• La guerre de 1914, la révélation de Martin sur les raisons de son mariage, les actes de résistance au pied du mont Ventoux vont mettre à l'épreuve la courageuse Anna, qui porte en elle l'amour de sa terre et de ses amandiers.

  • "Le lendemain, au lever du jour, les cueilleuses étaient déjà à pied d´oeuvre dans les « olivettes » avec leurs « cavalets », leurs larges échelles à trois pieds. Chaudement vêtues, les mains protégées de mitaines noires, ce qui laissait leurs doigts libres, les jeunes filles portaient chacune un panier accroché à leur ceinture. Elles n´avaient pas besoin de parler pour se répartir la tâche, chacune ayant sa spécialité . " Une grande saga familiale à travers le destin d´une femme, provençale passionnée, au coeur de la tourmente du XXe siècle.
    Au domaine de la Combe aux Oliviers, Lucrèce Valentin, née en 1901, prend la relève de son père, Ulysse, et consacre sa vie à la sauvegarde du domaine. Mais cette femme, entière et impulsive, qui sacrifie tout à ses oliviers, se bat aussi pour sa fille, Aurélie, atteinte de polio. Durant la Seconde Guerre, Lucrèce s´engage dans la Résistance, Aurélie partage ses combats tandis qu´Hermance, sa quasi soeur, a une liaison avec un officier allemand. En 1956, le grand gel va provoquer la disparition de milliers d´oliviers. Seule, Lucrèce, à cinquante-cinq ans, refuse d´abdiquer. La nature lui donnera raison. La plupart de ses oliviers renaîtront. La vie continue...

  • En Provence, la découverte d´une caisse en bois marquée de l´emblème nazi réveille les vieux démons des habitants de Saint-Ambrose et sème la panique...


    "Je meurs". L'homme n'eut pas le temps de penser à autre chose. Il a senti la balle pénétrer ses chairs, une douleur atroce. Par réflexe il a porté sa main à la poitrine, senti son sang couler entre ses doigts. Il ne s'effondra pas dans la barque mais bascula et fut happé par les eaux noires du lac.
    La lune le regarda une dernière fois, tremblante sous l'effet de l'onde.
    Comme elle l'avait regardé au tout début de son périple...



    Près d´Aix-en-Provence...

    Un photographe en repérage découvre par hasard sur un îlot au beau milieu d´un lac une caisse en bois marquée de l´emblème nazi.

    Ce vestige de la Seconde Guerre mondiale va réveiller tout le village de Saint-Ambrose et faire revenir sur place des personnes qui y ont vécu les années sombres de l´Occupation. Quelques jours plus tard, un des anciens du village est retrouvé assassiné chez lui. Dans sa main un bout de papier sur lequel figure la mention : Victor Kobolsian, capitaine de police.

    Victor Kobolsian est un flic fatigué et stressé : sa femme est dans le coma après un accident de la route. Il ne connaît pas ce village, ni l´homme assassiné, Que cherche l´assassin en faisant venir ici un flic que personne ne connaît ?

    Et si cette simple caisse recelait un secret bien plus noir ?





    .

  • Au coeur du Mercantour, deux frères rebelles aux valeurs familiales du travail et de l'effort et animés d'un désir de revanche, succombent à toutes les tentations, même les plus viles, pour fuir leurs montagnes et faire fortune ailleurs?
    Les Vitali sont propriétaires des Granges neuves, auberge de bonne réputation. Eduquant rudement leurs garçons, Boniface et Adrien, ils les envoient garder les vaches et les chèvres du cousin Casimir, pour un salaire de misère. A bout, les adolescents quittent un jour la maison familiale avec un désir de revanche. Recueillis par Eugène Baille, paysan, celui-ci les pousse à profiter de la vie quelles qu'en soient les manières plutôt que de travailler. Du braconnage de marmottes aux petits larcins, Boniface et Adrien cèdent bientôt à des délits plus graves mais plus lucratifs : la contrebande, le vol dans les riches demeures de nobles du coin. Après s'être vengé de Casimir, le dépouillant d'une petite fortune malhonnêtement acquise, ils concrétisent enfin leur rêve : retrouver leur cousin Arnaud parti chercher fortune au Mexique. Ils ne reverront jamais leurs parents, restés seuls aux Granges neuves.

  • " La Moura est morte. " Cette phrase retentit de bouche en bouche. La peur succéda à la stupéfaction. Les bigotes multiplièrent les prières. Les plus froussards jetèrent du gros sel par la fenêtre de chez eux. Une sueur glacée envahit la nuque de Grandi. Il resta prostré. Quel sort allait donc frapper Saint-Cabraire ? Le maire s'en voulait amèrement de n'avoir pas su aider la Moura lorsqu'il était encore temps. Il avait laissé faire et se le reprocherait sa vie durant.
    La famille Passeron, dynastie de Saint-Cabraire, jouit d'une grande respectabilité pour sa droiture et son influence sur la vie de la cité. Le père est propriétaire d'immenses oliveraies d'une qualité unique, et son fils, maître moulinier, produit une huile des plus prisées. Tout serait presque pour le mieux s'il n'y avait la vieille Moura, la sorcière. Autour de sa propriété, elle a érigé un mur afin de barrer les passages menant à la rivière et aux domaines des uns et des autres.
    Lorsque la Moura meurt, on pense que le mur va être enfin détruit mais la défunte avait désigné son héritière, Ariane, belle et maligne, dont la venue va mettre le village sens dessus dessous, révélant le secret de ses origines, un secret qui a détruit la vie de la Moura.

  • L´histoire extraordinaire et authentique de Nanette Escartefigue, qui, auXVIIIesiècle, prit la tête des barbets, patriotes niçois insurgés contre la France révolutionnaire.
    « Elle était nue devant lui et lui tendait la main. Il ne la refusa pas.
    Nanette Escartefigue venait de recruter son premier brigand. Bientôt, elle commanderait à plus de mille garçons. Qui furent tous, au moins une fois, ses amants. » Au lendemain de la Révolution, Nanette Escartefigue est violée à plusieurs reprises et durant plusieurs jours par des clients de sa mère, lavandière. Pour échapper à ce calvaire, elle s´enfuit dans la montagne varoise où se cachent des jeunes gens, réfractaires au service militaire. Ils refusent de servir dans les guerres que conduit Bonaparte et se réfugient sur les flancs escarpés de l´Estérel et des montagnes environnantes. Pour survivre, ils rapinent, volent, violent, attaquent les convois et rançonnent les fermes. Nanette intègre leur bande et, en couchant avec chacun d´eux, parvient à devenir leur chef. Crainte des populations comme des militaires, elle n´a que trois passions : son pistolet, son poignard et un étrange garçon handicapé : Anthime.

    C´est l´aventure formidable, incroyable et historique de cette jeune rebelle qui eut plus de mille amants mais priait souvent la Bonne Mère ! Elle terrorisa la Provence plusieurs années durant. Jusqu´au jour où...

  • Au XVIIe siècle naquit en Provence le métier de glacier qui connut son apogée au XIXe siècle. Il a aujourd'hui disparu. Justin, le héros de La Bastide blanche, est l´un de ces glaciers.
    « - La glace ! la glace ! se mit-il à aboyer.
    Ses hommes l´imitèrent. Cet appel faisait toujours son effet. Les clients apparaissaient, venant de la riche rue d´Alger ou des quartiers de la ville haute avec leurs domestiques. La première vente était un plaisir que s´attribuait Justin. Ses coéquipiers le regardaient opérer, extirper la barre du lit de paille, la mesurer, la scier puis la casser à la hache d´un coup sec. » A la fin du XIXe siècle, la glace est plus précieuse que l´or... Justin est chercheur de glace. Chaque été, il risque sa vie pour livrer sa glace ; arriver avant ses concurrents, aller toujours plus vite dans les sentiers escarpés de montagne car la glace fond sous le soleil de Provence. Des sommes énormes sont en jeu. Haines attisées par la convoitise, traîtrises, meurtres même jalonnent cette histoire émaillée de coutumes provençales. Justin est né à Signes, où depuis l´aube des temps sévit une confrérie de sorcières, mais qui, pendant cinq siècles, vécut au rythme d´une des plus belles cours d´amour de France. Justin subit la dualité de son village. Partagé entre Magali, la sorcière, et Camille, la fille du terrible maître des glaces Roumisse, il ira au bout de ses passions puis choisira la rédemption.

  • En Provence méditerranéenne, Giani, exilé piémontais découvre avec passion l'univers de la chênaie mais se retrouve impliqué malgré lui, dans une sombre affaire de vengeance.0500 0300esiècle, dans les hauteurs de Saint-Tropez, au domaine de Seignerolle, les saisonniers travaillent à l´écorçage des chênes-lièges et à la fabrication de bouchons, production première des forêts des Maures.
    Marius Pellegrin et son épouse Marie dirigent la chênaie. De son Piémont natal, Giani Vieri a gardé le souvenir de sa mère, disparue mystérieusement, la nostalgie des siens et le goût du travail bien fait. A la suite de longues pérégrinations qui l´ont entraîné en Provence, Giani a trouvé du travail chez les Pellegrin. La vie rude en forêt lui convient, il se sent heureux avec ses compagnons bûcherons, écorceurs... Mais cette sérénité va être mise à mal par la révélation de drames et de sordides règlements de comptes auxquels sont liés ses patrons. Ainsi, Clémentine Pellegrin, leur fille, est convoitée par le vieux comte de Lamalgue, propriétaire d´un immense vignoble. Celui-ci l´attire dans son château de Mins de Paillas. Bien malgré lui, Giani, l´étranger, devient le témoin d´une ténébreuse histoire de vengeance, et de secrets de famille...

  • Une saga du terroir, au coeur de la Provence, où se mêlent intrigues familiales, luttes de pouvoir, sombres complots et histoires d'amour.0500La Provence ! Ses étendues de lavande, ses oliviers, sa guarrigue pleine du chant des cigales, son soleil éclatant et surtout ses vignes... Gabrielle rayonne d'être de nouveau à Fontvieille, au pied des Alpilles, le village de son enfance... Là où vingt ans plus tôt, son coeur est resté, là où il la ramène aujourd'hui.Cependant, le retour de Gabrielle Delmas suscite les curiosités. Pourquoi veut-elle s'installer dans cette région, où son père a trouvé la mort dans des circonstances troublantes ? Déterminée, la jeune femme ne tarde pas à acheter Lou Triadou, une terre au riche cépage qui appartenait autrefois à sa famille. Mais le pari de diriger un domaine seule est risqué alors que l'ombre du château de Montauban, reine mère sans scrupules qui n'a de cesse d'acquérir les petites exploitations et d'asseoir son pouvoir, s'avère être un adversaire de taille. D'autant qu'il n'est jamais bon de remuer un passé peu glorieux...Gabrielle ne s'attendait certes pas, en retrouvant ses racines, à déterrer la hache de guerre avec Montauban, ni faire resurgir de vieux fantômes oubliés. Comme elle n'imaginait pas non plus rencontrer l'amour au pays de ses ancêtres...0300À quarante ans, après le décès de son mari, Gabrielle Delmas décide de retrouver sa Provence natale, de quitter Lyon pour s´installer avec Tristan, son fils de douze ans, à Fontvieille. Elle espère réaliser le rêve de son père, mort trop tôt et dans des circonstances troublantes : diriger un domaine viticole. Pari difficile dans cette région de hauts vignobles où les Montauban règnent en maîtres depuis des générations. Victoire Montauban, reine mère sans scrupule qui n´a de cesse d´acquérir les petites exploitations indépendantes, s´avère être un adversaire de taille pour Gabrielle, d´autant qu´il n´est jamais bon de remuer un passé peu glorieux...Pleine de détermination, Gabrielle devient propriétaire de Lou Triadou, une terre au riche cépage ayant autrefois appartenu à son père et sur laquelle pèse une étrange malédiction... Mais pourquoi Victoire s´acharne-t-elle à récupérer ces sept malheureux hectares ? Gabrielle ne s´attendait certes pas, en renouant avec ses racines, à déterrer la hache de guerre avec Montauban. Curieusement, le sort s´acharne sur sa propriété : manque d´argent, problèmes de fournisseurs, maladie des vignes...Peu à peu, c´est à toute la belle vallée provençale, dominée par le château de Montauban que le malheur semble s´étendre. Un promoteur indélicat, bien décidé à implanter un immense complexe industriel dans la région, exacerbe les tensions et divise les villageois : faut-il favoriser l´économie ou protéger le terroir ?Prise dans la tourmente de ces événements, Gabrielle peut heureusement compter sur Selim, un séduisant vigneron avec qui elle s´associe, et sur la précieuse amitié d´Elie le maire, de Lucien le libraire et de Phonse le primeur, qui se réunissent bien volontiers au café de la place, autour d´un pastis. Cependant, en se battant pour conserver Lou Triadou, Gabrielle ne pensait pas faire surgir de vieux fantômes et mettre au jour l´assassinat de son père... comme elle n´imaginait pas redécouvrir l´amour avec Selim.

  •  0500D´Avignon aux rivages de la Riviera, cette saga palpitante retrace les destins croisés de deux familles, entre 1911 et 1948. Amour, secrets, vengeance et trahison se mêlent dans une époque pleine d´espoirs et de changements.
    De son côté, Apolline vit un mariage dénué de passion avec un aviateur anglais, cherchant à oublier Benjamin, le fils de Nathanaël, dont elle est amoureuse depuis toujours. Dépité, celui-ci se réfugie dans le travail et crée un studio de cinéma sur la Côte d´Azur. Quant à Martial, jaloux et avide de pouvoir, il se sert de chaque opportunité pour écraser tous ses proches. Emporté dans la tourmente de l´histoire, parviendra-t-il à ses fins ? L´honneur des Bastide sera-t-il sauf ?0300Amour, secrets de famille, trahison et rebondissements, ou les destins croisés de deux familles, les Bastide, des imprimeurs sur coton réputés de Provence, et les Braunstein, des banquiers juifs. Une superbe saga qui nous conduit d´Avignon aux rivages de la Riviera, entre 1911 et 1948.Les chefs de clan Virgile Bastide et Nathanaël Braunstein, tous deux veufs, se rapprochent davantage et s´associent dans les affaires lorsque Virgile perd son fils aîné des suites de la tuberculose. «Maître Bastide» reporte alors son affection sur ses autres enfants, sa fille Apolline et son fils Martial. La première s´apprête à entrer dans les ordres, le second convoite la succession de son père à la direction de la manufacture. De son côté, Nathanaël Braunstein se félicite de l´intérêt que porte son fils Samuel à ses affaires.La vocation d´Apolline chancelle lorsqu´elle croise le regard de Samuel. Mais c´est un aviateur anglais, Terence Allister, qu´elle épouse et dont elle aura une fille. Par erreur, car son irrépressible attirance pour Samuel la poursuivra toute sa vie. Dépité, Samuel se réfugie dans le travail et développe l´ambitieux projet de la Cybilline, un studio de cinéma sur la Côte d´Azur, où il rencontrera une grande actrice qu´il épousera, mais sans parvenir à oublier la jeune Apolline Bastide....Contre toute attente, Virgile Bastide convolera à nouveau en justes noces. L´élue de son coeur, Tatiana Oulianovna, est une jeune aristocrate russe de trente ans sa cadette qui a fui les atrocités de la révolution bolchevik. De cette union naîtra Alexis.Après bien des déboires sentimentaux, Martial Bastide saisira toutes les opportunités afin de détruire ceux qu´il hait, son père et toute la famille Braunstein. Il s´exilera en Italie et s´emploiera à plagier les collections de la manufacture Bastide afin de la conduire à la ruine et de prendre le contrôle de la banque Braunstein. Mais lorsque Alexis, son jeune demi-frère, prendra finalement la succession de leur père à la tête de l'entreprise familiale, Martial sera rattrapé par le passé. L´honneur des Bastide sera sauf...

  • AuXVIesiècle, des religieuses trop puissantes aux yeux du clergé marseillais sont accusées de débauche. Vrai, faux ? Une histoire qui met en lumière le combat de femmes pour vivre leur religion selon leur voeu.

    «- Des usurières, des femmes habiles en droit, des dévoreuses insatiables ! Depuis des siècles, elles nous mènent la vie dure, nous spolient, nous ridiculisent, apitoient évêques et papes en invoquant le seul prétexte qu´elles sont de pauvres moniales, et qu´elles subissent toutes les injustices que le seigneur a fait naître sur cette sainte terre. Elles savent faire parler d´elle. Elles prêchent, osent distribuer les sacrements et montrer à leur façon la voie du salut. Mon pauvre Cornélius, s´il n´ y avait pas les femmes, nous aurions tout pour rien, l´existence serait sereine, mais en réalité c´est pisser chaud pour boire froid. » Au XVIe siècle, en Provence, le moine Cornélius est mandaté par l´abbaye de Saint-Victor à Marseille pour enquêter sur les religieuses du couvent de la Celle, près de Brignoles. Les plus hautes sphères du royaume et du clergé veulent fermer ce lieu réputé malsain et si peu catholique, réputé pour ses débauches...

    Enviées et jalousées car indépendantes et puissantes, les bénédictines de la Celle, toutes issues de l´aristocratie, sont accusées des plaisirs de la chair et autres vices...

    Cette mauvaise réputation remonte à Garsende de Sabran, la première abbesse, qui, au XIIIe siècle, fit du couvent une abbaye royale prestigieuse jouissant, fait exceptionnel, de la protection des papes. Un statut et une puissance intolérables pour les hommes du clergé de Saint-Victor autant que pour le pouvoir royal, Mazarin en tête, et qu´ils entendront remettre en question, par tous les moyens. Y compris la calomnie.





    .

  • Quatre romans pour raconter un siècle de l'histoire de la Provence, où l'on retrouve tout ce qui a fait la richesse de cette région.
    Les Chemins de garance 1829, dans le Comtat venaissin. La famille Vidal cultive la garance, plante qui fait la richesse

  • Esiècle, dans une Provence en pleine renaissance culturelle, le destin tragique de Mélanie, des cartonnages de Valréas à la distillation de l'absinthe.0500 0300 Mélanie est une enfant abandonnée. Après une enfance douloureuse dans une famille d´agriculteurs de la campagne drômoise où elle a été placée par l´Assistance, elle part pour Valréas où elle est élevée avec amour par Sylvine, une cartonnière. Sa rencontre et son mariage avec Alexis, le fils d´un garancier du Vaucluse qui s´est reconverti dans la distillerie d´absinthe, vont changer sa vie. La « Dame Verte » est alors la boisson nationale. Mélanie va consacrer son énergie et sa vie au développement de la distillerie sans jamais oublier son passé d´enfant de l´Assistance. C´est ainsi qu´en 1915, date à laquelle l´absinthe est définitivement interdite, l´ancienne distillerie deviendra un lieu d´hébergement pour les enfants abandonnés... Entre amours contrariés et drames familiaux, dans une Provence riche de traditions dans lesquelles Mélanie se plonge avec passion, la jeune femme cherche sa voie et acquière son indépendance, malgré les épreuves.

  • A l´aube de la Révolution, à Marseille, le combat d´une femme pour sauver la tradition familiale de la faïence. Le roman sensuel et vivant d´une vie et une passion.

    « A Saint-Jean, une agitation régnait en cette fin d´après-midi. On avait attendu tout le matin l´heure propice. Le moment était grave. Anne et Adrien connaissaient bien cette fièvre qui précédait l´ouverture du four. Après avoir réglé, chargé et surveillé le feu pendant plus de trente-six heures, le faïencier découvrait l´échec ou le succès de plusieurs semaines de travail. Il suffisait parfois d´un instant d´inattention pour perdre le contenu d´un four de façon irrémédiable. Si la cuite était heureuse, elle rendait communément cent soixante livres, mais quel mécompte quand elle ne l´était pas ! C´est pourquoi on allumait toujours « au nom béni de Dieu ».




    1774, Marseille. La veuve Pasquin règne en maîtresse absolue et en redoutable femme d´affaires sur sa prestigieuse fabrique de faïence. Dans la cité phocéenne dynamisée par le commerce avec le Levant, la concurrence entre faïenciers est rude : l´artisanat est devenu une industrie. Il faut faire preuve de créativité et d´audace. Comme Adrien Morvan, faïencier nivernais, qui n´hésite pas à faire monter les enchères en s´installant sur la colline de Saint-Jean-du-Désert. La fille de la veuve Pasquin, Anne, talentueuse ouvrière reléguée dans l´ombre, est intriguée par cet étranger qui ose défier sa mère.

    Contre toute attente, l´empire de la veuve Pasquin périclite. Elle n´acceptera jamais la trahison de sa fille devenue complice et associée d´Adrien. Mais tous deux ont redonné vie, avec passion et savoir-faire, à la faïencerie de Saint-Jean.

  • Dans le Mercantour, entre vallées et montagnes, la cohabitation entre les bergers, leur travail pénible, risqué, leur vie de solitaires et le loup, sans cesse à la recherche d´un territoire pour vivre en harmonie avec la nature et les siens ?
    « Une plainte descendit des bois. Anna reconnut le hurlement du loup, repris aux quatre points cardinaux. Un hymne psalmodié telle une cérémonie d´accueil accompagnait la naissance du fils d´un berger.
    - Ils chantent pour toi, Guillaume, souffla-t-elle en portant les mains au ventre. » Enzo le berger dont l´épouse Anna attend un fils, Ragan le loup et sa compagne Cannelle qui va bientôt mettre bas, les brebis accompagnées de leurs agneaux en partance pour une longue transhumance, tous suivent le fil tout simple de la vie quotidienne. Jusqu´au drame, à l´accident impliquant le cousin d´Enzo et le troupeau. Le premier accusé est le loup, le prédateur, la bête àéliminer coûte que coûte. La colère des villageois est terrible. Une longue traque commence alors, une chasse impitoyable qui amènera Ragan le loup et Enzo le berger à un terrible face-à-face.

    Mais lorsque la vieille rebouteuse du village affirme qu´Enzo et son fils possèdent « le don », la possibilité d´apaiser les esprits paraît possible. Et si ce don était simplement celui de vivre en bonne entente avec les loups, de les comprendre et de les aimer ?

  • La confrontation de deux familles, l'une pied-noir, l'autre provençale, autour des vignes au lendemain de l'indépendance de l'Algérie.


    " Le mistral chamboulait toutes les habitudes. On sortait moins, on devenait taciturne irritable. Mais il avait la faveur des vignerons. A tout prendre, il valait mieux que le vent d¿est porteur de pluie. Dans les domaines de Bandol, on se félicita même de cette présence intempestive au moment des vendanges. L¿année serait très bonne ; le millésime, excellent. Pas à la ferme des Ferrez. " 1962. Fin de la guerre d¿Algérie. Les pieds-noirs partent en masse pour la France. Une famille de grands propriétaires de vignes, les Ferrez, dirigée de main de maître par le grand-père, débarque à Marseille et achète, grâce à des lingots d¿or cachés dans un cercueil, une ferme entourée de nombreux hectares de vignes à l¿abandon.
    Non loin vit une famille de Provençaux de vieille souche, les Cayssoux, elle aussi menée par un grand-père à poigne qui n¿accepte pas les " étrangers ". Une dure bataille s¿engage. Mais Laure Cayssoux, la petite-fille, rencontre Michel Ferrez, et c¿est le coup de foudre. Cet amour attise la haine des deux patriarches et va entraîner un combat sanglant. Un incendie provoqué sciemment réunira les deux protagonistes animés de la même volonté : sauver la terre à laquelle, bien au-delà de leur querelle, ils sont viscéralement attachés.

  • Marie-Marseille, élevée par sa grand-mère, vit une enfance solitaire dans le cadre idyllique du château de Juzan, en Provence. Son unique rayon de soleil, c'est l'amitié secrète qui la lie à André le Papillon, l'idiot du village à la naissance mystérieuse, moins simplet qu'il n'y paraît.
    Jusqu'à ce que la guerre et le remariage de sa grand-mère avec Fabien Lestrade, un individu dénué de scrupules, déclenchent sa révolte et son désir d'émancipation. Tandis que Lestrade s'enlise dans la Collaboration, Marie-Marseille, elle, s'engage dans la Résistance.

    Marie-Marseille, c'est l'histoire d'un combat pour une double libération. Celle d'une région, et celle d'une femme, Marie-Marseille,

  • En Provence, la rencontre étonnante d´un gentleman anglais et d´une jeune paysanne.

    «Tout en traversant l´air doux de Provence, il avait eu le temps de voir au-delà de l´horizon l´aube à peine naissante alors que, sur le Malay, c´était encore la nuit. De si haut, un seul regard lui avait suffi pour contempler à la fois la montagne, les collines et la mer sous la lumière finissante des étoiles. Cela avait été sa plus belle traversée de ciel. Il avait été immédiatement fasciné par ce fantastique petit bout de terre. » Aux alentours des moulins de Mons, Ninon et Abel, jeune poète, vivent les multiples tracas de leur enfance solitaire. Ninon, éprise de la terre, de son blé noir et de ses olives grasses, n´accepte pas de voir s´achever une époque où un bout de terrain suffisait à nourrir une famille. Acharnée, sûre de son destin de paysanne, elle continue à lier les gerbes et à escalader les oliviers au son mélodieux de l´harmonica d´Abel.

    Au moment où tout semble perdu, lorsque s´arrête de tourner le dernier moulin, Peter, un écrivain anglais fortuné, amoureux de la Provence et séduit par la joie de vivre de Ninon, lui vient en aide... Peter et Ninon, que tout sépare excepté leur soif d´absolu, apprendront à se connaître à petits pas.

    Ce roman se déroule dans les paysages splendides du haut Var : Fayence, Mons, La Roque-Esclapon... Son histoire pleine de personnages truculents et bien campés ne laisse pas un instant de répit.

  • " Je suis berger, tu l'as dit toi-même. Je sens la nature. Le mistral est encore engourdi. C'est un jour de colère. Tu vas voir."0500 0300esiècle, à Barjols, guerre de clans de riches artisans, incendies criminels, disparitions mystérieuses sèment la peur. Seules avec un lourd secret, Mireille et sa mère voient leur village s´entredéchirer...
    En 1898, Barjols peut se vanter d´être le plus riche et le plus évolué village de Provence. Cette prospérité, ses habitants la doivent à deux puissantes confréries d´artisans qui ont hissé la ville à son apogée. Mais le clan des tanneurs se livre une guerre sans merci pour la possession des marchés. C´est la stupéfaction à la nouvelle de la mort de Jacques de la Farderie, riche patron tanneur, et de son épouse dans un incendie criminel. Seule Mireille, une fillette, a été témoin d´un allumage de feu qui semble avoir un rapport avec le drame. Sa mère, Sarah, lui intime de garder son secret. Juive, elle craint d´envenimer les esprits, d´être tuée, au mieux... de perdre son travail de gantière. Et si Barjols rayonne au grand jour, le village révèle aussi un monde des ténèbres que ses habitants vont découvrir, horrifiés.

  • Au début duXXesiècle, l´histoire d´une jeune femme qui, seule, tente de sauver le domaine familial de la rapacité de son beau-père. Un roman passionnant qui restitue magistralement le charme profond de la Provence.
    «- Les amandiers, s´écria Jeanne en ouvrant les volets de sa chambre. Les amandiers !
    Ils avaient éclos pendant la nuit et, caressés par le soleil de mars, offraient leur délicate et subtile floraison. La jeune fille demeura un long moment à les contempler. Qu´existait-il de plus beau que cette légèreté, cette fragilité ? Elle frissonna. Sa Provence s´offrait dans toute sa douceur et ce cadeau se révélait d´autant plus précieux qu´il serait éphémère. » A la mort de son père, en 1917, Jeanne, dix-huit ans, doit veiller sur la destinée des Restanques, la bastide familiale, située sur les hauteurs de Cotignac, au coeur de la Provence.

    Réputé pour la qualité de ses oliviers et de ses amandiers, le domaine connaît cependant de graves problèmes financiers. Pour le sauver, Jeanne décide de fabriquer son propre nougat. A la fin de chaque été, elle prépare, dans la plus pure tradition, les nougats blanc et noir qu´elle proposera aux confiseurs de la région.

    Rien ne la décourage : ni le départ de son frère Laurent pour un tour du monde, ni le combat sans merci que lui livre un beau-père qui cherche à s´approprier les Restanques, encore moins sa passion contrariée pour Régis, un jeune négociant marseillais. Sa rencontre avec Jérôme, brillant botaniste, changera-t-elle le cours des événements et rendra-t-elle aux Restanques les échos du bonheur d´antan ?

  • En pleine période de l´abolition de l´esclavage, l´ascension sociale d´un « marron » de la Guadeloupe dans l´industrie sucrière à Marseille.

    « Au port, les navires se recueillent entre déchargement et embarquement. Les mouvements ne s´arrêtent jamais : il faut parfois jusqu´à dix-huit jours pour procéder à ces opérations pour un même navire. L´activité est si intense et les navires si nombreux qu´il faut les mettre à couple sur cinq rangs au quai de la Mairie et sur trois au quai de Rive-Neuve, ce qui ne laisse qu´un passage libre d´une quarantaine de mètres pour manoeuvrer. Joseph ne se lasse pas d´observer les va-et-vient incessants des bateaux de servitude se faufilant entre les amarres et les coffres d´amarrage. Ponts et quais sont une fourmilière où se presse une foule grouillante et bigarrée qui rappelle son île à l´ancien esclave. » En février 1843, un gigantesque séisme raye de la carte la ville de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Joseph y perd la mère de son fils Toussaint. Tous deux fuient le chaos tout autant que leur misérable condition d´esclaves dans les plantations de canne à sucre pour gagner clandestinement la métropole, terre de liberté.

    Marseille, où ils débarquent, est un vaste chantier, notamment le port qui doit accueillir les navires de commerce de plus en plus nombreux du fait de son immense rayonnement.

    Joseph trouve du travail dans une raffinerie du quartier Saint-Charles, une des dernières à traiter le sucre à l´ancienne. Affranchi par son patron, il découvre la douloureuse condition ouvrière en tant que « sang-mêlé » dans un monde de Blancs. Il tentera pourtant sa chance dans une ville où l´industrialisation et la machine à vapeur permettent tous les espoirs mais où s´opposent farouchement partisans et adversaires de l´esclavage.

  • « Lorsqu'elle était rentrée dans l'église, beaucoup s'étaient tournés vers elle, interrogatifs. Elle avait choisi un endroit discret, un peu en retrait pour les observer. On meurt aux Saint-Jean-du-Verdon plus vite et plus jeune qu'ailleurs. Les Saintjeantais avaient-ils le teint vert ? Leurs visages étaient-ils émaciés ? Toussaient-ils plus que de raison ? Bien difficile à dire. » Au coeur de la Provence, au village des Saint-Jean-du-Verdon, on dénombre des cas de morts suspectes de tyroïde. Eva, "coureur de nuit"*, y est envoyée d'urgence par Foch, le patron. Rapidement, elle se heurte à l'hostilité des villageois, à l'exception de Marie Doman, présidente d'une association de malades. Mais celle-ci meurt « accidentellement ». Désormais, seuls les Robique, frère et soeur, vont pouvoir aider Eva à la fois dans son enquête mais également la renseigner sur sa propre histoire car ses parents ont mystérieusement disparu à Saint-Jean-du-Verdon. Elle découvre ainsi que le village a été clandestinement transformé en laboratoire à "ciel ouvert" pour mesurer les effets sur les humains des radiations de déchets nucléaires enfouis quarante ans plus tôt. Les résultats, documents hautement stratégiques, sont conservés dans le plus grand secret. Eva a pour mission de les récupérer. C'est sans compter l'homme de l'ombre, le Fennec?

    * L'oeuvre et ses "coureurs de nuit " est une organisation occulte, fruit de l'imagination de Pascal Martin. On les retrouve dans tous ses romans.

  • Le domaine de Montauban cultive la tradition entre vignes et oliviers. Mais cette douceur de vivre va bientôt être contrariée par l'arrivée de Maud Dormeuil, femme ambitieuse et prête à tout pour refaire fortune. Une saga familiale au coeur de la Provence, où se mêlent légendes ancestrales, intrigues, complots, et histoires d'amour.0500À quelques mois des vendanges, un incendie ravage le massif des Alpilles, détruisant une partie du vignoble de Montauban. Pour Béatrice, la propriétaire, c´est un véritable traumatisme, d´autant qu´elle lutte depuis deux ans avec ses voisins de Lou Triadou pour éviter la faillite du domaine. Grâce au soutien d´Olivier, le frère de son mari défunt, elle surmonte cette nouvelle épreuve et, peu à peu, des sentiments amoureux se mêlent à leur tendre complicité. Mais l´arrivée de Maude Dormeuil, une séduisante femme d´affaires, va semer le trouble dans leur relation.Dans la vallée, les esprits s´échauffent. Deux cadavres sont découverts dans la garrigue, non loin de Montauban. Assassinats ou simples accidents ? Pour bon nombre de villageois, le meurtrier pourrait bien être Manolo, un jeune gitan installé depuis peu dans la région. À moins qu´une mystérieuse légende ne soit la cause de tous ces maux.Intrigues, morts suspectes, superstitions... Une saga palpitante entre passions et luttes de pouvoir dans le monde fascinant de la vigne et des traditions provençales.Le Secret des cépages(Belfond, 2004), finaliste du prix Carrefour-Savoirs 2004 et lauréat du prix Lion´s Club International 2005, et deL´Invitée de Fontenay(Belfond, 2005).0300Au coeur des Alpilles, le château de Montauban est au bord du gouffre financier. Criblée de dette elle aussi, Gabrielle, la courageuse propriétaire de Lou Triadou, le domaine voisin, s´est associée à Olivier et Béatrice, les héritiers Montauban, afin d´éviter la faillite qui conduirait à tout vendre.Elle leur présente Maud Dormeuil, une amie d´enfance devenue une ambitieuse femme d´affaires, et qui semble ne reculer devant aucun calcul pour renouer avec la fortune. Mais comment sauver la tradition, entre vignes ancestrales et oliviers centenaires, face au pouvoir de l´argent ? D´autant que trois meurtres mystérieux viennent bouleverser la tranquillité des habitants de Fontvielle, déjà traumatisés par le gigantesque incendie qui a dévasté les collines environnantes et ruiné la plupart des viticulteurs, à quelques semaines des vendanges.De son côté, Selim, le mari de Gabrielle, se bat contre les préjugés afin que Manolo, le jeune gitan qu´il a embauché pour travailler avec lui dans les vignes, puisse se faire accepter dans le village.Dans la vallée, les esprits s´échauffent. Les vieilles croyances restent tenaces, une mystérieuse légende resurgit qui semble troubler les esprits...

  • « Éléonore Bochet, la grand-mère d'Amélie et de Cyprien Borrel, surnommée la Nore, était une sorcière qu'on disait au service du mal et de l'or. On pouvait tout craindre d'elle, gelée, orage, grêle qui anéantissait les récoltes, rongeurs nuisibles qui pullulaient, vaches dont le lait tarissait, dont le ventre gonflait et qui crevaient. » 1892. Julien Fabrègues, héritier provençal ruiné, rêve de trouver le fabuleux trésor des Burgondes. Mais des hommes prêts à tout, appartenant à une société secrète, avec à leur tête le baron autrichien von Schober, le cherchent aussi. Dès lors, la vie de Julien bascule dans l'horreur. Obligé de quitter sa bastide après le meurtre de sa servante, il se lance dans une quête qui le mènera en Savoie. Là, il découvre les paysans des Millières, dont la Nore, sorcière aux pouvoirs terrifiants, les superstitions d'un terroir âpre et dur, mais il rencontre aussi l'amour avec une fille de la terre, Amélie. Ni les pièges tendus par ses adversaires, ni les jalousies provoquées par leur liaison, ni les forces occultes liées au trésor ne les empêcheront de vivre comme ils l'ont décidé. Jusqu'au jour maudit du 28 juin 1892, sous la Dent du Corbeau, là où s'achève cette histoire tirée de faits réels?

empty