• Ce livre raconte une histoire oubliée. Celle d'une étonnante modernité qui s'est propagée à Montréal au début du xxe siècle. Des spectacles amalgamant revues d'actualité, épisodes de films d'aventures américains, sketchs, chansons, parodies et monologues faisaient le bonheur du public venu se distraire, même le dimanche ! Sur scène et à côté de l'écran, c'est la langue de la rue et des manufactures qui se faisait entendre.
    Auteurs, comédiens, chanteurs et bonimenteurs contribuaient, soir après soir, à construire une culture canadienne-française moderne et audacieuse, voire irrévérencieuse, fortement éloignée du nationalisme catholique associé au terroir. Sous le couvert de la comédie, on se permettait d'aborder des sujets comme l'adultère, la vie amoureuse et la transformation des modes de vie, on critiquait la censure et la prohibition, on riait de l'incompétence et de la corruption des élus.
    Un homme en particulier est associé au développement de cette culture populaire urbaine et moderne, réprouvée par le clergé et l'élite conservatrice : Alexandre Silvio. Cet énergique personnage, qui s'est d'abord fait connaître comme bonimenteur de vues animées, est devenu l'un des principaux directeurs de théâtre à Montréal dans les années 1920. De nombreux dialogues et paroles de chansons de l'époque illustrent chacune des parties de ce livre.
    Ces textes savoureux et ces personnages extravagants, oubliés pendant près d'un siècle et ayant miraculeusement survécu au passage du temps, retrouvent ici une nouvelle vie. Pour notre plus grand plaisir !

    Germain Lacasse est historien et professeur de cinéma québécois à l'Université de Montréal. Ses recherches et ses publications s'intéressent aux rapports entre le cinéma, la tradition orale et la culture populaire. Johanne Massé a fait ses études de maîtrise sur l'apport des immigrants dans la littérature et le cinéma québécois. Bethsabée Poirier a fait ses études de maîtrise sur la réception du cinéma des premiers temps au Québec. Elles enseignent aujourd'hui le cinéma au niveau collégial.

  • Artéfacts Lieux d'origine contient 33 récits illustrés d'aquarelles de lieux, de moments et de personnages du Québec représentés par Virginie Tanguay, une artiste accomplie qui vit sur les rives du lac Saint-Jean au Québec. L'ensemble de la création émerge de l'eau tels des artéfacts, suggère un passé et invite à regarder au loin. Amoureuse des grands espaces, de tout ce qui est vivant, c'est là que l'auteure puise son inspiration. Elle se laisse bercer par le folklore québécois. L'aquarelle lui permet d'exprimer la douceur et la transparence, tout en demeurant énergique. Rendre l'ambiance d'un lieu ou d'un moment dans toute sa pureté est son objectif. Amoureuse des grands espaces, de tout ce qui est vivant, c'est là que Virginie Tanguay puise son inspiration. Elle se laisse bercer par le folklore québécois. L'aquarelle lui permet d'exprimer la douceur et la transparence alors que l'écriture fait vivre les émotions d'un lieu, d'un moment, d'un personnage dans toute sa beauté.

  • « Parce qu'il y a des gens qui m'inspirent des aquarelles et des récits... Artéfacts - Tome III, Gens du Pays est le fruit d'une moisson à saveur du terroir québécois. Une culture d'arts, de lettres, d'histoires et de traditions pour rendre hommage à des hommes et des femmes enracinés. Ils ont aimé, rêvé, défriché, labouré, bâti, semé pour un avenir meilleur. Que dans leurs traces laissées au passage persiste le vert tendre de l'espoir ! » Extrait de: Virginie Tanguay. « Artéfacts Tome III - Gens du pays. » iBooks.

  • « J'ai conçu ce pamphlet humoristique comme une catapulte à marde. J'y plonge vingt mille lieues sous les merdes pour faire remonter à la surface les monstres qui hantent nos vies. Je suis un Claude Poirier en habit d'homme-grenouille qui s'est donné pour objectif de faire chier tout le monde et, pourquoi pas, d'être invité à une émission de radio littéraire pour répondre à la question : "Fred, si vous étiez un smoothie, de quelle couleur seriez-vous ?" Au Québec, on est pas un vrai écrivain tant qu'on a pas fait la splitte à la radio d'État sous les rires de la Staline de la culture. »

  • Le rythme effréné de sa vie de publicitaire à la mode est en train d'avoir la peau de Théo. L'insignifiante agitation de tous les instants lui bouche l'horizon. Il est temps pour lui de changer d'air. Sur un coup de tête, Théo, qui n'a encore jamais dépassé Québec, va louer une petite maison près de Trois-Pistoles, à 500 km de Montréal. Trouvera-t-il là-bas l'oxygène dont il a besoin ?

    Roman d'apprentissage, mais aussi roman d'atmosphère, Sur la 132 raconte l'univers dans lequel Théo tentera de se réinventer. Un livre rythmé, tendre et cruel à la fois, où Gabriel Anctil nous fait rencontrer une galerie de personnages, dont il sait rendre avec force toute la truculence.

empty