• De 1875 aux années 1920, de Tourrettes-sur-Loup, sur les hauteurs de Nice, à Paris, quatre générations de femmes volontaires et indépendantes vont se succéder pour que vivent leurs passions. De Rosine, la courtisane, à Béatrice, " nez ", c'est la culture de la violette, fleur à parfum par excellence, qui scellera leurs destins.Rosine, fille de modestes paysans, quitte son pays de la violette pour cacher sa grossesse. A Paris, elle devient courtisane. Son ascension est rapide, d'autant que vers 1880 apparaît cette nouvelle forme d'amour vénal, hors des traditionnelles maisons closes.
    Sa fille Eloïse, née dans la rue, sera placée en nourrice et vivra de la couture à Lyon.
    Emma, fille d'Eloïse, passionnée de couture, de création, travaillera pour Paul Poiret. Ses chapeaux, souvent ornés d'un bouquet de violettes, rencontrent un grand succès. De sa passion avec un aristocrate tué sur le front en 1916 naîtra Béatrice. Années folles - sur fond de jazz et de surréalisme - qu'Emma vit intensément, en femme libre, au bras d'un journaliste américain ami d'Hemingway ; elle fréquente Jean Cocteau, Paul Iribe...
    Béatrice, elle, est fascinée par le monde du parfum qu'elle découvre dans l'entourage de Coco Chanel. A la faveur d'un séjour à Grasse, elle retrouve la trace de ses ancêtres sur le domaine de la Fontaine aux Violettes, dont on se transmet le nom dans la famille depuis 1875. Elle devient " nez " à Grasse et s'éprend d'un réalisateur de cinéma aux Studios de la Victorine, à Nice. Béatrice finit par racheter la Fontaine aux Violettes, là où tout a commencé ; elle y développe la culture des fleurs à parfum. Elle sera la première femme de sa famille à connaître le bonheur...

  • De 1920 à 1970, une famille juive allemande, les Steiner, se réfugie dans le Nyonsais, terre d'accueil et de résistance active. Tous auront, un temps, l'espoir d'une vie meilleure. Parmi eux, David, séparé d'Hannah qu'ilaime depuis l'enfance, par la guerre et la folie des hommes...Dans les années 1920 à Berlin, David Steiner et Hannah Ritter grandissent, en voisins, dans le quartier résidentiel de Schlossstrasse. A l'adolescence, leur amitié se transforme en amour tendre et sincère. Mais, dès 1933, la montée de l'antisémitisme rend le quotidien des Steiner de plus en plus éprouvant. Ils partent alors pour la France en quête d'un avenir plus serein. Des cousins leur ont parlé du sud de la Drôme, une terre d'accueil, protestante, où des terrains et des fermes sont à acquérir... Les Steiner, accompagnés d'une autre famille, les Levin, commencent une nouvelle vie dans le Nyonsais où ils sont bien accueillis. Les années passent ; les lois s'intensifient à l'encontre des Juifs en Allemagne, où Hannah, tout en poursuivant ses études s'investit avec courage dans l'aide aux familles persécutées.
    En France, David, lui, s'enrôle dans la Résistance, fortement implantée dans la région drômoise. Séparés par les épreuves de ces années de guerre, David et Hannah, rescapés de tout, pourront-ils se retrouver et offrir une nouvelle chance à leur amour ?

  • Après des années d'absence, le retour de Pablo, l'héritier du " Fada ", fait resurgir bien des méfiances dans un village isolé de Haute-Provence. Et des souffrances dans le coeur de celle qu'il n'a jamais cessé d'aimer. Pablo, la trentaine, revient dans le pays de son père adoptif, Adrien, après des années d'exil forcé pendant lesquels il a étudié la médecine. Le village où il a vécu une partie de son enfance, Le Pujet, se trouve parmi des hameaux perdus entourés de garrigue dans les montagnes de Haute-Provence.
    Pablo a été convoqué par le notaire pour l'ouverture du testament d'Adrien, surnommé " le Fada ". Ce dernier était riche, très riche après avoir tenté l'aventure. Et " le Fada " a toujours souhaité faire du bien à son village notamment en voulant construire dans une chapelle désaffectée de grandes orgues et créer un festival de musique. En vain... Pablo, l'héritier, veut ressusciter l'autre projet inachevé d'Adrien : un complexe hôtelier, mais il se heurte à la défiance des villageois.
    Pablo est aussi revenu avec l'espoir de revoir Gaëlle, qu'il a follement aimée et qu'il n'a jamais oubliée. Elle non plus, bien qu'elle se soit mariée et ait deux enfants.
    Car Adrien, pour une raison secrète, n'a jamais voulu que son protégé et Gaëlle s'unissent...

  • La nuit de l'amandier Nouv.

    Au coeur des champs d'amandiers, ces arbres millénaires, Françoise Bourdon signe une ode éternelle à la Provence à travers une fière héroïne. Haute-Provence, 1890. Anna, jeune amandière, se croyait promise à Martin, héritier d'un riche producteur aptésien de fruits confits. Or, sans explication, celui-ci épouse une fille de notables.
    Seule sa passion pour les amandiers donne désormais un sens à la vie de la jeune femme. Lorsqu'elle rencontre Armand, pâtissier amoureux des traditions provençales, elle réalise un vieux rêve et fabrique le meilleur des nougats.
    Tous deux se battent pour développer leur confiserie, installée à Rouvion, un village du plateau de Sault.
    Elle croit avoir retrouvé le bonheur auprès de sa petite fille aussi. Mais la guerre de 1914, les révélations de Martin, les actes de résistance au pied du mont Ventoux vont mettre à l'épreuve la courageuse Anna.

  • "Le lendemain, au lever du jour, les cueilleuses étaient déjà à pied d´oeuvre dans les « olivettes » avec leurs « cavalets », leurs larges échelles à trois pieds. Chaudement vêtues, les mains protégées de mitaines noires, ce qui laissait leurs doigts libres, les jeunes filles portaient chacune un panier accroché à leur ceinture. Elles n´avaient pas besoin de parler pour se répartir la tâche, chacune ayant sa spécialité . " Une grande saga familiale à travers le destin d´une femme, provençale passionnée, au coeur de la tourmente du XXe siècle.
    Au domaine de la Combe aux Oliviers, Lucrèce Valentin, née en 1901, prend la relève de son père, Ulysse, et consacre sa vie à la sauvegarde du domaine. Mais cette femme, entière et impulsive, qui sacrifie tout à ses oliviers, se bat aussi pour sa fille, Aurélie, atteinte de polio. Durant la Seconde Guerre, Lucrèce s´engage dans la Résistance, Aurélie partage ses combats tandis qu´Hermance, sa quasi soeur, a une liaison avec un officier allemand. En 1956, le grand gel va provoquer la disparition de milliers d´oliviers. Seule, Lucrèce, à cinquante-cinq ans, refuse d´abdiquer. La nature lui donnera raison. La plupart de ses oliviers renaîtront. La vie continue...

  • A travers une grande saga familiale et le destin de Camille, Les Chemins de garance évoque tout un pan du patrimoine provençal, la garance, une culture aujourd'hui oubliée. Avec une suite inédite du roman.Dans le Comtat venaissin. Augustin Vidal a prospéré grâce à la culture de la garance, plante qui fournit aux teinturiers un rouge incomparable. Il a transmis sa passion à sa petite-fille, Camille. En 1829, lors de la foire de Beaucaire, celle-ci rencontre Félix, qu'elle éblouit par sa " beauté du diable ". Mais quel avenir commun peuvent espérer l'héritier d'un indienneur avignonnais bonapartiste et la petite-fille d'un garancier élevée dans les valeurs républicaines?
    Hantée par le secret de sa naissance, Camille va envers et contre tout aller au bout de son destin, se consacrer à la garance, et épouser l'homme qu'elle aura choisi...
    D'hier à aujourd'hui, toutes les couleurs de la Provence.

  • - 67%

    De 1919 à la Seconde Guerre mondiale, Nevart, d'origine arménienne, cultive la lavande dans la Drôme. Des rencontres, l'amour, la guerre précipitent son destin vers le drame... Un roman aux couleurs de la Provence.1919. Paul Mailfait, médecin, quitte ses Ardennes natales pour oublier les atrocités de la guerre, la mort de sa femme et de leur enfant sous les bombardements. Grâce à un ami sériciculteur près de Grignan, il s'intègre à sa région d'adoption et découvre une vie rude, rythmée par les travaux des champs. Mais il se refuse à tout nouvel amour. Jusqu'à sa rencontre avec Nevart, Arménienne à la beauté saisissante. Venue d'Alep après la tragédie de 1915, elle a été recrutée à Marseille pour travailler au moulinage. Installée dans un mazet abandonné, Nevart cultive la lavande sur un lopin de terre caillouteuse. Paul l'aime, mais la différence d'âge étant trop grande, il sait qu'il devra s'effacer. Passent les années... La jeune femme acquiert un alambic, rachète des terres, s'enrichit. C'est l'âge d'or de la lavande. Mais la situation internationale devient préoccupante. En 1935, des réfugiés venus d'Allemagne choisissent cette terre d'accueil, tel Erich Schwabele, Juif allemand. Entre Nevart et lui, c'est l'amour fou, irrésistible, tragique aussi à l'approche de la guerre...

  • Entre 1908 et 1956, des ruelles populaires du Vieux-Nice et son arrière-pays à la croisette de Cannes, de la misère de ses jeunes années à la bonne fortune, vie et destin de Vittorio Lombardo, fils d'immigrés piémontais. Avec en filigrane une magnifique évocation de la Côte d'Azur, région aux multiples influences et contrastes. L'honneur... telle est la raison d'être de Victor Cousin, comte de Salèse. A Cannes, il promène sa haute stature avec l'aura d'un aventurier moderne. Comme d'autres notables, il se rend le mardi soir dans une " maison " tenue par la respectable Juliette. Mais il est déjà sous le charme d'une jeune fille perdue qui va bouleverser sa vie.
    Des vies, il en a tant vécu... Né en 1908, Vittorio, enfant choyé d'un couple piémontais, a grandi dans les ruelles populaires du Vieux-Nice au sein d'une communauté immigrée solidaire. Bientôt orphelin, il va régner en chef incontesté dans plusieurs quartiers, rançonnant les riches au profit des déshérités. Jusqu'au jour où, sous la menace de bandes rivales, il doit fuir... Fuir Nice pour les montagnes.
    Mais comment survivre, seul, démuni, sans espoir de retour ?

  • En Provence, la découverte d´une caisse en bois marquée de l´emblème nazi réveille les vieux démons des habitants de Saint-Ambrose et sème la panique...


    "Je meurs". L'homme n'eut pas le temps de penser à autre chose. Il a senti la balle pénétrer ses chairs, une douleur atroce. Par réflexe il a porté sa main à la poitrine, senti son sang couler entre ses doigts. Il ne s'effondra pas dans la barque mais bascula et fut happé par les eaux noires du lac.
    La lune le regarda une dernière fois, tremblante sous l'effet de l'onde.
    Comme elle l'avait regardé au tout début de son périple...



    Près d´Aix-en-Provence...

    Un photographe en repérage découvre par hasard sur un îlot au beau milieu d´un lac une caisse en bois marquée de l´emblème nazi.

    Ce vestige de la Seconde Guerre mondiale va réveiller tout le village de Saint-Ambrose et faire revenir sur place des personnes qui y ont vécu les années sombres de l´Occupation. Quelques jours plus tard, un des anciens du village est retrouvé assassiné chez lui. Dans sa main un bout de papier sur lequel figure la mention : Victor Kobolsian, capitaine de police.

    Victor Kobolsian est un flic fatigué et stressé : sa femme est dans le coma après un accident de la route. Il ne connaît pas ce village, ni l´homme assassiné, Que cherche l´assassin en faisant venir ici un flic que personne ne connaît ?

    Et si cette simple caisse recelait un secret bien plus noir ?





    .

  • Au coeur du Mercantour, deux frères rebelles aux valeurs familiales du travail et de l'effort et animés d'un désir de revanche, succombent à toutes les tentations, même les plus viles, pour fuir leurs montagnes et faire fortune ailleurs?
    Les Vitali sont propriétaires des Granges neuves, auberge de bonne réputation. Eduquant rudement leurs garçons, Boniface et Adrien, ils les envoient garder les vaches et les chèvres du cousin Casimir, pour un salaire de misère. A bout, les adolescents quittent un jour la maison familiale avec un désir de revanche. Recueillis par Eugène Baille, paysan, celui-ci les pousse à profiter de la vie quelles qu'en soient les manières plutôt que de travailler. Du braconnage de marmottes aux petits larcins, Boniface et Adrien cèdent bientôt à des délits plus graves mais plus lucratifs : la contrebande, le vol dans les riches demeures de nobles du coin. Après s'être vengé de Casimir, le dépouillant d'une petite fortune malhonnêtement acquise, ils concrétisent enfin leur rêve : retrouver leur cousin Arnaud parti chercher fortune au Mexique. Ils ne reverront jamais leurs parents, restés seuls aux Granges neuves.

  • En Provence, au début du XXe siècle, le destin tragique des jumelles Rabuis, cruelles et ambitieuses, dans l'univers des producteurs de la rose de mai. Hélène et Elvire, jumelles rousses comme le feu et l'orge, sont filles de forgeron. Marquées par les brimades subies dans leur enfance - à l'école on ne leur pardonnait pas d'être nées pauvres -, elles décident d'user de leur beauté et de leur intelligence pour réussir. Elvire se fait embaucher chez Albert Maillan, le principal producteur de roses du pays. Dans son laboratoire, il cherche à percer les mystères de cette fleur fascinante. Ambitieuses, Elvire et Hélène imaginent une machination diabolique... Un enivrant Parfum de rose.

  • Hôtel du Pont. Chambre 6. Des clients solitaires de passage en Provence que l'on ne reverra jamais plus. Presque dix ans plus tard, des lettres retrouvées signées d'un énigmatique employé dénoncent les crimes perpétrés par un couple d'aubergistes crapuleux. D'après une histoire vraie. Une déclinaison de L'Auberge rouge sous le ciel de Provence. En 1951, tombé sous le charme de la région, un jeune couple anglais achète pour une bouchée de pain une auberge abandonnée sise sur une rive de la Siagne. Durant l'Occupation, l'ancien hôtel du Pont fut le théâtre de transactions et d'activités peu recommandables sous l'impulsion de ses propriétaires, les Boutarel. Or, peu à peu, les murs de l'endroit délivrent leurs noirs secrets... Un artisan, Louis Reboux, découvre un paquet de lettres dénonçant des faits abominables. Ces lettres sont signées d'un énigmatique employé, dont les Boutarel, décidément sans scrupules, ne se méfiaient pas... Une déclinaison de L'Auberge rouge sous le ciel de Provence.

  • " La Moura est morte. " Cette phrase retentit de bouche en bouche. La peur succéda à la stupéfaction. Les bigotes multiplièrent les prières. Les plus froussards jetèrent du gros sel par la fenêtre de chez eux. Une sueur glacée envahit la nuque de Grandi. Il resta prostré. Quel sort allait donc frapper Saint-Cabraire ? Le maire s'en voulait amèrement de n'avoir pas su aider la Moura lorsqu'il était encore temps. Il avait laissé faire et se le reprocherait sa vie durant.
    La famille Passeron, dynastie de Saint-Cabraire, jouit d'une grande respectabilité pour sa droiture et son influence sur la vie de la cité. Le père est propriétaire d'immenses oliveraies d'une qualité unique, et son fils, maître moulinier, produit une huile des plus prisées. Tout serait presque pour le mieux s'il n'y avait la vieille Moura, la sorcière. Autour de sa propriété, elle a érigé un mur afin de barrer les passages menant à la rivière et aux domaines des uns et des autres.
    Lorsque la Moura meurt, on pense que le mur va être enfin détruit mais la défunte avait désigné son héritière, Ariane, belle et maligne, dont la venue va mettre le village sens dessus dessous, révélant le secret de ses origines, un secret qui a détruit la vie de la Moura.

  • La " Malamour " part en croisade : elle veut prêcher pour un Comtat Venaissin rattaché à la république naissante et non plus à l'autorité papale. De 1789 à 1792, voici la fougueuse orpheline sur les routes de Carpentras, d'Avignon et de Paris pour rallier les " grands hommes " et le peuple à sa cause.
    Belle orpheline de dix-sept ans, Eloïse, que l'on surnomme " Malamour ", a grandi recluse dans un couvent d'Avignon. En cette fin du XVIIIe siècle, la révolution est en marche, bientôt nobles et miséreux seront égaux devant la loi. A l'exception des habitants du Comtat Venaissin, propriété de l'Eglise entre mont Ventoux et vallée du Rhône, où sévissent pillages, famines et massacres. Révoltée par tant d'injustices, Eloïse part en croisade afin de prêcher pour un Comtat rattaché à la république naissante. De sa Provence natale jusqu'à Paris, partout sa détermination impressionne et son charme, puissant, opère auprès d'hommes influents. Alors que délation et trahison sont monnaie courante, Eloïse, risquant sa vie à tout instant, découvrira-t-elle le secret de son incroyable filiation ?
    Une page méconnue de l'histoire de la cité des papes.

  • Iris est un " nez " de talent. A Grasse, dans les années 1960, munie des formules de parfum léguées par son père assassiné, elle lance avec succès des fragrances. En menant ses recherches sur le meurtrier de son père, Iris remonte le fil de l'histoire de sa famille et de ses origines... Dans sa modeste officine, Hippolyte a transmis beaucoup de son savoir des plantes à sa fille Iris. Mais rien de son passé ni de ses secrets... Qu'est-ce qui lui vaut d'être empoisonné ce jour de juillet 1965 ? En danger elle aussi, la jeune fille doit fuir sous une nouvelle identité.
    A l'Institut des parfumeurs d'Aix-en-Provence, Iris étudie l'art subtil des fragrances. Douée, passionnée, elle s'initie nuit et jour aux exigences du métier de " nez ". Lors de son apprentissage, elle rencontre Armand, issu de la prestigieuse lignée de parfumeurs Dorian. Son charme, puissant, opère sur elle immédiatement...
    Pourtant, elle n'a pas oublié les derniers mots de son père : " Pars très loin, et n'approche jamais la famille Dorian... "
    Un roman envoûtant auquel se mêlent les notes troubles d'une famille à l'histoire pleine d'ombres...

  • Une saga du terroir, au coeur de la Provence, où se mêlent intrigues familiales, luttes de pouvoir, sombres complots et histoires d'amour.0500La Provence ! Ses étendues de lavande, ses oliviers, sa guarrigue pleine du chant des cigales, son soleil éclatant et surtout ses vignes... Gabrielle rayonne d'être de nouveau à Fontvieille, au pied des Alpilles, le village de son enfance... Là où vingt ans plus tôt, son coeur est resté, là où il la ramène aujourd'hui.Cependant, le retour de Gabrielle Delmas suscite les curiosités. Pourquoi veut-elle s'installer dans cette région, où son père a trouvé la mort dans des circonstances troublantes ? Déterminée, la jeune femme ne tarde pas à acheter Lou Triadou, une terre au riche cépage qui appartenait autrefois à sa famille. Mais le pari de diriger un domaine seule est risqué alors que l'ombre du château de Montauban, reine mère sans scrupules qui n'a de cesse d'acquérir les petites exploitations et d'asseoir son pouvoir, s'avère être un adversaire de taille. D'autant qu'il n'est jamais bon de remuer un passé peu glorieux...Gabrielle ne s'attendait certes pas, en retrouvant ses racines, à déterrer la hache de guerre avec Montauban, ni faire resurgir de vieux fantômes oubliés. Comme elle n'imaginait pas non plus rencontrer l'amour au pays de ses ancêtres...0300À quarante ans, après le décès de son mari, Gabrielle Delmas décide de retrouver sa Provence natale, de quitter Lyon pour s´installer avec Tristan, son fils de douze ans, à Fontvieille. Elle espère réaliser le rêve de son père, mort trop tôt et dans des circonstances troublantes : diriger un domaine viticole. Pari difficile dans cette région de hauts vignobles où les Montauban règnent en maîtres depuis des générations. Victoire Montauban, reine mère sans scrupule qui n´a de cesse d´acquérir les petites exploitations indépendantes, s´avère être un adversaire de taille pour Gabrielle, d´autant qu´il n´est jamais bon de remuer un passé peu glorieux...Pleine de détermination, Gabrielle devient propriétaire de Lou Triadou, une terre au riche cépage ayant autrefois appartenu à son père et sur laquelle pèse une étrange malédiction... Mais pourquoi Victoire s´acharne-t-elle à récupérer ces sept malheureux hectares ? Gabrielle ne s´attendait certes pas, en renouant avec ses racines, à déterrer la hache de guerre avec Montauban. Curieusement, le sort s´acharne sur sa propriété : manque d´argent, problèmes de fournisseurs, maladie des vignes...Peu à peu, c´est à toute la belle vallée provençale, dominée par le château de Montauban que le malheur semble s´étendre. Un promoteur indélicat, bien décidé à implanter un immense complexe industriel dans la région, exacerbe les tensions et divise les villageois : faut-il favoriser l´économie ou protéger le terroir ?Prise dans la tourmente de ces événements, Gabrielle peut heureusement compter sur Selim, un séduisant vigneron avec qui elle s´associe, et sur la précieuse amitié d´Elie le maire, de Lucien le libraire et de Phonse le primeur, qui se réunissent bien volontiers au café de la place, autour d´un pastis. Cependant, en se battant pour conserver Lou Triadou, Gabrielle ne pensait pas faire surgir de vieux fantômes et mettre au jour l´assassinat de son père... comme elle n´imaginait pas redécouvrir l´amour avec Selim.

  •  0500D´Avignon aux rivages de la Riviera, cette saga palpitante retrace les destins croisés de deux familles, entre 1911 et 1948. Amour, secrets, vengeance et trahison se mêlent dans une époque pleine d´espoirs et de changements.
    De son côté, Apolline vit un mariage dénué de passion avec un aviateur anglais, cherchant à oublier Benjamin, le fils de Nathanaël, dont elle est amoureuse depuis toujours. Dépité, celui-ci se réfugie dans le travail et crée un studio de cinéma sur la Côte d´Azur. Quant à Martial, jaloux et avide de pouvoir, il se sert de chaque opportunité pour écraser tous ses proches. Emporté dans la tourmente de l´histoire, parviendra-t-il à ses fins ? L´honneur des Bastide sera-t-il sauf ?0300Amour, secrets de famille, trahison et rebondissements, ou les destins croisés de deux familles, les Bastide, des imprimeurs sur coton réputés de Provence, et les Braunstein, des banquiers juifs. Une superbe saga qui nous conduit d´Avignon aux rivages de la Riviera, entre 1911 et 1948.Les chefs de clan Virgile Bastide et Nathanaël Braunstein, tous deux veufs, se rapprochent davantage et s´associent dans les affaires lorsque Virgile perd son fils aîné des suites de la tuberculose. «Maître Bastide» reporte alors son affection sur ses autres enfants, sa fille Apolline et son fils Martial. La première s´apprête à entrer dans les ordres, le second convoite la succession de son père à la direction de la manufacture. De son côté, Nathanaël Braunstein se félicite de l´intérêt que porte son fils Samuel à ses affaires.La vocation d´Apolline chancelle lorsqu´elle croise le regard de Samuel. Mais c´est un aviateur anglais, Terence Allister, qu´elle épouse et dont elle aura une fille. Par erreur, car son irrépressible attirance pour Samuel la poursuivra toute sa vie. Dépité, Samuel se réfugie dans le travail et développe l´ambitieux projet de la Cybilline, un studio de cinéma sur la Côte d´Azur, où il rencontrera une grande actrice qu´il épousera, mais sans parvenir à oublier la jeune Apolline Bastide....Contre toute attente, Virgile Bastide convolera à nouveau en justes noces. L´élue de son coeur, Tatiana Oulianovna, est une jeune aristocrate russe de trente ans sa cadette qui a fui les atrocités de la révolution bolchevik. De cette union naîtra Alexis.Après bien des déboires sentimentaux, Martial Bastide saisira toutes les opportunités afin de détruire ceux qu´il hait, son père et toute la famille Braunstein. Il s´exilera en Italie et s´emploiera à plagier les collections de la manufacture Bastide afin de la conduire à la ruine et de prendre le contrôle de la banque Braunstein. Mais lorsque Alexis, son jeune demi-frère, prendra finalement la succession de leur père à la tête de l'entreprise familiale, Martial sera rattrapé par le passé. L´honneur des Bastide sera sauf...

  • Collector réunissant deux des plus grands succès de Françoise Bourdon, La Combe aux Oliviers et La Nuit de l'amandier, véritables odes à une Provence éternelle. La Combe aux Oliviers Une grande saga familiale traversant tout le xxe siècle à travers le destin de Lucrèce Valentin qui consacrera sa vie à la sauvegarde du domaine familial de la Combe et de ses oliviers. La Nuit de l'amandier Trois générations de femmes de la fin du xixe au xxe siècle. D'Anna - qui porte en elle l'amour de sa terre, de ses amandiers, arbres millénaires, et se lancera dans la fabrication du nougat - à Rose-Aimée puis Philippine, aux amours difficiles, elles traverseront la guerre, la solitude et les épreuves tout en gagnant, chacune, leur liberté.

  • L´histoire extraordinaire et authentique de Nanette Escartefigue, qui, auXVIIIesiècle, prit la tête des barbets, patriotes niçois insurgés contre la France révolutionnaire.
    « Elle était nue devant lui et lui tendait la main. Il ne la refusa pas.
    Nanette Escartefigue venait de recruter son premier brigand. Bientôt, elle commanderait à plus de mille garçons. Qui furent tous, au moins une fois, ses amants. » Au lendemain de la Révolution, Nanette Escartefigue est violée à plusieurs reprises et durant plusieurs jours par des clients de sa mère, lavandière. Pour échapper à ce calvaire, elle s´enfuit dans la montagne varoise où se cachent des jeunes gens, réfractaires au service militaire. Ils refusent de servir dans les guerres que conduit Bonaparte et se réfugient sur les flancs escarpés de l´Estérel et des montagnes environnantes. Pour survivre, ils rapinent, volent, violent, attaquent les convois et rançonnent les fermes. Nanette intègre leur bande et, en couchant avec chacun d´eux, parvient à devenir leur chef. Crainte des populations comme des militaires, elle n´a que trois passions : son pistolet, son poignard et un étrange garçon handicapé : Anthime.

    C´est l´aventure formidable, incroyable et historique de cette jeune rebelle qui eut plus de mille amants mais priait souvent la Bonne Mère ! Elle terrorisa la Provence plusieurs années durant. Jusqu´au jour où...

  • Fuyant chacun leur destin, un jeune homme et une jeune fille que tout oppose se rencontrent en plein coeur de la montagne de Lure, dans les Alpes-de-Haute Provence.Poursuivi par la police pour excès de vitesse, Benoît abandonne sa voiture au bord d'une route. Il se perd dans les fourrés de la montagne de Lure où il croise le chemin d'Azza, à la beauté troublante, qui veut échapper à un mariage forcé. Alors que l'hiver commence à sévir et que Benoît est dépourvu de tout, Azza, elle, a tout prévu puisqu'elle avait organisé sa fuite. Munie de provisions et de vêtements chauds, elle compte se cacher un mois durant, jusqu'au 24 décembre, date de ses dix-huit ans. Hasard, destin ? Benoît attend aussi ce jour où sa famille doit se réunir pour une histoire d'héritage...
    Parviendront-ils à résister, seuls, à l'hostilité du froid et de la neige, tout en essayant d'échapper à leurs poursuivants ? L'avocat à l'avenir brillant, mais piètre Robinson, et la belle indocile, maligne et pleine de ressources, sauront-ils surmonter leurs différences afin de laisser libre cours à leur irrésistible attirance ?

  • Au XVIIe siècle naquit en Provence le métier de glacier qui connut son apogée au XIXe siècle. Il a aujourd'hui disparu. Justin, le héros de La Bastide blanche, est l´un de ces glaciers.
    « - La glace ! la glace ! se mit-il à aboyer.
    Ses hommes l´imitèrent. Cet appel faisait toujours son effet. Les clients apparaissaient, venant de la riche rue d´Alger ou des quartiers de la ville haute avec leurs domestiques. La première vente était un plaisir que s´attribuait Justin. Ses coéquipiers le regardaient opérer, extirper la barre du lit de paille, la mesurer, la scier puis la casser à la hache d´un coup sec. » A la fin du XIXe siècle, la glace est plus précieuse que l´or... Justin est chercheur de glace. Chaque été, il risque sa vie pour livrer sa glace ; arriver avant ses concurrents, aller toujours plus vite dans les sentiers escarpés de montagne car la glace fond sous le soleil de Provence. Des sommes énormes sont en jeu. Haines attisées par la convoitise, traîtrises, meurtres même jalonnent cette histoire émaillée de coutumes provençales. Justin est né à Signes, où depuis l´aube des temps sévit une confrérie de sorcières, mais qui, pendant cinq siècles, vécut au rythme d´une des plus belles cours d´amour de France. Justin subit la dualité de son village. Partagé entre Magali, la sorcière, et Camille, la fille du terrible maître des glaces Roumisse, il ira au bout de ses passions puis choisira la rédemption.

  • En Provence méditerranéenne, Giani, exilé piémontais découvre avec passion l'univers de la chênaie mais se retrouve impliqué malgré lui, dans une sombre affaire de vengeance.0500 0300esiècle, dans les hauteurs de Saint-Tropez, au domaine de Seignerolle, les saisonniers travaillent à l´écorçage des chênes-lièges et à la fabrication de bouchons, production première des forêts des Maures.
    Marius Pellegrin et son épouse Marie dirigent la chênaie. De son Piémont natal, Giani Vieri a gardé le souvenir de sa mère, disparue mystérieusement, la nostalgie des siens et le goût du travail bien fait. A la suite de longues pérégrinations qui l´ont entraîné en Provence, Giani a trouvé du travail chez les Pellegrin. La vie rude en forêt lui convient, il se sent heureux avec ses compagnons bûcherons, écorceurs... Mais cette sérénité va être mise à mal par la révélation de drames et de sordides règlements de comptes auxquels sont liés ses patrons. Ainsi, Clémentine Pellegrin, leur fille, est convoitée par le vieux comte de Lamalgue, propriétaire d´un immense vignoble. Celui-ci l´attire dans son château de Mins de Paillas. Bien malgré lui, Giani, l´étranger, devient le témoin d´une ténébreuse histoire de vengeance, et de secrets de famille...

  • AuXVIesiècle, des religieuses trop puissantes aux yeux du clergé marseillais sont accusées de débauche. Vrai, faux ? Une histoire qui met en lumière le combat de femmes pour vivre leur religion selon leur voeu.

    «- Des usurières, des femmes habiles en droit, des dévoreuses insatiables ! Depuis des siècles, elles nous mènent la vie dure, nous spolient, nous ridiculisent, apitoient évêques et papes en invoquant le seul prétexte qu´elles sont de pauvres moniales, et qu´elles subissent toutes les injustices que le seigneur a fait naître sur cette sainte terre. Elles savent faire parler d´elle. Elles prêchent, osent distribuer les sacrements et montrer à leur façon la voie du salut. Mon pauvre Cornélius, s´il n´ y avait pas les femmes, nous aurions tout pour rien, l´existence serait sereine, mais en réalité c´est pisser chaud pour boire froid. » Au XVIe siècle, en Provence, le moine Cornélius est mandaté par l´abbaye de Saint-Victor à Marseille pour enquêter sur les religieuses du couvent de la Celle, près de Brignoles. Les plus hautes sphères du royaume et du clergé veulent fermer ce lieu réputé malsain et si peu catholique, réputé pour ses débauches...

    Enviées et jalousées car indépendantes et puissantes, les bénédictines de la Celle, toutes issues de l´aristocratie, sont accusées des plaisirs de la chair et autres vices...

    Cette mauvaise réputation remonte à Garsende de Sabran, la première abbesse, qui, au XIIIe siècle, fit du couvent une abbaye royale prestigieuse jouissant, fait exceptionnel, de la protection des papes. Un statut et une puissance intolérables pour les hommes du clergé de Saint-Victor autant que pour le pouvoir royal, Mazarin en tête, et qu´ils entendront remettre en question, par tous les moyens. Y compris la calomnie.





    .

  • Quatre romans pour raconter un siècle de l'histoire de la Provence, où l'on retrouve tout ce qui a fait la richesse de cette région.
    Les Chemins de garance 1829, dans le Comtat venaissin. La famille Vidal cultive la garance, plante qui fait la richesse

empty