, le récit poignant de la vie d'une des grandes figures qui a marqué le XXème siècle par son talent, son dévouement et son engagement.


    Sous les paillettes et les costumes extravagants de cette star de la chanson et de la danse, se cache une femme de coeur et de courage à la destinée hors du commun. Résistante pendant la Seconde Guerre mondiale, engagée dans la lutte contre le racisme, Joséphine Baker est de tous les combats en faveur de l'égalité et de la justice entre les hommes.
    Au faîte de sa carrière, elle décide avec son mari Jo Bouillon d'adopter des enfants de nationalité et de religion différentes pour prouver au monde que la fraternité entre les peuples n'est pas une utopie. Et c'est au coeur du Périgord, au château des Milandes, qu'elle installe sa "tribu arc-en-ciel".
    Jusqu'au jour où ses dettes la rattrappent...

    Son fils adoptif, Jean-Claude Bouillon-Baker, avec une sensibilitéà fleur de peau, nous livre un témoignage bouleversant et inédit sur sa mère en faisant le récit de son enfance. Il rend ainsi l'hommage le plus poignant qui soit à l'une des plus grandes figures du XXe siècle.

  • « Il n'y a pas de début adéquat tant ce type est connu, et comment veux-tu le saisir, il est trop de mecs à la fois, qui chante et joue et fait flamber au poker et parle et aime et veut être aimé, et petit garçon et vieux sage et papa et poteau.
    L'idée est de le prendre au débotté pour qu'il ne parte pas en boucle, et Patrick ne fera pas du Bruel. Si on réussit ce truc, il ne jouera pas son rôle, il n'en aura pas le temps, je le forcerai au ping-pong verbal et il sera meilleur que moi, puisqu'il est plus rapide.
    On s'est vite compris sur ce qu'on pouvait jouer. On a décidé qu'on ne ferait pas une bio déguisée, mais une histoire ensemble, un dialogue, entre deux mecs qui sont déjà vieux mais qui ne le savent pas ou qui s'en doutent et, bien sûr, ce sera lui le héros mais, moi, je serai son pote. Tant qu'à avoir un copain, autant qu'il s'appelle Bruel... » Claude Askolovitch

  • Michel Delpech a eu deux vies. La première, sous les projecteurs, où il a enchaîné des titres désormais inscrits au patrimoine de la chanson française, comme« Chez Laurette », « Le Loir-et-Cher », « Le Chasseur » ou « Pour un flirt ».Puis ce fut l'entracte, le trou noir alors qu'il tutoyait les sommets du hit-parade. Pendant plus de dix ans, il a frôlé la folie et la mort. Mais ces temps sombres sont désormais loin derrière lui.Il revient aujourd'hui sur sa deuxième vie : sa rencontre avec sa femme Geneviève, son unique amour, la fondation d'une famille, la découverte de la foi, l'apprentissage de la patience, l'acquisition de la lucidité, une volonté de (re)vivre qui résiste à tous les vents mauvais, une ténacité sans relâche : la somme de toutes ces expériences ont forgé l'homme qu'il est devenu. C'est le récit d'une renaissance exceptionnelle qu'il nous livre ici.Malgré la réussite matérielle, malgré la popularité, il peut arriver à chacun de faillir et de tomber, mais chacun peut se relever en acceptant de payer le prix pour reconquérir sa part d'humanité. Pas plus, pas moins. C'est la seule leçon qu'entend donner ce livre.

  • Edith Piaf

    Hugues Vassal

    • 12-21
    • 30 Mai 2013

    Octobre 1957. Pour son premier reportage photographique d'envergure, Hugues Vassal est envoyé à Dijon. Sa mission ? Couvrir un récital d'Édith Piaf. Mais - hasard ou destin ? - ce qui ne devait être qu'une simple rencontre professionnelle se transforme bientôt en une amitié profonde. Dès lors, en véritable intime, le jeune reporter va partager le quotidien de la môme Piaf pendant les sept dernières années de son existence. Et tenir auprès d'elle le double rôle de confident attentif et d'ami fidèle, en imposant un " regard " vrai, différent, limpide, qui arrachera la chanteuse à sa légende pour nous la rendre plus proche, si proche...
    Avec humilité, pudeur et conviction Hugues Vassal - grand photographe de presse, co-fondateur de l'agence photographique GAMMA - restitue le parcours tragique et magnifique de cette grande artiste dont l'authenticité se nourrissait des joies et des souffrances des plus humbles. Et comme autant d'instantanés, ses mots donnent à vivre, à voir et à comprendre une femme dont l'aura dépasse largement le cadre de la chanson.

  • " Je dis à ceux qui ont bien voulu me faire confiance que c'est un cadeau de m'avoir laissée parler, de laisser ma vie s'écouler et se dérouler au fil de ces secondes si précieuses. Vous entendrez mes silences, vous devinerez mes violences et mes jolis bonheurs si rares mais magnifiques.
    Il n'y avait que Didier Varrod pour me faire vomir tout ça. Ce fut un plaisir et une excellente thérapie grâce à son immense faculté d'écouter les autres sans juger et sans rien effacer.
    Bien des fois nous avons pleuré ensemble après les interviews, dignement et dans la confiance extraterrestre que nous nous portons tous les deux.
    Pour une fois je peux m'émerveiller sur ce passé qui avait disparu dans mes oublis volontaires... Le passé, l'avenir sont nos ennemis. Ce qui compte, c'est le présent... Alléluia !
    Que vivent les dieux et aussi les démons car sans eux on n'aurait pas le choix. Aussi je vous dédie mon espoir et la subtilité de vos doutes. " Véronique Sanson

empty