• Oedipe roi

    Sophocle

    Edition enrichie de Jean-Louis Backès comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. La ville de Thèbes est ravagée par la peste. Son souverain, OEdipe, mène l'enquête. Il découvre que l'homme qu'il a tué jadis, Laïos, était son père, et qu'il a épousé sa propre mère, Jocaste, dont il a eu quatre enfants. Elle se suicide, il se crève les yeux et s'exile. Une des plus belles tragédies de l'Histoire, modèle de l'enquête policière et de son suspens, de la peinture de la destruction de soi, et des relations troubles qui tissent les liens familiaux, grande interrogation jetée au destin, cette pièce est à l'origine de nombreuses imitations (jusqu'à Gide et Cocteau) et de nombreux commentaires (jusqu'à Freud ou Jean-Pierre Vernant). "Ô lumière c'est la dernière fois que je te vois, / je suis né de qui je ne devais pas, je suis uni / à qui je ne dois pas, j'ai tué qui je n'aurais pas dû." OEdipe roi, IIIe épisode.

  • Méfiez-vous, le Syndrome E est certainement en vous0300 Au même moment, le commissaire Franck Sharko, ancien de la Criminelle et analyste comportemental à l'OCRVP (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, Nanterre) suit un traitement par stimulations magnétiques au cerveau à cause d´une schizophrénie tenace. Il cède à l´appel du terrain à la demande de son supérieur et contre l´avis d´Eugénie, la petite fille imaginaire qui le suit depuis la mort de sa femme et de sa fille. Dans le Nord de la France, cinq corps d´hommes impossibles à identifier ont été retrouvés deux mètres sous terre. Mains coupées, dents et yeux arrachés, boîte crânienne tranchée, cerveau disparu, tous en état de décomposition avancé.
    Alors que Lucie découvre les horreurs que cache le film, un mystérieux Québécois l´informe par téléphone du lien ténu qui existe entre cette bobine et l´histoire des cinq corps. Une seule et même affaire grâce à laquelle Lucie et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier, vont se rencontrer...

    Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années 1950, les deux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu baptisé le syndrome E. Un mal d´une réalité effrayante qui révèle que nous pourrions tous être capables du pire...En Bonus dans l'édition numérique: une couverture animée ET le prologue deGataca, le prochain roman de Frank Thillez à paraître en avril 2011 !

  • Espace lointain

    Jaroslav Melnik

    • Agullo
    • 31 Août 2017

    PRIX LIBR'A' NOUS IMAGINAIRE 2017
    " ESPACE LOINTAIN : Psychose rare mais sévère provoquant des hallucinations très nettes. Phénomène d'aliénation."
    "Une dystopie qui explore la question de la liberté.Celle de voir, mais aussi celle d'échapper au monde de ceux qui voient et qui règnent sur les aveugles. Ce roman pose très efficacement la question de ce qu'est la liberté, et ce qu'est son coût." Artyom Liss, président du jury du Livre ukrainien de l'année de la BBC en 2013.
    À Mégapolis, ville-monde peuplée d'aveugles, seul " l'espace mitoyen " existe. Les habitants se déplacent grâce aux capteurs électro-acoustiques qui jalonnent l'espace, et dont ils sont dépendants. Un jour, Gabr recouvre la vue. Il découvre avec répulsion l'aspect sordide de " l'espace mitoyen " : un enchevêtrement de métal où déambulent des êtres en haillons. Terrifié par ce qu'il prend pour des hallucinations, il se rend au ministère du Contrôle où on lui diagnostique une psychose des " espaces lointains " avant de lui promettre de le guérir. Mais Gabr est saisi par le doute : et si ce qu'il percevait n'étaient pas des hallucinations, mais bien la réalité ? Sa rencontre avec Oksas, le chef d'un groupe révolutionnaire qui veut détruire Mégapolis, va confirmer les intuitions de Gabr et bouleverser sa vie.
    Tiraillé entre la violence des terroristes et celle des dirigeants - un petit groupe de voyants privilégiés -, refusant de causer la mort de milliers d'innocents, mais incapable d'accepter le mensonge du monde, Gabr devra trouver sa propre voie pour accéder aux " espaces lointains " où règnent encore la liberté, la beauté et l'infini.
    Mi-dystopie, mi-conte philosophique, ce roman interroge notre monde : la technologie nous dérobe-t-elle notre humanité ? Quel prix l'homme est-il prêt à payer pour vivre en sécurité ? Et qu'y a-t-il de plus précieux que la liberté ?
    Livre ukrainien de l'année de la BBC en 2013

  • En découvrant les journaux intimes de sa grand-mère, Anne plonge au coeur d'un mystérieux sanatorium à l'époque nazie. Un roman bouleversant où la petite histoire rejoint la grande.À la mort de sa grand-mère, Anne Südhausen hérite d'un mystérieux médaillon en argent et découvre, cachés sous le lit, une dizaine de cahiers d'écolier à la couverture noire. Un journal intime que sa grand-mère Charlotte a rédigé en 1943, lors de son séjour au Bois des Ombres.
    En lisant ces carnets, Anne découvre un pan de la vie de sa grand-mère dont elle ignorait tout. Quel était ce Bois des Ombres, cette mystérieuse clinique autrichienne, dans laquelle sa grand-mère a vécu pendant la Seconde Guerre mondiale ? Quelles expériences psychiatriques, menées par les nazis, abritait-elle ? Qui était vraiment son énigmatique directeur ?
    Alors qu'elle n'a qu'une hâte, avancer chaque jour un peu plus dans la lecture de ce journal, Anne se rend compte que deux des carnets ont disparu...
    Un roman bouleversant où présent et passé s'enlacent, et où la petite histoire rejoint la grande.

  • Comment voyons-nous ? Ce que nous voyons est-il l'exact reflet de ce que perçoit notre oeil ? Quel rôle le cerveau joue-t-il dans ce processus ? Apprend-on à voir ? Comment aider ceux qui souffrent de troubles de la vision ? Peut-on vraiment recouvrer la vue après une longue période de cécité ?

  • Maria l'aveugle vit un deuil profond. Comme un abandon. Un terrible accident, son frère et son père son morts. Sa mère aussi... Ou presque. Pendant une intervention chirurgicale, couchée sur la table, Maria vivra une expérience de lumière qui chamboulera sa vie. Depuis, Maria a pour désennuie la fréquentation quasi quotidienne du McDo d'en face où elle tente de noyer sa solitude, quand soudainement l'amour d'un certain Félix frappe à sa porte.

    Un roman percutant. Un livre d'une grande simplicité qui étonne, émerveille, nourrit et parle au coeur. Une fin pleine d'espoir, de lumière et de couleurs.

  • Il n'y a pas assez d'être née aveugle, me voilà dans le coma et enceinte !

    Conduite en urgence à l'hôpital, quelques années auparavant, alors que le personnel médical de la salle d'opérations s'affairait à la réanimer, Maria l'aveugle s'est vue allongée sur la table. Puis, une lumière intense l'enveloppa, chaude et bienfaisante. Plein de couleurs, là-dedans. Comme un don. Une destinée.

    Ici-bas, les couleurs te manquent, n'est-ce pas ma belle ?

    Hier, ou avant-hier, ou plus avant - Maria ne le sait plus - elle sautait du balcon de son appartement du cinquième étage, dans l'espoir de retrouver une deuxième fois cet au-delà plein de lumière et de couleurs où sont ceux qu'elle a aimés, où n'est pas son Félix, celui qui l'a trahie. Quel salaud!

    Ainsi, Maria l'aveugle, Maria la comateuse, voyagera. Comme un don, une destinée, un blues sans fin.

    Tu dormais, Maria ?

    Jamais plus je ne dors... je voyage, moi !

    Un roman aux allures d'un Petit prince et de sa rose qu'on ne voit bien qu'avec les yeux du coeur dans lequel l'auteur transmet un mal-être psychotique ne laissant personne indifférent.

    Un roman aux allures d'un Petit prince et de sa rose qu'on ne voit bien qu'avec les yeux du coeur dans lequel l'auteur transmet un mal d'être ne laissant personne indifférent.

  • Une jeune femme aveugle reçoit en héritage d'un oncle marin une maison isolée sur la côte en Bretagne. Quittant son confort parisien, elle décide d'aller y vivre seule, mais très tôt elle découvre que la maison est... habitée. Le feu s'allume de lui-même

  • Il y a très longtemps, un petit aveugle et son frère, tombés entre les mains du brigand Moustaphat, furent entraînés à voler dans les rues de Jéricho. Un jour, Bartimée et David se lièrent d´amitié avec un voyageur de passage qu´ils avaient pris pour cible. Lorsque le vieil homme poursuivit sa route, les enfants partirent avec lui. Séparés par accident à Jérusalem, Bartimée et David tentèrent l´impo¬s¬sible pour se retrouver, tandis que le vilain Moustaphat se lançait à leurs trousses. Une seule chose guidait leurs recherches : une étoile étrange qui brillait du côté de l´orient...

    Ce conte, inspiré de la Bible, invente une histoire à Bartimée et imagine un aspect inconnu du périple que les Rois mages ont accompli pour porter leurs offrandes à Jésus nouveau-né.

  • Andrée-Anne rêve de devenir clown. Un bon matin, elle apprend qu´on recherche une personne pour occuper un poste de clown. Elle accourt à l´audition et, à sa plus grande joie, obtient le poste. Le premier jour de son nouvel emploi lui réserve toutefois une triste surprise : il n´y a personne ! Déçue, brisée, Andrée-Anne fond en larmes : comment devenir une grande clown s´il ne vient personne ? Soudain, elle aperçoit un monsieur qui vient dans sa direction, sans se presser. Ce sera son premier client...

  • Devenu aveugle à la suite de l'explosion d'une grenade dans son Liban natal alors qu'il est adolescent, John Asfour arrive au Canada fort des mots de James Joyce : «Quant aux yeux, ils n'apportent rien. J'ai des mondes par centaines à créer et je suis sur le point de n'en perdre qu'un.» Ce livre cherche à faire comprendre comment un handicap influe sur la vie et l'esprit de qui en est atteint. Dans une suite de poèmes parcourue d'une même thématique, l'auteur se sert de la métaphore du bandeau pour dévoiler à ceux qui voient, mais demeurent aveuglés, des sentiments complexes faits d'étrangeté, d'émotions et de pressions exercées par la société. Ces textes racontent la perte, l'abandon, l'aliénation vécus non seulement par les handicapés mais par tous les «hors-normes» de ce monde.

empty