• Georges Duroy, dit Bel-Ami, est un jeune homme au physique avantageux. Le hasard d'une rencontre le met sur la voie de l'ascension sociale. Malgré sa vulgarité et son ignorance, cet arriviste parvient au sommet par l'intermédiaire de ses maîtresses et du journalisme. Cinq héroïnes vont tour à tour l'initier aux mystères du métier, aux secrets de la mondanité et lui assurer la réussite qu'il espère. Dans cette société parisienne en pleine expansion capitaliste et coloniale, que Maupassant dénonce avec force parce qu'il la connaît bien, les femmes éduquent, conseillent, oeuvrent dans l'ombre. La presse, la politique, la finance s'entremêlent. Mais derrière les combines politiques et financières, l'érotisme intéressé, la mort est là qui veille, et avec elle, l'angoisse que chacun porte au fond de lui-même.

  • Romains depuis plusieurs générations, les Zevi comptent parmi leurs ancêtres penseurs, avocats, scientifiques et même un rabbin! Seule fausse note dans ce concert de bienséance, Matteo, incorrigible hâbleur. Dans les années 1990, il s'est rué avec légèreté dans deux mariages successifs et une accumulation inconsidérée de dettes. Ne parvenant pas à les rembourser, il a quitté l'Italie pour Los Angeles. Seize ans plus tard, le voici de retour à Rome. Ses deux enfants l'attendent sans l'attendre, tandis que Federica, son ex-femme, essaye de recoller les morceaux en éternelle Pénélope. Le revenant, résolu à dévorer la vie par les deux bouts, se jette sans retenue dans les retrouvailles avec la Ville éternelle, qui plus que jamais conjugue beauté et délabrement. Et la vie reprend son cours léger et futile, jusqu'à l'inévitable collision avec l'Histoire.

  • Préface de Roger Martin
    Philippe Cayrol, jeune aventurier républicain, sans fortune mais plein d'audace, a soustrait Blanche de Cazalis aux griffes de son oncle, richissime et tout-puissant député royaliste de Marseille.
    Son frère Marius, intègre et pugnace, va tout faire pour pro- téger les deux amants de la colère de Cazalis - ainsi que leur enfant à naître. Et, bientôt, pour organiser l'évasion de Philippe, qui encourt la peine de mort...
    Scandales, enlèvements, trahisons, affaires louches, meurtres en cascade, rebondissements en tous genres... Ce "roman historique contemporain", paru en feuilleton dans Le Messager de Provence, s'inscrit dans la lignée des Mystères de Paris d'Eugène Sue.
    Les barricades de 1848 et l'épidémie de choléra servent de décor historique à ce roman qui entraîne le lecteur des bas- fonds de la ville jusqu'aux collines de la Provence chère au jeune Zola.

  • Années trente. De graves événements secouent le monde: crise économique, montée de la violence... Pourtant, la vie se déroule encore paisiblement dans une famille de la bourgeoisie romaine. Lorsqu'une petite fille naît, en 1931, elle est escortée par les siens à la basilique Saint-Pierre pour y être baptisée. Dans le bel appartement où on la ramène, tout est serein et le restera encore pendant quelques années. La gouvernante accompagne les enfants à la Villa Borghese, la cuisinière Italia prépare des tartes aux fruits, et les voisins échangent des politesses. Pourtant lorsque la fillette rentre à l'école primaire, en 1938, quelques événements fissurent son univers si lisse. Le petit Giorgio Levi est interdit d'ascenseur et le Dr Luzzatti, d'auscultation. Tandis que la gentille voisine de palier, madame Della Seta, se terre dans son appartement silencieux...

  • «Monique no sentía ninguna vergüenza, ningún remordimiento. Aquella compañía de una hora no le había prometido nada. No mentía.» Monique Lerbier es una chica de bien, pronto se casará con el hombre que ama pero una noche lo sorprende en compañía de otra mujer. Humillada, se venga con el primero que pasa y decide así tomar las riendas de su destino y de su vida. Inicia su recorrido para emanciparse a través de múltiples experiencias amorosas y del tranquilizador olvido de las drogas. La novela, escrita en 1922, tiene el mérito de haber fijado la mítica figura de la garçonne convirtiéndose en el gran best-seller de los locos años veinte. La Garçonne vendió en Francia más de 750.000 ejemplares e inspiró cuatro películas, una de las cuales supuso el debut cinematográfico de Édith Piaf. SOBRE EL AUTOR Victor Margueritte nace en 1866 en Argelia. Después de realizar una corta pero reconocida carrera militar, llega a convertirse en uno de los escritores franceses más importante de principios del siglo XX. Sus comienzos literarios se centraron en la poesía y en la traducción de obras de Calderón de la Barca. En 1922 publica la novela que se convertirá en su gran éxito, La garçonne. El precio a pagar por la libertad de expresión fue el de una crítica imparable, la censura de la obra e incluso la retirada de la Legión de Honor. Finalmente, condenado al ostracismo intelectual, se retiró a vivir junto al mar hasta 1942, año de su fallecimiento. EXTRACTO Monique Lerbier hizo sonar la campanilla. -Mariette -dijo a la doncella -,mi abrigo... -¿Cuál, señorita? -El azul. Y el sombrero nuevo. -¿Se los llevo a la señorita? -No, déjelos en mi habitación... Una vez sola, Monique suspiró. ¡Ese rastrillo benéfico era un engorro, menos mal que se encontraría allí con Lucien! Se estaba tan a gusto en el saloncito... Recostó la cabeza en los cojines del sofá y se sumergió de nuevo en sus ensoñaciones.

  • « Faut-il que le poids de la grandeur portugaise déchue soit encore assez fort pour qu'un jeune écrivain éprouve le besoin de s'en débarrasser par une aussi violente dérision. » Dominique Fernandez, Le Nouvel Observateur « Les images fusent, retombent, les phrases s'allongent démesurément avec la méticuleuse précision que donne la nostalgie, des éclats d'histoire vous assaillent, mêlés à la hantise de la vieillesse et de la solitude. Il y a ceux que Lobo Antunes agacent, ceux qui l'admirent. Nul doute qu'il est un vrai écrivain. » Nicole Zand, Le Monde

  • À elle seule, la vicomtesse de Beauséant incarne l'élégance, la beauté et le goût parisien. Pourtant, par amour pour un marquis qui l'a abandonnée, elle sacrifie son confort et sa vie brillante, car, humiliée, elle est contrainte de se retirer à la campagne. Elle va y faire la rencontre du jeune Gaston de Nueil, qui tombe immédiatement sous son charme...


    Illustration de couverture : À la campagne , Alfred Stevens (1823-1906) © Artothek - Christie's / LA COLLECTION

  • Pièce rapportée

    Hélène Lenoir

    • Minuit
    • 23 Août 2011

    'Quand elle apprend que Claire, sa fille de vingt-quatre ans, vient d´être transportée sans connaissance à l´hôpital Beaujon après avoir été fauchée sur son vélo par un motard qui a pris la fuite, Elvire saute dans le premier train pour Paris et pressent très vite que cet accident va l´ébranler.
    À mesure que se reconstitue le patchwork de sa vie, Elvire s´éloigne peu à peu de sa famille pour qui elle n´a finalement jamais été qu´une pièce rapportée.

  • Alors que la France est en deuil national, en mars 1885, et pleure la disparition de Victor Hugo, Paris est agité de l'une des plus bruyantes et des plus immenses cérémonies de la fin du siècle. Un seul fait entendre une voix discordante dans le concert de pleurs et des regrets louangeux que la presse entonne: Paul Lafargue, cet écrivain inclassable à qui l'on doit Le Droit à la paresse, s'attaque ainsi à la légende nationale que lui fabrique toute la presse. Alors que nous nous apprêtons à célébrer de nouveau le « géant politique », il est encore temps de ne pas succomber à l'hugolâtrie, très répandue.

  • Les Enfants gâtés

    Clemence Cartier

    Alix et Paul forment un couple éblouissant : ils sont beaux et brillants. Ils sont cultivés, appréciés, entourés. Ils ont deux enfants, sont mariés depuis quinze ans. Ils renvoient l'image parfaite de la réussite sociale, familiale, professionnelle, celle que la société des années 2010 a construite, et imposée.

    Ce sont les icônes adulées de cette élite qui gouverne la bonne société parisienne, celle de l'argent, de l'entregent, des parties de tennis et des dîners mondains. Ils se fondent merveilleusement dans ce monde. Mais n'y trouvent pas leur compte.

    Sous le vernis éblouissant et intact : leur incapacité au bonheur, leur insatisfaction permanente, leurs égoïsmes, leurs silences, leurs malentendus. Les enfants gâtés retranscrit la trajectoire de l'amour conjugal, c'est-à-dire du quotidien qui prend le relais de la passion, de l'incompréhension qui émerge, de l'amour qui s'essouffle, de la confusion des sentiments qui affleure en même temps qu'il décrit un milieu, celui de la Nouvelle Bourgeoisie, son autosatisfaction, ses petites lâchetés, ses vanités, ses mesquineries. 

    Dans un milieu qui fait la part belle au succès, au bonheur et à la fortune, que risque-t-on à remettre en question la parfaite construction sociale que l'on a fabriquée ? Que risque-t-on à ne pas le faire ?

  • Comment le modeste gardien d'un square populaire peut-il se trouver happé par un drame bourgeois des beaux quartiers parisiens ? L'enchaînement de faits et de rencontres, dicté par un destin malin et parfois facétieux, finalement impitoyable, fait de ce gardien-narrateur un spectateur puis un acteur de cette moderne tragédie familiale, dominée par une figure de femme possessive et destructrice, emportée par des passions extrêmes.
    Les personnages imaginaires sont côtoyés, bousculés, par les personnages issus d'une réalité vécue. Le roman replace au coeur du drame un enfant malmené par la folie des adultes. Il y croise son double, son frère, son opposé, né sous une autre étoile.
    Le livre est le fruit d'un cheminement, un hommage à l'enfant perdu.

  • Ah ! qu'ils l'ont attendu, les enfants du clan Pasquier, cet âge adulte qui se profile devant eux ! Ils rêvent de pouvoir s'émanciper de ce père irresponsable et fantasque qui a gâché leur enfance, meurtri leur adolescence et réduit la vie de leur mère, la brave Lucie, à un douloureux enfer domestique.
    Les voici donc, aux premières années du jeune XXe siècle, dont ils attendent le meilleur sans présager le pire. Pour Joseph, l'affaire est entendue et ses premiers millions gagnés ont fait de lui un homme cynique et retors. Pour Laurent, l'espoir de voir la Science rendre le monde meilleur l'empêche de chercher pour lui-même les réconforts de l'amour. Pour Cécile, la pianiste surdouée, la gloire est à portée de main quand l'Amérique commence de lui faire les yeux doux ; pour Suzanne, l'apprentissage du théâtre se fait sous la houlette de la glorieuse Sarah Bernhardt ; et pour Ferdinand, la médiocrité semble déjà régir une existence sans passion ni volonté...

    Les trois volumes réunis dans ce livre ? La Nuit de la Saint-Jean, Le Désert de Bièvres et Les Maîtres ? nous font plonger au coeur des aventures du clan Pasquier, qui s'apprête à affronter le monde des adultes. Avec plus d'espoir et d'appétit que de lucidité.

  • 1889, le vieux monde vole en éclats sous la pression du progrès. Dans ce chaos, un couple de Parisiens, apparemment comme les autres, voit ses cinq enfants croquer à belles dents une jeunesse dont ils espèrent mille promesses. Le père, Raymond Pasquier, est un touche-à-tout volage ; sa femme, Lucie, peine à empêcher la barque familiale de chavirer. Puis viennent les enfants : Joseph, tôt dévoré par son goût pour l'argent ; Laurent, le narrateur, épris des idéaux de la littérature et de la Science ; Cécile, qu'un amour sans limite pour la musique enchaîne à son piano ; Suzanne, rêvant de gloire sur les planches des théâtres et Ferdinand, le vilain petit canard, qui se prépare une vie de médiocrité. C'est le passage de l'enfance à l'âge adulte d'êtres fervents et déchirés que nous racontent, avec brio, ces trois premiers volumes de la saga du Clan Pasquier : Le Notaire du Havre, Le Jardin des bêtes sauvages, Vue de la Terre promise. Une épopée pour tenter de s'élever aux plus hauts sommets.

    En couverture : Photomontage d'après des photos © Corbis / : Image Source ; H. Armstrong Roberts ; C3625 Heiko Wolfraum / dpa ; Vstock LLC / Tetra Images

  • Timothée et Vincent sont deux amis d'enfance presque trentenaires. Alors qu'ils ont en apparence tout pour être heureux, ils ont la constante sensation de passer à côté de leur vie. Cette vie dont ils rêvent, mais qu'ils ne pourront jamais avoir, prisonniers de la cage dorée choisie par leurs parents.
    Un jour, ils retrouvent par hasard Mathias, le dernier membre de leur trio. Ces retrouvailles, ainsi que de nouvelles rencontres, vont bouleverser l'existence de Timothée et Vincent et ébranler leurs certitudes.
    Commence alors pour eux un véritable chemin de croix aux allures de rédemption, au cours duquel ils s'attaquent à la haute société qu'ils abhorrent tant. Optant pour l'insoumission, ils se recentrent sur l'essentiel : le travail, la spiritualité, la terre, la compassion, l'art et l'amour.
    Découvrez un récit initiatique moderne où poursuite des idéaux et quête de sens sont les sources d'une beauté libératrice.
    Parce qu'en France, aimer la vie, c'est un destin.

  • La jeune Marine, modèle nu, est recrutée par Maud, riche galeriste de l'avenue Montaigne. " Vous serez mon assistante, mais j'exige de vous une disponibilité totale... et
    complète ". Comment cette " disponibilité " va faire de Marine le jouet érotique de la jet set, vous le découvrirez avec autant de surprises qu'elle, dans ce roman sulfureux inspiré d'un fait divers. Devenue une des gloires d'Ibiza, d'orgies en escapades coquines sur des yachts princiers, en compagnie d'Arielle, Maud et quelques autres, Marine, avec son carnet d'adresses bien fourni, se sent prête pour de nouvelles aventures, si possible très " chaudes ". Qui sait, vous les lirez peut-être un jour ?

  • Big Pépère Nouv.

    Il prend toute la place
    Il fait ce qu'il sait faire
    Comme si la plante pouvait pousser
    d'un seul coup
    Comme si le puzzle se faisait en une heure
    Il occupe chaque coin, chaque recoin
    Toute l'aire du bar à la mode
    Toute la déception du salon rectiligne
    Rien ne lui résiste
    Rien

  • Inédit jusquà ce jour, ce Journal intime apporte un éclairage neuf sur la bourgeoisie québécoise de la fin du XIXe siècle. Ce nest pas un livre dhistoire, mais le témoignage dune femme cultivée, franche et déterminée, qui na pas peur de ses idées et qui jette un regard lucide sur les personnalités politiques quelle côtoie et la vie socio-culturelle de son époque.

    Ce Journal intime débute en 1879, Joséphine vient davoir dix-sept ans. Cest une jeune fille rêveuse qui lit les grands Romantiques, sintéresse au théâtre et sinterroge sur lamour et les sentiments. Quand elle le termine en 1900, elle est âgée de trente-huit ans. Ce document retrace à la fois le parcours dune femme vers la maturité et brosse le tableau dune époque presque oubliée.

    À cette époque, la bourgeoisie nest plus royaliste ni vieille France : elle souvre aux valeurs et aux idées libérales. Pour elle, lÉglise existe à peine, derrière un clergé mal formé et une population aigrie un temps seulement par sa tentative de rébellion et par la pendaison de Riel. Nos intellectuels lisent Lamennais, Chateaubriand, Eugène Sue et le Journal des Débats. Ils suivent avec passion lopéra et le théâtre classique ou romantique. Leurs yeux sont tournés vers Londres doù viennent les décisions majeures, et vers Paris dont ils admirent le Second Empire. Joséphine Marchand, fille dun premier ministre et épouse dun sénateur, est la conscience aiguë du Québec de ce temps

  • Memling (Hans Memling) (Seligenstadt, 1433 - Bruges, 1494)
    On sait très peu de choses sur la vie de Memling. On suppose qu'il était d'ascendance allemande et né à Mayence. Mais il est établi qu'il peignit à Bruges, partageant avec les van Eyck, qui avaient aussi oeuvré dans cette ville, l'honneur de compter parmi les artistes majeurs de l' «Ecole de Bruges ». Il perpétua leur méthode de peinture, lui ajoutant une touche de bon sentiment.
    Avec lui, comme avec eux, l'art flamand, nourri d'idéaux locaux, atteignit sa plus parfaite expression.

  • Une sorte de « Lettre au père » originale où l'auteur évoque les figures paternelles de substitution qu'il s'est choisies et retrouve l'irremplaçable qui l'a marqué, bien qu'il lui ait fait cruellement défaut au quotidien. Est-ce parce que ce drôle de père a su être présent dans les moments décisifs ? Michel Contat se veut lucide sur leur petite histoire au sein de la grande Histoire dans un pays, la Suisse, qui semble vivre à l'écart. Tenant la part égale entre l'humour et la tendresse, le texte offre une évocation de ce personnage hautement romanesque.

  • La chambre verte

    Martine Desjardins

    • Alto
    • 22 Mars 2016

    Toute maison a ses secrets, mais aucune ne les protège plus jalousement que l'auguste demeure de la famille Delorme. Avec ses soixante-sept serrures et sa chambre forte où gisent les restes momifiés d'une femme serrant une brique entre ses dents, cette véritable banque privée a toujours tenu à l'abri des regards indiscrets son lot de biens mal acquis, de vices cachés, de rites cruels et de substances illicites. Jusqu'au jour où elle ouvre sa porte à Penny Sterling, une jeune intrigante dont les ressources n'ont d'égal que la curiosité... Saga familiale joyeusement gothique où les vieilles filles se soûlent à l'extrait de vanille, les orphelins cherchent à venger leur héritage volé et les maisons assouvissent leurs pulsions meurtrières, La chambre verte illustre, avec un humour vif et caustique, la fatalité des fortunes bourgeoises : la première génération amasse le capital, la deuxième le fait fructifier, tandis que la troisième dilapide le patrimoine jusqu'au dernier sou.

  • Jeune, riche, beau, intelligent, le narrateur de cette histoire aurait tout pour être heureux s'il n'était sans arrêt déstabilisé par les choix de vie des autres. Cobaye des idéologies contemporaines, il passe d'une posture à l'autre, partagé entre l'ironie et le désir d'engagement. Malmené par ses partenaires féminines - Gloria, une militante de Greenpeace qui pratique généreusement le don de soi, Candice, une aventurière du sexe virtuel qui l'oblige à des expériences éprouvantes -, il est écrasé par la libido de son père, un avocat d'affaires qui ose refaire sa vie avec une fille de vingt ans...
    Son désir de militer en politique se manifeste surtout par des parties de paintball israélo-palestinien dans un appartement bourgeois, avant de déboucher sur des enquêtes bidon auprès d'étudiants d'extrême gauche avec une carte de presse falsifiée, et sur la rencontre avec un gourou écologiste qui prône la stérilisation volontaire.
    Roman d'initiation loufoque, Le Parti de la jeunesse dénonce avec un humour féroce les impostures d'aujourd'hui.

  • Alors que Marie et Fabien arrivent à Boston, après avoir transité quelques semaines par l'île de Saint-Domingue, ils font la connaissance d'un groupe de Canadiens qui, habités par un rêve de liberté, ont quitté leurs paroisses pour combattre au côté de Georges Washington. Puis, le couple finit par rejoindre le marquis de La Fayette juste à temps d'ailleurs pour assister à la fameuse bataille de Georgetown, qui scelle l'indépendance des États-Unis. Une fois Fabien remis de ses blessures, il ne leur reste qu'à partir vers le nord, vers cette fameuse et mythique Acadie.

    Or, quand le couple est fait prisonniers par les Iroquois, Fabien est forcé d'épouser la fille d'une des chefs de clans. Mais après maintes péripéties, les deux amoureux s'échappent et réussissent enfin à se rendre à Montréal, où ils rencontrent de nombreux Acadiens toujours en fuite. Le Canada deviendra-t-il leur véritable patrie?

  • En 1773, un groupe d'Acadiens s'installent en France après avoir été chassés de leurs terres par les conquérants anglais. Résidant dans l'un de ces villages créés à cette occasion dans la région du Poitou, les jeunes Fabien et Marie sont remarqués par le

empty