• Avec ce deuxième tome, Frédéric Paulin poursuit son exploration des souterrains de la terreur, celle qui ébranlera, à l'aube du nouveau siècle, les grands vainqueurs du précédent. PRIX MOUSSA KONATÉ DU ROMAN POLICIER FRANCOPHONE 2019 SUITE DE LA GUERRE EST UNE RUSE : - PRIX DES LECTEURS QUAIS DU POLAR / 20 MINUTES 2019 - GRAND PRIX DU ROMAN NOIR FRANÇAIS 2019 AU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM POLICIER DE BEAUNE - ÉTOILE DU POLAR 2018 LE PARISIEN - PRIX MARGUERITE PUHL-DEMANGE 2018 Janvier 1996. Dans la banlieue de Roubaix, à Croix, deux malfrats tirent à l'arme automatique sur des policiers lors d'un banal contrôle routier. Riva Hocq, lieutenant au SRPJ de Lille, est sur les dents. Qui sont ces types, responsables de plusieurs braquages, qui n'hésitent pas à arroser les flics à la kalachnikov ? Quand un journaliste local, Réïf Arno, rebaptise le gang de Roubaix " les ch'tis d'Allah ", affirmant qu'ils ont fait leurs armes en ex-yougoslavie dans la fameuse Brigade Moudjahidine, la DST entre en jeu. Et c'est Laureline Fell qu'on retrouve aux manettes. Depuis la mort de Kelkal, elle continue tant bien que mal de démêler l'écheveau des réseaux islamistes en France ; ces ch'tis qui se réclament du djihad, ça l'intéresse. Sa hiérarchie, beaucoup moins, mais Fell a un atout secret : Tedj Benlazar est en poste à Sarajevo, d'où il lui fait parvenir des informations troublantes (et confidentielles) sur certains membres de la Brigade et leurs liens avec Al-Qaïda. Cette organisation et son chef, Ben Laden, ne sont encore que de vagues échos sur les radars des services secrets occidentaux, mais Benlazar a l'intuition que le chaos viendra de là-bas, des montagnes d'Afghanistan. Et si personne ne veut le croire, il est prêt à franchir quelques lignes rouges pour dessiller les yeux de ses chefs, quitte à manipuler un certain journaliste...
    De la Bosnie aux grottes de Tora Bora, de Paris à Tibhirine, de Roubaix à New-York, la violence des fous de dieu contamine les coeurs et empoisonne les esprits de ceux qui la propagent... comme de ceux qui la combattent.
    Avec ce deuxième tome, Frédéric Paulin poursuit son exploration des souterrains de la terreur, celle qui ébranlera, à l'aube du nouveau siècle, les grands vainqueurs du précédent.

  • - PRIX DES LECTEURS QUAIS DU POLAR / 20 MINUTES 2019 - GRAND PRIX DU ROMAN NOIR FRANÇAIS 2019 AU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM POLICIER DE BEAUNE - ÉTOILE DU POLAR 2018 LE PARISIEN - PRIX MARGUERITE PUHL-DEMANGE 2019 au festival LIVRE À METZ, littérature et journalisme

  • Manaus

    Dominique Forma

    D'abord, il doit passer inaperçu parmi l'escorte qui accompagne de Gaulle en Argentine. Une fois sur place, accomplir sa mission. Simplement, efficacement, sans poser de question. Trouver le contact, approcher la cible, l'éliminer. Puis, toujours invisible, retourner en France. C'est alors qu'on lui annonce que sa route passera finalement par Manaus où l'on a besoin de lui. Dans cette ville brésilienne spéculent les anciens partisans de l'Algérie française en exil, des nazis ayant fui la chute de leur monde, les chefs des cartels de drogue latinos... Là, il devra seconder un français lors de négociations troubles. Mais cet homme qu'il retrouve à Manaus n'est pas un inconnu. C'est au contraire le dérangeant témoin d'un passé qu'il aurait aimé oublier... Dans la moiteur de cette jungle amazonienne où les règles n'existent plus et où la trahison devient le mot d'ordre, Dominique Forma nous livre un roman aussi noir que cinglant.

  • UN PETIT LIVRE POUR LE GRAND CHARLES !" Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. "
    " Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré ! "
    " Je vous ai compris. "
    Chef de la France libre, fondateur de la Ve République, héraut de l'indépendance de l'Algérie, Charles de Gaulle fait désormais partie du panthéon des grands hommes qui ont fait la France. Ce Petit Livre nous fait revivre les plus grands moments de la vie du Général en plus de 70 citations expliquées !

  • Qui détient le pouvoir en Algérie ? Qu'est-ce que la « décennie noire » ? Pourquoi les Algériens se sont-ils révoltés en février 2019 ? Pourquoi l'armée a-t-elle lâché le président Bouteflika ? La jeunesse rêve-t-elle toujours de départ ? L'Algérie est-elle une alliée de la Russie ? Les Algériens détestent-ils la France ?

    Avec ses ressources naturelles importantes en gaz et en pétrole, sa jeunesse éduquée et volontaire, l'Algérie dispose de nombreux atouts. Pourtant, les Algériens se définissent comme « un peuple pauvre pour un pays riche ». L'autoritarisme du pouvoir, les freins à la création d'entreprise, le chômage, le manque de logements, l'état déplorable des infrastructures et de l'agriculture laissent le pays entravé de toutes parts, sans compter la vie quotidienne souvent compliquée. L'annonce d'un « cinquième mandat » d'Abdelaziz Bouteflika, malade et invalide, a déclenché un mouvement de contestation historique de la jeunesse algérienne. La population, entraînée massivement dans le « Hirak », réclame une transition démocratique afin que l'Algérie puisse enfin vivre son indépendance, confisquée depuis des décennies. Akram Belkaïd décrypte, en 100 questions/réponses très éclairantes, la situation politique, économique, sociétale de l'Algérie et montre pourquoi ce pays si prometteur reste enlisé dans ses multiples échecs et blocages.

  • « J'ai toujours eu peur de mon père. Je savais qu'il avait déjà tué au cours de la guerre d'Algérie. J'étais persuadé qu'il pouvait recommencer. » Thierry grandit dans l'ombre glaçante de Jim, élaborant des scénarios de fuite et se barricadant toutes les nuits dans sa chambre. Quelques années après la mort de ce père menaçant, le fils se plonge dans les photographies et les carnets où Jim ne parle que de la guerre. Il décide de partir à la recherche du fantôme, de retrouver par les mots celui qui avait été un jeune garçon à qui l'on avait appris à être un tueur. Car pour se garder de transmettre l'héritage de la violence, il faut en connaître la source.

  • Que savons-nous des Pieds-Noirs ? L'origine même de ce nom se perd dans les anecdotes et les mythes. Et pourtant, dès qu'on les évoque, les idées reçues abondent : le Pied-Noir parle fort, est raciste, colonialiste, a fait suer le burnous, vote Front national... autant de clichés qui occultent une histoire douloureuse dont le slogan « La valise ou le cercueil » résume toute la violence et les traumatismes engendrés. Loin des préjugés et des discours passionnés, cet ouvrage dresse un portrait de ces Pieds-Noirs souvent perçus comme Français... mais aussi vaguement étrangers.

  • Peut-on aujourd'hui parler de la « guerre d'Algérie » d'une façon dépassionnée ? Cinquante ans après les Accords d'Évian, les blessures sont encore vives, les débats toujours d'actualité, les clichés tenaces. L'appellation de la guerre elle-même pose question : « Révolution » ? « Libération nationale » ? « Guerre d'indépendance » ? Du long chemin menant des « événements » à la reconnaissance de la guerre, il nous reste bien des idées reçues : « La guerre aurait pu être évitée », « Ce n'était pas une guerre, mais des opérations de maintien de l'ordre », « La bataille d'Alger est le symbole de la guerre d'Algérie », « De Gaulle a donné l'indépendance à l'Algérie », « Les intellectuels français soutenaient le FLN », « Le FLN a mis en place un état autoritaire », « La violence est une permanence de l'histoire de l'Algérie »...
    Des origines du conflit à nos jours, cet ouvrage retrace les moments-clés et leur impact dans les mémoires.

  • Cet essai a paru en mars 1961, au moment le plus tragique de la guerre d'Algérie : au lendemain du référendum sur l'autodétermination, qui ouvrait la voie à une négociation sur l'indépendance, et à la veille de l'insurrection du " quarteron de généraux ", comme l'avait baptisé le général de Gaulle, décidé à mobiliser les Européens pour conserver l'Algérie française.
    Revenu d'Algérie, où il avait été professeur à Oran de 1958 à 1960, Pierre Nora avait écrit à la hâte ce petit livre, mélange qui tenait du pamphlet de citoyen en colère, du récit d'une expérience vécue et de l'analyse historienne. Il pointait pour la première fois et avec éclat les ambiguïtés d'un supernationalisme illusoire et flamboyant, dans une situation qui tenait à la fois d'une indéniable appartenance protectrice à la Métropole et d'une domination coloniale inavouée.
    Une réaction inattendue lui vint de Jacques Derrida, dont il avait été le condisciple en khâgne et qui était resté un ami. En cinquante pages manuscrites truffées de notes, celui-ci, pour l'unique fois de sa vie, prenait appui sur ce livre pour se mettre à jour avec son Algérie natale. Ce texte est pour la première fois présenté aux lecteurs, dans cette nouvelle édition des Français d'Algérie.

  • Après Appelé en Algérie, Maurice de Kervanoaël nous dessine les dernières heures de l'Algérie française dans ce roman largement autobiographique.
    18 mars 1962. Les accords d'Évian signent la fin de la guerre d'Algérie. Sur le terrain, le sous-lieutenant Philippe Marion-Lapierre apprend qu'un cessez-le-feu interviendra dès le lendemain, à midi.
    Comme la plupart des officiers français dans le djebel, il oscille entre espoir et inquiétude. L'espoir, surtout : après sept années de guerre, la paix signifie pour lui la fin de vingt-cinq mois de service militaire, le retour en métropole et ses retrouvailles avec Laure...
    Hélas ! rien ne se passe comme prévu. Après quelques jours, les premiers incidents surviennent : les accords d'Évian ne sont pas respectés. Tandis que se déchaîne la violence du terrorisme - du FLN comme de l'OAS -, le gouvernement français décide d'abandonner à leur sort les supplétifs musulmans. Pour les pieds-noirs, il ne reste désormais qu'une alternative : " la valise ou le cercueil ".
    S'il brûle de retrouver Laure, Philippe ne peut pourtant se résoudre à ces adieux brutaux au pays de son coeur et à ses habitants, notamment les harkis qui ont servi sous ses ordres, des montagnards berbères avec lesquels il a noué des relations fortes. Soutenu par sa famille en métropole, il décide alors de monter une opération de sauvetage.
    Avec ce roman, Maurice de Kervénoaël livre le récit d'une époque tragique, restée comme une tache dans l'Histoire française.

  • Goûtez à la cuisine du soleil !

    La cuisine du Maghreb, transmise oralement de génération en génération, est l'une des plus anciennes du monde. Retrouvez dans ce petit livre les fruits et les légumes, les herbes, les épices et les assaisonnements qui font sa richesse : 120 recettes de repas traditionnels, des plus célèbres aux plus modestes, pour réaliser un repas complet.
    Fermez les yeux et voyagez un peu !

    Soupe Chorba el Khodra ; dorade au four aux amandes ; kefta, dolma de légumes farcis ; tajines d'agneau aux fruits secs ; couscous de fête ; makroud (biscuit aux dattes), etc.
    De succulentes recettes pour fêter le ramadan ou à déguster toute l'année !

  • La guerre d'Algérie fait rage. À Paris, Grégoire poursuit sa première année de droit à la Sorbonne ; loin de sa famille, les riches colons Serda, il feint d'ignorer les événements tragiques qui se déroulent sur sa terre natale et qui frappent les pieds-noirs.
    Mais lorsque sa petite amie lui annonce la mort de son frère aîné, abattu par des terroristes, il est violemment ramené à la réalité. Grégoire décide donc de se rendre à la Hacienda, le domaine familial, afin d'assister aux obsèques.
    Il se retrouve alors confronté à cette famille qui lui était presque devenue étrangère et à une série d'événements tragiques, tous liés à son passé et à l'horreur qui a transformé en champ de bataille cette terre qu'il chérit tant.
    Entre drame, amour et histoires de famille, Une interminable nuit d'hiver vous plonge au coeur d'un conflit complexe, traité avec sensibilité et intelligence.

  • Comme la vie semble facile dans cette France de 1960, et comme elle est pleine de promesses pour Guy, un jeune Tourangeau qui n'a pas encore vingt ans. Il a grandi à la campagne, loin de tous les fracas. Et s'apprête à construire sa vie, aux côtés de sa fiancée. Jusqu'au jour où il apprend avec stupéfaction qu'il va devenir un tirailleur marocain. La guerre d'Algérie, dont le garçon ignore tout, est sur le point de l'embarquer. Malgré lui. Il découvrira la vie en régiment, l'incertitude des déplacements où nul n'informe les troufions de leur destination, la fatigue des exercices de nuit, plus vains que stratégiques. Puis cette terre algérienne, riche d'une histoire et d'une culture qu'il ignore absolument. La beauté de ses paysages inviolés. Le regard intimidant de ses habitants. La peur lors des opérations militaires, et face à la violence de l'OAS. Les moments de partage, aussi, avec ceux que comme lui, on nomme les "appelés du contingent"...

  • Une rencontre peut tout remettre en question. Christiane le découvre lorsque son chemin croise celui du mystérieux Georges. Intriguée et charmée par cette curieuse première entrevue, elle est rapidement convaincue qu'il s'agit là de son grand amour. Malgré la désapprobation de ses parents, elle décide de quitter son petit-ami pour vivre pleinement son histoire avec Georges.
    Entre passion et découvertes, ils apprennent tous deux à s'aimer et à s'apprivoiser l'un l'autre. Mais lorsque le jeune homme est contraint d'intégrer l'armée, c'est le premier d'une série de nombreux obstacles qui se met en travers de leur idylle. Leur amour naissant résistera-t-il à la distance ? Et si la seule alternative pour Georges était la désertion ?
    Laissez-vous captiver par cette douce romance. Vous y découvrirez que le bonheur est à portée de main pour qui sait en capter les signes !

  • Antagonismes

    Joseph Martineau

    Quatre hommes, deux temporalités, des antagonismes sans fin.

    1958

    Propulsé en Algérie pour servir la France, le lieutenant Jean, dit « le Chouan », couche ses doutes sur le papier. Loin de sa Vendée natale, il est appelé à prendre parti dans une guerre qui le dépasse.

    Aujourd'hui

    Après trois ans en conversion vers l'agriculture biologique, Mathieu se voit refuser un prêt capital par la banque. Démuni, il ignore comment sa ferme et sa famille vont rebondir après avoir essuyé cet échec. Sa conviction, pourtant, reste intacte : cette transition vers le bio est nécessaire, et même vitale.

    À l'inverse, Jacques, bien inséré dans le monde productiviste, entend ne rien modifier à sa vision de l'agriculture.

    Frank, pour sa part, découvre le milieu agricole après avoir passé deux ans en prison. Il est bien déterminé à ne pas replonger dans les petits trafics, mais son patron aigri lui mène la vie dure. La tentation est grande de céder à ses vieux instincts...

    Traversant la vie de ces hommes, des femmes de courage posent des taches de lumière dans la nuit, au coeur des drames qui s'annoncent.

    Colère, rancoeur, vengeance... une plongée champêtre qui, lentement, pourrait devenir une promenade inquiète au coeur de champs stériles. L'espoir, toutefois, luit encore doucement.

  • L'rhoula

    Ayat Monia

    Quand j'étais petite, en Algérie, dans les années cinquante, on n'avait bien sûr pas la télé. Quelques fois, lors de veillées, les enfants se retrouvaient tous ensemble, frères, soeurs, cousins, cousines, neveux et nièces devant une tante ou une grand-mère qui nous racontait des histoires pleines de monstres et de sortilèges.
    Raconter était un art qu'elles maîtrisaient parfaitement pour nous tenir en haleine et nous donner ce délicieux frisson de peur. Je ne me souviens pas de tous ces contes, mais l'un d'eux m'avait particulièrement marquée : l'histoire de l'Rhoula. Peut-être parce qu'elle m'a été racontée à un moment où l'histoire de ma famille allait basculer à tout jamais avec la guerre d'Algérie qui venait de commencer.

  • Le dernier cochon

    Yann Baroco

    L'affaire se déroule fin avril 1997 à Rennes et dans un village voisin, dans la période qui suit la dissolution de l'Assemblée nationale.

    Le baron Cochon de la Cossonnerie, dernier du nom, candidat à ces législatives anticipées, est retrouvé mort dans le manoir où il s'est retiré après sa carrière militaire. Assassinat, suicide ? Le doute est permis, surtout lorsque le ministre de la Justice, ami de la victime, estime qu'il s'agit d'une mort naturelle. L'enquête, menée par un policier à l'ancienne, à l'humour très particulier, nous entraîne dans un univers gris plein de bières et de drames. L'action se déroule, avec des retours sur les tranches de vie de personnages troubles, nostalgiques de leur jeunesse où les blessures jamais refermées se ravivent.

    Le lecteur devant la description détaillée d'une autopsie pourra se confronter à sa propre fascination pour le morbide dans le plaisir trouble et ambigu du spectacle de la dissection d'un corps humain qui pourrait être le sien ou celui d'un proche.

    Il s'agit surtout d'une satire de notre société à une époque charnière, dans un dernier sursaut du siècle finissant et des automnes de la vie d'hommes et de femmes tourmentés d'obscurs désirs passionnels. La réalité des liens entre banditisme et pouvoir est évoquée sur fond de querelle d'ego de ministres, scandales, barbouzeries et guerre des polices - mais naturellement il s'agit d'une fiction !

  • Découvrez Soldats en Algérie : le pays, les hommes, les missions, le livre de Ouest-France

  • Visage

    Jacques Poissenot

    Lors de la guerre d'Algérie, Philippe, un jeune soldat du contingent, refuse d'obéir à l'ordre d'un sous-officier, de porter atteinte à l'intimité d'une jeune Algérienne, qu'il va appeler Yasmina. Peu de temps après, elle le sauve d'une embuscade tendue par les fellaghas. Chacun va alors être obsédé par le visage de l'autre. Et tous les deux, par d'étranges circonstances, vont devenir peintres et artistes renommés. Pour Philippe ce sera la consécration avec sa participation à la Biennale de Venise.

    À Venise précisément où ils vont se retrouver.

    Mais le destin est cruel, et leurs sorts basculent tous les deux dans la tragédie.

  • Quand on est enfant, on se sépare difficilement des choses, douloureusement, mais on y arrive et puis on oublie vite.
    En tout cas, sur le moment.
    Plus tard, tout ce que nous avons perdu sur le chemin nous manque. Un grand vide, comme un trou béant comblé par un désespoir momentané et un profond regret. Et de l'amertume, de la tristesse aussi.
    C'est à tout cela qu'il songe ce matin. Il garde les yeux fermés et essaie de faire l'inventaire des débris de son enfance, de sa jeunesse qu'il a dû laisser choir sur son parcours.
    Les lettres qu'il a reçues, les preuves des amitiés solides, et les amours d'adolescence - interdites - que les missives ont secrètement entretenues. Des choses qui le lient à son passé.

  • Raïs

    Mak Bersous

    Hammou rêvait d'obtenir son diplôme de Raïs (patron côtier) pour réussir un jour à vivre aisément et fonder une famille avec l'amour de sa vie Soumaya. Mais, dès sa première sortie de pêche en tant que stagiaire, il se trouva mêlé à une affaire de trafic de drogue. Il devait donc prouver son innocence mais, ce faisant, n'a fait qu'aggraver sa situation, celle de Nabil son meilleur ami, et enchaîner les problèmes les uns après les autres.

  • Blanche Allogène

    Stéphane Rougeot

    • Bookelis
    • 18 Octobre 2018

    Émilie est aux portes de sa vie d'adulte. Son bac en poche, elle accepte à contrecoeur d'accompagner ses parents dans un voyage en Algérie qui sera aux antipodes de ce qu'elle imagine.
    Elle ne s'attend pas, en effet, à découvrir un pays, une culture et des gens qui lui apprendront plus sur elle-même que les dix-sept premières années de sa vie réunies.
    Mais elle devra être attentive pour éviter les pièges sournois qui ne manqueront pas de se dresser devant elle.

  • De retour en France, Émilie fait le point sur sa situation.
    Contrainte de précipiter un nouveau voyage en Algérie, ses mensonges passés vont refaire surface et bien lui compliquer la tâche.
    Alors que la vie semble vouloir lui sourire enfin, la jeune femme ignore qu'elle va devoir surmonter encore bien des épreuves, peut-être les pires qu'elle n'ait jamais connues.

  • Émilie se réveille après un court coma. Poursuivant son immersion et sa découverte à la fois du peuple algérien et de la religion, elle n'est plus tout à fait la même, bien que toujours fidèle à son caractère et à ses ambitions.
    Le voyage ne fait que commencer, et qui sait jusqu'où il la conduira.
    Transgressant quelques règles, la jeune femme est toujours en quête d'elle-même, fuyant la réalité à la recherche d'un idéal dont elle n'est pas certaine de l'existence.

empty