• « Le pyjama est un étrange habit de travail », nous dit Dany Laferrière qui, après trente ans de publications, décide de parler à ses lecteurs. Suite de scènes où réflexions, récits, méditations s'entremêlent avec cette désinvolture qui caractérise son style. Voici les « conseils à un jeune écrivain » d'un auteur pour qui la vie est une aventure exaltante qui se conjugue entre lire et écrire. De « Comment débuter une histoire » à « La description d'un paysage » en passant par « La mémoire de l'enfance », sans oublier « Le fouet de Truman Capote », l'expérience et l'humour de l'auteur du Goût des jeunes filles, qui n'en a pas moins pour les bons livres.

  • « Cette oeuvre déborde de beauté et de noire vérité. » Patti Smith

    « Lorsque vous aurez commencé à lire César Aira, vous ne pourrez plus vous arrêter. » Roberto Bolaño

    « Le Congrès de littérature est servi par une écriture limpide et imaginative, il captive par cette sorte de clairvoyance hallucinée qui inonde de poésie les dernières pages. [...] Un divertimento très sérieux, parce qu'il fait germer la littérature. » Ernesto Calabuig, El Cultural

    « César Aira est un des romanciers les plus provocateurs et idiosyncrasiques de la littérature hispanophone. À ne pas manquer. » Natasha Wimmer, The New York Times


    Traduit de l'espagnol (Argentine) par Marta Martinez-Valls

    Illustration de couverture : Goya, titre à préciser

    ISBN : 978-2-267-02960-4

  • Depuis des millénaires, nos rapports au monde et aux autres sont déterminés par les histoires que nous échangeons, celles que nous nous transmettons d'une génération à l'autre, celles que nous oublions, refoulons ou nions, celles qui se font à l'instant même.

    L'écriture travaille à rétablir les liens qui nous lient au vivant; à la fois, aux êtres et à la terre, au territoire. Ce faisant, il se produit des choses étonnantes, des clartés et des ouvertures qui nous tirent vers le monde et nous y incluent, qui nous mettent au monde - à condition d'être attentif.

  • Le langage est le miroir de l'homme. Cette affirmation est acceptée par la plupart, sans contestation. Pourtant, elle prête à interprétation selon la définition donnée au mot « langage ». Réduit-on le mot « langage » à un système de communication ? Si oui, le langage n'est pas le miroir de l'homme, mais celui des animaux en général qui, tous, ont développé des modes de communication leur permettant d'entrer en relation tant avec leurs congénères qu'avec leur environnement. Pour que le langage soit l'expression de l'homme en tant qu'homme, il doit devenir un lieu de manifestation et donc, de création. Cette appropriation du langage comme lieu épiphanique exige, elle également, apprentissage et enseignement. Or, l'école actuelle, à com-mencer par l'université, refuse d'accorder de la place à un tel apprentissage. Pourquoi ? Y aurait-il moyen de redresser la situation ? C'est à ces questions que répond le présent essai.

  • C'est suite à un séminaire en création littéraire sur l'écriture, la suspicion et la fiction que Cassie Bérard, professeure en études littéraires, a eu envie de partager les textes des étudiant.e.s à la maîtrise et au doctorat qui y ont participé. Les fictions qui ont été écrites dans ce contexte ont donné lieu à un imaginaire propre, celui de l'inquiétude. La qualité des voix qui se révèlent ici, dans certains cas pour une première publication, démontre que la chimie qui a opéré au cours de ce séminaire était véritablement hors normes, et laisse présager l'émergence de nouveaux talents à suivre de près.
    Avec des textes de :
    Cassie Bérard (directrice), Jennyfer Chapdelaine, Marie-Ève Fortin-Laferrière, Alizée Goulet, Marie-Pier Lafontaine, Jean-Philippe Lamarche, Catherine Anne Laranjo, Julie Roy, Joëlle Turcotte et Élise Warren.

  • Le dossier thématique de ce numéro d'automne réactualise le célèbre mythe de l'Utopie. Mais les lendemains ne chantent pas toujours dans les nouvelles de ce dossier. Vous découvrirez quels sont les rêves collectifs de nos contemporains à la lecture des textes de Jean-Paul Beaumier, David Clerson, David Dorais, Louis-Philippe Hébert, Jean-Sébastien Lemieux, Kiev Renaud, Jérôme Tousignant et Nicolas Tremblay. Hors dossier, Marius Mars (alter ego de J.P. April) publie en miroir deux textes de science-fiction satirique et outrancière, les traductrices Lori Saint-Martin et Flavia García nous font découvrir l'auteur argentin Diego Creimer et l'histoire de la nouvelle hispano-américaine nous est présentée par Claudine Potvin.

  • Pour la nouvelle contemporaine, les espaces intermédiaires sont des lieux de prédilection, provoquant une tension entre le départ et l'arrivée, entre le familier et l'étranger. Le thème « Jardin » de ce numéro actualise cette situation que préconise la prose narrative brève. Qu'il soit chaos ou désordre, fleuri ou jauni, concret ou symbolique, le jardin est ici l'espace multiple de toutes les projections où germinent les désirs, les émotions et les métaphores. Il représente l'entrée dans un paradis redécouvert ou la sortie dans un enfer et prépare ainsi une chute positive ou négative. Mais, au final, dans ce numéro à l'odeur de rose et de lavande, les douze nouvelliers sont tous jardiniers. Avec les contributions de Hugues Corriveau, Jean-Simon Desrochers, Fannie Langlois et Audrée Wilhelmy, entre autres.

  • Pour entamer l'année 2016, XYZ nous offre les meilleurs fruits de sa cueillette de nouvelles des derniers mois. Hormis certains auteurs habituels comme le minimaliste Luc LaRochelle, la spirituelle Sylvie Gendron ou l'imprévisible Jean-Pierre April, nous découvrirons deux nouvelles plumes : celle de Françoise P. Cloutier qui nous raconte une histoire d'amour aux accents policiers, mélangeant les thèmes de l'immigration et du spiritisme, et celle de Fabien Quérault, qui nous décrit, par le biais d'un narrateur reporter, les dures conditions de travail dans usine de Foshan, en Chine. Du côté de la critique, Gaëtan Brulotte jette un regard rétrospectif sur les deux recueils de Normand de Bellefeuille, Ce que disait Alice et Votre appel est important, à considérer comme de jeunes classiques de notre littérature.

  • Vous cherchez une lecture d'été pour vos vacances? C'est facile. Mettez le numéro 126 de la revue XYZ, « Nouvelles d'une plage », dans votre sac de tissu, avec l'huile solaire et le maillot de bain. Onze nouvelles vous raconteront la plage, le soleil, la mer, ses rivages, la faune des baigneurs... Pendant que tout autour piailleront les enfants qui s'éclaboussent, que les corps rôtiront comme des poulets sur la broche, que coulera la sangria, vous vous isolerez sous le parasol, à l'ombre, en compagnie de nos nouvelliers. Vous constaterez avec que la mer est le miroir de nos âmes et qu'elle est le réservoir de notre inconscient. La section « Thème libre » nous fait découvrir Roxanne Lajoie, une nouvelle auteure qui pratique une écriture minimaliste très évocatrice, ainsi que des textes de Jean-Pierre April et Nicolas Tremblay.

  • Comme à l'habitude, ce volume d'automne propose des entrevues avec les récipiendaires du prix Cécile-Gagnon, récompensant annuellement la relève en littérature pour la jeunesse : découvrez ainsi le roman Planète Lili et l'album Elliot à travers les mots de leurs auteures Nicole Moreau et Julie Pearson. Manon Gauthier, illustratrice d'Elliot, fait également l'objet d'une entrevue, tout comme Elaine Turgeon, directrice de la collection d'albums « Motif(s) » publiée chez Druide. La publication se penche également sur une tendance récente et enthousiasmante : celle des albums biographiques destinés spécifiquement au public jeunesse, tel Le Grand Antonio d'Élise Gravel. À découvrir également : une exploration du personnage mythique de la sorcière, l'exposition de certaines initiatives des bibliothèques municipales de Montréal, un portrait de Zunik, attachant personnage de l'auteur Bertrand Gauthier, ainsi que le deuxième prix du concours littéraire 2015 de Lurelu, un conte signé Hélène Leboeuf et intitulé Le mystérieux colis. De nombreuses critiques variées complètent le numéro.

  • Historiquement, la ponctuation sépare tout d'abord les mots. Elle permet aux copistes d'être fidèles aux textes et aux lecteurs à voix haute de pouvoir respirer. Puis l'imprimerie lui confère une fonction de régulation du langage, régulation que les écrivains rebelles remettent parfois en question selon les modes du moment. Cet automne, XYZ, la revue de la nouvelle, fait de la ponctuation son thème central. « Si la nouvelle tend vers la brièveté, sans toujours l'atteindre, la ponctuation, elle, émane du point sans pouvoir s'y limiter » : écrit Jean-Sébastien Lemieux dans sa présentation du numéro. Les nouvelles qui le composent n'expérimentent pas forcément avec la ponctuation en tant que telle, mais elles en tirent toutefois un certain principe : celui de l'autoréflexion sur la littérature elle-même, la fiction venant remettre en question les pouvoirs du langage. La revue propose onze textes courts signés Sophie Prévost, Thomas Mainguy ou Julius Nicoladec, ainsi que le lauréat du concours de nouvelles XYZ, L'Épouvantail de David Bélanger, et trois comptes-rendus d'ouvrages théoriques ou de recueils divers.

  • L'univers enchanteur des contes de fées et le monde souvent réaliste de la nouvelle s'apparentent tous les deux à la forme brève. Que peut bien produire la rencontre de ces deux univers? Comment peuvent-ils s'allier? C'est ce que vous découvrirez dans le plus récent numéro de la revue XYZ, auquel collaborent notamment Annie Perrault (L'occupation des jours) et Catherine Leroux (Madame Victoria). De belles trouvailles à lire aussi dans la section « Thème libre » : Simon Brousseau, Pascale Des Rosiers, Jean-Pierre Vidal et Régis Normandeau vous racontent la culpabilité, la maladie, l'émoi esthétique et le plagiat. Dans la section « Hors-frontières » est publiée une traduction d'une nouvelle de Daniel Rosenblum, auteur étasunien féru d'études japonaises. Le personnage principal vaut à lui seul le détour : une podiatre est habitée dans ses rêves par l'image persistante d'un pied solitaire. Aussi, une critique des deux récents recueils de nouvelles de Daniel Castillo Durante et le lancement du 28e concours de nouvelles.

  • « Sel », « cheveux la critique » : en couverture du numéro 152 de Moebius s'affiche un titre des plus énigmatiques, et un graphisme qui l'est tout autant. Le double thème de la critique qui « vit, frise contamine; on la coupe, on l'épouille, mais elle marque » et des pouvoirs de la typographie (« que devient sel lorsqu'inséré entre guillemets? ») est tiré d'un vers de Roger Des Roches. Plus concrètement, quatre sections - fiction, poésie, les yeux fertiles et lettre à un écrivain - forment la structure de ce numéro d'hiver. Elles nous sont présentées dans le désordre, favorisant la surprise et la découverte au travers des textes de 13 auteurs. En conclusion, à Jean-Philippe Baril Guérard la mission d'écrire une lettre à Michel Houellebecq, « le porte-étendard du cynisme, l'über Chevalier des Ténèbres, le quintessentiel trou noir aspirant l'espoir et l'innocence de toute la France, voire du monde, mais je ne suis pas d'accord ». Comme le disait éloquemment l'introduction, « certaines oeuvres commencent « contre » ».

  • Au sommaire du numéro printemps-été de Lurelu, le second volet d'un dossier « Filles et garçons : égaux ou pas ? ». Et une flopée d'entrevues avec des éditeurs, illustrateurs ou auteurs pour la jeunesse. En commençant par celle d'Annie Bacon, auteure primée et blogueuse. Un entretien avec Maxime Mongeon, éditeur jeunesse chez Leméac. Des entrevues avec Jonathan Bécotte et Frédérick Wolfe, lauréats 2017 du Cécile-Gagnon, le prix de la relève en littérature pour la jeunesse. On souligne le « passage de flambeau » aux Débrouillards, par une entrevue croisée avec Félix Maltais, fondateur du mouvement scientifique du même nom, et Isabelle Vaillancourt, la nouvelle et branchée rédactrice en chef du magazine. Côté visuel, les nouvelles gagnantes du concours littéraire Lurelu sont illustrées par la talentueuse Caroline Merola, qui fera bientôt l'objet d'une vidéo sur la plate-forme de la Fabrique culturelle - où l'on peut déjà faire la connaissance de plusieurs illustrateurs jeunesse tels Jacques Goldstyn, Guillaume Perreault, Élise Gravel ou Isabelle Arsenault.

  • Le cent-cinquante-cinquième numéro de la revue Les écrits vous propose un parcours varié, alliant récits, poésie et réflexions littéraires. Lisez d'abord le second texte de l'écrivaine en résidence Evelyne de la Chenelière où il est question d'écouter des films vieux et français. Suivent l'arnaque, le mensonge, le deuil, la disparition, la peine et l'errance dans six récits à l'écriture évocatrice. Découvrez trois poètes néerlandais : Kreek Daey Ouwens, Han van der Vegt et Hélène Gelèns, présentés et traduits par Jan H Mysjkin. Poursuivez votre périple poétique avec les mots de Paul Bélanger, Yannick Resch, Clémence Dumas-Côté, Jonas Fortier et Sonia Anguelova. Le numéro se clôt par deux essais : l'un, un texte de Michel van Schendel retrouvé dans ses archives, texte établi et édité par Pierre Ouellet, l'autre, De filmer et d'écrire vrai par André-Guy Robert et le récit du chemin vers la lecture de Laurier Lacroix, historien de l'art. Des oeuvres de Catherine Seghers accompagnent le numéro.

  • L'écriture d'essais est un genre étrangement passé sous silence dans le rayon des ouvrages destinés aux jeunes auteurs et auteures. Comme si rédiger un essai ne demandait aucune habileté particulière, ce qui n'est pas le cas. Communiquer des idées avec clarté, concision et passion, c'est un art. C'est aussi un apprentissage, auquel nous convie Michel Dorais, auteur d'une trentaine d'essais, parmi lesquels quelques succès de librairie, traduits à l'étranger. De l'idée initiale au travail avec l'éditeur, toutes les étapes de la conception d'un essai sont passées en revue, expérience et exemples à l'appui.

  • La mort non résolue du pape Victor III, l'inexplicable suicide d'une fillette de sept ans, un psychologue beaucoup trop impliqué dans la vie de ses patients, des voix meurtrières très convaincantes, un inspecteur de police opportuniste, une gouvernante au passé trouble, le scandaleux secret d'une jardinière, la menace d'un attentat terroriste, des amours trahis et de terribles vengeances... Autant de courtes histoires qui auront tôt fait de vous glacer le sang !

    Naviguant entre le suspense, l'inquiétude et l'horreur, les nouvelles policières réunies dans ce recueil sont également ponctuées d'humour et, surtout, témoignent de l'originalité et de la perspicacité des jeunes auteurs qui les ont créées.

    Le concours de création littéraire Mordus des mots a été mis sur pied par les Éditions David, dans le but d'encourager l'imagination et la créativité des jeunes et de stimuler leur intérêt pour l'écriture et la lecture en français. Tous les élèves de 11e et 12e années des écoles secondaires franco-ontariennes ont été invités à participer à la première édition du concours, consacré à la nouvelle policière. Parmi tous les textes soumis, une trentaine ont été retenus et vous sont présentés dans ce recueil.

empty