• Principe de suspension

    Vanessa Bamberger

    « 10% de talent, 90 % d'efforts. » C'est la devise de Thomas pour défendre son usine et ses salariés. Depuis qu'il a racheté Packinter, une PME de la filière plastique, il lutte pour conjurer le déclin de l'industrie dans sa région du Grand Ouest. Un hiver pourtant, tout bascule, et il se retrouve dans la chambre blanche d'un service de réanimation, relié à un respirateur artificiel. À ses côtés, Olivia, sa femme, attend son réveil. Calme, raisonnable, discrète. Comme toujours. Dans ce temps suspendu, elle revit les craintes des ouvriers, les doutes de Thomas, les trahisons intimes et professionnelles qui les ont conduits à ce grand silence, ce moment où les machines et la mécanique des sentiments se grippent. Parce que la vie s'accommode mal de l'immobilisme, il faut parfois la secouer un peu, selon le « principe de suspension ».
    Un premier roman juste et subtil sur le blues du petit patron et le fragile équilibre du couple.

  • Le diagnostic de l'expert français des marques Au moment où chacun s'interroge sur la Marque France, sur notre industrie, sur nos marques, sur les délocalisations, il est important d'analyser les causes profondes de cette situation. Un certain management des marques n'a-t-il pas vécu ? En tous cas il n'a pas empêché l'ascension des marques de distributeur. Mais, en même temps, la marque se diffuse dans toutes les sphères de notre vie publique comme privée. On peut parler de "tout-marque". Contradiction ? Ou bien est-ce la notion même de marque qui a changé ? Il faut alors revoir toutes nos méthodes, nos visions.

    Fort de son expérience de consultant dans tous les secteurs de notre économie et de sa vision mondiale, l'auteur apporte une analyse sans concession sur la situation présente et ses causes. S'appuyant sur de nombreux exemples, il propose des voies et des méthodes nouvelles pour construire des marques plus fortes. En premier lieu pour la Marque France.

  • À l'ère de la mondialisation, la recherche de facteurs de production plus efficaces est souvent cruciale et passe parfois par une extension ou par un changement des lieux d'implantation, et ce, même chez les PME. Cette réflexion concerne les PME existantes, mais aussi celles dites « nées mondiales », qui vont à la conquête de marchés étrangers rapidement après leur création et multilocalisent plus facilement leurs activités.

    L'objectif des auteures est de comprendre ici l'ampleur des possibilités et des contraintes que gère aujourd'hui un dirigeant de PME vis-à-vis du processus de construction des choix de localisation de son entreprise. L'ouvrage présente cinq études de cas de PME qui ont été confrontées à la question de la délocalisation : pourquoi les entreprises ont-elles délocalisé ? À quel moment l'ont-elles fait ? Dans quelles conditions ? Comment les choses ont-elles été réfléchies puis décidées ? Au-delà des considérations de réduction des coûts qui sont souvent à l'origine de la délocalisation, d'autres questions émergent : comment garder les avantages concurrentiels des structures existantes ? Comment profiter d'approvisionnements intéressants, de savoirs et de compétences localisés ? Comment gérer le niveau de risques et les questions éthiques ?

    Les auteures soulignent l'intérêt et les dangers que représente une telle stratégie, et insistent sur la nécessité de mieux en préciser les enjeux et les modalités de mise en oeuvre. Les dirigeants de PME doivent être accompagnés de façon très personnalisée dans ces stratégies de développement pour réussir ce qui peut conduire au développement national et international, dans le respect d'une éthique de proximité.

empty